Navigation – Plan du site
Droit et pratiques théâtrales (XIIe-XVIe s.)

Le statut de l’acteur face aux pratiques du droit

L’exemple de l’affaire Poncelet au Parlement de Paris (1416)
Marie Bouhaïk-Gironès
p. 127-140

Résumés

L’incompatibilité de l’état de clerc avec le statut d’acteur est réaffirmée dans le Décret de Gratien. Que se passe-t-il dans la pratique ? Les plaidoiries du procureur du roi et de l’évêque de Paris lors d’un conflit de juridiction qui les oppose en 1416 devant le Parlement de Paris autour du cas de Poncelet de Montchauvet, clerc criminel ayant exercé une activité du spectacle, nous éclaire sur les processus de construction empirique des normes en la matière. Les parties établissent notamment une discrimination entre deux catégories d’acteurs, ceux qui jouent sans gain et ceux qui se font payer, redoublée d’une opposition entre les pratiques théâtrales des jongleurs et celles des étudiants. L’examen de la relation de réciprocité entre normes et pratiques, chacune influençant l’autre, permet de mettre au jour les procédés et les chemins de la légitimation du théâtre. L’édition in extenso du document complète l’analyse ici présentée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paris, Archives nationales, X2a 17 (procès verbaux des séances), fol. 236v-238r. Pour une présenta (...)
  • 2  Nous utilisons le terme ‘acteur’ au sens moderne, trivial et inclusif du terme (soit ‘joueur de fa (...)

1En 1416, le Parlement de Paris examine le cas de Poncelet de Montchauvet, clerc criminel ayant, entre autres, exercé une activité théâtrale1. L’affaire Poncelet n’aurait rien d’original – elle ressemble à ces nombreux procès en Parlement provoqués par les incessants conflits de juridiction entre l’évêque et le prévôt de Paris –, si les plaidoiries des parties ne s’appuyaient sur des arguments particulièrement intéressants pour qui tente de comprendre les diverses situations et pratiques théâtrales et performatives à la fin du Moyen Âge, le statut de ses acteurs2, et les processus de construction des normes sur la question.

  • 3  P. Champion, François Villon. Sa vie et son temps, Paris, Champion, 1913, t. II, p. 253.
  • 4  B. Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976, p. 188.
  • 5  C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 6  M. Rousse, Le théâtre des farces en France au Moyen Âge, thèse de doctorat d’État (dactyl.), Renne (...)

2Le cas a sa petite célébrité. Pierre Champion comparait la vie de mauvais garçon de François Villon à celle de Poncelet de Montchauvet3. L’affaire est ensuite analysée, quoique succinctement et partiellement, dans le fameux ouvrage de Bronislaw Geremek sur les marginaux à Paris à la fin du Moyen Âge4. Dans son chapitre intitulé « Les clercs et la bohème », Geremek brosse le tableau de ce milieu clérical que l’on repère à la marge de la société. Cette potentielle marginalisation est provoquée tant par les difficultés matérielles de l’existence exacerbées en cette période de crise de la fin du Moyen Âge que par la coupure avec la famille et les conditions de vie d’origine du jeune homme que constitue l’adoption du statut clérical. Dans ces milieux proches à la fois de ceux de la délinquance et de ceux des jongleurs, l’historien polonais va décrire la place du crime et les processus qui y conduisent. Il fait du clerc criminel Poncelet un bel exemple de cette bohème cléricale dont les moyens de subsistance sont à situer entre revenus du spectacle et profits du crime. Claude Gauvard a également mentionné le cas dans son étude sur la criminalité, dans les pages analysant la question de la disposition d’un individu au péché et au crime5. Le procès verbal de la séance du Parlement a par ailleurs été partiellement édité par Michel Rousse dans les annexes de sa thèse sur la farce6. Souvent citée depuis, l’affaire Poncelet n’a jamais fait l’objet d’une analyse globale et le document n’a pas bénéficié d’une édition in extenso, alors que son intérêt est évident pour de nombreux champs de la médiévistique.

  • 7  C. Gauvard, op. cit., p. 394.
  • 8  Probablement Guillaume Intrant, avocat au Parlement au début du XVe siècle, d’après F. Aubert, His (...)
  • 9  Sur la prison pour dette, voir J. Claustre, Dans les geôles du roi : l’emprisonnement pour dette à (...)
  • 10  Marie de Cramailles, veuve d’Humbert de Boisy (mort c. 1407/1409), conseiller puis président au Pa (...)
  • 11  Tanguy du Châtel, prévôt du 19 février 1415 au 30 mai 1418.
  • 12  L’état très lacunaire des registres du Châtelet ne permet pas de retrouver l’affaire dans ce fonds (...)
  • 13  Sur les détails de la procédure au Parlement de Paris, voir L. de Carbonnières, La procédure devan (...)

3L’affaire est significative du conflit qui oppose la justice ecclésiastique et la justice laïque sur la juridiction des clercs. En ce début du XVe siècle, en un contexte politique mouvementé, les officiers du roi traquent les clercs, exaspérés par le laxisme des tribunaux ecclésiastiques face aux crimes « capitaux » (homicides et viols) perpétrés par des clercs sans qu’ils soient condamnés à mort7. Le mardi 6 octobre 1416 s’opposent au Parlement de Paris Gérard de Montaigu, évêque de Paris, demandeur, et le procureur du roi, défendeur. L’évêque, par la voix de son avocat, Intrant8, invoque la juridiction épiscopale sur les clercs, mariés ou non, et réclame que la justice laïque lui rende Poncelet de Montchauvet, qui vit cléricalement. Il met en avant trois types de critères pour souligner la cléricature de son suppôt : Poncelet montre les signes extérieurs de la clergie, car il est en habit et il est tonsuré ; il n’est pas marié et assume donc un des principaux traits des mœurs cléricales ; enfin, argument culturel, il souligne qu’il sait parler latin, lire et écrire, compétences du clerc. L’avocat expose le cas : autrefois emprisonné pour dettes au Châtelet9, Poncelet de Montchauvet avait alors été rendu à l’évêque, et libéré après avoir négocié avec la partie adverse. Par la suite repris, car on le soupçonnait d’avoir volé une tasse d’argent, il fut encore une fois rendu à la justice ecclésiastique. L’official enquêta alors sur sa vie : Poncelet fut au service de madame de Boisy10, trouvée morte ainsi qu’une de ses jeunes servantes. Le clerc avoua les deux meurtres ainsi que le vol de la tasse d’argent plus d’autres biens appartenant à madame de Boisy. Le tribunal épiscopal le condamna à l’emprisonnement à perpétuité. Poncelet fut alors réclamé par le prévôt de Paris11, à qui on opposa qu’il était clerc. Il fut néanmoins emmené au Châtelet pour y être examiné12 et on promit qu’il serait rendu à l’évêque. Cela n’ayant pas été fait, l’évêque effectua une requête auprès du roi et interjeta l’appel13. L’évêque exige non seulement que Poncelet lui soit rendu, mais aussi que sa détention soit de son ressort pendant la durée du procès.

  • 14  Secrétaire du roi et du duc de Bourbonnais, mort en 1411.

4Le procureur du roi amorce sa défense par une déclaration sur l’honneur de l’Église, qui ne peut souffrir de nourrir en son sein des malfaiteurs tels que Poncelet. Poncelet est un bâtard né de l’union illégitime et adultère de feu maître Dominique de Montchauvet14 et de sa concubine Jehenette, par ailleurs mariée. Ce premier argument sur l’illégitimité de la naissance va fonder l’argumentation de la partie laïque et donner lieu tout au long de la séance à des développements techniques des deux parties s’affrontant sur les règles du privilège ecclésiastique. Suit un portrait à charge de Poncelet. Il s’agit de lui prêter tous les comportements interdits aux clercs. Le procureur commence par souligner que Poncelet est enclin au crime depuis toujours. Depuis son enfance, dit-il, Poncelet a mal agi, a joué aux dés, à la paume, a fréquenté les tavernes et les prostituées. Devenu Carme, il a quitté l’habit de moine pour devenir mercenaire en Dauphiné. Il a ensuite été joueur de farces de métier aux halles de Paris – on reviendra évidemment en détail sur ce point. Son mode de vie est donc incompatible avec l’état ecclésiastique. Voleur et meurtrier de sa patronne et de sa chambrière, il a enfreint la sauvegarde royale, car sa victime était la femme d’un président du Parlement, et il est récidiviste. Le dernier argument du procureur du roi regarde la question de l’aveu : si Poncelet demeure en la justice laïque, on pourra lui faire avouer ses autres délits et obtenir le nom de ses complices dont on soupçonne l’existence.

  • 15  Pour la bibliographie sur l’illégitimité de la naissance et les dispenses, voir, entre autres : Il (...)
  • 16  Sur les règles du privilège ecclésiastique, voir R. Genestal, Le privilegium fori en France, du dé (...)
  • 17  E. Perrot, Les cas royaux. Origine et développement de la théorie aux XIIIe et XIVe siècles, Paris (...)
  • 18  Sur le crime de majesté, voir J. Chiffoleau, « Sur le crime de majesté médiéval », Genèse de l’Éta (...)
  • 19  L. Douët d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, t. I, Paris, Société d (...)
  • 20  Nous ne pouvons nous attarder sur ces points, hors sujet ici, et suivre les complexes et subtiles (...)

5Les passages suivant ce tableau du criminel, longs et techniques, concernent la procédure, les exigences du droit canon quant à l’obtention de la tonsure, la non-validité de la dispense de Poncelet au vu de sa naissance illégitime15 et les règles du privilegium fori16. L’évêque réfute point par point les arguments adverses. Il s’attarde avec précision sur la question du statut de l’activité théâtrale de Poncelet (nous y reviendrons) et, enfin, entend montrer qu’il n’y a pas eu bris de sauvegarde royale dans cette affaire, qui ne relève aucunement d’un cas réservé du roi17. Tout en prétendant qu’il a déjà jugé des crimes de lèse-majesté royale, l’évêque insiste sur le fait que Poncelet ne peut être qualifié de séditieux et n’a pas attenté à la souveraineté royale18. Il cite l’exemple de Maître Baude des Bordes, secrétaire des ducs de Bourgogne Jean sans Peur et Philippe Le Bon et secrétaire du roi, banni après l’épisode cabochien le 14 mai 1414 d’après les listes de proscription19. Soulignons que le recours à l’argumentation sur la lèse-majesté à cette étape de la plaidoirie est notable20.

  • 21  Paris, Archives nationales, X2a 16 (lettres), fol. 364-365, novembre 1416, cité par C. Gauvard, op (...)
  • 22  Sur l’avenir potentiel de Poncelet, toute homonymie mise à part, et à condition qu’il ne se soit p (...)

6La cause est appointée par la cour : les parties sont tenues de fournir à la cour toutes les pièces à l’appui de leurs plaidoiries. Le 21 novembre 1416, le Parlement rend son arrêt : Poncelet de Montchauvet, clerc, restera au Châtelet21. La justice ecclésiastique est donc dessaisie et la connaissance de la cause est au prévôt de Paris. Nous ne suivons pas plus avant la vie, et la mort, du mauvais garçon22.

  • 23  K. Weidenfeld, « L’incertitude du droit devant les juridictions parisiennes au XVe siècle », Cahie (...)

7Dans les échanges entre les deux parties, les controverses sur la règle applicable aux clercs nés d’une union illégitime tiennent la part la plus importante du débat. Quand une partie énonce une règle, l’autre partie va nier son existence ou son contenu. Certes, la mauvaise foi des avocats, les nécessités rhétoriques de la plaidoirie et les règles de l’art oratoire sont une part de l’explication. Cependant la difficulté et la marge d’interprétation de la loi sont ici visibles de façon exemplaire. Ces plaidoiries illustrent bien ce que Katia Weidenfeld a désigné comme l’incertitude du droit devant la justice à la fin du Moyen Âge23.

  • 24  Voir sur ce point C. Gauvard, op. cit., p. 394.
  • 25  Sur les questions complexes de la fama et de l’infamia, voir : F. Migliorino, Fama e infamia. Prob (...)

8En appel, le Parlement juge, non pas du crime, mais de la procédure antérieure : la discussion entre les parties porte donc uniquement sur le statut du criminel. C’est dans ce cadre que les arguments sur le théâtre trouvent leur place. Ils complètent un ensemble de stéréotypes sur la mauvaise renommée des clercs : goliards, fréquentant les bordels, vivant de turpi questu mulierum, et jouant aux dés24. Il s’agit de montrer que le clerc est diffamé ; alors la justice laïque pourra le réclamer25. Le reproche de goliardise est courant dans ce type de cas. Ayant perdu sa référence originelle au phénomène des poètes goliards des XIIe et XIIIe siècles, la signification du terme est largement pervertie aux XIVe et XVe siècles : goliard devient alors synonyme de proxénète. Bien plus intéressante est la spéculation des parties sur l’activité théâtrale de Poncelet.

9En nécessaire prudence, on soulignera d’emblée que la plaidoirie de l’avocat de l’évêque a pour principal objectif de ramener Poncelet dans sa juridiction quand celle du procureur du roi a pour but de récupérer les clercs criminels sous la compétence laïque. L’enjeu du procès n’est pas une question de droit concernant le théâtre. L’argument théâtral n’est qu’un motif de plus pour les parties dans leurs démonstrations. Néanmoins, à défaut de sources propres au champ théâtral à la fin du Moyen Âge, il convient de travailler, avec toutes les précautions nécessaires mais sans manières excessives ou hypercritiques, sur tous les documents à notre disposition.

  • 26  C. Casagrande et S. Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècle (...)
  • 27  J. Koopmans, « Les parties du discours ou les mots pour le dire », op. cit., p. 289-323.

10On touche à la question complexe des relations entre le droit canon et le théâtre. Ici encore, l’incompatibilité entre le statut de clerc et le statut d’acteur est affirmée26. Les deux parties vont s’affronter non pour savoir si Poncelet a exercé ou non une activité théâtrale – ce fait est donc notoire –, mais pour déterminer sous quel statut il a exercé. Le procureur affirme que Poncelet « s’est fait joueur de farses publique et publiquement es hales de Paris et ailleurs, portant banniere et ensaigne et faisant spetaculum sui corporis ». La locution « portant banniere et ensaigne » indique qu’il s’agit d’un joueur de métier, qui affiche son activité économique, en une forme de ‘racolage’. Nous n’avons pas connaissance d’un métier de joueurs de farces dans la ville de Paris. Il pourrait plutôt s’agir de l’évocation du métier des ménestrels et jongleurs de la capitale. Cette hypothèse est accréditée par la réplique de l’évêque qui répond point par point aux accusations du représentant du roi : « et n’a point esté maistre jongleur, et avant que ce lui prejudiciast, faudroit qu’il eust esté jongleur ad questum portant banniere ». Il nous semble que ‘joueur de farces’ et ‘jongleur’ sont dans ce contexte utilisés comme synonymes. Quoi qu’il en soit, l’assimilation sémantique entre ‘joueur de farces’ (dans la bouche du procureur du roi) et ‘jongleur’ (dans la bouche de l’avocat de l’évêque) – les deux parties ne se contredisent pas sur ce sujet – nous incite à affirmer que ‘joueur de farces’ a bien ici le sens d’un individu qui fait métier du spectacle. Ces conclusions provisoires rejoignent alors celles de Jelle Koopmans dans son récent article sur la lexicographie théâtrale, dans lequel il avance que l’expression ‘joueurs de farces’ signifie ‘professionnels du spectacle’27. L’expression ne qualifie donc pas un genre – la farce – mais un type d’activité, ce qui change de beaucoup la perspective.

  • 28  Cette question a été abordée par François Rivière dans un exposé intitulé « Jongleurs et ménestrel (...)
  • 29  Paris, Archives nationales, Châtelet, KK, 1336, fol. 114. Edité dans R. de Lespinasse, Les métiers (...)
  • 30  R. de Lespinasse, op. cit., p. 584-585.
  • 31  P. Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulo (...)
  • 32  R. de Lespinasse, op. cit., p. 582.
  • 33  R. de Lespinasse, op. cit., p. 585.

11Il nous semble alors que la référence à l’association de métier des jongleurs et ménestrels parisiens, dont on a trace depuis le XIVe siècle, est ici explicite. Le métier des ménétriers de Paris inclut les jongleurs28. En 1321, les statuts de la confrérie Saint-Julien mentionnent les jongleurs à côté des ménestrels29. En 1407, les jongleurs ne sont plus nommément cités, et « ménestrel » devient un terme inclusif désignant les deux métiers30. Cela étant dit, on peut exercer une activité professionnelle sans appartenir pleinement à la corporation31. Ce qui ne veut pas dire que l’on n’a pas de compte à rendre à celle-ci : l’article 8 des statuts de 1321 obligent tous les jongleurs et ménétriers, appartenant ou non au métier, à faire le serment de respecter les ordonnances32 ; l’article 5 des statuts de 1407 stipule que personne, dans Paris, ne pouvait se produire en gagnant de l’argent sans être muni de l’autorisation de roi des ménestrels33. Il est donc possible que Poncelet ait été jongleur sans être enregistré dans une liste des membres de la corporation. L’appartenance à une corporation ne peut constituer à elle seule un critère de professionnalité ou d’identification à une profession. Cela fait que l’argument du procureur est ainsi satisfaisant (et légitime).

12Mais l’argumentation de défense de l’évêque est encore plus précise sur la pratique spectaculaire de l’époque, comme en témoigne le passage suivant :

Dit qu’il n’est buffo, ne gouliart, ne jongleur ou basteleur, et s’il a esté a jouer a aucunes farses comme ont acoustumé fere escoliers et jeunes gens ce a esté par esbatement et sans gain et n’a point esté maistre jongleur, et avant que ce lui prejudiciast, fauldroit qu’il eust esté jongleur ad questum portant banniere, menant bestes comme ours, singes et huiusmodi, qui sont infames et ceulz dont entendent les droiz et vont par le pais et s’il a esté aux hales veoir les joueurs en lieux cloz et chambres et qu’il y eust joué pour esbatement, encores ne luy tost rienz de privilege et quoy que soit, fust gouliart ou jongleur et huiusmodi, si fauldroit il qu’il eust esté monitus ter antequam perderet privilegium et encores ne seroit ce que privilegium canonis car il ne puet perdre privilegium fori.

La source sur laquelle l’évêque s’appuie semble être un chapitre du Sexte de Boniface VIII (1298), addition aux Décretales, contre les clercs qui se font jongleurs :

  • 34 Sexti decretalium, l. III, tit. I, cap. I., Corpus juris canonici, éd. A. Friedberg, 1959, vol. II, (...)

Clerici, qui, clericalis ordinis dignitati non modicum detrahentes, se ioculatores seu goliardos faciunt aut bufones, si per annum artem illam ignominiosam exercuerint, ipso jure, si autem tempore breviori, et tertio moniti non resipuerint, careant omni privilegio clericali34.

Les termes utilisés par l’évêque – buffo, gouliart, jongleur – sont les mêmes. Il reprend également l’idée selon laquelle il faut avoir été déclaré et averti trois fois avant de perdre son privilège. Pour rendre son argument plus clair, l’évêque va effectuer une discrimination entre deux catégories d’acteurs : les écoliers et les jongleurs, ceux qui jouent sans gain et ceux qui se font payer. Cette double distinction renvoie non seulement aux catégories de la réflexion canonique, mais aussi – et c’est là le grand intérêt de ce document selon nous – fait référence aux pratiques performatives et spectaculaires du temps. En cela, elle est révélatrice d’une tentative pour adapter la théorie canonique à la pratique. La construction empirique des normes est ici manifeste.

  • 35  Sur l’acteur romain, voir F. Dupont, L’Acteur-roi ou le Théâtre dans la Rome antique, Paris, Les B (...)
  • 36  C. Hugoniot, « De l’infamie à la contrainte. Évolution du statut de l’acteur sous l’Empire romain  (...)
  • 37  Pour un tour d’horizon de cette question, je me permets de renvoyer à mon article : M. Bouhaïk-Gir (...)
  • 38  R. Bossuat, « Le théâtre scolaire au collège de Navarre (XIVe-XVIIe siècles) », Mélanges d’histoir (...)
  • 39  C.-E. Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis,Paris, 1665-1673, t. IV, p. 93.
  • 40  Le débat sur la date exacte de la composition de la pièce se joue entre Robert Bossuat (entre 1377 (...)
  • 41  R. Olaizola, « Les jésuites et l’utopie du ‘comédien honnête’ aux XVIe et XVIIe siècles », Revue d (...)
  • 42  Cité par H. Lepage, « Études sur le théâtre en Lorraine et sur Pierre Gringore », Mémoires de la S (...)
  • 43  Sur la question salariale, voir M. Arnoux, « Relation salariale et temps du travail dans l’industr (...)
  • 44  J’ai tenté de faire le point sur ces problèmes dans M. Bouhaïk-Gironès, « Comment faire l’histoire (...)

13L’infamie de l’acteur en droit romain antique35 est entérinée par le droit canonique, qui adapte ses arguments à ses exigences propres. Infamie ipso jure, elle est inhérente au statut de l’acteur. On voit ici qu’elle n’est pas corrélée à l’activité spectaculaire ou théâtrale, qui, effectuée sans rémunération, n’est aucunement sanctionnable. La discrimination des acteurs en fonction du salaire existait aussi à Rome. On distinguait ceux qui se faisaient payer de ceux qui jouaient pour les concours sacrés. Les seconds n’étaient pas infâmes36. Ceux qui jouent « par esbatement et sans gain », ce sont les étudiants : « et s’il a esté a jouer a aucunes farces comme ont acoustumé faire escoliers et jeunes gens » nous dit l’évêque. Si depuis le XIVe siècle, de nombreux statuts universitaires réglementent les fêtes et spectacles au sein des institutions scolaires, notre document, daté de 1416, offre la première attestation externe des jeux théâtraux d’étudiants37. À Paris, on peut légitimement subodorer une activité théâtrale au collège de Navarre au XIVe siècle38. Les historiens ont vu dans un article des statuts du collège de Navarre (1315) la preuve en creux d’une régulation des représentations théâtrales des écoliers : « Item in festis sancti Nicolai et sancte Katherine nullum ludum inhonestum faciant nec domum exeant nec extraneos recipiant nec admittant »39. Quant à la Moralité du Cœur et des cinq sens, attribuée à Jean Gerson, elle aurait pu être jouée au collège de Navarre à la fin du XIVe siècle40. Notre document est pour autant la première attestation archivistique de l’activité théâtrale des écoliers parisiens. Le théâtre écolier serait-il la pratique amateur par excellence ? On serait tenté de l’affirmer, influencé par l’idéologie qui sera reprise par les jésuites, quand ils tenteront de définir l’acteur jésuite, un élève-acteur, par opposition à l’acteur de métier41. Cependant, comme toujours, on ne peut avancer une certitude en la matière. Dans les comptes de l’argentier du duc de Calabre, aux années 1507-1508, est notée une rémunération : « Aux écoliers du collège de Coqueret et du Plessis, qui sont venus jouer une farce devant Monseigneur, au lieu de Paris »42. Certes, il ne s’agit sans doute pas d’un salaire43, cependant de l’argent a été versé pour la représentation. Il faut, quoi qu’il en soit, être attentif à la terminologie utilisée pour analyser la question du théâtre et de l’argent, et ne surtout pas simplifier la question en faisant de la rémunération le premier critère de discrimination entre les acteurs professionnels et les acteurs non-professionnels ou amateurs, catégories inaptes à rendre compte de la réalité des situations sociales, politiques et juridiques dans lesquelles se trouvent les acteurs à la fin du Moyen Âge44.

  • 45  Pour un résumé de la bibliographie en néerlandais sur cette question, voir K. Lavéant, « Le théâtr (...)

14La dernière partie de l’argumentation de l’évêque – « s’il a esté aux hales veoir les joueurs en lieux cloz et chambres et qu’il y eust joué pour esbatement » – mérite elle aussi une tentative d’interprétation. Cependant le sens de l’expression « jouer en lieux clos et en chambres » est problématique : il est, dans l’état actuel de la recherche, difficile de dire avec quelque assurance à quelle situation cela correspond, mais, encore une fois, le document que nous analysons ici en offre la première occurrence en français. En tout cas, cette attestation permet de revenir sur le poncif qui veut que le théâtre médiéval soit joué exclusivement sur la place publique, voire, comme on le lit encore très souvent, que le théâtre médiéval soit un théâtre de rue dans lequel il n’y a aucune séparation ni physique ni symbolique entre acteurs et spectateurs. Nous ne pouvons néanmoins affirmer que la situation ainsi décrite par l’évêque est celle d’une représentation en un lieu intérieur. La discrimination que tente d’introduire le prélat porte-t-elle sur jouer en public/jouer en privé, ou jouer publiquement/jouer en secret, jouer en un lieu public/jouer en un lieu privé, jouer en extérieur/jouer en intérieur ? Selon toutes ces situations, la juridiction applicable peut avoir été différente. Nous pensons néanmoins que, dans le contexte de notre document, « lieu clos » peut vouloir signifier un lieu délimité, ou fermé, pour une représentation payante par exemple. Pour appuyer notre hypothèse, et en point de comparaison, soulignons que les acteurs professionnels des Pays-Bas néerlandophones des XVe-XVIIe siècles sont souvent qualifiés de « joueurs en chambre »45. Quels glissements ou extensions sémantiques ont pu avoir eu lieu entre la situation parisienne du XVe siècle et celle du Nord un siècle plus tard ? Rien, aujourd’hui, ne nous permet d’avoir une position tranchée, mais tout nous pousse à continuer en ce sens une enquête documentaire dont les premières données ici réunies permettent de nourrir la réflexion sur les catégories et nous montrent déjà la nécessité d’une profonde réévaluation de la chronologie de l’histoire du théâtre.

  • 46  Sur cette question, voir, Le théâtre de l’Église (XIIe-XVIe siècles), dir. M. Bouhaïk-Gironès et D (...)

15Les processus de construction des normes en matière théâtrale ne peuvent être appréhendés qu’en examinant la distance qui sépare la lecture du droit canonique de l’usage qui en est fait par les praticiens, visibles entre autre dans les documents consignant les plaidoiries, sentences et arrêts. Ce document de la pratique nous offre des éléments très précieux pour comprendre la position de l’Église face au spectacle et à ses acteurs46. Si l’incompatibilité entre le statut de clerc et le statut d’acteur est ici – sans surprise – réaffirmée, on note que la distinction faite par l’évêque entre les activités théâtrales des jongleurs et celles des écoliers constitue un bel argument de défense du spectacle, et qu’en tout cas un processus de légitimation est en marche.

Annexe

Les plaidoiries au Parlement de Paris

Paris, Arch. nat., X2a 17, fol. 236v°-238r°

Indiqué dans P. Champion, François Villon. Sa vie et son temps, Paris, Champion, 1913, t. II, p. 253 ; B. Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976, p. 188 ; C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 (1991), p. 463.

Édition partielle dans M. Rousse, Le théâtre des farces en France au Moyen Âge, thèse de doctorat d’État, Rennes 2 (dactyl.), 1983, vol. IV, p. 23-25.

Du mardi VIe jour d’octobre l’an mil IIIIc et XVI en la grant chambre de Parlement.

Entre l’evesque de Paris, demandeur, d’une part et le procureur du Roy notre seigneur, defendeur, d’autre part. Intrant pour l’evesque, dit qu’il a toute juridicion et justice ecclesiastique par tout son diocese et la congnoissance et punicion et correction sur les clercs mariez et non mariez que la justice laie lui doit rendre quant les detient ; dit que Poncelet de Monchauvet, clerc non marié, en habit et tonsure, sachant parler latin, lire et escripre, fut autrefoiz pris et emprisonné ou Chastelet pour debte ; si fut rendu a l’evesque comme clerc et fut delivré parce qu’il chevi a partie47, et assez tost apres et nagaires fut repris et emprisonné oudit Chastelet de Paris, pour souppeçon d’avoir mal pris une tasse d’argent, et, comme clerc en possession d’abit et de tonsure fut rendu a l’evesque chargé dudit cas pour lui fere justice. Sur quoy diligemment l’examina l’official dudit evesque et de sa vie, et en ce faisant trouva qu’il avoit servi madame de Boisy qui nagaires et une sienne chambriere jeune fille avoient esté trouvees murdries ; et sur ce fut Poncelet examiné, qui confessa avoir commiz et perpetré iceulz murtres et avoir emblé ladite tasse et autres choses de ladite dame designez en son proces et fut condempné ad carceres perpetuos. Neantmoins le prevost de Paris ou ses gens le demanderent auquel fut respondu qu’il estoit clerc etc ; le prevost de ce non content l’a [incontinent, mot barré] iterum envoyé querir pour le examiner en promettant que ce fait le rendroit a l’evesque ; et ainsi a esté mené en Chastelet. Depuis pour ce que on ne a voulu rendre a48 l’evesque a prins impetracion royal par vertu de laquelle a esté commandé le rendre ; et pour le refuz ou opposition sur ce faiz a esté adjorné pardevant messeigneurs, et conclut et requiert que icelui Poncelet lui soit rendu ; et en cas de delay et pendant le debat, qu’il ait la detention d’iceluy Poncet.

Le procureur du Roy dit que le bien et honneur de l’Eglise est que telz malfaiteurs comme Poncet soient hors de l’Eglise ; dit que Poncelet est spurius et illegitimus natus ex dampnato et adulterino coitu de feu maistre Dominique de Montchauvet lors solut et de une nommee Jehenette, lors sa concubine notoire et de longue main continuelle combien quelle fust mariee comme appert clerement par le proces ; lequel Poncelet onques ne fist bien mais tousiours depuis et des son enfance s’est appliqué a mal fere, a jouer aux dez, a la paulme, suir les tavernes et les fillettes diffammees ; pieça se rendi carme dont laissa l’abit et devint chevaucheur et homme d’armes et vagabons, ala ou Daulphiné et en apres s’est fait joueur de farses publique et publiquement es hales de Paris et ailleurs, portant banniere et ensaigne et faisant spetaculum sui corporis et est larron et traistre murtrier, car il a commis les deux si orribles murtres dessusdits en la personne de sa maistresse et de la chambrière qui n’estoit que un enfant, en enfraignant la sauvegarde du roy et si est incorrigible car pluries fuit incarceratus, et se de present il demeure a la justice laye, on procedera contre lui comme il appartendra et pourra confesser ses autres deliz et encuser ses complices dont est presumpcion avoir plusieurs ; dit que au temps desdiz murtres il n’avoit point de tonsure mais tantost aprés l’ala fere fere frauduleusement (fol. 237) contre justice. Et s’est tousiours maintenu et porté comme lay portant robes de livree et decopee49 et se il a esté autreffoiz rendu comme clerc c’est par importunité et erreur quia ignorabantur eius status et vita et meismement qu’il eust commiz lesdiz crimes, qui ne doit preiudicier a la justice laye, ne au roy ; dit que les gens du roy, advertiz de ce, l’ont esté requerir a l’evesque et lui fait commandement ne proceder neantmoins a depuis procedé etiam ad sententiam diffinitiuam. Et a encore le prevost de fait querir [sic] ledit Poncet que l’evesque a assez voulentiers baillé ou lui laissié prendre pour lui fere ce que on devoit par raison et justice et a esté aucunement interrogué ou Chastelet mais on n’a peu oultre proceder par l’impretracion dudit evesque etc. Si dit qu’il n’est point clerc et ne sera pas rendu, et se on dit qu’il a dispensacion et tonsure a lui donné par feu l’evesque de Paris, dit que constat de dicta sua nativitate et genitura ex dampnato et adulterino coitu par droit la dispensacion tele quele qu’il en a laquelle ne vault car l’evesque ne povoit, ne devoit la conferer, car c’est cas reservé au souverain scilicet sedi apostolice et, posé qu’il la peust donner, si ne vault elle car elle est subreptice par ce que la longue continuation de concubinaige et adultere ne fut pas donné a entendre ne elle n’est faicte vocata parte ne inquisicione facta seu cause cognita et interveniente sentencia ac aliis solemnitatibus requisitis et, posé qu’elle vaulsist, et tel par ce que dit est dessus qu’il ne doit joir de privilege de clerc mais doit estre puni par la justice laye ; dit que, posé qu’il feust clerc et que avant qu’il perdist privilegium debuisset monitum [esse] selon les decrez, attendu que maintenant ne se font nulles monicions elles sont tenues pour faictes et constat par le propos de leur evesque que satis fuit monitus ; car il a esté pour divers cas prisonnier de l’evesque voire par IIII fois ou plus comme ont dit aucuns des conseillers l’evesque a plusieurs dit [sic] que tantis enormibus flagitiis s’il n’estoit puni comme il doit et par la justice laye et estoit rendu ce seroit maximum scandalum et pourroit estre delivré par venues et puissance de grans seigneurs ou autrement pourroit estre delivré ou evader justice. Conclut qu’il ne sera aucunement rendu mais demourra a la justice laye et a son entention, allegue, usage, droit commun, les droiz ancien et nouvel, canon et civil, et si dit que s’aucuns docteurz ou autres sont d’oppinion contraire non eis standum in tali materia, nec etiam ubi questio esset dubia.

L’evesque replique que feu l’evesque de Paris dispensa Poncet super defectu natalium et puis le tonsura ; ce que faire lui loisoit de droit commun et escript et de coustume et usage dont il et ses predecesseurs ont joy de si longtemps etc., et n’est point la dispensacion subreptice car elle porte qu’il est nez ex soluto et coniugata et ce faisant fut faicte sommaire inquisition, comme il est acoustumé, qui estoit les pere et mere, qui souffist ; et ainsi en use l’en notoirement et fut trouvé docile lisant et aage competamment ; et, depuis sa tonsure s’est tousiours porté porté [sic] et vestu comme clerc ; et s’il fut rendu carme, onques n’y fit profession mais s’en issi infra aninum ut ei licebat. Il a depuis servi comme clerc aucuns procureurs et autres gens notables et s’il a joué a la paulme et aux dez et esté en la taverne ou veoir des fillettes amoureuses, ce n’empesche pas qu’il ne soit clerc et qu’il n’en doie joir ; et mesmement qu’il n’y a pas esté continuus ne n’a vescu de turpi questu etc. ; dit qu’il n’est buffo, ne gouliart, ne jongleur ou basteleur, et s’il a esté a jouer a aucunes farses comme ont acoustumé fere escoliers (fol. 237 v°) et jeunes gens ce a esté par esbatement et sans gain et n’a point esté maistre jongleur, et avant que ce lui prejudiciast, fauldroit qu’il eust esté jongleur ad questum portant banniere, menant bestes comme ours, singes et huiusmodi, qui sont infames et ceulz dont entendent les droiz et vont par le pais et s’il a esté aux hales veoir les joueurs en lieux cloz et chambres et qu’il y eust joué pour esbatement, encores ne luy tost rienz de privilege et quoy que soit, fust gouliart ou jongleur et huiusmodi, si fauldroit il qu’il eust esté monitus ter antequam perderet privilegium et encores ne seroit ce que privilegium canonis car il ne puet perdre privilegium fori. Dit que le privilege de clerc est favorable, aussi est la dispensacion de huiusmodi illegitimus etiam spurius ex adulterino coitu et n’est point icelle quo ad minores ordines ut est prima tonsura et ad simplicia beneficia reservee ne defendue et ne fault mettre en la dispensacion que le fait principal scilicet quod natus sit de non soluto. Posé que les parens continuassent en leur concubinage qui n’est a imputer a l’enfant ne les autres circunstances n’y font riens sed transeunt in simplex delictum, dit que le Roy et l’empereur legimitent de die in diem quo ad successiones et heredidates huiusmodi spurios et etiam filios presbitorum monachorum et aliorum. Et n’est pas si grand chose de dispensacione filiorum illegitimorum scilicet spuriorum ex adulterino coitu que de ceulz des parties. Dit que le Roy doit et veult comme il a juré garder les droiz de l’Eglise et vauldroit mielz en laissier cent impugniz que enfraindre le privilege. Dit que Poncet non est sediciosus nec assuetus immiscere se seuis tiranide et n’y a aucuns cas particuliers aultres que les murtres dessusdiz et larecin et oncques ne fut prisonnier que deux foiz et savoit on son etat car il estoit bien congneu et si le prouva bien l’evesque son juge voire de plus grans crimes s’il les a commiz et a congnu et coignoist l’evesque de crimine lese maiestatis regie qui est plus grant voire sur clercs qui estoient bastars comme maistre Baudes des Bordes et aultres. Dit qu’il a en ses registres plusieurs legitimacions ou dispensacions semblables, voire de filz de prestres, moinnes et nonnains, par luy et ses predecesseurs dispensez comme Poncelet et ainsi en ont joy et usé notoirement et publiquement. Dit que la question est se Poncet est dispensé et clerc ou non qui est question ecclesiastique dont le roi ne sa court ne aultre juge lay ne puet ne doit ne a acoustumé de congnoistre puet etre que la court a bien acoustume congnoistre se aucuns doivent joir de privilege de clerc jassoit ce que encores il appartiegne a l’Eglise. Et posé qu’elle en vueille congnoistre au regard de Poncet si en doit la detention estre baillee a l’evesque, veu qu’il est clerc non marié en habit et tonsuré et que avant sa prise se portoit pour clerc. Dit que le dit prisonnier luy doit estre rendu contre lequel il a fait son devoir, et se le prevost avoit defendu que on procedast contre la defense ne procedé car il estoit son clerc et justicable [sic] et le detenoit et n’y avoit port d’armes, sauvegarde enfrainte ne autre cas privilegié au Roy, et se on disoit que la dame occise fut femme de feu l’un des presidents et pour ce en sauvegarde etc. dit que iceluy trepassé, la sauvegarde fut expiree finablement. Dit que Poncet est clerc et en doit joir et de ce appartient congnoistre a l’evesque et non a la court (fol. 238) laie et qu’il n’est sedicieux, apostat, buffo ou gouliart nec assuetus immiscere se seuis tiranide nec super hiis monitus quo omnia debent concurrere antequam amittat privilegium. Conclut a ce et me.

Duplique le procureur du Roy que huiusmodi spurri sunt infames et non obstante quacumque dispensacione maintes eglises ne les recevroient a chanoines. Dit que l’evesque n’a aucunement joy notoirement ne publiquement de donner teles manieres de dispensacion et quoy que ce soit n’est que abus. Dit que la court puet et doit pour le Roy qui non merus laycus congnoistre etiam de titulo clericature et en a usé. Dit que pendant le debat Poncet doit demourer es prisons du Roy et mesmement que ante deprehensionem habebatur pro layco notoirement saltem magis quam pro clerico attento quod bastardus et quod ignorabatur aliquam habuisse dispensacionem et menoit la vie que dit a dessus.

Appointié est a mectre par les parties devers la court les informacions, proces, dispensacion, lettres de tonsure et tout ce qu’elles vouldront au conseil et en arrest.

Haut de page

Notes

1  Paris, Archives nationales, X2a 17 (procès verbaux des séances), fol. 236v-238r. Pour une présentation générale du fonds, voir M. Langlois, « Les archives criminelles du Parlement de Paris », 107e Congrès national des sociétés savantes, Philologie et Histoire jusqu’en 1610, Brest, 1982, t. I, p. 7-14. Je remercie Julien Théry de sa lecture et de ses remarques.

2  Nous utilisons le terme ‘acteur’ au sens moderne, trivial et inclusif du terme (soit ‘joueur de farce’ et ‘jongleur’, lexique du document que nous analysons), dans le sens de ‘celui qui joue’ (autrement dit celui qui exerce, à un moment donné de son existence, l’activité de jouer devant d’autres, que cette activité soit occasionnelle ou non), sans entrer dans des considérations lexicographiques, car elles seraient ici hors sujet même si elles restent importantes en général pour la conduite des études sur les pratiques théâtrales et leur histoire. Les termes ‘théâtre’ ou ‘théâtral’ sont également une commodité de langage, quand ‘spectacle’ ou ‘performance’ seraient plus justes à décrire certaines pratiques médiévales.

3  P. Champion, François Villon. Sa vie et son temps, Paris, Champion, 1913, t. II, p. 253.

4  B. Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976, p. 188.

5  C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 (1991), p. 141 et p. 462-463.

6  M. Rousse, Le théâtre des farces en France au Moyen Âge, thèse de doctorat d’État (dactyl.), Rennes 2, 1983, vol. 4, p. 23-25.

7  C. Gauvard, op. cit., p. 394.

8  Probablement Guillaume Intrant, avocat au Parlement au début du XVe siècle, d’après F. Aubert, Histoire du Parlement de Paris, de l’origine à François Ier, Paris, A. Picard et fils, 1894, p. 300.

9  Sur la prison pour dette, voir J. Claustre, Dans les geôles du roi : l’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

10  Marie de Cramailles, veuve d’Humbert de Boisy (mort c. 1407/1409), conseiller puis président au Parlement de Paris. F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’Etat. Les gens du Parlement de Paris (1345-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 187-188.

11  Tanguy du Châtel, prévôt du 19 février 1415 au 30 mai 1418.

12  L’état très lacunaire des registres du Châtelet ne permet pas de retrouver l’affaire dans ce fonds d’archives. Sur la procédure au Châtelet, voir C. Desmaze, Le Châtelet de Paris. Son organisation, ses privilèges, Paris, Cosse, 1854 ; L. Batifol, « Le Châtelet de Paris vers 1400 », Revue historique 61 (1896), p. 225-264 ; 62 (1896), p. 225-235 ; 63 (1897), p. 42-55 et p. 266-283 ; C. Gauvard, M. et R. Rouse et A. Soman, « Le Châtelet de Paris au début du XVe siècle d’après les fragments d’un registre d’écrous de 1412 », Bibliothèque de l’École des Chartes 157/2 (1999), p. 555-606.

13  Sur les détails de la procédure au Parlement de Paris, voir L. de Carbonnières, La procédure devant la chambre criminelle du Parlement de Paris au XIVe siècle, Paris, Champion, 2004.

14  Secrétaire du roi et du duc de Bourbonnais, mort en 1411.

15  Pour la bibliographie sur l’illégitimité de la naissance et les dispenses, voir, entre autres : Illegitimität im Spätmittelalter, dir. L. Schmugge et B. Wiggenhauser, Munich, 1994 ; A. Lefebvre-Teillard, « Causa natalium ad forum ecclesiasticum spectat : un pouvoir redoutable et redouté », Cahiers de recherches médiévales, 7, 2000, En ligne], mis en ligne le 03 janvier 2007. URL : http://crm.revues.org//883.

16  Sur les règles du privilège ecclésiastique, voir R. Genestal, Le privilegium fori en France, du décret de Gratien à la fin du XIVe siècle, Paris, E. Leroux, 2 vols., 1921-1924 ; id., Le procès sur l’état de clerc aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, École Pratique des Hautes Etudes, 1909.

17  E. Perrot, Les cas royaux. Origine et développement de la théorie aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Rousseau, 1910.

18  Sur le crime de majesté, voir J. Chiffoleau, « Sur le crime de majesté médiéval », Genèse de l’État moderne en Méditerranée, Rome, Collection de l’École française de Rome n° 168, 1993, p. 183-313 ; id., « Le crime de majesté, la politique et l’extraordinaire. Note sur les collections érudites de procès de lèse majesté du XVIIe siècle et leurs exemples médiévaux », Les procès politiques (XIVe-XVIIe siècles) actes du colloque de Rome (20-22 janvier 2003), dir. Y.-M. Bercé, Rome, Collection de l’Ecole française de Rome [n° 375], 2007, p. 577-662. Voir aussi S.-H. Cuttler, The Law of treason and treason trials in latter medieval France, Cambridge University Press, 1981.

19  L. Douët d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, t. I, Paris, Société de l’histoire de France, 1863, p. 367. Voir A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, Paris, Hachette, 1888, p. 386 et p. 405.

20  Nous ne pouvons nous attarder sur ces points, hors sujet ici, et suivre les complexes et subtiles arguties des parties sur les catégories et procédures juridiques desquelles peut relever le cas. L’édition du document, offerte à la fin de cet article succinct, incitera peut-être les spécialistes plus compétents sur ces questions à poursuivre plus avant l’analyse d’un document qui n’éclaire pas seulement l’histoire des pratiques théâtrales.

21  Paris, Archives nationales, X2a 16 (lettres), fol. 364-365, novembre 1416, cité par C. Gauvard, op. cit., p. 141.

22  Sur l’avenir potentiel de Poncelet, toute homonymie mise à part, et à condition qu’il ne se soit pas fait pendre entre temps alors qu’il était bien parti pour la corde, voir les quelques occurrences ‘Poncelet’ et ‘Ponceau’ dans le milieu des joueurs de farces au milieu du XVe siècle ; dossier de références citées par J. Koopmans, « Les parties du discours ou les mots pour le dire », Vers une poétique du discours dramatique au Moyen Âge, dir. X. Leroux, Paris, Champion, 2011, p. 305-306.

23  K. Weidenfeld, « L’incertitude du droit devant les juridictions parisiennes au XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales, 7, 2000, [En ligne], mis en ligne le 03 janvier 2007. URL : http://crm.revues.org//index881.html.

24  Voir sur ce point C. Gauvard, op. cit., p. 394.

25  Sur les questions complexes de la fama et de l’infamia, voir : F. Migliorino, Fama e infamia. Problemi della società medievale nel pensiero giuridico nei secoli XII e XIII, Catania, Giannotta, 1985 ; J. Théry, « Fama : l’opinion publique comme preuve judiciaire. Aperçu sur la révolution médiévale de l’inquistoire (XIIe-XIVe siècle) », La preuve en justice de l’Antiquité à nos jours, dir. B. Lemesle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 119-147 ; C. Leveleux-Texeira, « Fama et mémoire de la peine dans la doctrine romano-canonique (XIIIe-XVIe siècle) », La peine. Discours, pratiques, représentations, dir. J. Hoareau-Dodinau et P. Texier, Limoges, PULIM, 2005, p. 45-61 ; G. Todeschini, Visibilmente crudeli. Malviventi, persone sospette et gente qualunque dal Medioevo all’età moderna, Bologne, Il Mulino, 2007.

26  C. Casagrande et S. Vecchio, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles), Annales ESC, 5, 1979, p. 913-928 ; plus récemment, S. Gabay, « Le statut juridique de l’acteur en droit canon au Moyen Âge », Le théâtre de l’Église (XIIe-XVIe siècles), dir. M. Bouhaïk-Gironès et D. Iogna-Prat, Paris, LAMOP, 2011, publication en ligne ; voir également l’article de Simon Gabay dans ce même dossier.

27  J. Koopmans, « Les parties du discours ou les mots pour le dire », op. cit., p. 289-323.

28  Cette question a été abordée par François Rivière dans un exposé intitulé « Jongleurs et ménestrels au Moyen Âge, des professions hors du monde des métiers ? » donné le 5 mai 2010 dans le séminaire Acteurs de théâtre. Statuts, pratiques, métiers (XIIIe-XVIe s.) que j’ai encadré à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Voir aussi B. Bernhard, « Recherches sur l’histoire de la corporation des ménétriers ou joueurs d’instruments de la ville de Paris », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. III, 1841-1842, p. 377-404 ; t. IV, 1842-1843, p. 525-548 ; t. V, 1843-1844, p. 339-372. Pour une synthèse succincte des données sur cette question, voir M. Clouzot, « Roi des ménestrels, ménestrel du roi ? Statuts, fonctions et modèles d’une ‘autre’ royauté aux XIIIe, XIVe et XVe siècles », Les ‘autres’ rois. Études sur la royauté comme notion hiérarchique dans la société du bas Moyen Âge, dir. T. Hiltmann, Ateliers des DHIP, 5, Munich, Oldenbourg, 2010, p. 24-43 à la p. 26. Sur le répertoire théâtral des jongleurs, voir l’article qui fait maintenant référence sur la question : S. Menegaldo, « Les jongleurs et le théâtre en France au XIIIe siècle. Leurs activités et leur répertoire », Romania, t. CXXVIII, 2010, p. 46-91.

29  Paris, Archives nationales, Châtelet, KK, 1336, fol. 114. Edité dans R. de Lespinasse, Les métiers et corporations de la ville de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1897, t. III, p. 580-583.

30  R. de Lespinasse, op. cit., p. 584-585.

31  P. Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, Université Toulouse Le Mirail, 2009.

32  R. de Lespinasse, op. cit., p. 582.

33  R. de Lespinasse, op. cit., p. 585.

34 Sexti decretalium, l. III, tit. I, cap. I., Corpus juris canonici, éd. A. Friedberg, 1959, vol. II, col. 1019. Cité et commenté, entre autres, par E. Chambers, The mediaeval stage, Londres, Oxford University Press, 1909, t. I, p. 39. Simon Gabay me signale qu’il y a néanmoins d’autres sources légèrement antérieures dans lesquelles circulent cette idée, en ces mêmes termes : notamment une glose d’Hostiensis (1271) et les canons des conciles de Pont-Audemer (1279) et de Cahors, Rodez et Tulle (1289) (cf. Mansi, t. XXIV, p. 1019, canon 19).

35  Sur l’acteur romain, voir F. Dupont, L’Acteur-roi ou le Théâtre dans la Rome antique, Paris, Les Belles Lettres, 1986 ; id., L’Orateur sans visage. Essai sur l’acteur romain et son masque, Paris, PUF, 2000.

36  C. Hugoniot, « De l’infamie à la contrainte. Évolution du statut de l’acteur sous l’Empire romain », Le statut de l’acteur dans l’Antiquité grecque et romaine, dir. C. Hugoniot, F. Hurlet et S. Milanezi, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2004, p. 213-240, à la p. 223-224. La bibliographie générale sur le statut juridique de l’acteur est datée : G. Maugras, Les comédiens hors la loi, Paris, C. Lévy, 1887 ; P. Olagnier, Les incapacités des acteurs en droit romain et en droit canonique, Paris, Armand Magnier, 1899.

37  Pour un tour d’horizon de cette question, je me permets de renvoyer à mon article : M. Bouhaïk-Gironès, « Sources et problèmes de l’histoire du théâtre dans les collèges à la fin du Moyen Âge », Les collèges universitaires en Europe au Moyen Âge et au XVIe siècle, dir. J. Verger et A. Sohn, Bochum, Winkler (collection « Ouvertures. Perspectives interculturelles en histoire, politique et religion »), 2011, p. 107-117.

38  R. Bossuat, « Le théâtre scolaire au collège de Navarre (XIVe-XVIIe siècles) », Mélanges d’histoire du théâtre du Moyen Âge et de la Renaissance, offerts à Gustave Cohen, Paris, Nizet, 1950, p. 165-176.

39  C.-E. Du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis,Paris, 1665-1673, t. IV, p. 93.

40  Le débat sur la date exacte de la composition de la pièce se joue entre Robert Bossuat (entre 1377 et 1380) et Jean-Patrice Boudet (après 1395). R. Bossuat, « Jean Gerson et la Moralité du Cœur et des cinq sens », Mélanges de philologie romane et de littérature médiévale offerts à Ernest Hoepffner, Paris 1949, p. 347-360 ; R. Bossuat, « Gerson et le théâtre », Bibliothèque de l’École des chartes, 109 (1951), p. 295-298 ; J.-P. Boudet, « La dame à la licorne », Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, dir. P. Boucheron et J. Chiffoleau, Paris, 2000, p. 551-562 ; voir aussi la version augmentée de l’article : id., « La dame à la licorne et ses sources médiévales d’inspiration », lamop. univ-paris1.fr/W3/DamealaLicorne.pdf

41  R. Olaizola, « Les jésuites et l’utopie du ‘comédien honnête’ aux XVIe et XVIIe siècles », Revue de synthèse, 4e S., 2-3, avr-sept. 1999, p. 381-407 : id., Les jésuites au théâtre dans l’Espagne du siècle d’Or : théories et pratiques (1588-1689), thèse de Doctorat, Paris, EHESS, 2005.

42  Cité par H. Lepage, « Études sur le théâtre en Lorraine et sur Pierre Gringore », Mémoires de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Nancy, 1848, p. 211.

43  Sur la question salariale, voir M. Arnoux, « Relation salariale et temps du travail dans l’industrie médiévale », Le Moyen Âge, tome CXV, 2009/3, p. 557-581.

44  J’ai tenté de faire le point sur ces problèmes dans M. Bouhaïk-Gironès, « Comment faire l’histoire de l’acteur au Moyen Âge ? », Médiévales, 59, automne 2010, p. 107-125.

45  Pour un résumé de la bibliographie en néerlandais sur cette question, voir K. Lavéant, « Le théâtre à l’auberge : jouer en hôtellerie et ‘en chambre’ dans les villes du Nord aux XVe et XVIe siècles », Drama, Performance and Spectacle in the Medieval City : Essays in Honor of Alan Hindley, dir. C. Emerson, M. Longtin et A. Tudor, Louvain, Peeters, 2010, p. 149-162 aux p. 158-161 ; et aussi, J. Koopmans, « Les parties du discours… », op. cit., p. 294-295.

46  Sur cette question, voir, Le théâtre de l’Église (XIIe-XVIe siècles), dir. M. Bouhaïk-Gironès et D. Iogna-Prat, Paris, LAMOP, 2011, publication en ligne. http://lamop.univ-paris1.fr/IMG/pdf/IntroMBouhaikGirones.pdf

47  chevir à quelqu’un : s’arranger, composer avec quelqu’un, satisfaire quelqu’un. DMF : Dictionnaire du Moyen Français. ATILF / Nancy Université – CNRS. Site internet : http://www.atilf.fr/dmf.

48  En interligne.

49  Robes de livrée ornementées de découpures sur une extrémité du vêtement (à la mode au début du XVe siècle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Bouhaïk-Gironès, « Le statut de l’acteur face aux pratiques du droit », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 23 | 2012, 127-140.

Référence électronique

Marie Bouhaïk-Gironès, « Le statut de l’acteur face aux pratiques du droit », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12820 ; DOI : 10.4000/crm.12820

Haut de page

Auteur

Marie Bouhaïk-Gironès

Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique
Universiteit van Amsterdam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org