Navigation – Plan du site
Hommage à Jean Dufournet

Allocution de Monsieur Luca Pierdominici

Luca Pierdominici
p. 2-6

Texte intégral

1Chers amis et collègues,

2J’ai l’honneur et le plaisir de vous rencontrer aujourd’hui, en cette occasion bien spéciale, qui nous voit tous réunis autour de notre maître et ami commun, Jean Dufournet.

3Cher maître, Monsieur Dufournet,

4J’ai surtout le grand honneur et l’immense plaisir de vous retrouver ici, alors que les fêtes de Noël approchent et que tout le monde s’apprête à vivre des moments de bonheur partagés, en famille et entre amis.

5C’était le meilleur moment pour nous rencontrer, en toute simplicité – vous le voyez – mais de manière chaleureuse : c’est ce que Élisabeth Gaucher et moi-même nous nous sommes dit lorsque nous avons décidé, d’un commun accord, d’organiser cette petite surprise pour vous.

6Vos amis et collègues, vos anciens élèves et même ceux qui ont eu la joie de simplement croiser un jour votre chemin ont accepté avec élan de participer à la « surprise », heureux d’être ici, présents à ce rendez-vous, pour vous rendre hommage. Et moi, heureux à mon tour de partager ces moments de bonheur, je voudrais être une présence discrète, me mettre presque de côté, derrière celles et ceux qui vous entourent de leur affection et vous expriment aujourd’hui toute leur sympathie et leur amitié.

7Or je ne puis m’« abstraire » ni me « désincarner » devant vous : je suis là avec les autres. Nous avons tous une dette de reconnaissance envers vous, Monsieur Dufournet. À commencer par moi.

8C’était le mois de septembre 1991, quand je vous vis apparaître pour la première fois à la porte de l’UFR de Littérature française, au troisième étage du Centre Censier : je vous attendais dans le couloir et vous, sortant de la pièce, vous veniez me chercher, car on avait rendez-vous. Je me souviens – car les premières impressions sont toujours inoubliables – qu’ayant accepté de diriger ma thèse de doctorat, vous montrâtes mes lettres de présentation avec une ébauche de projet de recherche, que j’avais envoyées d’Italie, à certaines de vos collègues présentes dans le bureau de l’UFR : vous dîtes à ces collègues que vous étiez certain, si j’avais écrit de telles lettres, que je serais aussi capable de rédiger une thèse (quitte à m’aider quelques minutes plus tard dans la compilation du formulaire d’inscription en troisième cycle, pour vérifier ensuite si j’avais bien écrit sous votre dictée...).

9J’ai toujours été touché par vos attentions et votre empressement. Vous vouliez à chaque fois être sûr que je suivisse avec profit, non un seul, mais tous vos cours de l’année universitaire 1991-92 : celui de CAPES, sur Villon ; celui d’Agrégation, sur Jehan et Blonde ; celui de D.E.A., sur la Chanson de Roland, que vous donniez dans une salle de l’École Normale Supérieure, boulevard Jourdan. Je suivais toujours tous vos conseils, que je n’ai jamais oubliés et qui continuent de guider mes pas ainsi que mes choix.

10Votre ouverture d’esprit m’affectait et m’affecte toujours : vous acceptiez que je reste à côté de vous lorsque, pendant une pause du cours, vous sortiez fumer, et que je fumais à mon tour une cigarette : je me sentais non seulement accepté, mais valorisé dans toutes les spécificités de ma personne. Mon accent d’Italien n’a jamais gêné votre oreille.

11Je me souviens surtout de vos cours, ainsi que de vos séminaires, dont vous saviez moduler la tonalité didactique en fonction du niveau des étudiants : plus simples et au « débit » plus « lent » pour ceux de CAPES, plus denses et différemment structurés pour ceux d’agrégation et de D.E.A. Je voyais dans cette attitude – que rendait possible votre maîtrise parfaite des stratégies didactiques – une forme d’attention supplémentaire envers les étudiants, qui étaient subjugués par votre culture, par la finesse de votre esprit, par la clarté des exposés, de l’argumentation comme de l’expression. Vous étiez – et êtes – toujours un modèle pour tout le monde.

12Un modèle de savoir, de savoir-faire et de générosité. Votre sensibilité, votre attention à l’humain nous permettaient de deviner le rapport qui doit exister entre culture et vie, même dans des champs du savoir apparemment éloignés de l’actualité et de ses autobiographismes faciles comme celui des études médiévales. L’étude de l’ancienne culture devenait pour nous un prétexte pour regarder autrement en nous et pour interroger notre « raison d’être » au présent, ainsi que notre rapport à l’altérité. Votre générosité vous amenait à encourager tous ceux qui traversaient des moments de lassitude ou d’incertitude, aussi prêt que vous étiez à nous donner un « coup de pouce » ou à nous consacrer un peu de votre temps, même au téléphone.

13Votre exemple, qui se manifestait à travers tout ce que vous faisiez ou disiez, était un régal pour tous les étudiants et, en particulier, pour les nombreux « étrangers » présents dans la salle : vous saviez respecter cette étrange quête d’intégration – rien d’autre qu’un désir inavoué de leur part – qui passait par l’étude du Moyen Âge français comme dans une sorte d’appropriation ou d’invention de racines. Cet exemple, qui mêlait la générosité au respect, rajoutait une touche personnelle à votre science et vous attirait l’estime ainsi que l’affection des déracinés, de toutes ces solitudes assoiffées de savoir que nous étions.

14Or nous étions là, dans la salle de l’ENS, boulevard Jourdan, une fois de plus au rendez-vous avec ce bonheur annoncé que devait être votre cours du jour, un certain jour du mois d’avril ou de mai 1992. Mais vous n’arriviez pas… Vous vous fîtes attendre un moment, et nous attendîmes : le temps n’a jamais été un souci pour nous, qui percevons uniquement sa dimension cyclique, faite de reverdies continues. Nous attendîmes dans la certitude du retour. Et vous revîntes.

15Votre retour a pérennisé votre présence parmi nous et la nôtre à vos côtés : cela est bien une preuve du côté illusoire du temps. Et des pouvoirs de la volonté, d’une volonté savante et aimante. Car l’amour pour la vie est le seul remède contre toute maladie du cœur et du corps.

16En ce qui concerne mon expérience personnelle, je peux affirmer qu’après la soutenance de ma thèse de doctorat sur la poétique de la nouvelle dans l’œuvre d’Antoine de La Sale, en 1996, votre enseignement s’est poursuivi et élargi : nos liens se sont resserrés ultérieurement. C’est à partir de ce moment que votre exemple a acquis de nouvelles résonances, s’enrichissant de significations encore plus profondes. Vous m’avez offert votre fidèle amitié, acceptant mes manières peu conformes, mes conversations asynchrones, mes propos parfois obscurs. Vous avez toléré la prolixité avec bienveillance, comme les longs silences. Ainsi m’avez-vous enseigné la vraie modestie, la « substantifique »… rhétorique de la vérité, la profonde humilité de l’attente : des conditions qui vont avec le respect des différentes temporalités, des faiblesses de la voix. Autant de signes d’une humanité supérieure.

17« L’amitié est exigeante » – me dîtes-vous un jour. Et ce côté « exigeant », justement déclaré, vous l’avez illustré par l’exemple de l’amitié que vous avez su m’offrir.

18Vous me permîtes de publier La Bouche et le corps chez l’éditeur Champion sans vous soucier de ce que l’on eût pu dire de « ceste votre » décision. Vous avez à maintes reprises cherché à me libérer du caractère excessif et tourmenté de ma sensibilité, tempérant ses manifestations et exagérations. Je ne sais pas si vous avez réussi.

19Vous acceptâtes en avril 1998 l’invitation de Mme Gabriella Almanza Ciotti, mon maître italien, à venir donner trois conférences dans l’Université de Macerata : l’Italie centrale venait juste d’être secouée par des tremblements de terre, mais vous ne suivîtes pas le conseil de Michelle qui vous suggérait de renoncer à ce voyage. Vous vîntes pour nous offrir votre présence et votre science ; nous gardons encore précieusement, come une vraie « photographie de la voix », les enregistrements de ces conférences sur Commynes, Villon et Pathelin, qui seraient aujourd’hui un parfait complément vocal aux bibliographies des vos immenses travaux. Ces conférences immortalisent les moments de bonheur que vous nous offrîtes.

20Ce fut également un bonheur, pour moi, que de vous rencontrer sous d’autres cieux, ou de vous voir parler avec mes parents dans la luminosité transparente et légère de la côte adriatique. La région des Marches vous plut : vous appréciâtes nos villes comme Tolentino, Loreto, Recanati, dont d’ailleurs vous connaissiez déjà l’art, l’histoire et l’importance : vous saviez que Lorette est d’abord un haut lieu de la chrétienté et de la foi populaire situé en Italie, malgré l’existence de nombreuses églises et d’autres toponymes plus récents éparpillés un peu partout dans le monde ; vous saviez tout de la « translation » de la maison de la Vierge, transportée par les anges à Lorette, qui est d’ailleurs une légende médiévale (1294) ; vous connaissiez le grand peintre de la région, Lorenzo Lotto – sachant également que des génies comme Raphaël (ou Leopardi, dont vous connaissiez non seulement les quelques chants poétiques mais également la grande production philosophique), venaient de la « Marche d’Ancône ».

21Vous manifestiez votre intérêt pour tout ce que je vous montrais ou dont je vous parlais. Ainsi, vous fûtes ravi de la beauté des paysages, dans les Apennins, sur le plateau de Castelluccio de Norcia (Nursie), au cœur du « Paradis » de la reine Sibylle. Si ce n’est que vous ne vîtes rien de ce royaume qui avait séduit Antoine de La Sale en 1420, car la reine Sibylle, parée de nuages, ne se montra pas ce jour-là.

22Vous saviez – et savez – toujours comment accroître le plaisir, en suscitant chez l’Autre ce même sentiment de partage et de communion d’esprit qui vous anime. Vous me permîtes alors d’accéder à l’intimité de votre vie familiale, en m’invitant plusieurs fois à Ozoir et à Thônes. Ces moments étaient – et sont – toujours incontournables pour moi, car heureusement vos invitations se répètent.

23J’avais déjà eu la possibilité de vous imaginer dans votre chalet en Haute-Savoie, avant même de vous y rejoindre une première fois : comment dire le plaisir du dimanche de Pâques 1997, où, alors que j’étais au château du Gué-Péan, j’appris lors d’un appel téléphonique que Michelle venait de la région de la Loire ? Regarder les cieux de Touraine avec le sentiment d’être « étranger » et apprendre qu’on peut quitter sa région, son Pays, par amour : plaisir et dépaysement du cœur, entre solitude du voyageur (moi au Gué-Péan..) et plénitude d’un bonheur partagé, oui ! mais ailleurs (en Haute-Savoie) ! Se rendre alors à Thônes, fin août 1999, et regarder ensemble des photos de l’éclipse de soleil qui venait d’avoir lieu, prises en Picardie (et on ne montre pas à tout le monde ses photos d’une éclipse). Que ne fait-on pas pour « remettre ensemble », à un même endroit, les morceaux éparpillés d’un cœur et d’un corps, réunis en un tout finalement reconstitué ?

24Vous m’avez invité à Thônes en 1999, en 2006, en 2009 et en 2011 : j’ai passé à chaque fois des moments rares de richesse et de simplicité. J’ai apprécié votre générosité, votre affabilité et courtoisie, mais j’ai surtout remarqué l’organisation de votre vie familiale, faite de gestes coutumiers qui se répètent réguliers selon les moments de la journée, dans le respect d’horaires et dans la complémentarité des rôles. J’ai donc compris grâce à votre exemple que le bonheur ne peut qu’être dans le temps, et qu’il s’incarne à chaque moment dans tous les gestes de la vie quotidienne. « Cela est évident » – me direz-vous –, mais cela n’était pas aussi évident pour moi.

25Car votre vie exemplifie votre sagesse, où l’érudition côtoie l’expérience. Cela apparaît dans vos recherches où vous interrogez les sujets qui vous passionnent : l’ambiguïté du monde et du langage ; le travestissement ; la brutalité, la vanité, l’apparence ou la prégnance des rapports ; l’humanité dolente sous toutes ses formes, même animales ; les misères, les faiblesses et la Richesse des cœurs ; la permanence dans le changement ; la quête de l’unité dans la fragmentation des formes ; la transformation des signifiés à travers le « jeu » des signifiants ; le vrai, le faux...

26La fraternité, le désir de proximité – on le voit – sont en filigrane. Car la crainte de ce qui peut rendre opaques les rapports est annulée par la connaissance de mécanismes dont on peut gommer les dysfonctionnements. Et la cure du corps, humain et verbal, est un combat gagné : vous en sortez toujours vainqueur. En passant par le Corps, de manière empirique et sublime, vous courtisez puis vous accédez à l’Âme.

27Il n’y a rien de psychologique ou de philosophique dans cette approche du savoir à laquelle vous nous avez habitués, y adhérant toujours dans le souci philologique de restituer le Moyen Âge avec toute sa vérité historique et littéraire – mais le plaisir de raconter rehausse, chez vous, le goût de plats savoureux où le caractère scientifique va de pair avec l’aspect personnel : qu’ils soient servis à Thônes, à Ozoir ou en Sorbonne, ces plats sont toujours exquis. Ils nous rappellent que la culture va au-delà de la simple érudition.

28Votre enseignement, ininterrompu, perdure : dans une salle de concert près du Châtelet comme dans le château de Champs-sur-Marne, un certain jour après la tempête ; en visitant le musée Cognacq-Jay, dans le quartier du Marais à Paris, ou les fermes de la Brie. Il continue même devant les huîtres du Bar à huîtres, où vous avez l’amabilité de venir m`accompagner, avec Michelle, même si vous n’en mangez pas !

29Comment vous remercier, cher maître, de votre ineffable fidélité, de votre compagnonnage généreux et fécond, de votre savoir ? Comment vous remercier de votre présence discrète et importante ? Il fallait trouver une idée qui soit à la hauteur de votre personne. Pas facile !

30J’ai conçu l’idée de vous dédier un petit volume de ma collection, sachant que, venant de moi, vous apprécierez l’intention encore plus que sa modeste réalisation. Cela devait rester un petit projet, excentrique et géographiquement « excentré » : vous aviez déjà reçu l’hommage de gros volumes avec lesquels un livre publié dans ma « Piccola Biblioteca » ne pouvait certes rivaliser. Mais le but n’était pas celui de rivaliser. Le but était celui de vous faire plaisir, en joignant ma voix au chœur des autres voix amicales.

31Élisabeth Gaucher s’est jointe à moi dans cette entreprise et je la remercie de cela. Elle m’a beaucoup aidé ; grâce à elle, le projet a pris de l’ampleur comme vous pouvez le constater. Malgré cette nouvelle importance, il n’était toujours pas possible d’inviter tous vos amis à nous donner une contribution, étant donné nos contraintes éditoriales. Nous avons songé à toutes et à tous, évidemment, puis il a fallu faire un choix : nous avons privilégié les jeunes générations de chercheurs, en choisissant parmi les anciens élèves et les autres médiévistes, et en invitant aussi quelques collègues italiens. Finalement le critère retenu pour sélectionner les contributeurs, peu homogène, s’est avéré un critère « souple », peut-être représentatif des différentes catégories de personnes qui ont eu, à un moment ou à un autre, la joie de vous connaître ; mais que personne ne prenne ombrage ! Si quelqu’un s’est senti exclu, qu’il sache que telle n’était pas notre intention. À la limite, qu’il se dise que tout cela a été fait « à l’italienne ». Je demande donc, à toutes et à tous, modestement pardon.

32Mais Monsieur Dufournet ! tous vos amis, anciens et jeunes collègues, ont été invités à inscrire leurs noms dans la tabula gratulatoria. Tous ont été sollicités. Pour cela, vraiment personne n’a été oublié.

33Ces mots que je prononce aujourd’hui viennent du cœur, vous le savez. Le moment est peut-être venu de laisser parler la raison…

34Élisabeth, je vous cède la parole !

Pour citer cet article

Référence papier

Luca Pierdominici, « Allocution de Monsieur Luca Pierdominici  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 23 | 2012, 2-6.

Référence électronique

Luca Pierdominici, « Allocution de Monsieur Luca Pierdominici  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12796

Haut de page

Auteur

Luca Pierdominici

Université de Macerata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org