Navigation – Plan du site

Caroline Prud’Homme, Le discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge

Patricia Victorin
Référence(s) :

Caroline Prud’Homme, Le discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge, Paris, Champion (« Essais sur le Moyen Âge » 54), 2012, 290p.

ISBN 978-2-7453-2372-9

Texte intégral

1Avec cet ouvrage qui reprend le texte de sa thèse de doctorat (Toronto, 2008), Caroline Prud’Homme se propose de combler une lacune de la critique, qui a privilégié l’étude des récits de voyage et de pèlerinage au Moyen Âge sans avoir consacré de travaux au « discours sur le voyage » qui se développe à la fin du Moyen Âge dans des genres variés : la poésie avec Eustache Deschamps, la chronique avec Jean Froissart ou la littérature didactique avec Antoine de La Sale. Le paradigme du pèlerinage chrétien a, en effet, occulté les autres formes de voyages, constate CP. Cette dernière différencie « discours sur le voyage » et « discours du voyage » (l’expression est de Friedrich Wolfzettel), mais les distinctions qu’elle opère auraient sans doute mérité plus long développement. Son étude s’inscrit dans la continuité des travaux pionniers de Jean Richard (Les récits de voyages et de pèlerinages, Turnhout, Brepols, 1981), de Friedrich Wolfzettel (Le discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1996), mais aussi de Nicole Chareyron (Les pèlerins de Jérusalem au Moyen Âge. L’aventure du saint voyage d’après les journaux et mémoires, Paris, Imago, 2000).

2CP explique fort justement que le discours sur le voyage suppose une « pluralité discursive » et se construit sur l’hybridité : il est toujours « discours sur autre chose » (p. 23) et met en œuvre une « réflexivité » ; il va de pair avec un discours sur l’écriture, conformément à l’esthétique du Moyen Âge tardif, période qui réfléchit sur le déjà dit.

3Après avoir évoqué d’autres textes qu’elle exclut de son corpus (ainsi Pierre Chastellain, Christine de Pizan, Olivier de La Marche ou encore Commynes, cf. pp. 26-27), CP se propose de circonscrire son travail à deux auteurs exactement contemporains : Deschamps et Froissart. L’idée en est excellente ; mais elle contourne la difficulté que suppose cette confrontation en proposant deux études monographiques. On regrettera qu’elle n’ait pas choisi de croiser ces deux regards plutôt que d’en faire des études successives : la première partie est consacrée à « Eustache Deschamps, voyageur malgré lui » (pp. 43-136) ; quant à la deuxième partie, elle porte sur « Jean Froissart : voyager pour écrire, écrire pour voyager » (pp. 139-233).

4Dans la première partie consacrée à Deschamps, on retrouve des analyses déjà connues sur les adieux à la ville, le motif de la bonne vie, au carrefour de traditions variées, des congés ou des dits énumératifs, notamment. Dans cette partie, parfois trop descriptive, on relève des imprécisions terminologiques (ainsi à la p. 76, entre formes de discours, motifs, genres, autant de notions qui doivent être clairement définies). CP propose de bonnes micro-lectures, parmi lesquelles son intéressant chapitre sur la dimension culinaire lors des voyages. Il est dommage toutefois que la campagne de Flandres, par exemple, n’ait pas fait l’objet d’une étude comparée entre Deschamps et Froissart. L’analyse sur Deschamps aurait sans doute gagné à s’ouvrir aussi à l’itinéraire politique du poète, par exemple à son bestiaire symbolique (cf. les pp.129 sq. de l’ouvrage de Thierry Lassabatère, La Cité des Hommes. Eustache Deschamps, expression poétique et vision politique, Paris, Champion, 2011).

5Pour ce qui est de Froissart, l’essentiel de l’analyse porte sur un passage très commenté des Chroniques, le voyage en Béarn (pp. 153-191). Le voyage de retour en Angleterre que Froissart effectue dans sa maturité aurait pu être davantage analysé (CP lui consacre les pp. 193-215), dans la continuité des travaux de Marie-Thérèse de Medeiros. La question de la nostalgie aurait, à mon sens, mérité d’être posée plus nettement (CP y fait une rapide allusion, p. 196), en regard peut-être avec les dits de Froissart, grâce aux travaux de Michel Zink (Froissart et le temps, Paris, PUF, 1998). Ainsi le concept de nostalgie, même si le mot n’existe pas au Moyen Âge, aurait permis d’articuler le double rapport à l’espace et au temps, à travers le voyage, le retour vers l’origine, la question du départ, voire d’envisager un point corollaire, la nostalgie des formes littéraires. Je rappelle ici ce qu’écrit Paul Zumthor, dans son ouvrage La mesure du Monde (Paris, Seuil, 1993) : « Il semble qu’à la fin du Moyen Âge la nostalgie devienne plus intense, en même temps qu’elle oublie son objet : telle est la ‘mélancolie’ à laquelle le voyage, aux XVIe -XVIIe siècles, est censé porter remède » (p. 170). On saluera en revanche les pages que CP consacre à la lecture du Melyador par Froissart à la cour de Gaston de Foix (pp. 180-190).

6Enfin, il faut attendre la conclusion (pp. 235-246), qui ouvre sur des perspectives intéressantes, pour que les deux « discours sur le voyage » de Deschamps et de Froissart viennent se croiser, en ce que CP nomme une « poétique » (p. 238) du discours sur le voyage au XIVe siècle.

7Une petite suggestion pour finir : il aurait été intéressant de faire une synthèse sur la représentation de Froissart dans l’iconographie, chevauchant vs écrivant. Les travaux de Laetitia Le Guay (Les princes de Bourgogne lecteurs de Froissart. Les rapports entre le texte et l’image dans les manuscrits enluminés du livre IV des « Chroniques », Turnhout, Brepols, 1998), qui portent précisément sur le livre IV qu’étudie CP, offraient, à cet égard, des pistes de réflexion. Comme l’a souligné L. Le Guay : « Si certains frontispices du livre IV représentent l’auteur écrivant devant son lutrin, image fréquente du clerc dans les miniatures initiales, les peintures situées au milieu du texte en font un personnage participant aux événements. Il est représenté au milieu des seigneurs, messagers, écuyers et autres individus qui peuplent les illustrations et au même titre qu’eux. Ici, il est à l’hôtel de ‘Cantorbie’ en train de converser avec Thomas de Percy (Breslau 4, f. 174, ill. 62). Là, il chevauche aux côtés de Guillaume de l’Ile et de Jean de Grailly, puis d’Henry Crystead (Harley 4380, ff. 27 et 34v, ill. 63-64). Quoi de plus évocateur du rôle de l’« historien » que ces deux images de chevauchée ? » (op. cit., p. 13). Cet aspect aurait peut-être trouvé sa place dans l’ouvrage de CP.

8Malgré certains défauts, cet ouvrage bien informé constitue un bon point de départ pour appréhender cette question neuve du discours sur le voyage à la fin du Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « Caroline Prud’Homme, Le discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12879

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org