Navigation – Plan du site
Varia

Trois fragments peu connus du Roman de Troie en prose

Malibu, The J. Paul Getty Museum, Ms. Ludwig XIII 3. Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, Divers 4. Tours, Bibliothèque municipale, ms. 1850
Luca Barbieri
p. 335-375

Résumés

Ces fragments de la cinquième version en prose du Roman de Troie offrent un texte assez proche de l’original et, malgré leurs différences chronologiques et typologiques, dépendent d’un modèle commun, qui remet en cause nos connaissances sur la tradition manuscrite de Prose 5.
Cette partie de la tradition, que nous pouvons mieux connaître grâce au texte des fragments, témoigne du succès immédiat et prolongé de Prose 5 et de son emploi à l’intérieur de projets textuels différents par rapport à son emplacement originale au sein de l’Histoire ancienne jusqu’à César.
L’analyse des enluminures et des décorations des fragments montre que ces manuscrits ont probablement été réalisés dans les ateliers les plus prestigieux, liés de manière directe ou indirecte à la cour royale, entre la fin du XIVe siècle et la deuxième moitié du XVe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de nos études sur les diverses versions en prose du Roman de Troie, et en particulier lors de la recension de la tradition manuscrite de Prose 5, notre attention a été retenue par trois manuscrits fragmentaires dont le texte n’avait pas été étudié de manière approfondie. Leur position à l’intérieur de la tradition manuscrite du Roman de Troie en prose était par conséquent floue et incertaine.

2Le fragment de Porrentruy, à l’exception d’une expertise de Marc-René Jung, demeure à peu près inconnu et aucune étude sur le Roman de Troie en prose n’en fait mention. Les fragments de Malibu et de Tours se distinguent, en plus de leur nature textuelle quelque peu hybride, par la présence d’enluminures d’excellente facture qui n’ont pas manqué de susciter l’intérêt de quelques historiens de l’art ; la nature de leur contribution à la diffusion d’un texte important pour l’histoire culturelle de la fin du moyen âge français reste cependant à définir. C’est donc le point de départ d’une recherche codicologique, philologique et historico-culturelle sur ces trois fragments dont nous souhaitons présenter ici les résultats.

Le fragment de Malibu

3Le John Paul Getty Museum de Malibu a acheté en 1983 la collection de manuscrits des allemands Peter et Irene Ludwig, conservée jusque-là au Schnütgen-Museum de Cologne. Le manuscrit XIII 3 de la collection Ludwig (désigné dorénavant par le sigle M) est constitué de six feuillets en parchemin de 383×298 mm, avec réglure à la mine de plomb, pour une justification de 250×190 mm distribuée sur deux colonnes de 85 mm et 42 lignes. Les six feuillets, qui portent une numérotation ancienne à l’encre rouge au centre de la marge supérieure, sont apparemment tirés d’un exemplaire de la première rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César (composée entre 1208 et 1213). La première carte, numérotée .j. (1), constitue le début de l’œuvre et présente une grande enluminure qui occupe les trois quarts de la page, divisée en quatre parties qui représentent des scènes de la Création ; ce feuillet porte la marque d’un ancien propriétaire, le célèbre bibliophile Antoine Moriau (1699-1759), procureur du roi de France et de la ville de Paris. Le deuxième feuillet, numéroté .viii. (8), contient un extrait de la section I de l’Histoire ancienne ; les trois quarts de la première colonne du recto sont occupés par l’image de la construction de la tour de Babel. Le troisième, numéroté .iiiixx. (et) .iiii. (84), raconte dans le recto l’histoire de la jeunesse et du jugement de Pâris, dans le verso le début de la seconde destruction de Troie (section V). Le quatrième, numéroté .C. (et) .xvi. (116), contient un extrait de la section VII ; le premier quart du recto est occupé par une enluminure, sur toute la largeur de la page, qui représente Faustulus retrouvant Romulus et Rémus près du Tibre. Le cinquième, numéroté .Clii. (152) contient, dans la partie supérieure de la première colonne du recto, une petite enluminure qui représente le jeune Alexandre le Grand avec son cheval Bucéphale (section IX). Le sixième, numéroté .Ciiiixx. (et) .xiiii. (194), contient dans la partie supérieure de la première colonne du recto une petite enluminure qui représente la traversée d’Annibal vers l’Espagne (section X).

  • 1  Les références bibliographiques concernant la personnalité et l’œuvre de cet artiste seront donnée (...)

4De toute évidence, les six feuillets ont été épargnés à cause des jolies enluminures à la détrempe sur dessin à l’encre qui les ornent, attribuées au Premier Maître de la Bible historiale de Jean de Berry1.

  • 2 M.-R. Jung, La légende de Troie en France au moyen âge. Analyse des versions françaises et bibliogr (...)
  • 3  Les interpolations sont concentrées dans la première partie de la section troyenne : les mss. L, N (...)

5Le troisième feuillet est celui qui nous intéresse de près, car extrait de la section troyenne de l’Histoire ancienne. Marc-René Jung2 avait déjà remarqué que le texte du fragment troyen ne correspondait pas à la traduction de Darès typique de la première rédaction de la compilation, mais plutôt à la longue version en prose du Roman de Troie qui caractérise la deuxième rédaction. Il avait également déduit, en faisant une estimation du nombre des pages, que le manuscrit auquel ce fragment appartenait ne pouvait contenir en entier la version en prose du Roman de Troie, mais plutôt la traduction de Darès avec des interpolations tirées de Prose 5. Nous connaissons trois autres exemplaires de cette version interpolée de la première rédaction de l’Histoire ancienne : Londres, British Library, Additional 25884 (L) ; New York, Pierpont Morgan Library, M. 516 (N) ; Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 250 (Pa). À ces manuscrits, il faudrait ajouter l’ancien manuscrit Rosenthal 82/3 (Ro), conservé aujourd’hui dans une collection privée ; ce manuscrit a le même contenu et le même apparat iconographique que les autres, mais nous ne savons pas s’il contient également les interpolations de Prose 53. Ce groupe de manuscrits représente une famille particulière de la tradition de Prose 5, dont personne n’a encore étudié la qualité du texte. Si l’on prend comme référence le texte du manuscrit de Londres, British Library, Royal 20.D.I (R), qui est le témoin le plus ancien de Prose 5 et aussi le plus proche de l’original, on peut constater que les quatre manuscrits qui nous intéressent présentent des caractéristiques communes qui les distinguent du reste de la tradition. Non seulement ils ont manifestement le même apparat iconographique et présentent la même structure textuelle avec les interpolations de Prose 5 au début de la section troyenne, mais de plus ils partagent quelques leçons particulières.

Il estoit preus et hons de bel grant et de belle taille, ne trop grans ne trop petis, fors et fiers et de belle taille (R)] fors et fiers om. LMNPa

et li arupice meismes li distrent (R)] et ilz lui dirent MN, et lors lui dist LPa

6Cette parenté est confirmée par les leçons communes des mss. LNPa dans la partie qui ne se lit pas dans le fragment de Malibu, auxquelles il faut ajouter un certain nombre d’omissions que nous n’indiquons pas par souci de brièveté :

vertueus] fort et aidable LNPa ; alerent] errerent LNPa ; le viaire du mouton] le mouton ou visage LNPa ; entra] se mist LNPa ; fu Nexus] que il ot ce dit fu LNPa

7D’autres leçons permettent de séparer ce groupe de témoins en deux couples LPa et MN. Je me limite dans ce cas à signaler les variantes les plus significatives ou évidemment fautives :

Et tantost que il’out vestue li prist si grant chaleur que il ne pout durer, et pour issir de grant chaleur entra il en plus grant, car il entra en une fournaise ardant et se ardi il meismes pour la grant douleur de l’ardeur que il sentoit, et ensi fini sa vie] et tantost que il’out vestue entra en moult grant ardeur et pour yssir d’icelle se mist en greigneur car il se bouta en une fornaise ardant ou il fu tout ars et ainsi fina sa vie MN

si pensa bien en son cuer que segnefioit cel songe, et li arupice meismes li distrent] si pensa bien en son cuer que signifiot le songe toutesuoies fist il assembler les sages hommes de son royaume puis leur compta le songe et leur pria quilz lui deissent que ce povoit estre et ilz lui dirent MN

que elle occisist l’enfant que elle avoit el cors] que quant l’enfant qu’elle avoit ou corps seroit nez qu’elle l’oceist MN

ce fu la premiere racine et le premier commencement de haine entre Gregios et Troien] ce fu la premiere semance de la male aventure et de la haine et de la discorde des Gregois et de ceulx de Troie LPa, ce fu la premiere semence de la hayne des Gregois et de ceulx de Troyes N

des quels li uns out nom Gomer. Cestui Gomer out .iij. filz des quels li uns out a nom Frigus] Gomer...nom om. LPa

en nulle maniere ne pooit veoir] en nulle maniere ne povoir ne veoit LPa

8De plus, l’incipit de la section troyenne dans les mss. LPa est complètement indépendant par rapport au reste de la tradition :

Au temps que cil estoient, estoit Laomendon nouvellement roy a Troie, qui encore n’estoit mie de si grant renom comme elle fut depuis. Cil Laomedon n’estora pas premierement Troie, ains y habita premiers Friga, qui fut de la lignie le fil Frigie et de son nom ot premierement nom Frige. A cestui commença la premiere habitacion de la terre et de la cité qui puis fu appellee Troie. Et puis y regna de celle mesmes Dardanus et puis Critonius...

9Nous pouvons donc faire remonter ce groupe de manuscrits à un antécédent commun μ, à travers des intermédiaires ν et λ, selon le schéma suivant :

  • 4  Voir la n. 12.

10La mise en page, la graphie et l’iconographie de ces témoins montrent qu’il s’agit de manuscrits composés vers la fin du XIVe siècle, peut-être dans un même atelier, comme nous essayerons de le montrer ci-après. Le manuscrit Ro, d’après les images photographiques dont nous pouvons disposer par les reproductions contenues dans l’ouvrage de D. Oltrogge4, possède les mêmes caractéristiques codicologiques que les quatre autres témoins.

Les enluminures du fragment de Malibu

  • 5  Informations sur la décoration de ce manuscrit dans la fiche informatique du Getty Museum (www.get (...)
  • 6  Ce livre est enregistré dans l’inventaire de 1402 de la Bibliothèque royale (J. Guiffrey, Inventai (...)
  • 7  Le peintre principal de la Bible historiale de Jean de Berry est le Maître du Couronnement de la V (...)

11Les enluminures du fragment de Malibu sont l’œuvre d’un artiste qui s’insère dans la phase de transition entre le style français de l’époque de Charles V et les influences flamandes typiques du début du XVe siècle5. Il s’agit de dessins à l’encre délicatement coloriés à la détrempe, mais de toute évidence la qualité des dessins est bien meilleure que celle de la décoration en couleurs. La convergence des indices stylistiques du peintre et de l’analyse paléographique et textuelle permettent de situer la confection du manuscrit, dont les fragments qui nous occupent faisaient partie, dans les dernières années du XIVe siècle. L’artiste en question a été identifié avec le Premier Maître de la Bible historiale de Jean de Berry, le frère cadet bibliophile de Charles V. Il doit son nom à la Bible historiale conservée à la Bibliothèque nationale de France (Paris, BnF, fr. 159, composée avant 1402)6, dont il aurait décoré les fol. 3-8 et 260-2647. Le Premier Maître de la Bible historiale de Jean de Berry a été successivement identifié avec un autre artiste appelé Maître des Heures de Johannete Ravenelle, qui doit son nom à un livre d’Heures réalisé entre 1400 et 1405 pour une Johannete Ravenelle dont nous ne savons pas grand-chose, mais dont le nom est indiqué de manière explicite dans le manuscrit. Ce codex est conservé à Uppsala en Suède (Universitetsbibliotek, ms. C517e).

  • 8  A. Komada a proposé une identification dans sa thèse de doctorat (A. Komada, Les illustrations de (...)
  • 9  Voir E. Lindqvist Sandgren, op. cit., p. 45-47 et surtout la table de p. 47, qui tient compte des (...)
  • 10  L. M. C. Randall, Medieval and Renaissance Manuscripts in the Walters Art Gallery, I, France, 875- (...)
  • 11  D. Oltrogge, op. cit,p. 34-35; E. Lindqvist Sandgren, op. cit., p. 45-47.
  • 12  D. Oltrogge, op. cit., p. 326 et images 67 et 69.

12L’activité de cet artiste à la double identité, dont on ne connait pas de données historiques sûres8, est bien attestée entre les dernières décennies du XIVe et le début du XVe siècle. Parmi les œuvres qui lui sont attribuées9, les plus importantes sont deux autres exemplaires de la Bible historiale (Londres, BL, Harley 4381-4382, composé vers 1403-1404, et Baltimore, Walters Art Museum, W 125-126, composé entre 1380 et 1400 et donné à Jean Harpedenne par le duc de Berry). Lilian Randall10 attribue au Maître de Johannete Ravenelle la responsabilité des enluminures de la « main B » de la Bible du Walters Art Museum, tandis que la « main A » serait celle de Perrin Remiet, un artiste dont le nom est bien connu dans la tradition de Prose 5 et de la deuxième rédaction de l’Histoire ancienne, sur lequel nous reviendrons plus tard. Selon L. Randall, les deux peintres sont contemporains, ont un style et des caractéristiques très proches et travaillent pour les mêmes clients et sur les mêmes manuscrits, au point qu’il est parfois malaisé de les distinguer. Selon D. Oltrogge, M. Camille et E. Lindqvist Sandgren11, le Maître de Johannete Ravenelle serait également le responsable des enluminures du ms. L, ayant appartenu à la duchesse de Berry, femme du bibliophile Jean. D. Oltrogge suggère aussi une possible identité avec la main de l’artiste qui a orné l’ancien manuscrit Rosenthal, dont la localisation actuelle est inconnue ; elle appuie sa thèse sur l’examen de quelques rares clichés photographiques du ms. Rosenthal12, dans lesquels on voit entre autre une tour de Babel pratiquement identique à celle du deuxième feuillet du fragment de Malibu.

  • 13  Voir par exemple encore une fois D. Oltrogge, op. cit., p. 33-35.

13L’examen des mss. L, M, N, Pa et Ro a conduit les savants à constater les affinités de style, de format, de graphie et surtout d’iconographie, et leur a permis d’avancer l’hypothèse de leur provenance d’un même atelier, probablement parisien, spécialisé dans la production de manuscrits de luxe et très raffinés quant à la décoration13. Cet atelier serait lié ou en tous les cas très proche de la cour royale, puisqu’il peut compter parmi ses clients habituels des personnages comme le duc et la duchesse de Berry.

  • 14  Pour la reconstruction de l’histoire du ms. R, témoin le plus ancien et le plus important de la de (...)
  • 15  Il s’agit du ms. Chantilly, Musée Condé, 727 (XIX C 6), qui offre une variante particulière de la (...)

14Dans le contexte de la tradition de Prose 5, ces témoins contemporains (fin du XIVe siècle) remontent évidemment à un même modèle qui devait présenter, d’après ce qu’on peut constater dans le cas des insertions tirées de Prose 5, un texte très correct et très proche du manuscrit le plus ancien de la deuxième rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César14. Le témoin de Prose 5 qui est à la base de cette tradition serait certainement la copie française la plus ancienne que nous pouvons reconstruire, car à l’exception du manuscrit de Chantilly, qui pourrait dater des toutes dernières années du XIVe siècle15, les autres témoins ont été composés dans les XVe et XVIe siècles.

Perrin Remiet, le Maître de la Mort et le Maître d’Orose

15Nous avons évoqué la collaboration du Maître des Heures de Johannete Ravenelle et de Perrin Remiet dans la décoration de la Bible historiale du Walters Art Museum de Baltimore et nous avons rappelé que, selon les experts, le style des deux artistes est tellement proche qu’on risque souvent de les confondre.

  • 16  Il y a par exemple une contradiction évidente entre l’indication secont cayer et le fait qu’il s’a (...)
  • 17  Il est incontestable que, bien que recadré selon la mode en vigueur à Paris entre le XIVe et le XV(...)
  • 18  En effet, F. Avril reconnaît la main plus archaïsante de l’artiste principal du ms. Pr dans les fo (...)
  • 19  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art.cit., p. 304 et R. H. Rouse, M. A. Rouse, Illiterati e (...)
  • 20  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 308.
  • 21  Voir M. Meiss, French painting in the time of Jean de Berry, The Limbourgs and their contemporarie (...)
  • 22  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 307 n. 2 ; A. D. Hedeman, The Royal Image : (...)
  • 23  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 305 n. 2.

16Le nom de Perrin Remiet est familier à ceux qui connaissent la tradition manuscrite de Prose 5, puisqu’il se trouve dans une note marginale du ms. R. Dans la marge inférieure du fol. 8v, feuillet final du premier cahier, on lit une indication à l’encre brune, écrite en petites lettres au trait fin et cursif : Ci faut le secont cayer que maistre Renaut doit avoir, qui fut baillé a Perrin Remiet pour faire l’enlumineure de l’autre cayer. Une identification de cette copie du ms. R a été proposée par François Avril dans un bel article sur les manuscrits napolitains de Charles V, qui peut être considéré à bon droit comme le point de départ des travaux critiques sur la figure de Perrin Remiet. Sans entrer dans les détails des discussions que cette indication a déclenchées16, nous nous bornons à dire qu’elle s’est référée au ms. Paris, BnF, fr. 301 (Pr), qui a toujours été considéré comme une copie directe du ms. R, au moins d’un point de vue iconographique17. Ce serait donc le manuscrit décoré par le travail artistique de Perrin Remiet auquel se réfère la note marginale du manuscrit Royal, et particulièrement le premier cahier18. À partir de ces éléments, François Avril identifie le personnage appelé Renaut avec le libraire Regnaut de Montet, fournisseur habituel du duc de Berry, bien connu dans le Paris du début du XVe siècle19. L’identification de Perrin Remiet est confirmée par Avril grâce à une deuxième note marginale contenue dans le ms. Paris, BnF, fr. 823, composé vers 1393, contenant une copie des Pèlerinages de Guillaume de Deguileville. Au fol. 18v, dans la marge à côté d’un emplacement vide de 6 lignes évidemment destiné à accueillir une vignette, on lit l’indication suivante : Remiet, ne faites rien(s) cy, car je y ferai une figure qui y doit estre. Malheureusement, aucun rapport ne peut être établi entre l’enlumineur du cahier en question du ms. BnF fr. 823 et un des artistes du ms. Pr, mais Avril est sûr de pouvoir reconnaître dans les enluminures des fol. 95 et 102v du ms. BnF fr. 823 la même main que celle de l’artiste principal du ms. Pr, qui pourrait donc être identifié avec Perrin Remiet20. L’artiste secondaire du ms. Pr est appelé par Avril le « Maître d’Orose », en suivant une suggestion d’ailleurs assez vague et imprécise de Millard Meiss, qui parle de l’apparat iconographique du ms. BnF fr. 301 comme de l’œuvre d’un « Orosius workshop21 ». À partir de cette identification, Avril propose une liste de manuscrits dans lesquels on peut reconnaître la main de Remiet : Paris, BnF, fr. 216, 301, 823, 1165, 2606, 2616-2617, 13261 ; Paris, Sainte-Geneviève, 783 ; Londres, BL, Royal 20.B.VI ; Baltimore, Walters Art Museum, 125-12622. De plus, le copiste du ms. Pr semble être le même que celui qui a travaillé à la Bible de Londres, BL, Harley 4381-4382, qui fait partie de la collection de Jean de Berry23.

17Tous les éléments semblent donc indiquer le rôle central d’un atelier de libraire parisien dirigé par Regnaut du Montet, qui s’est souvent servi de la collaboration du peintre du nom de Perrin Remiet. À l’activité de cet atelier on pourrait également reconduire la production des mss. L, M, N et Pa de l’Histoire ancienne contenant les insertions de Prose 5, puisque nous avons vu que l’artiste responsable des enluminures du ms. L et des fragments de Malibu a un style très similaire de celui de Perrin Remiet, avec qui il collabore souvent, et travaille pour les mêmes clients et pour le même milieu proche de la cour (Jean de Berry, Louis d’Orléans, peut-être le roi lui-même).

  • 24  Voir R. H. Rouse, op. cit., t. I, p. 293-95 ; A. Komada, op. cit., p. 565 ; Paris, 1400... cit., p (...)

18D’ailleurs la figure historique de Perrin Remiet possède à nos yeux, grâce aux études des savants, des traits assez précis : nous connaissons par des documents son activité, son adresse parisienne (rue de la Parcheminerie, dans le même immeuble que celui qui accueille aussi le libraire Regnaut du Montet), ses clients (parmi lesquels Louis d’Orléans) et l’extension exceptionnelle de sa carrière (de 1368 à 1428), qui a même fait penser à l’existence de deux enlumineurs portant le même nom, peut-être le père et le fils24.

  • 25  Voir L. Randall, op. cit., p. 201-2 ; R. H. Rouse, op. cit., t. I, p. 293-95 et t. II, p. 115 ; É. (...)
  • 26  M. Camille, Master of Death: The Lifeless Art of Pierre Remiet, Illuminator, New Haven/London, Yal (...)
  • 27  Voir M. Camille, op. cit., p. 219.

19L’hypothèse d’Avril a été confirmée à plusieurs reprises25, mais une monographie sur Perrin Remiet écrite par Michael Camille en 1996 a remis en question l’identité de cet artiste26. Camille revient sur le fait que les mains des deux artistes dans les cahiers auxquels semblent se référer les notes marginales des mss. BnF fr. 301 et BnF fr. 823 sont différentes. À partir de cette révision, Camille choisit d’identifier Remiet avec l’artiste principal du ms. BnF fr. 823, qu’il appelle aussi « Maître de la Mort », alors qu’il attribue, comme le fait Avril, le nom de Maître d’Orose à l’artiste secondaire du ms. Pr. L’enlumineur dont on reconnaît la main identique dans les deux manuscrits serait, pour Camille, Jean de Nizières, un peintre dont on peut lire la signature au fol. 12v du ms. Paris, Sainte-Geneviève 1028, auquel on a également attribué une partie de la décoration du ms. Paris, BnF, fr. 216. Selon Camille27, Jean de Nizières serait un jeune collaborateur de Remiet, probablement un élève, dont la main peut facilement être confondue avec celle du maître. La collaboration entre les deux artistes serait prouvée dans le cas des mss. BnF fr. 823 et Bruxelles, Bibliothèque Royale, 9094.

  • 28  M. Camille dit que son avis contraire à F. Avril serait partagé par M. Meiss et par la thèse de do (...)

20Il est clair qu’un bouleversement de ce type28 remettrait entièrement en question la collaboration et les affinités de style entre Perrin Remiet et le Maître des Heures de Johannete Ravenelle, ainsi que l’existence d’un atelier parisien responsable de la grande diffusion des manuscrits de luxe pour un public plus ou moins directement lié à la cour royale.

  • 29  F. Avril, « Le parcours exemplaire d’un enlumineur parisien à la fin du XIVe siècle : la carrière (...)
  • 30  La contradiction concerne surtout la partie du ms. Pr qu’on veut attribuer à Jean de Nizières. Sel (...)

21François Avril n’est pas revenu sur ce point de manière approfondie, mais dans deux interventions successives il dit vouloir laisser en suspens le jugement sur l’identification de Perrin Remiet et il préfère, dans l’attente de plus amples informations, laisser dans l’anonymat la figure du Maître de la Mort29. Nous ne voulons ni ne pouvons entrer dans un discours technique sur les enluminures, faute de compétence, mais devons relever que le discours de M. Camille est difficile à suivre, car il est souvent contradictoire et imprécis30, et semble négliger l’élément le plus important de l’opération de François Avril : la découverte de la présence de deux mains identiques dans les deux manuscrits auxquels se réfèrent deux notes marginales qui évoquent le nom de Perrin Remiet. De plus, la note présente dans le ms. BnF fr. 823 est négative, elle nous dit seulement ce que Remiet ne devait pas faire dans ce cahier, ce qui ne garantit pas que les autres enluminures du même cahier lui soient attribuées, tandis que la note qu’on applique au ms. Pr est positive, et elle nous dit ce que le peintre appelé Remiet devait faire, et vraisemblablement a fait, dans le premier cahier. Il est donc normal que l’attribution à Remiet soit faite à partir de la note de ce dernier manuscrit plutôt que de celle du manuscrit de Deguileville.

22Mais sur un point M. Camille a certainement raison. Le ms. Pr ne peut être ni la première ni la seule copie tirée du ms. R, car les mss. L, M, N et Pa, tous de la fin du XIVe siècle, dérivent d’un modèle commun plus ancien qui ne peut pas dépendre de Pr, non seulement pour une évidente question chronologique, mais aussi pour une raison de nature textuelle, comme nous le verrons par la suite.

Le fragment de Porrentruy

  • 31  R. Gamper, R. Jurot, Catalogue des manuscrits médiévaux conservés à Porrentruy et dans le canton d (...)
  • 32  L’indication, écrite au crayon, se trouve dans la marge inférieure du verso.

23Le catalogue des Archives de l’ancien Évêché de Bâle31 signale l’existence d’un feuillet en parchemin, utilisé comme couverture des Acta judicialia Bruntrutiana 161632 (cod. 85), contenant un extrait du Roman de Troie en prose. Il s’agit d’un seul feuillet de 325×240 mm, avec réglure à l’encre, pour une justification de 210×160 mm distribuée sur deux colonnes de 70 mm et 38 lignes. Le fragment de texte, écrit dans une graphie bâtarde française du XVe siècle, est caractérisé par ses longues rubriques introductives de paragraphe. Les paragraphes commencent avec des petites initiales de deux lignes : la première du verso est dorée sur fond bleu, les autres sont bleues avec filigrane rouge. Le feuillet ne présente pas d’autres décorations ou enluminures. Le recto n’a pas de numérotation, mais porte dans le centre de la marge supérieure un titre courant à l’encre rouge (selon Daires), qui se complète avec le titre qui se trouve dans le même emplacement du verso (des Troyens). Ce fragment n’est mentionné dans aucune des études consacrées aux diverses versions du Roman de Troie en prose. Le catalogue fait référence à une expertise de Marc-René Jung, selon lequel il s’agirait d’un fragment de Prose 5 portant un texte identique à celui des mss. R et Pr, à quelques minimes variantes près. En réalité, il suffit de remarquer les longues rubriques introductives pour comprendre que la nature du texte est différente. Les mêmes rubriques se trouvent en fait dans deux témoins de Prose 5 qui insèrent la version en prose du Roman de Troie dans le contexte d’une Histoire universelle particulière : il s’agit des mss. Paris, Bibliothèque de l’Arsénal, 3685 (Au) et Paris, BnF, fr. 15455 (Pu). L’auteur de cette version introduit dans le contexte de l’Histoire ancienne une longue histoire des Hébreux et se sert de Prose 5 pour la section troyenne, selon le schéma suivant : I, II (avec interpolations sur la fondation d’Athènes tirées de Vincent de Beauvais et d’Augustin), Hébreux 1, III, IV, Prose 5, VI, Hébreux 2, Brutus (Geoffroi de Monmouth), Orient ; mais d’autres courtes insertions sur l’histoire des Hébreux se trouvent entre les sections III-IV et IV-V.

  • 33  Voir ms. R, fol. 175a-176a ; Au, fol. 362r-363v ; Pu, fol. 198ac. Cela devrait correspondre aux pa (...)

24Le texte du fragment de Porrentruy (Po) concerne la partie qui suit immédiatement la fin de la guerre de Troie jusqu’au début des retours des Grecs et de l’exil des traîtres troyens33. L’élément qui permet immédiatement de rapprocher le texte de Po à celui de AuPu est évidemment le texte des trois longues rubriques, qui est identique, à quelques petites variantes près, dans les trois témoins. Mais d’autres éléments distinguent le texte de AuPuPo de celui des autres témoins, y compris le ms. R. Nous en donnons quelques exemples :

pria doucement Pyrrus que il li rendist] ... || que il lui rendist doucement AuPoPu

de la lignie Attrei] de la mesgnee Actray ne de la lignee AuPoPu

Deuls fils avoit Thalamon assés joenes] Du roy thalamon estoient demourez .ij. beaulz filz assez joines qu’il avoit euz AuPoPu

envoierent tantost pour lui] envoierent diligemment pour le querir AuPoPu

25On ne peut pas, par contre, préciser davantage la position occupée par Po dans le stemma qui comprend aussi les mss. Au et Pu. Les variantes des trois manuscrits sur lesquelles on peut compter sont réellement minimes :

si envoierent] si y envoierent PuPo

mes il fu mauvesement receus] mais y fu mauvaisement receuz AuPo

et il n’y a aucune leçon qui unit AuPu contre Po et les autres témoins de Prose 5.

26Quelques divergences de leçon plus intéressantes se trouvent dans la dernière rubrique du fragment Po, dans laquelle semble se manifester une opposition Au vs. PuPo :

de la contree (P3RAu)] de la contree de Troie PuPo

a telle compaignie comme il avoit et se mist en mer Au, et se mist en mer a telle compaignie comme il avoit PuPo

il cuidoit estre roy Au, il cuidoit estre roy et seigneur PuPo

  • 34  Le sigle P3 identifie en effet Prose 3, la troisième mise en prose du Roman de Troie qui est une s (...)

27Mais, à l’exception de la première variante, d’ailleurs pas très significative, pour laquelle la leçon de Prose 3 et de Prose 5 semble confirmer l’interprétation d’Au34, dans les autres cas le texte de la rubrique ne se trouve ni dans Prose 3 ni dans Prose 5 et il est donc impossible de dire si la convergence des leçons de Pu et Po est un indice de leur dépendance d’un modèle commun ou plutôt des modifications individuelles du copiste d’Au. En l’absence d’informations plus sûres, nous pouvons dresser le stemma suivant :

  • 35  Sur Prose 3 voir M.-R. Jung, « Le Roman de Troie en prose du manuscrit de Rouen, Bibl. Mun. O. 33  (...)

28Cette comparaison du texte de AuPoPu avec celui du ms. R nous a permis de mieux comprendre les rapports textuels entre les différents témoins de Prose 5. On savait déjà que la source de la partie qui concerne le texte contenu dans le fragment de Porrentruy est évidemment une version en prose précédente, que Marc-René Jung a appelée Prose 335 ; or, dans certains passages, le texte de Po coïncide exactement avec celui de Prose 3, tandis que le ms. R présente des variantes qui sont suivies par toute la tradition de Prose 5 :

pleurerent Thalamon .iij. jours depuis] plourerent Thalamon puis que il fu enseveliz .iij. jours Prose 3 + AuPuPo

as Gregiois] avecquez eulx Prose 3 + AuPuPo

avoit nom Antidés, fils estoit de Glauca] avoit nom Antidés, et (cestui) estoit nez de Glauca Prose 3 + AuPuPo

Eneas remainst] Eneas demoura Prose 3 + AuPuPo

quant il les semonst au mengier] adont que il convia les Gregois a mengier Prose 3 + AuPuPo

  • 36  Puisqu’il serait trop long de reporter tous les exemples que nous avons répérés, nous nous bornons (...)
  • 37  Voir la bibliographie sur Prose 3 à la n. 35. Le seul manuscrit qui reporte le texte intégral de c (...)

29Cette caractéristique du texte de AuPuPo risque de remettre en question l’autorité du ms. R, qui a toujours été considéré comme le point de départ de la tradition manuscrite de Prose 5. Pour cette raison, nous avons voulu procéder à une vérification par échantillons sur d’autres secteurs des mss. Au et Pu. Notre recherche a confirmé que le texte de AuPu contient des paragraphes entiers de Prose 3 qui ne se trouvent pas dans R et dans les autres témoins de Prose 5, et se sert de manière personnelle du matériel de Prose 5 jusqu’à se configurer dans certaines parties comme une version en prose autonome et indépendante de Prose 5, sans toutefois se séparer complètement de sa source. Nous reviendrons plus loin sur la question concernant la nature du ms. R, mais nous pouvons d’ores et déjà affirmer que de nombreuses leçons permettent toujours d’affirmer la dépendance du texte de AuPu d’un modèle très proche du ms. R, sinon coïncidant. Tout compte fait, nous ne sommes pas en présence d’une Prose 6, mais la rédaction des mss. AuPu interprète ses sources de manière libre et indépendante, souvent en amplifiant et en transformant le texte, et l’atelier qui a produit le modèle de cette version devait en tout cas disposer d’un témoin de Prose 3, puisque le texte de AuPu est souvent plus fidèle à Prose 3 que celui de R36. Par contre, dans d’autres sections du texte, c’est la version de R qui conserve certains détails de Prose 3 qui ne se trouvent pas dans le texte d’AuPu. On peut donc parler, dans le cas du texte d’AuPu d’une version en prose du Roman de Troie dépendante de Prose 5, mais réélaborée de manière profonde et personnelle au point de se présenter comme une véritable Prose 5 bis, qui dispose aussi de la possibilté de consulter de manière autonome un manuscrit de Prose 3, la troisième version en prose du Roman de Troie qui est arrivée jusqu’à nous grâce au témoignage du manuscrit unique de Rouen et de quelques fragments d’origine italienne37.

  • 38  E. König, Französische Buchmalerei um 1450 : der Jouvenel-Maler, der Maler des Genfer Boccaccio un (...)
  • 39  Je remercie vivement Mme Paule Hochuli Dubuis, assistante conservatrice des manuscrits de la Bibli (...)

30Nous ne pouvons pas parler dans ce cas de trois manuscrits produits dans un même atelier, comme on a pu l’imaginer pour les manuscrits proches du fragment de Malibu, mais les témoins porteurs de cette rédaction particulière de Prose 5 montrent en tout cas des caractéristiques communes : il s’agit de manuscrits transcrits en France au XVe siècle, qui ont a priori le même contenu et dont le modèle doit être placé assez haut dans le stemma codicum de la tradition, à proximité du ms. R, puisque ces témoins partagent un nombre limité de fautes avec le reste de la tradition de Prose 5. Il est difficile de dater avec précision les manuscrits de cette version. Le ms. Au remonte à la deuxième moitié du siècle, tandis que Pu aurait été composé vers 1435, puisque les premières enluminures ont été exécutées à Angers vers cette date ; la décoration aurait été continuée entre 1435 et 1440 et terminée à Nantes vers 145038. Dans ce contexte, le fragment de Porrentruy semble être un témoin plus ancien et intéressant, puisque ses caractéristiques permettraient de le dater au premier quart du XVe siècle39. Malheureusement, il s’agit du seul fragment qui ne porte aucune décoration, ce qui rend plus difficile sa comparaison avec les autres témoins du même groupe.

Les fragments de Tours

  • 40  Voir E. König, op. cit., p. 214 et 217.

31La Bibliothèque municipale de Tours conserve dans ses fonds une série de 11 enluminures détachées d’un manuscrit médiéval et collées sur des feuillets de parchemin ; les 11 feuilles constituent dans l’ensemble le ms. 1850 (T). Les enluminures découpées conservent, intégralement ou en partie, les rubriques introductives aux paragraphes correspondants et les initiales du texte, ce qui a permis aux savants d’identifier le manuscrit dont ces décorations faisaient partie comme un exemplaire de l’Histoire ancienne. Le scribe serait le même que pour les Heures d’Étienne Chevalier, enluminées par Jean Fouquet (Chantilly, Musée Condé, Ms. fr. 71)40. Je donne ici de suite la liste des enluminures selon la numérotation attribuée par la bibliothèque et la transcription des rubriques :

1. Le sacrifice d’Isaac ; sans rubrique.

2. David tue Goliath ; rubrique : Comment David par le congié du roy Saul ala contre Golias et l’occist et par ce furent les Philistiens desconfiz comme vous orrez.

3. Le meurtre d’Amnon ; rubrique : Comment Amon, le filz du roy David, deflora Thamar sa suer, et comme Absalon son frere le fist occirre pour celui mesfait.

4. Salomon sacrifiant dans le temple ; rubrique : Comment selon Josephus le roy Salomon admonnesta le peuple a Dieu servir et sacrifia ou temple et comme Dieu lui signifia que il avoit son oroison exaulcee.

5. Alexandre le Grand agenouillé devant le nom de Dieu ; rubrique : Comment le roy Alixandre se agenoilla encontre le nom Dieu et si fist grant honneur a l’evesque des Juifs.

6. Le roi Priam dans la « Chambre de Beautés » ; rubrique : De la façon du chastel qui ot nom Ylion.

7. Ulysse et Diomède en ambassade devant Priam ; rubrique : Comment les Troiens assemblerent un grant parlement ou palays le roy Priant ou furent Ulixés et Dyomedés et le traitre Anthenor qui aprés plusieurs paroles dist en conseil aux .ij. roys que ilz ne seroient ja seigneurs de Troye jusquez atant que ilz feussent du Paladion saizis.

8. Œdipe et le Sphinx ; rubrique : Comment Spin bailla a Edipus la devinaille. L’écriture originale étant absente, la rubrique est transcrite au crayon en graphie moderne. On voit toutefois un grand S filigrané qui devait être la lettre initiale du paragraphe.

9. L’empoisonnement d’Alexandre ; rubrique : Comment le roy Alixandre, qui tant de regnes ot conquis, perdit la vie par venin par ceulx ou il plus se fioit.

10. Les funérailles du consul Brutus ; rubrique : Comment le consul Brutus se combatit contre le roy Tarquinius, et fut Brutus occiz, dont les Rommains furent moult doulens.

11. L’assassinat de Xerxès Ier ; rubrique : Cy aprés pourrés ouyr comment le roy Xercés fut occis et qui furent ceulx qui aprés lui tindrent le regne de Perse et la seigneurie.

  • 41  M.-R. Jung, op. cit., p. 351 et 356.

32M.-R. Jung décrit les fragments de Tours et les classe de manière générique parmi les témoins de l’Histoire ancienne41. L’examen minutieux des enluminures permet de dégager des conclusions plus précises. L’image du sacrifice d’Isaac atteste uniquement la présence de la section I dans le texte auquel les enluminures appartenaient, les enluminures 2 à 4 montrent que ce témoin devait contenir une section assez développée sur l’histoire des Hébreux, ce qui n’est pas le cas pour la version traditionnelle de l’Histoire ancienne. Il s’agira plutôt d’une Histoire universelle, et cela nous dirige immédiatement vers le texte que nous venons d’examiner, dont le fragment de Porrentruy est un témoin partiel.

  • 42  L’enluminure 8 n’est pas prise en compte, puisqu’elle ne porte pas la rubrique originale. En tout (...)

33Si nous passons des enluminures au texte et nous comparons les rubriques des fragments de Tours avec celles des mss. AuPu, nous constatons une correspondance quasi parfaite pour ce qui concerne le texte qui accompagne les enluminures 2, 3 et 442 :

  • 43  Dans le ms. Pu, fol. 245d, le paragraphe en question est uni au précédent et n’a pas de rubrique. (...)

2. Au fol. 434r : Comment David, par le congé du roy Saul, ala contre Golias et l’occist, et par ce furent les Philistiens desconfiz comme vous orrés43.

3. Pu fol. 260b : Comment Amon, filz du roy David, deflora sa suer Thamar, et come Absalon son frere le fist occire ; Au fol. 454r : Comment Amon, filz du roy David, deflora Thamar sa seur, et comme Absalon son frere le fist occire pour cellui meffait.

4. Pu fol. 276d : Comme selon Josephus le roy Salomon admonnesta le peuple a Dieu servir et sacrifia ou temple, et comme Dieu lui signifia que il ‹avoit› son oroison exaulcee ; Au fol. 478v : Comment selon Josephus le roy Salomon admonnesta le peuple a Dieu servir et sacriffia ou temple, et comme Dieu lui signifia qu’il avoit son oroison exaulcee.

34À la lumière de cette donnée qui change la perspective et la position des fragments de Tours à l’intérieur de la tradition de l’Histoire ancienne, il devient impératif de focaliser notre attention sur les rubriques concernant la section troyenne. Dans ce cas aussi, nous retrouvons une correspondance parfaite avec les rubriques des mss. Au et Pu :

6. Pu fol. 107c : De la façon du chastel qui ot nom Ylion ; Au f. 200v : De la façon du chastel de Ylion.

7. Pu fol. 190d : Comment les Troiens assemblerent ung grant parlement ou palais le roy Priant ou furent Ulixés et Dyomedés et le traitre Anthenor, qui aprés plusieurs parolles dist en conseil aus .ij. Gregois que ilz ne seroient ja seigneurs de Troye jusques a ceque ilz feussent du Palladion saiziz ; Au fol. 350v : Comment les Troiens assemblerent ung grant parlement ou palais le roy Priam ou furent Ulixés et Dyomedés et le trahitre Anthenor, qui aprés plusieurs parolles dist en conseil aux deux roys que ilz ne seroient ja seigneurs de Troie jusques atant qu’ilz fussent du Paladion saisiz.

35Le manuscrit duquel les enluminures de Tours ont été découpées devait donc contenir la même version remaniée de Prose 5 que nous trouvons également dans les mss. Au et Pu. Il est par contre extrêmement difficile de se prononcer sur la plus grande proximité des fragments de Tours à l’un ou à l’autre des manuscrits connus, à cause de l’excessive brièveté du texte conservé à côté des enluminures. Nous pouvons uniquement assigner les fragments T à la constellation des témoins de la version que j’ai appelée Prose 5 bis et signaler que, si la première rubrique, très courte, est proche de celle de Pu, la deuxième plus longue est identique à celle de Au.

  • 44  Sur la mort de Brutus voir Pu, fol. 301ab : Comment Brutus fonda la cité de Londres sur la Tamise (...)
  • 45  Le texte d’AuPu annonce à la fin un deuxième volume qui devait traiter de l’histoire de l’Orient. (...)
  • 46  Cette conclusion est confirmée par la correspondance partielle qui existe entre les rubriques 5, 9 (...)

36Si pour les rubriques que nous avons analysées jusqu’ici les fragments de Tours se révèlent liés à la rédaction de l’Histoire universelle avec l’insertion de Prose 5 qui est typique des mss. AuPu, les autres rubriques nous obligent à prendre une direction différente. La rubrique sur Brutus pourrait encore s’insérer dans le contexte que nous avons évoqué, mais le texte de T ne correspond pas à celui des mss. AuPu44, et la référence à sa charge de consul fait penser plutôt à la section VII de l’Histoire ancienne. De la même manière, les trois rubriques sur Alexandre et Xerxès montrent que le manuscrit auquel ces enluminures appartenaient devait contenir les sections VII, VIII et IX de l’Histoire ancienne, dont on trouve seulement un court résumé dans la rédaction de AuPu45. Les rubriques des fragments de Tours semblent donc révéler l’existence d’une version encore différente de ce texte historiographique, qui devait prévoir une première partie tirée de l’Histoire universelle particulière avec l’insertion de Prose 5, et une deuxième partie plus proche de la version traditionnelle de l’Histoire ancienne46.

37Si la reconstruction que nous proposons est correcte, les enluminures du manuscrit de Tours ont été mal numérotées et il faudra les remettre dans le bon ordre : 1 (Abraham et Isaac, section I), 8 (Œdipe et le Sphinx, section III), 6 (Chambre de Beautés, Prose 5), 7 (Ulysse et Diomède, Prose 5), 2 (David et Goliath, Hébreux 2), 3 (Amnon, Hébreux 2), 4 (Salomon, Hébreux 2), 10 (Brutus, section VII), 11 (Xerxès, section VIII), 5 (Alexandre 1, section IX), 9 (Alexandre 2, section IX).

Les enluminures du fragment de Tours

  • 47  Mais Jean Fouquet n’a jamais collaboré avec le groupe de Jouvenel ; son chef-d’œuvre artistique en (...)
  • 48  E. König, op. cit. Pour les références aux fragments de Tours voir p. 13 n. 38, p. 73 n. 183 et su (...)

38L’artiste qui a réalisé les belles enluminures des fragments de Tours fait partie d’un cercle qui est connu sous le nom de « groupe de Jouvenel », à cause de Guillaume Jouvenel des Ursins, chancelier de France entre 1447 et 1472, sous Charles VII et Louis XI, pour lequel ont été réalisés les plus beaux manuscrits de ce groupe d’artistes. Le musée du Louvre conserve un fameux portrait de Jouvenel des Ursins réalisé vers 1455 par Jean Fouquet, le célèbre peintre et enlumineur né à Tours vers 1420 et mort entre 1478 et 148147. Le manuscrit central pour la définition du groupe de Jouvenel est une copie du Mare historiarum de Giovanni Colonna (Paris, BnF, lat. 4915), dont l’artiste principal, jadis identifié au jeune Fouquet dépourvu d’influences italiennes, a été désormais reconnu comme une personnalité autonome et appelé Maître de Jouvenel. En analysant cet exemplaire, E. König a reconnu dans ses enluminures au moins trois personnalités principales48 : le Maître de Jouvenel, le Maître du Boccace de Genève et le Maître du Boèce BnF fr. 809. C’est en particulier au deuxième artiste que E. König attribue les enluminures des fragments de Tours.

  • 49  F. Avril, N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Paris, Flammarion, 1993, p. (...)
  • 50  C. Sterling, op. cit., t. II, p. 86-115.
  • 51  F. Avril, N. Reynaud, op. cit., p. 109.

39F. Avril est convaincu, contrairement à E. König, que cet ensemble d’artistes devait constituer, « au moins dans les premiers temps, une équipe assez unie, renforcée peut-être par des liens familiaux »49. On les retrouve associés dans la décoration d’un certain nombre des manuscrits tels qu’un livre d’Heures à l’usage de Rome de la Bibliothèque nationale de France (Rothschild 2530), un Missel et un Livre d’Heures à l’usage de Nantes (Le Mans, BM, ms. 223 ; Oxford, Bodleian Library, Add. A 185) et une Bible moralisée (Paris, BnF, fr. 166). C. Sterling identifie les deux artistes principaux du groupe de Jouvenel à deux peintres d’origine picarde, mais actifs à Paris, bien connus dans le milieu artistique de la capitale au XVe siècle : André d’Ypres et son fils Nicolas (Colin d’Amiens)50. Cette identification n’a pas fait l’unanimité, et F. Avril s’y oppose ouvertement51. Le fait qu’André et Nicolas d’Ypres aient exercé leur art de préférence à Paris contrasterait avec l’activité du groupe de Jouvenel, dont la clientèle concentrée à l’Ouest de la France semble suggérer une localisation entre Angers et Tours, qui serait d’ailleurs confirmée par la provenance et le lieu de conservation des fragments qui nous intéressent de près.

  • 52  Voir la liste de E. König, op. cit., p. 13 n. 38 et C. Sterling, op. cit., t. II, p. 76-115 et 133 (...)
  • 53  F. Avril, N. Reynaud, op. cit., p. 109.

40Le Maître du Boccace de Genève doit son nom à un exemplaire du Livre des cas des nobles hommes et femmes, traduction française par Laurent de Premierfait du De casibus virorum illustrium de l’écrivain florentin, conservé à la Bibliothèque de Genève (ms. 191), dans lequel notre enlumineur a réalisé un travail très remarquable. E. König et C. Sterling proposent une liste des manuscrits dans lesquels on peut reconnaître la main de cet artiste ; en plus de ceux que nous avons déjà évoqués, nous trouvons par exemple une Cité de Dieu de Saint Augustin (Malibu, Getty Museum, Ludwig XI, 10), un livre d’Heures et un Livre des merveilles du monde de la Morgan Library de New York (mss. M.263 et M.461), le Rustican de Pietro de’ Crescenzi de Chantilly (Musée Condé, Ms. 603), un Frontin de Bruxelles (Bibliohèque royale, ms. 10475), un exemplaire du Teseida de Boccace (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, ms. 2617) et un livre d’Heures de Cambridge (Fitzwilliam Museum, ms. 39-1950)52. Selon F. Avril, le Maître du Boccace de Genève est « d’une génération plus jeune » que celle du Maître de Jouvenel et « d’un style plus nerveux, moins statique, à la palette moins brillante »53. Dans ses premières œuvres, telles que le Mare historiarum et la Cité de Dieu, sa main est particulièrement difficile à distinguer de celle de son aîné, tandis que son style devient de plus en plus personnel dans les œuvres de sa maturité. Les fragments de Tours, que E. König date vers 1455, sont un témoignage de la première phase de son activité.

  • 54  F. Avril, N. Reynaud, op. cit., p. 109-10.
  • 55  C’est le cas par exemple du Livre d’Heures de New York, du petit Miroir historial d’Oxford (Bodlei (...)

41La présence parmi les œuvres des artistes du groupe de Jouvenel d’un livre d’Heures à l’usage de Nantes a poussé E. König à supposer une première phase nantaise de leur activité ; par contre C. Sterling, avec son identification avec les peintres de la famille d’Ypres, déplace l’atelier de ce groupe à Paris, en soulignant aussi un rapport avec la cour royale. En réalité, si le groupe a effectivement travaillé pour des membres de la cour, la majorité de ses clients se situe à l’ouest de la France, dans l’Anjou en particulier, et il me semble raisonnable de suivre Avril qui parle d’un atelier angevin situé dans la ville même d’Angers ou à Tours54. Il est vrai néanmoins que le groupe de Jouvenel a travaillé pour la plus haute noblesse française, notamment pour des membres de la cour royale et de la famille d’Anjou. Le peintre le plus ancien, le Maître de Jouvenel, a décoré des manuscrits destinés à Louis d’Anjou, bâtard du Maine, à Jeanne de France, fille de Charles VII, et au chancelier de France Jouvenel des Ursins ; son jeune collaborateur, le Maître du Boccace de Genève, compte parmi ses clients le roi René d’Anjou et sa famille55. Il est d’ailleurs probable que l’enlumineur ait suivi René d’Anjou en Provence. En fait, le Bon Roi René, duc d’Anjou, comte de Provence, roi de Naples, roi de Jérusalem, roi d’Aragon, beau-frère de Charles VII et opposé à la régence anglaise du duc de Bedford, élevé à Angers et dans le Berry mais ayant passé son enfance dans le duché de Bar, maintint tout au long de sa vie un lien étroit avec l’Anjou, la Lorraine et ensuite la Provence, dans laquelle il se transféra à partir de 1471. La localisation en Provence de quelques manuscrits enluminés par le Maître du Boccace de Genève parle en faveur de cette hypothèse.

42De toute manière, qu’on se tienne à l’hypothèse parisienne de C. Sterling ou à celle angevine-provençale de F. Avril, plus vraisemblable, les fragments de Tours restent un témoignage précieux de la diffusion et de la réélaboration dans le temps du texte de Prose 5 qui nous intéresse, et de la compilation historiographique qui le contient. Ces textes, un bon siècle après leur première transcription, circulent toujours dans des manuscrits de luxe richement enluminés, destinés au milieu de la cour royale ou aux membres de la famille d’Anjou, pour laquelle probablement la seconde rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César, contenant Prose 5, a été écrite pour la première fois.

Une version particulière de Prose 5

43L’analyse que nous avons menée jusqu’à ce point nous a révélé l’existence d’une version remaniée de Prose 5, qui amplifie certaines parties du texte ; son auteur dispose d’un témoin de Prose 3 duquel il tire des leçons qui ne se trouvent pas dans la version du ms. R. De plus, cette version est insérée dans un contexte différent par rapport à celui du ms. R : il ne s’agit plus d’une Histoire ancienne, mais plutôt d’une Histoire universelle spéciale, qui se sert de la base de l’Histoire ancienne en l’intégrant avec une longue histoire des Hébreux. C’est dans ce cadre qui se range le fragment de Porrentruy, qui constitue un nouveau témoignage d’un texte déjà connu grâce aux manuscrits Au et Pu. Les fragments de Tours, malgré leur apport textuel quasiment nul, limité aux seules rubriques initiales de quelques paragraphes, semblent appartenir à un manuscrit de la même famille de témoins qui partage probablement le même texte, en tout cas jusqu’à la section troyenne qui présente les mêmes rubriques particulières qui se trouvent dans la version remaniée de AuPuPo. Après l’histoire de Troie, le texte des fragments de Tours semble abandonner l’Histoire universelle pour s’aligner de nouveau à la première rédaction de l’Histoire ancienne. Mais le témoignage des fragments de Tours est précieux aussi en tant qu’indice de l’existence de manuscrits de luxe et richement enluminés de cette rédaction particulière, et de sa diffusion dans des milieux proches de la cour royale et de la famille d’Anjou. Tous les témoins et les fragments de ce texte remontent au XVe siècle, mais la leçon de Prose 5 semble particulièrement correcte et proche du texte de référence du ms. R, ce qui pourrait impliquer l’existence d’un modèle commun plutôt ancien ou en tout cas produit dans le même milieu qui conservait le manuscrit angevin réalisé à Naples.

  • 56  L’édition critique de la traduction de Darès se trouve dans M.-R. Jung, op. cit., p. 358-430. Dans (...)

44Une leçon de Prose 5 particulièrement correcte et proche de l’original est offerte également par le texte du fragment de Malibu, qui fait partie d’un groupe de manuscrits qui présentent la première rédaction de l’Histoire ancienne, dont la section troyenne est constituée par la traduction en prose française du De excidio Troiae de Darès56, mais avec des emprunts faits à Prose 5 pour ce qui concerne le début de l’histoire, notamment la première destruction de Troie, les portraits des fils de Priam et le jugement de Pâris. Ce groupe de quatre témoins (LMNPa, auxquels il faudra probablement ajouter Ro) a été produit et enluminé dans un même atelier, à partir d’un modèle de la fin du XIVe siècle, et a circulé dans le milieu de la cour française de Charles VI et de Jean de Berry.

45À cause de ces analogies textuelles et de destination, il nous a paru inévitable de comparer le texte de ces deux groupes, pour vérifier si on pouvait en tirer quelques informations utiles. Le résultat de cet examen a révélé qu’il existe quelques leçons communes évidentes entre tous les manuscrits en question, qui doivent nécessairement remonter à un même modèle, pour retrouver ce dernier il faudra revenir en arrière jusqu’aux dernières décennies du XIVe siècle, et ainsi se rapprocher du modèle angevin de Prose 5 arrivé à la cour française probablement vers 1380.

46Une comparaison entre ces manuscrits évidemment n’est possible que pour la partie correspondant à la première destruction de Troie, la seule qui se trouve dans les mss. LMNPa ; pour cette raison nous ne pourrons pas prendre en considération le texte des fragments Po et T, qui ne concerne pas cette partie. Malheureusement, pour la portion de texte qui est conservée aussi dans le fragment M, nous n’avons que quelques rares contacts entre les mss. AuPu+LNMPa, qui ne sont pas particulièrement significatifs :

il estoit preus et hons de bel grant et de belle taille, ne trop grans ne trop petis, fors et fiers et de belle taille] il estoit preus et hons de bel grant et de belle taille, ne trop grans ne trop petis, fors et fiers Pr ; il estoit preus et homs bel, grant et de belle taille estoit (om. LPa) LMNPa ; il estoit preus et homs bel, grant et de belle taille, fors et fiers Au ; il estoit preus et hons bel, grant (bel G, bel et grant W) et de belle taille, ne trop grans ne trop petis, fors et fiers et de belle taille estoit SGWCP1P2P3BD (et de belle taille estoit (SCP1)] et avoit GW, et bien chevauchant P2P3, om. BD)

et li arupice meismes li distrent] si le dist aux auspices les quelz luy distrent Au,et lors lui distrent (dist L) LPa, toutesvoies fist il assembler les saiges hommes de son regne puis leur compta le songe et leur pria que ils lui deissent que ce pooit estre et ils lui dirent MN (Pu manque)

Mais la dépendance de ces manuscrits d’un modèle commun est confirmée surtout en l’absence de M :

vous estes arrivés a son port et descendu sus sa terre sans son congié – sans son congié om. AuPu + LNPa

quant elle le vit] si tost come ils (qu’ils LNPa) s’entrevirent AuPu + LNPa

noblement vestu et paré et de biaus vestemens aourné – vestemens] paremens AuPu + LNPa (en diffraction)

mes bien te guarde que pour la victoire que tu auras eue, que tu ne soies oblieus de rendre graces as diex – victoire] grace AuPu + LNPa

car je ne dout autre chose que vous n’oubliés riens que je vous aie dit et ensengnié – autre chose que] riens fors AuPu, riens fors tant (om. Pa) que LNPa (en diffraction)

Puis quant il orent la tant demouré, si monterent en leur nef Jason et Herculés et si compagnon, et emmena la damoisele – et Herculés et si compagnon om. AuPu + LNPa

Quant la lune fu levee et li baron et li autre homme furent hors des nés – homme] princes AuPu + LNPa

Eson, li peres Jason leur oncle, qui avant estoit foibles et impotens et Pelleus leur pere estoit fors et vertueus – leur pere om. AuPu + LNPa

toutes les fois qu’il rioit si dous sembloit et si plaisans] toutes les fois que il estoit joyeux il estoit si doulz et si plaisant N, toutes les fois qu’il estoit liez il avoit si doulx semblant ce sembloit et si plaisant Pa, toutes les fois qu’il rioit il avoit si doulx semblant AuPu

47Grâce à ces leçons, nous pouvons donc reconstruire une branche particulière de la tradition de Prose 5 qui peut être représentée par le stemma suivant :

48Comme nous l’avons déjà dit maintes fois, cette branche de la tradition de Prose 5 est particulièrement ancienne et nous offre un texte très proche de l’original. Mais il nous faut maintenant préciser, à l’aide de l’analyse des leçons fautives communes, le point d’insertion exact de cette branche avec le reste de la tradition de Prose 5. Les exemples suivants montrent que l’archétype σ des témoins que nous avons étudiés partage des fautes communes uniquement avec le niveau le plus haut de la tradition de Prose 5, puisque ces fautes sont attestées par tous les témoins à l’exclusion des seuls R et Pr. Nous en donnons trois exemples :

Et puis li donna .i. anel dont la pierre estoit de tel vertu que qui l’avoit sus li ne puet douter ne feu ne eaus, ne ne puet estre vaincus en bataille RPr – li ne puet douter ne feu ne eaus ne omiserunt AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

Il furent tous meüs contre les Troiens et proposerent de commencier la guerre, si tost comme li souef tens sera retourné RPr] se reposerent (disposerent Au, proposerent C) de commencier la guerre jusques au prins temps et si tost que souef temps vint AuPuLNPa + SGWCBD, si respondirent de faire la guerre jusquez au printemps et si tost comme souef temps vint P1, si respondirent qu’ilz estoient prestz de mouvoir guerre au printemps et si tost comme la saison vint P2P3

Et quant Priant vit ce, si en out grant merveille et dist en oiant que pleust a Dieu que il fust son fils RPr – en oiant] en aourant AuNPa + SGWCP1BD, a soy meismes P2P3

  • 57  Voir le stemma général de la tradition de Prose 5 proposé dans le tableau à la fin de cette contri (...)
  • 58  Avec l’exception difficile à expliquer du ms. L, qui a le même texte que RPr.

49Dans le premier cas l’omission est due probablement à un saut du même au même, mais elle est partagée par toute la tradition à partir de l’archétype β57, tandis que la leçon de RPr est confirmée par Prose 1, qui est ici la source de Prose 5. Dans le deuxième exemple, la corruption de la leçon proposerent doit remonter à β, et à partir de là les témoins arrangent la phrase suivante pour essayer de lui donner un sens, tandis qu’encore une fois la leçon de Prose 1 est identique à celle de RPr. Le troisième passage fait partie d’un ajout de Prose 5 qui ne se trouve pas dans les sources, mais on peut facilement conjecturer que le texte original devait avoir en oiant tous, et l’absence de ce dernier mot dans le texte de RPr a provoqué une réaction de β qui est attestée par tous les témoins qui en descendent58.

50Le même cas de figure se trouve dans un autre passage de Prose 5 dans lequel l’omission attestée par RPr est prouvée par le texte de Prose 1 :

quar je n’oï onques pa‹r›ler que nus i alast qui jamais revenist arriere (Prose 1 21, 11-12) – car je n’oï onques [...] que nuls hons qui i alast retournast jamais RPr – car je n’oï onques dire que nuls hons qui i alast retournast jamais AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

51Il est évident ici que l’intégration de dire, qui ne correspond pas à la leçon originale, est tellement unanime que malgré sa banalité elle ne peut pas être le fruit de l’initiative indépendante de tous les copistes, mais doit remonter à β.

52Nous ajoutons quelques exemples des très nombreux cas de variantes qui ne peuvent pas être définies comme erronées, mais montrent encore une fois la déviation compacte des témoins dérivés de β, alors que la leçon de RPr est toujours confirmée par la source de Prose 5 :

et par devers la mer de Pise toute la terre que on appelle Mareme – de Pise P1RPr] despiece AuLPa + SGWCP1P2P3BD

sans faille P1RPr] sans doubtance AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

oste li les dens et les seme a la terre que tu aras aree – que tu aras aree P1RPr] la ou les buefs auront aré AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

en grant erreur m’avés mise – erreur P1RPr] tristour AuPuLNPa + SGWC, tristesse P1P2P3, doleur BD

que elle est deesse de sapience (bataille P3), que elle li aidera et donrra sens et savoir P3RPr] elle lui aideroit et donroit sens et savoir car elle estoit la deesse de sapience AuLNPa + SGWCP1P2P3BD

  • 59  Voir la n. 14.

53Puisque dans notre analyse, nous n’avons pas trouvé de fautes significatives qui unissent les manuscrits dérivés de l’archétype σ à un archétype de niveau plus bas que β dans la tradition de Prose 5, nous pouvons en conclure que cet archétype β constitue le point d’insertion de la tradition extravagante représentée entre autre par les fragments que nous avons présentés dans cette étude avec la tradition de Prose 5. La qualité de la leçon des fragments est confirmée par leur position au sein de la tradition, puisque l’archétype β occupe une place très élevée dans l’arbre généalogique des témoins de Prose 5, surmonté uniquement par les mss. R et Pr, les plus prestigieux de la tradition. Ces fragments nous conservent les traces d’une tradition très ancienne, puisque grâce à la reconstruction de quelques modèles perdus nous pouvons conter cinq ou six passages de copies entre R et les mss. AuPuPoT et LMNPa. Si nous considérons que nous avons situé l’arrivée du ms. R à Paris vers 1380 et que les mss. LMNPa sont datés du point de vue codicologique et iconographique avant la fin du XIVe siècle, nous sommes obligés d’imaginer une suite de copies de Prose 5 très rapprochées dans le temps, du fait du grand succès et de la diffusion rapide de ce texte, surtout dans le milieu de la cour royale. Cette rapidité, peut-être excessive, pourrait nous contraindre à remettre en discussion notre reconstruction de l’histoire du ms. R59.

  • 60  Nous le ferons dans l’introduction de notre édition de Prose 5, à paraître dans les Classiques fra (...)

54Il n’est pas dans notre intention de revenir, dans cette contribution, sur l’ensemble de la tradition manuscrite de Prose 560, mais il nous paraît néanmoins important de signaler deux nouveaux éléments qui sont ressortis de l’étude finalisée au classement ecdotique des fragments que nous avons présentés ici.

55Il est évident par exemple que le ms. Pr partage avec le reste de la tradition des leçons qui tendent à normaliser la langue et la grammaire du texte, qui sont de la même nature de celles qui caractérisent l’archétype β :

vos remaindrois (Prose 1 19, 2-3) – si remaigne R – si demeure Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

Toute fois vint a la rive (Prose 1 23, 38) – toutesvoies vint il a·rrive R – toutesvoies vint il arriver Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

remaindra P1R] demourra Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

mort l’eust sans faille P1R] il l’eust tué sans point de faulte Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

si la demanda un jeune roy de Grece, qui estoit appelé Thalamon, aux autres roys Prose 3 – si la demanda .i. joene rois de Grece, qui out a nom Thalamon, as autres rois R – si la demanda un jouvencel (joene N) roy en Grece qui out a nom Thalamon la quelle il demanda aus autres roy Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

Car, coment que le commencement en soit de grant prosperité, la fin, qui est li miaus de cele evre (Prose 1 36, 16-17) – Car coment que li commencemens soit de grant prosperité, la fin, qui est la meilleur part de toute l’oevre – Car comment que il aille et que li commencemens soit de grant prosperité la fin et la meilleur part de toute l’œuvre Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

enguennasti R] deceus PrAuPu, laissas N, os LPaSC, eus GWP1BD, as deceue P2P3

et la trouva destruite P3R] laquelle il trouva destruite Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

s’embatirent P3R] s’embatirent et vindrent Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

que il voldroit que l’en eust fait au sien P3R] aussi comme il eust voulu que on eust fait au sien Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

  • 61  Les deuxième et septième exemples font exception, et peuvent probablement se configurer comme de v (...)
  • 62  Quant à l’iconographie, les observations de F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 305-9 (...)

56Encore une fois il ne s’agit pas de leçons vraiment fautives61, mais elles sont tellement compactes et unanimes qu’il faudra supposer un modèle commun à tous les manuscrits à l’exception de R, dont la leçon est normalement confirmée par les sources. En tenant compte de ces leçons et de la chronologie des fragments, il devient très difficile de considérer le ms. Pr comme une copie directe de R, du moins du point de vue textuel62 ; il ne s’agirait pas en tout cas de la première et plus ancienne copie, puisque ce manuscrit a été rédigé vers 1400, probablement après la réalisation de LMNPa, et sûrement après la transcription de leurs modèles μ et σ.

57Même la situation de R, que nous avons considéré comme le point de départ de la tradition de Prose 5, devra être approfondie et peut-être remise en discussion. Nous avons en fait trouvé quelques cas dans lesquels la leçon de Pr et du reste de la tradition semble indépendante et meilleure que celle de R :

après cen que tu avras ce conquis, je te creant come rei que tu sera hoirs (Prose 1 7, 15-16) – aprés ce que tu l’avras conquestee, je te ferai hoir R – aprés ce que tu l’auras conquise je te creant et promet que quant tu l’avras conquestee je te ferai hoir Pr + AuPuLNPa + S

et Pelleüs après, atout trois mile chevaliers trestous montés (Prose 1 28, 5-6) – et Peleus aprés avec .iij.m bien montés R – et Peleus aprés avec trois miles chevaliers bien montés Pr + AuPuLNPa + SGWC, om. P1P2P3, lacune BD

Si seoit Herculès sus un merveillous cheval (Prose 1 33, 6-7) – Si estoit montés sus .i. merveilleus cheval R – et Herculés estoit montés sur un merveilleus cheval Pr + AuPuLNPa + SGWCP1P2P3BD

  • 63  Ici l’omission de P1P2P3 aura été facilitée par un saut du même au même, ce qui permet de supposer (...)

58Dans le premier cas les mss. PrAuPuLNPaS ont la leçon je te creant qui se trouve aussi dans Prose 1 et fait donc autorité, mais de manière curieuse les témoins qui occupent la partie plus basse de la tradition (GWCP1P2P3BD) ont la même leçon de R. Dans le deuxième cas, la tradition récupère également la leçon chevaliers qui est dans Prose 1 et a été omise par R63. Même chose pour le troisième exemple, dans lequel la tradition conserve le nom Herculés qui avait été éliminé par R.

59Il s’agit bien évidemment d’intégrations très faciles et même évidentes, de cas discutables et très minoritaires, noyés dans la masse de leçons difficiliores de R conformes aux sources anciennes, alors que les autres témoins interviennent en normalisant et modernisant massivement le texte ; mais il faudra en tout cas en tenir compte et essayer de les expliquer.

60Compte tenu de l’étude des fragments et des nouvelles hypothèses qui concernent le reste de la tradition de Prose 5, nous proposons un nouveau stemma codicum, plus prudent, dans lequel le ms. R n’est pas le point de départ de toute la tradition et le ms. Pr n’est pas une copie de R (voir tableau II).

Tableau II : Le stemma codicum de la tradition manuscrite de Prose 5

Tableau II : Le stemma codicum de la tradition manuscrite de Prose 5

Conclusions

61Les fragments que nous avons étudiés se révèlent précieux pour la compréhension de l’évolution du texte de l’Histoire ancienne jusqu’à César et de Prose 5 : ils occupent une position très haute dans la chronologie et dans la structure de la tradition manuscrite. Le fragment de Malibu fait partie d’un groupe de témoins qui remonte à la fin du XIVe siècle ; il s’agit de la partie la plus ancienne de la tradition, si l’on exclut le ms. R qui a été rédigé dans la première moitié du XIVe siècle. Le fragment de Porrentruy faisait partie d’un manuscrit assemblé probablement en France dans le premier quart du XVe siècle, et il nous offre le témoignage le plus ancien d’un texte particulier et remanié de Prose 5. Les fragments de Tours sont plus tardifs (milieu du XVe siècle) mais sont probablement les seuls témoignages de l’existence d’un texte hybride qui combine la première partie de l’Histoire universelle et la seconde partie de l’Histoire ancienne.

62Tous ces fragments portent un texte très correct et peu corrompu, donc assez proche de l’original, et montrent qu’ils dépendent d’un modèle commun (σ), en tout cas pour ce qui concerne le texte de Prose 5. Ils constituent en fait, avec d’autres manuscrits complets et bien connus, une branche particulière de la tradition de Prose 5 dont l’insertion dans le tronc principal de l’arbre généalogique se fait à un niveau très haut, inférieur seulement aux deux manuscrits R et Pr.

  • 64  Il ne faut pas oublier qu’il n’existe pas un exemplaire complet de l’Histoire universelle particul (...)

63Cette branche particulière, que nous pouvons mieux connaître grâce au texte des fragments, témoigne du succès immédiat et prolongé de Prose 5 et de son emploi à l’intérieur de projets textuels différents par rapport à son emplacement originale au sein de l’Histoire ancienne jusqu’à César. Les fragments de Malibu, tout comme les mss. L, N et Pa, faisaient partie d’un exemplaire de la première rédaction de l’Histoire ancienne dans laquelle la première partie de Prose 5 était greffée à l’intérieur de la traduction française de l’Histoire de la destruction de Troie de Darès le Phrygien. Le fragment de Porrentruy devait appartenir à un exemplaire d’une rédaction particulière de l’Histoire universelle, attestée également par les mss. Au et Pu, qui se distinguait par un ajout important sur l’histoire des Hébreux et par l’emploi de Prose 5 dans la section troyenne, en remplacement de la traduction de Darès. Les fragments de Tours appartenaient selon toute vraisemblance à un exemplaire hybride dont la première partie reprendrait le projet d’Histoire universelle particulière attestée par les mss. AuPuPo, complété avec la seconde partie de la première rédaction de l’Histoire ancienne64.

64Les remaniements textuels, les adaptations aux divers contextes et l’intégration de nouvelles parties d’autres versions en prose du Roman de Troie nous empêchent d’utiliser le texte de cette branche de la tradition pour la reconstruction du texte authentique et original de Prose 5. Ces mêmes caractéristiques nous montrent tout de même l’existence d’une tradition vivante et riche du point de vue culturel, issue de milieux qui devaient disposer de très bonnes bibliothèques, conservant des textes importants et parfois rares.

65Finalement, l’examen et l’étude des enluminures et des décorations des fragments nous confirment que les codex qui les contenaient ont probablement été réalisés dans les ateliers les plus prestigieux, liés de manière directe ou indirecte à la cour royale, entre la fin du XIVe siècle et la deuxième moitié du XVe siècle. Le texte de l’Histoire ancienne jusqu’à César, ainsi que celui de Prose 5, ont continué d’exercer une fascination importante et de susciter l’intérêt d’un public d’élite bien plus d’un siècle après l’arrivée à Paris du premier exemplaire de ces textes. Il y a donc une suite ininterrompue de production d’exemplaires de luxe richement décorés et enluminés bien qu’à l’intérieur de projets textuels toujours en évolution et nouveaux. Cela montre la diffusion importante de ce texte, avec ses variantes qui témoignent de l’ample circulation des manuscrits et permet de situer leur relecture et leur réaménagement critiques dans le milieu de la plus haute noblesse française, voire dans l’entourage de la cour royale.

Annexe

Les textes des fragments de Malibu et de Porrentruy

Malibu, The J. Paul Getty Museum, Ms. Ludwig XIII 3, fol. 3:

... || [fol. 3a (84r)] mort puis emmena sa fe(m)me. Ne demoura guaires apres que hercules ama une dame qui ot nom hiloes dont deydamira fu m(ou)lt dolente. Adonques se ramembra elle de la chemise qui fu baingnie ou sang nexu(m)taurum Si ques a un matin auant quil | [3b] feust iour cler la donna a hercules et il cuida que se feust la sienne et la vesti lors entra en moult grant ardeur et pour yssir dicelle se mist en greigneur car il se bouta en une fornaise ardant ou il fu tout ars et ainsi fina sa vie.

Cy fine de la toison dor |

[3a] Cy commence la seconde destruction de troyes la g(ra)nt.

La seconde destruction de troyes fait mieulx a raco(n)ter que la premiere p(ar) droit (et) par raison. Quant la cite ot este destruicte ainsi comme no(us) dit et les grieux sen furent retournes Et priant qui fu filz au roy leomedon oy les nouuelles que troyes estoit destruicte (et) son pere occis et la confusion du pais (et) la mort des barons et le rauissement de sa suer il reuint a troyes le plus | [3b] tost quil pot la quelle il trouua destruicte (et) confondue si comme ie vous ay dit. dont il fist merueilleux dueil (et) ploura moult (et) sa femme et ses enfans et toute sa mesnie et tous ses chevaliers qui auec lui estoie(n)t Si proposa a faire la cite plus grant (et) plus forte que onques nauoit este.

Des enfans au roy priant.

Le roy priant auoit femme espousee belle (et) noble et de grant lignage qui hecuba estoit appellee. la royne auoit de son mary priant .vij. enfans cinq beaulx bacheliers fors preux et hardiz et plains de grant proesce. Celle || [3c (84v)] hecuba fu fille du roy demantis Laisne filz ot nom hector le fort le preux le combata(n)t qui tant pouoit souffrir de forces darmes cilz qui tant occist de fors rois princes ducs (et) contes que a paines le pourroit nulz compter et aussi qui tant de fois fu assembles corps a corps a achilles jl estoit preux et beaux homs grant et de belle taille beaux membres blons cheueux et de belle faiture estoit arme et desarme vn pou estoit borgne des yeux mais bien lui auenoit Le seco(n)d fu appellez deiphebus cilz estoit preux (et) beaux par mesure non pas tant comme fu hector et troylus du quel nous p‹ar›lero(n)s cy apres Le tiers ot nom paris qui moult fu bel (et) de belle faicture et maniere Jl estoit le plus bel et le plus plaisant aus dames qui onques fu en son temps mais il nestoit pas le plus chevalereux. mais a merueilles estoit legier et bon archier et bon veneur et bon ch(euali)er par raison. mais no(n) mie si bon ne si preux comme furent ses freres Si vous vueil raconter de sa natiuite et de sa vie.

De la natiuite paris le filz priant.

Une nuyt estoit la royne hecuba couchee auecques le roy priant son mary celle nuyt habita le roy a la royne et puis apres sendormy la dame et songa vn songe (et) lui sembloit que de son ventre yssoit vne torche ardant et lui sembloit que ceste torche ardoit toute la cite de troyes et en songant ce songe fremissoit et se remuoit et paroit quelle souffrist grant paine. Au matin lui demanda li rois quelle auoit la nuyt eu et la dame lui dist quelle auoit songie vn songe moult m(er)ueilleux et que en son songe lui estoit apparu vne torche qui lui issoit du ventre qui toute la cite de troies ardoit quant le roy lentendi il se pensa bien en son cuer que signifioit le songe. toutesuoies fist il assembler les sages hommes de son royaume puis leur compta le songe et leur pria quilz lui deissent que ce pouoit estre. et ilz | [3d] lui dirent que la royne auoit conceu vn enfant par qui toute la cite de troyes seroit arse (et) destruicte Quant le roy entendi ceste chose il commanda a sa femme que quant lenfant q(ue)lle auoit ou corps seroit nez quelle loceist car par lui pourroit grant peril venir q(ua)nt la dame ot enfante il lui prist pitie de son enfant elle ne le voult pas occire ains lenuoya par vn sien secret messagier a vne ville a vn sien vauuasseur qui le nourry bien (et) doulcement et le nomma alixandre et quant il fu grans (et) parcreus il prist a femme la deesse cenona qui lui donna de nobles dons (et) de gracieux.

Comment paris juga iustement de la bataille des deux toreaulx.

Un iour auint que celui alixandre estoit alez veoir ses bestes et son aumaille a vn manoir que son signeur tenoit si trouua es pres soubz vne roche dalez vne clere fontayne vn torel bel et fort et gras mais il ne sauoit dont il estoit ne dequel part il estoit venus car il estoit estranges et se combatoit ycellui torel a vn de ses toreaulx longuement dura la bataille et alixa(n)dre les regarda sans aider (et) sans nuyre alun ne alautre tout coiement. mais quant vint a la fin son torel fu vaincu lors fist il vne couronne de fleurs et couronna le torel estrange en signe de victoire ceste chose fu sceue co(m)munement par mi le pais et en fu moult loe car il fu dit quil estoit loyal et droicturier et vray iusticier.

De la descordance qui mut entre les .iij. deesses.

Un iour aduint que la deesse juno (et) pallas la desse de sapience et dame venus sassemblerent ensemble pour feste (et) joye demener mais quant la deesse pheto(n)ta vit que les aut(re)s ne lauoient pas appellee ne semonce a la feste elle en fu forment yree contre elles Si sapensa de semer entrelles la semence de discorde si fist vne pomme de fin or ou || ...

   

Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, Divers 4 :

... || [ra] que jl lui rendist doucement les deux filz hector son frere / (et) tant dam(en)de lui face de son do(m)mage mais jl le trouua moult dur / mais jl pria si doucement les princes que jlz les lui rendirent dont jl fu moult joieux / Et Anthenor se parti de la terre et de tout le pays / mais je ne scay pas ou jl ala

Apres ce neptholomus et tous les princes (et) les roys plourerent thalamon puis que jl fu enseueliz .iij. jours que oncq(ue)s ne se despoillierent ne ne deschausserent / Apres ce firent chose que o(n)ques nul ne fist / Car jlz se firent tous rere (et) tondre (et) laissierent les cheueulx jleuc (et) ce firent jlz pour le grant dueil que jlz auoie(n)t de lui Si ont appele desloiaulz agamenon et menelaus (et) dirent que tant si so(n)t honniz que de la mesgnee attr[ay]65 ne de la lignee ne les clameront plus Si les appelerent vvimi[hertez en]66 gregoiz qui vault autant a di[re co(m)me] neant nobles / Et jlz voient que jlz ne peuent auoir auecques eulx paix ne concorde / si les requistrent m(ou)lt et prierent que jlz les en laissasse(n)t aler / Car jl nest pas bien que jlz soient entreulx puis quilz ont vers eulz si grant rencune / Assez sen firent prier aincois que jlz leur voulsissent octroier / Et puis quilz ore(n)t prins le congie si firent tantost rapareillier leurs nefs / Puis furent vilment deboutez (et) chacez / et ainsi se mistrent en mer / Si furent si liez quant jlz se virent en mer que po(ur) [rb] tout lor du monde ne retournassent arrieres

Du roy thalamo(n) estoient demourez .ij. beaulz filz assez joines quil auoit euz de .ij. filles de roy / Lun auoit nom Anthides (et) estoit nez de Gla[n]ca qui le ressembloit a merueilles bien Et lautre ot nom Estrachiz nez de themissa moult estoient beaulz enfans (et) bien affaictiez si furent liurez a un riche roy qui ot nom the[n]ser pour norrir et pour enseigner ta(n)t que jl les fist cheuallier(s) / Et jl les receut joieusement car ses parens prouchains estoient.

Comment les gregois se partirent du siege de troie ou jlz orent seiourne long temps et se mistrent en mer atant de gens co(m)me ilz auoient de remenant.

Apres ce que les Gregois virent lyuer venir jlz prindrent tantost conroy de passer la mer / Car plus demourer ne pouoient (et) se misrent en mer par mauuaiz temps dyuer qui moult estoit perilleuz (et) horrible (et) se partirent de troie ou jlz auoient longuement demoure (et) continuellement y furent a siege .x. ans .vij. mois et .xij. jours / Et y ot mort de leur gent .viijc. milliers (et) .vjm. Et de la gent de troie .vjc. milliers et .xlvjm. jusques atant que la cite fu trahie / Puis en y ot jl mort .ijc. milliers (et) .xlviijm. / La so(m)me des Gregois (et) des troiens ensemble fu .xvij. foiz Cent mille / qui vale(n)t vn million et .vijc. milliers. [va]

Comment Eneas qui ses nefs ot faictes appareillier pour soy en aller de la contree de troie conseilla aus troiens qui eschappez estoient de loccision quilz enuoiassent q(ue)rre Anthenor et le feissent leur roy Et cilz y vint moult joieux mais Eneas fist puis tant quil ne fut point receu / ainçois en fu a desho(n)neur chaciez.

Eneas demoura atroie par le co(m)mandem(en)t des gregois tant quil feust appareilliez. Puis s’en yra co(m)me esgarez . si fist en la marine atourner ses nefz Et quant elles furent appareilliees si appela ceulz qui estoient eschappez de loccision et leur dist Seigne(ur)s vous veez bien comment jl va Car gent ne fu oncques si maleureuse comme nous so(m)mes . jl me couuient deguerpir troie maugre moy Si ay ma nauie faicte aprester (et) si men yray cercher terre ou je puisse demorer / Et ceulz qui auecques moy vendront a nul jour de ma vie ne leur fauldray et si les tendray chier et aimeray et leur seray loyal et les secourray a mon pouoir / Ceulz qui demourront cy nauront nul prince de la lignee dardani / Et cy pres sont les marches ou sont moult mauuaise gens / si seront sanz seigneur jl leur en pourra moult mescheoir / Et ny voy meilleur conseil que de faire Anthenor venir et le faire seigneur / Car jl est sages (et) preux / et les saura bien gouuerner et deffe(n)dre / et ce pleut moult a touz / Si [vb] y enuoierent dilige(m)ment pour le querir . Et quant Anthenor le sot si en fu moult liez et y vint tantost atoute sa meisgniee mais y fu mauuaisement receuz / Car endementiers quil mist au venir fu dit a Eneas que jl estoit desheritez par lui / et accusez (et) descouuert de la fille au roy priant que jl avoit mucee / Et se jl ne leust cerchee / ja nul des gregois ne leust trouvee . Apres auoient les gregois tout laissie le fait (et) nestoient de rie(n)s courrouciez vers lui / mais adont que jl conuia les gregois a mengier auecques lui fu le forfait remembrez par quoy jl le couuenoit partir / Et pource pourchaca tant Eneas que jl ne fu point receuz / aincois en fu a deshonneur chaciez / et assez tost se feust a lui meslez se jl ne leust mande do(n)t jl lui commanda que tantost yssist de tout le pays si que jl ny feust iam[ais] trouuez Et jl maintenant a honte (et) a vergoigne sen parti malgre soy si que jl receut le loyer de son oeuvre / Et ainsi fu adonc dessaisiz de ce dont jl cuidoit estre roy et sire.

Comment Anthenor sen ala de la contree de troie (et) se mist en mer a telle compaignie co(m)me jl auoit moult durement doulent de ce quil estoit ainsi dechacez de la terre do(n)t jl cuidoit estre roy et seigneur.

Adonc Eneas qui en sa seign(eu)rie avoit .ijm. et .vc. co(m)paignons ot conseil prins denvayr Anthenor auant quil yssist du pays mais ses amis ne lui loerent
   

Tableau I : Tableau synoptique Prose 3 – Prose 5 – Version d’AuPu

Prose 3

Prose 5

ms. Pu, fol. 169a-c

En tant que durerent les trieves, ensevelirent dez deux pars tous lez mors. En l’ost fu moult plouré Palamidez et honorablement enseveliz, et aussi furent tous lez autres chascun endroit soy. En la cité fu moult plourez Deyphebus et le roy Serpidon, et leur ont faittes moult bellez sepultures et moult beaulx serquelx, et lez ont miz dedenz et aussi firent des autres chascun endroit soy.

Lez Gregoys estoient moult esbahis et de ce qu’ilz avoient receü et de ce que Achillés ne leur vouloit aidier. Si prinst Agamenon conseil d’envoier a lui Ulixés et Nestor li vielx et Dyomedés ; tous estoient sages a merveillez, et Agamenon leur a dit que ce fera qu’ilz diront. Si s’en vont droit a son pavillon [60b] ou ilz le trouverent a grant compaignie de chevaliers et de barons, morne et pensifs comme cilz que amour destraignoit moult durement ; si qu’il ne savoit quel conseil devoit prendre, car il ne pooit ne boire ne mengier ne reposer ne dormir. En telle maniere le travailloit son amour.

Quant ilz furent devant le pavillon venuz si descendirent dez pallefroys et Achillés, quant il le sot, si courut tantost encontre eulx et si les accola tous troiz, car ilz estoient tuit sien grant ami. Si les mena dedenz le pavillon et se assist avecquez eulx sur un tappis et puis fist tous lez autres departir. Et commença Ulixés sa raison en telle maniere.

« Sire Achillés, le vostre chier ami Agamenon nous a cy envoiez pour monstrer a vous une raison. Nous [60c] sommes venus en ceste terre pour destruire et pour gaster Troye, et l’achoison savez vous tres bien, et venus sommez a tant que nous y avons receü tres grant parte et eulx du mal assez. Si est assemblez tout le monde, et cilz nous deffendent leur paÿs, maiz nous les avons ainsi destrains qu’ilz n’ont nulx passages ne nulx autres gaings ; et vous leur occistes Hector le puissant, en qui ilz avoient toute leur fiance, et ont Deyphebus perdu et telx .xxxm. chevaliers dont ilz sont moult afflebis. Victoire nous est promise ainsi comme vous savez, et vous estes plus redoubtez et plus prisiés que homme qui vive, et par ceste besoingne est vostre pris doublez .c. foiz. Or gardez que vous ne l’abbaissiez ; et se vous autre conseil ne prenez, a l’abbaissier estez venuz...

A tant leur otroia Troïlus et tuit li autre Troien. Lors fu[131b]rent confermees d’embe .ij. pars, puis ensevelirent leurs mors de une part et d’autre. En l’ost fu mult pleuré Pallamidés et fu ensevelis mult honorablement, et dient cil qui l’ont veü que sa sepulture apparra tousjour més. En la cité fu mult pleuré Deiphebus et li rois Serpedon, et leur ont fet belle sepulture et biaus cercleul, et les ont mis ens et ensint firent des autres chascun endroit soi.

Dedens le terme de celle trieve furent Gregiois mult esmaiés, si s’acorda Agamenon par le consoil des Gregiois que il feroit prier Achillés que il venist a la bataille, si i tramist les plus sages de l’ost et du plus grant affere : ce fu li viels Nestor et Dyomedés et Ulixés ; et avant que il meussent si leur conseilla de quoi il parlleroient a lui. Cil s’en alerent droit a son paveillon ou il le trouverent pensif et de grant maniere, com cil qui estoit destrois de fine amour et qui le boire et le mengier et le repos avoit perdu ; et ce doivent savoir cil qui en amor ont mis leur cuer, comme folle esperance les conforte par pou d’achoison et comme il se desespoire legierement ; pour quoi je di que telle maladie doit estre mult doutee dont la douleur est si pesant et [131c] si longue, la joie legiere et tardive. Et de ceste maladie estoit grevés Achillés si durement que il ne savoit penser de soi meismes, car aucune fois en est reconfortez et autre fois n’atent se la mort non ; si est le jour de cent manieres remué de corage. De ceste infirmité de cuer de quoi nous avons dit desus, de quoi Achillés estoit malades, trouvons que .i. autre qui out nom Brunor en fu si durement grevés, et en tel melencolie en entra que non seulement estoit gelous de s’amie en cui il avoit son cuer mis, mes de toutes les autres ausi ; car avis li estoit que cel home qui peust avenir au desus d’une feme mondane ou damoisele, quelle que elle fust, pourroit bien au desus de celle que il amoit. Veés ci comment cruel envie l’avoit seurpris. Pour quoi je di que droit est que celui qui tout veult retenir deust tout perdre. Ensi povés veoir comme Amor fet eschiver et quantes diversités de corage il donne ; car Achillés osoit bien amer la ou il savoit que il estoit plus haïs.

Or vous dirons des .iij. princes qui descendirent devant le paveillon Achillés pour parler a lui. [131d]

Quant Achillés les vit venir si leur ala a l’encontre et leur fist grant feste. Aprés s’en entrerent dedens le paveillon tous quatre ensemble sans nulle compagnie, s’assistrent sus les tapis et parla Ulixés premier et dist :« Biau sire Achillés, li rois Agamenon par le consoil de tous les autres princes nous a ci a vos envoiez pour vous moustrer comme nous somes ci venus en cest païs pour gaster et pour destruire Troie, et l’achoison savés vous bien ; et venus en sommes a tant que nous i avons receu grant perte et chil de la ausi. Ci est tout li mondes assemblez, et cil de la ville font leur pooir de eus deffendre ; mes mult les avons aigrement requis que tot leur gueaigne leur avons tollu. Meismement Hector, le soverain de tous, qui estoit tote leur esperance, et vous meismes l’occisistes. Aprés ont perdu Deiphebus et tels .xxxm. chevaliers, dont il sont mult afoiblis. Et si com vous meismes savés, les diex nous ont promis victoire. Mes une chose vous vuil je moustrer, ce est que l’en vous redoute et prise sus tous homes, et pour ceste besoigne est vostre pris doublé cent fois. Ore gardés que vous ne l’abais[132a]siés ; et se vous autre consoil ne prenés, a l’abaissier estes venus... »

Et tant que les trieves durerent, ensevelirent des deux pars tous leurs mors. En l’ost fut moult plouré Palamidés et moult honnourablement enseveliz, et dient ceulx qui ont veü sa sepulture que elle fut faicte si noblement et par si grant maistrise qu’elle apperra a tousjours. En la cité fu moult plouré Deiphebus et le roy Sarpedon, et leur firent les Troiens moult belles sepultures et moult beaulz serqueux, et aussi firent ilz des autres chascun endroit soy.

Comment durant les trieves le roy Agamenon envoia devers Achillés le roy Nestor, Ulixés et Diomedés pour lui prier et requerre qu’il venist a la batailleavecques eulz contre les Troiens.

Durant le temps de ces trieves estoient les Gregois moult esmaiez, tant pour le grant dommaige qu’ilz avoient receu come de ce que Achillés ne leur vouloit aidier. Si se accorda Agamenon par le conseil des Gregois que il feroit prier Achillés que il venist en la bataille,si y envoia les plus saiges de l’ost et du plus grant affaire : ce furent le vieil Nestor, Ulixés et Diomedés ; et avant qu’ilz meussent leur conseilla de quoy ilz parleroient. Ceulz s’en allerent droit a son paveillon ou ilz le trouverent a grant compaignie de chevaliers et de barons, morne et pensif comme cellui que amours destraignoit moult durement ; si qu’il ne savoit qu’il devoit faire ne quel conseil prendre, car il ne povoit ne boire ne mengier ne repos avoir. Et ce doivent savoir ceulz qui en amour ont mis leur cuer, comme folle esperance les conforte par pou d’occhoison et les fait desesperer legierement ; [169b]pourquoy je di que ceste maladie doit estre moult doubtee dont la douleur est si pesant et si longue et la joie legiere et tardive. Et de ceste maladie estoit grevé Achillés si durement qu’il ne savoit penser de soy mesmes, car aucune·ffois en estoit reconfortez et aucune·ffois n’attendoit se la mort non ; si estoit le jour de cent manieres remué de couraige. De ceste enfermeté de cuer de quoy nous avons dit dessus, de quoy Achillés estoit malade, trouvons nous que un autre qui avoit nom Brimor en fu si tres durement grevé, et en tele melencolie en entra que non seulement n’estoit pas jaloux de s’amie en quoy il avoit son cuer miz, mais de toutes les autres aussi ; car aviz lui estoit que l’omme qui povoit venir au dessuz d’une femme mondaine, quelle qu’elle feust, pourroit bien venir au dessuz de celle qu’il amoit. Veez cy comme cruelle envie l’avoit seurprins. Pourquoy je dy que cellui qui veult tout retenir doit tout perdre. Ainsi povez veoir comment amour fait a eschiver et quantes diversitez de couraige elle donne. Si vous ay dit ce pour Achillés, qui osoit bien amer la ou il savoit qu’il estoit plus haÿs.

Comment Nestor, Ulixés et Diomedés descendirent devant le pavillon de Achillés.

Quant les trois princes furent devant le pavillon de Achillés venuz si descendirent des chevaulz et Achillés, quant il le sot, si courut tantost encontre eulz et leur fist moult grant feste et les accolla tous trois, car ilz estoient ses grans amis.Si les mena dedens son paveillon et se assist avecques eulz sur ung tapiz et puis fist tous les autres departir. Et lors commença Ulixés sa raison en tele maniere : « Sire Achillés, le vostre chier amy Agamenon par le conseil de tous les autres princes de l’ost nous a cy envoiez a vous pour vous monstrer comment nous sommes cy venuz en ce païz pour destruire la cité de Troie, et l’occhoison savez vous tres bien ; et venuz en sommes a tant que nous y avons receu grant perte et eulz du mal assez. Si sommes yci assemblez tous les barons de Grece pour [169c] ceste oevre mener a fin. Et ceulz y mettent defense au mieulx qu’ilz poent, mais nous les avons si destrains et telement dommagiez que a peine se pourront ilz desormais defendre, come ceulz qui ont perdu Hector le puissant chevalier, que vous occeistes, ou quel ilz avoient leur fiance et toute leur esperance. Aprés ont perdu Deiphebus et moult d’autres princes qui estoient de grant valeur, et avec eulz telz .lxm. chevaliers dont ilz sont moult affoibliez. Et si comme vous mesmes savez, les dieux nous ont promiz victoire.Maiz une chose vous vueil je monstrer, c’est que on vous redoubte et prise on sur tous hommes,et pour ceste besoingne est vostre pris doublé cent foys. Or gardez que vous par non savoir ne l’abbaissiez ; car se vous autre conseil ne prenez, a l’abbaissier estes venuz... »
  

Illustrations

Malibu (Los Angeles), The J. Paul Getty Museum, Ms. Ludwig XIII 3, fol. 3r

Malibu (Los Angeles), The J. Paul Getty Museum, Ms. Ludwig XIII 3, fol. 3v

Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, Divers 4, fol. 1r

Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, Divers 4, fol. 1v

Tours, Bibliothèque municipale, ms. 1850, fol. 6 (cliché CNRS – IRHT)

Tours, Bibliothèque municipale, ms. 1850, fol. 7 (cliché CNRS – IRHT)

Haut de page

Notes

1  Les références bibliographiques concernant la personnalité et l’œuvre de cet artiste seront données dans la section 2.

2 M.-R. Jung, La légende de Troie en France au moyen âge. Analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Basel-Tübingen, Francke, 1996, p. 344.

3  Les interpolations sont concentrées dans la première partie de la section troyenne : les mss. L, N et Pa commencent la section par des emprunts à Prose 5 concernant la fondation de Troie, l’histoire de Jason et Médée, la première destruction de Troie par Hercule, et le début de la seconde destruction avec la description des fils de Priam et le jugement de Pâris. Sur ce groupe de manuscrits voir en particulier D. Oltrogge, Die Illustrationszyklen zur ‘Histoire ancienne jusqu’à César’ (1250-1400), Frankfurt am Main/Bern/New York/Paris, Peter Lang, 1989, p. 33-35, 69-71, 269-71, 274, 281-82, 326.

4  Voir la n. 12.

5  Informations sur la décoration de ce manuscrit dans la fiche informatique du Getty Museum (www.getty.edu/art/gettyguide/artMakerDetails ?maker =972 et www.getty.edu/art/gettyguide/artObjectDetails ?artobj =1666), dans le catalogue des manuscrits du fond Ludwig (A. von Euw, J. M. Plotzek, Die Handschriften der Sammlung Ludwig, Köln, Schnütgen-Museum der Stadt Köln, 1982, t. III, p. 212-14 et 234-37) ; voir aussi E. Lindqvist Sandgren, The Book of Hours of Johannete Ravenelle and the Parisian Book Illumination Around 1400, Uppsala, Uppsala University Library, 2002, p. 145 et É. Fournié, « Catalogue des manuscrits de la Bible historiale », Sources et documents : la Bible historiale (L’Atelier du Centre de recherches historiques, Revue électronique du CRH, 03.2, 2009 [http://acrh.revues.org/index1830.html]), 1/3 ms. 2 n. 3.

6  Ce livre est enregistré dans l’inventaire de 1402 de la Bibliothèque royale (J. Guiffrey, Inventaire de Jean, duc de Berry (1401-1416), Paris, Leroux, 1894, t. I, p. 225 n° 854).

7  Le peintre principal de la Bible historiale de Jean de Berry est le Maître du Couronnement de la Vierge, attesté entre 1400 et 1405, qui doit son nom à la peinture qui se trouve dans le feuillet d’ouverture d’un manuscrit de la Légende Dorée de Jacques de Voragine (Paris, BnF, fr. 242, fol. A). Sur cet artiste voir É. Fournié, art. cit., 1/3 ms. 2 n. 3 ; Paris, 1400 – Les arts sous Charles VI, Paris, Musée du Louvre, 22 mars-12 juillet 2004, Paris, Réunion des musées nationaux – Fayard, 2004, p. 195 et 263, cat. n° 65, 79, 112, 113, 137, 145, 162, 164 (F. Avril) ; M. Meiss, French painting in the time of Jean de Berry, The late fourteenth century and the patronage of the duke, New York, Phaidon, 19692, t. II, p. 218, 252, 274, 300, 355, 400 n. 33.

8  A. Komada a proposé une identification dans sa thèse de doctorat (A. Komada, Les illustrations de la Bible historiale. Les manuscrits réalisés dans le Nord, thèse de doctorat dactylographiée, 4 vol. , Paris, Université de Paris-IV, 2000), que je n’ai pas pu consulter.

9  Voir E. Lindqvist Sandgren, op. cit., p. 45-47 et surtout la table de p. 47, qui tient compte des études précédentes pour arriver à un total de 25 manuscrits ; François Avril (Paris, 1400... cit., p. 230-31, n° 137) a récemment ajouté le premier cahier du manuscrit Valencia, Biblioteca historica, Ms. 387, mais confirme le cadre historique des enlumineurs, représentants de la génération des années ‘90 du XIVe siècle.

10  L. M. C. Randall, Medieval and Renaissance Manuscripts in the Walters Art Gallery, I, France, 875-1420, Baltimore – London, The Johns Hopkins University Press, 1989, p. 201.

11  D. Oltrogge, op. cit,p. 34-35; E. Lindqvist Sandgren, op. cit., p. 45-47.

12  D. Oltrogge, op. cit., p. 326 et images 67 et 69.

13  Voir par exemple encore une fois D. Oltrogge, op. cit., p. 33-35.

14  Pour la reconstruction de l’histoire du ms. R, témoin le plus ancien et le plus important de la deuxième rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César, voir F. Avril, « Trois manuscrits napolitains des collections de Charles V et de Jean de Berry », Bibliothèque de l’École des Chartres, 127, 1969, p. 291-328 (aux p. 300-14) ; L. Barbieri, Le « epistole delle dame di Grecia » nel Roman de Troie in prosa. La prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio, Tübingen-Basel, Francke, 2005, p. 10-12 et id., « Les epistres des dames de Grece », une version médiévale en prose française des Héroïdes d’Ovide, Paris, Champion, 2007, p. 15-16. Ce manuscrit aurait été composé à Naples vers 1330-1340 et serait passé dans la bibliothèque de Charles V de France entre 1370 et 1380, date des premiers inventaires de la Bibliothèque Royale dans lesquels apparaît un article dont la description permet son identification avec le ms. R (voir L. Delisle, Recherches sur la librairie de Charles V, roi de France, 1337-1380, Paris, Champion, 1907, t. II, p. 196 n° 1211 et l’analyse de F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 308-11). Dans nos ouvrages précédents, nous avons parlé du ms. R comme du possible archétype de toute la tradition connue (voir en particulier L. Barbieri, Le « epistole delle dame di Grecia »... cit., p. 86-86 et id., « Les epistres des dames de Grece »... cit., p. 15-16). Après une étude plus approfondie mais pas encore définitive, la situation pourrait se révéler différente, comme nous le montrerons dans la suite de cet article. Néanmoins, et à défaut d’une preuve définitive, le texte de R reste d’une excellente qualité philologique et se distingue de toute la tradition pour ses particularités linguistiques et pour son style archaïsant.

15  Il s’agit du ms. Chantilly, Musée Condé, 727 (XIX C 6), qui offre une variante particulière de la deuxième version de l’Histoire ancienne jusqu’à César, commençant avec la section II.Voir M.-R. Jung, op. cit, p. 528-31 ; L. Barbieri, Le « epistole delle dame di Grecia »... cit., p. 38 ; id., « Les epistres des dames de Grece »... cit., p. 10-11.

16  Il y a par exemple une contradiction évidente entre l’indication secont cayer et le fait qu’il s’agit plutôt du premier cahier du manuscrit, du moins dans son état actuel. D’ailleurs, le ms. R commence en effet de manière abrupte et sans un vrai incipit par la troisième section sur l’histoire de Thèbes, en éliminant les sections I et II de la première rédaction de l’Histoire ancienne, alors qu’une large majorité des témoins de la deuxième rédaction de l’Histoire ancienne, à l’exclusion de Pr et S, commence par la section II consacrée aux Assyriens (voir le tableau dans L. Barbieri, Le « epistole delle dame di Grecia »... cit., p. 9). Il est tentant d’imaginer que le ms. R devait commencer par un cahier contenant la section II, égaré dans un deuxième temps, peut-être lors d’une opération de transcription.

17  Il est incontestable que, bien que recadré selon la mode en vigueur à Paris entre le XIVe et le XVe siècles, le cycle des enluminures du ms. Pr reprend de manière parfois identique le programme iconographique du ms. R, surtout dans le cas des enluminures à pleine page (voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art.cit., p. 305-9 et Paris, 1400... cit., p. 206). Un manuscrit qui correspond parfaitement aux caractéristiques du ms. Pr est enregistré, en outre, dans les inventaires de 1413 de la Bibliothèque Royale, sous le nom de Jean de Berry (voir F. Avril, « Trois manuscrits...», art. cit., p. 308-9 et J. Guiffrey, op. cit., t. I, p. 237 n° 912). La note des inventaires certifie que le manuscrit existait déjà en 1402. Un autre témoin de la deuxième rédaction de l’Histoire ancienne, dont l’iconographie entretient des liens directs avec le programme du ms. R, est le ms. Londres, BL, Stowe 54 (S), qui serait selon F. Avril l’œuvre d’un copiste français et d’un peintre « néerlandais », qui travaillait peut-être en France (voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art.cit., p. 305-6 et Paris, 1400... cit., p. 258). F. Avril retrouve la main de cet artiste dans d’autres manuscrits parisiens tels que le ms. Londres, BL, Sloane 2433 (Grandes Chroniques de France) et Paris, BnF, fr. 373 (Ovide moralisé de Jean de Berry).

18  En effet, F. Avril reconnaît la main plus archaïsante de l’artiste principal du ms. Pr dans les fol. 1-88, 99-102, 105-144, 161-168, 177-184, 193-200 et 209-288 ; un collaborateur un peu plus moderne et d’inspiration flamande se serait par contre occupé de la décoration des fol. 89-96, 97v, 104v, 145-160, 169-176, 185-192 et 201-208 (voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 307, n. 1).

19  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art.cit., p. 304 et R. H. Rouse, M. A. Rouse, Illiterati et uxorati. Manuscripts and their makers: commercial book producers in Medieval Paris 1200- 1500, London, H. Miller Publisher, 2000, t. I, p. 285-302.

20  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 308.

21  Voir M. Meiss, French painting in the time of Jean de Berry, The Limbourgs and their contemporaries, with the assistance of S. Off Dunlap Smith and E. Home Beatson, New York, The Pierpont Morgan Library, 1974, t. I, p. 420, mais aussi les p. 7, 42, 62-65, 398-400. M. Meiss d’ailleurs n’évoque jamais le nom de Perrin Remiet, ni pour le ms. Pr ni pour le ms. BnF fr. 823. Les Histoires contre les païens de Paul Orose sont la source principale de quelques sections de l’Histoire ancienne jusqu’à César. Sur le Maître d’Orose voir aussi C. Sterling, La peinture médiévale à Paris, 1300-1500, Paris, Bibliothèque des Arts, 1987, t. I, p. 325.

22  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 307 n. 2 ; A. D. Hedeman, The Royal Image : illustrations of the ‘Grandes chroniques de France’, 1274-1422, Berkeley, University of California Press, 1991, p. 185 ajoute cinq autres manuscrits : Paris, BnF, 2813 ; Londres, BL, Add. 15269 ; Turin, Biblioteca nazionale, L.II.8 ; Valenciennes, Bibliothèque municipale, 637 ; plus quelques enluminures découpées qui se trouvent dans une collection privée en Belgique) ; L. Randall, op. cit., t. I, p. 201 ajoute le ms. Jena, Universitätsbibliothek, M. gallica fol. 87.

23  Voir F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 305 n. 2.

24  Voir R. H. Rouse, op. cit., t. I, p. 293-95 ; A. Komada, op. cit., p. 565 ; Paris, 1400... cit., p. 203 ; É. Fournié, art. cit., 1/3, ms. 2 n. 3.

25  Voir L. Randall, op. cit., p. 201-2 ; R. H. Rouse, op. cit., t. I, p. 293-95 et t. II, p. 115 ; É. Fournié, art. cit., 1/3, ms. 2 n. 3.

26  M. Camille, Master of Death: The Lifeless Art of Pierre Remiet, Illuminator, New Haven/London, Yale University Press, 1996.

27  Voir M. Camille, op. cit., p. 219.

28  M. Camille dit que son avis contraire à F. Avril serait partagé par M. Meiss et par la thèse de doctorat de S. Off Dunlap Smith, Illustrations of Raoul de Praelles’ Translation of St. Augustine’s City of God, 1374-1420 (Ph.D. New York University, 1974). Nous avons déjà dit que M. Meiss n’évoque jamais le nom de Perrin Remiet, donc il ne peut pas être évoqué ni pour confirmer ni pour démentir la reconstruction de F. Avril. Quant à la thèse des. Off Dunlap Smith, nous n’avons pas pu la consulter, mais la citation qu’en fait M. Camille (« Remiet occurs in the first Pèlerinage wich is painted throughout by the illuminator we wish to designate as Remiet. F. Avril’s identification of Remiet as the author of fols. 95 and 102v in the second Pèlerinage therefore seems improbable » ; M. Camille, op. cit., p. 261 n. 44) est tautologique et ne constitue pas en tant que telle une preuve contre l’hypothèse d’F. Avril.

29  F. Avril, « Le parcours exemplaire d’un enlumineur parisien à la fin du XIVe siècle : la carrière et l’œuvre du Maître du Policratique de Charles V », De la sainteté à l’hagiographie, genèse et usage de la Légende dorée, études réunies par B. Fleith et F. Morenzoni, Genève, Droz, 2001, p. 265-82, à la p. 266 et Paris, 1400... cit., p. 46.

30  La contradiction concerne surtout la partie du ms. Pr qu’on veut attribuer à Jean de Nizières. Selon la théorie de M. Camille, il devrait s’agir de l’enlumineur principal du manuscrit, mais aux p. 31-33 et dans la note 44 de la p. 261 il dit: « F. Avril, ‘Trois manuscrits’, p. 308-310, argues that this second artist of BN fr. 301 who is also the second artist of BN fr. 823, is to be identified as Remiet! » (c’est nous qui soulignons par l’italique). Il s’agit probablement d’une coquille, mais en le lisant on n’a jamais l’impression que M. Camille a les idées claires quant à l’identification des mains des enlumineurs. Même la présence récurrente d’un oiseau dans les décorations de Remiet (un ramier ?), qui selon M. Camille constituerait une sorte de signature de l’artiste, n’est pas une preuve, car l’oiseau représenté n’est pas ce que M. Camille voudrait qu’il soit (voir p. 294 et n. 58) et l’étymologie et la phonétique de Remiet n’a rien à voir avec ramier. Finalement, on constate dans le livre de M. Camille une grande imprécision dans la transcription et la traduction de l’ancien français, ce qui ne contribue pas à la fiabilité de ses conjectures.

31  R. Gamper, R. Jurot, Catalogue des manuscrits médiévaux conservés à Porrentruy et dans le canton du Jura, Dietikon-Zurich, Urs Graf, 1999.

32  L’indication, écrite au crayon, se trouve dans la marge inférieure du verso.

33  Voir ms. R, fol. 175a-176a ; Au, fol. 362r-363v ; Pu, fol. 198ac. Cela devrait correspondre aux par. 414-418 de ma future édition de Prose 5.

34  Le sigle P3 identifie en effet Prose 3, la troisième mise en prose du Roman de Troie qui est une source directe de Prose 5 et confirme dans la plupart des cas la leçon et donc l’autorité du ms. R.

35  Sur Prose 3 voir M.-R. Jung, « Le Roman de Troie en prose du manuscrit de Rouen, Bibl. Mun. O. 33 », Romania, 108, 1987, p. 433-60 ; F. Vielliard, « Le Roman de Troie en prose dans la version du ms. Rouen, Bibl. mun. O.33 : ‘membra disjecta’ d’un manuscrit plus ancien ? », Romania, 109, 1988, p. 502-39 ; M.-R. Jung, op. cit., p. 499-503 ; L. Barbieri, « Entre mythe et histoire : quelques sources de la version en prose ‘napolitaine’ du Roman de Troie (Prose 5) », « Ce est li fruis selonc la letre ». Mélanges offerts à Charles Méla, textes réunis par O. Collet, Y. Foehr-Janssens et S. Messerli, Paris, Champion, 2002, p. 111-32 ; id., Le « epistole delle dame di Grecia »... cit., p. 20-35 et 63-78 ; F. Costantini, « Prosa 3 di Roman de Troie : analisi sinottica fra tradizione e traduzione », Critica del testo, 7, 2004, p. 1054-89 ; A. D’Agostino, « Dal Roman de Troie all’Istorietta troiana », Filologia e critica, 31, 2006, p. 7-56 ; id., Le gocce d’acqua non hanno consumato i sassi di Troia. Materia troiana e letterature medievali, Milano, CUEM, 2006, p. 62-63.

36  Puisqu’il serait trop long de reporter tous les exemples que nous avons répérés, nous nous bornons à fournir un cas significatif dans un tableau synoptique en conclusion de cet article.

37  Voir la bibliographie sur Prose 3 à la n. 35. Le seul manuscrit qui reporte le texte intégral de cette version est le ms. de Rouen, Bibliothèque municipale, O.33 ; les fragments sont constitués par les feuillets de garde des mss. Londres, BL, Lansdowne 229 ; Oxford, Queen’s College, 106 ; Paris, BnF, lat. 6002.

38  E. König, Französische Buchmalerei um 1450 : der Jouvenel-Maler, der Maler des Genfer Boccaccio und die anfänge Jean Fouquets, Berlin, Mann, 1982, p. 50-56, 193-96 et images 89-93 ; M.-R. Jung, op. cit., p. 555.

39  Je remercie vivement Mme Paule Hochuli Dubuis, assistante conservatrice des manuscrits de la Bibliothèque de Genève, pour sa précieuse expertise.

40  Voir E. König, op. cit., p. 214 et 217.

41  M.-R. Jung, op. cit., p. 351 et 356.

42  L’enluminure 8 n’est pas prise en compte, puisqu’elle ne porte pas la rubrique originale. En tout cas le texte de AuPu est très différent (Pu fol. 75a : Comment le roy Layus fut porté en la cité de Thebes et la ensevely, et comme Edipus se party de Fosses et trouva ung moustre de merveilleuse figure come vous orrez ; Au fol. 138v : Comment le roy Layus fut porté en la cité de Thebes et la ensevely, et comme Edipus party de Fosses et trouva ung monstre de molt merveilleuse figure comme vous orrés). Par contre, le S initial qu’on voit dans le fragment de Tours, correspond bien au début du paragraphe dans les mss. AuPu (Seigneurs). Le même mot Seigneurs commence aussi la dernière partie du paragraphe, consacrée de manière spécifique à la rencontre avec le Sphinx. La rubrique écrite au crayon dans le fragment de Tours pourrait être un ajout fait à cette partie, considérée comme un paragraphe autonome, qui ne se trouve pas dans AuPu.

43  Dans le ms. Pu, fol. 245d, le paragraphe en question est uni au précédent et n’a pas de rubrique. La rubrique qui introduit les deux paragraphes (fol. 245b) est la suivante : Comment les Phillistiens assemblerent ung grant ost contre les Ebrieux et la emprist David a soy combatre contre ung jayant nommé Golias.

44  Sur la mort de Brutus voir Pu, fol. 301ab : Comment Brutus fonda la cité de Londres sur la Tamise et morut et laissa trois filz qui le regne tindrent come vous ourrez ; Au, fol. 517r : Comment Brutus fonda la cité de Londres sur la Tamise et mourut et laissa troys filz qui le regne tindrent.

45  Le texte d’AuPu annonce à la fin un deuxième volume qui devait traiter de l’histoire de l’Orient. Cette deuxième partie nous est inconnue et probablement n’a jamais été rédigée. D’ailleurs tous les témoins du XVe siècle de la seconde rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César, à l’exclusion de Pr et S, s’arrêtent à la fin de la section V ou VI. Cela signifie probablement que le texte de la deuxième partie de l’Histoire ancienne n’était plus facilement repérable à cette époque.

46  Cette conclusion est confirmée par la correspondance partielle qui existe entre les rubriques 5, 9-11 des fragments de Tours et les rubriques de quelques manuscrits significatifs de la première version de l’histoire ancienne. Voir par exemple Pa fol. 113d : Comment le consul Brutus se combati contre le roy Tarquinius et y fu Brutus occis ; fol. 133b : Comment le roy Xersés fu occis et qui aprés tint le royaume ; fol. 143d : Comment Alixandre s’agenoulla contre le nom de Dieu ; fol. 155b : Comment Alixandre perdi la vie pour le venin que ses serfs li donnerent – Ms. Paris, BnF, fr. 20125, fol. 185c : Que li conceles Brutus se combati contre le roi Tarquinius et si fu ocis Brutus ; fol. 215d : Coment li rois Xersés fu ocis et qui apres lui tint le regne ; fol. 232b : Que Alixandres s’agenoilla contre le non Deu ; fol. 251d : Que li rois Alixandres perdi la vie par le venin que li serf li donerent a boivre – Ms. Paris, BnF, fr. 1386, fol. 64b : Qe li consules Brachus se combat contre le roi Tarquinus ; fol. 88a : Coment li roi Sersés fu ouchis et qi aprés lui tint le regne ; fol. 101d : Qe moult se devoient umilier li cristiens vers nostre segnor ; fol. 117a : Qe li rois Alixandres perdi la vie por le venin qe li serf li donerent a boire.

47  Mais Jean Fouquet n’a jamais collaboré avec le groupe de Jouvenel ; son chef-d’œuvre artistique en tant qu’enlumineur est probablement le livre d’Heures d’Étienne Chevalier, conservé au Musée Condé de Chantilly (Ms. fr. 71), dont nous avons déjà parlé puisque le scribe est probablement le même que celui des fragments de Tours (voir p. 348 et n. 40).

48  E. König, op. cit. Pour les références aux fragments de Tours voir p. 13 n. 38, p. 73 n. 183 et surtout la fiche de la p. 237 avec bibliographie. Aux p. 214 et 217, E. König reconnaît que le scribe du Mare historiarum de Paris est peut-être le même que celui du livre d’Heures d’Étienne Chevalier et des fragments de Tours.

49  F. Avril, N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Paris, Flammarion, 1993, p. 110.

50  C. Sterling, op. cit., t. II, p. 86-115.

51  F. Avril, N. Reynaud, op. cit., p. 109.

52  Voir la liste de E. König, op. cit., p. 13 n. 38 et C. Sterling, op. cit., t. II, p. 76-115 et 133-66.

53  F. Avril, N. Reynaud, op. cit., p. 109.

54  F. Avril, N. Reynaud, op. cit., p. 109-10.

55  C’est le cas par exemple du Livre d’Heures de New York, du petit Miroir historial d’Oxford (Bodleian Library, Bodley 986), du Livre des echecs moralisé de Jean de Cessoles (Albi, Bibliothèque municipale, ms. 104) et du psautier de Jeanne de Laval, femme de René d’Anjou (Poitiers, Bibliothèque municipale, ms. 41).

56  L’édition critique de la traduction de Darès se trouve dans M.-R. Jung, op. cit., p. 358-430. Dans le même ouvrage, aux p. 342-46 et 507, se trouve une courte description des manuscrits en question.

57  Voir le stemma général de la tradition de Prose 5 proposé dans le tableau à la fin de cette contribution. Pour l’établissement du stemma voir L. Barbieri, Le « epistole delle dame di Grecia »..., op. cit., p. 83-111.

58  Avec l’exception difficile à expliquer du ms. L, qui a le même texte que RPr.

59  Voir la n. 14.

60  Nous le ferons dans l’introduction de notre édition de Prose 5, à paraître dans les Classiques français du Moyen Âge.

61  Les deuxième et septième exemples font exception, et peuvent probablement se configurer comme de véritables fautes communes. La leçon arriver est une banalisation évidente du texte de Prose 1, entraînée vraisemblablement par le redoublement phono-syntaxique de R ; dans le cas de l’italianisme patent enguennasti de R, la leçon incomplète et dépourvue de sens os/eus correspond probablement au texte de α, les variantes deceus, as deceue et laissas étant des tentatives de rétablir une phrase correcte et sensée.

62  Quant à l’iconographie, les observations de F. Avril, « Trois manuscrits... », art. cit., p. 305-9 ; id., Paris, 1400... cit., p. 206 et R. H. Rouse, op. cit., 1, p. 295-96 restent pour le moment valables.

63  Ici l’omission de P1P2P3 aura été facilitée par un saut du même au même, ce qui permet de supposer que leur modèle devait avoir la même leçon du reste de la tradition.

64  Il ne faut pas oublier qu’il n’existe pas un exemplaire complet de l’Histoire universelle particulière, qui s’arrête donc à la section VI. Le copiste du manuscrit dont les fragments de Tours ont été extraits aura eu l’idée d’offrir une version complète de l’Histoire ancienne en se servant du matériel à sa disposition, sans forcément vouloir proposer un nouveau projet textuel.

65  Les lettres entre crochets sont très difficiles à lire.

66  Les lettres en italique sont illisibles à cause d’une trou ou d’une tache.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-1.png
Fichier image/png, 20k
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-2.png
Fichier image/png, 16k
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-3.png
Fichier image/png, 19k
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-4.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau II : Le stemma codicum de la tradition manuscrite de Prose 5
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-5.png
Fichier image/png, 303k
Crédits Malibu (Los Angeles), The J. Paul Getty Museum, Ms. Ludwig XIII 3, fol. 3r
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Crédits Malibu (Los Angeles), The J. Paul Getty Museum, Ms. Ludwig XIII 3, fol. 3v
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Crédits Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, Divers 4, fol. 1r
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Crédits Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, Divers 4, fol. 1v
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Crédits Tours, Bibliothèque municipale, ms. 1850, fol. 6 (cliché CNRS – IRHT)
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Crédits Tours, Bibliothèque municipale, ms. 1850, fol. 7 (cliché CNRS – IRHT)
URL http://crm.revues.org/docannexe/image/12853/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luca Barbieri, « Trois fragments peu connus du Roman de Troie en prose », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 23 | 2012, 335-375.

Référence électronique

Luca Barbieri, « Trois fragments peu connus du Roman de Troie en prose », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12853 ; DOI : 10.4000/crm.12853

Haut de page

Auteur

Luca Barbieri

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org