Navigation – Plan du site
Bon gré mal gré : les échanges interconfessionnels dans l’Occident chrétien (XIIe-XVIIe siècles)

Les juifs courtiers parmi les chrétiens : l’échange sans la religion ?

Claude Denjean
p. 197-212

Résumés

Dans les pays de la Couronne d’Aragon où l’usure est réglementée, donc autorisée, spécialement en Catalogne et à Majorque, les courtiers ne sont pas nécessairement ou seulement des juifs appréciés pour leurs qualités de « passeurs ». Nous savions déjà que les juifs, certes surreprésentés dans le commerce, exercent des activités très variées, à l’instar des chrétiens et que l’entreprise et le crédit restent au XIVe siècle l’apanage d’un groupe de plus en plus réduit, membre des élites urbaines et intellectuelles. Deux réseaux d’affaires sont comparés : celui de Pons de Gualba, qui fut évêque de Barcelone, et celui de Bartomeu de Mans, viguier à Vilafranca del Pénedes, associé à Berenger de Finestres, changeur barcelonais. Malgré l’imbrication des réseaux dominés par d’éminents personnages et malgré la proximité des entrepreneurs juifs et chrétiens et l’exercice de rôles comparables par les membres de religions différentes, la position des uns et des autres dans un réseau précis introduit des nuances subtiles, l’emploi des juifs et des chrétiens n’y est pas interchangeable alors qu’il l’est dans la société, les structures d’association choisies diffèrent, de même que les moyens employés pour attaquer et insulter un concurrent. Nous n’observons pas l’échange sans la religion mais un jeu de positions qui utilise la différence religieuse pour exprimer très normalement le bon amour ou la haine que se portent les hommes d’affaires.

Haut de page

Texte intégral

1En Catalogne et aux Iles Baléares comme dans d’autres régions méridionales, les relations des juifs avec les chrétiens à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle apparaissent dans les sources dans toute leur ambivalence. Les historiens de la violence inter-religieuse relèvent les actes des pouvoirs souverains à vocation normative ségrégative ou les témoignages d’antijudaïsme et de violences antijuives, sentiments mal perceptibles en 1240, massacres avérés en 13201. Les historiens de l’économie trouvent au contraire dans les actes notariés la preuve de l’insertion de juifs dans les circuits de crédit et d’échanges marchands2. Dès la fin du XIIe siècle, nous assisterions à une sorte d’invention du judaïsme par la société chrétienne, pour paraphraser Monique Zerner3, que nous pouvons comprendre dans le mouvement ecclésial analysé par exemple par Dominique Iogna-Prat4. L’Autre, le juif comme le musulman, serait mieux connu pour être mieux combattu. Au même moment, l’essor des villes, contemporain d’une inflation documentaire extraordinaire, nous donne à voir des juifs prêteurs, des juifs marchands, des juifs courtiers, immigrants ou anciennement installés. Cette épiphanie du juif pourvoyeur d’argent, alors que le crime d’usure est de mieux en mieux combattu, est un phénomène de grande portée : sociale et politique à la fin du Moyen Âge puisque les édits d’expulsion s’appuient sur un exposé des motifs arguant des pratiques usuraires juives5, historiographique ensuite puisque la place du courtier et de l’usurier juifs se lit comme preuve de marginalité et d’exclusion car son insertion dans les réseaux marchands en ferait un étranger à même de connecter divers réseaux6. Observons-nous « des conflits religieux […] progressivement associés à divers types d’échanges entre confessions » ou voyons-nous émerger des rapports « à la Janus », soit des relations bi-face ? La proposition du programme Bon gré, mal gré, qui affirme :« loin de constituer des pratiques marginales n’émergeant qu’en période de paix, loin de constituer le versant pacifique de la violence religieuse, ces échanges sont paradoxalement constitutifs des oppositions », est à cet égard stimulante. Les communautés juives de la Couronne d’Aragon vivent sous le statut du vaincu et du minoritaire, qui protège leur spécificité religieuse lors du serment, dans l’acte notarié, par le respect des interdits. Ce système juridique et politique n’exclut ni la possibilité d’identité commune et d’identités emboîtées, ni des stratégies partagées lors d’associations entre juifs et chrétiens7.

2Les courtiers juifs, à double titre juifs parmi les chrétiens, sont alors une figure particulièrement intéressante pour notre propos. Je ne reviendrai pas sur les conclusions de l’étude des réseaux relationnels des prêteurs où je déclarais que la position du juif « passeur » était plus fantasmatique que réelle8. La position favorite des juifs marchands-prêteurs n’est pas plus celle d’intermédiaire que celle des marchands-prêteurs chrétiens, en Catalogne entre 1240 et 1340. Cependant, en reprenant le dossier du courtage, je souhaite affiner deux de mes conclusions antérieures. En effet, deux recherches indépendantes ont mis en valeur des cas de juifs courtiers, marseillais9 ou du Penedés10, où la religion de ces praticiens intervenait bel et bien. Certes Marseille n’est pas l’Aragon : la loi sur l’usure et la possibilité d’une citoyenneté juive explicite opposent les deux lieux puisqu’en Catalogne l’usure est légale mais qu’à Marseille le juif peut être nommé civis11. Néanmoins, ces études invitent à nuancer les réponses et à revoir le débat déjà présent dans l’ouvrage de Maurice Kriegel12. Quelle est donc la place de la religion dans les contrats financiers qui lient entrepreneurs et changeurs chrétiens avec des marchands-prêteurs juifs ? Devons-nous conclure à la prééminence de l’échange sans religion ou reconnaître des cas où la judéité importe ? Parlons-nous alors de religion ou de statut juridique lié à l’appartenance à une communauté religieuse ? Quelles conséquences sur la géographie relationnelle provenaient des limites comme des avantages qu’offrait ce statut ? Les réponses ne relèvent pas seulement de l’histoire des juifs, elles éclairent la nature des marchés à la fin du XIIIe siècle et précisent le portrait du « marchand »13.

3Rappelons d’abord quelles activités pratiquaient les juifs de la Couronne d’Aragon et celles qu’ils ne pratiquaient pas. Ma question cite des entrepreneurs et changeurs chrétiens et des marchands-prêteurs juifs parce que nous rencontrons ce cas de figure couramment. Si les juifs peuvent encore être officiers royaux et avoir autorité sur les chrétiens, officiellement jusqu’en 1283, s’ils exercent tous les métiers, leur position dans les réseaux marchands n’est pas indifférente14. Nous disposons des résultats de deux types d’études qui permettent de reconstituer les réseaux relationnels, parmi lesquelles je choisirai comme exemples les lieux que j’ai étudiés directement à partir des archives : soit des monographies urbaines15, soit des travaux sur un milieu à une échelle plus large, du Royaume à la Méditerranée16. Leurs conclusions nous fournissent le nombre et la position des juifs dans les échanges et permettent une comparaison avec les chrétiens. Rappelons que la documentation ne nous apporte des informations qu’au sujet des élites suffisamment riches pour recourir aux services d’un notaire. Ainsi à Perpignan, sur 228 adultes masculins cités dans les registres, 178, soit 80%, sont prêteurs, parmi lesquels des femmes. Les secrétaires de l’aljama sont les prêteurs les plus importants et actifs17. La situation est identique à Puigcerdà entre 1260 et 1298, alors que le pourcentage diminue dès les années 1300 : les notaires citent entre 10 et 100 prêteurs selon les années pour une population représentant 8 à 10% de la population totale, soit environ 500 personnes au milieu du XIVe siècle ; cependant seulement six gros prêteurs se partagent le marché du crédit sans être rejoints par des prêteurs occasionnels après le XIIIe siècle18. Les autres actes que font enregistrer les juifs visent à garantir la transmission des biens au sein des familles. Ce n’est qu’au XIVe siècle que l’essor de la fiscalité nous permet de comparer le nombre de prêteurs avec celui des chefs de feux : 1% en 1380. Cependant, la crise a diminué le nombre de prêteurs : seuls les professionnels bien implantés peuvent poursuivre leurs affaires19 – et les leçons tirées de la comparaison ne peuvent s’appliquer telles quelles à la période précédente. N’oublions donc pas que nous raisonnons sur des cohortes en nombre limité, que nous ne parlons pas des juifs mais des prêteurs juifs, les seuls que nous connaissions convenablement20. Par ailleurs, ces individus ou ces sociétés qui se consacrent au crédit se révèlent souvent, dès que nous disposons d’informations fiables, trop rares pour autoriser l’emploi des statistiques, exercer des activités beaucoup plus diversifiées, à l’instar de leurs collègues chrétiens. Dans les villeneuves comme Perpignan, Puigcerdà ou Vilafranca de Penedés, nous pouvons nous demander si les juifs nouvellement arrivés ne mettent pas un certain temps avant de pouvoir exercer leurs métiers21. Sinon faut-il croire à un biais des sources, moins marqué pour les chrétiens où le nombre de métiers cités est plus grand que pour les juifs, phénomène compréhensible vu l’étroitesse relative du panel.

4Quelques faits sont cependant avérés. Les prêteurs que nous connaissons, parmi lesquels se recrutent les courtiers, même les courtiers en animaux (cursor animalium), sont des urbains, membres des élites communautaires, prenant des responsabilités comme conseillers, secrétaires, collecteurs d’impôts, associés et interlocuteurs privilégiés de leurs collègues chrétiens qui, lorsqu’ils sont eux-mêmes conseillers de l’Universitas, leurs confient des tâches22 ou sous-traitent des marchés23. Ils sont liés à des notaires, eux-mêmes parents des marchands chrétiens voire hommes d’affaires eux aussi24. L’activité de prêteur ne pourrait s’envisager sans notaire. Ils ont des relations directes ou indirectes avec les puissants et appartiennent ainsi à des réseaux qui ont l’oreille du roi. Certains prêtent même au roi et à ses familiers, à certains grands nobles25. Cette activité va de pair avec une place de conseiller officieux, au moins jusqu’au règne de Pierre le Cérémonieux (1336-1387), voire au XIIIe siècle avec une charge administrative officielle. Cela ne les empêche pas de pourvoir aux besoins des ruraux, seigneurs ou laboureurs. Ils sont souvent dominants dans le petit crédit rural, en principe à court terme (six mois à trois ans), en réalité engageant pour de longues années (jusqu’à vingt ans)26. Cette spécialisation ne les empêche pas d’avoir le même profil que leurs collègues chrétiens et de mêler le commerce sur de longues distances avec de petits prêts locaux, l’investissement financier et la mise à disposition de liquidités et de numéraire avec la production. S’il fallait les définir d’un mot, ce sont des hommes d’affaires du genre du chrétien Arnaud de Codalet dont le portrait fut dressé par Richard W. Emery27. Ils ont un métier de production dans la mesure où ils dirigent un atelier, dominent un secteur d’artisanat rural ; ils sont marchands dans la mesure où leur boutique assure tant de l’import-export que du petit commerce local dans plusieurs domaines dont l’un est souvent préférentiel (blé, safran, amandes en Penedés, corail à Castello d’Empurias) ; ils assurent les services financiers nécessaires à ces échanges en détenant du numéraire, en recevant ou contractant des commendes-dépôt, en prêtant en mutuum. Selon les lieux, ils constituent des sociétés en bonne et due forme ou non, mais des sociétés plutôt familiales qui rassemblent seulement des juifs, à la différence des autres types de contrats. Ils sont plus facilement accusés d’usure simple, ce qui est logique puisqu’ils dominent le petit crédit rural dont l’outil principal est le mutuum28.

5Ces activités économiques ne les empêchent pas de se consacrer à d’autres tâches. Le niveau d’étude des juifs engagés dans ces affaires est excellent, supérieur à la moyenne pour les communautés bien connues comme celle de Perpignan ou de Gérone. Les exemples les plus remarquables sont ceux des Saporta ou de la famille de Salomon ben Adret à Gérone et Barcelone29. À Perpignan, les intellectuels les plus connus sont prêteurs : Menahem Meiri, qui selon Saige et Gross, apparaîtrait dans la documentation de la pratique sous le nom de Vitalis Salomon Mayr avec 31 prêts ; le poète Pinhas ha-Levi, dit Vitalis Profait, repéré 11 fois ; Abram Bedersi, Abram Mosse de Montpellier alias Abram de Sala, avec ses fils Davinus Abrae et Jacob de Sala30. De là à parler d’une activité qui assure les revenus de ceux qui veulent étudier, il y a un raccourci difficile à admettre ; tous les prêteurs ne sont pas d’éminents talmudistes ou de grands poètes. De même pouvons-nous poser la question des médecins. En Roussillon et en Cerdagne, on sait peu des médecins, qui ne sont pas désignés ainsi dans les registres : en 1273-7, Davinius de Castlario, habitant de Perpignan, voisine avec 7 médecins chrétiens et 3 chirurgiens31. Il est d’ailleurs très difficile, même au XIVe siècle, de découvrir qui est médecin. Seuls les médecins appointés par la commune apparaissent à coup sûr dans la documentation et ce sont plus rarement des prêteurs très actifs en Cerdagne32. Par contre, le milieu des secrétaires et conseillers, celui des grands intellectuels et celui des médecins sont des milieux étroits réduits à quelques familles33.

6En Roussillon, Cerdagne et Catalogne, les juifs qui pratiquent le courtage sont d’abord des prêteurs appartenant aux élites communautaires et urbaines, majoritairement liés aux milieux méridionaux plutôt qu’andalous et nord-africains. Ils ne sont pas étrangers à la sphère de production, commercent et peuvent être également intellectuels et médecins. Ainsi pratiquent-ils la polyvalence caractéristique des activités marchandes médiévales, sans dominer un réseau de crédit et de commerce comme certains changeurs ou drapiers chrétiens. Leur capital relationnel est par contre essentiel et leur réseau d’interconnaissance très étendu géographiquement, profond socialement. Leur pluriactivité favorise leur bonne connaissance du terrain local, même s’ils ne passent que quelques mois dans une des villes où ils opèrent. De Montpellier à Majorque, de Perpignan en Penedés en passant par Gérone, les plus éminents d’entre eux pourvoient aux besoins du roi comme à ceux d’un paysan de la montagne. Derrière leur apparente modestie se révèle souvent un excellent potentiel investi dans les affaires et l’appartenance à un clan juif et chrétien. A priori, la judéité n’est pas un handicap, elle ne constitue pas une marque, encore moins un stigmate ; elle n’est pas plus nécessairement un avantage. Les juifs sont simplement sur-représentés dans les catégories marchandes et jouissent d’un niveau d’études supérieur à la moyenne des chrétiens. Dans l’espace de la Couronne d’Aragon, où l’usure est légale mais où les lois sur l’usure distinguent le crédit chrétien de l’endettement auprès des juifs34, le fait d’être juif n’apparaît pas au premier abord comme un élément déterminant des relations économiques. Nous devons donc étudier des sources témoignant de conflits pour saisir plus précisément la nature exacte des relations économiques des juifs et des chrétiens, dans une société où le juif a un statut de minorité vaincue, inférieure.

7Observons maintenant un cas particulier, celui du réseau financier attaqué lors de la lutte contres les usures en 1297. Quelques courtiers juifs apparaissent dans les récits des témoins, alors que d’autres se révèlent des acteurs notables de cette affaire. Un groupe comprend des juifs, un autre pas du tout, alors que le troisième recourt à des juifs intermédiaires. Certaines causes, distinctes des accusations d’usures et de malversations permettent d’évaluer le poids de l’antijudaïsme en Penedés, alors que l’ensemble des procédures montre comment les juifs sont traités en justice et quelle est leur marge de manœuvre. Cet ensemble d’enquêtes et de procès implique des acteurs de Perpignan, Majorque, Barcelone et Vilafranca de Penedés dont la situation sociale est variée ; ce dossier nous fait découvrir un réseau dont les juifs sont absents, un autre où les juifs ont une place importante alors que la communauté du Penedés se plaint des agissements antijuifs d’un officier royal. Nous sommes quelques années après l’exclusion des juifs de cour qui avaient dominé la région sous le règne de Pierre le Grand, alors que les réformes imposées par le Privilegio General sont effectives ; c’est un nouveau roi, Jacques II, qui impose sa loi, remet de l’ordre face aux officiers de son frère et prédécesseur et reprend également la main sur le parti majorquin. Les affaires que nous donnent à connaître les inquisitiones contre les officiers, et celles contre les usuriers sont éminemment politiques ; leur résultat est plus qu’une mise à la norme, il dresse un portrait de la ou des communautés politiques autour du roi.

8L’un des groupes que les procès barcelonais et majorquins font apparaître oppose Pons de Gualba, sacriste de Majorque (1290-1300), chanoine puis évêque de Barcelone (1303-1334), à des marchands et prêteurs majorquins et catalans. Deux causes impliquent ce haut personnage, qu’avait précédé dans sa charge Geraud de Gualba, chanoine de Barcelone puis évêque (1284-1285), alors que nous repérons un Arnaud de Gualba, archidiacre de Majorque avant 129535 : la première est connue en 1298 lors de l’enquête contre les usuriers et l’oppose à Simon de Peligriano au sujet d’un mutuum assorti d’une barata suspecte pour soixante-dix livres36 ; la seconde l’oppose en 1300 au marchand majorquin Guillem Laurent au sujet d’une créance de 200 quarterées de froment pour cinquante livres barcelonaises. Autour de Pons de Gualba gravite un réseau quasiment sans courtier, un réseau où les juifs ne sont présents qu’exceptionnellement, que nous pouvons reconstituer à travers les procès mais aussi les actes de la chancellerie royale et ceux de la cathédrale de Majorque37. Les notaires, courtiers et marchands qui collaborent avec les chanoines de Majorque sont des chrétiens majorquins, partenaires attitrés des chanoines de la Seu. C’est à Barcelone qu’intervient un courtier juif qui conduit le sacriste vers Simon de Peligriano, un des marchands dépendant du changeur Berenger de Finestres.

Item Petrus de Tagamanent clericus et rector sancti Martini Provincialibus testis juratus et interrogatus super primo articulis et secundo, dixit quod bene sunt v vel vi anni elapsi quod Poncius de Gualba sacrista maiorice venit de escolis scilicet de Montepelusano et fuit in barchinonam et venit cum eo tunc Jacobus de Arreriis mercator tunc commonias in Montepelusano qui mutuaverat dicto sacrista quamdam quantitatem peccunie per quod exigenda et recuperanda venit cum dicto sacrista et ipso tempore iste testis erat procurator dicte sacrista et vidit eo tempore quod dictus sacrista ad instrumenta debiti dicti jacobi de arreriis fecit per quaeri per Jaconum de Baseriis judeum et P. Serradellum cursorem animalium baratam (f. 3.)38 ex {quam} posset habere peccuniam de qua satisfaceret predicto mercatori et de qua posset emere unum vel duos animalium ad opus sui {sol-um} multi pro qui siviserat. Invenerunt Simonem de Peligriano ()dum eorum relationem dixit quod mutuaret dicto sacriste {-} et {-} mille solidos dum modo dictus sacrista reciperet quandam roncinum () Simonis pro lxx libras et quod feceret sibi instrumentum debiti v milibus et cccc {solidos}…39

9Dans cette histoire, le courtier en bétail est assisté par un juif, dont l’activité de courtier n’est pas spécifiée, mais qui de fait agit comme un « courtier d’oreilles », capable de mettre en rapport des milieux privés de l’interconnaissance nécessaire à la tractation. Le montage de l’opération est suspect et Tagamanent témoigne que tout cela eût lieu à l’instance du marchand, dans la maison de Pons en présence de Burdeus de Castro-Terciolo, du chanoine de Turri de Majorque, et du juif ! Il s’agit d’avancer de l’argent au sacriste, d’où la présence du juif expert dans ce type de contrat à court terme et à haut risque ; le courtier en animaux n’intervint que plus tard, et une barata, contrat qui introduit un échange en nature et qui « vient à effet » comme le mutuum, à six mois, fut adjointe au mutuum simple et même confondue avec lui. Pons de Gualba est un client habituel pour ce type d’acte ; les gens qui fréquentent sa maison sont ses proches et des hommes d’affaires avec lesquels il ne semble pas en relations quotidiennes. Le juif Jaco de Baseris nous indique que le prêteur Simon de Peligriano n’était pas plus libre que son débiteur de consentir un prêt et une vente. En effet, lui aussi était en mal de remboursement pour une grosse somme. Le changeur Berenger de Finestres trouva une solution pour le payer : il le fit mettre en relation avec Pons de Gualba40. Mais selon Jaco, Simon n’aurait jamais tenté une telle affaire dans un contexte meilleur41.

10Pons de Gualba se révèle surtout fidèle partisan du roi de Majorque contre le gouverneur aragonais de Montcade. La gestion du patrimoine de la mense canoniale comme la conduite de ses affaires par le sacriste, manifestent la distance des nobles de la cour royale promis aux plus hautes charges politiques à l’égard des marchands gestionnaires de biens et pourvoyeurs d’argent ou de biens. En cas de difficultés cependant, ces hommes providentiels interviennent, voire dictent leur loi. La hauteur face aux marchands se manifeste par l’emploi constant d’un procureur attitré comme le chanoine de Turri vers 1292 ou d’un notaire comme Jaume de Marina42. De même faut-il aller dans la maison du sacriste pour demander son argent. L’achat d’un cheval peut également être considéré comme un signe de noblesse. La gestion des biens s’attache à exploiter les revenus fonciers et agricoles, à contrôler les paysans ; les sommes obtenues par ce biais ou par les donations sont confiées aux marchands qui les font fructifier en commende-dépôt à réquisition43. Le produit va aux travaux de construction de la cathédrale de Majorque44 puis de celle de Barcelone45. Pons de Gualba, ambassadeur et politique, délègue donc la gestion patrimoniale quotidienne et n’a pas de ce fait à entretenir de rapports directs avec les marchands et changeurs même les plus notables46. Pourtant, les affaires le conduisent à dépendre du réseau de Finestres, comme d’autres grands, comme le roi lui-même.

11Le réseau de Finestres est pour sa part fortement hiérarchisé et fragmenté mais socialement plus homogène puisqu’il s’agit d’un réseau marchand, connecté aux réseaux de la cour royale et de grands nobles. Malheureusement pour ce changeur barcelonais, le groupe fait l’objet d’une attaque implacable, d’autant plus grave qu’il est sans doute divisé entre des sous-groupes qui s’accusent impitoyablement les uns les autres. Ce qui nous intéresse ici est de préciser quelle place est laissée aux juifs dans le système financier dominé par Berenger de Finestres.

12A priori, la place des juifs est fragile car leur religion les expose à des vexations et à des violences spécifiques alors que leurs activités créditrices favorisent les accusations d’usure. Ils sont donc sur-représentés parmi les victimes d’abus et de violences. Ainsi, quarante-et-un juifs de Vilafranca de Penedés se plaignent de l’officier de justice Bartomeu de Mans, individuellement et collectivement, pour sept chrétiens constitués demandeurs lors des enquêtes de 1297. Il s’avère toutefois que la dissemblance provient du fait que les juifs parviennent à réagir collectivement, à la différence des chrétiens dont les plaintes montrent pourtant que les violences et malversations de Bartomeu visaient des groupes. Les juifs seraient particulièrement investis dans le champ judiciaire, comme l’a déjà remarqué Joseph Shatzmiller à Manosque47. Quant aux violences, ce n’est pas les minimiser que de souligner qu’elles ne sont pas pires que celles que subissent les chrétiens. La différence entre les malheurs des uns et des autres est cependant de taille puisqu’elle relève de l’antijudaïsme. Le sentiment antijuif assez communément quoique très vaguement partagé se manifeste donc, en l’absence d’émeutes exceptionnelles mais toujours possibles, par des insultes adaptées, le laxisme devant le caillassage des portes de maisons de juifs par des enfants48. La bataille rangée, les exactions policières, les meurtres touchent de préférence les chrétiens de Vilafranca qui s’opposent au pouvoir de Bartomeu. Les amendes levées injustement, les emprisonnements abusifs, la prise de fils comme otages valent pour tous, quelle que soit la religion de la victime49.

13Le changeur barcelonais Berenger de Finestres est pour sa part à l’abri de tout abus et de toute attaque dans un premier temps, pour plusieurs raisons. Il est membre du métier des changeurs qui s’opposent en groupe aux procédures d’enquête à Barcelone, représentés en novembre 1297 par P. Mayoll, Bernat Burget, Galcerand de Nagera, Bartolomeu Burges et Bernat Sabater, conseillers de Barcelone. Il a donc bénéficié comme ses collègues de la grâce royale préalable aux enquêtes et jouit des privilèges et usages de Barcelone qui le protègent contre une procédure abrégée. En outre, si, dans bien des procès, il s’avère que les paiements se faisaient à la table du changeur de Finestres, et si, de ce fait, Berenger a pesé par son intransigeance ou son besoin sur les choix de certains de ses débiteurs et clients directs ou indirects – comme dans le cas de Simon de Peligriano et du sacriste, ou dans celui qui oppose Bartomeu de Mans à Gerau de Martini –, Berenger se réserve le rôle de payeur de numéraire et laisse aux autres le risque d’être créancier. Il n’a généralement pas contact directement avec la clientèle. Ainsi, nous ne savons rien des contrats qui le lient aux prêteurs et aux courtiers. Il n’empêche, il finit par tomber sous l’inculpation de faillite frauduleuse, sous les coups de ses anciens associés et obligés, parmi lesquels Berenger Marquès, Bernat de Vallmoll, Ferrer Torrelles50.

14Des juifs comme quelques chrétiens, le plus souvent des seigneurs, peuvent eux aussi fournir de l’argent à ceux qui tiennent le crédit local à Vilafranca ou à Perpignan, lorsqu’ils prêtent et surtout lorsqu’ils assurent une commende-dépôt, à l’instar du sacriste. À Vilafranca, Salamonet fils d’Issach den Abraham reste discret mais a prêté de l’argent à Bartomeu de Mans. Ces hommes utilisent des fondés de pouvoir et restent ainsi à distance des conflits journaliers du crédit. Les juifs ne sont pas sur-représentés dans ce groupe mais y sont présents. Un prêteur comme Salomon ben Adret (1240-1310) et son père Abraham (1220-1260), appartiennent à cette catégorie, de même que la famille des Sullam de Porta entre 1260 et 1300, active entre Perpignan et Vilafranca. Le rôle des frères Carravida, membres de la communauté de Vilafranca de Penedés reste à éclairer plus précisément, mais ils se révèlent lors de l’enquête contre les officiers de 1297 de violents opposants de Bartomeu de Mans, alors qu’ils ont été accusés en 1294 d’avoir violenté Douce Adret, dont l’appartenance à la famille de RaShBA n’est pas encore parfaitement avérée mais peut être supposée. Quoiqu’il en soit, nous voyons ici sous leur jour le plus cru les pratiques de ces hommes, par ailleurs membres parfois éminents des communautés et associés à des opérations financières d’importance. Le dossier d’Astruch Saporta de Besalu en 1328 comme celui de Bonadona de Lleida en 1298 montrent également que les accusations liées aux mœurs font partie de l’arsenal classique des hommes d’affaires ou de leurs affidés51.

15D’autres personnages jouent le rôle attribué dans l’historiographie classique aux «banquiers juifs ». Les petits prêteurs ruraux, nombreux à la fin du XIIIe siècle, sont peu représentés dans les réseaux proches du pouvoir mis en cause lors des enquêtes ou attaqués par d’autres clans par le biais de procès. Il faut cependant être prudent dans la qualification des prêteurs ruraux ; en effet, nombre de petits prêts accordés dans les registres notariés par des juifs en apparence modestes se révèlent émaner de commerçants de plus grande envergure, de créanciers fortunés52. Seule une étude monographique exhaustive permet de distinguer les individus influents localement de ceux qui participent occasionnellement au marché des créances. Encore certains de ces derniers sont-ils présents ponctuellement simplement parce qu’ils résident ailleurs et n’opèrent qu’accidentellement en d’autres lieux53. Parmi les juifs de Vilafranca en 1298, nous retrouvons les Carravida, les Sullam ou des juifs de Béziers actifs ou présents à Perpignan à la même époque54 ; à Puigcerdà, des gens de Pamiers, de Narbonne et surtout de Perpignan ont des affaires saisonnières et résident une partie de l’année, suivant le modèle d’une économie montagnarde. Il s’avère bien souvent que les noms collectés dans les registres notariés comme dans les actes de la chancellerie mentionnent des personnes suffisamment aisées ou notables pour avoir intérêt à souscrire un acte ou à être son destinataire55. Il nous faut donc garder à l’esprit les remarques rappelées au début de ce texte au sujet de la démographie des communautés56. Ces prêteurs, et d’autres moins spécialisés et liés aux marchands et changeurs urbains pratiquent le courtage sans être nécessairement toujours qualifiés de courtiers. C’est le potentiel relationnel de Jaco de Basers dans l’affaire du sacriste, ou d’Isach Biona57 dans celle de Guillem Franquea58 qui fait leur valeur. Si nous observons les méthodes des frères Biona, Isach, Mosse et Sollam59, et de leur compère Leo cité dans le procès Franquea mais absent de la liste des juifs accusateurs de Bartomeu de Mans60, nous constatons que ces hommes, obligés d’un Franquea lui-même affidé de Bartomeu, sont au fait des actions important pour le commerce local et régional. L’une de leurs sources d’information est la Curie du viguier de Vilafranca de Penedés où ils assistent à de nombreux procès. D’autres juifs, responsables communautaires sont aussi bien informés sur les pratiques financières et judiciaires de chacun, comme Bonannat Escapat, juif de Vilafranca. Comme les autres personnages, ces hommes prêtent en mutuum, louent ou achètent des maisons à travers des actes créditeurs, reçoivent des commendes-dépôt. Par contre, ils souscrivent peu (voire pas) de contrats employés pour le bétail et ne sont pas eux-mêmes courtiers en bétail ou maquignons. Ils se spécialisent plutôt dans le mutuum que dans la barata. Ceci à la différence des Marquès ou Franchea qui prennent des bénéfices indus obtenus par rapports de force sur des draps, des rentes, des parts, du bétail, des produits agricoles sur lesquels faire éventuellement des ventes spéculatives. À la différence également des semblables de Simon de Peligriano qui eux mêlent argent et biens en nature. Les fonds qui circulent sont eux payables auprès de Berenger de Finestres dans les affaires de Bartomeu de Mans et son associé, Franquea ou Marquès ou Peligriano alors que ce n’est pas le cas pour les affaires conduites par les juifs. La nature de l’obligation de Biona envers Franchea n’est pas définie précisément. Ces juifs courtiers ou prêteurs restent discrets malgré leur connaissance parfaite des milieux du commerce. En cela, ils respectent les statuts des courtiers, qui exigent d’être « leal e vertader e secret… »61, bien qu’une part de leur science, partagée avec leurs semblables relève de l’évaluation exacte de la réputation de chacun. La règle dirait que chaque débiteur a le créancier qu’il mérite, c’est-à-dire que les mauvais payeurs ou les dépensiers relèvent des usuriers.

16Les activités de chacun sont donc extrêmement variées sans toutefois être interchangeables. La pluriactivité des marchands-entrepreneurs-prêteurs ne crée pas exactement des entreprises organisées selon un système d’intégration verticale malgré l’existence d’associations que nous pouvons qualifier ainsi62, mais plutôt un système proche de ce que nous nommons aujourd’hui sous-traitance, utilisant pour la production une sorte de domestic system avant la lettre et employant pour le financement un genre de mutualisation des risques par binômes ou triades, dont les membres peuvent varier mais qui créent malgré tout des relations d’associations constantes. Au sein de ces groupes, une spécialisation autour de deux ou trois secteurs d’activités financières domine, même si la polyactivité demeure possible. C’est ici qu’intervient le critère religieux et que les relations entre juifs et chrétiens se structurent bon gré mal gré. Cela se manifeste par la position de chacun dans le réseau relationnel d’affaires. Cela se manifeste à la cour de justice, lieu où se précisent et se jouent les relations marchandes, pas seulement celles qui échouent mais celles qui se poursuivent à coups de contestations et d’accusations. Si la religion implique un statut juridique différent, qui pèse par exemple sur la valeur des témoignages, la judéité devant la cour n’implique pas de connotations négatives et l’égalité pratique entre juifs et chrétiens a été constatée par plusieurs études. Cependant, les attaques contre les juifs utilisent des biais différents, sans doute mieux adaptés car plus efficaces, parmi lesquels les relations sexuelles interreligieuses ou déviantes, la falsification d’actes publics ou de chartes, et la malignité criminelle visant à empoisonner, plus tard la mauvaise conversion, qui sont autant de figures remarquables exploitant les stéréotypes. La falsification et l’empoisonnement sont cependant plutôt des armes des chrétiens contre les juifs, mais le petit nombre de cas rend l’interprétation statistique délicate. Remarquons que ces accusations sont autant (voire plus souvent) le fait de juifs contre des juifs que de chrétiens contre des juifs. Elles ne sont pas antijuives en tant que telles, mais sont perçues comme judiciairement efficaces. On peut y voir une intégration du stéréotype ou un détachement du stéréotype par les membres de la communauté. De mon point de vue, que je ne peux démontrer ici, c’est justement parce qu’ils agissent comme les chrétiens sans que la religion intervienne dans ce type de relations, c’est parce qu’ils sont assurés de la protection publique, qu’ils agissent comme les autres citoyens et qu’ils sont sans complexes vis-à-vis de leur religion,c’est parce qu’ils ont confiance qu’ils agissent sans discrimination63. Ils jouissent d’un traitement équitable dans le respect des différences qui se marque par le serment, la loi sur l’usure, le respect de shabbat pour les convocations judiciaires, les consultations royales auprès des représentants éminents de la communauté pour les affaires relevant de la loi juive, comme la bigamie ou l’héritage. L’attaque au sujet des mœurs est une arme partagée entre les communautés religieuses. Cela n’implique nullement une inconscience des élites juives et des responsables communautaires devant la menace que représentent les accusations comme celle de crime rituel64.

17C’est sans doute parce que la structure des « entreprises », l’importance de la fama et de la preuve écrite mise en forme légale dans la procédure judiciaire impliquent de baser l’association et sa rupture sur la parole. L’amitié et la haine sont donc les deux versants de la relation créditrice, elle-même support des activités productives et commerciales à la fin du XIIIe siècle. Nous ne saurons pas quel était le véritable bon amour entre les associés juifs et chrétiens, nous ne pourrons déterminer le poids de l’antijudaïsme ni les conséquences précises de la controverse religieuse : nous ne les voyons pas en actes, ce ne sont pas des arguments judiciaires admissibles. L’histoire des sentiments entre juifs et chrétiens est bien délicate à écrire, elle n’a pas encore trouvé ses sources ni sa méthode. Observer le jeu des émotions exige du chercheur un exercice d’équilibriste, mais peut être envisagé65. Dans le champ de l’histoire économique et sociale, les réponses à l’existence de relations indifférentes entre juifs et chrétiens sont avérées. Le terme que j’emploie signifie que la véritable amitié ou la haine farouche entre juifs et chrétiens sont envisageables et que ces rapports, en quelque sorte « normaux » ne sont pas nécessairement ambigus ou ambivalents, tiennent compte de la religion de chacun (par le statut et la position dans le réseau), savent même en jouer sans que la religion ne vienne parasiter l’échange.

18Bref, ce n’est pas un échange sans religion que nous observons, ce n’est pas l’avers amical (car association de travail) de l’antijudaïsme religieux que nous lisons, ce n’est pas le jeu ambigu voire pervers de membres de la religion majoritaire face aux membres de la religion à intégrer. Nous ne pouvons pas plus parler ici d’ambivalence. Nous ne voyons pas des oppositions mais une véritable insertion des juifs dans l’économique, qui implique une insertion sociale et politique dans le respect du statut religieux de chacun. Dans un cadre juridique différencié, l’aspect homoforme des réseaux, l’interchangeabilité des rôles entre juifs et chrétiens est-elle constitutive des oppositions ? Cela se produit d’une manière très subtile.

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Denjean, « Les juifs courtiers parmi les chrétiens : l’échange sans la religion ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 197-212.

Référence électronique

Claude Denjean, « Les juifs courtiers parmi les chrétiens : l’échange sans la religion ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12919 ; DOI : 10.4000/crm.12919

Haut de page

Auteur

Claude Denjean

FraMEspa, UMR 5136, Université de Toulouse-2-le-Mirail, Jacov

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org