Navigation – Plan du site

Pierre de Larivey, Théâtre complet, t. I, Les six premieres Comedies facecieuses (Le Laquais, La Vefve, Les Esprits), éd. crit. de Luigia Zilli

Bruno Méniel
Référence(s) :

Pierre de Larivey, Théâtre complet, t. I, Les six premieres Comedies facecieuses (Le Laquais, La Vefve, Les Esprits), éd. crit. de Luigia Zilli, Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque du Théâtre français » 3), 2011, 569p.

ISBN 978-2-8124-0231-9

Texte intégral

1Le Champenois Pierre de Larivey fait partie de ces remarquables adaptateurs du théâtre italien qu’a produits le XVIe siècle. Il a publié en tout neuf comédies. Son premier recueil, les Six premieres Comedies facecieuses, imprimé en 1579, comprend une célèbre épître dédicatoire qui justifie l’emploi de la prose dans les pièces comiques. Dans ce premier tome du Théâtre complet, Luigia Zilli  propose l’édition critique des trois premières comédies de Larivey, qui sont des adaptations de pièces italiennes : Le Laquais reprend le Ragazzo (1541) de Lodovico Dolce ; La Vefve, La Vedova (1568) de Niccolò Buonaparte ; Les Esprits, L’Aridosia de Lorenzino de’ Medici. Ces pièces, qui relèvent de la comédie érudite, se caractérisent par leur intrigue complexe, qui fait la part belle aux bons tours, aux déguisements, aux reconnaissances, et qui débouche immanquablement sur une confirmation de l’ordre bourgeois. Rien là qui puisse nous surprendre, si ce n’est, comme le remarque l’éditrice, une tendance au moralisme. Larivey indique par exemple dans le prologue du Fidelle que sa pièce, « enfantée d’un juste desdain, a peut-estre plus d’ennuy et de fascherie que d’allegresse et recreation ».

2L’introduction et les notes soulignent les écarts par rapport aux sources italiennes : Larivey supprime certains personnages, fond plusieurs scènes en une seule, en élimine quelques-unes. L’intention qui préside à ces remaniements est de rendre l’intrigue plus rapide, plus rythmée, plus efficace, en évitant les scènes répétitives ou superflues. D’autres modifications visent à éliminer des plaisanteries anticléricales, à adapter les références géographiques, historiques, culturelles aux réalités françaises : par exemple, il est fait appel à la toponymie parisienne, au contexte des troubles religieux.

3Les personnages des comédies de Larivey sont traditionnels : le jeune homme de bonne famille épris d’une jeune fille honnête et courageuse doit souvent affronter la rivalité d’un barbon amoureux. Il peut compter sur l’aide d’un serviteur ou d’un entremetteur. Rien là d’inhabituel. De fait, le pouvoir de fascination que peuvent exercer les pièces de Larivey tient moins à leur aptitude à nouer et dénouer une intrigue qu’à la cohérence des personnages qu’elles mettent en scène. Or, si les personnages ont des contours si nets, c’est qu’ils se définissent essentiellement par la passion qui les anime. Cela révèle un premier aspect de l’éthique de la comédie : elle est, au même titre que la tragédie, un théâtre des passions. Traduisant E. Bentivoglio, Larivey écrit dans le prologue des Esprits à propos de sa pièce : « j’espere qu’elle vous plaira pour estre toute plaine de variables humeurs, affections, plaisirs et passions » (p. 380). Les agissements de chaque personnage se structurent autour d’une passion. C’est particulièrement clair pour les personnages secondaires : le mauvais père est mû par l’avarice ; le parasite est guidé par la gourmandise ; la maquerelle suscite le désir sexuel ou l’amour. Si la passion qui anime le parasite et celle qu’encourage la maquerelle participent de la santé et de la bonne humeur et sont pour ainsi dire naturelles, les vices du mauvais père sont plus difficilement compréhensible, et peut-être même contre-nature. Dans Les Esprits, le père avare, Severin, prononce une longue tirade dont se souviendra Molière : il pousse l’avarice jusqu’à l’absurde, puisqu’il dit qu’il préfère mourir plutôt que vivre sans son argent. De même, le barbon amoureux, qui est parfois le rival de son propre fils, est ridicule. La comédie est aspiration à un ordre naturel, celui d’une société hiérarchisée où sont respectés les âges de la vie, et les vieillards concupiscents sont raillés pour avoir des passions qui ne sont plus de leur âge : dans La Vefve, le parasite Gourdin déclare qu’« il faut jouer telles trousses (= de tels tours) aux vieillards amoureux, affin qu’ils cognoissent que l’amour se nourrit de jeune chair » (p. 321). Au contraire, les jeunes gens qui se désirent mutuellement écoutent la voix de la nature. L’éthique de la comédie ne s’organise donc pas autour des notions de bien et de mal, mais autour de celles de sagesse et de folie. Il est vrai que la sagesse n’est souvent que la bienséance, un solide bon sens, voire une aptitude à tirer profit de la situation. Dans Le Laquais, la servante Catherine, craignant le retour de son maître et décidée à quitter le logis, s’exclame : « Dict on pas ordinairement que c’est folie quitter un bien qui se présente ? Serois-je pas bien folle m’en aller les mains vuydes veu qu’il y a dequoy les emplir ? » (p. 161) et, dans La Vefve, la courtisane Clemence, qui n’est pas à un larcin près, déclare que « La nature a mis toutes choses en commun affin que chacun print ce qu’il peust » (p. 274). La sagesse s’exprime par des proverbes : un long usage a rendu naturelle la pensée qu’ils condensent, bien différente de la vérité artiste, toujours suspecte, qu’énoncent les citations du pédant.

4Précisément, les pièces de Larivey font une place particulière à ce personnage typique de l’époque, apparu sur la scène italienne en 1533, dans le Marescalco de l’Arétin, et dans la littérature dramatique française en 1543, dans La Comédie du sacrifice traduite par Charles Estienne (voir l’introduction de Luigia Zilli, p. 27). Le personnage caricatural du pédant offre le moyen de railler les travers des humanistes : la prolixité verbale, le mélange du latin et de la langue vernaculaire, les références au classiques, l’intellectualisme, le manque de sens pratique, l’arrogance et la présomption ; Larivey attribue en outre à Lucian dans Le Laquais et à Fidence dans La Constance un désir sodomite. Le pédant est tout entier affectation et artifice : les différents traits de sa personnalité trouvent leur unité dans le refus de la nature et du naturel.

5La présence de ce personnage permet d’aller plus loin dans la définition de l’éthique de la comédie. Le pédant se caractérise par la présomption, avons-nous dit. Il y a là un paradoxe : l’humanisme a fait de la présomption, de ce que Marguerite de Navarre appelle le cuyder, le péché absolu, et c’est précisément le travers que la comédie reproche à cette figure de l’humaniste qu’est le pédant. Elle révèle ainsi la contradiction interne de l’humanisme : par son combat contre la scolastique et par sa morale évangélique, il s’est voulu humble ; par son ambition de connaissance, il a été orgueilleux. Et s’il revient à la comédie de révéler cette contradiction, c’est qu’elle dénonce la démesure sous toutes ses formes.

6Les comédies de Larivey sont sans doute conçues pour être jouées plus que pour être lues. Si le lecteur se perd dans l’imbroglio inextricable de certaines intrigues, il a du moins le plaisir d’entendre quelque chose comme la langue parlée du XVIe siècle, y compris des tournures populaires et des expressions grivoises. Et c’est un grand plaisir. Que Luigia Zilli, qui a su rendre ces textes accessibles et intelligibles, en soit remerciée !

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Pierre de Larivey, Théâtre complet, t. I, Les six premieres Comedies facecieuses (Le Laquais, La Vefve, Les Esprits), éd. crit. de Luigia Zilli », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12876

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org