Navigation – Plan du site
Au-delà des miroirs : la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Tristesses de l’engagement : l’affectivité dans le discours politique sous le règne de Charles VI

Jean-Claude Mühlethaler
p. 21-36

Résumés

L’engagement littéraire, quand on écrit sous la pression des événements et dans l’urgence du moment, apparaît a priori comme un champ privilégié où peut se manifester l’émotion. Mais, à l’époque de Charles vi, les postures d’auteur sont multiples pour répondre à une réalité jugée écrasante. Du détachement du clerc, qui poursuit un projet essentiellement didactique, au discours d’une femme en larmes, elles oscillent entre la maîtrise de soi et le débordement affectif. À la lecture d’Honoré Bovet, Philippe de Mézières, Eustache Deschamps, Michel Pintoin, Alain Chartier et Christine de Pizan, émergent différents paramètres qui conditionnent la charge émotive dans leurs œuvres. Le genre choisi (traité, chronique, épître, lyrisme), l’ethos rhétorique, la présence ou non d’éléments à caractère biographique, le recours, par certains, à l’allégorie, déterminent la place accordée aux manifestations de l’affectivité. L’analyse permet d’élaborer une échelle de la charge émotionnelle dans le discours engagé sous Charles vi et de situer les projets d’écriture les uns par rapport aux autres. On constatera que la vérité n’est pas l’apanage du seul discours érudit ou scientifique qui, d’ailleurs, n’est pas hermétiquement fermé à l’affectivité : la lucidité peut parfois se trouver du côté des émotions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment B. Denis, Littérature et engagement de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000.
  • 2  Pour les prémisses au présent article, voir J.-Cl. Mühlethaler, « Une génération d’écrivains « emb (...)
  • 3  Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques (« Misères », v. 170), Œuvres, éd. H. Weber, Paris, Gallimard, 19 (...)

1La notion d’engagement littéraire est intimement liée au nom de Jean-Paul Sartre1. Mais, depuis toujours, des écrivains ont été confrontés à des situations de crise qui ont amené les uns ou les autres à prendre conscience de leur responsabilité politique. Ceux-ci se sont sentis personnellement concernés par la tragédie que traversait leur pays ; ils se sont trouvés – pour reprendre la métaphore que Sartre emprunte à Pascal – « embarqués »2 et ont pris la plume sous le poids des événements : « Vous n’estes spectateurs, vous estes personnages », écrivait Agrippa d’Aubigné3 à l’adresse des Français pris dans la tourmente des guerres de religion. Aux yeux du poète et soldat protestant, il n’était plus possible de rester sur le rivage et plaindre de loin, « oisivement » (v. 175), le navire ballotté par les flots. Ne pas le secourir, par l’épée et/ou par la plume, revenait à se retrouver soi-même en danger de mort !

  • 4  Sur cette notion, voir J. Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genèv (...)
  • 5  Voir A. Gennaï, L’Idéal du repos dans la littérature française du xvie siècle, Paris, Garnier, 201 (...)
  • 6  Voir D. Ménager, La Renaissance et le détachement, Paris, Garnier, 2011, p. 156-9.
  • 7  Ronsard, « Continuation du Discours des misères de ce temps », v. 1, Discours. Derniers vers, éd. (...)
  • 8  Voir R. Amossy, L’Argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin, 2006 (2e éd.), p. 69-83.
  • 9  Cicéron, De oratore, II, 45-46.

2La « vive fureur » (v. 79) de Melpomène traverse les Misères. Elle désigne la nature de l’inspiration du poète, témoin d’un drame qui suscite en lui des sentiments d’une rare violence. Tout le monde ne réagit pas comme Agrippa d’Aubigné, mais – de la colère à la pitié en passant par la tristesse – les marques de l’affectivité semblent être un trait récurrent dans la posture4 de l’écrivain engagé. Même un Ronsard, qui répond volontiers aux violences endémiques et à l’instabilité de toute chose en rêvant de repos5 ou en chantant la fuite dans un monde idyllique6, affirme qu’il ne saurait rester de « plomb » ou de « bois »7, quand éclatent les guerres de religion. Expression d’une subjectivité revendiquée, les marques de l’affectivité sont un élément constitutif de l’ethos8 du poète dont elles légitiment la prise de parole pour dénoncer une situation inacceptable. L’écrivain engagé fait ici sienne une démarche que ne dédaignait pas l’orateur antique : on ne saurait convaincre son auditoire, avait écrit Cicéron9, sans éprouver les passions qu’on veut lui faire ressentir, à condition toutefois de les maîtriser par l’art de la rhétorique.

  • 10  Sur la notion de « pathos » dans la rhétorique antique et la théorie moderne, voir la mise au poin (...)
  • 11  Pour une vue d’ensemble du règne, voir Fr. Autrand, Charles vi. La folie du roi, Paris, Fayard, 19 (...)

3Le lien fort que la rhétorique antique10 établit entre ethos et pathos (l’effet produit sur le public) en dit long sur l’importance de l’affectivité dans une mise en scène d’auteur. Les variations auxquelles celle-ci est soumise nous semblent significatives : elles sont, d’un côté, conditionnées par le genre littéraire, la forme dans laquelle se coule le message, mais aussi par les modèles que l’auteur suit en adoptant une posture particulière face à son public ; de l’autre, le contexte historique et la manière dont il est perçu par l’individu déterminent en large mesure le degré d’affectivité dans une œuvre. Telles sont les tendances majeures qui se dégagent à la lecture de quelques textes rédigés sous le règne de Charles vi11, époque à laquelle la France se voit confrontée aux désordres nés du Grand Schisme, de la folie du roi, de l’occupation anglaise et des rivalités entre les princes de sang.

  • 12  Jacques de Cessoles, Le Jeu des eschaz moralisé. Traduction de Jean Ferron (1347), éd. A. Collet, (...)

4Un texte quelque peu antérieur à la période envisagée servira de point de départ à notre réflexion. La traduction du Liber super ludo scaccorum de Jacques de Cessoles, réalisée en 1347 par Jean Ferron12 pour le futur Jean ii le Bon, illustre ce que nous appellerons le degré zéro de l’implication affective. Dans son prologue, le translateur justifie la transposition du texte latin en français par la nécessité d’atteindre un public plus large. L’autorité de saint Grégoire, selon qui existent différentes manières de « prescher pour les gens endotriner et enseigner » (p. 128), légitime l’allégorisation du jeu d’échecs, véhicule d’un enseignement aux implications morales et politiques. Jean Ferron met en exergue l’intention didactique de son entreprise et renforce, en adoptant la posture du prédicateur, le détachement que se doit d’observer le vrai sage, quand il est confronté à un pouvoir qui, pour avoir sombré dans l’aveuglement spirituel, est source de malheur pour son peuple.

  • 13  Mais la Bible ne mentionne pas le jeu d’échecs et le Moyen Âge attribue son invention plutôt à Ale (...)
  • 14  Evilmerodag apparaît aussi chez Philippe de Mézières : voir A. Mussou, « Le Roi, le tyran et le sa (...)
  • 15  Sur la démarche adoptée par Xerxès, voir nos remarques dans « Pour une préhistoire de l’engagement (...)

5Telle est bien l’attitude qu’illustre Xerxès, le philosophe qui, selon Jacques de Cessoles, aurait inventé le jeu d’échecs13 à l’époque d’Evilmerodag, fils de Nabuchodonosor14. Cruel et injuste, ce roi est un autre Néron. Quant au philosophe, nouveau Sénèque, il accepte de se dresser face au tyran au péril de sa vie, faisant sien l’idéal de la parrêsia antique15 :

  • 16  Le Jeu des eschaz moralisé, éd. cit., p. 130.

A la priere du pueple il se mist en peril de mort et ama mieulz a mourir que a plus vivre et la mauvaise et diffamee vie du roy, vie de beste mue, plus longuement soustenir16.

6L’indignation de Xerxès, témoin de l’inconduite de son suzerain, a beau transparaître à la lecture de ces lignes, l’affectivité ne s’inscrit pas explicitement dans le texte. Le philosophe ne se laisse jamais aller aux mouvements de la passion et sait, par une parfaite maîtrise de soi aux relents stoïciens, ne pas attiser la colère du tyran. « Corriger » et « reprendre » sont les maîtres-mots qui servent à caractériser sa démarche ; en bon pédagogue, Xerxès évite d’attaquer le mauvais prince de front et commence par éveiller sa curiosité en introduisant les échecs à la cour. Il explique ensuite non seulement les règles du jeu, mais, par la glose, amène le roi à en comprendre les enjeux symboliques et politiques : conçus à l’image de la société, les échecs représentent le royaume idéal et les mouvements des pièces rendent compte du rôle que chacun, du prince au paysan, est appelé à jouer au sein de la communauté. Convaincu par la démonstration du philosophe qui a su trouver une « belle maniere et gracieuse » (p. 210) de critiquer sa mauvaise vie, Evilmerodag remercie Xerxès, s’amende et gouverne désormais dans l’intérêt du bien commun. Le tyran s’est mué en bon prince.

  • 17  Sur l’« appel aux émotions » et la distinction entre émotionnel et émotif, voir Ch. Plantin, Les B (...)

7La lecture allégorique, inspirée de l’exégèse biblique, que le philosophe fait du jeu d’échecs mêle utilitas et delectatio. La stratégie persuasive adoptée par Xerxès est le fruit d’une réflexion qui lui permet de vaincre sa crainte de représailles, se poser en autorité morale et accréditer son discours. Ce portrait d’un intellectuel à la fois engagé et distant est exemplaire : le récit situe l’action dans un passé mythique – celui de l’invention du jeu en Orient – et la comparaison avec Sénèque laisse entendre que tout philosophe se doit d’agir ainsi face à n’importe quel tyran et à n’importe quelle époque. Même si le message politique peut être actualisé à chaque situation de crise, le poids concret de l’histoire se réduit ici à néant. Le recours à l’allégorie dont le voile doit être levé, si l’on veut accéder à la substantifique moelle, place le message hors du temps et hors du monde. Le discours, à portée générale, pour ne pas dire éternelle, ne naît pas de l’impact d’une actualité douloureuse. Il n’est pas ancré dans le vécu de l’auteur ni de son public ; Jean Ferron évite même l’argumentum ad passiones, l’exploitation calculée des émotions à des fins de persuasion17. Son récit fige le sage dans une posture hiératique, incompatible avec un débordement affectif : maître de soi, Xerxès est le clerc idéal, un être de papier né des lectures de son auteur.

  • 18  Sur l’itinéraire intellectuel et politique de cet auteur, voir H. Millet et M. Hanly, « Les Batail (...)
  • 19  Eustache Deschamps en son temps, éd. par J.-P. Boudet et H. Millet, Paris, Publications de la Sorb (...)
  • 20  T. Lassabatère, La Cité des hommes. Eustache Deschamps, expression poétique et vision politique, P (...)

8Les choses ne changent pas nécessairement quand, au lieu de mettre en scène un personnage exemplaire, l’auteur se dit personnellement concerné par la situation politique de son temps. L’Arbre des batailles, terminé par Honoré Bovet18 en 1389, est placé dès le prologue sous le signe du Grand Schisme, un problème d’actualité que l’auteur va interpréter à la lumière de L’Apocalypse. À première vue, le prieur de Salon opte pour une démarche comparable à celle que choisit Eustache Deschamps, son contemporain, quand il écrit une ballade « sur la division et cisme de l’Eglise »19. La conviction que le monde vit ses derniers jours se nourrit des connaissances astrologiques du poète : le règne néfaste de la lune, septième et dernière planète à déterminer le cours de l’histoire, n’a-t-il pas commencé ? Mais la voix de l’observateur avisé des révolutions astrales se transforme, dans la troisième strophe, ponctuée d’expressions de douleur, en la voix d’une personne impliquée dans le marasme ambiant, signe avant-coureur de la catastrophe imminente : « Tout perira ; c’est mon opinion » (v. 35) !... Deschamps ne porte pas ici, comme il le fait ailleurs, « un regard globalement critique mais impartial »20 sur le schisme ; il se laisse, au contraire, envahir par l’émotion. L’irruption du thymique conditionne la prophétie finale qui, loin d’être cautionnée par une instance transcendante, prend la forme d’une opinion personnelle, subjective, en contraste avec le discours scientifique sur lequel s’ouvre la ballade.

9Le discours scientifique débouche, chez Deschamps, sur un cri d’angoisse. Honoré Bovet, par contre, ne se pose pas en témoin bouleversé par une « pestilence » qu’il voit pourtant sévir partout. Il y a, d’un côté, le discours lyrique, contraint de respecter les limites imposées par la forme fixe de la ballade (moins de 40 vers), de sorte que le poète – quand il n’est pas simple témoin, mais incite à réagir – doit rechercher l’effet immédiat pour partager son émotion et propager l’indignation face au scandale ; on trouve, de l’autre, la logique du traité en prose où la réflexion trouve l’espace nécessaire pour développer les arguments et les enchaîner de manière à emporter l’adhésion du lecteur. Honoré Bovet opte pour la démarche analytique, car il se pose en conseiller avisé du prince avec, pour but, de dévoiler les tenants et les aboutissants de la crise au jeune Charles vi :

  • 21  L’Arbre des batailles, éd. E. Nys, Bruxelles et Leipzig, 1875, p. 2 (nous soulignons).

La tierce raison si est, car la terre de Provence dont je suis natif et nourry, est à present tellement atournée pour le remuement de nouvelle seignorie et aussi par les diverses opinions qui sont entre les nobles et les communautez, que en grant douleur tout homme sage doit escouter les maulx que les gens du pays souffrent pour icelui debat21.

  • 22  Sur cet aspect, voir les belles pages que R. Blumenfeld-Kosinski, Poets, Saints, and Visionaries o (...)
  • 23  Voir les deux miniatures (Paris, BnF, fr. 1266 et New York, Pierpont Morgan Library, ms. M. 907) r (...)
  • 24  Sur cet idéal, voir J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve(...)
  • 25  Voir M. Senellart, Les Arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, S (...)

10L’allusion aux origines provençales de l’auteur ancre le discours dans le vécu. Mais la posture du sage adoptée par Honoré Bovet témoigne d’un détachement lucide, grâce auquel il a su être à l’écoute de l’opinion publique22, ce qui fait de lui un médiateur entre le roi et ses sujets. Tandis que les gens sont submergés par la « douleur », victimes de dissensions et de conflits dont ils ne comprennent pas les causes, ce « docteur en decret » (p. 1) s’inspire des écrits du juriste Giovanni de Legnano pour fournir une analyse détaillée de la situation. Le clerc se veut la voix de la raison et « compile » (p. 1) un livre, dans lequel texte et image s’unissent dans leur fonction explicative23. Il s’agit de provoquer chez Charles vi une prise de conscience, afin qu’il mette en œuvre les moyens politiques qui permettront d’enrayer le désastre. À l’image du sage conseiller, saisi dans sa fonction de prœceptor principis, le roi doit être au-dessus des événements, s’il veut parvenir à gérer les conflits qui minent le royaume. En filigrane du prologue émerge le double idéal du rex litteratus24 et du suzerain maître de soi – de ses pulsions – selon une tradition transmise par les miroirs des princes ; seulement si le roi est pour ses sujets un modèle, il pourra exercer sur eux son autorité25, particulièrement en situation de crise. La transmission du savoir, mais aussi la clergie et l’exemplarité nécessaires à l’exercice du pouvoir semblent décidément mal s’accommoder de l’intrusion du thymique, même et surtout dans une atmosphère de fin des temps. Le détachement du sage – clerc ou roi – est le dernier rempart face au déchaînement des passions partisanes, l’ultime garantie de paix et d’unité pour le royaume et la chrétienté. L’éthique est le fondement du bon gouvernement.

11Chez Honoré Bovet, la lucidité dont le clerc doit faire preuve, s’il veut conseiller le prince, met une sourdine à la douleur légitime qu’il éprouve face au scandale. Aucun écrivain n’échappe au problème de la gestion de ses émotions, quand il descend dans le champ politique. Lorsque le Religieux de Saint-Denis entreprend de raconter la guerre civile de 1410, il perçoit une incompatibilité entre les craintes que les malheurs du royaume éveillent en lui et l’objectivité qu’il se doit d’observer en sa qualité de chroniqueur. Dans un passage à caractère métapoétique, il se dit tenté de laisser tomber la plume, incapable d’écrire parce que la douleur est trop forte :

  • 26  Chronique du Religieux de Saint-Denis, éd. et trad. par M. L. Bellaguet (1842), Paris, Éditions du (...)

Circumspecti anxiosa suspiria pectoribus eduxerunt ab ymis, et inde regni intellorabile dampnum presagierunt futurum. Ut hanc sentenciam sequar inclinat animus, addens et quod sequencia inde pocius tragedorum essent depromenda boatibus, quam hytorice retexenda26.

  • 27  Sur la distinction entre mode de l’affect et mode du concept, voir I. Rosier-Catach, « Discussions (...)
  • 28  Mt 12, 25 : Omne regnum in se ipso divisum desolabitur.
  • 29  Sur la « cloche émotionnelle », voir Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 121-5.
  • 30  Voir C. Casagrande et S. Vecchio, « Les Théories des passions dans la culture médiévale », Le Suje (...)
  • 31  Voir Bernard Guenée, « Tragédie et histoire chez le Religieux de Saint-Denis », in Un Roi et son h (...)
  • 32  Voir B. Guenée, L’Opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles vi » du (...)
  • 33  Jacques Legrand, Archiloge Sophie. Livre de bonnes meurs, éd. E. Beltran, Paris, Champion, 1986, p (...)
  • 34  Voir le Dictionnaire du moyen français en ligne (http://www.atilf.fr/dmf), entrée « tragédie ».
  • 35  J. Blanchard, « Pragmatique des émotions. Une période de référence : le Moyen Âge », Écrire l’Hist (...)

12À travers les soupirs des sages s’exprime une affectivité qui n’est pas médiatisée par la parole et relève des affects27. Le langage du corps, incontrôlé, est une preuve de sincérité, car il laisse entendre à quel point les sages se sentent concernés par le sort du royaume. Face au caractère inouï (mirum et inauditum) d’une guerre fratricide, le narrateur se laisse aller à maudire l’indignité de la noblesse française (degenerem miliciam gallicanam). Il légitime, il est vrai, son éclat de colère en citant un verset biblique28, de sorte que, reprenant à son compte les paroles du Christ sur le sort qui attend un royaume divisé, il fait figure de prophète. Cette fois, la lucidité se trouve du côté de la perturbation émotive dont l’intensité29 est à la mesure de l’amour que le clerc porte à son pays. Mais, malgré la dimension éthique que le Moyen Âge reconnaît à la passion au moins depuis saint Augustin30, l’écriture historiographique doit résister à la tentation du tragique. La notion, utilisée par Michel Pintoin dans La Chronique de Charles vipour justifier le refus de céder à l’émotion31, interpelle par ses enjeux à la fois politiques et rhétoriques. Les appréhensions des sages, figures d’autorité auxquelles le Religieux se réfère volontiers pour donner plus de poids à ses prises de position32, se trouvent confirmées par les événements. La tragédie correspond à la définition qu’en donne, à la même époque, Jacques Legrand dans L’Archiloge Sophie : c’est une pièce qui, joyeuse au début, finit « moult tristement »33. Avec sa courbe fatalement dysphorique, la tragédie est propre à exciter la terreur et la pitié34. Michel Pintoin rejoint ici Philippe de Mézières qui conçoit la « tragédie » comme une plainte et une accusation, une historia lugubris et lacrimabilis. Il fait écho, probablement sans le savoir, à l’étymologie proposée jadis par Isidore de Séville35.

  • 36  Voir Guenée, L’Opinion publique, op. cit., p. 169-171.

13Quand Michel Pintoin aborde le récit de la guerre civile, il est sensible à la limite où l’écriture historiographique va basculer dans un autre registre. Sa réflexion, aussi brève soit-elle, témoigne combien l’émergence de l’affectivité dans un texte est une question de genre. Le Religieux de Saint-Denis se méfie de l’intrusion des sentiments, bien qu’il n’hésite pas à prendre, çà et là, personnellement position face aux événements qu’il relate. Si une certaine subjectivité a droit de cité sans la chronique36, l’affectivité semble néanmoins contredire à ses yeux la posture du sage qui, seule, garantit le sérieux et l’objectivité d’un écrit destiné, en fin de compte, à la postérité. La vérité historiographique est à ce prix.

  • 37  Voir à ce sujet E. Chayes, « Trois Lettres pour la postérité : la correspondance entre Philippe de (...)

14L’affectivité apparaît plus volontiers dans des registres d’expression qui, eux, ne prétendent pas s’inscrire dans la durée, comme le lyrisme (voir l’exemple de Deschamps, déjà évoqué), ou ont un caractère privé, comme l’épître, pour laquelle le lecteur ne s’attend pas à un blocage du thymique de la part de l’auteur. Au tournant du xive au xve siècle, alors qu’on assiste à l’essor de l’humanisme en Europe, l’épître apparaît comme un lieu privilégié où l’affectivité a sa place37. L’épître, en effet, revendique son caractère personnel en s’affichant comme un écrit adressé à une personne avec qui l’auteur entretient des liens privilégiés ; ceci n’empêche pas l’épître d’être un moyen d’exprimer des enjeux politiques dont l’intérêt va au-delà de la sphère privée, de sorte qu’elle peut – les recueils de Pétrarque en témoignent – être (aussi) destinée à une diffusion plus large. Lors de la mort de Giacomo dei Rossi en 1369, Pétrarque, justement, et Philippe de Mézières échangent des lettres qui s’inspirent du modèle cicéronien, exprimant leur deuil dans un style marqué au sceau de la subjectivité. L’ouverture de l’épître, réservée à la lamentatio, leur permet de laisser libre cours aux émotions. Cette effervescence affective prépare et légitime la consolatio, sur laquelle se clôt l’épître dans une perspective d’acceptation chrétienne de l’inéluctable.

  • 38  Philippe de Mézières, Une Epistre lamentable et consolatoire,éd. Ph. Contamine et J. Paviot, Paris (...)

15De la lamentatio à la consolatio : tel est aussi le programme qu’annonce le titre de L’Epistre lamentable et consolatoire envoyée par Philippe de Mézières à Philippe le Hardi après la défaite des troupes chrétiennes à Nicopolis en 1396. Dans la posture qu’il prend pour s’adresser au duc de Bourgogne, l’auteur mêle l’expression de la tristesse et des éléments biographiques. Le « viel solitaire des Celestins de Paris »38 apparaît sous les traits d’un reclus saisi dans l’intimité de sa « pauvre » cellule :

  • 39  Ibid., p. 100.

Mon tres amé seigneur, en ma povre sellette pensant amerem[en]t et non pas sans larmes a la verge divine par laquele Dieu a visité asprement nostre roy et seigneur, messeigneurs de son sang, le royaume de France, touz les roys, princes et peuples de la crestianté, et especialment, singulierement et amerement vostre tres haulte personne39.

  • 40  Blanchard, art. cit., p. 16-7, dont la réflexion se situe dans le sillage des travaux de P. Nagy.
  • 41  La démarche est, selon les psychologues, caractéristique de la gestion sociale des émotions : cf. (...)
  • 42  Epistre lamentable, éd. cit., p. 102.
  • 43  Ibid., p. 101.
  • 44  Au sens où l’entend B. H. Rosenwein, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca et Lon (...)

16Selon le sermon sur la montagne (Mt 5, 1), les larmes sont un don de Dieu. À travers les pleurs se tissent, dans une tradition franciscaine dont Philippe de Mézières s’inspire40, des liens entre l’humain et le divin. Au début de L’Epistre, les larmes ouvrent la porte à la « contemplacion » (p. 102), c’est-à-dire à une réflexion salutaire que l’écrivain entend partager avec son destinataire. Philippe de Mézières propose au duc de Bourgogne, en suivant une démarche récurrente au Moyen Âge, de lire la réalité douloureuse à la lumière de l’enseignement biblique. Il recadre ainsi une expérience émotionnelle forte en la traitant sur le mode cognitif41, de manière comparable à ce que fait le Religieux de Saint-Denis dans sa chronique. Mais au contraire de l’historiographe qui refuse de faire de son écriture le véhicule de sentiments personnels, Philippe de Mézières justifie sa prise de parole par les souffrances qui ont marqué sa vie : n’a-t-il pas vu deux de ses protecteurs, André de Hongrie et Pierre ier de Lusignan, mourir assassinés ? C’est parce qu’il a « esté feruz de maintes plaies de douleur qui m’ont trespercié le cuer jusques a l’ame »42 qu’il peut prendre la plume pour exprimer « ma douleur commune »43, termes par lesquels le je se fonde dans une « communauté affective »44, celle des Français frappés par le désastre de Nicopolis.

  • 45  Voir G. Mombello, Les Avatars de « talentum », Turin, Società Editrice Internazionale, 1976, p. 14 (...)
  • 46  Epistre lamentable, éd. cit., p. 104.
  • 47  Sur cette posture, voir J.-L. G. Picherit, La Métaphore pathologique et thérapeutique à la fin du (...)

17Le discours, chez Philippe de Mézières, naît ainsi d’une douleur subie, celle des autres et la sienne propre. Elle est le fondement de la caritas, identifiée par les scolastiques à la bona voluntas45, à ce penchant naturel vers le bien qui incite l’auteur à chercher un « petit oingnement, un emplastre alectif et legiere medicine confortative »46 pour aider le duc de Bourgogne. Au-delà de la fonction de consolatio, récurrente dans la littérature médiévale depuis Boèce, L’Epistre fait de son auteur un médecin47, mais aussi un chrétien habité par l’amour de Dieu et du prochain. Philippe de Mézières se coule dans le moule du bon Samaritain dont il rapporte la parabole en ouverture du texte. Il œuvre, à l’instar de son modèle, dans le respect des préceptes du Christ et fait figure de médiateur entre le divin et l’humain, quand il parle « moralment » (p. 105) à la communauté souffrante. Tristesse, amour, consolation – telle est la trajectoire affective qui sous-tend et légitime l’écriture du Célestin, quand il s’engage dans les affaires de son temps.

  • 48  Sur les enjeux de cet événement, voir B. Guenée, Un Meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Or (...)
  • 49  Sur cet adjectif, récurrent sous la plume de Christine, voir M. McKinley, « The Subversive Seulett (...)
  • 50  « La Lamentacion sur les maux de la France », éd. A. J. Kennedy, Mélanges de langue et littérature (...)
  • 51  Sur la communauté idéologique entre ces trois auteurs, voir l’important article de L. J. Walters, (...)
  • 52  Sur cette notion, voir A. Piolat et R. Bannour, « Émotions et affects. Contributions de la psychol (...)

18Quelques années plus tard, en 1410, peu après l’assassinat de Louis d’Orléans par les sicaires du duc de Bourgogne48, Christine de Pizan choisit, elle aussi, la forme de l’épître pour s’adresser aux princes de France dans la situation de crise que Michel Pintoin (voir supra) perçoit comme une tragédie nationale. À l’image de Philippe de Mézières, qui réagit dans l’intimité de sa cellule, Christine se dit « seulette à part »49 en ouverture de La Lamentacion sur les maux de la France50. Retirée dans l’espace protecteur de son étude, elle fait sienne la solitude contemplative, cet idéal de vie que Jean Gerson51 n’a cessé de propager auprès de son public laïc. Le chancelier de l’Université de Paris n’utilise-t-il pas l’adjectif « seulette » pour caractériser l’attitude exemplaire de la Vierge Marie qui a évité l’oisiveté par le travail et la prière ? Christine de Pizan adopte en quelque sorte la posture du guet, à la fois solitaire et solidaire, car, comme lui, elle sait garder la distance critique nécessaire, dégageant avec lucidité les enjeux du drame qui se joue sous ses yeux. Mais sa position à part crée aussi un espace de liberté et d’intimité, dans lequel elle peut se laisser aller au « trouble émotionnel »52 provoqué par le drame que vit la France :

  • 53  Lamentacion, éd. cit., p. 180.

Seulette à part, et estraignant à grant paine les lermes qui ma veue troublent et comme fontaine affluent sur mon visage, tant que avoir puisse espace de escripre ceste lasse complainte, dont la pitié de l’eminent meschief me fait d’ameres goutes effacier l’escripture, je m’esbahiz et en complaignant dis53.

  • 54  Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 41.
  • 55  J.-Fr. Kosta-Théfaine, Le Chant de la douleur dans les poésies de Christine de Pizan, Nantes, Peti (...)
  • 56  Tristia I, i, 13-4.

19Larmes, vue troublée, complainte, las, pitié, malheur, amer : il y a là une véritable explosion du vocabulaire émotionnel, laquelle suggère une réaction spontanée de la clergesse. Par les larmes, la douleur s’inscrit jusque dans son corps au point de perturber la démarche analytique, puisqu’elles effacent les mots que la main trace avec peine sur le parchemin. Nous sommes d’autant plus enclins à croire à la « composante sincérité »54 de son éthos que la posture est récurrente sous la plume de Christine. Son « moi » de douleur n’est-il pas à l’origine de l’écriture également dans son « lyrisme de veuvage » et dans ses œuvres d’inspiration courtoise55 ?... Mais les larmes qui mouillent le parchemin sont un topos de la complainte depuis Ovide56 et la posture de la poétesse se modèle sur celle du Jérémie des Lamentations. Comme chez Philippe de Mézières, l’émotion qui submerge Christine la place du côté de la lucidité, alors que les « nobles princes françois » (p. 180), succombant à la tentation fratricide, sont victimes d’un aveuglement spirituel qui les transforme en bêtes sauvages. À leurs passions mortifères s’opposent les larmes purificatrices, source de vie.

  • 57  Sur le lien entre émotion et action, voir Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 5 (...)
  • 58  Sur cette démarche, voir Micheli, L’Émotion argumentée, op. cit., p. 113-4.
  • 59  Mc 1, 3 et Lc3, 4.
  • 60  Cf. J. Blanchard et J.-Cl. Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, Paris, PU (...)
  • 61  Le Livre du corps de policie, éd, A. J. Kennedy, Paris, Champion, 1998, p. 1.

20Ses larmes font de Christine une prophétesse moderne, poussée à prendre la parole par amour pour la France. L’émotion la projette – conformément à son étymologie (ex-movere) – hors d’elle-même, ouvrant la voie à l’action politique57. Quand Christine incite le peuple et les « devotes femelettes » (p. 180) à la rejoindre pour crier miséricorde, elle tâche de donner une résonance nationale à ses plaintes, transformant sa « povre voix criant dans le royaume » (p. 184) en expression d’une douleur collective, celle des faibles écrasés par les événements. Christine fait de l’épître un appel à l’émotion du public ; elle spécule sur les effets perlocutoires d’un discours58, le sien, qui se veut contagieux. La paraphrase du vox clamantis in deserto qui, dans la Bible59, désigne saint Jean Baptiste annonçant la venue du Christ, confirme le rôle de prophétesse dévolu à Christine. En même temps, le choix des termes souligne la position de faiblesse de la poétesse, quand elle ose descendre dans le champ politique60. Au diminutif « seulette », par lequel elle se désigne au seuil de l’épître, font pendant les « femelettes », de sorte que la faiblesse et, corollairement, l’affectivité apparaissent comme des traits distinctifs féminins. D’ailleurs, Christine ne revendique-t-elle pas, dans Le Livre du corps de policie, le droit d’« estre passionnee comme femme »61 ?

  • 62  Sur l’« émotion montrée », voir Micheli, L’Émotion argumentée, op. cit., p. 132-8.

21Christine de Pizan trouve dans sa faiblesse et dans son être émotif le courage d’élever la voix face aux puissants et d’assumer le rôle de mediatrix, comme le firent jadis les Sabines, quand elles empêchèrent leurs maris (les Romains) et leurs parents (les Sabins) de s’entretuer. Elle choisit une riposte avant tout affective au drame que traverse la France dans une écriture qui se fait cri de protestation avec des traits stylistiques (exclamations, interjections, questions), dans lesquels s’inscrit la souffrance62 de la poétesse. Au sein de sa « complainte tres douloureuse » (p. 181), les tentatives de comprendre la situation (rappel du passé, évocation de la coutume, exemple de Ninive, etc.) restent à l’état d’amorce ; elles se présentent souvent sous forme de questions, comme si la réponse devait venir de ses interlocuteurs – les princes, les chevaliers, les clercs et surtout le duc Jean de Berry, oncle du roi Charles vi et destinataire premier de l’épître.

  • 63  Le Quadrilogue invectif, éd. Fl. Bouchet, Paris, Champion, 2011, p. 8.
  • 64  Ibid., p. 3. Sur la conscience rhétorique de Chartier, voir R. Meyenberg, Alain Chartier prosateur (...)
  • 65  Le Quadrilogue invectif, éd. cit., p. 6.
  • 66  Fl. Bouchet, « L’Écrivain et son lecteur dans le prologue et l’épilogue du Quadrilogue invectif d’ (...)

22L’emprise du thymique sur le cognitif distingue radicalement l’écriture de Christine de Pizan de la forme que prend l’engagement politique sous la plume des clercs, ses contemporains. Si L’Epistre naît de la douleur chez Philippe de Mézières, le moment réflexif prend rapidement le dessus, nous l’avons vu, pour ouvrir le passage de la tristesse à la compassion et déboucher sur la consolation. Le Quadrilogue invectif, écrit par Alain Chartier après le traité de Troyes (1420) qui livre la France au roi d’Angleterre, suit – malgré son titre – une démarche qui s’apparente plus à celle de Philippe de Mézières qu’à l’éclat indigné de Christine de Pizan. Le secrétaire du futur Charles vii écrit pourtant « par maniere d’envaïssement de paroles et par forme de reprendre »63 ; comme dans La Lamentacion sur les maux de la France, la vituperatio ne donne pas lieu, chez lui, à une consolatio. Mais Alain Chartier se pose en « lointaing immitateur des orateurs »64 (p. 1) et recourt au cadre du songe allégorique. Il y donne tour à tour la parole à la France personnifiée, puis au Peuple, au Chevalier et au Clergé qui s’accusent mutuellement (surtout les deux premiers) en tentant de se justifier face à leur auguste mère. Chartier adopte la posture d’un témoin qui, fort de son savoir, sait reconnaître – au-delà des aléas de la « faincte et vaine »65 Fortune – les décrets de la Providence divine et les lois de la Nature. C’est avec les lunettes du clerc qu’il interprète la réalité, quand il part « en quête du sens dans un monde bouleversé »66 pour tendre à son public le miroir de ses errements.

  • 67  Le Quadrilogue invectif, éd. cit., p. 7.

23Comme chez Philippe de Mézières, la démarche cognitive l’emporte largement dans Le Quadrilogue invectif. Loin d’écrire sous l’emprise directe des événements, alors que le roi d’Angleterre triomphe, Alain Chartier commence par se plonger dans « les discours des sainctes escriptures »67. C’est seulement après avoir lu Isaïe, comprenant que Dieu punit les Français pour leurs péchés, qu’il a « les yeulx obscurciz de larmes » (p. 7), prend la plume par « compassion » (p. 8) et cherche à provoquer une prise de conscience salutaire parmi ses lecteurs. L’impact des événements est ici médiatisé par la lecture, l’éclosion de l’affectivité le fruit d’une réflexion qui se nourrit des enseignements que l’Acteur trouve dans les « anciens livres » (p. 5). L’actualité s’éclaire à la lumière du passé : la chute des empires – Babylone, Troie, Athènes, Rome – n’illustre-t-elle pas la fragilité des royaumes et, plus généralement, la condition d’une humanité pécheresse ?

  • 68  Sur la différence entre la « dénotation directe » et la « dénotation indirecte » de l’émotion dite(...)

24Les rares manifestations de l’affectivité viennent ainsi se greffer, chez maître Alain, sur un discours dominé par un vocabulaire de la connaissance (croire, demonstrer, cognoistre, ramentevoir, etc.) et la présence de connecteurs logiques tout au long du prologue. Le trouble émotionnel du narrateur n’affleure guère qu’à travers la répétition obsessionnelle de nous et nostre qui associe locuteur et allocutaire dans un même sentiment de malheur et de culpabilité. Le narrateur se pose en témoin scandalisé du triomphe anglais, quand il déplore « nostre ignominieux reproche » (p. 4) ou « nostre infélicité » (p. 5). Mais les termes choisis expriment un jugement sur la situation du pays plutôt qu’ils ne laissent transparaître l’état affectif du clerc. Celui-ci ne laisse que brièvement entrevoir son état émotionnel68 au moment où il prend la plume pour raconter comment, plongé dans ses réflexions, tiraillé entre espoir et désespoir, il finit par s’endormir. L’entrée en songe est un « debat » (p. 10) intérieur où domine une nouvelle fois la composante cognitive. Jamais l’Acteur n’est submergé par ses sentiments. Ce n’est pas lui, mais la France personnifiée qui, au sein du songe, apparaît « dolente et esplouree » (p. 7), voire « espoventee et doubteuse » (p. 7). C’est elle dont les habits sont déchirés, la couronne de travers sur le front ; c’est elle enfin qui se répand en « aspres paroles » (p. 10) contre ses trois enfants, le Peuple, le Chevalier et le Clergé.

  • 69  Le mécanisme a été analysé par Ch. Marchello-Nizia, « Entre l’Histoire et la poétique, le Songe po (...)
  • 70  Sur l’importance de la personnification de la France dans l’émergence d’un sentiment national au t (...)

25L’invective est donc l’œuvre de la France et non pas du narrateur. Le dispositif du songe permet à Chartier de déléguer la parole dans un cadre fictif69, de sorte que l’Acteur, témoin pondéré, reste en retrait. Il se contente, par la réflexion initiale, de mettre en perspective l’intervention de la France indignée qui place les trois États face à leurs responsabilités. Le rejet de l’affectivité au sein du songe avec la France dans son rôle de mère blessée participe d’une mise en scène qui vise à créer une communauté émotionnelle à l’échelle de la nation70. L’humble secrétaire du roi de Bourges ne saurait se permettre la virulence de la France à l’égard des acteurs politiques, même s’il les juge – notamment la chevalerie – responsables du drame. Qui donc écouterait le simple charretier, comme le suggère le jeu de mots perceptible dans son nom, s’il lançait des appels à l’union comme le fait la France dans le cadre du songe ? Conscient qu’il ne dispose pas de l’autorité nécessaire pour jouer ce rôle fédérateur dans une crise qui le dépasse, Alain Chartier s’efface pour laisser la place à un porte-parole qui saura parler à la nation en crise. L’humble imitateur des orateurs antiques renonce à mettre en avant sa propre douleur, bien que celle-ci se trouve être au diapason d’un sentiment largement répandu dans le pays en ces années sombres.

26Le songe allégorique donne un cadre digne au projet ambitieux de Chartier. Le choix formel est significatif, car il s’oppose à l’épître, pour laquelle ont opté Philippe de Mézières et Christine de Pizan. Chartier ne cherche pas, comme le premier, à offrir au prince une consolation et un enseignement ad personam ; il refuse aussi la spontanéité du cri, marque de fabrique de La Lamentacion sur les maux de la France. Ni intimité, ni affectivité ! Face aux malheurs qui frappent le pays, Alain Chartier se drape dans la dignité de l’orateur antique. Il finit par prendre la posture d’un prophète autorisé à parler après la révélation qui lui a été faite en songe et l’ordre que lui donne la France de transcrire ce qu’il a vu et entendu. Porte-parole autorisé de son Pays, le secrétaire du roi de Bourges adopte l’attitude d’un serviteur de l’État en ne se laissant pas aller au débordement émotionnel d’une faible écrivaine et refusant la voie de la communication privée choisie par le moine. Il paraît en fin de compte plus proche du Religieux de Saint-Denis qui veille à ne pas céder à l’emprise des sentiments, incompatible avec sa mission de chroniqueur officiel.

  • 71  Sur le thymique comme « tonalité psychique de base », voir Plantin, Les Bonnes Raisons des émotion (...)
  • 72  Au point que deux psychanalystes, E. Kennedy-Moore et J. C. Watson, Expressing Emotion : Myths, Re (...)

27Concluons ! Le détachement du sage qu’adopte Honoré Bovet, avec son état thymique stable71, peut être considéré comme le degré zéro de l’affectivité. Par la posture choisie, il rejoint le philosophe Xerxès, tel que le campe Jacques de Cessoles (Jean Ferron) : chez l’un comme chez l’autre, le fait de ne pas extérioriser les émotions apparaît comme un signe de force et de supériorité, voire de vertu, conformément à une croyance qui relève de la longue durée72. Michel Pintoin et Alain Chartier s’y rattachent dans la mesure où ils cherchent (chacun à sa manière et dans des buts différents) à maîtriser l’emprise de l’affect ou du moins à le canaliser : ils représentent le degré I sur l’échelle de l’affectivité. Nous situerons Philippe de Mézières, dont le discours de sagesse naît et trouve sa justification dans l’émotion subie, mais aussi Eustache Deschamps, qui suit en quelque sorte la démarche inverse en passant du scientifique à l’émotionnel, au degré II. Quant à Christine de Pizan, dont La Lamentacion met en scène une écriture sous l’emprise de l’affectivité, elle représente un climax et illustre le degré III du trouble émotionnel.

  • 73  Même si, chez Deschamps, la ballade se prête à des modulations presque infinies, allant du récit d (...)

28Plus que pour les autres auteurs, la posture choisie a des relents biographiques chez Philippe de Mézières, Christine de Pizan et Alain Chartier. Ceux-ci déterminent en partie la place accordée à l’affectivité, notamment dans le cas de Christine qui la légitime en revendiquant son être femme. Mais le degré de charge émotionnelle acceptable est aussi tributaire du genre – chronique, traité, épître ou lyrisme73 ; il dépend en plus des modèles d’écriture (biblique, rhétorique, scientifique) dont s’inspire la mise ne scène de d’auteur, qu’il se présente sous les traits du prophète, du philosophe, de l’orateur ou du directeur de conscience.

29Les différents paramètres qui émergent à la lecture du corpus excluent la possibilité d’une explication de type chronologique, selon laquelle on passerait peu à peu d’une poétique du détachement, illustrée par Honoré Bovet, au triomphe de l’affectivité et de la subjectivité à l’époque de Christine de Pizan. Confrontés, eux aussi, aux drames que vit la France avant l’intervention de Jeanne d’Arc sur les champs de bataille, le chroniqueur Michel Pintoin et Alain Chartier, secrétaire du roi de Bourges, ne font pas de l’émotion le moteur premier de leur écriture. Ils sont plus proches d’Honoré Bovet que de Christine de Pizan qui, elle, rejoint Philippe de Mézières par le choix d’une communication de type privé (l’épître), appropriée à sa solitude contemplative et moins réfractaire à l’expression de l’affectivité. Au discours intime s’oppose une écriture plus posée, qui revendique le statut d’un discours officiel.

  • 74  Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 52-3.

30À une subjectivité affichée répond une méfiance persistante face aux débordements du thymique ; à l’ancrage de l’affectivité dans un vécu personnel, la tentative de la maîtriser ou de l’occulter, que ce soit par le biais de la fiction (le songe), par une démonstration qui fait la part belle à la logique (l’allégorisation) ou par le recours à un discours de type scientifique (l’astrologie). L’engagement politique à l’époque de Charles vi se module au rythme de ces va-et-vient. Les postures varient d’un écrivain à l’autre, chacun trouvant des solutions adaptées à son projet d’écriture, quelque part entre les positions extrêmes occupées, d’un côté, par Honoré Bovet et, de l’autre, par Christine de Pizan. La retenue du clerc, la conscience de sa dignité, n’empêchent pourtant pas la tristesse de transparaître, car l’émotion ne fait pas nécessairement taire la raison, comme le veut une certaine pensée rationaliste74 ; elle peut, au contraire, lui servir d’auxiliaire et même s’identifier à la voix de la sagesse. Les nuances sont multiples, quand il s’agit de dire une réalité jugée écrasante et, pour l’auteur, de se situer dans le monde et face à son public. Si la vérité résulte toujours d’un acte de dévoilement, il y a différentes manières de dessiller les yeux de ses contemporains ; des mises en scène où le locuteur adopte un rôle attendu, cautionné par la tradition, on passe à des mises en scène plus personnelles, où transparaît l’individu.

Annexe

Échelle de la charge émotionnelle dans le discours engagé sous Charles vi

Le tableau est évidemment tributaire du corpus analysé. La variété des genres étudiés offre néanmoins une garantie que les traits distinctifs puissent s’appliquer sans problèmes majeurs à d’autres textes en vue de les situer les uns par rapport aux autres. Nous sommes convaincus que cet instrument de travail, une fois affiné, rendra de bons services.

Degré

Caractéristiques

Textes

Degré 0

Détachement du sage (absence à peu près complète des manifestations explicites de l’émotion).

Honoré Bovet, L’Arbre des batailles ;

Jean Ferron, Le Jeu des eschaz moralisé.

Degré 1

Dominance du cognitif avec blocage ou délégation du trouble émotionnel, de manière à rester dans la position du témoin objectif.

Chronique du Religieux de Saint-Denis ;

Alain Chartier, Le Quadrilogue invectif.

Degré 2

Le trouble émotionnel comme source ou aboutissement d’un discours à dominance cognitive qui y trouve une légitimation supplémentaire.

Philippe de Mézières, Epistre ;

Eustache Deschamps, Ballade sur la division et cisme de l’Eglise (n° 948).

Degré 3

Climax émotionnel (la dimension cognitive est marginalisée).

Christine de Pizan, Lamentacion sur les maux de la France.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment B. Denis, Littérature et engagement de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000.

2  Pour les prémisses au présent article, voir J.-Cl. Mühlethaler, « Une génération d’écrivains « embarqués » : le règne de Charles vi ou la naissance de l’engagement littéraire en France », Formes de l’engagement littéraire (xve-xxie siècle), éd. J. Kaempfer, S. Florey et J. Meizoz, Lausanne, Antipodes, 2006, p. 15-32.

3  Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques (« Misères », v. 170), Œuvres, éd. H. Weber, Paris, Gallimard, 1969, p. 25.

4  Sur cette notion, voir J. Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007, p. 9-32 ; pour le Moyen Âge, elle se recoupe avec l’ethos.

5  Voir A. Gennaï, L’Idéal du repos dans la littérature française du xvie siècle, Paris, Garnier, 2011, p. 498-500.

6  Voir D. Ménager, La Renaissance et le détachement, Paris, Garnier, 2011, p. 156-9.

7  Ronsard, « Continuation du Discours des misères de ce temps », v. 1, Discours. Derniers vers, éd. Y. Bellenger, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 81. Comme le constate D. Ménager, Ronsard. Le roi, le poète et les hommes, Genève, Droz, 1979, p. 191-2, rien, dans l’œuvre antérieure du poète, n’annonce son militantisme.

8  Voir R. Amossy, L’Argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin, 2006 (2e éd.), p. 69-83.

9  Cicéron, De oratore, II, 45-46.

10  Sur la notion de « pathos » dans la rhétorique antique et la théorie moderne, voir la mise au point de R. Micheli, L’Émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, Paris, Cerf, 2010, p. 33-151.

11  Pour une vue d’ensemble du règne, voir Fr. Autrand, Charles vi. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986.

12  Jacques de Cessoles, Le Jeu des eschaz moralisé. Traduction de Jean Ferron (1347), éd. A. Collet, Paris, Champion, 1999.

13  Mais la Bible ne mentionne pas le jeu d’échecs et le Moyen Âge attribue son invention plutôt à Alexandre ou à Aristote, parfois à Palamède, chevalier arthurien à l’écu échiqueté d’argent et de sable : voir M. Pastoureau, L’Échiquier de Charlemagne, un jeu pour ne pas jouer, Paris, Adam Biro, 1990, p. 11-13.

14  Evilmerodag apparaît aussi chez Philippe de Mézières : voir A. Mussou, « Le Roi, le tyran et le sage : Charles vi, Evilmerodag et Moïse dans Le Songe du Vieil Pèlerin », Questes,13, 2008, p. 67-80.

15  Sur la démarche adoptée par Xerxès, voir nos remarques dans « Pour une préhistoire de l’engagement littéraire en France : de l’autorité du clerc à la prise de conscience politique à la fin du Moyen Âge », Versants, 55, 1, 2008 (Recherches littéraires en Suisse), p. 27-28.

16  Le Jeu des eschaz moralisé, éd. cit., p. 130.

17  Sur l’« appel aux émotions » et la distinction entre émotionnel et émotif, voir Ch. Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions. Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang, 2011, p. 50, 75 et 139-42.

18  Sur l’itinéraire intellectuel et politique de cet auteur, voir H. Millet et M. Hanly, « Les Batailles d’Honorat Bovet. Essai de biographie », Romania, 114, 1996, p. 135-81.

19  Eustache Deschamps en son temps, éd. par J.-P. Boudet et H. Millet, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 104-5 (n° 948). Voir aussi la ballade (n° 950) qui suit et le commentaire, p. 114-8 : les deux ballades ont été écrites entre de 1394 et 1398.

20  T. Lassabatère, La Cité des hommes. Eustache Deschamps, expression poétique et vision politique, Paris, Champion, 2011, p. 375.

21  L’Arbre des batailles, éd. E. Nys, Bruxelles et Leipzig, 1875, p. 2 (nous soulignons).

22  Sur cet aspect, voir les belles pages que R. Blumenfeld-Kosinski, Poets, Saints, and Visionaries of the Great Schism, 1378-1417, University Park, Pennsylvania State University Press, 2006, p. 133-40, consacre à L’Arbre des batailles.

23  Voir les deux miniatures (Paris, BnF, fr. 1266 et New York, Pierpont Morgan Library, ms. M. 907) reproduites dans l’ouvrage, déjà cité, de R. Blumenfeld-Kosinski : le conflit entre Urbain vi et Clément vii est représenté sous forme de deux armées qui s’affrontent.

24  Sur cet idéal, voir J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve siècle, Paris, Gallimard, 1993, p. 208-24.

25  Voir M. Senellart, Les Arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995, p. 96-7 (sur le rector chrétien) et 180-3 (sur Gilles de Rome).

26  Chronique du Religieux de Saint-Denis, éd. et trad. par M. L. Bellaguet (1842), Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1994, vol. 2, p. 326 : « Les personnes de savoir et d’expérience témoignèrent une profonde douleur en songeant aux maux intolérables qui allaient fondre sur le royaume. Leurs appréhensions ne furent que trop justifiées, et le récit des faits qui suivent conviendrait mieux aux accents de la muse tragique qu’au style de l’histoire » (p. 327).

27  Sur la distinction entre mode de l’affect et mode du concept, voir I. Rosier-Catach, « Discussions médiévales sur l’expression des affects », Le Sujet des émotions au Moyen Âge, éd. P. Nagy et D. Bouquet, Paris, Beauchesne, 2008, p. 206-15.

28  Mt 12, 25 : Omne regnum in se ipso divisum desolabitur.

29  Sur la « cloche émotionnelle », voir Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 121-5.

30  Voir C. Casagrande et S. Vecchio, « Les Théories des passions dans la culture médiévale », Le Sujet des émotions au Moyen Âge, op. cit., p. 109-11.

31  Voir Bernard Guenée, « Tragédie et histoire chez le Religieux de Saint-Denis », in Un Roi et son historien. Vingt études sur le règne de Charles vi et la Chronique du Religieux de Saint-Denis, Paris, De Boccard, 1999, p. 141-148.

32  Voir B. Guenée, L’Opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles vi » du Religieux de Saint-Denis, Paris, Perrin, 2002, p. 139-48 et 169-80 : les sages sont des gens sérieux et pondérés qui « savent par expérience » (p. 142).

33  Jacques Legrand, Archiloge Sophie. Livre de bonnes meurs, éd. E. Beltran, Paris, Champion, 1986, p. 151.

34  Voir le Dictionnaire du moyen français en ligne (http://www.atilf.fr/dmf), entrée « tragédie ».

35  J. Blanchard, « Pragmatique des émotions. Une période de référence : le Moyen Âge », Écrire l’Histoire, 1 (2008 : Émotions), p. 17.

36  Voir Guenée, L’Opinion publique, op. cit., p. 169-171.

37  Voir à ce sujet E. Chayes, « Trois Lettres pour la postérité : la correspondance entre Philippe de Mézières, Boniface Lupi et François Pétrarque (ms. Arsenal 499) », Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, éd. R. Blumenfeld-Kosinski et K. Petkov, Leiden/Boston, Brill, 2012, p. 98-109 (p. 83-117).

38  Philippe de Mézières, Une Epistre lamentable et consolatoire,éd. Ph. Contamine et J. Paviot, Paris, Société de l’Histoire de France, 2008, p. 98.

39  Ibid., p. 100.

40  Blanchard, art. cit., p. 16-7, dont la réflexion se situe dans le sillage des travaux de P. Nagy.

41  La démarche est, selon les psychologues, caractéristique de la gestion sociale des émotions : cf. B. Rimé, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, p. 383-6.

42  Epistre lamentable, éd. cit., p. 102.

43  Ibid., p. 101.

44  Au sens où l’entend B. H. Rosenwein, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2006.

45  Voir G. Mombello, Les Avatars de « talentum », Turin, Società Editrice Internazionale, 1976, p. 143-7, qui analyse les positions de Pierre Lombard et de Thomas d’Aquin.

46  Epistre lamentable, éd. cit., p. 104.

47  Sur cette posture, voir J.-L. G. Picherit, La Métaphore pathologique et thérapeutique à la fin du Moyen Âge, Tübingen, Niemeyer, 1994.

48  Sur les enjeux de cet événement, voir B. Guenée, Un Meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992.

49  Sur cet adjectif, récurrent sous la plume de Christine, voir M. McKinley, « The Subversive Seulette », Politics, Gender and Genre. The Political Thought of Christine de Pizan, éd. M. Brabant, Boulder/San Francisco/ Oxford, Westview Press, 1992, p. 157-69.

50  « La Lamentacion sur les maux de la France », éd. A. J. Kennedy, Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Charles Foulon, Rennes, Université de Haute-Bretagne, 1980, vol. I, p. 177-85. – Sur ce texte, on (re)lira : M. Zimmermann, « Vox femina, vox politica : the Lamentacion sur les maux de la France », et L. Leppig, « The Political Rhetoric of Christine de Pizan : Lamentacion sur les maux de la guerre civile », tous les deux parus dans Politics, Gender and Genre, éd. cit., respectivement p. 113-27 et 141-56.

51  Sur la communauté idéologique entre ces trois auteurs, voir l’important article de L. J. Walters, « The Vieil Solitaire and the Seulette : Contemplative Solitude as Political Theology in Philippe de Mézières, Christine de Pizan, and Jean Gerson », Philippe de Mézières and His Age, op. cit., p. 119-44.

52  Sur cette notion, voir A. Piolat et R. Bannour, « Émotions et affects. Contributions de la psychologie cognitive », Le Sujet des émotions au Moyen Âge, op. cit., p. 62-70 (« Émotions, affects, humeurs : comment les distinguer ? »).

53  Lamentacion, éd. cit., p. 180.

54  Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 41.

55  J.-Fr. Kosta-Théfaine, Le Chant de la douleur dans les poésies de Christine de Pizan, Nantes, Petit Véhicule, 2007, a récemment donné un aperçu plus général sur cet aspect-clé de l’œuvre christinienne.

56  Tristia I, i, 13-4.

57  Sur le lien entre émotion et action, voir Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 53-4.

58  Sur cette démarche, voir Micheli, L’Émotion argumentée, op. cit., p. 113-4.

59  Mc 1, 3 et Lc3, 4.

60  Cf. J. Blanchard et J.-Cl. Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, Paris, PUF, 2002, chap. II : « Le Poète dans le champ politique », en partie consacré à Christine de Pizan et Alain Chartier.

61  Le Livre du corps de policie, éd, A. J. Kennedy, Paris, Champion, 1998, p. 1.

62  Sur l’« émotion montrée », voir Micheli, L’Émotion argumentée, op. cit., p. 132-8.

63  Le Quadrilogue invectif, éd. Fl. Bouchet, Paris, Champion, 2011, p. 8.

64  Ibid., p. 3. Sur la conscience rhétorique de Chartier, voir R. Meyenberg, Alain Chartier prosateur et l’art de la parole au xve siècle, Berne, Francke, 1992, p. 133-57.

65  Le Quadrilogue invectif, éd. cit., p. 6.

66  Fl. Bouchet, « L’Écrivain et son lecteur dans le prologue et l’épilogue du Quadrilogue invectif d’Alain Chartier », Prologues et épilogues dans la littérature du Moyen Âge, Bien Dire et Bien Aprandre, 19, 2001, p. 22-4. On consultera aussi avec profit son article : « Alain Chartier et les paradoxes de la guerre : le Quadrilogue invectif », Images de la guerre de Cent Ans, éd. D. Couty, J. Maurice, M. Guéret-Laferté, Paris, PUF, 2002, p. 125-35.

67  Le Quadrilogue invectif, éd. cit., p. 7.

68  Sur la différence entre la « dénotation directe » et la « dénotation indirecte » de l’émotion dite, voir Micheli, L’Émotion argumentée, op. cit., p. 126-32.

69  Le mécanisme a été analysé par Ch. Marchello-Nizia, « Entre l’Histoire et la poétique, le Songe politique », Revue des Sciences Humaines, 183, 1981/3, p. 42-5 (p. 39-53).

70  Sur l’importance de la personnification de la France dans l’émergence d’un sentiment national au tournant du xive au xve siècle, voir Lassabatère, La Cité des hommes, op. cit., p. 227-300.

71  Sur le thymique comme « tonalité psychique de base », voir Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 121.

72  Au point que deux psychanalystes, E. Kennedy-Moore et J. C. Watson, Expressing Emotion : Myths, Realities, and Therapeutic Stategies, New York, Guilford, 1999, p. 3, jugent encore nécessaire de la dénoncer en ouverture à leur ouvrage.

73  Même si, chez Deschamps, la ballade se prête à des modulations presque infinies, allant du récit de type historiographique, où le thymique n’a pas vraiment droit de cité, à la prophétie où s’expriment des craintes existentielles. Le poète champenois sait exploiter les virtualités que lui offrent les formes lyriques de son temps et récupère volontiers le lien privilégié du lyrisme avec le thymique, hérité de la tradition courtoise.

74  Plantin, Les Bonnes Raisons des émotions, op. cit., p. 52-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Mühlethaler, « Tristesses de l’engagement : l’affectivité dans le discours politique sous le règne de Charles VI », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 21-36.

Référence électronique

Jean-Claude Mühlethaler, « Tristesses de l’engagement : l’affectivité dans le discours politique sous le règne de Charles VI », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12897 ; DOI : 10.4000/crm.12897

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mühlethaler

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org