Navigation – Plan du site
Hommages à Robert Fossier et Henri Dubois

Henri Dubois (1923-2012)

Françoise Michaud-Fréjaville
p. 5-6

Texte intégral

1Pétri de rigueur et raison, Henri Dubois était un historien de l’économie, des comptages d’hommes, de sel, de feux et d’écus, un scrutateur des prélèvements fiscaux et de leurs conséquences sociales et politiques. Dirait-on aujourd’hui : un historien d’hier ? Certainement pas. Son introduction aux Lettres choisies de Louis XI (Lettre gothiques, 1996) comme sa biographie de Charles le Téméraire (Fayard, 2004), ses articles sur l’anthroponymie, les feux féminins, humanisent avec finesse les modèles d’exploitation menue des registres des sauniers de Salins en Comté, des cherches de feux dijonnais. Il était la preuve que l’on ne fait pas de bons discours sur la société sans la bien connaître dans ses composantes les plus matérielles : la démographie, les déplacements, les échanges, la richesse, la pauvreté.

2Professeur agrégé dans le secondaire, il s’était fait connaître par un Que-sais-je ? La Troisième république (en collaboration, 1952) qui est toujours réédité, mais il s’était finalement orienté vers le Moyen Âge et devint assistant à la Sorbonne à la fin des années 1950. Sa compétence et sa rigoureuse fermeté s’exerçaient en même temps à l’ENS de Saint-Cloud où il était chargé des TD. Un cadrage sans faille du temps de parole, pour les étudiants et pour lui-même, s’accompagnait d’une densité d’information insérée dans des plans parfaitement équilibrés : la forme au service du fond. À cette école-là, on ne riait pas souvent mais on apprenait énormément.

3 Sa thèse d’État sur les foires de Chalon-sur-Saône (1972), publiée en 1976 (Les foires de Châlons-sur-Saône et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (vers-1280-vers 1430) Publications de la Sorbonne), est un modèle de décorticage d’une économie urbaine dans un espace particulier en un temps historique précis et des cadres institutionnels et financiers originaux. Elle lui permit d’occuper une chaire de professeur à Rouen, puis à Paris IV-Sorbonne, où il termina sa carrière en 1993. Fondée sur d’austères documents, dont il avait le talent de leur faire littéralement exsuder la matière pour leur donner un sens historique et scruter un monde, la centaine d’articles monographiques d’une bibliographie scientifique cohérente, portant le plus souvent sur la Bourgogne comtale et ducale (avec quelques variations normandes), se partage entre des publications dans des recueils d’hommages aux médiévistes qui furent ses collègues directs (une bonne dizaine dans les années 1989-2000) et des participations à des colloques d’histoire économique, commerciale ou urbaine. Ces travaux ne furent jamais répétitifs et leur base documentaire originale en a fait des références précieuses : on doit rappeler que 35 ans après l’évocation d’Huguenin Jacquin dans sa thèse, les archéologues retrouvèrent, dans le hameau perdu de Bourgogne cité par H. Dubois, les restes de la maison cossue et les traces du riche mobilier de ce commerçant en relation avec Milan, abandonnée au début du xve siècle et oubliée. Henri Dubois, cependant, n’était pas moins doué pour de classiques synthèses : il a participé, avec des chapitres modèles, à L’Histoire de la population française dirigé par J. Dupâquier (1988, « la dépression, xive-xve siècles ») et au tome I de L’Histoire de la population européenne (1997) qui demeurent des modèles du genre.

4Henri Dubois, sous des dehors plutôt austères, des soupirs d’une amère causticité, ne manquait en vérité ni d’humour ni de sensibilité : ses interventions à la Société des médiévistes (SHMESP), souvent en duo avec Robert Fossier – décédé le même 25 mai dernier –, étaient parfois de réjouissants numéros sel-sucre ; et tous ses élèves et jeunes collègues ont souligné l’attention qu’ils leur portait, les relectures scrupuleuses de leurs travaux et l’intérêt qu’il prenait à leur carrière.

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Michaud-Fréjaville, « Henri Dubois (1923-2012) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 24 | 2012, 5-6.

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Henri Dubois (1923-2012) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12892

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org