Navigation – Plan du site
Pour une poétique de l'exemplum courtois

Pour une poétique de l’exemplum courtois

Amy Heneveld et Marion Uhlig
p. 21-27

Texte intégral

  • 1 La rencontre des deux éditrices avec Catherine Nicolas, de l’Université Paul-Valéry (Montpellier II (...)

1La session « Enseigner la courtoisie : l’exemplum courtois dans la littérature didactique » qui a eu lieu à Montréal le 31 juillet 2010 dans le cadre du XIIIe Congrès de la Société Internationale de Littérature Courtoise a rassemblé cinq médiévistes autour de la question de l’exemplum courtois. Ces chercheuses et chercheur en littérature, pour la plupart issus de la relève genevoise de l’École de la Lettre1, ont trouvé dans ce cadre un lieu d’échange propice au développement de leur thème commun, quoique largement inattendu. Des points de convergence insoupçonnés entre des sujets de recherche disparates ont en effet surgi lors de la rencontre, mus par une interrogation commune sur des textes pourtant séparés par des écarts chronologique, générique ou linguistique. Mais encore, et surtout, la volonté de placer sous l’égide de la courtoisie un questionnement d’obédience didactique, plus souvent envisagé dans le cadre de la prédication, représentait un ambitieux paradoxe. Le quasi-oxymore que constitue l’appellation même d’« exemplum courtois » disait bien le caractère insu d’un tel rapprochement. Or l’enthousiasme et la richesse des débats qui se sont tenus à cette occasion ont révélé la nécessité, et même l’urgence, qu’il y avait à penser le rapport entre les discours exemplaire et courtois dans la littérature médiévale. Les cinq contributions et l’épilogue rassemblés dans le présent volume sont le fruit de ces réflexions.

  • 2 Le Récit exemplaire (1200-1800), dir. V. Duché et M. Jeay, Paris, Garnier, 2011. On mentionnera enc (...)
  • 3 Journées d’étude Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge, I et II, dir. M. A. (...)
  • 4 Voir notamment les ouvrages suivants : C. Bremond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’Exemplum, Turnhou (...)
  • 5 C. Bremond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’Exemplum, op. cit., p. 37-38.
  • 6 Voir entre autres, C. Delcorno, Exemplum e letteratura tra Medioevo e Rinascimento, Bologna, Il Mul (...)

2De fait, c’est le statut encore impensé de cet objet singulier qui nous a incités à prolonger la recherche, active et très féconde ces dernières années, sur l’exemplum et la littérature exemplaire. La parution très récente des Actes du colloque de la SATOR tenu en septembre 2010, Le Récit exemplaire (1200-1800), sous la direction de Véronique Duché et de Madeleine Jeay2, tout comme les séminaires dirigés par Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu à l’EHESS et la parution prochaine des Actes des deux colloques organisés par le GAHOM en 2009 et 2010 sur les Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge3, témoignent de la vivacité de ces préoccupations pour les périodes médiévale et moderne. La vogue n’est cependant pas nouvelle ; elle s’inscrit dans le prolongement de l’intense activité de recherche initiée dans les années 1970 par la création du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval, sous l’impulsion de Jacques Le Goff d’abord, puis de Claude Bremond et de Jean-Claude Schmitt, de Jacques Berlioz et de Marie Anne Polo de Beaulieu4. Une définition de la notion médiévale d’exemplum qui fait date a été élaborée dans ce cadre, à propos des recueils d’exempla destinés à la prédication. C’est celle, fameuse, qui décrit l’exemplum comme « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire », selon les termes de Le Goff5. Mais la recherche actuelle est encore fille des travaux initiés par Peter von Moos en Allemagne et Carlo Delcorno en Italie, dont les contributions se sont avérées déterminantes à l’avancée du débat historiographique visant à circonscrire l’acception médiévale de l’exemplum6.

  • 7 Le Goff voit aussi dans l’exemplum le reflet de la « révolution» de la fin du XIIe et du début du X (...)
  • 8 P. von Moos, « L’Exemplum et les exempla des prêcheurs», Les Exempla médiévaux : nouvelles perspect (...)
  • 9 J.-Y. Tilliette, « L’Exemplum rhétorique : questions de définition», Les Exempla médiévaux : nouvel (...)
  • 10 Ibid., p. 55.

3Car ces dernières enquêtes, et en particulier l’étude de Peter von Moos sur le Policraticus de Jean de Salisbury, cessent d’envisager l’exemplum comme un argument propre au milieu de l’homélie pour le considérer plus globalement comme un instrument de la rhétorique. Cette ouverture revêt un grand intérêt parce qu’elle étend à la réflexion littéraire un débat jusqu’alors envisagé à travers le prisme de l’histoire des mentalités. Au moment de remettre l’exemplum au goût du jour, Le Goff l’envisageait comme une source idéale pour l’étude des superstructures médiévales7, en fonction de critères socio-culturels. Il en réduisait par conséquent le champ au cadre théologique de la prédication et à un mode d’utilisation de préférence oral. Or en redéfinissant l’exemplum comme un « événement du passé, rappelé ou mentionné dans un discours, pour convaincre de l’objectif à atteindre »8, von Moos nuance l’opposition stricte entre l’exemplum « rhétorique », issu de la culture antique et destiné à l’élite intellectuel, et l’exemplum « homilétique », proprement médiéval et présent dans les mentalités des simples, pour ramener l’ensemble de la question sur le terrain du discours, et donc de la littérature. Jean-Yves Tilliette privilégie la même approche, essentiellement rhétorique, pour éclairer le fonctionnement et l’intentionnalité des exempla dans les textes littéraires : il ne s’agit plus de déterminer la spécificité d’un « exemplum rhétorique », mais de saisir les enjeux d’une « rhétorique de l’exemplum »9. Celle-ci, dès lors, n’est plus entendue au sens de « technique du raisonnement probable », sinon de « fabrication du discours » – ce qu’Aristote, comme le rappelle Tilliette, désigne du nom de « poétique »10. C’est cette proposition que nous souhaitons retenir au moment d’introduire le présent volume, tant le terme de « rhétorique de l’exemplum », ou mieux encore de « poétique de l’exemplum », convient à la problématique littéraire, a fortiori courtoise, que nous avons choisi d’aborder.

  • 11 C. Bremond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’Exemplum, op. cit., p. 111-143, cité dans M. A. Polo de (...)
  • 12 J.-Y. Tilliette, « L’Exemplum rhétorique : questions de définition», art. cit., p. 61.
  • 13 Ibid., p. 51.
  • 14 J. Berlioz, « Le récit efficace : l’exemplum au service de la prédication (XIIIe-XVe siècles)», Rhé (...)

4Précisément, la notion de poétique permet d’articuler l’apparent paradoxe que représente le binôme « exemplum courtois » : sous le récit de tradition courtoise, ostensiblement fait pour plaire, affleure le récit exemplaire. Les exempla synecdoques qui, par leur réalisme, appellent le lecteur à s’identifier à un personnage, ou ceux qui demandent que le lecteur se projette par analogie dans une situation plus fantaisiste, ressembleraient ainsi aux lais, ces récits brefs qui peuplent le paysage de la littérature courtoise médiévale11. Il ne s’agit pourtant pas prétendre que tout récit fût un exemplum12, mais que le conte courtois utilisé comme exemplum existe bel et bien. D’ailleurs, entre une narration qui enseigne et une narration qui plaît, il n’existe pas nécessairement d’opposition. Comme le rappelle l’article de Jean-Yves Tilliette, pour les théoriciens de la composition, delectare et movere précèdent la plupart du temps docere, les deux premiers préparant le terrain pour le dernier13. Dans le cadre de la prédication, Jacques Berlioz résume ainsi la précellence du plaire : « Le caractère divertissant des exempla dans le cadre de l’instruction morale est un caractère fondamental »14. Le plaisir constitue un élément essentiel à tout discours didactique. Mais dans le même temps, le contexte courtois n’empêche pas l’expression d’un enseignement moral ou éthique ; au contraire, il l’appelle souvent. Qu’est-ce que la courtoisie, sinon une autre manière d’apprendre à se comporter, parallèle à celle de l’Église, à savoir un code pour la bonne maîtrise de la vie séculière ?

5Pour donner un exemple concret, la session de Montréal est née de réflexions communes autour du petit conte du Lai de l’oiselet, un exemplum qui se trouve dans les champs de recherche respectifs des deux éditrices de ce volume. Toutes deux familières de cette fable, nous l’avons cependant rencontrée dans des œuvres aux antipodes l’une de l’autre, si l’on en croit la division traditionnelle entre clergie et courtoisie : elle figure dans un débat amoureux, le Donnei des Amants, un texte courtois surtout par sa forme, et dans le Barlaam et Josaphat, un texte de tradition sapientiale. Nous nous sommes dès lors interrogées sur l’opposition entre ces deux mondes : comment lire et comprendre cette fable, d’évidence à la fois courtoise et cléricale ? Admettre l’existence, du moins théorique, de l’exemplum courtois a permis d’appréhender dans toute sa richesse un texte trop souvent négligé par le discours critique, tant il échappe à toute classification définitive.

6Or la présence de cette paire, d’apparence incongrue et absente des études sur le récit exemplaire, s’est révélée d’elle-même au gré de la lecture des textes. Dans la perspective courtoise, l’exemplum se configure de deux manières : soit l’exemple courtois, par son thème ou son origine, est placé dans un contexte didactique et sapiential – tel est le cas des exempla dans le De amore et le Barlaam et Josaphat – soit l’exemple didactique est placé dans une œuvre littéraire généralement qualifiée de courtoise, comme les exemples dans le roman arthurien en prose. Cependant, la dynamique se complique parfois sous l’emprise de perturbations thématiques, stylistiques et idéologiques qui font de l’exemplum courtois une question équivoque. Si celui-ci existe, sa poétique est nourrie de tension, comme l’illustrent les articles qui suivent : l’inflexion courtoise étouffe parfois l’exemple, et l’exemplarité cherche parfois à altérer ou à effacer la culture de cour.

7La variété des formes que revêt la collision entre discours courtois et discours exemplaire en dit d’ailleurs long sur l’ambiguïté générique des textes examinés. Si la transmission du Lai de l’oiselet des recueils de fables enchâssées didactico-religieux à la littérature courtoise, évoquée ci-dessus et développée plus loin par Marion Uhlig, atteste la fascination des deux univers pour un objet commun, l’entrelacs de l’exemplum et de la courtoisie est au principe d’autres récits. Il en est ainsi du Policraticus de Jean de Salisbury et du De nugis curialium de Gautier Map, comme l’observe Géraldine Châtelain : leur double ambition, dont témoigne le titre du second ouvrage qui est aussi le sous-titre du premier, ne saurait étonner de la part d’auteurs qui sont des clercs curiaux dans l’entourage d’Henri II Plantagenêt. Le De amore d’André le Chapelain n’est cependant pas en reste, qu’il ait été composé dans un milieu courtois à la fin du XIIe siècle ou au XIIIe siècle dans un contexte plus scolastique. Amy Heneveld relève que l’intrication des deux discours est consubstantielle à la poétique de ce débat qui combine les séductions de l’art d’aimer à un enseignement sur l’art d’écrire. L’oscillation constante, et pour ainsi dire constitutive, entre le courtois et l’exemplaire n’est pourtant pas l’apanage de la littérature médiolatine, qu’on imagine volontiers plus cléricale que la production vernaculaire. En effet, que dire des romans du Graal en prose, dont l’aspect didactique et pédagogique est largement reconnu ? L’étude de Catherine Nicolas montre bien que l’entreprise poétique y repose sur l’alliance de l’exemplaire et du romanesque, lesquels fondent une nouvelle éthique chevaleresque. Quant au Roman de la Rose moralisé de Jean Molinet, que Philippe Frieden envisage comme un texte « excentrique » tant par la forme que par les thèmes qu’il investit, il est doublement enté sur ce paradigme binaire : le texte du XVe siècle, relecture du Roman de la Rose lui-même travaillé par la tension entre courtoisie et clergie, reproduit chaque chapitre de son modèle en le ponctuant d’une glose moralisée assortie, à l’occasion, d’un exemplum. Au vu d’un corpus aussi diversifié, on ne peut qu’être frappé par la permanence d’une même réflexion sur les exempla courtois. D’autant plus que la majorité des témoins comptent parmi les textes les plus lus et les plus diffusés au Moyen Âge. Or ce dernier article révèle que la tendance ne s’appréhende pas seulement à travers la variété de la langue, du registre et du style des œuvres qui la convoquent, mais aussi dans sa pérennité. Datée des années 1500-1501, l’œuvre de Jean Molinet sert de borne chronologique à notre enquête, mais elle marque aussi, de façon conventionnelle, la fin du Moyen Âge. Autant admettre, dès lors, l’existence pérenne et bien attestée d’un objet qui hante le(s) discours littéraire(s).

8Ce n’est pourtant pas à dire que l’exemplum courtois, dont différentes manifestations sont examinées dans ce volume, fût à considérer en termes d’évolution. Les sympathies entre les textes, comme les pierres sur lesquelles ils achoppent, ne sont pas régies par une logique de succession ; elles se conçoivent dans un système d’échos et d’éclairages mutuels. Le questionnement revêt une multiplicité de formes qui gagnent à être envisagées de façon contingente. Aussi l’enchaînement des articles ne répond-il pas à un ordre chronologique, mais à une organisation laissant résonner, autant que faire se peut, les interrogations convergentes qui habitent les textes.

  • 15 Sur la réversibilité à laquelle se prêtent les exempla, voir aussi A. Heneveld, « From Paternal Adv (...)

9L’un des propos récurrents concerne la définition de l’exemplum, au gré des usages qui lui sont réservés. À l’exception notoire de Jean de Salisbury et de Gautier Map, la majorité des textes s’accordent à reconnaître le fonctionnement proprement poétique de l’exemplum, dont la signification dépend avant tout du récit-cadre dans lequel il s’insère. Si l’opposition fondamentale entre le « projet antique » du Policraticus et le « projet moderne » du De nugis curialium place les deux types d’exemplum, rhétorique et homilétique, au chef de leur modèle exemplaire (Géraldine Châtelain), les autres textes traitent ces derniers comme les deux faces d’un même objet poétique entièrement assujetti à la technique de l’enchâssement. Molinet, qui n’hésite pas à les mêler, élabore de la sorte un type exemplaire singulier qui privilégie la « biographie » d’hommes illustres, mais la situe dans le présent contemporain. Un tel brouillage est possible dans la mesure où l’essentiel pour cet auteur, et Philippe Frieden le montre par une analyse extrêmement fine, ne réside pas tant dans la nature de l’exemple que dans le rapport métonymique que celui-ci entretient avec le récit-cadre. De même, c’est la dispositio – en l’occurrence la structure du « récit à tiroir » – bien plus que la véridicité ou le matérialisme des exempla qui détermine leur efficacité rhétorique dans le De amore, où l’énonciation trouble volontairement les frontières entre réalité et fiction (Amy Heneveld). Catherine Nicolas parvient à un constat identique à propos des romans du Graal, où les deux catégories échouent en tant que telles à délivrer un sens au sein du grand roman ; seul l’enchâssement permet dès lors aux deux narrations de « se complét[er] et de se donn[er] sens mutuellement pour servir une même cause, la définition de l’éthique de la nouvelle chevalerie ». Précisément, il ne fait aucun doute que la reconnaissance par les écrivains de la valeur poétique de l’exemplum courtois va de pair avec la conscience des possibilités infinies de variance offertes par le contexte littéraire. La multiplicité des combinaisons possibles entre le récit exemplaire, enchâssé, et le récit principal, enchâssant, est examinée par Marion Uhlig à propos du Lai de l’oiselet, dont la portée signifiante varie, s’inverse même, selon qu’il s’insère dans un (con)texte didactique ou courtois. Ce potentiel labile, voire réversible, de l’exemplum révèle l’intérêt qu’il y a à s’y référer dans un cadre littéraire, et a fortiori courtois. Le message de l’exemplum courtois n’est pas toujours clair, tant il implique des interprétations diverses qui enseignent davantage à réfléchir qu’à suivre une ligne droite de bonne conduite15.

  • 16 Ut electos ex amaris et dulcibus conferat in thesaurum sapiencie fauos (Walter Map, De nugis curial (...)

10C’est pour cette raison, sans doute, que la plupart des textes analysés ne font pas mystère de leur dimension réflexive. La richesse du sens s’illustre de façon privilégiée dans le De amore, selon que l’énonciateur de l’exemplum fût un amant ou une amante engagé dans un dialogue amoureux ou que les éléments mus par l’anecdote courtoise renvoient à l’un ou à l’autre d’entre eux et, à travers cet échange, à l’acte d’écrire – le faucon et le gant de l’exemplum « De regulis amoris »symbolisent ainsi, respectivement, les attributs sexuels masculins et féminins, en même temps qu’ils forment la clef d’accès aux règles d’amour, soit au texte lui-même. Autrement dit, bien aimer et bien faire l’amour – telle est l’intention réflexive de ce texte parfois subversif – c’est bien apprendre et bien se conformer à l’enseignement sur l’amour. Si elle peut surprendre, l’équation posée par André le Chapelain entre la dilection, voire la chair, et la lecture, n’est pas dénuée de pertinence pour notre réflexion, puisqu’elle fait mémoire de la dimension plaisante qui préside à la démarche exemplaire. La prééminence du plaisir est encore au cœur du projet qui sous-tend les Fables Pierre Aufons, où figure l’unes des premières versions françaises du Lai de l’oiselet : l’injonction prologale « Il n’i a deduit / Qui ne seit chargié de boen fruit » suggère que tout plaisir recèle un enseignement, renversant l’idée traditionnelle selon laquelle l’exemplum viserait à rendre une leçon plus agréable à entendre. On comprend alors que les motifs les plus prisés de la lyrique ou du roman courtois – le cœur mangé, le locus amoenus, la conquête du faucon – fournissent des thèmes de premier choix à la matière exemplaire du Roman de la Rose moralisé, du Lai de l’oiselet, du De nugis curialium et du De amore. L’appel à la lecture consiste ainsi dans un appel au plaisir, pour que soit extrait du fruit qu’est l’histoire un sens utile et pertinent. Ce ne sont alors pas seulement les fables qui sont courtoises, mais aussi les lectrices et lecteurs qui, à la cour, apprennent en se divertissant ou se divertissent en apprenant. Mais si la réception est inscrite dans les œuvres elles-mêmes, l’exemplum courtois devient aussi un outil pour critiquer la cour, et partant un guide de comportement à l’adresse des destinataires, comme c’est le cas pour les romans du Graal. On ne saurait certes prouver l’existence réelle d’un tel public mais, note Géraldine Châtelain, le dialogue entre Jean de Salisbury et Gautier Map montre à quel point les exempla sont la source d’un débat littéraire à la fois ludique et didactique en milieu curial, tant par leur potentiel exégétique que par la maîtrise qu’ils requièrent dans l’art de la composition. C’est dire combien l’exemplum courtois forme ceux qui y recourent, et les aide à leur tour à former les lecteurs, « pour apporter dans le trésor de la sagesse des rayons de miel empruntés à l’amertume et à la douceur »16.

11Nos plus chaleureux remerciements vont à Bernard Ribémont et à Silvère Menegaldo qui nous ont fait l’honneur d’accueillir les présentes contributions dans leurs Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Ils vont encore à Francis Gingras et aux organisateurs du Congrès de l’ICLS 2010 à Montréal, dont la qualité et la parfaite intendance ont favorisé une atmosphère stimulante d’émulation intellectuelle.

Notes

1 La rencontre des deux éditrices avec Catherine Nicolas, de l’Université Paul-Valéry (Montpellier III), à l’occasion des premières journées d’étude du GAHOM sur les Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge, les 25 et 26 juin 2009, a été à la source d’une collaboration amicale et scientifique qui s’est agréablement poursuivie au colloque de Montréal et à l’occasion du présent volume.

2 Le Récit exemplaire (1200-1800), dir. V. Duché et M. Jeay, Paris, Garnier, 2011. On mentionnera encore, pour les littératures pré-moderne et moderne, les journées d’étude organisées à l’Université de Dijon par L. Giavarini, Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (XVIe-XVIIIe siècles), Dijon, EUD, 2008.

3 Journées d’étude Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge, I et II, dir. M. A. Polo de Beaulieu, P. Collomb et J. Berlioz, 25-26 juin 2009 et 21-22 juin 2010, Paris, EHESS-GAHOM, à paraître aux éditions Champion, Paris. Voir le site internet du GAHOM, www. gahom.ehess.fr, qui comporte une base de plus de 8200 exempla, interrogeables selon différents champs, ainsi qu’une abondante bibliographique et des renvois vers d’autres ressources en ligne.

4 Voir notamment les ouvrages suivants : C. Bremond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982 ; Rhétorique et histoire : l’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval. Table ronde organisée par l’École française de Rome le 18 mai 1979, dir. J. Berlioz et J.-M. David, Rome, École française de Rome, 1980 ; Les Exempla médiévaux : introduction à la recherche, suivie des tables critiques de l’Index exemplorum de F. C. Tubach, dir. J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Carcassonne, Garae/Hésiode, 1992et Les Exempla médiévaux : nouvelles perspectives, dir. J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Paris, Champion, 1998. Avant ces études, on mentionnera encore les recherches fondatrices de T. F. Crane, The Exempla or illustrative stories from the Sermones vulgares of Jacques de Vitry, Londres, 1890 et de J.-T. Welter, L’Exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge,Paris, E. H. Guitard, 1927. Une analyse détaillée des discours théoriques sur les exempla figure sous la forme d’une histoire de la critique dans l’article de N. Louis, « Exemplum ad usum et abusum : définition d’usages d’un récit qui n’en a que la forme», Le Récit exemplaire (1200-1800), op. cit., p. 17-36.

5 C. Bremond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’Exemplum, op. cit., p. 37-38.

6 Voir entre autres, C. Delcorno, Exemplum e letteratura tra Medioevo e Rinascimento, Bologna, Il Mulino, 1989 et P. von Moos, « The Use of exempla in the Policraticus of John of Salisbury», The World of John of Salisbury. A Symposium to Commemorate Eight Century of his Death. Salisbury, July 1980, dir. M. Wilks, Oxford, Blackwell, 1984, p. 207-261 et surtout Geschichte als Topik: das rhetorische Exemplum von der Antike zur Neuzeit und die Historiae im Policraticus Johanns von Salisbury, Hildesheim, G. Olms, 1996.

7 Le Goff voit aussi dans l’exemplum le reflet de la « révolution» de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle, qui est marquée par le développement des villes et des échanges commerciaux, par la naissance du purgatoire, par l’essor des ordres mendiants et de leur nouvelle prédication (cf. « Vita et Pre-exemplum dans le 2e livre des Dialogues de Grégoire le Grand», Hagiographie, cultures et sociétés : IVe-XIIe siècles : Actes du colloque organisé à Nanterre et à Paris, 2-5 mai 1979, Paris, CNRS, 1981, p. 105-120).

8 P. von Moos, « L’Exemplum et les exempla des prêcheurs», Les Exempla médiévaux : nouvelles perspectives, op. cit.,p. 70-71.

9 J.-Y. Tilliette, « L’Exemplum rhétorique : questions de définition», Les Exempla médiévaux : nouvelles perspectives, op. cit.,p. 43-65.

10 Ibid., p. 55.

11 C. Bremond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’Exemplum, op. cit., p. 111-143, cité dans M. A. Polo de Beaulieu, Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge, essai sur Jean Gobi le Jeune, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 45.

12 J.-Y. Tilliette, « L’Exemplum rhétorique : questions de définition», art. cit., p. 61.

13 Ibid., p. 51.

14 J. Berlioz, « Le récit efficace : l’exemplum au service de la prédication (XIIIe-XVe siècles)», Rhétorique et histoire, op. cit., p. 113-146, p. 122.

15 Sur la réversibilité à laquelle se prêtent les exempla, voir aussi A. Heneveld, « From Paternal Advice to Amourous Dialogue : Reading through the Frame of Fabular Exchange», D’Orient en Occident : les recueils de fables enchâssées avant les Mille et Une Nuits, Actes du colloque international de l’Université de Genève, 6-8 mai 2010, dir. M. Uhlig et Y. Foehr-Janssens, Brepols, à paraître, et M. Speer, « Specularity in a Formulaic Frame Romance: « The Faithful Greyhound» and the Roman de Sept Sages», Literary Aspects of Courtly Culture, dir. D. Maddox et S. Sturm-Maddox, Cambridge, D. S. Brewer, 1994, p. 231-240.

16 Ut electos ex amaris et dulcibus conferat in thesaurum sapiencie fauos (Walter Map, De nugis curialium. Courtiers’ Trifles,éd. cit.,p. 244).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amy Heneveld et Marion Uhlig, « Pour une poétique de l’exemplum courtois », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 23 | 2012, 21-27.

Référence électronique

Amy Heneveld et Marion Uhlig, « Pour une poétique de l’exemplum courtois », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12804

Haut de page

Auteurs

Amy Heneveld

Université de Genève

Articles du même auteur

Marion Uhlig

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org