Navigation – Plan du site
Bon gré mal gré : les échanges interconfessionnels dans l’Occident chrétien (XIIe-XVIIe siècles)

Introduction « Les visages de Janus »

Journée d’étude, Université de Cergy-Pontoise, 28 mai 2010. Organisée par Annie Duprat, Claire Soussen et Paul-Alexis Mellet
Paul-Alexis Mellet et Claire Soussen
p. 157-163

Résumés

Cette journée d’étude consacrée aux échanges interconfessionnels examine les relations entre groupes minoritaires et majoritaires en Occident entre les xiie et xviie siècles. De la Péninsule Ibérique à Byzance, de la Sicile au nord de la France, ce sont les influences artistiques, assumées ou non, les voisinages professionnels souhaités ou à peine tolérés, les débats théologiques passionnés ou au contraire voilés qui sont ici évoqués par des médiévistes et des modernistes. La figure de Janus au double visage nous a semblé illustrer de façon pertinente cette ambivalence des relations interconfessionnelles à la fois normées et parfois même découragées, et dans le même temps souhaitées ou en tout cas acceptées.

Haut de page

Texte intégral

1Les ouvertures de journées d’étude ou de colloques constituent probablement un genre de discours spécifique, avec ses attendus, ses formes plus ou moins figées, ses rituels universitaires, ses politesses sincères ou hypocrites, ses questionnements convenus, ses résumés historiographiques saisissants et contestables, etc. Alors comment éviter de passer par cette banalité académique ? En réalité, nous ne chercherons pas à nous soustraire à ces préliminaires. Bien au contraire, il est difficile de ne pas saluer, pour la préparation de la journée d’étude dont nous présentons ici les actes, le rôle de soutien bienveillant du CICC de l’Université de Cergy-Pontoise (Civilisations et Identités Culturelles Comparées des Sociétés Européennes et Occidentales) et, pour la publication, la compétence des responsables des CRMH.

2Échanges interconfessionnels : le sujet peut pourtant surprendre. Mais paradoxalement, à l’inverse d’une vision simpliste qui dresse des catégories et en suppose l’étanchéité, qui établit des frontières temporelles et confessionnelles là où il n’y a que des différences et des évolutions, les périodes moderne et médiévale sont particulièrement riches en exemples d’échanges entre religions. La mise en perspective de Michel Zimmermann permettra d’indiquer plusieurs directions d’analyse. Georges Sidéris traitera plus spécifiquement de l’empire byzantin et envisage une période, le bas Moyen Âge, et une thématique, les polémiques religieuses internes au christianisme, qui ne constituent pas ses objets de recherche habituels. Annliese Nef nous transportera dans la Sicile pluriethnique et multiconfessionnelle, et consacrera sa communication à la cour palermitaine de Sicile comme foyer d’émergence de conceptions religieuses originales. Claude Denjean, spécialiste de l’espace catalano-aragonais, donnera à notre réflexion un tour plus économique, en analysant les relations entre juifs et chrétiens au prisme des échanges commerciaux. Juliette Sibon nous conduira dans le sud de la France, pour éclairer cette fois le propos d’un jour politique, en étudiant l’implication des juifs dans la cité à Marseille.

3Doit-on admettre que toutes les destinations ensoleillées sont occupées par les médiévistes, et qu’il ne reste aux modernistes que les tristes ciels couverts du nord de l’Europe ? Non, car nous irons jusqu’aux premières lueurs du siècle des Lumières : Olivier Andurand montrera que la question de l’acceptation ou du rejet du jansénisme se pose dans le cercle des évêques français à la fin du xviie siècle. Nous aborderons ensuite plus spécifiquement les rapports entre catholiques et protestants : Jérémie Foa traitera des pactes d’amitié signés au xvie siècle entre confessions différentes pendant les troubles et malgré les troubles ; et Mathieu Lours, enfin, adoptera un angle d’approche tout à fait singulier, en proposant de comparer les églises catholiques et les temples protestants à plan centré.

4Une fois ces minces concessions faites aux formes habituelles de la présentation d’une journée d’étude, il est temps d’ouvrir les débats sans attendre. Nous avons décidé de créer à Cergy-Pontoise un groupe de recherche sur les religions monothéistes entre bas Moyen Âge et époque moderne, et d’étudier en particulier comment, à partir du xiie siècle, les conflits religieux sont, structurellement dans certains cas, progressivement dans d’autres, associés à divers types d’échanges entre confessions (islam, judaïsme, christianismes). Loin de constituer des pratiques marginales n’émergeant qu’en période de paix, loin de ne représenter que le versant pacifique de la violence religieuse essentielle, ces échanges sont paradoxalement constitutifs des oppositions elles-mêmes, qu’il s’agisse des relations entre juifs, chrétiens et musulmans dans le bassin méditerranéen à la fin du Moyen Âge (Espagne au xve siècle) ou des relations entre catholiques et protestants (guerres de religion). Au cours de cette première journée d’étude, nous étudierons l’évolution de ces pratiques et de ces relations en Europe occidentale entre le xiie et le xviie siècles, en examinant le rapport à la norme et les écarts que l’on peut observer, les différents cas d’union temporaire, de serments mutuels, d’engagement collectif ou individuel, ainsi que les débats théologiques qui visent à permettre ou au contraire à interdire des échanges de ce type.

5Pourquoi un tel sujet ? Du point de vue de l’organisation des études et du tissu académique qui en découle, les spécialistes d’histoire des religions définissent des confessions, des périodes et souvent des espaces déterminés correspondants, mais ont des difficultés à en sortir pour envisager les problèmes de relations entre religions. Par exemple, un grand historien comme Émile Leonard, dont la magistrale Histoire générale du protestantisme (PUF, 1961) rend encore bien des services, dresse un panorama fonctionnant comme si les différentes formes du protestantisme se répandaient dans un monde uniquement chrétien, sans relation avec les autres religions. Mais que s’est-il passé aux marges de la chrétienté, en Pologne, en Hongrie, en Transylvanie ? Mieux : que s’est-il passé au sein même du monde chrétien, entre les protestants et les différentes communautés qui se cachaient, musulmans d’Espagne, Vaudois du Dauphiné, juifs de Lyon, etc. ? Faut-il ignorer ces fidèles désemparés, ces croyants cachés, ces hésitations individuelles, ces conversions dissimulées ? Doit-on écarter toutes ces relations interconfessionnelles, fondées sur des solidarités familiales ou locales et sur des intérêts non religieux ?

  • 1  Ne citons que D. Boisson et Y. Krummenacher (dir.), La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Ét (...)
  • 2  Cf. G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, Paris, Le Cerf, 1999.
  • 3  Cf. Id., Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1990. Pour la péri (...)
  • 4  Cf. Id., La polémique chrétienne contre le judaïsme au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 1991, p. 71 (...)
  • 5  Les disputes forcées se multiplient en effet à partir du milieu du xiiie siècle, après la dispute (...)
  • 6  Les œuvres de Raymond Martin dans l’espace catalano-aragonais et de Nicolas de Lyre en France sont (...)
  • 7  Le Livre des trois sages et du gentil de Raymond Lulle à la fin du xiiie siècle fournit l’un des d (...)

6Nous avons conscience de nous situer dans le cadre d’un champ historiographique déjà bien balisé. Nombreuses sont les études qui, depuis quelques années, ont souligné à quel point les échanges interconfessionnels existent, à quel point la proximité atténue les différences, à quel point les frontières sont minces1. Échanges économiques, débats théologiques, inspirations artistiques, conversions plus ou moins définitives et coexistences spontanées ou forcées : les modes de relations ne manquent pas. Pour le Moyen Âge et le début des temps modernes, il est avéré que les relations interconfessionnelles motivées par la curiosité ou la soif de connaissances religieuses sont résolument constitutives des oppositions et que, plus encore, elles les alimentent. En réalité on peut dire qu’échanges et oppositions se nourrissent de manière circulaire. De fait, il ne pouvait en être autrement entre le judaïsme et le christianisme ; le second né du premier ne pouvant ni nier la paternité du judaïsme ni revenir sur la nécessité existentielle de s’en démarquer. De la sorte, les allers-retours entre l’un et l’autre sont essentiels et constants dans leur positionnement l’un vis-à-vis de l’autre : on a là déjà l’idée de Janus aux deux visages qui sera développée plus loin dans cette introduction, l’inconciliabilité des deux religions étant représentée par ces deux personnages se tournant le dos symboliquement mais étant indissolublement liés l’un à l’autre. Le concept même de préfiguration, cher aux exégètes et aux théologiens du Moyen Âge2, illustre bien cette dépendance interconfessionnelle. Dépendance idéologique et dogmatique et dépendance humaine dans ses déclinaisons concrètes. Dépendance idéologique, on l’a dit, avec la préfiguration du Nouveau Testament dans l’Ancien et dépendance concrète avec les échanges nécessaires entre savants juifs et chrétiens pour la connaissance des Écritures3, à la fois dans le texte lui-même, et dans la tradition exégétique. Concrètement, la coopération des savants protestants et catholiques, ou juifs et chrétiens, qu’elle soit spontanée (la littérature polémique fournit plusieurs exemples de ces échanges entre savants juifs et chrétiens qui semblent se dérouler sur un mode cordial – Judaeus meus –mais il faut toutefois souligner que la littérature qui les abrite est bien une littérature d’opposition4) ou forcée (les disputes de la fin du Moyen Âge5), ou même encore tacite (les savants chrétiens initiés à l’hébreu lisant Rashi ou le Talmud6), produit un faisceau d’échanges indéniable. Et pourtant, il s’agit bien là de renforcer l’opposition religieuse, le triomphe de la Vérité étant l’objectif avoué ou non de ces entreprises. En effet, en dehors de quelques rares exemples de dialogue désintéressé7 ou motivé par la seule soif de connaissance, les échanges interconfessionnels de nature religieuse sont avant tout à visée apologétique: il s’agit de réaffirmer les marques des identités religieuses en retraçant les frontières qui les séparent. En cela, la démarcation voire l’affrontement sont des horizons immédiats et de plus en plus prégnants à la fin du Moyen Âge.

  • 8  De nombreux débats et querelles internes se produisent à toutes les époques, mais sont particulièr (...)
  • 9  Voir par exemple P.-A. Mellet, Les traités monarchomaques. Confusion des temps, résistance armée e (...)

7Mais il en va de même dans le cadre des échanges intraconfessionnels (en dehors peut-être de la tradition des disputes talmudiques toujours pacifiques), où les positions hétérodoxes quelles qu’elles soient sont systématiquement condamnées. C’est une réalité dans le christianisme (catholique ou orthodoxe), dans le judaïsme et dans l’Islam8. Bien qu’il s’agisse de relations intraconfessionnelles et non plus interconfessionnelles, les positions des minoritaires, qu’ils soient qualifiés d’hérétiques ou non, sont désavouées et l’échange sert la condamnation (sociniens, antitrinitariens, anabaptistes, mennonites, etc.)9. Ainsi, « bon gré, mal gré », les relations entre des entités présentant des positionnements religieux différents, ressortissent inévitablement à la logique de l’opposition.

  • 10  Cf. A. Castro, España en su historia. Cristianos, Moros y Judíos, Barcelona, Critica : Grupo Edito (...)

8En dehors du champ strictement religieux, la difficulté est certes moindre lorsqu’on travaille sur Byzance, la Sicile ou la Péninsule Ibérique, puisque le contact entre les confessions et parfois la Convivencia, pour reprendre la terminologie diffusée par Americo Castro10, sont alors le « pain quotidien » des historiens qui constatent ce que fut la réalité de l’existence des médiévaux et des modernes lorsqu’ils étaient dégagés de la norme. Il ne faut évidemment pas sombrer dans l’angélisme, mais aborder l’histoire en étant débarrassé de tous les héritages encombrants, idéologiques ou scientifiques, qui empêchent d’en appréhender la richesse et la complexité. Directement ou non, consciemment ou non, les hommes du Moyen Âge et de la première modernité franchissaient les cloisons érigées par la loi, pour développer des relations interconfessionnelles souvent informelles, parfois clandestines, mais toujours mues par l’intérêt ou la curiosité à l’égard de l’autre. Et même lorsque les limites découlant de la norme surgissaient dans toute leur brutalité, comme dans le cadre des violences religieuses rituelles, c’est que l’étanchéité des frontières confessionnelles avait été trop mise à mal et qu’il fallait rappeler la règle.

  • 11  Cf. R. Verdier, « Sacramentum… juramentum », Le serment, éd. R. Verdier, Paris, 1991, p. xv-xix.
  • 12  Claude Denjean et Juliette Sibon analysent l’existence de cette citoyenneté juive dans un article (...)
  • 13  Cf. Cl. Denjean, La loi du lucre. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âg (...)
  • 14  Cf. J. Sibon , Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Le Cerf, 2011.

9Ainsi les relations interconfessionnelles au quotidien, lorsqu’elles ne se situent pas dans le champ religieux (on est bien conscient que cette distinction est artificielle puisque le concept même d’interconfessionnalité repose sur la distinction religieuse), s’opèrent le plus souvent sur un mode pacifique. Les relations de travail, ou sans aller jusque-là, le voisinage professionnel font se côtoyer et échanger des individus de religions différentes. Un certain nombre de mesures sont prises pour constituer un cadre formel et juridique permettant l’inclusion des minoritaires. Par un serment spécifique (More Judaico pour les juifs11), les « infidèles » peuvent ainsi participer à la vie économique au même titre que les chrétiens. En certains lieux, les juifs ou les protestants sont considérés comme citoyens12 des localités dans lesquelles ils vivent, comme les autres. Certes des mesures spécifiques sont prises pour encadrer cette « normalité », mais à l’intérieur de ce cadre juridique, les relations interconfessionnelles se déroulent sans accroc. Comme les travaux des économistes l’ont montré depuis un moment déjà, des partenariats interconfessionnels se nouent dans le monde des affaires13. De même, la « clientèle » des prêteurs juifs ou des artisans protestants fait-elle se côtoyer gens modestes et aisés, petits artisans et membres de la notabilité. Du même coup, c’est une véritable élite englobant les prêteurs et leurs clients qui se dessine14. Encore une fois, dans ce cadre, on ne peut pas dire que la distinction confessionnelle ait disparu, mais elle ne pose pas problème, elle est évacuée dès lors qu’elle a été symboliquement marquée en amont des relations proprement dites. Les relations interconfessionnelles existent alors, pour reprendre le titre de notre dossier, « bon gré mal gré ».

  • 15  Cf. H. Bresc, Arabes de langue, juifs de religion, L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environ (...)
  • 16  Cf. A. Nef, « Pluralisme religieux et État monarchique dans la Sicile des xiie-xiiie siècle », Pol (...)

10Dans les domaines artistique et culturel, les échanges et les emprunts sont naturels. On en veut pour preuve l’exemple, certes extraordinaire, de la Sicile, qui est le lieu d’une expérience interculturelle et interconfessionnelle inédite15. Les souverains normands de Sicile, sans nier les oppositions religieuses et la supériorité du christianisme, font le choix de mettre en valeur la richesse et la diversité offertes par les populations présentes sur l’île, plutôt que leurs oppositions16. Il en résulte un style artistique profondément original.

11Ainsi les relations interconfessionnelles au quotidien, avec leurs tensions, avec leurs accidents, sont-elles le plus souvent pacifiques, même si en toile de fond la distinction reste nécessairement marquée comme condition d’acceptation des échanges. Et du point de vue chronologique, la période moderne nous semble se situer dans le prolongement des derniers siècles du Moyen Âge.

  • 17  Voir P. Grimal, Le dieu Janus et les origines de Rome (1944), Paris, Berg International, 1999. Ces (...)

12C’est ce double mouvement, cette double interrogation qui permet de comprendre le choix de la figure tutélaire de notre journée d’étude : Janus. Double, comme son visage. Que nous dit ce mythe ? Pierre Grimal a écrit que « Janus aux deux visages » est le dieu des « commencements » et en général des « passages »17. En effet, cette divinité romaine veille sur le début de l’année (c’est le mois de janvier). Selon une tradition, Saturne lui aurait fait don de prudence, lui permettant de voir à la fois le présent et l’avenir, d’où les deux visages. Une autre tradition en fait moins le dieu du temps que le dieu de la paix : il veille sur le passage de la paix à la guerre, les portes de ses temples sont fermées quand Rome est en paix. Enfin, une dernière tradition fait de Janus un Dieu qui peine à se dégager de la matière originelle de l’univers, et dont le corps porte les stigmates de cette confusion cosmique.

  • 18  A. Dupront, « Réformes et modernité », Annales. Economies Sociétés Civilisations, 29 /4, 1984, p.  (...)

13Quels liens avec notre sujet ? D’une part, les échanges interconfessionnels, entre xiieet xviie siècles, apparaissent à bien des égards comme l’expression d’un rejet du temps présent, celui de la guerre et de la confusion. Quelles que soient les motivations des fidèles, quelle que soit la nature de ces échanges, il existe, on l’a dit, des pratiques sociales qui contournent les interdits croisés ou les accusations d’hérésie. D’autre part, la croyance religieuse apparaît comme la confusion cosmique originelle de la troisième tradition relative à Janus. Les deux visages de Janus, de ce point de vue, ce sont les deux faces d’une même tête, celle de deux fidèles qui ne se voient jamais, au sens où ils ne partageront jamais la même confession, mais qui sont en contact par choix, par exemple de même ville ou de même province, ou en contact temporaire, comme pendant des échanges commerciaux, et qui finalement s’acceptent et collaborent, « bon gré mal gré », en marge des croisades ou des guerres de religion18. Loin donc de rejeter cette troisième tradition (Ovide) faisant du corps de Janus l’expression d’une erreur de la nature, on la placera ici au centre de nos réflexions pour l’ériger en paradigme. Le visage de Janus permet-il d’exprimer, finalement, cette unité originelle perdue, celle des chrétiens face aux musulmans au début de notre période chronologique, tout comme celle des croyants face aux athées au xviie siècle ?

Notes

1  Ne citons que D. Boisson et Y. Krummenacher (dir.), La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, Lyon, Chrétiens et sociétés, 2009 ; et M-C. Pitassi et D. Solfaroli Camillocci (dir.), Les modes de la conversion confessionnelle : autobiographie, altérité et construction des identités religieuses (xvie-xviiie siècles), Florence, Leo Olschki, 2010.

2  Cf. G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, Paris, Le Cerf, 1999.

3  Cf. Id., Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1990. Pour la période moderne, voir G. Bedouelle et B. Roussel, Le temps des réformes et la Bible, Paris, Beauchesne, 1989.

4  Cf. Id., La polémique chrétienne contre le judaïsme au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 1991, p. 71.Pour la période moderne, on songe évidemment aux grandes disputes théologiques permettant l’adoption progressive du luthéranisme : voir V. Press, « Reformatorische Bewegung und Reichsverfassung. Zum Durchbruch des Reformation - soziale, politische und religiöse Faktoren », Martin Luther. Probleme seiner Zeit, dir. V. Press et D. Stievermann, Stuttgart, Klett-Cotta, 1986, p. 22 sq.

5  Les disputes forcées se multiplient en effet à partir du milieu du xiiie siècle, après la dispute de Paris en 1240-42. Suivent les disputes de Barcelone en 1263, la dispute de Majorque dont on ne sait si elle s’est vraiment déroulée ou si elle a été seulement fictive, dans les années 1280 ; et un certain nombre de disputes moins connues mais auxquelles les juifs avaient l’obligation de participer. Voir C. Soussen, Judei Nostri, Juifs et chrétiens dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Toulouse, Méridiennes, 2011, p. 164 sq.

6  Les œuvres de Raymond Martin dans l’espace catalano-aragonais et de Nicolas de Lyre en France sont à cet égard étonnantes. Voir C. Soussen, « La polémique anti-juive de Nicolas de Lyre », Nicolas de Lyre franciscain du xive siècle, exégète et théologien, dir. G. Dahan,Paris, Institut d’Études augustiniennes, 2011, p. 51-73.

7  Le Livre des trois sages et du gentil de Raymond Lulle à la fin du xiiie siècle fournit l’un des derniers exemples de controverse fictive mais amicale. À la fin de l’ouvrage, le gentil prend sa décision quant au choix d’une des trois religions monothéistes, mais l’auteur ne nous le révèle pas, ce qui est assez extraordinaire.

8  De nombreux débats et querelles internes se produisent à toutes les époques, mais sont particulièrement virulents au xiiie siècle à la suite notamment de la redécouverte d’Aristote qui entraîne condamnations et excommunications. La « querelle maïmonidienne » en est un exemple pour le judaïsme. Après la réforme luthérienne, la condamnation des communautés hétérodoxes est générale : Calvin comme Luther s’associent ainsi aux catholiques pour condamner les anabaptistes de Thomas Müntzer.

9  Voir par exemple P.-A. Mellet, Les traités monarchomaques. Confusion des temps, résistance armée et monarchie parfaite (1560-1600), Genève, Droz, 2007, p. 127-128.

10  Cf. A. Castro, España en su historia. Cristianos, Moros y Judíos, Barcelona, Critica : Grupo Editorial Grijalbo (2a edición), 1982.

11  Cf. R. Verdier, « Sacramentum… juramentum », Le serment, éd. R. Verdier, Paris, 1991, p. xv-xix.

12  Claude Denjean et Juliette Sibon analysent l’existence de cette citoyenneté juive dans un article à paraître : elles montrent que les juifs sont qualifiés de cives dans un certain nombre de villes du bassin méditerranéen. Pour les protestants, voir O. Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au xvie siècle, Paris, Seuil, 1997, p. 73 sq.

13  Cf. Cl. Denjean, La loi du lucre. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Madrid, Casa de Velásquez, 2011.

14  Cf. J. Sibon , Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Le Cerf, 2011.

15  Cf. H. Bresc, Arabes de langue, juifs de religion, L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, Paris, Bouchène, 2001.

16  Cf. A. Nef, « Pluralisme religieux et État monarchique dans la Sicile des xiie-xiiie siècle », Politique et religion en Méditerranée - Moyen Âge et époque contemporaine, éd. H. Bresc, G. Dagher et C. Veauvy, Paris, 2008, p. 237-255.

17  Voir P. Grimal, Le dieu Janus et les origines de Rome (1944), Paris, Berg International, 1999. Ces idées sont reprises par R. Schilling, « Janus, le dieu introducteur, le dieu des passages », Mélanges de l’École française de Rome, lxxii, 1960, p. 89-131.

18  A. Dupront, « Réformes et modernité », Annales. Economies Sociétés Civilisations, 29 /4, 1984, p. 747-768 ; rééd. dans A. Dupront, Genèses des temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Paris, Gallimard, p. 123-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Alexis Mellet et Claire Soussen, « Introduction « Les visages de Janus » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 157-163.

Référence électronique

Paul-Alexis Mellet et Claire Soussen, « Introduction « Les visages de Janus » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 05 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12914

Haut de page

Auteurs

Paul-Alexis Mellet

Articles du même auteur

Claire Soussen

Université de Cergy-Pontoise, laboratoire CICC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org