Navigation – Plan du site
Hommage à Jean Dufournet

Allocution de Madame Élisabeth Gaucher-Rémond

Élisabeth Gaucher-Rémond
p. 7-11

Texte intégral

1Cher Monsieur Dufournet,

2Mesdames, Messieurs, chers amis,

3C’est un grand honneur, pour moi, d’avoir été associée par Luca Pierdominici à cette entreprise franco-italienne. Au-delà et en-deçà des Alpes, des voix se sont unies en votre nom, Monsieur Dufournet, vous le Savoyard, habitué à franchir les montagnes et les frontières, mais surtout le Maître, le « passeur de lumière » (comme j’aime à vous appeler, en empruntant le titre d’un roman de Bernard Tirtiaux) ; des personnes se sont rejointes pour vous témoigner l’étendue et la permanence des liens que vous avez tissés dans la communauté des médiévistes. Ce recueil d’études qui vous sera remis tout à l’heure vous est dédié pour vous remercier de l’appui que vous avez spontanément offert à la création de la Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali, cette nouvelle collection publiée chez Aras Edizioni. En effet, vous n’avez de cesse d’encourager les jeunes entreprises ou de redonner élan à ce qui s’essouffle : c’est pourquoi les nouvelles générations de médiévistes, mais aussi certains chercheurs de plus longue date, dont vous avez favorisé l’aboutissement des travaux, ou à qui vous avez offert votre précieuse collaboration, ont été invités à vous témoigner leur gratitude, dans le cadre de ce volume. La plupart n’avaient pu participer à l’un ou l’autre des précédents Mélanges dont vous avez été le bénéficiaire en 1993 et en 2007 et nous avons voulu faire entendre leur témoignage. Mais bien vite, derrière, s’est élevée la voix (dois-je dire le grondement ou, si vous me permettez une métaphore montagnarde, l’avalanche ?) de tous ceux qui auraient voulu vous remettre aussi un article : hélas, la « maisnie » des disciples qui ont eu le privilège de vous rencontrer sur leur « chemin de long estude » est si grande qu’il aurait été impossible de l’accueillir tout entière dans l’espace de la Piccola Biblioteca. Les signatures que vous retrouverez dans la Tabula gratulatoria, les visages qui vous entourent aujourd’hui, traduisent l’étendue de ce nouvel hommage qui vous est rendu, bien supérieur aux modestes dimensions d’une sélection d’articles, dépassant de loin la frontière franco-italienne, élargissant le cercle des médiévistes à d’autres disciplines.

4Si nous n’avons pu maîtriser le projet initial, débordés par l’ampleur de votre renommée, qu’on veuille bien nous le pardonner. Mais nous sommes redevables à tous ceux qui nous ont accompagnés dans cette entreprise : elle n’aurait pu aboutir sans le précieux concours des auteurs et des signataires, l’aide matérielle que nous a spontanément offerte Laurence Harf en réservant cette salle pour nous, les conseils avisés et enthousiastes des organisateurs de vos précédents Mélanges, vos amis montpelliérains, Francis Dubost, Liliane Dulac et Marcel Faure, dont la ferveur m’a beaucoup touchée. Que tous en soient remerciés chaleureusement. On me pardonnera de ne pouvoir citer tous les noms. Et puis, comment ne pas évoquer le souvenir des personnes à qui revient l’idée du premier Hommage, et qui nous ont hélas déjà quittés, Jean-Claude Aubailly, Emmanuèle Baumgartner : notre modeste entreprise, loin de prétendre s’assimiler à la leur, voudrait signifier que la flamme qu’ils ont allumée ne s’est jamais éteinte.

5Car nous sommes nombreux, cher Monsieur Dufournet, à avoir bénéficié de votre précieux compagnonnage, les uns de près, d’autres de plus loin. Certains de vos premiers disciples vous ont connu comme collègue, notamment à Montpellier : empêchés par des ennuis de santé, ils n’ont pu venir aujourd’hui nous rejoindre mais m’ont priée de vous assurer de leur fidèle souvenir. Puis il y a eu la génération des thésards qui vous ont rencontré à travers vos cours, et à laquelle j’appartiens moi-même. Votre réputation vous précédait, nous avions le sentiment d’être intégrés dans un cercle privilégié, où les places se disputaient âprement (je me souviens de l’affluence dans la salle de votre séminaire, à l’École Normale Supérieure, boulevard Jourdan, où il fallait arriver en avance pour trouver où s’asseoir). Enfin, quand les circonstances, la maladie, vous ont obligé à mettre fin à vos activités d’enseignement, ce fut l’heure de la troisième génération : les chercheurs dont vous avez dirigé les travaux mais qui n’ont pu que lire les vôtres, hormis les colloques et conférences où ils retrouvaient cette voix chaleureuse qui a stimulé tant de médiévistes. Votre voix, Luca Pierdominici a souhaité l’enregistrer dans un CD-audio et la transmettre, avec ce volume, pour qu’elle résonne toujours en nous, et après nous.

6Ainsi grandissait, au fil des années, une longue chaîne de médiévistes formés à votre « escole », et qui se transmettaient, les uns aux autres, le flambeau d’une passion partagée.

7Mais sans doute ces distinctions chronologiques entre générations successives ne signifient-elles pas grand-chose : car à tous, vous avez offert votre amitié. Bien au-delà de la relation professionnelle, vous avez élargi le « champ des escriptures » à d’autres dimensions et nous sommes nombreux, dans cette salle, à garder précieusement, dans le trésor de nos correspondances, vos lettres où chaque expression, chaque confidence, disent la confiance que vous nous accordez.

  • 1 Commynes en ses Mémoires, Paris, Champion, 2011 (« Bibliothèque du XVe siècle», LXXVI).

8Il ne saurait être question, ici, de retracer toute votre carrière. Les organisateurs des précédents Mélanges l’ont fait, et plus récemment, Claude Lachet, dans votre dernier ouvrage sur Commynes1, a recensé les 538 titres de votre bibliographie, qui en disent long sur l’ampleur du travail accompli, de 1964 à 2010.

9Pour ma part, je ne vous connais que depuis l’année universitaire 1986-87. Je préparais le concours de l’agrégation. Au programme : La Farce de Maître Pathelin. Vous êtes venu prononcer une conférence sur « la dialectique de l’argent et de la parole ». Tout en vous écoutant, j’ai mesuré la complexité et la richesse de ce Moyen Âge que vous vous attachiez à transmettre, revisitant les méthodes d’investigation, récusant les poncifs tout autant que les facilités, éclairant, surtout, la modernité d’une époque souvent mal jugée. J’étais convaincue, convertie : l’année suivante, mettant fin à mes études de lettres classiques (j’étais helléniste), je m’inscrivais sous votre direction, en DEA, pour un long voyage dont je ne mesurais sans doute pas encore toutes les terrae incognitae qui allaient s’ouvrir à moi : les lettres véritablement « modernes » m’ouvraient leur horizon. Aujourd’hui, ce voyage continue, même si nous faisons escale dans une salle qui nous est déjà familière : en effet, c’est ici-même que j’ai soutenu, un certain 17 décembre 2001, mon Habilitation placée sous votre patronage. La coïncidence spatio-temporelle me plaît, qui me permet de souligner encore davantage la dette que je voudrais vous exprimer.

10Dette envers toutes les marques de dévouement que vous avez témoignées à l’égard de vos doctorants : des milliers de pages relues avec attention, des livres prêtés, voire donnés, des conseils prodigués sans attendre, des encouragements dispensés dès que pointaient la fatigue ou le découragement. Vous nous avez entourés d’une présence continue, sans jamais nous oublier, même quand la maladie vous éloignait : permettez-moi de rappeler devant l’assistance votre appel téléphonique en 1993, la veille de ma première soutenance de thèse, alors que votre état de santé vous interdisait de siéger à mon jury : dans la très grande faiblesse qui vous accablait, vous avez eu la force de me dire votre accompagnement, en pensée. Ce soir-là, la voix du maître m’a fait entendre, encore plus profonde, celle de l’ami.

11Ami qui nous accompagne non seulement dans nos travaux universitaires, mais aussi dans nos joies privées ou dans nos deuils, nos souffrances, nos soucis de santé : là encore, votre présence indéfectible, discrète mais si chargée d’émotion, permet de comprendre combien nous comptons à vos yeux. Ce n’est pas seulement votre savoir que vous nous avez transmis, mais un art de vivre, dans le respect de l’Autre, et une forme de courage, dans les épreuves à surmonter.

12Vous êtes un maître qui accorde sa confiance à ses disciples : en nous associant à vos travaux, à vos publications, à vos activités éditoriales, à vos jurys de thèse, voire aux émissions radiodiffusées que vous avez pu enregistrer, vous nous avez permis de connaître les différents aspects de votre métier, dans un véritable compagnonnage fondé sur l’émulation, qui nous préparait, non pas à nous croire l’égal du modèle, mais à prendre la mesure de nos responsabilités, de nos compétences et à placer toujours plus haut nos ambitions, sans céder au risque de la dévaluation de soi. Vous savez briller sans reléguer dans l’ombre ceux qui vous entourent, vous les éclairez, comme Gauvain, soleil de la chevalerie, ranime l’ardeur de ses compagnons. Très vite, j’ai remarqué, dans les colloques, votre capacité d’accueil : lorsqu’une communication ne suscitait aucun débat, vous rompiez le silence, posiez une question ou formuliez une remarque pour ne pas laisser l’orateur dans l’amer sentiment de n’avoir suscité qu’une indifférence généralisée. Avec vous, on se sent écouté.

13Les nouvelles générations des médiévistes se disent peut-être que vous incarnez un âge d’or révolu, l’image d’une Université florissante que les temps présents ne permettent plus de mettre en œuvre. Souvent, quand cette forme de nostalgie me guette, je repense à tous les obstacles contre lesquels vous avez courageusement lutté durant vos années d’exercice : piquets de grève, surmenage, tentation de la lassitude, tout cela vous l’avez connu. Mais une autre forme de danger menace les gens de notre métier : une fois soutenus les examens, les thèses, comment garder l’élan que nous a transmis le maître ?

14Quand plus aucune pression ne s’impose en termes de temps et de performances, cela devient une question de discipline, que l’on ne peut nourrir que par la passion.

  • 2 Contrepoint, roman traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin, Paris, Actes Sud, 2010, p. 14.

15Ce conseil, dont j’emprunte la formulation à la pianiste et romancière Anna Enquist2, vous nous l’avez transmis, tacitement, par votre expérience personnelle, au côté de laquelle nous sommes appelés à forger la nôtre.

16Car si la place accordée aux études médiévales diminue dans nos cursus universitaires, vous nous avez préparés, durant vos années d’enseignement, à nous adapter à de plus larges horizons. Ceux qui ont eu la chance de suivre vos séminaires de recherche se rappellent sans doute, comme moi, l’ouverture de chaque séance où, avant de reprendre votre discours de médiéviste, vous aviez le souci de communiquer votre passion de lire toutes sortes d’ouvrages et de vous ouvrir à d’autres cultures : vous nous indiquiez les publications et les actualités dont vous aviez eu connaissance dans la semaine, et ces inventaires, joignant l’utile à l’agréable, allant des éditions et essais critiques aux romans ou aux expositions, sans oublier le cinéma, dépassaient de beaucoup les limites du Moyen Âge pour évoquer des époques plus récentes, voire contemporaines. À mon tour, j’ai eu l’occasion de faire connaître à mes étudiants ou collègues des romans contemporains, que j’ai lus grâce à vous : ces échanges construisent une relation vivifiante, où le savoir, loin de se limiter à l’apprentissage scolaire et utilitaire, garde toute sa gratuité, sa saveur.

17Fuyant la sèche érudition, vitupérant contre le jargon des cuistres, vous nous avez légué l’image d’une culture vivante, accessible, joyeuse, ancrée dans la vie, qu’elle soit d’hier ou d’aujourd’hui, qu’il s’agisse de celle des médiévaux ou de votre expérience personnelle. Votre enseignement dépasse les murs de nos universités, le cadre de l’institution, il continue à résonner sur les sentiers alpins, sur les chemins côtiers du Finistère, dans les bourrasques de la pointe du Toulinguet, où j’ai eu le bonheur de marcher avec vous, loin de l’agitation des villes, là où les beautés de la nature ravivent en nous les appels de la culture. Autour d’une bonne table, dans l’ambiance familiale, entourée de l’accueil toujours attentionné de Madame Dufournet, de Sylvie, de vos fils, de vos belles-filles et de vos petits-enfants, j’ai appris ce que signifie le mot cher aux médiévistes : « l’hospitalité ».

18Cher Monsieur Dufournet, avant de vous offrir ce cadeau qu’ont préparé vos disciples, j’ai le plaisir de vous remercier de celui que vous nous avez offert, en des termes qui ne sont pas les miens, mais que vous reconnaîtrez :

Que le maître,
au fil des rencontres et des travaux,
devienne aussi l’ami,
c’est assurément un beau cadeau
que vous fait la vie…

De moi-même à moi-même,
cherchant l’expression la plus juste,
j’avais pris l’habitude
d’appeler mon maître
« Calme habitant des terres émergées »
par référence à son pays natal,
à ses chères montagnes
qu’il avait dû renoncer à gravir.

En référence aussi à l’altitude morale
où il place ses valeurs de vie.
Où qu’il soit, il reste un homme des sommets :
par son savoir, et son talent à le faire partager ;
la force de son caractère,
la distinction de sa parole ;
la bonté, et la courtoisie qu’il apporte
à ne retenir de vous que le meilleur…

19Ce texte, vous le connaissez : il a été écrit par l’un de vos plus anciens disciples, Francis Dubost, qui vous a rencontré pour la première fois à Montpellier, lorsqu’il était étudiant, en 1965-66, et qui n’a cessé de goûter les bienfaits de votre amitié, de vos conseils dans la vie comme dans les études. Lorsqu’il l’a rédigé, en décembre 2005, c’était alors une façon pour lui d’exprimer les sentiments que vous lui inspiriez. La lecture qui m’en a été confiée est aujourd’hui pour vous, pour nous tous, l’occasion d’entendre sa voix, par-delà l’éloignement géographique, de montrer combien il est présent, malgré cette immobilité forcée qui l’a empêché de faire le trajet jusqu’à Paris. C’est enfin, pour toutes les générations de vos disciples, le bel écho de ce que nous ressentons, et que nos pauvres mots ont souvent du mal à vous dire.

20Dans quelques instants, nous vous remettrons ce nouveau recueil d’articles qui vous est dédié. Ravy me treuve en mon deduire : le titre s’inspire d’un vers de Jean Robertet et a été choisi pour traduire la joie des contributeurs, des signataires et de toutes les personnes qui se sont associées à cette aventure, à se retrouver aujourd’hui rassemblés auprès du maître, du collègue, de l’ami.

Notes

1 Commynes en ses Mémoires, Paris, Champion, 2011 (« Bibliothèque du XVe siècle», LXXVI).

2 Contrepoint, roman traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin, Paris, Actes Sud, 2010, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Allocution de Madame Élisabeth Gaucher-Rémond », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 23 | 2012, 7-11.

Référence électronique

Élisabeth Gaucher-Rémond, « Allocution de Madame Élisabeth Gaucher-Rémond », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12797

Haut de page

Auteur

Élisabeth Gaucher-Rémond

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org