Navigation – Plan du site

Claudio Leonardi, Agiografie medievali

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Claudio Leonardi, Agiografie medievali, éd. Antonella Degl’Innocenti et Francesco Santi, Florence, Sismel / Edizioni del Galluzzo (« Millennio Medievale » 89), 2011, 770p.

ISBN 978-88-8450-384-8

Texte intégral

1« Il n’y a pas de sainte femme sans saint homme, tout comme il n’y a pas de saint homme sans sainte femme » (p. 455), aimait rappeler Claudio Leonardi, un des plus grands spécialistes de la littérature hagiographique médiévale. Cet imposant ouvrage recueille une partie des écrits qu’il a consacrés à l’hagiographie et aux figures de sainteté, masculines et féminines, que le médiéviste italien a, tout au long de sa vie, étudiées. Édité par Antonella Degl’Innocenti et Francesco Santi, il réunit en son sein un peu moins d’une cinquantaine d’essais produits de la fin des années 1960 jusqu’en 2007. Il se veut aujourd’hui, après publication, un vibrant hommage à l’immense travail de recherche et de divulgation mené pendant ces dernières décennies par Leonardi sur la littérature latine, l’histoire de la spiritualité et de la sainteté. En effet, si l’ouvrage avait été au départ pensé et élaboré sous le contrôle de Leonardi lui-même, il voit le jour trop tard, car le 21 mai 2010, Claudio Leonardi décède. Né en 1926 à Sacco di Rovereto, près de Trente, il a fréquenté, à Milan, l’université catholique du Sacré Cœur, en obtenant son diplôme de laurea sous la direction d’Ezio Franceschini. Il a poursuivi ses études à Fribourg sous l’égide de Gianfranco Conti, avant de travailler en tant que scriptor à la bibliothèque vaticane. Pendant toute sa carrière, il a œuvré, avec passion et acharnement, à l’étude critique des sources médiévales et de la littérature latine. Il a dirigé les Studi Medievali à Rome de 1970 à 2002 et enseigné, à partir de 1968, dans de nombreuses universités italiennes parmi lesquelles Lecce, Pérouse, Sienne et bien sûr Florence, où il est à l’origine de la création du département d’études sur le Moyen Âge et la Renaissance. Membre d’une multitude de sociétés savantes – Accademia dei Lincei, l’Unione Accademica Nazionale ou encore la British Acadamy –, il a fondé Medioevo Latino, l’indispensable – pour tout médiéviste qui se respecte – répertoire bibliographique, tout comme il fonda la Società internationale per lo studio del Medioevo latino (SISMEL), sise dans la chartreuse du Galluzzo, ainsi que la Fondation Ezio Franceschini.

2L’ensemble des écrits ici réunis laisse transparaître quelques-unes des convictions profondes qu’il a toujours défendues : en premier lieu, la nécessité de posséder une solide et profonde érudition, à condition qu’elle soit mise au service d’une compréhension critique des sources et du sens dont elles sont porteuses, sources qu’il n’a jamais cessé de lire, relire, interroger, analyser en prêtant attention aux apports des nouvelles technologies et en favorisant le dialogue avec les sciences sociales. Mais l’histoire, pour Leonardi, et en particulier l’histoire de la spiritualité et de la sainteté, n’est pas qu’une affaire de textes, c’est aussi une histoire de chair, d’hommes et de femmes d’antan. Dans ses articles, on ressent donc la solidité de son érudition, le plaisir de raconter et l’attention généreuse qu’il porte aux auteurs qu’il étudie. Parmi ceux qu’il affectionna tout particulièrement et que l’on rencontre au fil des pages, il y a Grégoire le Grand, Eginhard, saint Anselme, François d’Assise, Angèle de Foligno ou encore Savonarole et Catherine de Sienne. Sa production scientifique est vertigineuse, tant par la quantité que la variété des sujets traités : à côté des études purement hagiographiques, il a entre autres publié des œuvres sur les conciles œcuméniques, a beaucoup travaillé sur l’histoire du monachisme et sur la prophétie, sans oublier les nombreuses éditions de textes qu’il a dirigées, de la Lettre d’or de Guillaume de Saint-Thierry (Florence, Sansoni, 1983) aux écrits des femmes mystiques italiennes (Scrittrici mistiche italienne, Gênes, Marietti, 1988). La dernière édition dont il est à l’origine est sortie posthume : La letteratura francescana, III, Bonaventura, la perfezione cristiana (Milano, Fondazione L. Valla, A. Mondadori, 2012). Claudio Leonardi a également écrit des ouvrages qui ont fait date, comme Homo Dei. Racconto di un’esperienza mistica, coécrit avec Gianni Baget Bozzo (Florence, Sismel/ Galluzzo, 2001) ou Medioevo latino. La cultura dell’Europa cristiana (Florence, Sismel / Galluzzo, 2004).

3Claudio Leonardi n’est pas seulement un médiéviste et un intellectuel d’exception, un grand érudit et travailleur acharné. Il est aussi un vrai maître. Ses élèves se souviennent en effet d’un professeur exigeant, appliqué, généreux, disponible et affectueux. À sa mort, les hommages se sont naturellement multipliés. Il suffit de parcourir la tabula memorialis présente au début du volume pour prendre la mesure de l’importance qu’il a eue et continue d’avoir dans le paysage institutionnel de la médiévistique internationale. La création de la Claudio Leonardi Fellowship, destinée à soutenir financièrement des recherches post-doctorales, s’inscrit d’ailleurs dans cette reconnaissance sans frontières. Une journée d’étude à sa mémoire a été organisée le samedi 14 mai 2011 à Rovereto par l’Université de Trente et l’Académie degli Agiati di Rovereto (dont il était membre depuis 1963). Le volume Il senso del Medioevo : in memoria di Claudio Leonardi, dirigé par la même Antonella Degl’Innocenti (Florence, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Ezio Franceschini, 2012), en est issu. En France, l’on a aussi voulu lui rendre hommage : ainsi, l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) a organisé une rencontre autour de Claudio Leonardi, le jeudi 12 janvier 2012.

4Claudio Leonardi a contribué à renouveler en profondeur l’étude de la littérature hagiographique. Il a su faire preuve d’innovation en proposant des méthodes de critique textuelle à mêmes de mieux dégager le sens et la raison propres aux différents genres hagiographiques : des vitae aux légendiers, des miracula aux translationes. Sa démarche scientifique est fondée, entre autres, sur l’emploi de nouvelles catégories analytiques comme l’auto-hagiographie, l’hagiographie mystique, la sainteté des femmes et surtout le modèle de perfection. Au cœur des textes qu’il a patiemment étudiés, lus et relus, apparaissent des personnages, saints ou saintes, habités par un profond désir de Dieu et portés par un puissant désir de perfection. Dans ce désir, ce qui est en jeu, ce n’est pas uniquement leur personne. Il produit en effet, rappelle Leonardi, des conséquences sociales voire historiques de première importance. Toujours attentif aux continuités, aux ruptures et aux évolutions au cours du millénaire médiéval, Leonardi a montré que les actions, les paroles et les gestes du saint, formes premières de la mise en communication avec le divin, participent pleinement à une transformation ou conversion de l’être et, par lui, de la société dans laquelle il évolue de son vivant, mais sur laquelle il continue à exercer une influence post mortem.

5De ces convictions, de ces méthodes, de ces résultats, les nombreuses contributions choisies et rassemblées dans ce volume offrent un exceptionnel témoignage, laissant se déployer une dense et fine réflexion sur la sainteté et l’hagiographie qui semble sans frontières chronologiques ni spatiales : la chronologie apprivoisée est en effet extrêmement large, conduisant de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ; et les réalités spatiales fort variées, de l’Angleterre à la France, sans compter l’espace italien qui occupe une place prédominante.

6Trois parties distinctes viennent structurer ce mare magnum. Une première partie est spécifiquement dédiée à des questions d’historiographie de l’hagiographie. Treize importantes contributions révèlent ainsi la pointilleuse réflexion menée par Leonardi sur ces textes, mais également sur les lectures possibles qu’ils ont suscitées. On y trouve notamment l’incontournable article intitulé « Agiographie », publié dans Lo spazio letterario del Medioevo (Rome, 1993) ; une analyse macroscopique des modèles de sainteté entre le Ve et le VIIe siècle ; ou encore de la question du modèle de sainteté mis en avant par les ordres mendiants. Une étude sur les commandes hagiographiques au XIVe siècle achève ce premier volet : Leonardi, en reprenant les travaux d’André Vauchez sur la sainteté, ajoute aux deux univers, officiel et populaire, qui sont à l’origine de la production hagiographique, une nouvelle catégorie qui lie cette dernière à l’univers de la prophétie.

7La deuxième partie du livre comporte aussi treize contributions, qui ont toutes comme objet d’étude la question des expériences de Dieu. C’est un voyage à la rencontre « intime » de nombreux auteurs et figures de référence de la spiritualité médiévale qui nous est proposé : de saint Augustin à Jean Cassien, de Giovanni Gualberto à saint Bruno, de Thomas Becket à Bernard de Clairvaux, de François d’Assise à Thomas de Celano jusqu’à Savonarole. L’étude détaillée de leur parcours de vie et de leurs écrits permet à Leonardi d’approfondir, par exemple, la question, qui lui était si chère, de l’auto-conscience de la personne ou de l’auto-hagiographie.

  • 1  La question des femmes est une problématique, rappelons-le en passant, qui est aussi chère à l’his (...)

8La troisième et dernière partie est dédiée à la sainteté féminine. Intitulée « La sainteté des femmes », elle comprend vingt et un articles au sein desquels, personnage après personnage, se déploie l’histoire de l’hagiographie au féminin, l’histoire des spécificités de leur spiritualité et de leur rapport à Dieu1. On peut ainsi lire ou relire des travaux importants qui ont marqué l’historiographie, comme celui sur la sainteté des femmes publié en 1988 dans le volume dédié aux écrivaines mystiques italiennes ou celui sur la sainteté féminine dans l’histoire du christianisme publié en 1990. Mais l’occasion nous est surtout donnée de nous confronter à des portraits hauts en couleurs de saintes femmes du Moyen Âge, d’aborder leurs écrits ou bien les œuvres dont elles ont été à l’origine et à travers lesquelles se révèle leur spiritualité, leur mystique : Hildegarde de Bingen, Claire d’Assise, Angèle de Foligno, Marguerite Porète, Catherine de Sienne, Francesca Romana, ou encore Domenica da Paradiso et Domenica Lazzeri da Capriana.

9Claudio Leonardi n’a eu de cesse de définir ce qu’est la littérature hagiographique et de proposer des clés de lecture pour comprendre le sens et la fonction de ce type de textes. Ils seraient illisibles, écrit-il, s’ils répondaient uniquement à une volonté de pouvoir ou à une condition sociale déterminée, car ils répondent aussi à un « désir de diversité » par rapport à un pouvoir constitué ou un désir d’éloignement du social. Pour saisir le sens du modèle hagiographique, il faut donc qu’une fine conscience herméneutique coïncide avec de nouvelles démarches historiographiques permettant ainsi de dépasser une lecture qui se limiterait au seul aspect apologétique de cette littérature.

10Lorsqu’on s’aventure dans ce qui s’apparente à une véritable somme, cohérente malgré la diversité des approches, sur l’hagiographie et la sainteté médiévales, le choix éditorial peut dans un premier temps surprendre. En effet, les différentes contributions sont republiées dans leur mise en page et typographie originelles sans qu’aucune modification ou homogénéisation ait été apportée. Après tout, il s’agit là d’une démarche intéressante, puisqu’elle permet d’appréhender chaque texte dans son editing d’origine. On peut ainsi aisément mesurer les changements et les évolutions des pratiques éditoriales en acte depuis les années 1960. Le résultat d’ensemble est donc d’une grande hétérogénéité. Cette dernière toutefois ne se limite pas à l’expérience visuelle proposée au lecteur. La langue italienne prédomine, à part deux exceptions : un article en français (« Bernard de Clairvaux entre mystique et cléricalisation », paru en 1992 dans les actes du colloque de Lyon, Bernard de Clairvaux. Histoire, mentalités, spiritualité) et un article en anglais sur les intellectuels et l’hagiographie au XIVe siècle (« Intellectuals and Hagiography in the Fourteenth Century », publié dans les actes du colloque de Pérouse de 1986, Intellectuals and Writers in Fourteenth-Century Europe). La teneur et la nature des contributions sont aussi très variées : on trouve ainsi des communications publiées dans des actes de colloques, des articles scientifiques publiés dans des revues parmi lesquelles Concilium, Renovatio, Il Santo et Hagiographica, des notices biographiques et des essais parus dans le cadre d’éditions de textes (par exemple sur Chiara d’Assise dans la Letteratura francescana publiée en 2004, ou encore sur Umiltà da Faenza lors de l’édition de ses sermones de 2005). Signalons encore la présence d’un compte rendu (G. Fontanarosa, Lucia Mangano Orsolina, Mascalucia, 1961). Enfin, à côté de textes particulièrement étoffés (par exemple « I modelli dell’agiografia latina dall’epoca antica al Medioevo », pp. 101-142), se trouvent des textes très courts, de quelques pages (« Caterina Vegri e l’obbendienza del diavolo », pp. 643-646) ; à côté de textes publiés avec un apparat critique soutenu sont proposés des textes sans aucune note (« Agiografia e auto-agiografia di Agostino », pp. 265-271 ; « Thomas Becket : il martirio di fronte al potere », pp. 355-374 ; « Santità femminile, santità ecclesiastica », pp. 471-476).

11Une vraie « bible », donc, et cela dans un seul et unique objet. Les éditeurs ont surtout voulu laisser la parole à l’auteur Claudio Leonardi. Cela peut se comprendre. Toutefois, on regrette quand même l’absence d’une vraie introduction – la préface se limitant à une courte page. Les éditeurs auraient ainsi pu – et, à notre avis, dû – évoquer davantage la figure de Claudio Leonardi, son rôle, sa place dans la communauté scientifique et l’historiographie contemporaine. Ils auraient pu d’ailleurs proposer, à la fin de l’ouvrage, une bibliographie exhaustive de sa production scientifique. Ces absences ne gâchent en rien l’appréciation qu’on peut avoir de ce type de démarche éditoriale qui permet de disposer de textes dispersés dans le temps et l’espace en un seul et solide outil de travail et de réflexion. Antonella Degl’Innocenti et Francesco Santi, en réunissant dans un seul ouvrage une partie significative de la production scientifique de Claudio Leonardi sur l’hagiographie, expriment l’espoir de fournir un outil de référence pour le développement des études sur la spiritualité et sur l’hagiographie médiévales. Pari réussi, à condition peut-être de maîtriser un tout petit peu la langue italienne.

Notes

1  La question des femmes est une problématique, rappelons-le en passant, qui est aussi chère à l’historiographie française, comme le démontre un des derniers ouvrages de Jacques Dalarun, Dieu changea de sexe pour ainsi dire. La religion faite femme, XIe-XVe siècle (Fayard, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Claudio Leonardi, Agiografie medievali », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12869

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org