Navigation – Plan du site

Perceforest. The Prehistory of King Arthur’s Britain, trad. Nigel Bryant

Anne Berthelot
Référence(s) :

Perceforest. The Prehistory of King Arthur’s Britain, trad. Nigel Bryant, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2011, xxiv + 792p.

ISBN 978-1-8438-4262-0

Texte intégral

1Nigel Bryant a rejoint Gilles Roussineau au rang de ces bienfaiteurs de l’humanité médiéviste qui contribuent par leurs éditions et leurs traductions à rendre accessibles des ouvrages dont les dimensions exagérées ont limité la diffusion pendant des décennies. Gilles Roussineau n’a pas encore achevé son édition du Roman de Perceforest, mais la douzaine de volumes paru (qui correspond aux quatre premiers livres et à la moitié du cinquième) a déjà permis à de nombreux chercheurs de se familiariser avec ce monument de la littérature du Moyen Âge français. La traduction de Nigel Bryant s’adresse sans doute à un public moins spécialisé, mais elle présente l’avantage de couvrir la totalité du roman. Comme dans le cas du Lancelot-Graal, il faut noter que la première traduction de Perceforest est en anglais, même si cette fois il s’agit d’une version abrégée du texte et non de l’intégrale.

2Une table des matières détaillée – qui occupe pas moins de 23 pages – est suivie d’une introduction substantielle (plus d’une vingtaine de pages grand format), mais qui ne le paraît guère eu égard à la longueur de la traduction proprement dite ; une brève sélection de « Further readings » aide le lecteur à s’orienter dans les études perceforestiennes. Certes, celles-ci se sont beaucoup développées au cours des quinze dernières années, et il n’est plus aussi facile qu’autrefois de produire une bibliographie exhaustive en la matière, mais on peut tout de même s’interroger sur les raisons des choix de N. Bryant, et regretter qu’il n’offre pas un éventail plus complet (deux articles seulement pour Christine Ferlampin-Acher, trois pour Michelle Szkilnik…). Un indispensable index des noms complète cet imposant volume.

3La première chose que fait Nigel Bryant dans son introduction est d’expliquer son parti pris de traduction : au lieu de choisir, comme on aurait pu s’y attendre, de composer une anthologie d’extraits significatifs de l’œuvre entrecoupée de résumés des parties moins intéressantes pour un public moderne, NB offre une traduction de l’ensemble du texte, mais une traduction abrégée, qui effectue ce que Alexandre Micha a jadis appelé un « dégraissage » lorsqu’il a effectué la même opération sur le Lancelot. La première note de la traduction précise que les passages entre guillemets simples sont littéralement traduits de l’original, et il faut avouer qu’il y en a un nombre considérable. L’avantage de cette solution est bien sûr de permettre une vision d’ensemble de l’œuvre, et d’échapper au déséquilibre que ne manque pas de créer une anthologie en favorisant un certain type d’épisodes, ou tout simplement en tenant compte des goûts personnels de son auteur. Mais en même temps, il est difficile de se faire une idée de la couleur réelle du texte, et les guillemets simples signalant une citation exacte ont malheureusement pour effet de diminuer la confiance du lecteur dans le reste du récit. Par certains côtés, le volume composé par NB se rapproche plus d’une analyse détaillée comme celle que Flûtre a publiée il y a plus de cinquante ans que d’une véritable traduction. Compte tenu de la longueur de Perceforest, cependant, il faut admettre que ce choix se justifie, ne serait-ce que parce qu’il transforme un roman monstre en un texte de dimensions maîtrisables.

4L’introduction de NB n’est pas, de prime abord, extrêmement approfondie ou originale. Elle s’ouvre sur une tentative à moitié convaincante de présenter la traduction d’un gigantesque roman du XIVe siècle français comme une entreprise en prise directe sur les préoccupations d’un public moderne, puis elle passe en revue les caractéristiques évidentes de ce récit « d’armes et d’amours » à la lumière des conclusions d’études récentes sur la chevalerie. Mais elle s’attaque ensuite, de manière plus subtile, à la question de la dimension chrétienne de l’œuvre, en en mettant en doute l’ampleur et la profondeur. Certes, Perceforest ne se contente pas de faire d’Alexandre le Grand et du roi Priam les ancêtres du roi Arthur, il prolonge sa « parenthèse historiographique » jusqu’à l’arrivée du Graal en Grande-Bretagne et à la conversion du jeune roi Gallafur au christianisme sous le nom d’Arfaran. Mais comme le souligne NB, les passages qui relatent la christianisation des royaumes d’Angleterre et d’Écosse, fortement inspirés de l’apocryphe Évangile de Nicodème, ne semblent pas porteurs du même enthousiasme que les livres précédents, comme si l’auteur se contentait d’effectuer les figures obligées d’un exercice éloigné de ses vrais intérêts. NB en tire la conclusion que peut-être la critique moderne tend à donner une importance disproportionnée au motif du Graal et à la notion de chevalerie « célestielle », alors que ceux-ci auraient connu une forte baisse de popularité dès le XIVe siècle.

5De ce point de vue, NB reste convaincu que le texte de Perceforest dont nous disposons, en dépit du fait que les quatre manuscrits datent du XVe siècle, est fondamentalement le même que celui qui a été composé dans les années 1330-1340 ; les réécritures, si réécritures il y a eu, n’ont pas pour l’essentiel modifié la structure ou l’idéologie du roman initial. Bien que je partage, en fait, cette opinion, je trouve dommage que NB ne fasse pas la moindre allusion à la théorie élaborée par Christine Ferlampin-Acher, selon laquelle le Perceforest que nous connaissons est intégralement une œuvre du XVe siècle, peut-être attribuable à David Aubert, mais en tout cas fort éloignée d’un hypothétique Ur-Text du XIVe siècle. Bien sûr, Perceforest et Zéphir. Propositions autour d’un récit arthurien (Droz, 2010)n’a été publié qu’après Perceforest. The Prehistory of King Arthur’s Britain, mais CFA a élaboré sa théorie au fil de nombreux articles, et il est curieux que NB ne semble pas en être conscient.

6Quoi qu’il en soit, cet imposant volume constitue une importante contribution au champ des études arthuriennes et apparentées, et facilite considérablement l’accès à l’une des œuvres les plus fascinantes de la fin du Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Perceforest. The Prehistory of King Arthur’s Britain, trad. Nigel Bryant », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12776

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org