Navigation – Plan du site
Au-delà des miroirs : la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

« Par ung miroir en obscurté » ? Le conseil politique dans les œuvres de Noël de Fribois ( ?-c.1467-1468) et de Mathieu Thomassin (c. 1391-post 1457)1 

Kathleen Daly
p. 99-112

Résumés

Bien que l’histoire ait donné des exempla pour les textes politiques et les Miroirs moraux, elle demeurait, à de nombreux égards, un « miroir obscur » qui n’était pas sans poser un certain nombre de problèmes, pour les auteurs comme pour les lecteurs, lorsqu’elle était utilisée comme principal support pour le conseil politique. Cette contribution analyse la manière dont Fribois et Thomassin, hommes de loi et officiers par leur profession, intégrèrent le conseil politique à Charles vii et au dauphin Louis ii dans leurs écrits historiques, et de quelle façon leur pensée politique et historique se développa en réaction aux circonstances politiques. Fribois est avant tout un homme de bureau, et il dispense des conseils généraux plutôt que de traiter des problèmes spécifiques de gouvernement. À l’opposé, Thomassin est un praticien, qui se repose lourdement sur sa longue carrière passée à protéger les intérêts du dauphin, d’abord comme procureur fiscal général, ensuite comme conseiller delphinal et membre fondateur du Parlement delphinal. Tous les deux agissent comme témoins et conseillers experts, soulignant les leçons que leur lecteur doit tirer du passé, et la manière de les appliquer au présent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je souhaite remercier C. Dudouyt et F. Lachaud d’avoir relu et corrigé ce texte.
  • 2  B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 350.

1« Ce que la justice et la politique demandaient à l’histoire », comme nous le rappellait notre regretté collègue le professeur Bernard Guenée, « c’étaient des précédents qui justifiassent le présent […], les arguments précis ou de grandes idées simples, [qui] établi[ssen]t des continuités […]. Et les œuvres historiques […] renvoyaient au lecteur l’image d’un présent cent fois réfléchi par les glaces du passé. »2

  • 3  La saincte bible en françoys, translatée... selon sainct Hierome, Anvers, Martin l’Empereur, 1530, (...)
  • 4 Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, dir. F. Lachaud et L.  (...)

2Toutefois, la réflexion du passé semble parfois nous parvenir, à nous autres historiens du bas Moyen Âge, par « ung miroir en obscurté »3. Je reprends ici l’expression de saint Paul (1 Co 13, 12), telle que nous la reflète à son tour la traduction de Jacques Lefèvre d’Étaples : cette « obscurté » fait de l’histoire un médium pour le moins problématique pour la formulation de conseils politiques. Comme le suggère Jean-Philippe Genet dans la conclusion d’un précédent colloque, « l’histoire a été limitée à la portion congrue dans les miroirs », précisément au moment où les Miroirs des Princes en tous genres réussissent à s’imposer à un public peut-être réticent, ou, en tout cas, moins cultivé, grâce à « un support intermédiaire (le plus souvent une chronique) »4.

  • 5 Deux versions du Mirouer historial abregié de France nous sont parvenues : la première est une comm (...)
  • 6  Le meilleur manuscrit connu du Registre (Grenoble, BM, ms. U. 909 Rés., copie du xve siècle) est m (...)
  • 7 Fribois était « licencié en loys et bachelier en decret » selon un document de 1438 (voir Abregé, é (...)
  • 8 C’est le terme qu’emploie B. Guenée : voir sa Préface dans l’Abregé, éd. cit., p. 9.
  • 9  Fribois appartenait au groupe indéterminé et fluctuant des « conseillers royaux » ; Thomassin étai (...)

3Cet article considère deux auteurs qui ont choisi de présenter leurs conseils sous la forme d’écrits historiques. Le premier est Noël de Fribois, auteur d’un Mirouer historial en latin et en français (1451) et d’un Abregé des croniques de France (en français avec quelques citations latines), écrit entre 1449 et1459,et qu’il destinait l’un comme l’autre à l’attention du roi Charles vii5; le second est Mathieu Thomassin, dont l’œuvre la plus connue est le Registre delphinal, commandé par le dauphin Louis ii en 1456, mais qui était encore en cours de rédaction lorsque le dauphin avait fui la colère du roi en août de la même année6. Tous deux avocats7, administrateurs de haut rang et historiens, Fribois et Thomassin appartenaient à la « génération sacrifiée » qui parvint à l’âge adulte au moment de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons et de l’invasion anglaise8. Thomassin mit sa formation juridique au service de sa fonction de procureur fiscal général du dauphin, chargé de défendre les droits de son seigneur dans le Dauphiné. Fribois fut notaire et secrétaire du roi de 1425 à 1444 au moins ; il figure comme notaire au Concile de l’Église gallicane de Bourges en 1438. Tous deux finirent leur cursus honorum en qualité de conseillers, après trois décennies de service royal ou delphinal9. Versés en latin, de par leur éducation comme par leur carrière, ils suivirent l’un et l’autre une trajectoire similaire qui les amena, en l’espace de dix ans, à écrire leurs ouvrages historiques en vernaculaire. Je présenterai ici un choix de thèmes récurrents dans ces œuvres et tenterai de comprendre comment et pourquoi leurs auteurs ont choisi d’alterner chronique historique et conseil politique.

Noël de Fribois

Le Roi, l’Église et la Pragmatique Sanction

  • 10  Abregé, éd. cit., p. 224-5 ; la source n’est pas connue, même si Fribois l’attribue à Jean de Pari (...)
  • 11  Ibid., p. 190, 211-2, 221 ; Oxford, ms. Bodley 968, fol. 211v.
  • 12  Mirouer, ms. cit., fol. 6v. Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon article, « The Mirouer h (...)

4Que ce soit dans le Mirouer ou dans l’Abregé,le texte historique et ses « addicions » promeuvent l’image très chrétienne du pouvoir royal français. Selon le Mirouer, « la dignité et autorité du royaume de France entre les autres dignitez et autoritez mondaines est en permanence et duracion plus ferme, car Dieu par l’especial amour l’a ordonné...»10. En raison de leur fonction, les rois et les empereurs, dans leur rôle officiel, sont sous la protection d’archanges, et non de simples anges gardiens, comme l’est le commun des mortels. Les « rois » sont aussi des « empereurs », et le titre de roi est plus ancien que celui d’empereur11. Fribois n’est pas le seul à considérer que des empereurs comme Valentinien, Constantin, ou Théodose doivent servir de modèles aux rois de France, mais dans le Mirouer, il rattache cette idée à la structure même de l’histoire du pays. Il fait de Constantin une préfiguration de Clovis non seulement par les circonstances de sa conversion, mais aussi parce qu’il frappe une croix sur sa monnaie. Théodose, comme Clovis, lutte contre l’hérésie ; et Valentinien, comme Charlemagne, est un « augmentateur ou accroisseur de la chose publique, car ce doit faire en son temps tout empereur et roy »12.

  • 13  Voir par exemple Abregé, éd. cit., fol. 2v-3r, 8r, 11v-12r, 13v, 17v, 19r, 32r, 37r-39v, 68v, 84r  (...)
  • 14  Mirouer, ms. Bodley 968, fol. 203v-215r. Sur ce traité, voir P. Saenger, « John of Paris, principa (...)
  • 15  Mirouer, ms. cit., fol. 101r, 105r-105v, une idée qui revient, soulignée et commentée dans le réci (...)
  • 16  Cette section, qui ne figure que dans leMirouer d’Oxford, est éditée par K. Daly, « Pape, empereur (...)

5Il tire de cette analyse de la situation des conséquences très concrètes. En tant qu’empereur de son royaume, le roi de France exerce un pouvoir sur les affaires temporelles de l’Église. Les deux ouvrages énumèrent les fondations royales, rapportent comment les rois et les empereurs de France ont secouru les saints et certains papes réfugiés dans leur royaume. Ils soulignent la relation particulière entre Dieu et la couronne française13. Certaines de ces répercussions sont exposées dans un traité attribué à Jean de Paris, dont la traduction française figure dans l’une des versions du Mirouer. Ce traité est interpolé immédiatement après un bref compte rendu de la querelle opposant Philippe iv et Boniface viii au sujet des pouvoirs respectifs du roi et du pape sur l’Église française. D’après ce traité, le roi est le cœur du corps politique ; en tant que fondateur des églises de son royaume, il a le droit de prélever des régales (un des points de désaccord avec le pape)14. L’Église a le devoir de subvenir à ses besoins matériels autant que spirituels ; et son pouvoir législatif s’applique à toutes les affaires temporelles de l’Église de France. Le récit historique du Mirouer reflète une conception analogue, dans la mesure où Pépin est d’abord élu par les Français, puis confirmé dans ses fonctions par le pape ; celui-ci n’a donc pas le pouvoir de déposer un roi de France15. Le rayonnement international du roi est souligné par une description du protocole observé lorsque roi, empereur et pape sont en présence16.

  • 17  Voir également les commentaires sur la piété exigée des moines, et la nécessité d’une réforme mona (...)
  • 18  Fribois cite des autorités qui conseillent aux prêtres de demeurer sur place. Pour la réponse équi (...)
  • 19 Fol. 73r. Les peurs de Fribois sont peut-être bien fondées : dans son analyse de l’épiscopat frança (...)
  • 20  Abregé, éd. cit, p. 194.

6Dans l’Abregé, Fribois ne revendique pas directement pour le roi le droit de nommer les prélats, mais pose la question de leur qualité : en effet, ce sont ceux qui fuient les offices qui sont dignes de les occuper. Fribois se demande si les dignitaires ecclésiastiques ont le droit de fuir un danger, ou s’ils doivent accepter la possibilité du martyre (30v-31r17; même s’il cite l’exemple de Thomas Becket (principalement pour jeter l’opprobre sur ses bourreaux « anglais »), il est possible qu’il ait à l’esprit le cas des prélats de sa Normandie natale, contraints d’abandonner leurs évêchés ou de se soumettre au pouvoir temporel de l’Angleterre18. Il propose un modèle d’humilité lorsqu’il rapporte l’histoire de Pierre le Lombard qui n’accepte de reconnaître sa mère que lorsqu’elle se montre à lui pauvrement vêtue, pour montrer que ceux qui occupent les fonctions les plus hautes doivent aussi exercer la plus grande vertu. Le meilleur candidat à l’épiscopat doit également avoir de solides connaissances dans les arts libéraux, la théologie et le droit canon19. À la suite de son récit historique, dans une annexe qui comprend « aucunes choses notables […] pour aucune declaracion […] de ce present traictié », Fribois mentionne le droit du roi à percevoir des régales20, mais les retombées positives du statut royal sont moins développées que dans le Mirouer : Fribois a sans doute considéré qu’il avait épuisé ce sujet dans le premier livre.

  • 21  C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 206-29 ; J. Krynen, Idéal du (...)
  • 22  Voir infra.
  • 23  Dans le Mirouer, il fait allusion à la discussion qu’il a eue avec eux au sujet de la loi salique  (...)
  • 24  J. Krynen, « Le roi très chrétien et le rétablissement de la Pragmatique Sanction. Pour une explic (...)

7Certes, il n’est pas étonnant de trouver sous la plume du notaire du concile gallican un éloge du « roi très chrétien ».De plus, le Mirouer historial et l’Abregé sont dans la droite ligne des discours historiographiques et politiques de la fin du Moyen Âge, à une époque où ce thèmeest un élément crucial de la culture politique française21. Au point que l’on peut aisément passer à côté d’une omission tout à fait significative. En effet, pourquoi Fribois, véritable chien de garde de la couronne dans la plupart des cas, décide-t-il de garder le silence sur un point tout à fait essentiel qu’il connaît mieux que personne : la Pragmatique Sanction de 1438 ? L’influence de ce texte se fait sentir indirectement, par exemple lorsqu’il est question de fuir et non de briguer les hautes fonctions, ce que l’on peut interpréter comme une attaque contre les nominations papales et les grâces expectatives. On peut également voir les références à la régale comme étant dirigées contre les partisans les plus virulents de la suprématie du pape, ou contre tout autre rival, sujet ou prince, qui chercherait à exercer un droit appartenant, selon lui, exclusivement au roi. Toutefois, la discrétion de Fribois offre un contraste frappant avec le texte de Mathieu Thomassin, qui fait par deux fois allusion à la Sanction22. Certes, Fribois connaissait deux gallicans convaincus, Girard Machet et Regnaut de Chartres23. Mais, en réalité, les intérêts gallicans ne correspondent pas systématiquement avec ceux de la couronne, même dans le cas de la régale. Entre un pape qui cherche à plusieurs reprises à assurer la révocation de la Sanction et un roi qui laisse planer le doute sur ses intentions24, on peut aisément comprendre pourquoi Fribois choisit de ne pas aborder de front la controverse, et de la passer simplement sous silence.

« Vertu », justice et « bonne police »

  • 25  Mirouer, ms. Bodley 968, fol. 139v. Les vertus nécessaires au roi de France à une période légèreme (...)
  • 26 Mirouer, ms. cit., fol. 24r -24v, 132v-133r, 195r, 196r.
  • 27  Mirouer, ms. cit., fol. 111v, fol. 115r, 139v.
  • 28  Voir l’édition du texte dans Daly, « Pape, empereur, roi de France ... », p. 111-2.

8Pris dans leur ensemble, les passages historiques et les commentaires de Fribois dans les deux textes promeuvent une image de la royauté entièrement conforme au modèle proposé par les miroirs princiers, et inspirée d’Aristote par l’intermédiaire de la scolastique : « de tant que le bien est plus commun, de tant est il plus divin et meritoire » (Mirouer, éd. cit., p. 230). Comme le roi est responsable du bien-être de beaucoup, et non de quelques uns, « les vertuz doivent estre en plus excellent degré que es subgiez » (éd. cit., p. 229). Il doit avoir reçu une bonne éducation, en particulier dans le domaine de l’histoire et des Écritures saintes ; il doit éviter les péchés et les vices (en particulier la luxure), et exercer les vertus royales que sont la tempérance, la « force », la « pitié », la magnanimité, et la piété25. Il est responsable du maintien de la justice et de la « bonne police » (ou bon gouvernement), comme Clovis, Charlemagne et saint Louis avant lui26. « L’excellence de la puissance des roys » descend « de Jesu Crist par l’onction » . Dans sa qualité de juge, le roi doit imiter le Christ, « legislateur euvangelique », et faire usage de sa raison27. Les droits civil et canon sont cités à l’appui. Une dernière série de passages conseille au roi de défendre la paix, la concorde et l’amour parmi ses sujets, de gouverner en toute justice, de frapper les coupables, de promouvoir ceux qui le méritent et de punir tout comportement vénal28.

  • 29  Abregé, éd. cit., p. 202-9, tiré de la Summa, IIa IIae, q. 47, art. 1-16, q. 48, art 1-6, q. 49, a (...)

9L’Abregé s’attarde plus en détail sur la question des vertus princières, en particulier la nécessité d’user de prudence et le devoir de justice. Fribois traduit un passage de la Somme de Thomas d’Aquin, décrit par L. Scordia comme un « véritable traité sur la prudence », et en fait la pierre d’angle des vertus royales29. Thomas d’Aquin inclut la mémoire du passé dans sa description de ce qu’est la prudence, ce qui est particulièrement adapté pour un ouvrage historique tel que l’Abregé.En outre, la « prévoyance », la « circonspection » et la « precaution » – qui, elles aussi, ont à voir avec cette vertu royale entre toutes – préparent le roi à chercher des leçons dans le passé lorsqu’il est confronté à un avenir incertain. En incluant ces passages, Fribois souligne l’importance de son abrégé de l’histoire de Francepour l’exercice du pouvoir.

  • 30  Sur ces thèmes, voir aussi J.-P. Boudet, « L’avis à Yolande d’Aragon », § 10, 26, 52-53, dans le p (...)

10Fribois suit Thomas d’Aquin lorsqu’il fait un lien entre justice et prudence. La première est la plus haute de toutes les vertus humaines (éd. cit., fol. 81v-83r). Le roi est donc « loy animee en terre » (fol. 83v) ; « le principal acte ou fait du roy est de mectre et faire lois et constitucions au bien de la chose publique » ; il a ainsi une sorte de monopole de la justice, même s’il lui est possible de déléguer ses pouvoirs (fol. 81r). Les rois doivent être « conservateurs et executeurs [...] des droiz et des lois » (fol. 39v-40r). La loi est en effet une sorte de discipline destinée à rendre les hommes vertueux (fol. 10v), vertu qui façonne l’homme à l’image de Dieu (fol. 10r, 40v). Mourir pour défendre la justice est ainsi analogue au martyre enduré pour la foi ( fol. 81v-83r). La justice est également liée à la prudence en ce qu’elle nécessite d’être préparée à l’avance, ce qui relève de la prévoyance que le roi doit exercer pour son royaume (fol. 75r-81v). La collation des offices par le roi reflète la « collacion divine », et les candidats retenus doivent être dignes des fonctions comme des honneurs (fol. 69r-70v)30, en particulier dans le domaine de l’exercice de la justice, même si Fribois concède en définitive que les nominations relèvent du libre choix du roi (fol. 70r).

  • 31  F. Autrand, Charles V le sage, Paris, Fayard, 1994, p. 633-4.

11La clé de la stabilité du royaume est donc la justice, puisque les pires maux se déchaînent lorsque les lois de succession ne sont pas respectées. Fribois insiste sur l’importance de la loi salique des Francs lorsqu’il rapporte la succession des Valois, dans un traité en latin et en français justifiant l’exclusion d’Édouard iii d’Angleterre et de ses descendants à la succession à la couronne de France. Il montre que le Traité de Troyes (1420) enlève indûment la couronne à Charles vii, et vante l’excellence de l’ordonnance de Charles v qui fixe, en 1374, la majorité des rois de France à treize ans et un jour31. Inversement, l’histoire de la Normandie, province qui vient d’être recouvrée par la couronne, offre deux modèles à l’émulation de Charles vii : Rollon le Viking, qui avait réussi à pacifier le duché au point qu’hommes et femmes pouvaient voyager sans armes, et Guillaume le Conquérant, présenté comme un défenseur international de la loi et de la Chrétienté pour avoir protégé la France et les eaux de la Manche des pirates anglais, et déposé Harold, le tyran. Les Anglais font constamment office de repoussoir : désobéissants à leur roi, « faulx, mauvais ... et commis crime de felonnie et de lese majesté ». Charles vii devrait donc suivre l’exemple de Guillaume, en déposant l’actuel « usurpateur » anglais, puisqu’il a lui-même des droits sur ce royaume (éd. cit., fol. 25r, 56v-57v). L’origine de la principauté des Flandres est elle aussi présentée comme le résultat d’un crime odieux, celui du « rapt » de Judith, fille de Charles le Chauve, par Baudouin Bras-de-Fer, qui en est ainsi devenu le premier comte (fol. 22r-23r).

  • 32  Abregé, éd. cit., p. 184-6. Voir également ses commentaires sur les devoirs du traducteur, dans le (...)

12Quant à l’éloquence (souvent traitée comme une vertu princière), Fribois considère qu’il s’agit d’une vertu que les clercs royaux, plutôt que le prince, doivent cultiver. Inspiré par son propre intérêt pour la rhétorique et par le traité Quod in superiori de Nicolas de Clamanges sur le fameux jugement de Pétrarque – il n’y a point d’orateurs hors d’Italie –, il prescrit aux rhétoriciens en herbe du royaume de France un programme d’étude comprenant historiens médiévaux et spécialistes du droit canon, dont on peut penser qu’il n’aurait sans doute pas trouvé grâce aux yeux de Pétrarque 32!

Les leçons de l’histoire

  • 33  P. S. Lewis, « Jean Juvenal des Ursins and the common literary attitude towards tyranny in fifteen (...)

13Les principes justifiant le pouvoir royal peuvent aisément se retourner contre un roi qui ne se montrerait pas à la hauteur de ses illustres prédécesseurs. Les réformateurs formulent d’ailleurs bien souvent leurs opinions dans les mêmes termes que les défenseurs de l’autorité royale. Si les critiques évitent d’accuser un roi de tyrannie33, ils peuvent en toute sécurité souligner la lourde responsabilité du monarque envers ses sujets, non seulement pour leur bien-être en ce monde, mais, aussi, pour le salut de leur âme dans l’autre.

  • 34  Mirouer, éd. dans Abregé, éd. cit., p. 230-1.
  • 35  Abregé, éd. cit., fol. 34v-35r, 42r-42v, 67v.
  • 36  Cf. J.-P. Boudet, « L’avis à Yolande d’Aragon » , fol. 1r, § 66, dans le présent volume. Voir auss (...)

14Le roi est responsable de toute injustice commise dans son royaume s’il est en son pouvoir de la redresser34. « Roy non savant ou fol perdra son peuple » (Sir 10, 3) ; « Royaume est transferé d’une gent a autre pour injustices, contumelies, injures et divers baraz [oppressions, extorsions et exactions] et abus » (Dn, 2, 22 ; éd. p. 228-9) prévient le Mirouer, dans une longue explication des raisons pour lesquels les Mérovingiens furent déposés par les Carolingiens. Dans son récit historique, Fribois fait allusion à l’oppression de l’Église et en particulier aux taxes injustes qui précipitèrent la fin de la dynastie mérovingienne. La sécurité du royaume est également menacée si le roi ne parvient pas à maintenir l’ordre, à protéger les biens de ses sujets, à sévir contre les excès par le biais de lois somptuaires et à interdire le blasphème, « que aucune grieve plaie n’en adviengne en ce royaume, dont on n’a pas besoing, car il a es temps passez esté tant afflict et tourmenté [...] que on ne le pourroit souffisamment exprimer ne declairer »35. Les avertissements de ce type ne sont pas de vaines menaces, mais appartiennent pleinement au discours politique de l’époque, qui explique les « mutacions » comme celles qui viennent de secouer le royaume par la volonté divine de punir les coupables et d’éprouver les justes36.

15Avant tout « homme de bureau », Fribois se contente ici de donner un conseil d’ordre général plutôt que d’aborder des problèmes précis de gouvernement.

Le Registre delphinal

16La carrière de dignitaire comme l’œuvre historique de Mathieu Thomassin se sont développées dans un contexte totalement différent. Le Dauphiné couvre à son époque les départements modernes de l’Isère, des Hautes-Alpes, et d’une partie de la Drôme. La survie de cette unité géographique assez lâche n’a été réellement assurée qu’entre 1343 et 1349, par son transfert (ou « transport ») au descendant de la couronne de France ; toutefois, en dépit des traités de 1355 et 1377 avec les principaux rivaux du dauphin, les comtes de Savoie, ses frontières exactes ne sont pas encore fixées. De plus, une grande partie de la principauté fait partie de l’Empire ; le « transport » stipule que le Dauphiné ne pourra être légalement réuni au royaume que si le roi de France devient aussi empereur. Même si des Français comme Thomassin (« natif de Lyon ») jouent un rôle majeur au sein de l’administration delphinale pour l’harmoniser avec celle du royaume, le Dauphiné conserve un statut juridique distinct et une noblesse puissante. Le dauphin doit également compter, à cette époque, avec l’influence de prélats quasi indépendants, même à Grenoble, siège de l’administration delphinale, ou à Vienne, le cœur battant de la principauté.

  • 37  Auteur de plusieurs mémoires pour défendre les droits du dauphin, il commence son premier essai hi (...)

17La défense des droits du dauphin, notamment contre l’archevêque de Vienne, oblige Thomassin à se familiariser avec le contexte historique, ce qui l’amène à piller chroniques et archives afin de faire remonter la légitimité des revendications de son maître au temps des premiersrois bourguignons, contemporains de Clovis37.

  • 38  Grenoble, BM, ms. U. 909 Rés., fol. iiir : « Pour ce la premiere partie de cestuy Registre sera de (...)
  • 39  C’est l’une des différences avec le Breviere, qui commence par une présentation des différents ter (...)

18Pour Thomassin, pionnier de l’historiographie delphinale, le passé est bien un « miroir obscur », dont l’image lui parvient reflétée par les chroniques universelles de Sigebert, de Martin de Pologne et de Bernard Gui,complétées par la chronique d’Adon de Vienne, un chroniqueur de la région. Ces différentes sources ne lui permettent toutefois pas de continuer son récit après 900. Il lui faut donc reconstruire la chronologie des derniers rois de Bourgogne à l’aide d’épitaphes et de documents épars ; et son compte rendu des dauphins de la deuxième race provient apparemment des archives delphinales et d’une généalogie maintenant perdue. Dans son œuvre maîtresse, le Registre, Thomassin adopte une structure tripartite qui n’est pas sans rappeler celle des Grandes Chroniques de France 38: en premier lieu les rois de Bourgogne, puis les dauphins de leurs débuts (aux environs du xie siècle) jusqu’au transport, et enfin les dauphins de la maison de Valois jusqu’à son époque39.

19La narration historique parfois interrompue et les incises généalogiques sont situées dans un contexte plus large qui fait de l’histoire delphinale un microcosme à la fois de l’histoire universelle et de l’histoire française, permettant à Thomassin d’explorer la nature de l’autorité temporelle en France et plus particulièrement dans le Dauphiné. Je me bornerai ici à présenter deux exemples représentatifs de cette technique : sa manière de concevoir les liens entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel, et ses vues sur les limites du pouvoir delphinal.

Pouvoir temporel et spirituel dans le Dauphiné

  • 40  « L’an iiiic iiiixx xiiii, Galasius estoit pape, lequel tint le siege iiii ans. En celluy temps, l (...)
  • 41  Je me permets de renvoyer à mes articles«Centre’, ‘power’ and ‘periphery’ in late medieval French (...)
  • 42  Ms. cit., fol. xvv-xviv, xxviiv-xxviiir, liir : voir aussi les listes des archevêchés sous l’autor (...)

20Dans son prologue, Thomassin affirme un thème clé du Registre: la séparation des pouvoirs spirituel et temporel. À la Création, Dieu « le souverain par dessus tous […] retint pour luy le royaulme du ciel […], et le royaulme de la terre […] il donna aux hommes » [fol. iiiiv-vv]. Ce dernier fut gouverné par des rois, avant d’être soumis au premier empereur romain, Octavien, au temps de la Nativité du Christ; alors « Dieu fit en ce royaulme terrien deux […] grans lumieres, […] l’auctorité pontificale ou spirituelle et la puissance imperiale et seculiere […]. Et me semble que l’ung ne doit entreprendre sur l’autre car ce sont puissances et jurisdictions separees et divisees par Dieu […] » [fol. viv, viiv-ixv]. Dans la première partie de l’ouvrage, Thomassin donne un bref récit de l’histoire du pouvoir impérial : sa christianisation, sous le règne de Constantin, sa fragmentation progressive, son transfert à l’empereur « français » Charlemagne, puis aux empereurs allemands. Cette fragmentation du pouvoir et ses fluctuations se retrouvent à l’échelle de l’histoire de France. La fonction de roi précède l’arrivée du christianisme, en France et en Bourgogne. Puis le pouvoir impérial revient aux rois de France, à l’époque de Clovis : « Et pour ce le roy de France ne tient de personne qui soit vivant son royaulme, et est empereur, car la dignité est telle en son royaulme. Toutesfoys il ne se dit pas empereur, car la dignité royale est plus ancienne, et fut premierement mise sus » (fol. xxv )40. Clovis et ses successeurs règnent ensuite sur le royaume de Bourgogne, qui tombe lui aussi sous le pouvoir royal et impérial de Charlemagne et de ses successeurs. En soulignant ainsi le statut impérial du roi, Thomassin fait écho aux sentiments des historiens, comme Fribois, qui se trouvaient à proximité immédiate du roi41. À certains moments clés de son ouvrage, Thomassin énumère les évêchés des territoires qui constituèrent plus tard le Dauphiné ; il laisse ainsi entendre que le dauphin peut exercer une autorité au-delà des limites de sa principauté, par le biais précisément de ces sièges épiscopaux, et cela jusqu’en Savoie et en Provence42.

  • 43 « Plusieurs autres graces et miracles y a que Dieu singulierement a fait aux roys de France sur tou (...)

21Dans la troisième partie du Registre (sur les dauphins de la maison de Valois), Thomassin énumère les prérogatives de la couronne française : le titre de roi « très chrétien », les fleurs de lis, la sainte ampoule, l’oriflamme, les fondations royales et la protection de l’Église universelle et française, la « loi de succession » excluant les femmes (référence indirecte à la loi salique), le statut impérial du roi dans son royaume, auquel il ajoute l’exemple récent du « miracle evident » de Jeanne d’Arc ; l’affirmation de Thomassin, selon laquelle elle aurait appelé le dauphin « auriflambe », fait le lien entre la personne du roi régnant et l’héritage de ses prédécesseurs43. En tant qu’héritiers de la couronne, les dauphins de la période postérieure au transport reflètent la nature impériale du pouvoir royal au sein du territoire qu’ils gouvernent, d’autant plus qu’ils sont amenés à devenir rois. Thomassin replace dans ce contexte plus large son compte rendu de la très longue querelle qui oppose le dauphin à l’archevêque de Vienne. La Pragmatique Sanction est pour lui un garde-fou contre les recours auprès des cours ecclésiastiques sur des casrelevant de la juridiction séculière (Registre, fol. xiiv ), et contre les légats du pape a latere, dont l’autorité n’a pas été reconnue par le roi, et qui accordent des fonctions ecclésiastiques en contrevenant à la Sanction (ibid., fol. 61r).

Les limites du pouvoir delphinal

  • 44  Cf. les remarques de Lemonde, « Mathieu Thomassin », art. cit., p. 345-8.
  • 45  À comparer avec le principe invoqué plus tard par Louis xi et ses défenseurs en 1477-82, suivant l (...)

22C’est dans le contexte de la supériorité reconnue au pouvoir royal que Thomassin rédige un court traité examinant la relation entre pouvoir royal et pouvoir delphinal (iii, fol. 63v à 71v). Il y adopte la technique scolastique de la quaestio44, ce qui lui permet de poser des questions délicates, tout en les présentant comme hypothétiques. Chaque question est examinée à la lumière de son interprétation personnelle du transport, et de son argument, selon lequel le pouvoir du dauphin émane essentiellement de la couronne dont il hérite. Ainsi, alors que Thomassin sait pertinemment que des femmes ont hérité du Dauphiné dans le passé, il démontre qu’à partir du transport, elles ne peuvent plus régner sur le Dauphiné, puisqu’elles sont écartées de la succession de la couronne de France. Le Dauphiné acquiert par conséquent certaines des particularités du royaume dont son prince doit hériter45. La question de savoir quel fils du roi de France doit hériter du Dauphiné est tranchée de la même manière, par la position par rapport à la succession. Seul l’aîné, héritier de la couronne, peut prétendre à la principauté « pour ce ne separe point le Daulphiné de la couronne ». Toutefois ce fils aîné doit être jugé digne de régner sur le royaume et le Dauphiné (iii, fol. 64r-65r).

  • 46  Cette assertion rappelle, semble-t-il, celle d’Étienne Guillon, président du Conseil delphinal, da (...)
  • 47  Registre, iii, fol. 74r, 81v, 88r-89v, 114r.
  • 48  Registre, iii, fol. 74v.

23Après cette approche indirecte et progressive, Thomassin s’attaque à une autre question épineuse qui se pose à ses collègues et à lui-même en 1456 : qui, du roi ou de son fils aîné, possède réellement le Dauphiné ? Selon lui, seul le roi est le « vray seigneur du Daulphiné, car par ledict transport [le Dauphiné] est joinct et uny inseparablement a la couronne, et fault que tousjours retourne a la couronne » (fol. 65r-65v). Il soutient que le transport est « premierement faict au roy Philippe [vi] et aprés a ses successeurs roys » (ibid.), même si Philippe vi n’est à aucun moment nommé comme héritier dans les documents qu’utilise Thomassin au sujet du transport. Il démontre l’union de la France et du Dauphiné par le fait que le roi peut régner à la fois sur l’une et sur l’autre (fol. 64v-65r). Il insiste enfin sur le fait que le roi ne donne à son premier fils que l’administration du Dauphiné, sans s’aliéner la province (fol. 65v, 66r, 73v-74v)46. Thomassin revient sur cette distinction lorsqu’il décrit la transmission du Dauphiné aux descendants de la maison de Valois, de Charles vi à Louis ii47. Il souligne également l’honneur que font les rois de France au Dauphiné en décidant de prendre le titre et les armoiries de dauphin48.

  • 49  G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles vii, Paris, 1881-91, 6 vol., t. vi, p. 78-80, 96, 1 (...)
  • 50  Registre, i, fol. ir, iiiiv.

24Certes, Thomassin laisse certaines questions majeures en suspens, notamment celle de savoir si le roi peut légalement conserver le Dauphiné sans le transmettre à son fils (iii, fol. 66r), et fait mine de laisser aux juristes le soin de délibérer à leur sujet (fol. 71v). Il n’en reste pas moins qu’il amène inexorablement son lecteur à conclure qu’en cas de conflit, c’est le roi qui est en position de véritable « propriétaire ». Il donne pour conclure une série d’exempla mettant en scène des contemporains, parmi eux des alliés de Louis ii, sous les traits de fils rebelles à leur père. Il prend alors le parti des pères contre les fils, selon lui victimes de mauvais conseillers, en soutenant que leur seul salut serait de s’abandonner corps et âme au bon vouloir paternel. Ces conclusions rappellent les exigences de Charles vii qui voulait, en 1456-1457, que Louis s’en remette entièrement à la grâce du roi et bannisse ses mauvais conseillers49. Mais elles font également écho au prologue du Registre, dans lequel Thomassin prône l’obéissance totale au pouvoir en place, reflet de l’ordre divin. S’en détourner reviendrait à partager le sort du premier rebelle, Lucifer, châtié pour son ingratitude50. Selon moi, ce pouvoir de droit divin auquel on doit obéissance, évoqué par Thomassin pour expliquer qu’il est de son devoir d’obéir aux ordres delphinaux, désigne implicitement Charles vii, qui prend le Dauphiné en sa main comme roi et dauphin, et non Louis ii, disgracié et fugitif.

25Il est tout à fait vraisemblable qu’en 1456 Louis ait donné l’ordre au Parlement delphinal de mener une enquête sur ses droits afin de se garantir plus encore contre son père, et que le dauphin s’attendait à ce queThomassin intègre à son Registre des éléments plaidants en sa faveur. Il semblerait toutefois que lorsque Louis quitte le Dauphiné en août, Thomassin s’empresse de modifier le traité pour l’appliquer à une cause toute différente : la justification du choix des trois états et de la majorité des fonctionnaires dauphinois de se plier à l’autorité de Charles vii au lieu de celle de son fils.

Conclusion

  • 51  Mirouer, éd. cit., p. 235, citant Cicéron, De oratore, ii, 9, 36 (éd. K. F. Kumaniecki, Leipzig, 1 (...)
  • 52  Voir la communication de F. Collard dans ce volume.
  • 53  J. Ferster, Fictions of Advice. The Literature and Politics of Counsel in Late Medieval England, P (...)
  • 54  Ferster, op. cit., p. 38. C’est un problème qu’ont pu avoir une grande partie des lecteurs de Frib (...)

26Comme « tesmoing des temps passez, lumiere de verité [...] et messagiere d’ancienneté »51, l’histoire a une mission didactique : un lecteur princier est souvent encouragé à y trouver des modèles de bonne conduite. Mais le passé est aussi une source de renseignements sur la légitimité des revendications politiques et territoriales, ce qui exige parfois des historiens qu’ils composent avec la « vérité ». En revanche, le serviteur royal idéalisé a pour tâche non seulement d’apporter son soutien, mais, aussi, de proposer des conseils qui peuvent ne pas être du goût de son prince. L’historien et le conseiller sont donc confrontés à des dilemmes similaires ; dire la vérité peut s’avérer dangereux. Un prélat comme Jean Juvénal des Ursins peut se le permettre 52; mais des officiers comme Fribois ou même Thomassin doivent généralement se montrer plus circonspects. « Et pour ce que avez voulu escrire la verité de l’istoire, je l’ay fait », annonce Fribois à Charles vii dans le Mirouer, à la fin d’un épisode rapportant la manière dont saint Boniface réprimait les vices d’un roi anglais du viiie siècle : « Et suis certain que pas ne vous en desplaira comme faire ne doit, car ce seroit venir contre voulenté et voulenté de prince doit estre fondée en raison, non pas contre raison » (Mirouer, ms. cit.,fol. 115r). Le « miroir obscur » de l’histoire offre ainsi à l’historien et conseiller royal une sorte de protection. Comme le remarque Judith Ferster dans son analyse d’ouvrages de conseils du Moyen Âge tardif, le « déploiement stratégique d’histoires bien connues et de maximes de la tradition conseillère », en particulier lorsqu’il est question de la mort d’un autre roi, est une couverture idéale pour formuler une critique53, même si un auteur comme Fribois peut parfois sembler si prudent qu’il est difficile pour l’historien moderne (comme aussi pour les lecteurs de la fin du Moyen Âge probablement), de saisir véritablement ce qu’il cherche à dire54. Comparativement, la liberté relative dont fait preuve Thomassin peut se comprendre par l’absence du dauphin, même s’il reste lui aussi assez prudent. En fin de compte, l’un et l’autre ont eu sans doute à payer le prix de leur loyauté à Charles vii, s’ils ont perdu leur poste, ce qui semble probable, au moment où Louis xi purge l’administration des fonctionnaires restés fidèles à son père.

Notes

1 Je souhaite remercier C. Dudouyt et F. Lachaud d’avoir relu et corrigé ce texte.

2  B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 350.

3  La saincte bible en françoys, translatée... selon sainct Hierome, Anvers, Martin l’Empereur, 1530, fol. lxviva (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/ bpt6k54287d/f1008.image).

4 Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, dir. F. Lachaud et L. Scordia, Rouen, PURH, 2007, p. 421-2.

5 Deux versions du Mirouer historial abregié de France nous sont parvenues : la première est une commande de Charles vii et lui est adressée, alors que la seconde est destinée à Charles d’Anjou, comte du Maine, cousin direct et favori du roi (Oxford, Bodleian Library, ms. Bodley 968). Toutefois, le détail du texte suggère qu’à l’exception de la dédicace au comte, la seconde version est plus proche d’une autre version présentée à Charles vii, aujourd’hui perdue. Fribois composa en effet au moins quatre versions de l’Abregé. Je m’appuie ici sur la plus complète d’entres elles, celle qui fut présentée au roi en 1459. Sur les diverses versions et manuscrits du Mirouer et de l’Abregé, voir Abregé des croniques de France par Noël de Fribois, éd. K. Daly, Paris, SHF, 2006, p. 30-4, 43-51. On lui attribue également une traduction française d’extraits choisis d’une chronique latine de Michel Pintoin (avant 1456) : N. Pons, « Michel Pintoin et l’historiographie orléanaise », Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, dir. F. Autrand, C. Gauvard, J.-M. Moeglin, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 237-59.

6  Le meilleur manuscrit connu du Registre (Grenoble, BM, ms. U. 909 Rés., copie du xve siècle) est mutilé, le livre II étant manquant. Celui-ci survit en partie dans une copie du xvie siècle (Paris, BnF, ms. fr. 6427) et sous la forme d’un abregé de la même époque (BnF, ms. fr. 4949 et Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, ms. 711).

7 Fribois était « licencié en loys et bachelier en decret » selon un document de 1438 (voir Abregé, éd. cit., p. 26, n. 1) ; nous ignorons où il fit ses études. Thomassin passa sa licence en droit civil à Orléans (Registre, livre iii, fol. 87r, 88r).

8 C’est le terme qu’emploie B. Guenée : voir sa Préface dans l’Abregé, éd. cit., p. 9.

9  Fribois appartenait au groupe indéterminé et fluctuant des « conseillers royaux » ; Thomassin était membre fondateur du Parlement du Dauphiné, autorité juridique suprême de la province, à laquelle le Conseil delphinal fut intégré en 1453.

10  Abregé, éd. cit., p. 224-5 ; la source n’est pas connue, même si Fribois l’attribue à Jean de Paris.

11  Ibid., p. 190, 211-2, 221 ; Oxford, ms. Bodley 968, fol. 211v.

12  Mirouer, ms. cit., fol. 6v. Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon article, « The Mirouer historial abregié de France : historical culture and politics at the court of Charles vii », Vincent de Beauvais. Intentions et réceptions d’une œuvre encyclopédique au Moyen Âge, dir. S. Lusignan, M. Paulmier-Foucart, A. Nadeau, Paris, Vrin, 1990, p. 480-1.

13  Voir par exemple Abregé, éd. cit., fol. 2v-3r, 8r, 11v-12r, 13v, 17v, 19r, 32r, 37r-39v, 68v, 84r ; Mirouer (Abregé, éd. cit.), p. 219-25, 226, 240, 242-3 ; Oxford, Bodleian Library, ms. Bodley 968, fol. 79v-80r, 83r, 84v, 86r, 102r, 106r-107r.

14  Mirouer, ms. Bodley 968, fol. 203v-215r. Sur ce traité, voir P. Saenger, « John of Paris, principal author of the Quaestio de potestate papae », Speculum,56, 1981, p. 41-55. La citation sur les régales, qui apparaît aussi dans l’Abregé des croniques (voir ci-dessous) est également présente dans Rex pacificus, un autre traité de Jean de Paris : Abregé, éd. cit., p. 194, n. 2.

15  Mirouer, ms. cit., fol. 101r, 105r-105v, une idée qui revient, soulignée et commentée dans le récit du reditus, « la tres noble couronne de France [...] n’est tenue de Romme, ne de l’Empire, ne d’aucun fors de Dieu » : Abregé, éd. cit., p. 240.

16  Cette section, qui ne figure que dans leMirouer d’Oxford, est éditée par K. Daly, « Pape, empereur, roi de France : pouvoir et protocole à la fin du Moyen Âge », L’Europe à la recherche de son identité, éd. C. Villain-Gandossi, Paris, Éd. du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2002, p. 111-6.

17  Voir également les commentaires sur la piété exigée des moines, et la nécessité d’une réforme monastique (fol. 24v), une idée également développée dans le Mirouer (fol. 125, 169-70).

18  Fribois cite des autorités qui conseillent aux prêtres de demeurer sur place. Pour la réponse équivoque du clergé normand au changement d’allégeance qui leur est proposé par les Anglais (1417-1420), voir C. T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 218-21. Cependant, Fribois s’inspire peut-être tout simplement d’un topos : voir Jean Gerson, « De desiderio et fuga episcopatus », Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, Paris, Desclée, 1960-73, 10 vol., t. iii, n° 104, p. 326-33.

19 Fol. 73r. Les peurs de Fribois sont peut-être bien fondées : dans son analyse de l’épiscopat français en 1438, Vincent Tabbagh estime que 71 prélats ont fait des études juridiques, alors que 17 seulement ont fait des études de théologie : V. Tabbagh, Gens d’église, gens de pouvoir (France xiiie-xve siècle), Dijon, Éd. Universitaires de Dijon, 2006, p. 107.

20  Abregé, éd. cit, p. 194.

21  C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 206-29 ; J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1981, p. 207-39 ; id., L’Empire du roi, Paris, Gallimard, 1993, p. 345-76 ; G. Small, Late Medieval France, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009, p. 14.

22  Voir infra.

23  Dans le Mirouer, il fait allusion à la discussion qu’il a eue avec eux au sujet de la loi salique : Abregé, éd. cit., p. 225-6. Sur les sentiments gallicans de Machet, voir N. Valois, Histoire de la Paragmatique Sanction de Bourges sous Charles vii, Paris, Picard, 1906, p. 100, 101, 112, 138-41 : selon qui Pragmatica Xanctio […] jus patrum nostrorum, jus generalis, utilitatis regni, était […] conservatio justicie contre vitium symonie dans l’Église. Le récit historique de Fribois reprend ces thèmes, mais sans nommer la Sanction.

24  J. Krynen, « Le roi très chrétien et le rétablissement de la Pragmatique Sanction. Pour une explication idéologique du gallicanisme parlementaire et de la politique religieuse de Louis xi », Églises et pouvoir politique. Actes des journées internationales d’histoire du droit d’Angers, 30 mai-1er juin 1985, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1987, p. 135-42 (p. 135-49).

25  Mirouer, ms. Bodley 968, fol. 139v. Les vertus nécessaires au roi de France à une période légèrement antérieure sont discutées par Krynen, Idéal du prince, op. cit., p. 78-136, 184-99 ; F. Bérier, « La clémence : l’épître Delectatus sum de Nicolas de Clamanges (1408) », Devenir roi. Essais sur la littérature addressée au prince, dir. I. Cogitore et F. Goyet, Grenoble, Ellug, 2001, p. 81-96. Pour une perspective contrastée sur le développement et l’usage des vertus cardinales (prudence, justice, force et temperance) ainsi que sur d’autres vertus politiques, voir M. Viroli, From Politics to Reason of State. The Acquisition and Transformation of the Language of Politics 1250-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 14-70 ; I. Bejczy, « The concept of political virtue in the 13th century », Princely Virtues in the Middle Ages, 1200-1500, ed. I. Bejczy, C. Nederman, Turnhout, Brepols, 2007, p. 9-32 ; M. Hohlstein, « Clemens princeps : clementia as a princely virtue in Michael of Prague’s De regimine principum », ibid., p. 201-17, et G. A. Strack, « Piety, wisdom and temperance in fifteenth-century Germany : a comparison of vernacular and Latin Mirrors of Princes », ibid., p. 259-80. Strack insiste sur la continuité qui existe entre les auteurs de la fin du Moyen Âge et les humanistes dans leur façon de concevoir ces vertus, et sur l’histoire comme moyen privilégié de les enseigner.

26 Mirouer, ms. cit., fol. 24r -24v, 132v-133r, 195r, 196r.

27  Mirouer, ms. cit., fol. 111v, fol. 115r, 139v.

28  Voir l’édition du texte dans Daly, « Pape, empereur, roi de France ... », p. 111-2.

29  Abregé, éd. cit., p. 202-9, tiré de la Summa, IIa IIae, q. 47, art. 1-16, q. 48, art 1-6, q. 49, art. 7-8, q. 50, art 1-4 ; L. Scordia, Le roi doit vivre du sien. La théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2005, p. 207-10.

30  Sur ces thèmes, voir aussi J.-P. Boudet, « L’avis à Yolande d’Aragon », § 10, 26, 52-53, dans le présent volume.

31  F. Autrand, Charles V le sage, Paris, Fayard, 1994, p. 633-4.

32  Abregé, éd. cit., p. 184-6. Voir également ses commentaires sur les devoirs du traducteur, dans le Mirouer (éd. cit., p. 236-7), dans lesquels il invoque Pétrarque, Leonardo Bruni, ainsi que Cicéron.

33  P. S. Lewis, « Jean Juvenal des Ursins and the common literary attitude towards tyranny in fifteenth-century France », Essays in Later Medieval French History, Londres, Hambledon Press, 1985, p. 169-87 ; Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, iii. La vie et l’œuvre, éd. P. S. Lewis, Paris, Klincksieck, 1992, p. 176-7.

34  Mirouer, éd. dans Abregé, éd. cit., p. 230-1.

35  Abregé, éd. cit., fol. 34v-35r, 42r-42v, 67v.

36  Cf. J.-P. Boudet, « L’avis à Yolande d’Aragon » , fol. 1r, § 66, dans le présent volume. Voir aussi un procès au Parlement de Paris (18 mai 1423) :  « On doit bien tenir la main en ung royaume a la justice quia propter iniusticia transferuntur regna de gente in gentem et on doit prendre garde que iniustice ne soit faite a aucun... » ; Clément de Fauquembergue, greffier au Parlement, cite aussi Eccl. 10, 3 plusieurs fois dans son Journal pour expliquer l’occupation anglaise : G. L. Thompson, Paris and its people under English rule. The Anglo-Burgundian regime 1420-1436, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 51, n. 8, p. 207.

37  Auteur de plusieurs mémoires pour défendre les droits du dauphin, il commence son premier essai historique en latin, le Manipulus, avant 1453 (inachevé), puis développe ses idées dans le Breviere des anciens droys, honneurs et prerogatives du Dauphiné de Viennoys (1453-5), écrit en français, lui aussi inachevé, avant de composer le Registre delphinal : G. Letonnelier, « Mathieu Thomassin et le Registre delphinal », Annales de l’Université de Grenoble, 6, 1929, p. 87-119 (tirage à part, p. 1-33), p. 16-25 ; A. Lemonde, « Mathieu Thomassin, conseiller du dauphin Louis II, à la recherche d’une identité dauphinoise », De la principauté à la province. Autour du 650e anniversaire du transport du Dauphiné à la couronne de France, dir. P. Paravy et R. Verdier, Grenoble, 2001 (Cahiers du CRHIPA, t. iv), p. 313-53 ; L. Dauphant, « Matthieu Thomassin et l’espace dauphinois (1436-v. 1456) : naissance d’un humanisme géopolitique », Journal des Savants, janvier-juin 2008, p. 60 (p. 57-105).

38  Grenoble, BM, ms. U. 909 Rés., fol. iiir : « Pour ce la premiere partie de cestuy Registre sera de ce royaulme de Bourgongne, comment il fut mys sus, de la genealogie des roys qui ont esté et aucunes choses de leurs gestes, et comment il finit. La secunde et principale partie sera comment la dignité dalphinale fut mise sus aprés la fin dudit royaulme ; item, de la genealogie des daulphins qui depuys y ont esté jusques a ladicte translacion ; et de leurs gestes ce que j’en ay peu trouver ; et des droitz anciens, honneurs, dignitez et prerogatives du Daulphiné, et des choses especiales qui y sont, et ne sont pas en autre pays. La tierce partie sera de la translacion du Daulphiné a la tres crestienne maison de France ; de la genealogie de messeigneurs les daulphins de France qui depuis y ont esté jusques a mon seigneur qui est a present, et aucunes choses de leurs gestes et des choses advenues de leurs temps ; et de la limitacion et division du Daulphiné. » Cf. Les Grandes chroniques de France, éd.J. Viard, Paris, 1920, t. I, p. 3-4.

39  C’est l’une des différences avec le Breviere, qui commence par une présentation des différents territoires sous l’autorité des dauphins : Grenoble, BM, ms. U. 909 Rés., fol. 118v-119r.

40  « L’an iiiic iiiixx xiiii, Galasius estoit pape, lequel tint le siege iiii ans. En celluy temps, ledit Clodoveus tout le droit que les Romains avoient es Galles translata es Françoys » [ms. cit., fol. xxvr]. Cette notation est tirée de Bernard Gui : Flores cronicorum , jusqu’en 1321 : Gelasius […] sedit annis iiii […]. Clodoveus quoque Galliarum sub jure erat Romanorum transfertur ad jus Francorum (Paris, BnF, lat. 5031, fol. 2r-167r, au fol. 37v).

41  Je me permets de renvoyer à mes articles«Centre’, ‘power’ and ‘periphery’ in late medieval French historiography:some reflections», War, Government and Power in Late Medieval France, ed. C. T. Allmand, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 124-44, et « Mixing business with leisure : some French royal notaries and secretaries and their histories of France, c. 1459-1509 », Power, Culture and Religion in France c. 1350-c.1550, ed. C. T. Allmand, Woodbridge, Boydell Press, 1989, p. 108-11 (p. 99-115).

42  Ms. cit., fol. xvv-xviv, xxviiv-xxviiir, liir : voir aussi les listes des archevêchés sous l’autorité de Charlemagne, dont Embrun et Vienne font partie (ibid., fol. xxiv, xxxviiv).

43 « Plusieurs autres graces et miracles y a que Dieu singulierement a fait aux roys de France sur tous autres roys. Et pour ce l’on peult dire sans doubtance que Dieu a fait et ordonné le roy de France son vicaire en la temporalité en son tres noble et tres puissant le royaulme de France. Comment doncques oza oncques ne ozeroit aucun empereur actempter ou ymaginer d’avoir aucune seigneurie ne souveraineté sur icelluy qui est estably seigneur en la temporalité de Dieu le pere, et sans souverain, si ce n’est Dieu seulement, qui est rex regum et dominus dominancium ? » : Registre, fol. 57v-58r. La liste des « miracles » s’inspire de celle que donne le Songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lièvre, Paris, Éd. du CNRS, 1982, 2 vol., t. i, xxxvi § 16, p. 51.

44  Cf. les remarques de Lemonde, « Mathieu Thomassin », art. cit., p. 345-8.

45  À comparer avec le principe invoqué plus tard par Louis xi et ses défenseurs en 1477-82, suivant lequel, puisque les femmes ne peuvent hériter de la couronne, Marie de Bourgogne ne peut hériter du duché de Bourgogne, qui est apanage royal : P. Saenger, « Burgundy and the inalienability of apanages in the reign of Louis xi », French Historical Studies, 10/1, 1977, p. 12, 23-24 (p. 1-26).

46  Cette assertion rappelle, semble-t-il, celle d’Étienne Guillon, président du Conseil delphinal, dans un discours de 1440 : Guillon paraît toutefois avoir admis que le dauphin dispose au moins de la pleine potestas, le pouvoir de faire les lois, et de l’imperium (« toute juridiction, haulte, moyenne et basse ») : A. Dussert, Les États du Dauphiné aux xive et xve siècles, Grenoble, Allier, 1915, p. 345-6.

47  Registre, iii, fol. 74r, 81v, 88r-89v, 114r.

48  Registre, iii, fol. 74v.

49  G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles vii, Paris, 1881-91, 6 vol., t. vi, p. 78-80, 96, 149.

50  Registre, i, fol. ir, iiiiv.

51  Mirouer, éd. cit., p. 235, citant Cicéron, De oratore, ii, 9, 36 (éd. K. F. Kumaniecki, Leipzig, 1969, p. 118).

52  Voir la communication de F. Collard dans ce volume.

53  J. Ferster, Fictions of Advice. The Literature and Politics of Counsel in Late Medieval England, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1996, p. 1-4. Voir aussi les remarques de W. Paravicini, qui compare l’historien au prophète, l’un et l’autre soulignant le rôle de Dieu dans l’histoire : Les Princes et l’histoire du xive au xviiie siècle, dir. C. Grell, W. Paravicini, J. Voss, Bonn, Bouvier Verlag, 1998, p. ix.

54  Ferster, op. cit., p. 38. C’est un problème qu’ont pu avoir une grande partie des lecteurs de Fribois. La longueur du Mirouer (Bodley 968 est un volume in-folio de 220 feuillets) est de nature à faire hésiter le lecteur potentiel. Seuls six manuscrits ont été réalisés, ainsi qu’une seule édition imprimée : voir Daly, « Historical culture and politics at the court of Charles vii », p. 468, 493. Cf. l’Abregé : aux 23 manuscrits répérés par l’édition de Daly, il faut ajouter Bibliothèque de l’université de Princeton, ms. 153, qui appartient à la famille D (je tiens à remercier Mme G. Labory et le docteur D. Skemer pour cette information). L’inventaire après decès du comte Jean d’Angoulême (1er juin 1467) mentionne aussi un manuscrit avec l’incipit, « C’est chose profitable », qui est celui de l’Abregé. Ph. Contamine, « Une chronique pour une prince ? La Geste des nobles françois », Les Princes et l’histoire, op. cit., n. p. 235 (p. 231-41). La description du manuscrit que donne cet inventaire laisse penser qu’il s’agit bel et bien d’une copie de l’Abregé, de la famille B2-B4, antérieure et moins complète que la version présentée au roi (voir éd. cit., p. 46-47).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kathleen Daly, « « Par ung miroir en obscurté » ? Le conseil politique dans les œuvres de Noël de Fribois ( ?-c.1467-1468) et de Mathieu Thomassin (c. 1391-post 1457)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 99-112.

Référence électronique

Kathleen Daly, « « Par ung miroir en obscurté » ? Le conseil politique dans les œuvres de Noël de Fribois ( ?-c.1467-1468) et de Mathieu Thomassin (c. 1391-post 1457)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12904 ; DOI : 10.4000/crm.12904

Haut de page

Auteur

Kathleen Daly

Université d’Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org