Navigation – Plan du site

Claudine Landry-Delcroix, La peinture murale gothique en Poitou (XIIIe-XVe siècle)

Elise Banjenec
Référence(s) :

Claudine Landry-Delcroix, La peinture murale gothique en Poitou (XIIIe-XVe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 332p.

ISBN 978-2-75356-1748-6

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré de la thèse de doctorat de Claudine Landry-Delcroix soutenue en 2002 à l’université de Poitiers sous la direction d’Eric Palazzo et Piotr Skubiszewski. Cette thèse était motivée par l’existence de trésors gothiques poitevins qui n’avaient pas été étudiés malgré l’existence connue du réseau dense d’églises paroissiales, collégiales ou abbatiales de cette région. Il manquait ainsi un ouvrage de synthèse en ce qui concerne le domaine de la peinture murale. L’intérêt croissant pour l’étude de cette pratique artistique en France, ainsi que les découvertes et restaurations récentes de ces décors ont confirmé le profond intérêt de ce travail.  Dès la préface rédigée par Piotr Skubiszewski, la démarche de l’auteure est explicitée. Il s’agit d’un travail s’intéressant aux quatre grands thèmes classiques d’une monographie : les conditions historiques de la commande artistique, les idées et les lois intrinsèques des ensembles du décor, l’iconographie et le style. Ces thématiques divisent ainsi l’ouvrage en quatre parties conclues par un catalogue des décors classés par ordre alphabétique selon les lieux les abritant.

2Claudine Landry-Delcroix revient avant tout dans son introduction sur les tumultes historiques qui ont secoué le Poitou. Elle remet ainsi la commande des décors muraux, intimement liée aux constructions d’édifice, dans un contexte historique plus vaste. Cette démarche traduit la volonté de comprendre les périodes plus ou moins florissantes de création dans ce domaine artistique. Même si les périodes de crises politiques ne sont pas toujours synonymes de ralentissement de l’activité artistique, elles peuvent expliquer la conservation plus ou moins importante de témoignages selon les périodes. Ainsi la seconde moitié du XIIIe siècle, pendant laquelle le Poitou devient province française, ainsi que la fin de la guerre de Cent Ans sont des périodes riches en décors conservés. Le XIVe siècle, avec notamment le patronage de Jean du Berry, laissait quant à lui espérer beaucoup plus de décors que nous n’en possédons actuellement. Une autre explication de cette abondance ou non de témoignages tient à leur conservation jusqu’à notre époque. Ainsi Claudine Landry-Delcroix, après avoir constaté le manque de sources contemporaines à ces décors, met en évidence la présence de témoignages plus récents, provenant notamment d’auteurs des XVIIIe et XIXe siècles. Ces informations se révèlent très précieuses pour restituer l’histoire des badigeonnages, des modifications et des restaurations qui conduit parfois à des redécouvertes. Cette démarche permet aussi d’obtenir des indications sur des décors aujourd’hui totalement disparus. L’auteure termine son introduction en rappelant que, si plus d’un tiers de la peinture murale du Poitou connue aujourd’hui a en fait été redécouverte à partir du début du XXe siècle, « il reste encore des découvertes à espérer de même que le dégagement des peintures repérées sous les badigeons » (p. 21).

3Avant de parler des décors eux-mêmes, Claudine Landry-Delcroix, dans sa partie « Les monuments et les hommes », étudie leur genèse : l’histoire de commandes initiées par des hommes pour décorer les monuments auxquels ils sont attachés. Ainsi, il s’agit de différencier les types d’édifice à décorer suivant leur fonction et leur époque de construction mais aussi leur localisation et le rang social de leur commanditaire. Ces caractères se révéleront déterminants pour le reste de l’étude puisque les décors répondent alors à des besoins divers et bénéficient de moyens financiers différents. Les trois siècles traités témoignent d’une évolution assez nette dans ce domaine. Cette partie, comme la suivante et la quatrième, sera donc traitée de manière chronologique afin de dégager les caractéristiques de chaque période.

4La majorité des décors parvenus jusqu’à nous orne des édifices religieux. Jusqu’à la fin du XIIIe siècle, les commanditaires en sont plutôt les chapitres réguliers, les milieux monastiques et les ordres militaires comme à l’époque précédente. Les décors gothiques trouvent alors leur place sur d’anciens édifices romans à l’architecture desquels ils doivent s’adapter. Au XIVe siècle, les églises paroissiales représentent le plus grand nombre de commandes. Les donateurs laïcs apparaissent également et s’intègrent dans les programmes iconographiques. A partir du XVe siècle, la commande se déplace des villes vers les campagnes et accorde une place plus importante aux laïcs. Les églises paroissiales rurales font alors l’objet de décors ainsi que les oratoires et chapelles édifiés par les seigneurs dans leurs châteaux ou dans l’église de leur paroisse. La commande privée témoigne d’une dévotion plus individualiste et personnelle qui se répand en Europe. Les commanditaires commencent aussi à être mieux connus grâce aux archives ou aux inscriptions. Les édifices décorés étant en majorité nouvellement construits, leur architecture simple et peu articulée permet le développement de vastes ensembles prenant en compte le monument dans son intégralité. Les décors du XVe siècle s’ajoutent aussi parfois aux décors plus anciens sous formes d’images votives isolées, diversifiant ainsi le rapport entre la peinture et son support.

5Les deux parties suivantes, « Le message des images : les programmes, entre pastorale et dévotion privée » et « Les thèmes privilégiés », sont dédiées à l’iconographie des peintures murales gothiques poitevines. La première s’intéresse aux programmes, à leur logique interne et à leur emplacement dans les édifices suivant leur type. Tous ces caractères étudiés conjointement révèlent les messages que les concepteurs de décors voulaient transmettre, leur piété particulière, sans oublier le lien entre cette iconographie et l’histoire de l’édifice. Cette démarche met également en valeur la récurrence de certains thèmes ainsi que l’apparition de nouveaux. Le déroulement de ce chapitre est ici encore chronologique, contrairement au suivant. La troisième partie parle quant à elle des thèmes privilégiés et s’organise par sujet iconographique. Chacun d’eux fait l’objet d’une étude allant de ses sources aux détails remarquables de ses représentations en Poitou. Le thème de la vie de sainte Radegonde est à ce titre très intéressant car il est plutôt rare dans l’iconographie en dehors de cette région. Ces deux parties sont ainsi complémentaires dans leur approche de l’iconographie.

6Au XIIIe et XIVe siècle, on observe l’affirmation en Poitou de la vision du Christ au milieu de son Église et de ses saints, avec une stabilité des compositions et des occurrences thématiques. Dans la seconde moitié du XIVe siècle apparaissent de nouveaux thèmes, notamment liés à la mort, comme le Dit des trois morts et trois vifs, la Cavalcade des sept Péchés capitaux, ainsi que le développement des représentations du Jugement Dernier et de l’Enfer. Au XVe et au début du XVIe siècle, les oratoires et les chapelles privées sont dominés par le thème de la Passion du Christ permettant le développement d’un cycle narratif continu. Le XVe siècle voit également se développer les images allégoriques dont la chapelle de Dissay est sans doute la meilleure illustration. Ce programme voulu par Pierre d’Amboise se développe autour de la Fontaine de Miséricorde, illustrant l’histoire du salut de différentes manières. Ces changements dans les programmes s’expliquent comme il est dit précédemment par la diversité des commanditaires et des fonctions des édifices. L’auteure ajoute à ces variables indispensables à son étude l’évolution de la pensée religieuse et des expressions de la piété. Tout au long de la période gothique, celle-ci se fait plus individualiste et se tourne davantage vers l’humanité du Christ. La conscience croissante de la fragilité de la vie humaine rend l’intercession de la Vierge et des saints de plus en plus importante et présente dans la vie quotidienne. L’évolution des pratiques liturgiques intervient également sur le choix et la disposition des scènes dans l’édifice. L’auteure parle ainsi du rapport entre les serments et les images qui servaient donc dans le cadre de prédications. Il aurait d’ailleurs été intéressant à ce titre que Claudine Landry-Delcroix éclaircisse la notion de « pastorale » ainsi que les problématiques posées par le discours de Grégoire le Grand sur la fonction des images – un discours aujourd’hui nuancé par beaucoup d’historiens de l’art. Pour finir, l’auteure pose l’importante question des concepteurs de programme. Sans y apporter de réponse définitive, elle souligne que ces programmes émanaient très certainement de gens cultivés, contrairement à ce qu’était la majorité du clergé de campagne. Elle propose alors de se tourner vers les paroissiens cultivés qui contribuaient à l’embellissement de leur église.

7Dans la dernière partie, intitulée « Les peintres et les œuvres », Claudine Landry-Delcroix s’intéresse au style de ces décors ainsi qu’à leurs auteurs. Bien que ces derniers soient anonymes et que les seuls noms présents dans les archives soient difficiles à relier à des œuvres conservées, l’analyse du style et des commandes permet de conclure que vraisemblablement les peintres étaient le plus souvent locaux tout en étant influencés par la peinture de leur temps. Ainsi le « style 1200 » laisse son emprunte dans le décor du Vieux-Pouzauges. Les décors du XIIIe siècle témoignent d’une influence parisienne jusqu’au XIVe siècle. Au tournant du XVe siècle, le gothique international donne de nouvelles inflexions à la peinture poitevine. Inflexions auxquelles s’ajoutent, dans la seconde moitié du XVe siècle, des inspirations italiennes, flamandes, parisiennes ou tourangelles. Dans le même temps, les images au langage formel « vernaculaire », peintes dans un style qualifié de « linéaire » par l’auteure et développé à partir du XIIIe siècle, sont toujours très présentes, en particulier dans les chapelles et églises paroissiales, ainsi que dans les chapelles de seigneurs locaux qui restent traditionnelles dans leur décor. Ici encore la nouveauté ou le côté traditionnel d’un décor dépend souvent de l’ambition artistique de son commanditaire et bien sûr de ses moyens financiers. Quant à attribuer plusieurs décors à un même peintre grâce à une étude strictement stylistique, l’opération se révèle également difficile à cause de l’endommagement de beaucoup d’œuvres. L’auteure émet tout de même plusieurs hypothèses concernant les décors de Champniers, Champagné-le-Sec, Jouhet et Boismorand, à la réalisation desquels plusieurs artistes auraient collaboré. Quant à la chapelle de Dissay, au décor sans doute le plus remarquable par ses qualités artistiques et son acclimatation à de multiples influences, l’auteure revient sur les hypothèses d’identification de Frédéric Elsig et de Nicole Reynaud pour conclure, comme cette dernière, ne pas être en mesure de donner de nom précis. Cependant, ces chercheuses pensent, au regard de sa réception des apports étrangers, que cet artiste gravitait dans le milieu de l’« école de la Loire ». S’il paraît parfois difficile, en lisant cet ouvrage, de mettre en évidence une peinture murale proprement poitevine, il convient de noter, comme le fait l’auteure, la diversité des décors qui ne présentent pas de série. Ainsi la présence de tendances stylistiques ou de motifs iconographiques particuliers montrent l’originalité et l’inventivité des ces peintres poitevins qui, même s’ils s’inspirent parfois des courants artistiques venus d’autres régions, les adaptent toujours à des éléments locaux.

8L’ouvrage de Claudine Landry-Delcroix offre une synthèse inédite sur la peinture murale gothique en Poitou. Tout en soulignant l’incroyable richesse et la diversité de ces décors, l’auteure réussit à mettre en valeur les différentes façons d’appréhender les œuvres d’art médiévales et leur interdépendance. De l’étude du commanditaire à celle du style en passant par le message des œuvres, ces approches utilisées conjointement s’éclaircissent et se complètent. L’organisation de l’ouvrage amène certes un certain nombre de répétitions dues au choix du plan. Elle permet néanmoins des entrées différentes, que ce soit par œuvres dans le catalogue ou par thème iconographique dans la troisième partie. Cet ouvrage se révèle, à ce titre également, une référence utile pour le chercheur en quête d’informations monographiques.  

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Banjenec, « Claudine Landry-Delcroix, La peinture murale gothique en Poitou (XIIIe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12978

Haut de page

Auteur

Elise Banjenec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org