Navigation – Plan du site

Les liens humains dans la littérature (XVIe-XVIIe siècles), études réunies par Julia Chamard-Bergeron, Philippe Desan et Thomas Pavel

Élisabeth Schneikert
Référence(s) :

Les liens humains dans la littérature (XVIe-XVIIe siècles), études réunies par Julia Chamard-Bergeron, Philippe Desan et Thomas Pavel, Paris, Classiques Garnier (« Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne »), 2012, 293p.

ISBN 978-2-8124-0628-7

Texte intégral

1Ce recueil de treize articles invite à une traversée géographique dans des œuvres françaises, italiennes ou encore espagnoles, et à une vision chronologique élargie, puisqu’il part du XVIe siècle pour explorer jusqu’au XIXe siècle. Il s’attache à la représentation des liens humains : comment la littérature pense-t-elle les relations interpersonnelles ? Plusieurs de ces articles ont fait l’objet d’une communication lors du colloque du 29 avril 2011, qui s’est tenu au Centre de l’université de Chicago à Paris.

2Le recueil s’organise en trois parties : I. Moralistes et mémorialistes ; II. Roman, nouvelle, comédie ; III. Liens littéraires.

3Dans le premier article, J. Balsamo étudie la relation filiale entre Montaigne et Pierre Eyquem. Les Essais sont aussi, à côté du mémorial de la Boétie, le mémorial du père qui participe au premier chef du projet littéraire. Ils témoignent d’une « conversation » du fils avec le père, de sorte que le portrait du père est tout aussi central que celui du fils. En définitive, dans le cadre de l’éthique nobiliaire, la célébration du père est celle du fils en homme de bien. P. Desan présente quant à lui une position originale sur la relation entre Montaigne et la Boétie. Leur amitié a une signification politique, le Discours sur la Servitude volontaire représentant le document fondateur de cette amitié. Or, par un retournement ironique, l’amitié chez Montaigne tiendrait de « la liberté volontaire » (Essais, I, 28, PUF, 1965, p. 185). Ainsi, « l’écriture de l’amitié représente un travail de sape dans les Essais » (p. 38) et Montaigne peine à trouver le lieu de l’amitié, ce que montre fort bien La lettre sur la mort de la Boétie. Paradoxalement, plus Montaigne écrit, plus le lien d’amitié se fragilise. L’écriture de l’amitié relève en fait d’une époque révolue où Montaigne cherche sa propre place dans la société, de sorte que la Boétie disparaît lorsque le politique est évacué des Essais.

4À partir de la lecture de Saint-Évremond et Sorbière, J. C. Darmon interroge ensuite le modèle néo-épicurien de l’amitié, qui a pris un relief particulier sur la scène morale et politique du XVIIe siècle. Le discours sur l’amitié de Saint-Évremond est intrinsèquement ironique : s’il se réclame du Jardin, l’amitié n’est pourtant pas dénuée d’intérêt, elle est plus ou moins utile politiquement. Samuel Sorbière, dans De l’amitié, déduit de l’analyse des origines politiques et utilitaristes de l’amitié que le parfait ami n’existe pas. Le discours sur l’amitié confronte la philia ancienne aux anthropologies nouvelles, rendant ainsi compte d’une nouvelle façon de théoriser le politique. Si l’amitié est un lieu particulièrement révélateur du jeu suspect de l’amour propre, É. Bury montre que Nicole, dans ses Essais de morale,envisage le bon usage de l’amitié. En rupture avec la tradition telle qu’elle apparaît chez Esprit, il adopte un point de vue pragmatique sur la civilité. Résultat indirect de la charité, qui est la véritable vertu, elle permet du moins la vie sociale. La Bruyère, quant à lui, se situe « entre idéalisme et cynisme ». L’amitié serait le ciment de la sociabilité idéale, mais la folie semble régner dans le monde, ce qui situe la Bruyère dans la tradition humaniste. Ainsi, loin de la solution anachorétique du janséniste Esprit, La Bruyère ne croit pas non plus à la régulation providentielle de la société civile de Nicole, mais témoigne d’une « société en mouvement, où les liens humains semblent se distendre » (p. 103).

5Trois récits digressifs dans les Mémoires du cardinal de Retz montrent que « les liens “particuliers” constituent le substrat permanent des liens “publics” » (p. 109). À l’inverse, d’Aubigné maintient la polarité du public et du privé, dans l’Histoire universelle et Sa vie à ses enfants. H. Merlin-Kajman met judicieusement cette tension en relief grâce à l’article de M. Mauss, « Parentés à plaisanteries » (Essais de sociologie, Paris, Minuit, 1968-69). En définitive, la société d’Ancien Régime enchevêtrait les relations à respect et les relations à plaisanteries.

6La seconde partie du recueil s’intéresse aux œuvres de fiction. Dans le premier article, L. Dion explore la question du mariage clandestin dans deux romans, celui de Jean Maugin, Melicello (1556) et celui de Nicolas Denisot, L’Amant ressuscité de la mort (1557). Qu’en est-il dans ces textes de la réflexion contemporaine sur le lien matrimonial ? La fiction manifeste la place centrale donnée à la question du contrôle social et familial dans le processus de formation du lien clandestin, quand bien même les amants ont échangé un serment de fidélité. Or dans les deux romans, le mariage précipite dans le malheur, de sorte qu’ils témoignent de l’influence des élites sur la production littéraire et de leur distance à l’égard du consensualisme romain, soupçonné de mettre en danger l’ordre familial et social. La métaphore de la chaîne amoureuse est ensuite revisitée par A. Duprat grâce à la nouvelle « Pamphile et Néa, ou la partie d’échecs », extraite de Gli Ecatommithi (Cent nouvelles) de G. Giraldi (1565), dont on trouve en appendice la traduction. La courtisane Néa incarne les dangers inhérents à la possibilité de contracter un lien où s’affirme la liberté de « faire de soi comme on ferait de ses biens ». Parallèlement, les fictions mettant en scène la réduction en esclavage des chrétiens en terre d’Islam accompagnent les réflexions afférentes à la possession matérielle des personnes. Le « Curieux impertinent », histoire enchâssée dans Don Quichotte, utilise le conflit entre amitié parfaite et mariage chrétien comme principe dynamique du récit. On retiendra surtout de l’étude de J. Chamard que le mari demande à son ami de mettre l’extrême vertu de son épouse en représentation à l’aide de vers, de sorte le récit donne à voir « une forme de donquichottisme domestique » (p. 196), avec un mari attaché à une reconnaissance ancienne et anachronique de la vertu.

7F. Lavocat situe le questionnement sur le lien amical ou amoureux dans le cadre des catastrophes naturelles. Si chez Honore d’Urfé, ou Georges de Scudéry la catastrophe promeut l’èthos du héros amoureux, Jean-Pierre Camus ou Madeleine de Scudéry montrent la difficulté à concilier humanité et amour et révèlent un conflit d’intérêt : un point de vue éthique sur la catastrophe est-il possible dans le cadre d’une fiction sentimentale ? Benedetto Cinquanta et Daniel Defoe apportent une réponse en renouvelant les formes du roman, de façon à représenter la préservation ou la reconstruction du lien humain. Le thème de la reconnaissance dans le roman prémoderne et dans sa réécriture chez Maupassant est ensuite exploré par G. Hautcoeur. Les Éthiopiques sacralisent les liens du sang, l’Astrée en montre une discrète dislocation, qui s’achève dans Pierre et Jean. Cette seconde partie du recueil se clôt par une étude de L. Norman sur les liens amicaux dans le Misanthrope, hautement problématiques. L’une des innovations capitales du dialogue comique opérées par la pièce est un « travestissement linguistique de la sincérité en amitié » (p. 255), Molière créant une parodie burlesque du style intime.

8La troisième partie est consacrée à la littérature comme forme particulière du lien humain. Dans le premier article, É. Méchoulan revient sur la figure de l’ami lecteur susceptible de façonner le rapport problématique entre l’auteur et son public, à partir d’œuvres du XVIIe siècle. Le lecteur est conduit dans « une prison amicale » (p. 266) et l’autorité qui lui est conférée doit permettre d’affermir les rapports de solidarité et de reconnaissance entre auteur et public. Enfin, Horace de Corneille, qui porte sur la scène le conflit entre liens familiaux et devoirs civiques, pose la question de l’adhésion du spectateur à l’attitude du vieil Horace : comment pouvons-nous franchir une si grande distance temporelle et culturelle ? T. Pavel avance que Schleiermacher dans ses Conférences sur l’éthique philosophique (1812-1817) donne un début de réponse, apportée en définitive par Johann Gustav Droysen (1808-1884) : la sympathie morale, à la fois intuitive et intellectuelle, opère à travers les clivages historiques et culturels.

9Ce recueil convoque ainsi des auteurs d’une époque assez circonscrite, mais leur mise en perspective dialogique avec des auteurs plus contemporains permet une compréhension plus fine des liens humains.

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schneikert, « Les liens humains dans la littérature (XVIe-XVIIe siècles), études réunies par Julia Chamard-Bergeron, Philippe Desan et Thomas Pavel », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12974

Haut de page

Auteur

Élisabeth Schneikert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org