Navigation – Plan du site
Au-delà des miroirs : la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Qu’apprend-on aux rois ? La physiognomonie dans le Secret des secrets

Denis Lorée
p. 85-97

Résumés

La physiognomonie prétend déduire le caractère des hommes par l’observation de leur physique. Présente dans des encyclopédies, des traités médicaux et parfois politiques, elle jouit d’une place privilégiée, à la toute fin du Moyen Âge, dans un ouvrage à la croisée des genres : le Secret des secrets. Mais cette traduction française du Secretum secretorum, issu d’un traité arabe, a modifié le contenu du chapitre sur la physiognomonie. La structure du traité a d’autre part été bouleversée pour placer la physiognomonie à la fin de l’ouvrage. L’étude de cette science médiévale dans trois traités du xiiie siècle met en lumière son rôle médical et politique. Dans le cas du Secret des secrets, les divergences par rapport au traité latin semblent significatives. Cette science ne sert plus ni la médecine ni la politique. Sa vocation est pédagogique : elle est, pour le lecteur, une invitation à l’autonomie.

Haut de page

Texte intégral

1L’homme est profondément faible et corruptible, et le souverain n’échappe pas à cette tare originelle. Or il lui incombe de représenter Dieu sur Terre. Il doit donc tendre vers la perfection en agissant – à son humble niveau – comme le Tout-Puissant. Ainsi doit-il acquérir sagesse et savoir pour exécuter dignement la charge qui lui est dévolue. Il doit tenter d’approcher la perfection divine en acquérant des connaissances d’ordre encyclopédique, mais, aussi, moral et politique. Celles-ci sont à rechercher à long terme pour approcher l’omniscience divine et la contemplation du Créateur à travers son Œuvre. Mais le prince doit aussi améliorer sa propre personne pour contenter Dieu et se comporter suivant les préceptes divins. Les premiers enseignements sont donc tournés vers la recherche de la sapience. Mais ce savoir, qu’il soit global ou moral, ne lui permet pas de gouverner. C’est de la politique, censée s’appuyer sur la rhétorique, dont il a besoin. Et si cette dernière est, selon Brunetto Latini, la science qui englobe toutes les autres, elle est peut-être avant tout celle qui donne des préceptes d’ordre à la fois théorique et pratique pour exercer la plus haute fonction chez les hommes et les gouverner. Ce savoir doit être immédiatement utilisable non seulement pour prendre des décisions pour l’avenir du royaume, mais, aussi, pour se maintenir à la tête de ce royaume : les traités de médecine, les prophéties, les recueils d’astronomie par exemple sont autant de textes que doit posséder le prince afin de préserver sa vie. Connaître l’avenir, les intentions des ennemis ou simplement la vraie nature de ceux qui approchent le souverain est une garantie de rester le princeps, le premier des hommes. Lire ce qui est caché est de la nature de Dieu et doit l’être de celle du prince.

  • 1  Nous discutons et justifions cette terminologie dans notre thèse « Édition commentée du Secret des (...)

2Les bibliothèques princières témoignent de ce souhait de pouvoir dévoiler ce qui est dissimulé. À côté de traités spécifiquement dévolus à la politique se trouvent ainsi des manuscrits renfermant des sciences qui prétendent mettre au jour ce que Dieu a caché. Ainsi la connaissance de la nature dissimulée des hommes est-elle dévoilée dans un savoir traditionnel dont le crédit ne s’est pas démenti de l’Antiquité au Moyen Âge : la Physiognomonie, qui propose de découvrir le caractère des hommes d’après l’examen de leurs caractéristiques physiques. Celle-ci trouve une place importante dans un texte très diffusé du xiiie au xve siècle en Europe : le Secret des secrets. À l’origine speculum principis arabe, il est traduit en latin au xiiie siècle et diffusé dans toutes les cours princières occidentales. Les deux siècles suivants voient émerger des traductions dans la plupart des langues vernaculaires européennes. Une des explications d’un tel succès tient à son contenu hétéroclite. Ce n’est plus seulement un miroir des princes, mais une pseudo-encyclopédie pratique1 contenant des chapitres de morale. En d’autres termes, le Secret des secrets prétend diffuser les trois types de savoir nécessaires au roi. Si la brièveté de cette correspondance apocryphe entre Aristote et Alexandre interdit toute classification générique, elle permet aussi à ce traité de trouver une place naturelle au milieu d’œuvres au savoir plus complet. Dans la version française la plus diffusée à la fin du Moyen Âge, la physiognomonie trouve une place privilégiée à la fin du traité. Mais les multiples traductions ont bouleversé la structure et le contenu de l’œuvre en général, et de cette science en particulier dont certains éléments ont disparu au xve siècle. Cette contradiction entre mise en avant initiale de cette science et omission d’une partie de son contenu doit être interrogée. Pourquoi cette évolution ? Que reste-t-il de la physiognomonie dans le Secret des secrets à la fin du Moyen Âge ? Cette science joue-t-elle toujours son rôle initial ? Nous voudrions ici tenter de cerner l’intérêt de cette science dans le traité du Pseudo-Aristote. Nous essaierons notamment de montrer que le but de la physiognomonie s’est peu à peu déplacé. À l’aube de la Renaissance, dans le Secret des secrets, il n’est plus tant question de dispenser un savoir que de devenir un outil au service du prince et même de proposer une méthode pour acquérir ce savoir.

  • 2  Traité de Physiognomonie, éd. J. André, Paris, Belles Lettres, 2003, p. 9.

3La physiognomonie prétend déduire de l’examen de l’aspect physique et des attitudes les caractéristiques morales des hommes. Bien que l’apport oriental soit à prendre en compte2, on fait remonter son origine aux écrits grecs, notamment à ceux de Pythagore, d’Hippocrate et d’Aristote. La théorie des humeurs et par la suite celle des complexions chez Galien permettent de donner un fondement à cette science. Le corps est composé de quatre éléments et humeurs qui interagissent et sont soumis au régime alimentaire et au climat. En fonction de leur proportion et de l’évolution de paramètres annexes, ils donnent naissance aux caractères sanguin, colérique, mélancolique et flegmatique. La théorie du juste milieu souligne que l’équilibre entre tous ces éléments permet à l’homme d’être le plus possible exempt de défauts.

  • 3  La physiognomonie nuance toutefois en précisant que le caractère animal est défini pour la durée d (...)

4L’étude des caractères se fonde sur trois méthodes : anatomique, zoologique et ethnologique. La méthode anatomique s’appuie sur l’idée qu’un caractère défini se manifeste souvent par un geste particulier. De là, un individu qui effectuera souvent ce geste pourra être considéré comme ayant le dit caractère. La méthode zoologique met sur le même plan les hommes et les animaux. Un homme ressemblant physiquement à un lion aura ainsi son caractère3. La troisième méthode repose sur les mêmes principes, mais substitue des peuples aux animaux. Si un peuple a des caractères définis, celui qui ressemble physiquement à ce peuple aura ces caractères. Il s’agit donc d’observer et de déduire. Chacun peut expérimenter ces observations ; toutefois, la connaissance des caractères nécessite des apports médicaux que viennent renforcer les patronages d’Hippocrate, de Loxus ou de Galien. La physiognomonie se présente comme une science en elle-même et à part entière : malgré tout, elle se rattache également à d’autres sciences, en particulier à la médecine, mais, aussi, aux sciences divinatoires, de l’astronomie à la science de l’interprétation des rêves, l’onirocritie.

5Cependant, si les traités antiques développent longuement et méthodiquement les différents éléments du corps humains ainsi que l’aspect moral qui en découle, ils ne s’arrêtent jamais sur le but de la physiognomonie. Ils se contentent d’en donner une définition et d’expliquer à quoi elle sert. Un traité anonyme latin, suivant ces modèles grecs, s’ouvre par ces mots :

  • 4  Traité de Physiognomonie, éd. cit., p. 50. Le texte grec du Pseudo-Aristote propose une définition (...)

Primo igitur constituendum est quid physiognomonia profiteatur. <Profitetur> itaque ex qualitate corporis qualitatem se animi considerare atque perspicere4.

6Le but ultime de cette science reste inconnu. Il s’agit certes de connaître le caractère des hommes d’après leur physique, mais aucune indication n’est donnée quant à la fonction de ces connaissances. Au Moyen Âge en revanche, la physiognomonie s’intègre aisément dans le corps de textes didactiques plus vastes et semble, de fait, pouvoir être mise en relation avec les textes qu’elle accompagne. Ainsi peut-on avancer que cette science possède une fonction particulière. Elle se trouve notamment dans trois types d’œuvres : traités médicaux, encyclopédies et œuvres politiques.

7Suivant la tradition antique, la physiognomonie est naturellement partie intégrante de textes médicaux. Au xiiie siècle, elle constitue la quatrième et dernière partie du Régime du Corps d’Aldebrandin de Sienne. Cet ouvrage médical souligne que, bien que la mort dépende du bon vouloir de Dieu, l’homme peut, par un régime adapté et par la connaissance de certains remèdes, tout mettre en œuvre pour prolonger sa vie. Pour ce faire, l’auteur rappelle brièvement la théorie des éléments et humeurs et passe sous silence l’idée sous-jacente que la médecine est faite pour maintenir l’équilibre des éléments afin de mener la vie de l’homme à son terme :

  • 5  Le Régime du Corps de Maître Aldebrandin de Sienne, éd. L. Landouzy et R. Pépin, Paris, Champion, (...)

Et n’entendés point que phisique soit science pour l’omme faire vivre tous jours, ains est faite por conduire l’omme jusque la mort naturel. [...] Donques, puet on veir que cil qui murent devant le tierme naturel, c’est par l’outrage qu’ils font à lor nature et à lor complexion5.

8L’hygiène, les soins et la diététique, constitutifs des trois quarts de l’œuvre, sont trois paramètres qui permettent de conserver sa santé. La présence de la physiognomonie pour clore l’œuvre peut en revanche surprendre ; si elle entretient des rapports avec la médecine, elle ne permet pas de maintenir son corps en bonne santé ou de guérir les maladies. L’auteur la présente de la manière suivante :

  • 6  Ibid., p. 3. Au début de la quatrième partie, l’auteur écrit : « C’est li commencemens comment on (...)

Le quarte [partie] enseigne coument on puet, par nature, counoistre l’oume et le femme par dehors6.

9Mais il ne propose pas de lien avec la fonction médicale de son traité. C’est peut-être dans le prologue que l’on peut trouver une justification de cette science. Le médecin italien prétend en effet écrire son ouvrage pour remédier à son absence auprès de ses filles. L’œuvre revêt dès lors une fonction de conseil : il s’agit de donner au lecteur des éléments non seulement pour conserver sa santé, mais, également, pour pallier les aléas des rencontres et se préparer à ce que l’avenir ne manquera pas de réserver. Ainsi, Aldebrandin de Sienne assure que son traité parle d’astronomie, de médecine et de nature. L’astronomie permet d’appréhender l’avenir et la médecine le présent. Quant à la connaissance de la nature, c’est de celle des hommes dont il est question.

  • 7  Ibid., p. 3.

De natures dist li enseignemens, si com de counoistre le nature des hommes et des femmes7.

  • 8  Voir notamment F. Féry-Hue, « Le Régime du Corps de Maître Aldebrandin de Sienne : Tradition manus (...)

10La physiognomonie apparaît alors comme une science permettant de s’adapter aux rencontres qui peuvent advenir. Bien plus, le prologue et l’explicit –bien que fortement sujets à caution8 – s’adressent, dans certains manuscrits, tantôt à la comtesse de Provence, Béatrix de Savoie, tantôt à Frédéric II Hohenstaufen. Ces dédicaces visent à apporter une caution à l’œuvre et la placent dans une visée politique. Connaître la véritable nature des hommes à partir des signes extérieurs est en effet peut-être un atout davantage d’ordre politique que médical.

11Dès lors, il paraît cohérent de retrouver la physiognomonie aux côtés de traités politiques ou dans certaines encyclopédies destinées à des souverains. Les quelques sommes globalisantes qui intègrent cette science le font uniquement dans un but politique. La physiognomonie est présente notamment, mais de façon succincte, dans le Livre de Sidrac, œuvre de la seconde moitié du xiiie siècle qu’on trouve dans la plupart des bibliothèques princières européennes des xive et xve siècles. Influencée par des textes didactiques de premier ordre (l’Image du Monde de Gossuin de Metz, la Philosophia Mundi de Guillaumes de Conches, la Somme le Roi de frère Laurent, le Secret des secrets…), le Livre de Sidrac, construit sous la forme d’un dialogue entre le roi Boctus et le philosophe Sidrac, aborde de façon hétéroclite les pans du savoir habituellement contenus dans les encyclopédies. Bien que la structure de l’œuvre reste floue, certaines questions semblent former des ensembles unitaires ; ainsi la physiognomonie apparaît-elle dans des interrogations d’ordre politique après les questions militaires (916-24). La transition se fait par le biais de la question 924 (« Le roy demande : En quelle maniere se doit l’ost combatre ») où l’auteur évoque la défaite militaire du roi. Dans une telle situation, le souverain doit se fier en ultime recours à ses meilleurs hommes. La question suivante introduit la physiognomonie sans la nommer, comme science capable de distinguer les hommes bons des mauvais, derrière les apparences physiques évoquées par une comparaison entre le grain et le fruit.

  • 9  Sydrac le Philosophe. Le Livre de la Fontaine de toutes Sciences, Hrsg. E. Ruhe, Wiesbaden, Reiche (...)

Quar les mannieres sont es gens atressint comme le grain est dedens le fruit, que l’en a peinne puet l’en oster se l’en ne brise le fruit9.

  • 10  Nunc de oculis disputandum est, ubi summa omnis physiognomoniae constituta est. Nam et aliarum par (...)

12Les questions 925 à 948 développent l’étude des différents signes du corps, à la suite des traités antiques : le système pileux est d’abord évoqué comme dans le traité anonyme latin, puis les éléments du visage avec un développement important concernant les yeux (comme préconisé dans les traités antiques10), le reste du corps continue la série. Celle-ci s’achève sur la question « Le roy demande : Le quel est le meilleur ordenement de tous les singnes du cors de l’omme ? ». Les signes répondant à cette question renvoient à la théorie du juste milieu. La fonction politique de la physiognomonie est alors mise en relief dans les dernières lignes du passage :

  • 11  Ibid., p. 309.

Et tout veritablement de telle manniere d’omme doit rois estre et avoir en sa compaingnie et avoir telle figure pres de lui11.

13La structure de cette partie de l’encyclopédie est par ailleurs éclairante. La physiognomonie découle des questions sur la guerre et se poursuit en effet par des interrogations touchant à l’hygiène et aux saisons : le texte se poursuit par un régime de santé. Dans le Livre de Sidrac, la physiognomonie est donc davantage perçue comme science servant la politique que comme science émanant de la médecine. Un glissement s’est opéré : cette science n’apparaît plus tant comme ensemble d’un savoir théorique que comme éléments pragmatiques à connaître.

  • 12  Il est écrit en 1278 et dédié au futur Philippe le Bel.

14Dans un ouvrage à vocation essentiellement politique12, comme le De Regimine Principum de Gilles de Rome que traduit Henri de Gauchy dès 1282, la physiognomonie trouve sa place comme objet de savoir sinon nécessaire, du moins utile au prince. C’est encore une fois dans les chapitres concernant la guerre que nous la trouvons, sans que son nom soit donné. La physiognomonie figure dans la troisième partie, consacrée à la cité. Après avoir évoqué les opinions des anciens philosophes sur l’État puis sur le meilleur gouvernement, Gilles de Rome traite du gouvernement en tant de guerre. Il s’agit dans ces lignes de préciser quels sont les meilleurs guerriers. L’auteur les définit de trois façons. D’abord par leur origine géographique, puis par leur métier, enfin par les traits de leur visage. Le lieu de naissance joue un rôle sur le comportement guerrier. Selon Gilles de Rome, un bon combattant doit posséder « sens et hardement ». Or, poursuit-il, les natifs des régions chaudes ne sont pas assez hardis pour la guerre car la trop grande chaleur leur a ôté du sang. Ils craignent par conséquent de perdre le reste à la guerre et sont donc lâches, mais avisés. Bien que l’explication de cette couardise naturelle n’apparaisse pas dans les traités de physiognomonie antiques, elle les rejoint dans sa conclusion :

  • 13  Traité de Physiognomonie, éd. cit., p. 60.

Si [sanguis] tenuis et paruus, corpus infirmat, colorem deformat, corporalia omnia extenuat et minuit, mentis autem ingenium confouet et acumen animi excitat13.

15De même, l’homme né dans les régions froides se révèle-t-il hardi au combat, mais peu avisé. Le meilleur combattant est donc celui qui sera issu des régions ni trop chaudes ni trop froides.

  • 14  Li Livres du Gouvernement des Rois, ed. S. P. Molenaer, New York and London, Macmillan, 1899, p. 3 (...)

[L’en doit eslire ceus] qui sont nez et demoerent es terres meënes qui ne sont ne trop froides ne trop chaudes, ne trop loinz du soleil ne trop pres, quer tiex gens sont meillors bataillors14.

16On retrouve l’enseignement primordial de la physiognomonie – l’équilibre entre les extrêmes – au centre de préoccupations politiques. Dans la suite du traité, Gilles de Rome fait de nouveau appel à la physiognomonie dans un but exclusivement pratique. Il s’agit de connaître les signes qui permettent de déterminer les meilleurs combattants, afin de se constituer l’armée la plus efficace qui soit. Il ne s’agit ni plus ni moins que de gagner des batailles et de rester en vie.

  • 15  Ibid., p. 376.

Et se li roi ou li prince se doivent combatre, ils doivent prendre oveques eus hommes qui soient bien exercitez et esprovez en bataille. [...] nos dirrons par quex signes l’en puet conoistre les bons batailleors15.

17Or, le texte ne donne que les signes physiques qui caractérisent le bon combattant : la chair, les nerfs et les bras durs correspondent à un homme fort et vertueux ; si les pieds, les jambes et les épaules sont grands, alors il s’agit d’un homme preux, hardi et bon au combat. Les yeux grand ouverts, le front haut et un visage avenant sont les derniers signes du guerrier que le souverain doit rechercher.

18La physiognomonie est donc utilisée dans le traité de Gilles de Rome ou dans le Livre de Sidrac non plus comme une science qu’il faut connaître en elle-même dans son intégralité, mais comme un outil auxiliaire à la connaissance d’un savoir plus vaste : la politique. Si elle est à l’origine partie intégrante du savoir dans certains traités médicaux, elle trouve également une place d’ordre politique à partir du xiiie siècle. De fait, c’est peut-être à ce moment que la physiognomonie prend une tournure utile aux princes. Ces années voient en effet la traduction d’un miroir des princes arabe en latin puis dans des langues vernaculaires : le Secret des secrets. Ce traité, qui réunit différents pans du savoir, notamment médicaux et politiques, jouit d’une immense popularité à la fin du Moyen Âge. Il est vraisemblablement un vecteur déterminant du développement de la physiognomonie et du grand crédit qui lui est apporté au xve siècle.

  • 16  La version courte de Jean de Séville ne concerne qu’une infime partie de cette œuvre, la lettre d’ (...)
  • 17  En cela, la structure d’un miroir des princes comme le De regimine principum de Gilles de Rome est (...)
  • 18  Tusculanes, IV, 37 ; De Fato, V.
  • 19  Opera hactenus inedita Fratri Rogeri Baconi, ed. R. Steele, Oxford, Clarendon Press, 1920, t. v, p (...)

19Le Secret des secrets est une traduction du Secretum secretorum de Philippe de Tripoli, issu d’un original arabe du xe siècle, le Kitâb sirr al-’asrâr16. Le texte latin a joui d’un immense succès au xiiie siècle et des auteurs de premier plan s’y sont intéressés : Roger Bacon, par exemple, restructure l’œuvre en quatre parties en l’annotant et en la glosant. Le miroir des princes arabe se divise au départ en dix discours de longueurs inégales, sans structure immédiatement perceptible. Le début concerne le gouvernement de la personne royale, puis le texte se poursuit par des chapitres de politique qui ne concernent pas directement le roi17 (conseillers, secrétaires, guerre...), enfin des développements sur les sciences occultes achèvent le traité. La physiognomonie se situe au centre de l’ouvrage. Elle termine les chapitres sur la conduite du roi qui se composent d’éléments du savoir ayant trait à l’hygiène et à la santé. Cette science apparaît dans la structure du Sirr al-’asrâr comme touchant au gouvernement du corps. Placée à la fin de ce qui s’apparente à un regimen sanitatis, elle couronne les conseils pratiques et concrets sur la conduite du roi et sur la manière de garder sa santé : régime quotidien, parties du corps, qualités des différentes nourritures, bains, électuaires... Mais, avant de traiter de cette science, le texte met en relation les différents remèdes avec la conjonction des astres, mentionnant l’importance de la médecine spirituelle en complément nécessaire de la médecine corporelle. Le Sirr al-asrâr affirme que l’inconnu peut être connu par l’âme. Une force se trouve derrière l’enveloppe corporelle qui peut et doit la gouverner : la raison. Il est donc nécessaire de connaître les sciences qui dévoilent l’inconnu. Parmi celles-ci, la physiognomonie revêt une importance particulière. Arrivant au terme d’une argumentation sur la connaissance des choses cachées, elle est présentée non seulement comme la doctrine qui permet de passer outre les apparences physiques, mais, aussi, comme un exemple du pouvoir de l’âme sur le corps. Les éléments physiques ne sont qu’une enveloppe corporelle ; les liens qui les unissent peuvent être transformés par le pouvoir de la raison. Le chapitre sur la physiognomonie s’ouvre sur une anecdote, déjà exposée chez Cicéron18 : les disciples d’Hippocrate peignent le portrait de leur maître et l’apportent au physiognomoniste Aklimun pour examen. Celui-ci, au regard de ses connaissances, blâme le physique qu’on lui présente, le jugeant faux, fourbe, sensuel et luxurieux. La colère des disciples d’Hippocrate est telle qu’ils veulent tuer Aklimun, mais celui-ci se défend en soulignant qu’il n’a fait que suivre les préceptes de la physiognomonie. Ce rapport peu flatteur est confirmé par Hippocrate, qui mentionne toutefois que, connaissant sa nature, il a refréné son caractère et a surmonté ses passions grâce à sa volonté et sa raison. Cette histoire est exemplaire à plus d’un titre. Elle enseigne non seulement que les apparences peuvent être dépassées et les secrets de la nature humaine connus, mais, aussi, que l’homme peut combattre sa nature initiale. Il n’est évidemment pas question de feindre pour tromper autrui mais de restreindre ses défauts pour chercher à atteindre la perfection. Il ne s’agit pas d’un discours d’ordre médical, mais d’une mise au premier plan de la philosophie ; le texte affirme que le philosophe dont la raison ne peut pas vaincre les désirs n’est pas philosophe, car la philosophie consiste à dominer ses désirs19.

  • 20  La conclusion de l’anecdote d’Hippocrate et de Polémon met l’accent sur la médecine et non plus la (...)

20Au début du xiiie siècle, Philippe de Tripoli traduit le Sirr ‘al –asrâr en latin. C’est d’une version abrégée au xive siècle de son Secretum secretorum, conservée dans plusieurs centaines de manuscrits et que possède la plupart des souverains européens à la fin du Moyen Âge, qu’émanent les traductions françaises. Le texte de Philippe de Tripoli suit de près l’original arabe à ceci près que la physiognomonie clôt désormais l’ouvrage tout entier alors que dans le texte arabe, cette science mettait un terme à la seule partie médicale. Le Secretum secretorum s’achève donc sur une science qui prétend dévoiler ce qui est caché. Ce sont désormais des chapitres d’ordre politique et militaire qui se placent en amont de la physiognomonie. En d’autres termes, la transformation structurelle laisse à penser que la fonction initiale de la physiognomonie a changé. Bien que les liens avec les sciences divinatoires et la médecine ne soient pas exclus, ils semblent s’être atténués20 : elle est désormais une science dont la finalité se veut politique. Les lignes introductrices mettent l’accent sur la nécessité d’acquérir ce savoir :

  • 21  Ibid., p. 156.

Et inter ceteras res illa est quam te non oportet ignorare scilicet cognitio qua investigat et cognoscit anima tua per signum noble cum abstracta fuerit a desideriis et concupiscentiis et cum liberata fuerit a nocivis, et hec omnino cognoscuntur a cogitatu21.

21Une phrase semblable se trouve dans la version arabe, mais la position du chapitre sur la physiognomonie dans la structure du traité en modifie la portée. Désormais, ce n’est plus tant d’un savoir médical qu’il est question pour se gouverner soi-même, que d’un savoir politique pour gouverner les autres. La physiognomonie apparaissait dans le Sirr al-’asrâr comme l’aboutissement d’un savoir destiné au prince dans l’optique, d’une part, de maintenir son corps en équilibre, et, d’autre part, d’accéder a minima à ce qui demeure l’apanage de Dieu : connaître les secrets. Dans le Secretum secretorum, la connaissance de la nature humaine grâce aux signes visibles n’a pas tant pour but la connaissance de soi que celle des autres, dans une fonction éminemment pratique et politique. Ce qu’il est désormais primordial de connaître dans le Secretum secretorum, pour le souverain, c’est la vérité du cœur des hommes, à des fins de gouvernement.

  • 22  Nous simplifions une généalogie beaucoup plus complexe dont les détails se trouvent dans l’article (...)
  • 23  Nous reprenons la terminologie désormais admise de Jacques Monfrin.
  • 24  Il existe également d’autres traductions, essentiellement « par choix », mais dont les témoins son (...)
  • 25  Toutes les citations de cette version proviennent de notre édition, non disponible pour le moment. (...)

22Le succès du Secretum secretorum invitait aux traductions. Aux xive et xve siècles, la grande majorité des langues vernaculaires européennes possède son Secret des secrets. La version abrégée du Secretum secretorum de Philippe de Tripoli a donné naissance, aux xive et xve siècles, à trois familles de traités en français22. La version A (cinq manuscrits dont deux incomplets), calque du texte latin, est la moins diffusée ; la version B (onze manuscrits) omet la physiognomonie. Seule la version C23 – la plus diffusée (vingt-quatre témoins) – propose un chapitre final concernant cette science24. C’est cette version, actuellement en cours d’édition, qui va être maintenant l’objet de notre analyse25.

  • 26  Nous rejoignons en cela Jacques Monfrin (art. cit., p. 92). On pourrait ajouter le chapitre sur l’ (...)

23Le premier point à souligner est d’ordre structurel. De nombreux chapitres ont été omis par rapport au Secretum secretorum, notamment ceux qui portaient sur les sciences occultes, la confection des talismans et des recettes médicales, ainsi que les développements à caractère philosophique ou ésotérique26. Malgré cela, c’est une famille qui suit de près le texte latin dans son remaniement structurel. La physiognomonie y est en effet placée en conclusion du traité. Elle trouve donc une place de choix dans l’œuvre et apparaît comme le savoir qui, in fine, doit rester au roi. Elle débute, comme dans le texte latin, par une mise en relief de ces connaissances.

Entre toutes les aultres choses du monde, je veul que tu saches et congnoisses une noble et merveilleuse science qui est appellee philozomie par laquelle tu congnoisteras la nature et condicion de toutes gens.

  • 27  Ce titre renvoie désormais dans notre propos au texte de la famille C.
  • 28  Il s’agit à l’origine de Polémon dont le nom a été corrompu pour se rapprocher du nom de la scienc (...)

24Le Secret des secrets27 présente donc la physiognomonie de la même manière que son modèle latin. S’agissant d’une traduction, il n’y a pas à en être surpris. De même, le contenu du chapitre reprend de façon très fidèle le Secretum secretorum pour ce qui est des éléments du corps ; tout au plus peut-on trouver à de très rares reprises de légères différences de traduction. En revanche, des suppressions, peu nombreuses certes, mais significatives, ont été opérées : il s’agit d’une partie de l’introduction, d’une comparaison et de la fin de l’anecdote d’Hippocrate et de Philozomias28. Tout ce qui différencie le Secret des secrets du texte latin figure avant l’évocation des différentes parties du corps.

  • 29  Signalons toutefois que cinq manuscrits ajoutent cette explication manquante. Cet ajout n’est tout (...)

25Initialement, l’anecdote d’Hippocrate s’achevait sur l’idée que le caractère des hommes était prédéfini, mais que celui-ci pouvait être modifié par la raison. Dans le Secret des secrets, l’histoire est incomplète, l’explication finale d’Hippocrate démontrant la supériorité de la raison sur le caractère a disparu. Cette modification transforme la signification de l’histoire et l’enseignement qu’il faut en tirer. Seule demeure l’idée que les signes du corps disent la nature de l’homme à qui connaît la physiognomonie : l’enseignement omis est que la sagesse peut corriger cette nature. Au lieu d’être mis sur la valeur suprême de la philosophie, l’accent porte désormais sur l’intérêt de la physiognomonie. Il ne s’agit plus pour le lecteur de connaître les signes cachés pour se connaître et s’améliorer soi-même, mais d’être capable de dévoiler la véritable nature d’autrui. Pour un souverain, la physiognomonie dans le Secret des secrets revêt donc une valeur politique primordiale29.

26La suppression du début du chapitre apparaît alors comme légitime. Initialement, il s’agissait de montrer que l’âme gouverne le corps, mais également que l’influence des astres est prédominante. En d’autres termes, les premières lignes du chapitre sur la physiognomonie faisaient de cette science une partie intégrante du monde, mettant ainsi en évidence les interactions entre les éléments constitutifs de la Création. Les lignes qui introduisent la physiognomonie dans le Secret des secrets ne mettent plus l’accent que sur sa fonction de découverte de la vraie nature d’autrui, c’est-à-dire sur une fonction utile pour le prince. La physiognomonie n’est plus tant une science qu’un outil au service d’une autre science : celle du gouvernement.

27La troisième omission concerne une comparaison. Immédiatement après l’histoire exemplaire d’Hippocrate, le texte présente les différentes parties du corps en débutant par la couleur du visage. Mais, dans le texte latin, ce développement est précédé d’une comparaison.

  • 30  Möller, op. cit., p. 158.

Matrix embrioni est sicut olla ferculo decoquendo30.

28Cette analogie de la gestation avec la cuisine a pour but de justifier le premier enseignement de la physiognomonie. Les phrases qui suivent s’enchaînent à l’aide de connecteurs logiques marquant bien la progression de l’argumentation. La mise sur le même plan du ventre maternel et du pot de cuisson souligne l’importance d’une gestation menée à son terme. Surtout, elle justifie « scientifiquement » que la couleur d’un homme soit révélatrice de son caractère : un homme à la peau trop blanche, à l’instar d’un aliment mal cuit, n’a pas séjourné suffisamment longtemps dans le ventre maternel. Le Secretum secretorum affirme :

  • 31  Ibid.,p. 158.

Albeo igitur cum livido colore et flavus color est signum diminute decoctionis. Si ergo accidit cum hoc diminutio in creatura, diminuetur similiter et natura. Fuge ergo ab omni homine livido et flavo, quoniam declinans est ad vitia et luxuriam31.

29Le conseil donné au prince s’accompagne donc d’une explication médicale. Dans le Secret des secrets, le souverain ne retrouve que le conseil politique.

Se tu vois homme qui soit de couleur foible, fuy sa compaingnie car il est enclinéz a luxure et a plusieurs maulx.

  • 32  C’est-à-dire ceux qui concernent les éléments physiques et moraux.

30En dernier ressort, les éléments constitutifs de la physiognomonie32 sont tous présents dans le Secret des secrets. Il n’y a quasiment aucune variation par rapport au texte latin. Le savoir reste le même : mais il revêt désormais une fonction politique. Et si les connaissances sont beaucoup moins développées que dans les traités antiques, c’est parce que ce n’est plus tant la science en elle-même qui est mise en avant, que sa valeur d’outil au service d’une autre science : celle du gouvernement. Il n’y a donc pas évanescence du savoir liée à la traduction et aux copies, mais bien choix dans les suppressions.

31Ce qui reste désormais de la physiognomonie dans le Secret des secrets, c’est d’abord une série de conseils immédiatement utilisables à des fins politiques. Placée à la fin du traité, la physiognomonie est l’outil ultime nécessaire au prince. Mais il y a plus. Certains éléments de ce chapitre final se retrouvent à d’autres endroits du traité. Ainsi, le long chapitre sur la justice souligne l’importance d’un corps aux membres parfaits.

Chier filz, tu dois amer et tenir chier l’officier qui te ayme et qui te esmuet tes subgés a toy amer et qui sa personne et ce qu’il a, met pour toy faire service et plaisir et qui a les vertus et les condicions qui s’ensuivent : qu’il soit parfaiz de ses membres pour bien travaillier en l’office qui luy est commise.

32Ce critère primordial dans le choix de l’officier est également souligné, mais de façon inverse, dans les éléments de physiognomonie.

Garde toy comme de ton ennemy de celluy qui n’est pas acomply de tous ses membres et qui est seigné ou visaige et de celluy qui est mal fourméz.

  • 33  « Chier filz, je t’ay mis les regles abregiéz de ceste science de philosomie. »

33Le savoir dispensé dans le chapitre final est abrégé. C’est ce qui est souligné en ouverture de l’énumération des éléments corporels (il s’agit des règles abrégées)33. En d’autres termes, le savoir dispensé est utilisable immédiatement, mais il demeure incomplet. C’est la lecture totale du Secret des secrets qui permet de mettre en relation les éléments de la physiognomonie entre eux. La comparaison avec les yeux d’âne est ainsi à rapprocher de la méthode zoologique de la physiognomonie qui clôt le chapitre sur la justice.

  • 34  Chapitre 65 : « De la philozomie des gens. »
  • 35  Chapitre 61 : « De la fourme et maniere de justice. »

Et qui les a samblables a yeux d’ane qui tousjours regarde contre terre, il est fol et de dure nature et mauvaise34.
Car l’omme est [...] vil, fol, et rude comme l’asne35.

34Ces rapprochements intratextuels sont à faire par un prince acteur de sa propre lecture, et non plus soumis à la lecture d’un clerc. La contribution du lecteur dans l’acte de lecture est désormais essentielle. La disparition de la comparaison entre le ventre maternel et le pot à cuire prend dès lors tout son sens ; il ne s’agit pas d’une suppression aléatoire – on comprendrait alors mal pourquoi certains passages concernant les éléments corporels n’auraient pas disparu au gré des copies –, mais d’une suppression volontaire.

35Avec la suppression de la comparaison, c’est l’explication « scientifique » même qui disparaît. Ne reste plus qu’une explication partielle, incomplète et inopérante. L’essentiel est certes donné – il faut se défier des hommes au teint livide –, mais la totalité du savoir reste à acquérir. La connaissance transmise est suffisante pour gouverner ; toutefois, le prince, s’il veut être accompli, doit lui-même chercher ailleurs un savoir complémentaire. Le savoir total est à découvrir par une lecture active, réfléchie et personnelle. Au terme du Secret des secrets, c’est au lecteur seul d’effectuer cette démarche heuristique.

36Le Moyen Âge occidental reprend à son compte la physiognomonie antique en l’intégrant au sein d’œuvres plus vastes. Si ses rapports avec la médecine ne sont pas oubliés, elle tend à être utilisée à des fins politiques, notamment à partir du xiiie siècle. C’est à cette époque qu’elle se diffuse largement par le biais d’un miroir des princes, le Secretum secretorum. Les transformations apportées au texte dans la traduction française la plus diffusée au xve siècle maintiennent cette fonction politique. L’intérêt de la physiognomonie ne réside plus dans le savoir lui-même ; il ne s’agit plus tant désormais de posséder un savoir savant, comme dans les traités antiques, que d’en faire un outil pratique au service du gouvernement. Bien plus, dans le Secret des secrets, les suppressions opérées par rapport au texte latin semblent volontaires et réfléchies. Loin de mettre en évidence une déliquescence du savoir – fréquente lors des copies et des traductions –, elles soulignent le rôle du lecteur. À la connaissance de la physiognomonie s’ajoutent des indices d’une utilisation pratique et une invitation pour le souverain à mieux maîtriser ce savoir, dans un projet plus intelligemment politique. Le prince, désormais lecteur solitaire, est et doit être acteur de sa propre lecture s’il veut parfaire le savoir incomplet qu’il a sous les yeux. C’est donc à un apprentissage de l’autonomie du prince qu’invite la physiognomonie dans le Secret des secrets. Si le traité pseudo-aristotélicien appartient à la nébuleuse des miroirs des princes, il s’en distingue par cette invitation à l’autonomie. Les miroirs des princes reflètent l’image idéale du roi ; le Secret des secrets ne se présente plus comme un miroir de ce que le prince doit être dans l’absolu, il se veut davantage une invitation à façonner sa propre image.

Notes

1  Nous discutons et justifions cette terminologie dans notre thèse « Édition commentée du Secret des secrets du Pseudo-Aristote ».

2  Traité de Physiognomonie, éd. J. André, Paris, Belles Lettres, 2003, p. 9.

3  La physiognomonie nuance toutefois en précisant que le caractère animal est défini pour la durée de sa vie alors que celui de l’homme est soumis à des contingences extérieures (âge, climat, nourriture…) qui peuvent le modifier. D’autre part, la nature humaine peut dissimuler en modifiant son attitude.

4  Traité de Physiognomonie, éd. cit., p. 50. Le texte grec du Pseudo-Aristote propose une définition moins succincte, mais semblable.

5  Le Régime du Corps de Maître Aldebrandin de Sienne, éd. L. Landouzy et R. Pépin, Paris, Champion, 1911, p. 5.

6  Ibid., p. 3. Au début de la quatrième partie, l’auteur écrit : « C’est li commencemens comment on puet connoistre le nature de cascun homme par dehors, et se complexion. » Certains manuscrits ajoutent le nom « fisanomie » (ibid., p. 193).

7  Ibid., p. 3.

8  Voir notamment F. Féry-Hue, « Le Régime du Corps de Maître Aldebrandin de Sienne : Tradition manuscrite et Diffusion », Actes du 110e Congrès national des Sociétés savantes, t. i, Paris, éd. du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, p. 113-34.

9  Sydrac le Philosophe. Le Livre de la Fontaine de toutes Sciences, Hrsg. E. Ruhe, Wiesbaden, Reichert, 2000, p. 305.

10  Nunc de oculis disputandum est, ubi summa omnis physiognomoniae constituta est. Nam et aliarum partium signa si oculi affirmaverint, tunc rata magis et certa sunt. Ex oculorum enim indiciis physiognomones sententias suas confirmant et hic omnis eorum est auctoritas constitua (Traité de Physiognomonie, éd. cit., p. 66).

11  Ibid., p. 309.

12  Il est écrit en 1278 et dédié au futur Philippe le Bel.

13  Traité de Physiognomonie, éd. cit., p. 60.

14  Li Livres du Gouvernement des Rois, ed. S. P. Molenaer, New York and London, Macmillan, 1899, p. 374. Il s’agit du texte de la traduction d’Henri de Gauchy.

15  Ibid., p. 376.

16  La version courte de Jean de Séville ne concerne qu’une infime partie de cette œuvre, la lettre d’Aristote à Alexandre sur le gouvernement de la santé. La physiognomonie en est absente.

17  En cela, la structure d’un miroir des princes comme le De regimine principum de Gilles de Rome est semblable, qui évoque le gouvernement de soi, de la famille puis de la cité.

18  Tusculanes, IV, 37 ; De Fato, V.

19  Opera hactenus inedita Fratri Rogeri Baconi, ed. R. Steele, Oxford, Clarendon Press, 1920, t. v, p. 219.

20  La conclusion de l’anecdote d’Hippocrate et de Polémon met l’accent sur la médecine et non plus la philosophie dans le Secretum Secretorum : Hec est itaque laus et sapientia ex operibus Ypocratis, quia phisica nihil aliud est quam abstinentia et victoria concupiscibilium (R. Möller, « Mittelhochdeutsche Prosaübersetzung des Secretum Secretorum », Deutsche Texte des Mittelalters, 56, Berlin, Akademie-Verlag, 1963, p. 158).

21  Ibid., p. 156.

22  Nous simplifions une généalogie beaucoup plus complexe dont les détails se trouvent dans l’article bien connu de Jacques Monfrin, « La place du Secret des Secrets dans la littérature française médiévale », Pseudo-Aristotle, the Secret of Secrets. Sources and Influences, ed. W. F. Ryan and C. B. Schmitt, London, Warburg Institute, 1982, p. 73-113.

23  Nous reprenons la terminologie désormais admise de Jacques Monfrin.

24  Il existe également d’autres traductions, essentiellement « par choix », mais dont les témoins sont peu nombreux. Nous renvoyons à l’article cité de Jacques Monfrin (n. 21).

25  Toutes les citations de cette version proviennent de notre édition, non disponible pour le moment. Le lecteur pourra toutefois se reporter à la transcription du manuscrit W. 308 de la Walters Art Gallery de Baltimore sur le site de l’université de Rennes 2 : http://www.sites.univ-rennes2.fr/celam/cetm/S2.htm

26  Nous rejoignons en cela Jacques Monfrin (art. cit., p. 92). On pourrait ajouter le chapitre sur l’instrument de Themisthius ou des passages à l’intérieur même des chapitres.

27  Ce titre renvoie désormais dans notre propos au texte de la famille C.

28  Il s’agit à l’origine de Polémon dont le nom a été corrompu pour se rapprocher du nom de la science qu’il enseigne.

29  Signalons toutefois que cinq manuscrits ajoutent cette explication manquante. Cet ajout n’est toutefois pas une traduction du latin mais une réécriture des copistes.

30  Möller, op. cit., p. 158.

31  Ibid.,p. 158.

32  C’est-à-dire ceux qui concernent les éléments physiques et moraux.

33  « Chier filz, je t’ay mis les regles abregiéz de ceste science de philosomie. »

34  Chapitre 65 : « De la philozomie des gens. »

35  Chapitre 61 : « De la fourme et maniere de justice. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Lorée, « Qu’apprend-on aux rois ? La physiognomonie dans le Secret des secrets », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 85-97.

Référence électronique

Denis Lorée, « Qu’apprend-on aux rois ? La physiognomonie dans le Secret des secrets », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12902 ; DOI : 10.4000/crm.12902

Haut de page

Auteur

Denis Lorée

Université de Rennes 2 / CELAM-CETM

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org