Navigation – Plan du site

Sébastien Prat, Constance et inconstance chez Montaigne

Élisabeth Schneikert
Référence(s) :

Sébastien Prat, Constance et inconstance chez Montaigne, Paris, Classiques Garnier, 2011, 502p.

ISBN 978-2-8124-0362-0

Texte intégral

1Ce livre est la thèse de Sébastien Prat, docteur en philosophie des universités de Montréal et de Paris-Sorbonne. Elle se présente en trois parties, précédées d’une riche introduction et complétées par une bibliographie circonstanciée et un index des noms.

2S. Prat part du constat qu’à la fin du XVIe siècle, où se développe le discours sur la constance, notion au cœur du débat politique et moral, Montaigne fait entendre une voix dissidente: « Les Essais adoptent un discours méfiant et critique à propos de la vertu de constance » (p. 10). S. Prat poursuit donc l’objectif de saisir l’originalité des Essais par rapport aux positions sur la vertu de constance et sur l’inconstance adoptées dans les philosophies païennes et à la fin du XVIe siècle. Il s’agit de saisir toute l’extension de la notion – distincte du thème et du concept – d’inconstance chez Montaigne et de montrer que la constance, et son opposé, jouent dans les Essais un rôle central et permanent et ont un statut argumentatif et philosophique fort. La méthode consiste à chercher un au-delà du texte montaignien et à éclairer la position de Montaigne en comparant l’usage qu’il fait de ses sources à celui qu’en font ses contemporains. Ainsi sont mesurés les déplacements que Montaigne fait subir aux concepts pris dans les philosophies anciennes. S. Prat propose donc d’approcher la question en conjuguant lecture des Essais et intertextualité. Par là même devrait apparaître des Essais un visage plus conceptuel que de coutume. S. Prat s’engage à éviter de rechercher les intentions de Montaigne et distingue ce qui est dit et ce que peut signifier le fait de le dire. Ainsi, le caractère dialogique des Essais est mis en valeur, les emprunts aux Anciens constituant l’écriture des Essais en un commentaire, dont la signification philosophique est interrogée.

3La première partie de l’étude se propose d’évaluer la réception de la notion d’inconstance dans les Essais, Montaigne posant les problèmes gnoséologiques et moraux qui s’y rapportent. La seconde partie montre que la réception de l’inconstance engendre des obstacles cognitifs importants, qui se répercutent sur l’historiographie et la politique. La troisième partie où sont relus des passages du livre III des Essais prend la mesure de l’inconstance dans la sphère privée. Une éthique privée de l’inconstance, fondée sur le « selon qu’on peut », met au jour une éthique des possibles, non des modèles idéaux.

4La première section de l’ouvrage combine abondamment lecture des Essais et intertextualité. La recherche porte sur les occurrences du vocabulaire de la constance et non pas sur la logique interne des chapitres. Le dialogue de Montaigne avec les doctrines anciennes est dirigé par un souci de rendre compte de la place de l’inconstance. Celle-ci est vue avec le regard de Sénèque et s’apparente à un état d’irréflexion, mais chez Montaigne, elle est un donné primordial de l’humanité et une condition pré-éthique. Cela posé, S. Prat met en évidence que la notion d’inconstance est un pilier du scepticisme de Montaigne. Sextus Empiricus et ses Hypotyposes pyrrhoniennes (traduites en latin par Henri Estienne en 1562) jouent un rôle central dans l’Apologie de Raymond Sebond. Cicéron et ses Académiques prennent quant à eux une place croissante dans les Essais. Pourtant, chez les deux auteurs antiques, le projet philosophique sceptique est une entreprise de dépassement de l’inconstance première qui accable l’homme. Il s’agit alors de savoir ce qui distingue l’usage que Montaigne fait du scepticisme, entre attirance et décalage. L’inconstance est à la fois une vérité de fait et un concept servant à critiquer l’idéal philosophique ou religieux de la constance. Montaigne découvre d’autre part une asthénie de la raison et présente la pensée humaine comme fondamentalement inconstante.

5S. Prat tâche ensuite de comprendre la relation entre inconstance et moralité grâce au dialogue que Montaigne entretient avec les stoïciens, en particulier avec Sénèque (De Constantia sapientiis), et avec la notion chrétienne de constance chez Thomas d’Aquin (Somme théologique). En fait, Montaigne accepte l’inconstance et relève le défi de penser et vivre avec elle. Grâce à la figure de Socrate, opposée à celle de Caton, la vertu est réinterprétée et la grandeur d’âme redéfinie. S. Prat note par ailleurs une subversion de la notion de constance dans les Essais, assimilée aux idées fixes dictées par la coutume ou les opinions. Montaigne, en définitive, sépare la constance de l’orgueil stoïcien et l’associe au contentement, à l’ « esjouïssance » (I, 26, éd. Villey-Saulnier, PUF, 1965, p. 161).

6S. Prat s’attache enfin au rapport entre constance et nature. Montaigne reçoit favorablement la conception de la nature de Pline, qui dans sa diversité est difficile à connaître de façon certaine et systématique. Le chapitre « De l’expérience » est lu en regard de De la vicissitude ou variété des choses de l’univers (1575) de Louis Le Roy, de De la constance requise aux afflictions des misères de ce temps (1589, anonyme) et du Tableau de l’inconstance et instabilité de toute chose de Pierre de Lancre. Montaigne s’oppose aux thèses de chacune de ces œuvres. Il ne souscrit ni à la recherche des lois qui permettront l’édification d’une science organisée, ni à la conquête de la constance en Dieu. Au contraire, il décrit la nature sous le signe d’une inconstance sans issue. C’est dans ce cadre que la notion de fortune prend une grande importance.

7La seconde section du livre montre les effets de l’inconstance sur la méthode des Essais et dans la sphère publique. La démarche de Montaigne est-elle influencée par la mise en valeur continue de l’inconstance ? C’est alors la définition même de l’acte d’essayer qui est revue. La méthode de Montaigne se construit sous l’égide du canon intellectuel de la varietas, qui permet l’exercice du jugement et culmine dans l’affirmation du distingo montaignien, dont S. Prat signale judicieusement qu’il est lié à la bigarrure et à l’image textile. Le distingo est l’approche méthodologique privilégiée des Essais et conteste la manière habituelle des moralistes. Il repose sur la variété infinie des hommes et de chaque homme en lui-même et renvoie à une approche circonstanciée de l’action humaine, « piece a piece ». Ainsi, le constat pré-éthique de l’inconstance étaie une approche variant et distinguant sans cesse les angles d’interprétation. Montaigne applique rigoureusement cette méthode à l’historiographie.

8Jacques Amyot et Plutarque façonnent l’usage que Montaigne fait de l’histoire. Il distingue entre histoire d’événements et histoire de mœurs, de sorte qu’il détourne l’historiographie vers la réflexion morale et renonce à être historien. Le dialogue de Montaigne avec les historiens est alors critique, ce que S. Prat s’attache précisément à montrer. Il revient ainsi sur la correction qu’apporte le penseur à la distinction de Jean Bodin dans sa Méthode de l’histoire entre les trois types d’historiens, sur le commentaire de Machiavel, que l’on peut en particulier lire dans le chapitre « De la présomption » (II, 17), et sur la critique de Guichardin, présente surtout dans les premiers chapitres du livre I des Essais. Montaigne emprunte à Guichardin le thème de la fortune conçue comme une force aléatoire toute puissante dans le domaine politique. Mais il lui reproche d’interpréter de façon unilatérale les motivations des agents historiques. En définitive, Montaigne renvoie à l’aporie de l’historiographie. L’inconstance fait que les exemples historiques ne sont plus des exemples, mais des cas. Ainsi, l’histoire est une collection de faits éclatés auxquels Montaigne peut s’amuser. « Le détournement de l’histoire à des fins réflexives est donc une stratégie fondamentale de l’essai, car l’inconstance y est la variable (et non le critère) qui fait de l’histoire un vain projet et qui fait de l’essai une activité aussi sérieuse qu’inachevable » (p. 295).

9Le traitement montaignien de l’histoire effrite inévitablement la notion de prudence, envisagée dans les trois domaines d’activité que sont la politique, la jurisprudence et l’art militaire. La pensée de Montaigne est alors croisée avec celles d’Aristote, Machiavel, Juste Lipse, Cicéron et Thomas D’Aquin. Dans le domaine juridique, Montaigne s’oppose fermement à la diabolisation de l’inconstance qu’effectue Pierre de Lancre dans le Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons (1612). Les principes généraux des lois sont en effet incompatibles avec la diversité des faits singuliers. L’inconstance, bien loin d’être un argument pour condamner les hommes, doit inciter à la plus grande prudence. Dans l’art militaire, Montaigne distingue la vertu de constance et la vaillance. Ainsi, dans ces trois domaines, la prudence est réduite à presque rien. C’est que, ce n’est pas à propos de la décision ou de l’exécution que les précautions doivent être prises, mais à propos du jugement, que Montaigne exerce grâce à l’essai. Les Essais sont donc le « travail prudent de la pensée » (p. 354).

10La troisième section du livre examine comment Montaigne accueille l’inconstance dans sa réflexion privée. Il dégage plusieurs règles éthiques valables pour son existence propre, dont la pierre d’assise est ce qui est possible. Il faut se contenter de ce que l’on peut et de ce que l’on est et tenter de se conduire selon la vie. Entre les actes et les devoirs se dessine ce qui est approprié, avec la prise en compte d’une inconstance réfléchie. S. Prat s’intéresse ainsi à des thèmes souvent visités par la critique montaignienne, le repentir, la diversion, la vanité. Le non repentir renvoie à la saisie intellectuelle de ses actes et à la capacité d’en juger. La diversion apparaît comme un ersatz éthique sans valeur substantielle, mais plus conforme à notre faiblesse. Le travail de la pensée, sous l’espèce d’exercices spirituels ou philosophiques, relève de la diversion et nous fait tenir pour vertu ce qui n’est qu’une imposture. S. Prat relit le chapitre « De la vanité », où Montaigne s’oppose au stoïcisme chrétien de Juste Lipse et se disculpe de la vanité des voyages. En somme, « les exhortations à la constance ne sont que de la diversion à laquelle on a donné le masque de la vertu » (p. 405).

11Le dernier élément de la réflexion sur l’éthique privée de Montaigne concerne la préparation à la mort. Sont convoqués ici Platon(Phédon), Épicure, Sénèque (Lettres à Lucilius), Érasme (De preparatione ad mortem). Montaigne adopte une attitude réservée. Non seulement les préparations à la mort exhortent à une constance suspecte et déplacée, mais elles augmentent aussi la terreur du mourant. Ainsi, contre la constance chrétienne et philosophique, Montaigne propose de s’employer à servir la vie selon elle. Si les Essais ne parlent pas d’espérance du salut, ils exhortent à la connaissance de soi : « Tenez-vous à vous » (III, 9, éd. cit., p. 1001).

12L’étude de S. Prat s’achève sur la clarification du lien entre constance-inconstance et grandeur d’âme, dont le livre III présente une subversion continue, en particulier à partir du chapitre « De l’utile et de l’honnête ». L’expérience montre que les conditions naturelles sont indépassables. La solution est alors d’assumer notre inconstance et de nous donner des règles temporaires d’accoutumance, des règles circonstanciées. À partir de là, la grandeur d’âme est redéfinie : « Le modèle de grandeur d’âme que Montaigne soutient contre celui de la constance est souple et modelable, toujours conforme à ce qu’exigent les circonstances et à ce que l’on peut, donc jamais identique » (p. 461).

13En conclusion, S. Prat revient sur le lien entre inconstance et scepticisme. Les Essais orientent le doute sceptique vers de nouvelles désignations, la varietas et le distingo. Le scepticisme n’est qu’un moyen d’exprimer l’inconstance, dont l’appropriation nourrit une « éthique de l’indirection » (p. 480).

14Cet ouvrage montre ainsi fort bien comment l’éthique de Montaigne s’élabore dans la discussion avec les autres morales doctrinales, que S. Prat a convoquées abondamment et judicieusement, Montaigne s’adonnant là à l’art de la conférence. On restera néanmoins troublé par l’option de lecture consistant à s’attacher à l’énoncé à l’exclusion des questions d’énonciation. Montaigne revendique en effet un livre « consubstantiel à son auteur » et l’éthique déployée répond au même principe, ce que cet ouvrage montre. On regrette aussi que l’index des noms ne soit pas complété d’un index locorum et d’un index rerum, qui auraient facilité la circulation dans le livre.

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schneikert, « Sébastien Prat, Constance et inconstance chez Montaigne », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12761

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org