Navigation – Plan du site

De la mer du Nord à la Méditerranée. Francia media. Une région au cœur de l’Europe (c. 840-c. 1050), éd. M. Gaillard, M. Margue, A. Dierkens, H. Pettiau

Marie-Céline Isaïa
Référence(s) :

De la mer du Nord à la Méditerranée. Francia media. Une région au cœur de l’Europe (c. 840-c. 1050), éd. M. Gaillard, M. Margue, A. Dierkens, H. Pettiau, Luxembourg, Publications du CLUDEM, 2011, 600p.

ISBN 2-919979-20-5

Texte intégral

1Deux colloques complémentaires ont eu lieu au début de l’année 2006 autour de la Francia media. Le premier volume de leurs Actes, consacré à l’histoire politique, sociale et économique de cet espace, vient de paraître, peu avant celui qui sera dédié à l’histoire culturelle du même territoire. Ce premier volume est pourtant celui qui semble être le plus délicat à mener à bien, à cause d’un objet de définition problématique sous l’angle politique : comme M. Parisse le rappelle en introduction avec une certaine malice, la Francia media n’existe pas ‒ du moins en tant que royaume : quand les sources du IXe siècle parlent de ce « milieu de la Francie », c’est pour désigner un espace défini par défaut, ce qui reste de territoire franc quand on a isolé la Neustrie, la Bourgogne et l’Aquitaine. Étirée de la Frise à l’Italie, la Francia media n’est plus jamais placée sous l’autorité d’un souverain unique après la mort de l’empereur (855) ; elle n’englobe même pas à proprement parler des terres franques, ce qui pose d’infinis problèmes de terminologie ‒ comment appeler l’Italie une « Francie » ? demande par exemple J.-L. Kupper (« La part de l’empereur Lothaire Ier », p. 11-39). Faut-il en parler comme d’un espace homogène, alors qu’elle est traversée du nord au sud par une frontière linguistique bien nette (W. Haubrichs, « La structuration linguistique de l’espace : du bilinguisme à l’émergence des frontières », p. 41-68, avec la carte 7 p. 65) ? De plus, dès qu’elle est divisée et délimitée par des frontières explicites, Meuse, Escaut, Saône et Rhône, la part attribuée à Lothaire II (855-869) ne s’appelle pas « médiane » mais « Lotharingie ». Et même alors, cette Francie médiane résiduelle n’est qu’un royaume éphémère ou, pour reprendre les termes de S. Airlie, « un royaume sans réalité », né par hasard et rayé de la carte par la volonté divine (S. Airlie, « Unreal Kingdom : Francia Media under the shadow of Lothar II », p. 339-356) : S. Airlie doute que cet espace ait jamais pu construire d’identité commune, affaibli et comme empoisonné par l’affaire du divorce de Lothaire II. L’auteur démontre que les évêques de ce royaume ne sont en aucun cas les agents dociles de la politique royale ; il récuse donc le terme de Teilreichsepiskopat. Or l’aristocratie laïque n’est pas plus attachée à la grandeur d’une Lotharingie triomphante : les fidèles de Lothaire II ont au contraire de nombreuses occasions de mesurer ce qui sépare leur royaume rétréci des royaumes voisins dominants, Francie de Charles le Chauve ou Francie de Louis le Germanique. Hugues enfin, fils de Lothaire II, n’a eu aucune chance réelle d’hériter du royaume paternel, qui n’avait ni consistance, ni unité. « Lothaire II n’a pas fondé la Lotharingie », la conclusion de S. Airlie (p. 356), pour tranchée qu’elle soit, n’est guère démentie pour le IXe siècle par les autres conclusions. D’ailleurs, ce n’est pas sous Lothaire II mais après lui que le terme de Lotharingie s’est imposé, faute de mieux, comme un souvenir plus que comme un projet (H-W. Goetz, « L’espace politico-géographique de la Francia media », p. 111-129). M. Margue va plus loin encore en demandant s’il ne conviendrait pas de retirer la Lotharingie à la Francie médiane « qui n’existe plus, du moins dans sa conception institutionnelle [au moment où naît la Lotharingie] », pour mieux les distinguer (« Entre France et Germanie, les identités lotharingiennes en question(s) », p. 395-427, ici p. 396), même si c’est pour conclure par la négative. On le voit, ce n’est pas par goût stérile du paradoxe ou d’une façon seulement rhétorique qu’A. Dierkens pose jusqu’en conclusion du volume la question « Qu’est-ce que la Francia media ? », p. 511-516.

2Tout le volume a approfondi cette question, si bien que les contributions réunies constituent non seulement un bilan des connaissances sur le centre de l’empire carolingien du IXe au XIsiècle, mais bien une sorte d’enquête modèle sur ce que peuvent signifier alors les notions d’« identité », de frontières et d’espace politique – pour une période définie par la lente territorialisation des pouvoirs, c’est une question d’une importance cruciale.

3La Terre du milieu

4Francia media alors ? La définition de travail adoptée par les coordinateurs du projet est la suivante : on appellera Francia media – « Middle Kingdom » dit E. Screen p. 255 et suivantes ‒ le royaume attribué à Lothaire Ier en 843, parce que ce quasi-néologisme permet d’offrir au royaume du milieu un nom qui lui redonne toute son importance entre la Francia occidentalis et la Francia orientalis. Le partage de Verdun est donc l’acte de naissance de la Francia media. J. Nelson consacre à ce fameux partage une étude exemplaire (« Le partage de Verdun », p. 241-254) : après avoir rappelé que bien des causes (économiques, politiques, sociologiques, historiques...) se conjuguent pour expliquer les contours des royaumes qui ont alors été dessinés, elle souligne que les grands n’ont pas procédé à Verdun à une tâche inhabituelle – leur gestion quotidienne des terres repose au contraire sur leur pratique des inventaires fonciers, la maîtrise du vocabulaire technique qu’elle impose (sur ce thème, la brève lecture de l’évangéliaire vernaculaire d’Otfrid de Weissenburg est lumineuse, p. 249) et sur leur expérience qu’un partage bien fait est source de paix. J. Nelson propose donc d’inverser le lien de causalité généralement retenu – Louis le Pieux avait trois fils, donc Verdun a créé trois royaumes – pour tenir compte du désir profond des élites carolingiennes de fonder une confraternitas sur des bases saines : il existait trois royaumes historiques déjà attribués (Aquitaine, Bavière, Italie) et trois ensembles de biens fiscaux indépendants ; donc il était plus simple, plus constructif, plus sûr, de privilégier trois héritiers, d’exclure de son trône Pépin II, pourtant roi, et de conserver les droits du roi vaincu, Lothaire Ier... Ce n’est pas une question de légitimité personnelle, mais de stabilité géopolitique. Pour connaître le destin de la Francia media, ce n’est donc pas tant le règne de Lothaire II qui importerait, mais celui de son père Lothaire, qui fait l’objet de l’étude d’E. Screen (« Lothar I : the man and his entourage », p. 255-274). Après un tableau « statique » (p. 268) de l’entourage de l’empereur, où ressort surtout la figure d’Ermengarde son épouse, E. Screen décrit finement l’évolution des années 852-853, qui voient grandir l’influence des évêques Agilmar de Vienne et Remi de Lyon au détriment de quelques grands laïcs, dont Gérard de Vienne. Lothaire Ier aurait opéré, comme Charles le Chauve dans les mêmes circonstances, un rééquilibrage des pouvoirs locaux au profit de ses évêques les plus fidèles (confirmation en ce sens dans la communication de W. Hartmann) ; il regarde aussi davantage vers le sud, vers l’Italie et Rome. Du point de vue de la définition concrète de sa « Terre du milieu », l’enquête n’autorise aucune conclusion arrêtée : les réseaux de Lothaire dépassent les frontières de son royaume, dans la vallée du Rhin par exemple ; il gouverne comme Charlemagne et Louis le Pieux avant lui, avec toute la christianitas pour horizon. Th. Bauer parvient au même constat via une enquête passionnante sur les dizaines de rencontres attestées entre les rois carolingiens de 843 à 870 (« Die Francia Media, ein Land der Begegnung », p. 357-380, à lire en parallèle avec W. Hartmann, « Das Reich Lothars II. Zwischen Karl dem Kahlen und Ludwig dem Deutschen », p. 275-300, qui commente les sept accords conclus lors de ces entrevues) : la Francia media existe bien alors comme « terre de rencontres », lieu nécessaire des entrevues, série discontinue de palais et de monastères donc (Thionville, Attigny, Quierzy, Remiremont, Meersen, Orbe, Gondreville, Andernach, Coblence, Savonnières, Metz…) plus qu’espace délimité. Mais « la terre des rencontres » y gagne surtout de devenir très vite « le lieu des déchirements » (« Land des Bruches », p. 376).

5Une Communauté Économique ?

6Si les douze années du règne de Lothaire Ier n’ont donc pas suffi à faire naître la Francia media, peut-on trouver des structures socio-économiques comparables qui feraient l’originalité de cet espace ? De fait, la circulation monétaire atteste l’existence d’un commerce dynamique articulé autour de « bourgs relais », avec des échanges cantonnés à l’espace régional (O. Bruand, « Les centres économiques locaux dans l’espace lotharingien », p. 83-110, avec carte p. 109) ; mais on ne saurait dire qu’il s’agit là d’un trait propre à la Francie médiane ! St. Lebecq montre quant à lui d’une façon limpide que l’intégration de l’espace médian dans un réseau commercial traditionnellement très dynamique ne peut plus faire l’unité de l’espace considéré après 863, du fait du rapide déclin du port de Dorestad et avant l’éveil des ports mosan et scaldien au XIsiècle (« L’homme, la mer et la voie d’eau. Les systèmes de communication nautiques dans l’espace lotharingien (IXsiècle-début XIsiècle) », p. 69-82) : il confirme l’impression de S. Airlie que les élites lotharingiennes ne pouvaient guère compter sur leurs rois pour redistribuer des richesses nombreuses, plutôt attribuées volens nolens aux chefs scandinaves. E. Peytremann observe enfin la même prudence : l’archéologie des habitats ruraux ne met en évidence en Francia media aucune homogénéité, avec quatre espaces bien différenciés, nord, est, Provence rhodanienne et Italie (figure 1, p. 170), où ni les techniques de construction, ni l’agencement du bâti ne sont comparables (« De la mer du Nord au nord de l’Italie : un habitat rural diversifié (850-1050) », p. 151-174). Le déterminisme climatique joue son rôle : les grandes maisons-étables du nord évoquent une économie d’élevage bovin, c’est entendu. Mais des facteurs socio-politiques compliquent l’analyse : la concentration des structures d’exploitation et d’habitat en Provence et Italie évoque directement une planification appelée ici seigneuriale, qu’ignorent le nord et l’est. Le seul trait propre à l’espace médian, et il est de taille, serait l’absence manifeste de toute coordination entre habitat et lieux sacrés : il n’y a ni église, ni cimetière (mais des inhumations sans plan bien sûr) pour polariser les constructions.

7Matrice de royaumes post-carolingiens

8Le plus étonnant dans la communication d’E. Peytremann est de voir coïncider les types d’habitats et les divisions politiques qui déchirent la Francia media dès la fin du IXsiècle. Car l’un des traits remarquables de cet espace est d’avoir vu naître tous les royaumes de l’empire qui échappent aux Carolingiens, Provence, Bourgogne et Italie. Les études régionales sont inévitables : Ch. Lauranson-Rosaz (« Francia Occidentalis et Francia media au deuxième âge carolingien », p. 315-338) privilégie l’histoire du royaume de Bourgogne-Provence et de ses relations avec le royaume de l’ouest, tandis que J.-L. Kupper (« La part de l’empereur Lothaire Ier : aspects politiques, institutionnels et religieux (843-1056) », p. 11-39) retrace surtout l’histoire de la Lotharingie stricto sensu et adopte le point de vue complémentaire de l’intégration de la Francia media dans le royaume ottonien. En conclusion de la deuxième partie, trois études sur l’Italie (F. Bougard, p. 487-510), la Provence (F. Mazel, p. 453-486) et la Bourgogne rodolphienne (L. Ripart, p. 429-452) achèvent de souligner l’hétérogénéité politique de cette Francie centrale. L’Italie s’en est détachée au gré de choix ponctuels plus que pour des raisons structurelles : alors qu’il avait réclamé en 863 sa part de la Provence, Louis II d’Italie préfère ensuite consacrer ses efforts à l’expansion vers le sud (869) ; Otton Ier pour sa part favorise les liens de son nouveau royaume d’Italie avec la Bavière (création de la marche de Vérone en 952). Les rois de Provence sont donc les seuls, dans le premier Xe siècle, à maintenir l’unité carolingienne du royaume transalpin. Toutes ces études, qu’elles pointent la fragilité initiale de la Francie médiane ou fassent la part belle aux hasards pour expliquer sa dislocation, s’accordent à souligner le rôle des élites aristocratiques locales dans son éclatement. Les élites lotharingiennes s’isolent du reste de la Francia par leurs revendications identitaires selon M. Margue (p. 395-427 ; même constat chez Th. Bauer) ; mais cette différence construite est-elle plutôt affichée ou réellement ressentie ? Quand il étudie la carrière d’Haganon, Ph. Depreux remarque qu’il n’a pas été stigmatisé comme « lotharingien » mais comme un nouveau-venu (Ph. Depreux, « Le comte Haganon », p. 381-393). Allié des Matfrid, Haganon souffrirait comme eux du déclin de son influence politique en Lotharingie après 896 ; il serait venu chercher auprès de Charles le Simple un contexte plus favorable, profitant de liens de proximité avec la reine Frérone et son entourage. Le favori de Charles le Simple n’est donc pas un homo novus et l’hostilité de Robert à son égard ne vise pas son origine, sociale ou géographique, mais son pouvoir. L’approche en termes de gender studies apporte sa confirmation : M. Gaillard montre que les élites féminines, parce qu’on veut leur faire jouer le rôle de traits d’union entre les rois des différents espaces, sont plus encore que les hommes portées à regarder au-delà des frontières de la Francia media – frontières déjà incertaines et qu’elles contribuent à effacer (« Du pouvoir des femmes en Francia media : épouses et filles des souverains (ca. 850-ca. 950) », p. 301-314). Les grands enfin ne construisent pas ici plus qu’ailleurs de fortifications privées précoces : les très nombreuses sources écrites qui parlent de châteaux et que M. de Waha recense, décrivent des points d’appui que la puissance publique entretient, fortifie et confie à des comtes, pas une castralisation brutale que les Hongrois auraient inspirée (« Oppida quaedam ipsorum novitia : des fortifications lotharingiennes », p. 207-240).

9Perspectives

10Le volume est loin de s’en tenir à ces réflexions prudentes sur l’existence fragile d'une Francia fantôme : il propose des exposés novateurs, des synthèses sur des points importants de l’histoire carolingienne. Charles West tout d’abord reprend avec une grande clarté la question des divisions de l’empire (Ch. West, « Principautés et territoires : comtes et comtés », p. 131-150). Il met en évidence que le pagus n’existe pas comme espace géographique clos, encore moins comme le territoire qu’administre un comte ; c’est un espace vécu, une « région socio-géographique » (p. 138) que créent des solidarités vivantes, donc mouvantes. Avec les années 900-950, le comitatus vient se substituer à ce pagus comme point de repère, puis s’impose au XIe siècle comme ensemble délimité de terres et de droits. Le processus de transformation politique que traduit ce changement de vocabulaire est décrit comme un mouvement d’habillage – l’homme qui domine un pagus est appelé « comte » par les rois ‒ puis de « désenracinement » (p. 148) – le comté acquiert une existence indépendante du jeu de la domination sociale ‒ puis de « réification » : les contemporains ont appris à croire que le comitatus existe en soi, comme une chose (une propriété, des droits, des biens transmissibles...) et plus comme une relation entre personnes. Ce volume contient enfin une enquête admirable de J.-P. Devroey sur trois propriétés de Prüm, connues par le polyptyque de 893, Villance, Mabompré et Tavigny (« La hiérarchisation des pôles habités et l’espace rural. Autour des possessions de l’abbaye de Prüm en Ardenne belge », p. 175-206). On en retiendra la proposition de remplacer le mythe du « grand domaine classique » par la typologie suivante, seigneurie de finage (terroirs d’origine publique dont les revenus profitent à un chef unique), seigneurie familière (dépendances et revenus profitent à toute une familia) et groupement domanial quand une terre domine toute une nébuleuse de terres, droits et revenus dispersés.

11Il ne reste qu’à encourager les éditeurs à publier au plus vite le deuxième volume de cette enquête subtile.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Céline Isaïa, « De la mer du Nord à la Méditerranée. Francia media. Une région au cœur de l’Europe (c. 840-c. 1050), éd. M. Gaillard, M. Margue, A. Dierkens, H. Pettiau », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12864

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org