Navigation – Plan du site
Varia

Recycler Meliadus : la réception de l’identité héroïque dans l’imprimé Meliadus de Leonnoys (1528)

Sophie Albert
p. 487-503

Résumés

L’article porte sur la réception de l’identité de Meliadus dans l’imprimé Meliadus de Leonnoys de Galliot du Pré (1528). Il étudie le prologue et le dénouement de l’imprimé à la fois par rapport au Roman de Meliadus et au Roman de Guiron du XIIIe siècle, et par rapport à l’incunable du Tristan paru chez Jehan le Bourgoys (1489). Le prologue rattache Meliadus à deux types de lignées : une lignée symbolique de figures historiques, une lignée charnelle d’ancêtres et de rois. Quant au dénouement, il inscrit le héros dans un système vindicatoire rudimentaire qui infléchit le sens du passé de la légende tristanienne. Prologue et dénouement mettent l’accent sur l’identité proprement aristocratique de Meliadus. Une transcription de la fin de Meliadus de Leonnoys est donnée en annexe, en regard du texte du Tristan que donnent le manuscrit de Paris, BnF, fr. 103 et l’incunable de 1489.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Editio princeps parue à Rouen chez Jehan le Bourgoys en 1489 ; rééditions par Antoine Vérard en 14 (...)
  • 2  Cité par E. Baumgartner, « Du manuscrit BNF fr. 103 du Tristan en prose à l’imprimé du Tristan par (...)

1Quand il paraît chez Galliot du Pré en 1528, l’imprimé Meliadus de Leonnoys répond à un double appel. Le plus ancien, implicite, figure dans l’incunable du Tristan en prose1, paru à Rouen en 1489 chez Jehan le Bourgoys et réédité six fois entre 1494 et 1520 : le récit portera sur le « renommé chevalier Tristan, filz du puissant roy Meliadus de Leonoys »2. Le colophon, en écho à cette déclaration, qualifie par sa filiation le héros éponyme :

  • 3  Ibid., p. 15.

Cy fine la seconde et derraine partie de ce present livre fait et compilé en l’honneur et memoire du tresvaillant, noble et excellent chevalier Tristan, filz du noble roy Meliadus de Leonois, lequel regna au temps du roy Artus et du roy Marc de Cornouaille, et de la belle Yseut, fille du roy d’Irlande et femme du roy Marc3.

  • 4  Ibid., p. 14.

2Emmanuèle Baumgartner note l’importance que prennent les lignages dans la désignation des deux amants. Pour elle, la mention de la filiation entre Meliadus et Tristan « est peut-être destinée à faire un lien avec les imprimés à venir de Meliadus de Leonnoys et de Gyron le Courtoys »4.

  • 5  Gyron le Courtois, Paris, Antoine Vérard, ca. 1501, reproduit par le fac-similé éd. par C. E. Pick (...)

3Le second appel, plus récent, figure à la fin de l’imprimé Gyron le Courtoys édité en 1501 par Antoine Vérard5. Conformément à son modèle médiéval, cet imprimé s’achève avec l’emprisonnement de Guiron et de ses compagnons, en une fin ouverte qui appelle explicitement une suite. À cet endroit, l’éditeur annonce que la libération des héros sera contée dans un second volume, consacré à Meliadus de Leonois.

  • 6  Cet ensemble mouvant, que l’on désigne par commodité sous le titre englobant de Guiron le Courtois(...)

4Tristan, Meliadus, Guiron : ces trois héros correspondent à trois massifs romanesques composés au XIIIe siècle, puis repris, augmentés, réagencés par les copistes aux XIVe et XVe siècles. Le Tristan en prose, écrit en réaction au cycle du Lancelot-Graal, confère une dimension monumentale à la légende de Tristan ; le Roman de Meliadus, rédigé entre 1235 et 1240, invente l’histoire du père de Tristan, en greffant son intrigue sur celles du Lancelot et du Tristan en prose ; le Roman de Guiron, suite du précédent, constitue une vaste parenthèse narrative centrée sur Guiron et sur d’autres héros inédits. Dans les manuscrits médiévaux, le Roman de Meliadus et le Roman de Guiron peuvent être copiés séparément, juxtaposés, soudés par des transitions plus ou moins achevées. À ce jour, on conserve deux manuscrits ne contenant que le Roman de Guiron, trois manuscrits, de provenance italienne, contenant le seul Roman de Meliadus, et six, de provenance flamande et française, réunissant ces deux romans. Certains copistes, en outre, font précéder le Roman de Meliadus de la compilation de Rusticien de Pise, ou constituent autour du Roman de Guiron des sommes intégrant des fragments d’autres romans arthuriens6.

  • 7  Pour un répertoire des éditions de romans arthuriens, voir Cedric E. Pickford, « Les éditions impr (...)
  • 8  Denis Janot réédite à l’identique le Meliadus de Leonnoys de Galliot du Pré en 1532. L’édition de (...)

5Aussi les imprimeurs du XVIe siècle, lorsqu’ils s’emparent de ces romans, se trouvent-ils confrontés à une matière aux contours fluctuants, et à divers modes d’ordonnancement7. Parmi les solutions possibles, ils optent pour la partition : après le Tristan de 1489, Gyron et Meliadus sont imprimés dans des volumes séparés, par des éditeurs différents8. Entre ces deux imprimés se tisse un lien quelque peu insolite. Antoine Vérard, en 1501, invite expressément l’imprimé Meliadus à expliquer comment les héros de Gyron le Courtois ont retrouvé leur liberté. Or ce programme n’est guère compatible avec le Roman de Meliadus, auquel l’imprimé emprunte la majeure partie de sa matière. En effet, l’action du Roman de Meliadus, dans les manuscrits médiévaux, précède celle du Roman de Guiron : il paraît difficile que le premier roman se transforme soudain en une suite du second.

  • 9  Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit., p. 289-354 sur l’imprimé, p. 339-345 sur la tra (...)

6La question de l’ordre du récit se pose donc avec acuité à Galliot du Pré quand il décide d’éditer l’histoire de Meliadus. Précisément, dans son prologue, l’éditeur se déclare désireux de restaurer un ordre qu’il peine à trouver dans les romans du Moyen Âge. Barbara Wahlen a analysé méticuleusement à quels découpages et à quels remontages il s’était livré, en identifiant les sources et leur agencement. Elle a aussi analysé la manière dont les textes étaient articulés : à la fin du Roman de Meliadus, intégralement repris dans l’imprimé de Galliot du Pré, figure une transition dont le début est inédit, et dont la suite reprend un raccord déjà présent dans les manuscrits médiévaux ; cette transition, initialement destinée à introduire le Roman de Guiron plutôt qu’à faire suite au Roman de Meliadus, est ici employée sans objet, l’éditeur se refusant précisément à lui faire succéder un Roman de Guiron imprimé vingt-sept ans plus tôt. L’ordre postulé est ainsi tout relatif, du moins au niveau chronologique, et l’éditeur ne s’en cache pas9.

7Outre qu’elles rejaillissent sur l’ordre chronologique du récit, les recompositions opérées par l’éditeur ont pour effet de redessiner les contours de l’identité héroïque. Pour le montrer, j’envisagerai l’imprimé pour ce qu’il prétend être : un texte centré sur un personnage, Meliadus, qui est d’abord connu comme le père de Tristan – comme en témoigne le Tristan édité par Jehan le Bourgoys. Ce rapport de filiation touche non seulement les personnages, mais aussi le contenu textuel du Tristan et du Meliadus. Il apparaît notamment dans ces lieux stratégiques que sont les seuils de l’imprimé, un prologue et un dénouement qui ont pour point commun d’emprunter des données à l’incunable du Tristan. En dégageant les déplacements et les écarts vis-à-vis du Tristan et en mettant au jour les spécificités de l’imprimé par rapport à ses modèles médiévaux, j’évaluerai dans quelle mesure la représentation du héros éponyme obéit dans le Meliadus à une intention cohérente.

Prologue

  • 10  Ce prologue a fait l’objet de nombreuses études : Roger Lathuillère, « Le livre de Palamède », Mél (...)
  • 11  Prologue édité d’après le ms. de Paris, BnF, fr. 338 par Roger Lathuillère, Analyse, p. 175-180 ; (...)

8Le prologue du Roman de Meliadus s’ouvre sur une invocation topique au saint Esprit, avant de faire une large place à l’éthos de l’auteur10. Celui-ci se présente comme un « chevalier pecheour, jolis et envoisiés et ententis as deduit du monde », serviteur et vassal du roi Henri d’Angleterre, et auteur d’un premier ouvrage composé de « dis plaisans et delitables »11. Il s’inscrit dans une lignée prestigieuse de translateurs de l’histoire du Graal, Luces del Gaut, Gautier Map et Robert de Boron, et prétend écrire sur le conseil de ce dernier, dont lui-même, Hélie, dit être le compagnon d’armes. Son livre ne pourra parler de Tristan ni de Lancelot, dont les histoires ont déjà été racontées ; il portera donc sur Palamède. Cette annonce s’avère déceptive, tout au moins sur le plan du contenu : le récit qui suit raconte comment la famille d’Esclabor passe de Babylone à Rome et de Rome en Grande-Bretagne. Il se centre ensuite sur Pharamond de Gaule, sur le Bon Chevalier sans Peur, puis relate l’ascension, la chute et la gloire retrouvée de Meliadus de Leonois. Il ne fait donc aucune place à Palamède, tout juste cité au début du roman parmi les douze fils d’Esclabor. En revanche, sur le plan idéologique, le prologue préfigure le ton du Roman de Meliadus. Hélie s’y présente comme un chevalier fort peu célestiel : vassal d’un roi, compagnon d’un autre chevalier, il est l’auteur de récits arthuriens destinés à réjouir les gens de la cour. De la même manière, le Roman de Meliadus met en scène une chevalerie ancrée dans la fonction guerrière, et promeut des valeurs féodales et aristocratiques.

  • 12  Comme l’a montré Barbara Wahlen, les modifications les plus spectaculaires concernent l’attributio (...)
  • 13  Le texte, édité par Barbara Wahlen, est donné en annexe de cet article.
  • 14  Le passage correspond au § 48 de l’Analyse de Roger Lathuillère. Il figure au fol. 176d de l’impri (...)

9L’imprimé du Meliadus conserve ce prologue, non sans le modifier12 ; mais il le fait précéder d’un autre texte liminaire qui réoriente le sens du roman, ou tout au moins met l’accent sur certaines de ses particularités13. La mention en ouverture de « Saluste, tres noble prince des historiens latins » substitue la caution de l’historiographe à celle des romanciers arthuriens. L’éditeur retient de Salluste l’appel à acquérir un immortel renom, avant de décliner les manières possibles d’y parvenir. La première consiste à faire preuve de « force corporelle comme appert de Sanson, Hector de Troye, Milon, Charlemaigne et celluy aussi duquel est composé ce present volume ». Cette liste de figures tutélaires souligne ce qui, selon le Roman de Meliadus médiéval, distingue Meliadus de son fils Tristan : la force corporelle. Une prolepse du roman raconte en effet que l’empereur Charlemagne, de passage en Grande-Bretagne, compare les vertus respectives des héros arthuriens. Il met en balance Tristan, héros de la force d’amour, et Meliadus, héros de la force du corps, et tranche en faveur du second14. L’épisode véhicule une vision critique de l’amour courtois, pour mettre au premier plan une prouesse guerrière dépourvue de toute transcendance. Il témoigne aussi de l’affinité qui relie, par-delà les siècles, Meliadus à l’empereur carolingien. Il n’est donc pas anodin que ces deux personnages se trouvent rassemblés sous l’égide de la force physique dans le prologue de l’imprimé.

  • 15  Sur cette omission accidentelle, voir Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit.,p. 336.
  • 16  Les comparaisons prennent place aux § 38 et 39 de l’Analyse de Roger Lathuillère. Dans l’imprimé, (...)

10Le rapprochement entre Meliadus et Hector de Troie appelle une remarque similaire. Dans le roman médiéval, au cours de la guerre qui oppose, pour une affaire de femme, les armées du héros à celles d’Arthur, Meliadus est comparé à Hector de Troie par Claudas, par Arthur et, d’une manière moins nette, par son frère de lait. Si la première comparaison disparaît de l’imprimé – l’éditeur a visiblement « sauté » une colonne du manuscrit en recopiant le texte15 – les deux autres sont maintenues16. Au moment de composer son prologue, l’éditeur de l’imprimé s’est peut-être souvenu de ces comparaisons, présentes quelques feuillets plus loin. Quant à la présence de Samson et de Milon de Crotone, qui ne fait pas écho à un épisode précis du roman, elle s’associe à celle de Salluste pour regarder du côté des chroniques plutôt que du roman arthurien.

11Un autre aspect contribue à donner au projet de l’éditeur une coloration historiographique. Après s’être déclaré désireux de respecter l’ordre du temps mieux que ne l’ont fait les auteurs médiévaux, l’éditeur expose « dont fut extraict le noble roy Meliadus ». En bon historien, il confronte deux sources, les Anciennes Cronicques d’Angleterre, c’est-à-dire le Perceforest dont une édition est sortie des presses en mai 1528, et la « préhistoire » du Tristan, qui occupe les vingt-trois premiers chapitres de l’incunable de 1489. Après avoir constaté la contradiction flagrante entre les deux versions, il accorde une place privilégiée à celle du Tristan :

  • 17  Édition de Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit.,p. 467-468. Sur la référence à Percef (...)

Je trouve aux Anciennes Cronicques d’Angleterre que le roy Meliadus est extraict de ceulx du pays d’Angleterre comme pourrez veoir aux anciennes cronicques du pays ou il est parlé de Lyonnel du Glar qui florissoit du temps du roy Perceforest, combien que ce repugne totallement au livre qui a esté fait de Tristan, car comme il est mis au dit volume au commencement que Bron, serourge de Joseph d’Aharimathie, eut douze filz ; entre lesquelz en eut ung nommé Sadoc qui, par une merveilleuse adventure, espousa Chelinde, fille au roy de Babilone ; de laquelle il eut ung filz nommé Apollo l’adventureux, moult bon chevalier, qui fut roy de Leonnoys, aprés le roy Luces, filz de Pelias. Cest Apollo eut ung filz nommé Candace qui fut roy de Leonnoys et espousa la fille du roy Clovis de France nommee Cresille. Il regna long temps et eut lignee grande : c’est assavoir treize filz, dont le plus aisné nommé Crises et fut roy de Cornouaille, aprés son pere Candace, qui tenoit les deux royaulmes, et les autres eurent entre eulx Leonnoys et firent roy le plus jeune de leurs freres et s’allerent pourchasser en estrange terre. Tant alla le royaulme de Leonnoys de pere a filz qu’il escheut au roy Meliadus lequel espousa l’une des filles du roy Felix de Cornouaille, seur du roy Marc de Cornouaille. De ceste Ysabel eut le roy Meliadus Tristan de Leonnoys qui tant fut bon chevalier. La royne mere de Tristan mourut a l’enfanter, parquoy le roy Meliadus demeura despourveu de femme, si print en secondes nopces la fille au roy Hoel de la petite Bretaigne, laquelle en cuydant empoisonner Tristan, empoisonna ung petit filz qu’elle avoit eu du roy Meliadus. [...]. Si avons bien voulu traicter de la genealogie dudit roy, mais cela avons fait le plus bref que nous a esté possible de peur de attedier les lecteurs qui plus amplement l’ont veue au premier volume de Tristan17.

  • 18  Pour une démonstration plus complète, je me permets de renvoyer à mon ouvrage « Ensemble ou par pi (...)

12Le fait même de présenter en ouverture la généalogie du héros éponyme tranche avec le Roman de Meliadus médiéval. En effet, là où le Lancelot-Graal et le Tristan en prose, dans leur état cyclique, s’ouvrent sur de vastes fictions généalogiques, le Roman de Meliadus refuse ce modèle pour relater comment Esclabor et sa parentèle passent d’Orient en Occident. Ce refus s’explique en partie par une stratégie d’évitement : les ascendances de Tristan et, partant, de Meliadus ont été exposées quelques années auparavant dans le Tristan en prose ; il pourrait sembler redondant de les raconter à nouveau. Toutefois, la généalogie de Meliadus et de son fils est tout aussi connue au XVIe siècle, puisqu’elle a été publiée et republiée dans les versions imprimées du Tristan. L’éditeur du Meliadus affirme au demeurant, après avoir énuméré les ancêtres de son héros, qu’il s’est efforcé de faire bref, « de peur de attedier les lecteurs qui plus amplement l’ont veue au premier volume de Tristan ». Le risque de la redondance ne suffit donc pas à rendre compte de la divergence entre le roman médiéval et l’imprimé : déjà contée de toute manière, la généalogie de Meliadus est absente d’un côté, et présente de l’autre. Plutôt qu’à la crainte de répéter un récit existant, le choix de l’écrivain médiéval peut être attribué à des déterminations idéologiques : à l’orée du roman, la translatio des guerriers sarrasins inscrit l’action dans un temps politique qui ne doit rien à Dieu, et lui donne pour sens l’exaltation de la pure prouesse18. Dans le prologue de l’imprimé, l’adjonction de la généalogie de Meliadus peut également s’expliquer par une intention idéologique ; il reste à préciser laquelle.

  • 19  Seul le titre du chap. XXI de l’incunable, « Comme Meliadus, roy de Leonois, espousa Ysabeau, fill (...)
  • 20  Aux chap. X, « Comme le filz du roy Pelias que l’en menoit destruire fut prins par le geant », et (...)

13Pour y parvenir, on peut se demander comment l’éditeur a procédé pour composer sa généalogie et, plus exactement, pour faire le tri dans la matière profuse du Tristan. Il aurait pu paresseusement s’inspirer de la table des rubriques de l’incunable. Or selon toute apparence, il n’en est rien19. En effet, Candace, Cresille et Crises, cités dans le prologue, ne sont pas mentionnés dans les rubriques de l’incunable. Quant à Luces, il y est désigné par son lien filial au roi Pelias20, sans que son prénom apparaisse. Les rubriques de l’incunable offrent pourtant un résumé relativement prolixe de la « préhistoire » du Tristan. Simplement, d’un ouvrage à l’autre, les visées diffèrent : là où les rubriques s’attachent aux détails truculents du récit, le prologue du Meliadus ne s’intéresse qu’aux ancêtres du héros éponyme, quelle que soit par ailleurs leur importance narrative dans l’hypotexte.

14L’éditeur du Meliadus a donc lu l’incunable, sans s’arrêter à la table des rubriques, et il l’a lu avec suffisamment d’attention pour recomposer les chaînons de la lignée héroïque. Mais tout en restant fidèle à son intertexte, il en gomme soigneusement les aspérités. Ainsi Chelinde est uniquement présentée comme la « fille au roy de Babilone ». Il n’est pas précisé qu’elle a été successivement la femme de Sador, Canor (Thanor dans l’incunable) et Pelias avant d’épouser son propre fils Apollo, ni qu’elle a péri foudroyée par la vengeance divine. Il n’est pas précisé non plus qu’Apollo a tué son père Sador, épousé sa mère Chelinde, puis provoqué injustement la mort de sa seconde épouse. Enfin, la mention de Joseph d’Arimathie, qui ne surgit dans la « préhistoire » du Tristan que pour être aussitôt détournée, fonctionne à plein dans l’imprimé pour sa valeur sacralisante. Les aspects sulfureux qui font la singularité de la généalogie héroïque dans le Tristan en prose, et qui font de cette généalogie une inversion de l’histoire spiritualisée de la lignée du Graal, sont passés sous silence. Par ces réaménagements, l’éditeur ne contrevient pas à sa source ; il ne se rend coupable que de mensonges par omission. Mais ce faisant, il ôte à la généalogie de Meliadus et de Tristan tout ce qu’elle peut comporter d’ambigu et de dérangeant.

15Parallèlement à cette entreprise de lissage, l’éditeur fait porter l’accent sur l’identité royale de Meliadus. Dans les quelques lignes dédiées à l’exposé généalogique, le mot « roy » apparaît pas moins de quinze fois, appliqué quasiment à tous les personnages. La mention de Clovis, ou plutôt « du roy Clovis de France », contribue à faire de Meliadus un lointain cousin des princes à la fleur de lys, dont le poids n’a cessé de croître entre le XIIIe et le XVIe siècle. Là encore, les données reprises par l’imprimé sont fidèles au Tristan ; simplement, la place des titres royaux confère à cette composante de l’identité héroïque un relief qu’elle n’a pas dans l’hypotexte.

16Le prologue ajouté par l’éditeur rattache ainsi Meliadus à deux lignées : une lignée symbolique de figures historiques, une lignée charnelle d’ancêtres et de rois. Il place son récit sous le signe de l’histoire, au sens fort, d’un Meliadus héros de la force du corps, à l’ascendance immaculée et prestigieuse. Ce faisant, il actualise les deux volets de l’identité héroïque : l’appartenance à une chevalerie guerrière et féodale, et l’appartenance à une royauté sinon sacrée, du moins exempte de souillure.

Clore

  • 21  La mort de Meliadus est racontée au chap. XXIII de l’incunable, au chap. 172bis de l’imprimé.
  • 22  Version donnée par les manuscrits de Paris, BnF, fr. 340, fol. 111c-114e et fr. 355, fol. 405b-409 (...)

17À travers ses deux prologues, l’ouverture de l’imprimé annonce à la fois l’histoire et le roman de Meliadus de Leonois : elle met en jeu le genre du récit et, de ce fait, les modèles à partir desquels l’identité du héros peut être conçue et abordée. Quant à la fin de l’imprimé, elle obéit à une nécessité de clôture qui se pose, sur le plan narratif, à deux échelles distinctes. La première est celle du récit tel qu’il figure dans l’imprimé. À la généalogie liminale de Meliadus répond, selon un modèle biographique relativement attendu, le récit de sa mort, emprunté à l’incunable du Tristan21. La seconde est celle de la bilogie constituée par les imprimés Gyron le Courtois et Meliadus de Leonnoys, et pour ainsi dire décrétée par Antoine Vérard. L’éditeur du Meliadus, en effet, finit par raconter la libération des chevaliers enclos de Gyron le Courtois. Pour ce faire, il adopte la version de la compilation du pseudo-Rusticien : Tristan, une fois qu’il a délivré le Val de Servage du géant Nabon, est prévenu par Palamède et par Lancelot qu’il reste des prisonniers dans la tour de Marmonde la Fort. Les trois chevaliers partent ensemble pour le Val et libèrent les prisonniers22. Un troisième élément s’enchevêtre à ces fils narratifs. L’éditeur a raconté plus haut, conformément cette fois au Roman de Guiron, que Meliadus est parti en quête de Guiron ; il lui reste encore à expliquer comment Meliadus, ayant appris par un chevalier de Camaalot que Tristan, alors âgé d’une dizaine d’années, est gravement malade, se hâte de rentrer en Leonois au chevet de son fils.

18Les épisodes importés, sur le plan temporel, ne coïncident pas : Tristan, quand il libère Marmonde la Fort, est déjà adulte, alors qu’il est encore enfant dans les autres récits. Par conséquent, d’un point de vue chronologique, le plus satisfaisant était de faire mourir Meliadus, puis de relater l’expédition à Marmonde la Fort ; mais d’un point de vue rhétorique, il était préférable de clore l’imprimé sur la mort du héros éponyme. L’éditeur a privilégié la clôture rhétorique au détriment de la chronologie, et l’imprimé s’achève avec la mort de Meliadus. Le héros meurt après avoir été rappelé en Leonois par la maladie de Tristan, qui sert de suture entre les deux dénouements.

19Pour n’être pas temporellement correcte, la solution retenue produit des effets de cohérence qui jouent à différents niveaux. Tout d’abord, la fin de l’imprimé entre en résonance avec le prologue de l’éditeur. Celui-ci, après avoir présenté la généalogie de Meliadus, aborde l’enfance de Tristan, pour préciser qu’il ne s’y attardera pas :

si print en secondes nopces la fille au roy Hoel de la petite Bretaigne, laquelle en cuydant empoisonner Tristan, empoisonna ung petit filz qu’elle avoit eu du roy Meliadus. Si nous tairons a present de ceste matiere [...].

20À l’autre extrémité de l’imprimé, l’éditeur mentionne la maladie de Tristan et enchaîne avec le remariage de Meliadus, en une formulation très proche de celle du prologue :

  • 23  « La mère Astre » provient visiblement d’une mauvaise lecture pour « la marrastre », graphie emplo (...)

Il se maria a la fille du roy Hoel de la petite Bretaigne de laquelle il eut ung filz. Je ne vous veulx racompter comment la Royne sa mere Astre23 le voulut empoisonner, car il est assez amplement mis au premier volume de Tristan.

21La répétition assure une forme de jointure entre les seuils de l’imprimé. Mais cette fois, l’éditeur poursuit avec le récit de la mort de Meliadus, à laquelle il confère, par une discrète réécriture, une signification nouvelle.

  • 24  Pour tout le développement qui suit, le texte de l’imprimé Melidaus est donné en annexe aux côtés (...)
  • 25  Respectivement aux § 173, 195 et 222 du Roman de Tristan en prose, éd. Renée Lilian Curtis, Münche (...)
  • 26  Le Roman de Tristan en prose, éd. cit., § 243. Cette mention disparaît de l’incunable.
  • 27  Incunable, chap. XXIII (texte complet en annexe).

22Le Tristan en prose, suivi par l’incunable, situe le meurtre de Meliadus au cours d’une partie de chasse, et l’attribue aux héritiers de Norholt24. Cette référence n’est pas neutre : la cité de Norholt, située en Cornouaille, est mentionnée à plusieurs reprises dans la « préhistoire » du Tristan. Le texte évoque ainsi le temple d’Apollon érigé dans cette cité, puis la conversion du temple, après la christianisation du pays, en une église dédiée à Notre Dame. La troisième mention concerne le roi Felix, père de Marc de Cornouaille, « qui tant haioit gentilz hommes qu’il en fu mehaignié en la grant eglise de Norhoult »25. C’est enfin lors d’une chasse « delez la cité de Norholt » que le roi Marc assassine traîtreusement son frère Perneham, dans une scène qui précède de peu la mort de Meliadus26. Si les deux premières mentions de Norholt sont relativement anodines, les deux suivantes sont associées à des personnages rusés et pervers, le roi Felix et son fils Marc, et à des scènes de violence, voire, dans le dernier cas, de fratricide. Aussi, quand les héritiers de Norholt surgissent au milieu de la chasse de Meliadus, le lecteur peut s’attendre au pire : la provenance des agresseurs est chargée de connotations fortement négatives. En outre, le Tristan attribue au roi Marc un rôle d’instigateur. Les héritiers de Norholt ont agi « par le conseil du roy Marc ; car le roy Marc ne doubtoit homme du monde autant comme il faisoit Tristan »27. La malveillance de Marc, qui s’est manifestée plus haut à l’encontre de son frère Perneham, reparaît ici, dirigée contre son beau-frère Meliadus. Les deux épisodes associent le motif de la chasse à un assassinat suscité ou perpétré par Marc de Cornouaille : ils fonctionnent en diptyque.

  • 28  Incunable, chap. XXIII (texte complet donné en annexe).
  • 29  Incunable, chap. XXIV (texte complet donné en annexe).

23Quant à la crainte que Marc et ses séides éprouvent à l’encontre de Tristan, elle est expliquée par trois prophéties qui ne sont pas strictement superposables. Une « damoiselle » a prédit aux héritier de Norholt « qu’ilz devoient estre honniz par le roy Meliadus » ; une « devineresse » a révélé que Tristan tuerait le comte de Cornouaille et mènerait à la ruine la cité de Norholt28. Ces prophéties touchent à la terre et aux hommes du royaume de Cornouaille et, à ce titre, affectent la puissance mondaine du roi Marc. Le chapitre suivant, « Comme ung nain denonça au roy Marc de Cornouaille que par Tristan il se clameroit chetif », amplifie la portée de l’augure. Un jour que Marc se tient songeur dans son palais, « ung nayn qui estoit devin et sçavoit des choses advenir, et avoit esté long temps avec Merlin qui moult lui avoit aprins »29, le prévient que Tristan lui infligera un déshonneur cuisant. Cette prophétie éclaire, plus directement que les précédentes, la suspicion du roi à l’égard de Tristan. La mort de Meliadus entre par conséquent dans un réseau de souvenirs et d’annonces étroitement tissé, indice du sort funeste réservé aux protagonistes et à leurs persécuteurs.

24L’éditeur du Meliadus inscrit la mort du héros dans un tout autre contexte. L’assassinat de Perneham en amont, les prophéties du nain en aval disparaissent de l’imprimé. Quel peut alors être le sens de la malveillance de Marc et de la référence à Norholt ? La première est encore compréhensible ; par rapport au Tristan, elle a même, à tout prendre, gagné en épaisseur. En effet, l’imprimé Meliadus, reprenant le roman médiéval, conte l’étiologie de la haine de Marc envers son neveu :

Et si aucun me demandoit pourquoy il luy voulloit si grant mal, je diroye que c’estoit pour ce que ung devin avoit dit une fois au roy Marc : « Roy Marc, garde toy de Tristan ! S’il peult vivre longuement, il te honnira sans doubtance, ne a vostre temps n’y eut roy qui tant de hontes ny tant de laidures souffrist comme il te fera, et tant que tout le monde parlera de la grant vergnongne qu’il te fera, se il vit longuement. » Le roy Marc, qui assez avoit trouvé de verité aux parolles de celluy devin ne de faulseté que il luy eust dicte ne c’estoit encores apperceu, quant il ouyt qu’il alloit ces parolles affermant de Tristan, il accueillit sur luy si grant hayne que voulentiers le mist a mort, se il peust ; mais il ne pouoit, car l’enfant estoit moult bien gouverné. (Analyse, § 45 ; Meliadus, fol. 161d)

25Lorsque est évoquée, dans le récit de la mort de Meliadus, la méfiance de Marc, le lecteur peut la raccrocher à la prophétie faite soixante-dix feuillets plus haut. Le fait que Marc « ne doubtoit homme du monde autant comme il faisoit Tristan » concorde avec les données du Roman de Meliadus que reprend l’imprimé.

  • 30  Cette citation et les suivantes sont tirées du chap. 172bis de l’imprimé Meliadus. La transcriptio (...)
  • 31  cf. « Et qui ja me demanderoit comment cest homme avoit peu fere ce lieu si plaisant tout seul san (...)

26Il en va autrement de la référence à la cité de Norholt : une fois sortie du Tristan, elle perd toute signification. C’est sans doute pour cette raison que l’éditeur du Meliadus a substitué aux héritiers de Norholt un autre personnage, le Morholt d’Irlande. On pourrait penser que cette substitution n’est due qu’à la quasi-homonymie des deux noms, et relève plus de la confusion que de l’intention consciente. Bien au contraire, plusieurs éléments montrent que l’éditeur a agi en connaissance de cause. Tout d’abord, l’acte de nomination est mis en scène par une tournure emphatique familière au lecteur de romans arthuriens : « Et [qui] me demanderoit qui estoient ceulx qui avoient occis le Roy Meliadus, je diroye que c’estoient deux du parentage au Morhoult Dirlande »30. L’intervention du narrateur, qui ne figure pas dans l’incunable, souligne le remaniement. S’il peut paraître étonnant pour un lecteur moderne que le texte exhibe ainsi ses belles infidèles, le cas est loin d’être isolé. Maria Colombo Timelli a noté dans la mise en prose de Cligès un recours au témoignage de « l’istoire », au moment même où le prosateur invente de toutes pièces une explication absente du roman de Chrétien ; j’ai relevé un exemple similaire dans la réécriture d’un épisode du Roman de Guiron par le manuscrit 358 de la BnF31. Sans aller jusqu’à convoquer l’autorité fictive de « l’istoire », l’éditeur de l’imprimé use d’une formule rhétoriquement marquée, qui met en évidence l’adjonction apocryphe.

  • 32  Sur les signes et prophéties qui entourent le Morholt d’Irlande dans le Tristan et dans le Roman d (...)

27Le second élément qui plaide en faveur d’une intervention consciente réside dans l’identité du personnage introduit, et dans les signes entourant sa nomination. La présence du surnom « Dirlande » et l’affirmation selon laquelle Tristan, parvenu à l’âge adulte, « aussi occist le Morhoult Dirlande » identifient sans équivoque le Morholt à l’adversaire légendaire de Tristan, oncle d’Iseult et percepteur d’un tribut qui pèse sur la Cornouaille32. Ce passage des « hoirs de Norholt » au « parentage au Morhoult Dirlande » n’est pas sans incidence pour l’histoire à venir : en faisant des parents du Morholt les assassins de Meliadus, l’éditeur invente une offense primordiale entre les deux lignages, et transforme le sens du premier exploit de Tristan. Quand celui-ci, quelques années plus tard, tuera le Morholt d’Irlande, il accomplira, certes, les prophéties de la devineresse, mais surtout il réparera le meurtre de son père, en se vengeant contre un parent des agresseurs.

  • 33  Elle occupe le chapitre suivant et est précédée d’une rubrique dans le ms. de Paris, BnF, fr. 340, (...)

28Cette modification rejaillit enfin sur un détail, situé dans l’imprimé immédiatement avant le récit de la mort de Meliadus. Selon la compilation du pseudo-Rusticien, Tristan, lorsqu’il se rend à Marmonde la Fort, libère Guiron, Danain, le Bon Chevalier sans Peur et, justement, le Morholt d’Irlande. Si cette version avait été reproduite à l’identique dans l’imprimé, sa juxtaposition avec la mort de Meliadus aurait occasionné une légère incohérence : on aurait peiné à comprendre que le Morholt, tout juste délivré par Tristan de Marmonde la Fort, cherche à nuire au lignage de son libérateur – il est vrai à une autre période de sa vie. Sans doute gêné par cette incongruité, l’éditeur remplace le Morholt par Lac, le père d’Erec, dans la tour de Nabon le Noir. Mais ce faisant, il crée une nouvelle contradiction. En effet Lac, à la fin du Roman de Guiron, est emprisonné chez la dame de Malehaut. La compilation du pseudo-Rusticien narre sa libération juste après l’épisode de Marmonde la Fort : tandis que Tristan délivre les chevaliers enclos à Marmonde la Fort, Meliadus retrouve Lac et obtient de la dame de Malehaut qu’elle lui rende sa liberté33. Or l’imprimé, qui reprend cet épisode, le déplace plus haut, avant l’expédition à Marmonde la Fort. Dans le récit ainsi recomposé, Lac est libéré deux fois : une première fois par Meliadus, qui le tire des geôles de la dame de Malehaut, et une deuxième fois par Tristan, qui le sort de Marmonde la Fort. En mettant Lac à la place du Morholt d’Irlande, l’éditeur substitue une incohérence à une autre : tout en conférant une certaine logique au récit de la mort de Meliadus, il juxtapose deux versions concurrentes et, même, incompatibles de la libération de Lac. Dans ce nouvel agencement, priorité est donnée au parcours du lignage héroïque, au détriment des personnages secondaires.

29Les seuils de l’imprimé Meliadus de Leonnoys témoignent d’une réception active des romans médiévaux, que traduisent deux mouvements complémentaires. Le premier est négatif : il réside dans l’effacement de plusieurs données qui, visiblement, ne sont plus réceptibles. La figure d’Helie en chevalier joyeux, à l’ouverture de l’imprimé, ne suffit plus à garantir l’autorité de l’écrivain : elle ne correspond plus aux types de légitimité souhaités et souhaitables. Consciemment ou pas, l’éditeur n’admet pas davantage l’ambiguïté de l’ascendance héroïque dans le Tristan en prose, non plus que l’absence pure et simple de généalogie dans le Roman de Meliadus. Quant à la référence aux héritiers du Norholt, une fois extraite du contexte narratif du Tristan, elle peut difficilement être comprise.

30Non réceptibles, voire, pour certaines, irrecevables, ces données nécessitent une révision. Aussi le second mouvement est-il positif : apportant des compléments ou des correctifs au roman médiéval, les seuils de l’imprimé créent de nouveaux effets de cohérence. Par un jeu sur la mémoire du texte et du lecteur, l’éditeur instaure un lien entre le prologue et le dénouement, dont les formulations se répondent en écho. Il réinvestit et remotive les prophéties concernant Marc et le Morholt, en accordant au second un rôle inédit dans le passé de la légende tristanienne. Ce faisant, il inscrit Meliadus dans un système vindicatoire rudimentaire qui oppose sa lignée à celle du Morholt ; cette opposition prolonge un possible suggéré par le Roman de Meliadus, dans lequel les deux personnages entretiennent de subtiles tensions. Meliadus enfin revêt dans l’imprimé une image univoque : lié à Clovis par le sang, à Charlemagne par son excellence guerrière, il hérite d’un lignage épuré de toute ambivalence. La réécriture biographique du Roman de Meliadus a pour effet majeur, en un siècle où s’exprime la nostalgie d’un âge d’or de la chevalerie, de mettre l’accent sur l’identité proprement aristocratique du héros éponyme.

Annexe

La fin de l’imprimé Meliadus de Leonnoys

La libération des héros du Roman de Guiron enfermés à Marmonde la Fort

Compilation du pseudo-Rusticien, manuscrit de Paris, BnF, fr. 340, f° 114e

(éd. John Fligelman Levy)

Imprimé Meliadus de Leonnoys, chapitre 172

Lors s’en tourne le chastellain aux prisonniers et mist hors Guiron tot le premier, et puis le Bon Chevalier sans Paour, car chascun estoit par soy en une prison, et puis Danayns le roux, et puis le Morhault d’Irlande. Ces .IIII. chevaliers estoient en la tour de Mamonde par le commandement Nabon le jaiant et n’en y avoit plus, mes atant se taist ores li comptes a parler de Tristan et de tous ces autres chevaliers et retourne a parler du roy Meliadus et des aventures qui lui advindrent.

[illumination in right column : Keys to castle delivered to King] / rubrique dans 355

533. Comment le roy Meliadus se mist en la queste de Guiron le courtois et comment il delivra messire Lac de la prison de madame de Maloant.

Lors s’en retourne le chastellain aux prisonniers & mist hors Gyron tout le premier, & puis le Bon Chevalier sans Paour, car chascun estoit a part soy en une prison, & puis Danayn le roux, et puis messire Lac. Les quatre chevalliers estoient en la tour de Marmonde par le commandement de Nabon le geant & n’en y avoit plus. [f° 232 r° col. a] Atant se taist ores le compte a parler de Tristan et de tous ces autres chevaliers & retourne a parler de la mort du roy Meliadus.

Comment le roy Meliadus de Leonnoys fut occis a la chasse par deux chevaliers Dirlande par le conseil du roy Marc de Cornouille (Chapitre 172 bis)

La mort de Meliadus

Tristan en prose, ms. de Paris, BnF, fr. 103

Incunable du Tristan (Rouen, 1489), Paris, BnF, Réserve des livres rares, RES-Y2-57, chapitre XXIII

Imprimé Meliadus de Leonnoys, chapitre 172 bis

(suite immédiate de ce qui précède)

[30r°a] En telle maniere fu sauvee par Tristan sa marrastre. Et sachiés que ceste chose fu tournee a Tristan a grant valour et a grant bonté.

La roy... demoura en paix avecques son seigneur, mais il ne l’ainma puis autant comme devant ne ne se fya en elle.

Ung [2 u de réglure] jour ala le roy cacher en bois a grant compagnie. Si y fu Tristan et Gouvernal pour aprendre maniere de cache.

La ou le roy cachoit, si sourvindrent entr’eulx deux chevaliers armés qui demanderent le roy, et on leur monstre. « Et ou est Tristan et Gouvernal ? » font ilz. Et Gouvernal, qui se doubtoit, dit : « Ilz ne sont pas cy : ilz demourerent en la cité. » Et ceulx se taisent et viennent au roy et dyent : « Roy Melyadus, nous te voulon mal, et si ne l’as pas deservi ; mais tu ou homme de ton lignage le deservira, et seron avilés par toy ou par homme de ton lignage, et toute Cornouaille en tremblera [30r°b] de paour. Et nous le cuidon destourner, si nous en prendron a toy. » Lors traient leurs espees et l’occient ; et ilz refurent maintenant occis. Et ilz estoient hoirs de Norhoult ; et leur avoit dit une devineresse qu’ilz devoient estre honnis par le roy Melyadus : si s’en cuidoient par ce destourner. Et sans faille ilz y estoient venus par le conseil au roy Marc, car le roy Marc ne doubtoit homme au monde autant comme il faisoit Tristan.

Si advint tout ainsi comment la devineresse leur dit, car Tristan occist puis le conte de Norhoult et fist puis la cité destruire. Mais atant leisse le conte a parler de ceste chose et retourne a parler de la mort au roy Melyadus.

Or dit [4 u de réglure] le conte que quant le roy Melyadus fu mort, si commence le deul et la criee. Tristan et Gouvernal en plourerent moult tendrement, et tous les autres aussi. Lors font faire une biere chevaleresse et l’emportent a la cité. Lors commence grant deul et grant pleureys que ceulx de Loonoys font de leur seigneur. Et puis le midrent en terre si honnourablement comment on doit mectre.

En celui temps estoit le roy Marc en son palais, et pensoit moult durement. Et lors passa par devant lui ung nain qui savoit des choses advenir qui lui dit, et avoit long temps esté avecquez Merlin, qui moult lui en avoit aprins.

En [2 u de réglure] telle maniere fut sauvee par Tristan sa marratre. Et sachez que ceste chose fut tournee a Tristan a grant valeur et a grant bonté. La royne demoura en paix avecques son seigneur mais il ne l’ayma onques puis tant [...] ne ne ne (sic)s’i fya.

Ung jour alla la roy chasser a grant compagnie ; si y fut Tristan et Gouvernal pour aprendre maniere de chasser.

Vecy venir entreulx deux chevaliers armez. Si demanderent le roy et l’en leur enseigna. « Et ou est Tristan et Gouvernal ? » font ilz. Et Gouvernal, qui se doubtoit, dist : « Ilz ne sont pas cy, ilz demourerent en la cité. » Et ceulx viennent au roy et lui dient : « Roy Meliadus, nous te voulons mal, et si ne l’as pas desservi ; mais toy ou homme de ton lignage le desservira, car nous serons honniz et aviliez par toy ou par homme de ton lignage, et toute Cornouaille en tremblera de paour. Et nous le cuidons destourner : si nous en prendrons a toy. » Lors trayent les espees et l’occient, et ilz refurent maintenant illec occiz. Et ceulx estoient hoirs de Norhoult et leur avoit dit une damoiselle qu’ilz devoient estre honniz par le roy Meliadus : si s’en cuidoient par ce destourner. Et sans faille ilz y estoient venus par le conseil du roy Marc ; car le roy Marc ne doubtoit homme du monde autant comme il faisoit Tristan.

Si advint tout ainsi comme la devineresse lui avoit dit, car Tristan occist puis le conte de Cornouaille et fist la cité destruire. Mais atant laisse yci le conte a parler de ceste chose et retourne a la mort du roy Meliadus.

Comme ung nain denonça au roy Marc de Cornouaille que par Tristan il se clameroit chetif (XXIV)

Or [3 u de réglure] dit le conte que quant le roy fut mort, si commence le deul et la criee. Tristan & Gouvernal en pleurent moult durement et les autres tout ainsi. Si font une biere chevaleresse et l’emportent en la cité. Lors commence grant deul et grant pleur que ceulx de Leonoys font pour leur seigneur, puis le misdrent en terre si honorablement comme l’en doit roy mettre.

En celui temps estoit le roy Marc de Cornouaille en son palaiz et pensoit moult durement. Et lors passa par devant lui ung nayn qui estoit devin et sçavoit des choses advenir, et avoit esté long temps avec Merlin qui moult lui avoit aprins.

Vous avez cy dessus ouy comment le roy Meliadus, aprés qu’il eut trouvé le chevalier qui luy avoit dit nouvelles de la court du roy Artus, renvoya le chevalier au roy Artus & luy manda les parolles que dessus avez ouyes. Il print son chemin a la mer moult pensif pour la maladie de Tristan. Il vint a la mer & passa oultre jusques a ce qu’il vint en son pays. Quant il fut arrivé, si luy firent les hommes grant feste. Mais il ne povoit faire joye pour la maladie de Tristan son filz que tant aymoit. Si avoit desja Tristan bien dix ans. Quant il fut arrivé au chasteau ou Tristan gisoit malade, si n’en voulut partir jusques a ce qu’il verroit a quoy pourroit tourner la maladie de Tristan. Il fut la bien trois moys devant que on congneut rien de sa santé, mais aprés les trois moys commença a guerir, dont le roy son pere fut moult joyeulx. Adont, quant il veit que Tristan estoit guery, si se pourpensa que assez avoit erré & se reposeroit ung temps. Il se maria a la fille du roy Hoel de la petite Bretaigne de laquelle il eut ung filz. Je ne vous veulx racompter comment la Royne sa mere Astre le voulut empoisonner, car il est assez amplement mis au premier volume de Tristan34. Le roy Meliadus prenoit moult grant plaisir a veoir son filz qui estoit tant beau & devenoit tant bien formé de tous ses membres que plus beau n’eust on trouvé en tout le monde.Ung35 jour print talent au Roy d’aller chasser. Si fist monter Tristan & Gouvernail son maistre pour aller a la chasse & pour apprendre la venerie. Ainsi qu’ilz furent en la forest & que le roy Meliadus estoit ung petit eslongné de Tristan & Gouvernail36, atant veit venir Gouvernail deux chevaliers armez qui demanderent a Gouvernail ou estoit le roy, & il leur enseigna. « Et ou est Tristan & Gouvernail ? » font ilz. Lors Gouvernail, qui se doubta, respond : « Ilz [232b] ne sont pas icy, ilz demeurent en la cité. » Adonc ceulx vienent au roy & luy dirent : « Roy Meliadus, nous te voulons grant mal, & si ne l’as pas desservy ; mais toy ou homme de ton lignage le desservira, car nous serons honnyz et avillez par toy ou par homme de ton lignage, & toute Cornouaille en tremblera de paour. Et pour le destourner, si nous en prendrons a toy. » Lors trayent les espees et l’occient, dont ce fut moult grant dommage. Adonc ilz furent incontinet illec occis. Et [qui] me demanderoit qui estoient ceulx qui avoient occis le Roy Meliadus, je diroye que c’estoient deux du parentage au Morhoult Dirlande37; & leur avoit dit une damoyselle qu’ilz devoient estre honnyz par le roy Meliadus ou aucun qui de luy descendroit38. Si s’en cuydoient par ce destourner. Et sans faille ilz estoient venuz par le conseil du roy Marc de Cornouaille, qui ne doubtoit homme du monde autant comme il faisoit Tristan.

Si advint tout ainsi comme la devineresse avoit dict, car Tristan occit depuis le conte de Cornouaille et fist la cité destruyre ; aussi occist le Morhoult Dirlande39. Si laisserons icy a parler de ceste matiere et retournerons au roy Meliadus qui gisoit mort en la forest.

Le compte dit que quant le roy fut mort, si commença le dueil & la criee. Tristan & Gouvernail meinent grant dueil, aussi font tous les autres. Si font une belle biere chevaucheresse & l’emportent en la cité. Lors commença grant dueil & grant pleur que ceulx de Leonnoys font pour leur seigneur, puis le mirent en sepulture honnorablement comme a roy appartenoit40. Je prie a Dieu qu’il vueille avoir son ame.

Haut de page

Notes

1  Editio princeps parue à Rouen chez Jehan le Bourgoys en 1489 ; rééditions par Antoine Vérard en 1494, avant 1499, ca. 1499, en 1503, par Michel le Noir en 1514 et 1520. Denis Janot fera paraître une ultime réédition en 1533, postérieure au Meliadus. On peut consulter l’editio princeps dans l’exemplaire de la Bodleian Library, Douce 224 grâce au fac-similé éd. par C. E. Pickford, London, Scolar Press, 1976. Je m’appuierai ici sur l’exemplaire de cette édition conservé à la BnF, RES-Y2-57, disponible sur le site Gallica.

2  Cité par E. Baumgartner, « Du manuscrit BNF fr. 103 du Tristan en prose à l’imprimé du Tristan par Jehan le Bourgoys (1489) », Ateliers 30, 2003, p. 11-25 : p. 14.

3  Ibid., p. 15.

4  Ibid., p. 14.

5  Gyron le Courtois, Paris, Antoine Vérard, ca. 1501, reproduit par le fac-similé éd. par C. E. Pickford, London, Scolar Press, 1977.

6  Cet ensemble mouvant, que l’on désigne par commodité sous le titre englobant de Guiron le Courtois, a fait l’objet de trois ouvrages parus presque simultanément : Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces ». Guiron le Courtois (XIIIe-XVe siècles) : la cohérence en question, Paris, Champion, 2010 ; Nicola Morato, Il ciclo di « Guiron le courtois ». Strutture e testi nella tradizione manoscritta, Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2010 ; Barbara Wahlen, L’écriture à rebours. Le Roman de Meliadus du XIIIe au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2010. Chacun fait une place à des éléments différents de la tradition manuscrite, et se distingue par une approche particulière : anthropologique pour le premier, philologique pour le second, narratologique pour le dernier. Tous renouvellent l’étude de Guiron le Courtois, auquel Roger Lathuillère avait consacré une étude pionnière : Guiron le Courtois. Étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966, désormais Analyse.

7  Pour un répertoire des éditions de romans arthuriens, voir Cedric E. Pickford, « Les éditions imprimées de romans arthuriens en prose antérieures à 1600 », BBSIA 13, 1961, p. 99-109 et Philippe Ménard, « La réception des romans de chevalerie à la fin du Moyen Âge et au XVIe siècle », BBSIA 49, 1997, p. 234-273.

8  Denis Janot réédite à l’identique le Meliadus de Leonnoys de Galliot du Pré en 1532. L’édition de Galliot du Pré, très rare, est disponible à la BnF, Rés. Y2 354, ainsi qu’à la Bibliothèque du Patrimoine de Toulouse, n° 142. L’édition de Denis Janot est mieux représentée : on en conserve une quinzaine d’exemplaires recensés par Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit., p. 300, note 41. Les références de cet article renvoient à l’édition de Denis Janot dans l’exemplaire d’Aberystwyth, National Library of Wales, reproduit par le fac-similé éd. par Cedric E. Pickford, London, Scolar Press, 1980.

9  Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit., p. 289-354 sur l’imprimé, p. 339-345 sur la transition.

10  Ce prologue a fait l’objet de nombreuses études : Roger Lathuillère, « Le livre de Palamède », Mélanges Pierre Le Gentil, Paris, SEDES, 1973, p. 441-449 ; Emmanuèle Baumgartner, « Sur quelques constantes et variations de l’image de l’écrivain (xiie-xiiie siècle) », Auctor et Auctoritas. Invention et conformisme dans l'écriture médiévale, éd. Michel Zimmermann, Paris, École des Chartes, 2001, p. 391-400 ; Richard Trachsler, « Le visage et la voix. L’auteur, le narrateur et l’enlumineur dans la littérature narrative médiévale », BBSIA 57, 2005, p. 349-371 ; Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces »..., op. cit., p. 32-36 ; Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit., p. 16-21.

11  Prologue édité d’après le ms. de Paris, BnF, fr. 338 par Roger Lathuillère, Analyse, p. 175-180 ; par Nicola Morato d’après des folios retrouvés du ms. de Paris, BnF, fr. 350, « Un nuovo frammento del Guiron le Courtois. L’incipit del ms. BnF fr. 350 e la sua consistenza testuale », Medioevo Romanzo XXXI, 2007, p. 241-285.

12  Comme l’a montré Barbara Wahlen, les modifications les plus spectaculaires concernent l’attribution du roman à Rusticien de Pise, et la substitution du Livre du Bret, désormais incompris, par le Livre du Brut (L’écriture à rebours..., op. cit., p. 296-297 et 330-334).

13  Le texte, édité par Barbara Wahlen, est donné en annexe de cet article.

14  Le passage correspond au § 48 de l’Analyse de Roger Lathuillère. Il figure au fol. 176d de l’imprimé : « Je diroye que le roy Meliadus valut mieulx que Tristan son filz, et vous diray raison pourquoy. Ce que Tristan fist, selon ce que je voy, il le faisoit par amours ; et le tres grant faict qu’il fist il n’eust ja fait ce ne feussent amours qui le contraignoient a ce faire et qui maintes fois l’a mis en moult mortelz perilz, pour quoy je dis que il feit plus par force d’amours que par autre chose. Amours luy estoit esperon et esguillon qui de bien faire le semonnoit et contraignoit moult de fois. En telle maniere comme je vous dis estoit de Tristan. Mais du roy Meliadus ne puis je mye ce dire, se je veulx dire la verité, car de ce qu’il feit il ne fist mie par force d’amours, mais par force de son corps seulement. De sa propre bonté luy vint de bien faire et non par force d’amours. »

15  Sur cette omission accidentelle, voir Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit.,p. 336.

16  Les comparaisons prennent place aux § 38 et 39 de l’Analyse de Roger Lathuillère. Dans l’imprimé, Meliadus est comparé à Hector par Arthur au fol. 129a et par son frère de lait au fol. 122c.

17  Édition de Barbara Wahlen, L’écriture à rebours..., op. cit.,p. 467-468. Sur la référence à Perceforest, voir les notes 54 et 55 p. 467.

18  Pour une démonstration plus complète, je me permets de renvoyer à mon ouvrage « Ensemble ou par pieces »..., op. cit., p. 201-225.

19  Seul le titre du chap. XXI de l’incunable, « Comme Meliadus, roy de Leonois, espousa Ysabeau, fille du roy Felix, en laquelle il engendra Tristan », peut être rapproché de la généalogie du prologue.

20  Aux chap. X, « Comme le filz du roy Pelias que l’en menoit destruire fut prins par le geant », et XVI, « Comme Apolo occist le geant et delivra le roy Pelias et son filz » (je souligne).

21  La mort de Meliadus est racontée au chap. XXIII de l’incunable, au chap. 172bis de l’imprimé.

22  Version donnée par les manuscrits de Paris, BnF, fr. 340, fol. 111c-114e et fr. 355, fol. 405b-409b, reprise par l’imprimé dans les chap. 168-172. Le texte est le même dans les deux manuscrits. Le manuscrit 340 a fait l’objet d’une édition par John Fligelman Levy, Livre de Meliadus : an Edition of the Arthurian Compilation of BNF fr. 340 attributed to Rusticien de Pise, Ph.D., Berkeley, University of California, 2000. Le passage concernant Marmonde la Fort que reprend l’imprimé occupe les § 520-532, p. 386-397.

23  « La mère Astre » provient visiblement d’une mauvaise lecture pour « la marrastre », graphie employée ailleurs dans l’incunable du Tristan.

24  Pour tout le développement qui suit, le texte de l’imprimé Melidaus est donné en annexe aux côtés de ceux du Tristan en prose du manuscrit de Paris, BnF, fr. 103 et de l’incunable.

25  Respectivement aux § 173, 195 et 222 du Roman de Tristan en prose, éd. Renée Lilian Curtis, München, M. Hueber, t. I, 1963. La citation provient de l’incunable, fol. 26d.

26  Le Roman de Tristan en prose, éd. cit., § 243. Cette mention disparaît de l’incunable.

27  Incunable, chap. XXIII (texte complet en annexe).

28  Incunable, chap. XXIII (texte complet donné en annexe).

29  Incunable, chap. XXIV (texte complet donné en annexe).

30  Cette citation et les suivantes sont tirées du chap. 172bis de l’imprimé Meliadus. La transcription complète du passage est donnée en annexe.

31  cf. « Et qui ja me demanderoit comment cest homme avoit peu fere ce lieu si plaisant tout seul sans ayde de personne, voire et l’avoit tant ricement orné que nul plus beau ne pourroit estre fait, respond l’istoire que l’ouvrier, qui estoit soubtil, avoit trouvé en ceste maison une miniere d’argent. », Livre de Alixandre, empereur de Constentinoble, et de Cligès son filz. Roman en prose du xve siècle, éd. Maria Colombo Timelli, Genève, Droz, 2004, « Introduction », p. 27. C’est l’éditrice qui souligne. La formule se retrouve dans le ms. de Guiron le Courtois Paris, BnF, fr. 358. Le remanieur, complétant les « oublis » de la version de base, attribue à un géant jusque-là anonyme un nom, une origine et un lignage : « Qui demanderoit qui estoit ce geant, l’istoire respond qu’il avoit a nom Fribault et qu’il estoit illec venu puis trois mois de Irlande la Sauvage. Si se tenoit en une roche et avoit avec lui chincq aultres geans, ses freres. » (§ 216 de l’Analyse, ms. 358, fol. 59b).

32  Sur les signes et prophéties qui entourent le Morholt d’Irlande dans le Tristan et dans le Roman de Meliadus, voir Barbara Wahlen, « Entre tradition et réécriture : le bon Morholt d’Irlande, chevalier de la Table Ronde », Façonner son personnage au Moyen Âge. Actes du colloque d’Aix-en-Provence (9-11 mars 2006), éd. Chantal Connochie-Bourgne, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2007, p. 351-362.

33  Elle occupe le chapitre suivant et est précédée d’une rubrique dans le ms. de Paris, BnF, fr. 340, « Comment le roy Meliadus se mist en la queste de Guiron le courtois et comment il delivra messire Lac de la prison de madame de Maloant » (§ 533 de l’édition de John Fligelman Levy).

34  Echo aux termes du prologue.

35  Début du passage emprunté à l’incunable du Tristan.

36  Ajout par rapport au texte de l’incunable.

37  Ajout et modification par rapport au texte de l’incunable.

38  Ajout par rapport au texte de l’incunable.

39  Ajout par rapport au texte de l’incunable.

40  Fin du passage emprunté à l’incunable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Albert, « Recycler Meliadus : la réception de l’identité héroïque dans l’imprimé Meliadus de Leonnoys (1528) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 487-503.

Référence électronique

Sophie Albert, « Recycler Meliadus : la réception de l’identité héroïque dans l’imprimé Meliadus de Leonnoys (1528) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12961 ; DOI : 10.4000/crm.12961

Haut de page

Auteur

Sophie Albert

Paris-Sorbonne – EA 4349 « Étude et édition de textes médiévaux »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org