Navigation – Plan du site
Au-delà des miroirs : la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Conclusions

Mireille Chazan
p. 149-154

Texte intégral

  • 1  P. Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, t. iii, La Vie et l’œuvre, Paris, 1992, So (...)
  • 2  Ibid., p. 183.
  • 3  Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, t. vii/2, L’Œuvre française, Paris, Desclée, 1968, (...)
  • 4  Paris, BnF, fr. 1223, éd. de J.-P. Boudet dans ce volume.
  • 5  Lewis, op. cit., p. 183.
  • 6  Noël de Fribois, Mirouer historial abregié, éd. K. Daly, Paris, Champion, p. 228.

1Les Français du temps de Charles vi et Charles vii ont connu une sombre période avant l’épopée de Jeanne d’Arc, la reconquête et la reconstruction du royaume. Faut-il souscrire à cette affirmation de Peter Lewis : « Dans la France de la fin du Moyen Âge, les têtes pensantes avaient tellement peur »1 ? Ce qui est sûr, c’est que dans un climat d’urgence les intellectuels, clercs et laïcs, ont été nombreux à prendre la plume pour décrire ce qu’ils interprétaient comme le signe de la colère divine et pour conjurer le châtiment redoutable qui devait en résulter : « le changement de seigneurie »2. Gerson, dans le grand sermon prononcé devant la cour en 1405, Vivat rex, redoute que ce topos de l’historiographie ne prenne une singulière actualité : « Par deffault de justice, comme dit le Saige, royaulme se transporte d’une gent et d’une lignié en aultre. Regnum de gente in gentem transfertur propter injusticiam »3. En 1425, l’auteur anonyme de l’Avis à Yolande d’Aragon avertissait la princesse : « Est a craindre et a doubter, se nous ne nous amendons, que Dieu par sa droicte justice ne fasse translation ou subversion d’icelui royaume »4. En 1439-40, plaidant pour la paix, Jean Juvénal des Ursins rappelle à Charles vii : « En vérité, il est bien vray que Dieu vous a aidé et monstré que il ne veult pas que la seignorie change et mue seigneur ; mais je doubte que vous et ceulx que tenez a vous ne recongnoissiez pas bien la grace que Dieu vous a faicte »5. Encore en 1451, Noël de Fribois commente la succession des Carolingiens aux Mérovingiens en ces termes : « … lesquelles injustices, contumelies, oppressions et griefves exactions seulent estre cause de la translation des royaumes d’une gent a autre gent »6.

  • 7  Voir les remarques de E. Mar Jönsson : « Les ‘miroirs aux princes’ sont-ils un genre littéraire ?  (...)
  • 8  J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France xiiie-xve siècle, Paris, Galli (...)

2Cette peur ou ce sentiment d’urgence ont provoqué sinon un renouveau de la science politique, du moins la production d’une vaste littérature, relevant de genres différents, pour défendre et la royauté et le roi Valois. On peut d’abord penser à ces traités d’éducation du prince et arts de gouverner que, sans doute de façon un peu arbitraire, on a rangés dans le genre des « miroirs aux princes »7 ; sous Charles vi et Charles vii, ils suscitent toujours l’intérêt mais, par rapport à ceux du xiiie siècle, leurs perspectives ont évolué ; ils ne prétendent plus à l’universel, car c’est au roi de France qu’ils s’adressent, et s’ils continuent de chercher des modèles de souverain dans la Bible et dans l’Antiquité, ils font souvent appel à l’histoire du royaume, aux ancêtres du roi, à la domus Francie8; c’est la démarche de Robert Gervais dans son Speculum morale regium (achevé en 1386), de Philippe de Mézières dans le Songe du Vieil pèlerin (1389), de Christine de Pizan dans le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles v(1404) et dans le Livre du corps de policie (entre 1404 et 1407).

  • 9  N. Gorochov, « Entre théologie, humanisme et politique. Les sermons universitaires de la fête de s (...)
  • 10  Krynen, op. cit., p. 203.

3Les conseils donnés au roi ou à l’héritier du trône, les appels à la réforme du royaume sont aussi exposés dans des œuvres qui relèvent d’autres genres que les miroirs au prince : sermons, discours et lettres permettent également les manifestations de la conscience politique, rappellent au roi et aux princes l’éthique du pouvoir et les vertus nécessaires au bon gouvernement. On songe naturellement aux sermons de Jean Gerson, à son célèbre Vivat rex prononcé le 7 novembre 1405 devant la cour pour la convaincre de la nécessité d’une réforme et à ses sermons prononcés au collège de Navarre pour la fête de saint Louis, mettant en avant une image politique du saint roi comme modèle de gouvernant9. On peut aussi songer aux lettres de Nicolas de Clamanges à Jean d’Arsonval et à Jean Cadart10.

  • 11  N. Pons, « La propagande de guerre française avant l’apparition de Jeanne d’Arc », Journal des Sav (...)

4Pendant la guerre de Cent ans, la pensée politique s’exprime plus particulièrement dans une abondante littérature de propagande qui défend très directement la cause des Capétiens-Valois contre les Anglais. Elle débute véritablement entre 1405 et 1415 avec les traités de Jean de Montreuil, est illustrée par Jean Juvénal des Ursins, Robert Blondel, Noël de Fribois, et demeure vivante jusqu’au traité anonyme intitulé Pour ce que pluseurs de 1464, le plus cohérent et le plus populaire11. Ces traités exposent et justifient le droit de succession au trône de France avec l’argument de la loi salique comme arme principale, affirment l’inaliénabilité de la souveraineté royale et de ses droits, tout en dénonçant la conduite des Anglais, notamment leur propension à tuer leurs rois.

  • 12  Lewis, op. cit., p. 10.
  • 13  Ibid., p. 77.
  • 14  B. Guenée, Un roi et son historien Vingt études sur le règne de Charles vi et la Chronique du reli (...)

5Dans toutes ces œuvres de propagande ou de « persuasion »12 comme dans les miroirs aux princes, l’histoire n’est jamais très loin puisqu’elle fournit en priorité exemples et arguments. Comme le rappelle Jean Juvénal des Ursins à Charles vii en lui présentant son traité Tres crestien, tres hault et tres puissant roy : « J’ay mise ma petite ymagination en accumulant ce que j’ay trouvé es croniquez et histoires anciennes »13. Il ne faut pas oublier que sous Charles vi l’historiographie dionysienne est demeurée brillante grâce à Michel Pintouin qui s’est inscrit dans cette tradition séculaire avec ses Chronique de France et Chronique de Charles vi; son ambition est moins de raconter que de juger pour mettre en évidence les leçons de l’histoire et avant tout pour discerner ce qui convient à la majesté royale ; pour lui l’histoire est démonstration ; comme l’écrit Bernard Guenée, la Chronique de Charles vi est « la mise en scène chronologique d’une idéologie »14.

  • 15  J. Blanchard, « L’entrée du poète dans le champ politique au xve siècle », Annales ESC, 1986, p. 4 (...)

6La force des événements est telle que des poètes, Alain Chartier, Christine de Pizan, sont entrés dans le champ politique. Face aux flatteurs, ils s’adressent au roi et aux princes pour dire la vérité, pour déplorer l’accumulation des pulsions égoïstes, la déperdition des valeurs chevaleresques, la remontrance étant l’étape indispensable pour élaborer un système sur lequel fonder la réformation du corps social15.

  • 16  Paris, PUF, 1998.
  • 17  Voir n. 8.
  • 18  Voir n. 1.

7Cette vaste littérature a été étudiée dans des travaux qui ont fait date, en particulier ceux de Bernard Guenée, notamment L’Occident aux xive et xve siècles. Les États16, ceux de Jacques Krynen, notamment L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France xiiie-xve siècle17, ceux de Peter Lewis, notamment l’édition des Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins18. Deux colloques récents, Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières organisé à Rouen, édité en 2007 par Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia, ainsi que Le Prince en son Miroir, organisé à Dunkerque en 2009 par Jean Devaux, ont à la fois approfondi et renouvelé l’approche de cette littérature.

8Le colloque de Metz a voulu regarder au-delà des miroirs et examiner l’ensemble de la littérature politique, tout en creusant une période particulière, celle des règnes de Charles vi et Charles vii. Néanmoins il n’était pas question de faire l’impasse sur la « famille » des miroirs dont le colloque a montré la vitalité. Ainsi J.-P. Boudet a-t-il souligné la densité et la précision de L’Avis à Yolande d’Aragon, un miroir au prince volontairement anonyme, écrit vraisemblablement en 1425. Ce texte reprend des thèmes déjà développés dans les miroirs antérieurs, mais allie aux conseils généraux des propositions très concrètes sur la conduite du métier de roi, concernant par exemple le protocole de la cour, la bonne marche de l’hôtel royal ou les soins de la santé physique du roi. En filigrane se lit une critique sévère du gouvernement de la France delphinale.

  • 19  Guenée, op. cit., n. 16, p. 158.

9Quoique relevant d’une littérature de conseil et non à proprement parler du genre spéculaire, les écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, au nombre de neuf pour le règne de Charles vii, sont d’une toute autre ampleur ; F. Collard a fait apparaître la richesse d’une réflexion marquée en particulier par l’attention portée à la personne de Charles vii. L’évêque de Beauvais stigmatise vivement la « tyrannie de l’insuffisance » qui, à ses yeux, caractérise le gouvernement de celui-ci, tout en reprenant l’excuse traditionnelle du « mauvais conseil qui pour estoit entour le bon roy »19. De plus les critiques sont compensées par la mise en valeur d’un certain nombre de qualités de Charles vii qui renvoient à celles du bon roi dont le modèle est Charles v. Ainsi Jean Juvénal défend-il une royauté puissante et respectée, mais non omnipotente.

  • 20  Noël de Fribois, Abregé des croniques de France, éd. K. Daly, Paris, Champion, 2006, p. 189.

10Jean Juvénal, à la suite de Jean de Montreuil qu’il a sans aucun doute lu, s’était fait historien pour une part dans ses traités Audite celi (1435) et Tres crestien, tres hault et tres puissant roy (1446), autrement intitulé Traité compendieux de la querelle de France contre les Anglais, pour dénier aux Anglais tout droit à la couronne de France. K. Daly a mis en valeur deux œuvres qui relèvent de cette historiographie engagée et fortement orientée, l’Abrégé des croniques de France de Noël de Fribois, offert à Charles vii en 1459 et le Registre delphinal de Mathieu Thomassin composé pour le dauphin Louis en 1456. La structure de l’Abrégé révèle parfaitement que Noël de Fribois n’a voulu ni séparer ni distinguer les genres de l’histoire et du miroir au prince. L’ouvrage en effet est constitué par une chronologie de l’histoire de France jusqu’en 1380, interrompue par des « incidences », des « questions », des « déclarations » et « adhortacions » en latin et en français, qui commentent les faits et en tirent les leçons qui doivent s’imposer aux rois et aux princes ; il s’achève par un florilège sur « aucunes choses notables et singulieres et dignes de memoire »20 et une réfutation du traité de Troyes. L’ensemble offre à Charles vii bien plus qu’un abrégé de l’histoire de France, plus qu’un « mirouer et exemple de bien vivre » comme le dit Fribois dans le prologue de son Abrégé, mais un véritable petit traité de gouvernement : l’histoire enseigne la nécessité pour le roi de pratiquer les vertus royales, plus particulièrement la justice et la prudence qui seules peuvent préserver le royaume des « mutacions ». Autre exemple de cette symbiose entre histoire et art de gouverner, le Registre delphinal : en reconstituant le passé du Dauphiné, Mathieu Thomassin souligne le statut impérial du roi de France, le vrai seigneur du Dauphiné depuis Philippe vi. Mathieu Thomassin peut ainsi à travers le miroir de l’histoire dire au dauphin une vérité qui peut ne pas lui plaire et exprimer sa désapprobation quant à sa conduite dans le conflit qui l’oppose à son père.

  • 21  Guenée, Un roi et son historien, op. cit., p. 141-5, 151-61.
  • 22  D. Poirion, Le Poète et le prince. L’évolution du lyrisme courtois de Guillaume de Machaut à Charl (...)

11Michel Pintouin, lui aussi, dans sa Chronique de Charles vi, a pour ambition de juger et de tirer les leçons de l’histoire. Mais quand il en vient aux conflits et désastres du règne, il n’hésite pas à interrompre son récit par « un chant de deuil et de lamentacion » « un chant de tristesse » qu’à plusieurs reprises, il place dans la bouche de la France elle-même. Michel Pintouin emprunte l’inspiration de ces « tragedorum boatibus » au Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie composé par François de Montebelluna sous le coup de la défaite de Poitiers21. J.-C. Mühlethaler a mis en lumière d’autres auteurs contemporains de Michel Pintouin, qui ont cherché à transmettre et à faire partager leurs émotions, tristesse, colère et douleur, pour en appeler aux responsables politiques et se faire écouter d’eux : Eustache Deschamps, Honoré Bovet, Philippe de Mézières, Christine de Pizan et Alain Chartier. L’affectivité qui colore à des degrés divers ces textes selon le genre choisi, traité épître, lyrisme, dramatise le discours au roi et aux princes pour les inciter à refonder l’équilibre du « corps de policie ». L’émotion ouvre la voie à la réflexion politique. Ph. Contamine s’est penché plus particulièrement sur le Quadrilogue invectif dans lequel la France apparaît en songe à l’auteur comme une noble dame « dolente et esplouree », aux cheveux épars, à la robe déchirée, portant une couronne inclinée de travers et soutenant un palais qui tombe en partie en ruine, ce que les peintres des manuscrits BnF fr. 126 et BnF fr. 24 441 ont soigneusement reproduit. Alain Chartier utilise certes l’affectif pour formuler des reproches à l’adresse des trois états de la société et plus particulièrement à la noblesse militaire, mais dans le dialogue qu’il établit entre le peuple et le chevalier, il argumente lucidement pour proposer un programme de bon gouvernement de la chose militaire, inséparable de l’autorité du prince. Avec Alain Chartier, « poète de cour qui se refuse à jouer son rôle de poète courtisan »22, nous n’avons pas quitté la réflexion sur le pouvoir politique.

12La valeur chevaleresque par excellence, le courage, a été aussi analysée à travers le prisme du politique ; C. Taylor montre comment la lecture de l’Ethique à Nicomaque d’Aristote, et de sa traduction par Nicolas Oresme, tout autant que les expériences de la guerre de Cent ans, ont amené à concevoir le vrai courage comme celui fondé sur la raison, la tempérance et la modération pour défendre la justice et servir la communauté, ce que Nicolas Oresme appelle « fortitude civile ».

  • 23  Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, op. cit., p. 142.

13Il faut rappeler qu’indépendamment de ces textes fortement liés au contexte de la crise du royaume et de la royauté, ces règles tout comme les principes de la bonne éducation des princes circulaient aussi par l’intermédiaire de textes qui sont bien antérieurs aux règnes de Charles vi et Charles vii mais qui continuaient d’être lus et recopiés. C’est le cas des encyclopédies qui intègrent des miroirs aux princes ou dispensent des connaissances utiles aux princes. D. Lorée s’est penché sur le Secret des secrets qui descend d’un original arabe du xe siècle ; son immense succès se mesure aux centaines de manuscrits qui en reproduisent soit les versions latines soit les traductions françaises. Dans la version de Philippe de Tripoli, la physiognomonie, dont le chapitre est placé à la fin du texte, est présenté comme un savoir éminemment pratique et politique que le prince est invité à approfondir. Cette conception d’une science permettant de pénétrer le cœur des hommes pour bien gouverner a influencé les miroirs de la seconde moitié du xve siècle23.

  • 24  Noël de Fribois, Abregé, éd. cit.,p. 116, 140, 151. Ces thèmes se retrouvent dans le Quadrilogue i (...)

14Le colloque de Metz a montré les voies diverses empruntées par la réflexion politique sous Charles vi et Charles vii, sans cependant toutes les parcourir. Celles qui ont été explorées ont en commun de chercher à guider l’action du roi et des princes, dans un contexte précis, soit celui de la guerre, de la division du royaume et de l’occupation anglaise, soit celui de la reconstruction d’une royauté profondément éprouvée. Ils procèdent tous à un examen de conscience général, dénonçant aussi bien les conspirations « des seigneurs du sang des rois et par especial ceulx de la tres noble maison de France » que « les blafemes, seremens et parjurements si execrables » qui se font dans le royaume, ainsi que « la desordonance, deformite et abuz […] es vestements et habillemens des hommes et femmes »24. Mais même s’ils s’abandonnent volontiers à la plainte, à la déploration, les auteurs se veulent utiles, concrets et précis et c’est peut-être là leur caractéristique particulière. Dans l’urgence, non seulement ils réexaminent leur système de valeurs, mais encore ils jettent les bases d’une réformation de la royauté et de la société française.

Notes

1  P. Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, t. iii, La Vie et l’œuvre, Paris, 1992, Société de l’Histoire de France, p. 191.

2  Ibid., p. 183.

3  Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, t. vii/2, L’Œuvre française, Paris, Desclée, 1968, p. 1173 ; cité par P. Lewis, op. cit., p. 18.

4  Paris, BnF, fr. 1223, éd. de J.-P. Boudet dans ce volume.

5  Lewis, op. cit., p. 183.

6  Noël de Fribois, Mirouer historial abregié, éd. K. Daly, Paris, Champion, p. 228.

7  Voir les remarques de E. Mar Jönsson : « Les ‘miroirs aux princes’ sont-ils un genre littéraire ? », Médiévales, 51, 2006, p. 153-66.

8  J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France xiiie-xve siècle, Paris, Gallimard, 1993, p. 190-3.

9  N. Gorochov, « Entre théologie, humanisme et politique. Les sermons universitaires de la fête de saint Louis sous le règne de Charles vi (1380-1422) », Saint-Denis et la royauté Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 51-64.

10  Krynen, op. cit., p. 203.

11  N. Pons, « La propagande de guerre française avant l’apparition de Jeanne d’Arc », Journal des Savants, 1982, p. 191-214.

12  Lewis, op. cit., p. 10.

13  Ibid., p. 77.

14  B. Guenée, Un roi et son historien Vingt études sur le règne de Charles vi et la Chronique du religieux de Saint-Denis, Paris, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 1999, p. 170.

15  J. Blanchard, « L’entrée du poète dans le champ politique au xve siècle », Annales ESC, 1986, p. 43-61.

16  Paris, PUF, 1998.

17  Voir n. 8.

18  Voir n. 1.

19  Guenée, op. cit., n. 16, p. 158.

20  Noël de Fribois, Abregé des croniques de France, éd. K. Daly, Paris, Champion, 2006, p. 189.

21  Guenée, Un roi et son historien, op. cit., p. 141-5, 151-61.

22  D. Poirion, Le Poète et le prince. L’évolution du lyrisme courtois de Guillaume de Machaut à Charles d’Orléans, Paris, PUF, 1965, p. 269, cité par Krynen, op. cit., p. 307.

23  Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, op. cit., p. 142.

24  Noël de Fribois, Abregé, éd. cit.,p. 116, 140, 151. Ces thèmes se retrouvent dans le Quadrilogue invectif, éd. F. Bouchet, Paris, Champion, 2011 et le traité Verba mea de Jean Juvenal des ursins, Écrits politiques, éd. P. Lewis, Paris Société de l’Histoire de France, t. ii, 1985, p. 277-85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Chazan, « Conclusions », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 149-154.

Référence électronique

Mireille Chazan, « Conclusions », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12912 ; DOI : 10.4000/crm.12912

Haut de page

Auteur

Mireille Chazan

Université de Lorraine-CRULH

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org