Navigation – Plan du site

John Bell Henneman, Olivier de Clisson et la société politique française sous les règnes de Charles V et de Charles VI

Vincent Challet
Référence(s) :

John Bell Henneman, Olivier de Clisson et la société politique française sous les règnes de Charles V et de Charles VI, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, 351p.

ISBN 978-2-7535-1430-0

Texte intégral

1Paru en 1996 et seulement traduit en 2011, l’ouvrage de John Bell Henneman est parti d’une interrogation fondamentale : pourquoi donc, dans ses études si complètes de la société politique du royaume de France sous les règnes de Jean II et de Charles V, Raymond Cazelles n’a-t-il jamais évoqué la figure d’Olivier de Clisson ? Sans doute, répond l’auteur parce que ce seigneur breton, dont la devise était « Pour ce qu’il me plest », n’a jamais été membre du conseil royal, ce qui ne justifie pas pour autant qu’on doive nécessairement l’écarter d’une telle analyse. L’intuition de l’auteur est en effet de considérer qu’à côté et en lien avec cette société politique, existe une société militaire qui regroupe « les membres de la noblesse française qui se trouvaient à la tête de cette armée de professionnels salariés qui commençait d’apparaître dans les années 1360 » (p. 22), société dont 70% environ des membres provenaient du nord-ouest du royaume. Mais la montée en puissance de ce groupe militaire s’inscrit sur fond de crise de succession bretonne qui se déclenche à la mort du duc Jean III en 1347. Les Clisson – Amaury III, oncle d’Olivier, et Olivier III, son propre père – se rallient alors à la personne de Jean de Montfort, mais ce ralliement à un prétendant soutenu par l’Angleterre entraîne en 1343 la décapitation pour haute trahison d’Olivier de Clisson dont la veuve, Jeanne de Belleville, n’a dès lors d’autre solution que de se réfugier de l’autre côté de la Manche où elle se remarie en 1349 avec un seigneur anglais, Walter Bentley. Ce n’est qu’en 1354 qu’Olivier de Clisson retrouve les terres de Bretagne pour s’y battre aux côtés des Anglais avec des succès divers : fait prisonnier par Jean de Beaumanoir, il devient ensuite lieutenant des Marches du sud de la Loire pour Édouard III avant de participer à la bataille d’Auray où il perd un œil mais se taille une belle réputation de vaillance militaire. Si ses relations avec les Anglais se tendent rapidement, notamment en raison de problèmes liés à la restitution de terres autrefois possédées par sa mère, Olivier de Clisson n’en participe pas moins sous le commandement du Prince Noir à l’expédition castillane qui se solde par la victoire de Najera en 1367. Toutefois, en 1370, Clisson rompt avec le duc de Bretagne Jean IV et reçoit de Charles V le château de Josselin : il devient dès lors « l’homme du roi en cas d’allégeances antinomiques » (p. 90). Partisan d’une politique défensive et d’évitement face aux chevauchées anglaises, il signe très vite un pacte d’alliance avec Bertrand Du Guesclin qui a pour effet d’installer à la tête de l’armée française un haut commandement bicéphale dont l’efficacité ne se fait pas attendre (reconquête du Poitou en 1372).

2Toutefois, la carrière d’Olivier de Clisson ne prend véritablement son essor qu’en raison de l’arrivée au pouvoir de ceux que l’on a pris pour habitude d’appeler les Marmousets et dont l’auteur est un très bon connaisseur. Jusqu’en 1375 en effet, le conseil royal était dominé par d’anciens conseillers du roi Jean II, dont l’archevêque de Sens, Guillaume de Melun. Ces hommes n’en étaient pas moins confrontés à la montée en puissance d’une société militaire constituée par les nobles entrés au service de Charles V et qui possédaient une indéniable influence sur le gouvernement royal sans pour autant être membres à part entière du conseil. L’entrée au conseil en 1375 de Bureau de la Rivière, Jean de la Grange, Arnaud de Corbie ou encore Enguerrand VII de Coucy ne constitue cependant pas une rupture absolue, ces hommes entourant Charles V depuis de nombreuses années. Elle marque cependant une réorientation de la politique royale et l’un des tournants dans la carrière d’Olivier de Clisson, d’autant que les affaires de Bretagne reviennent alors au premier plan. En décembre 1378 en effet, Charles V fait prononcer un jugement déclarant le duc Jean IV coupable de félonie, parjure et trahison en raison de sa collusion avec les Anglais et décrète en conséquence la confiscation du duché, une décision que l’auteur ne manque pas d’attribuer à l’influence de Clisson sur le roi. Mais ceci provoque en réaction une union de la noblesse bretonne autour de son duc et la mort de Charles V ouvre la voie au compromis que constitue le second traité de Guérande signé en février 1381 et qui prévoit l’annulation de la confiscation du duché et la neutralité de Jean IV dans le conflit franco-anglais. Dans l’intervalle cependant, Clisson a succédé à Bertrand Du Guesclin comme connétable de France et sa position auprès de Charles VI, encore renforcée par la victoire remportée sur les Flamands à Roosebeke, constitue un danger permanent pour Jean IV, ce qui entraîne le coup de force de 1387. En juin de cette même année, le duc convoque une assemblée de la noblesse bretonne à Vannes et y fait arrêter Clisson qu’il n’accepte de relâcher que contre une rançon de 100 000 francs et la promesse de livrer au duc l’ensemble de ses forteresses, ce qui dresse contre le duc une partie de la noblesse bretonne. Mais 1387 est aussi l’année de la rupture de Charles VI avec ses oncles et du retour en force des Marmousets au conseil royal  au cours de ce que l’auteur qualifie de « véritable coup d’État sans incontestable précédent historique » (p. 194). Or, John Bell Henneman montre parfaitement que l’on s’est lourdement trompé sur l’origine sociale de la plupart des membres de ce qu’il faut bien considérer comme une faction politique : nombre d’entre eux en effet appartiennent à la moyenne ou à la haute noblesse, sont originaires du nord-ouest du royaume et ont fait carrière dans l’armée au sein de laquelle ils ont occupé des postes de commandement. Loin d’être des hommes neufs issus de la bourgeoisie financière, ce sont des « nobles occupant des postes élevés dans la hiérarchie militaire [qui] constituaient l’élément prépondérant de ce conseil » (p. 197). Au sein de ce gouvernement, la place occupée par Clisson était rien moins qu’essentielle : « son rare degré de soutien à l’État monarchique, sa riche carrière militaire et ses attaches régionales faisaient de lui le type même de noble que cultivait le gouvernement de Charles V » (p. 198). Le connétable est alors au faîte de sa puissance mais, selon son biographe, son manque de capacités de négociations l’empêcha alors de devenir un homme d’État de premier plan, d’autant que la tentative d’assassinat dont il est l’objet en juin 1392 de la part de son cousin Pierre de Craon marque paradoxalement le début de sa chute politique. Certes, en effet, le connétable bénéficie-t-il dans un premier temps d’un soutien inconditionnel de Charles VI qui prononce le bannissement hors du royaume de Craon et la confiscation de ses biens et décide de lancer, contre vents et marées, une expédition militaire à l’encontre du duc Jean IV soupçonné de complicité. Mais le fameux épisode de la forêt du Mans au cours duquel se révèle la folie de Charles VI s’avère un véritable désastre politique pour Clisson puisqu’il provoque une reprise en main de la personne royale par ses oncles les ducs de Bourgogne et de Berry et, partant, l’exclusion des Marmousets. Olivier de Clisson est alors déchu de son titre de connétable en décembre 1392 et condamné à payer 100 000 francs à la Couronne, payant ainsi le prix politique de l’échec d’une expédition qui était « son » expédition : « pour la première fois depuis 1370, Olivier de Clisson n’était plus une figure essentielle de la société politique française » (p. 235). Son rapprochement avec Louis d’Orléans et surtout la mort de son irréductible ennemi, le duc de Bretagne Jean IV, en 1399 auraient pourtant pu lui offrir un dernier rôle à sa mesure : en 1402, Charles VI le désigne comme régent du duché et tuteur du tout jeune Jean V. Las, dès le mois d’octobre de la même année, c’est le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, bien meilleur diplomate que l’homme de guerre qu’était fondamentalement resté l’ancien connétable, que les États de Bretagne choisirent pour occuper cette fonction. Il ne restait plus alors à Clisson qu’à se retirer progressivement de la scène politique, sa mort intervenant le 23 avril 1407 à l’âge de 71 ans et sa succession révélant une immense fortune que l’auteur estime, pour les seuls biens meubles, supérieure à un million de francs.

3Au final, John Bell Henneman retient à l’actif d’Olivier de Clisson un rôle militaire décisif dans l’adoption d’une stratégie défensive face aux chevauchées anglaises et une influence déterminante dans le règlement des affaires bretonnes : « constituant, auprès du gouvernement royal, la principale source d’informations et de conseils sur la Bretagne, Clisson porte indubitablement la responsabilité des succès et des échecs de la Couronne dans le duché » (p. 294). L’ouvrage est complété d’une très utile liste des chefs militaires utilisés par la royauté française entre 1360 et 1415 et d’une généalogie très complète des Clisson. Au titre des regrets, on relèvera cependant l’usage d’une bibliographie relativement datée qui reflète bien évidemment une certaine ancienneté de l’ouvrage : ainsi les débats historiographiques autour des travaux de Raymond Cazelles et de Guy Bois, et dont l’auteur se fait l’écho dans le premier chapitre, paraissent-ils un peu datés. De même l’une des idées forces du livre, à savoir l’existence d’une société politique et militaire du « nord-ouest » du royaume de France, aurait-elle sans doute mérité de plus longs développements et une véritable démonstration appuyée sur la constitution de réseaux d’alliances – matrimoniales et autres. On signalera aussi que Michel Pintoin ne peut guère être considéré comme « un historien royal », ainsi que l’a parfaitement montré Bernard Guenée. Enfin, il n’est pas sûr que l’historien puisse porter sur son objet d’étude un jugement tel que celui-ci : « Les caractéristiques les plus frappantes de Clisson avaient été sa tendance constante à chercher grief et son inclination, également vive, à l’accumulation de richesses ». La principale réussite de cet ouvrage n’en demeure pas moins ce constant aller-retour entre une biographie et une pénétrante analyse de la société militaire et politique de la seconde moitié du XIVe siècle et notamment de l’action des Marmousets.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « John Bell Henneman, Olivier de Clisson et la société politique française sous les règnes de Charles V et de Charles VI  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12871

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org