Navigation – Plan du site

L’Historiographie médiévale d’Alexandre le Grand, éd. Catherine Gaullier-Bougassas

Maud Pérez-Simon
Référence(s) :

L’Historiographie médiévale d’Alexandre le Grand, éd. Catherine Gaullier-Bougassas, Turnhout, Brepols (« Alexander Redivivus » 1), 2011, 375p. 

ISBN 978-2-503-54098-6

Texte intégral

1Premier volume d’une nouvelle collection intitulée « Alexander Redivivus », sous la direction de Margaret Bridges, Catherine Gaullier-Bougassas, Corinne Jouanno et Jean-Yves Tilliette, publiée chez Brepols, L’Historiographie médiévale d’Alexandre le Grand rassemble quinze communications. Assorti d’une vaste bibliographie classée (I – Textes sur Alexandre cités ; II – Choix d’études sur l’historiographie ; III – Choix d’études sur Alexandre et son historiographie) et d’index (auteurs et œuvres), l’ouvrage est utile à la recherche et pratique d’utilisation.

2Les communications sont organisées en trois parties : I – Mythistoria et historia : l’héritage médiéval du Pseudo-Callisthène ; II – Réécritures historiographiques : condensation, compilation, moralisation ; III – Les exemplarités d’Alexandre. Ces trois parties participent de la définition de la notion d’« historiographie » : les sources, les réécritures et la réappropriation.

3Les articles recouvrent un large domaine géographique, donnant une claire idée de la destinée européenne du mythe, de l’Italie (Michele Campopiano) à l’Arménie (Aram Topchyan), en passant par l’Angleterre (Monika Otter), l’Allemagne (Georg Jostkleigrewe), la France (Graziella Pastore, Anne Salamon, Catherine Gaullier-Bougassas), le domaine bourguignon (Hélène Bellon-Méguelle) et les influences arabes (Faustina Doufika-Aerts). Dans ce parcours, l’Espagne est bien représentée, avec quatre communications (Stéphanie Aubert, Rafael Beltrán, Helena de Carlos et Santiago López Martínez-Morás).

4Dans une introduction conséquente, solide bilan de la traduction historiographique d’Alexandre jusqu’au Prince de Machiavel, Catherine Gaullier-Bougassas retrace avec clarté la chronologie des textes et le labyrinthe des emprunts, des influences et des réécritures. Elle fait aussi le point pour le domaine alexandrin sur la notion centrale de mythistoria en montrant que les dérivés latins d’un texte comme celui du Pseudo-Callisthène, qui fait la part belle au merveilleux, ont bel et bien été lus comme textes historiques. Le Pseudo-Callisthène a ainsi été intégré au discours historiographique par des remaniements au fil des traductions, par la compilation avec des autorités historiques ou par l’intégration dans des recueils à vocation historique. C. Gaullier-Bougassas s’attarde sur la figure même de l’historien compilateur et sur les procédés d’écriture de l’histoire en fonction d’un projet d’écriture et d’un but (moralisant, politique, religieux...). Est abordé, parmi d’autres points sensibles diversement infléchis par les auteurs médiévaux, le sujet de la pré-christianisation d’Alexandre. Au lieu de terminer sur la question convenue d’Alexandre comme modèle ou contre-modèle, C. Gaullier-Bougassas conclut sur la double utilisation du héros : dans une vision providentielle et téléologique de l’histoire et comme héros individuel, miroir d’exemplarité. Cette synthèse, très dense en références, sera incontournable pour toute personne souhaitant se pencher sur la tradition alexandrine.

5La première partie, « Mythistoria et historia : l’héritage médiéval du Pseudo-Callisthène », rassemble quatre communications. Les deux premières, signées de Jean-Pierre Callu, accompagné de Michel Festy pour la seconde, sont consacrées à une source fondamentale de l’historiographie alexandrine, Julius Valère, adaptateur latin de la version du Pseudo-Callisthène. Les Res Gestae Alexandri Magni ont d’ailleurs fait l’objet d’une toute nouvelle édition en 2010. 1. Le premier article a le mérite de faire le point sur la datation du texte et sur les auteurs auxquels il a été attribué selon les versions. Dense et concis, l’article redonne sa place aux Res Gestae en proposant une comparaison entre la version originale et le résumé (Epitome). Ce dernier, fait moins d’un siècle après son modèle, l’a détrôné, aussi bien auprès des auteurs médiévaux qu’auprès de la critique moderne. L’article est une invitation à découvrir l’original méconnu. 2. Suivant la même méthode comparative, J.-P. Callu et M. Festy dressent la liste des passages de deux versions de l’Epistola ad Aristotelem qui se trouvent dans la version J1 de l’Historia de Preliis. Cette édition de fragments de textes latins a pour objectif d’élucider, par des arguments codicologiques et philologiques, d’une part la source à partir de laquelle l’Historia de Preliis a été rédigée (le Bambergensis E.III.14, qui contient la version de Léon de Naples et les deux versions de l’Epistola ?) et d’autre part la source et les dates de ces deux versions. Les conclusions sont prudentes, voire elliptiques, mais les auteurs ont fait le choix de livrer aux lecteurs toutes les pièces du dossier de façon à favoriser les recherches futures. 3. C’est à la version J2 de l’Historia de Preliis que s’intéresse Michele Campopiano, version dont il attribue la paternité à Guido de Pise1. Guido aurait réécrit l’histoire d’Alexandre en en réorganisant les épisodes et en la compilant avec des extraits d’Orose pour l’intégrer à son Liber Guido compositus de variis historiis. M. Campopiano se propose de déterminer la fonction de l’histoire d’Alexandre dans le Liber Guido par comparaison avec d’autres utilisations italiennes de l’Historia de Preliis J2 – dans le Pantheon de Geoffroy de Viterbe et dans les traductions en langue vulgaire plus tardives. Il conclut sur une opposition entre les histoires du monde latines, qui proposent une vision globale de l’histoire du monde centrée sur la monarchie, et les adaptations en langue vulgaire, qui s’intéressent à l’individu. M. Campopiano explique cette évolution d’une part par le déclin du rôle politique de l’Empire, et par l’avènement de l’humanisme. 4. La dernière contribution de cette partie s’intéresse à un autre versant de la diffusion du texte du Pseudo-Callisthène. Aram Topchyan présente tradition manuscrite arménienne, du Ve au XVIIIe siècle, rappelle que celle-ci serait le meilleur témoin de l’original grec aujourd’hui perdu et résume les querelles modernes quant au choix du manuscrit contenant la version la plus authentique. Il détaille ensuite l’influence de l’ouvrage sur l’histoire et la littérature arméniennes. Plus particulièrement, au Ve siècle, Khoranats’i fait une utilisation bien particulière de l’ouvrage, que l’on pourrait qualifier de stylistique. Il reprend des comparaisons ou des expressions idiomatiques, c’est à dire la forme plus que le contenu, contrairement à un auteur du Xe siècle, Thomas Artsruni, qui l’utilise comme référence géographique. A. Topchyan détaille ensuite des emprunts mineurs avant de terminer sur les ajouts des XIIIe et XIVe siècles. On regrette que suite à ce panorama fort documenté, la conclusion soit très brève et que l’auteur ne souligne que la diversité des transformations du mythe.

6La deuxième partie du volume, « Réécritures hagiographiques : compilation, condensation, moralisation », est consacrée aux méthodes d’écriture de l’histoire. 5. Faustina Doufikar-Aerts étudie trois genres (l’éloge funèbre, les lettres de consolation et les lamentations), revient sur leur origine arabe et montre la façon dont on les retrouve dans différents textes dans l’Europe médiévale, prouvant ainsi efficacement la réception d’une image philosophique et moralisante du conquérant. Soulignons l’autre intérêt de cet article, qui est de porter à notre connaissance la récente découverte, par l’auteur, de trois lettres de consolation adressées par Alexandre à sa mère et d’une lettre d’Alexandre à Olympias dont nous attendons maintenant l’étude avec intérêt. 6. On peut souligner la qualité de l’article de Stéphanie Aubert, qui nous offre un travail codicologique ainsi qu’une édition du passage consacré à Alexandre dans les Cronice ab origine mundi de Gonzalo de Hinojosa et dans les Chroniques de Burgos par Jean Golein, matériau bilingue précieux pour les chercheurs, d’autant plus qu’il est assorti d’un index et que les caractères en gras et d’autres signes diacritiques dans le texte facilitent la lecture et la comparaison. Stéphanie Aubert détaille avec précision le travail de compilation de Gonzalo de Hinojosa (organisation, retranscriptions, résumés) pour la version latine et pour sa traduction française. Elle démontre ainsi les raisons du succès de la version française : l’importance donnée à la psychologie du personnage, le rôle du discours direct, le passage de l’épique au romanesque. Ces procédés ont permis d’amplifier la dimension héroïque du personnage et de faire de lui un modèle de souverain universel et chrétien pour mieux l’intégrer aux mythes fondateurs de la nation. 7. Seul texte en espagnol du volume, l’article de Rafaél Beltran propose un bref aperçu de la tradition ibérique consacrée à Alexandre. Le cœur de la contribution est consacré à la biographie d’un noble castillan, Pero Niño, écrite en écho à la vie du Macédonien. La source principale, mais non exclusive, est El Libro de Alexandre, complétée par l’Historia de Preliis et l’Alexandreis entre autres. El Victorial propose des citations littérales de sa source, mais fait aussi de nombreuses allusions, tissant de multiples parallèles entre l’Espagnol et le Macédonien : événements, traits de caractère, etc. Le travail de l’auteur, Gutierre Díaz de Games, est bien détaillé. Parce que cet article met en évidence la « tension entre la vie réelle et l’idéal chevaleresque » et la façon dont la vie d’Alexandre était un modèle aussi bien personnel que littéraire dans la construction du genre naissant qu’est la biographie, il aurait peut-être eu plutôt sa place dans la troisième partie de ce volume, consacrée à l’exemplarité. 8. Dans le Valère Maxime français, Graziella Pastore compare les façons de procéder du traducteur, Simon de Hesdin et de son continuateur Nicolas de Gonesse. Des divergences apparaissent quant au choix que les traducteurs font de leurs sources secondaires. Contrairement à Simon de Hesdin, Nicolas de Gonesse n’hésite pas à utiliser les récits légendaires de la vie d’Alexandre et ne renvoie pas clairement à ses sources.Par un choix de citations concernant des passages controversés de la vie du héros, G. Pastore donne à voir le portrait ambigu et parfois incohérent d’Alexandre qui résulte de cette compartimentation du travail. Ce portrait changeant reflète l’ambivalence du personnage et le rôle des commentaires des traducteurs, la matière alexandrine étant une matière didactique toujours susceptible d’être infléchie. 9. Anne Salamon se penche sur l’inscription d’Alexandre dans la série des Neuf Preux, plus particulièrement dans trois œuvres dont elle essaie de déterminer le genre : le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses serait une chronique historique, L’Istoire des Neuf Preux princes et seigneurs une vie d’hommes illustres à l’antique et le Triomphe des Neuf Preux un roman chevaleresque donnant au seul Alexandre une dimension historique et véridique. Soulignons l’intérêt de la mention d’un texte moins connu, Les Trois Grands, aux tonalités humanistes, copié dans le même manuscrit que le Traité et dont A. Salamon a retrouvé la source. La problématique générique de la période de transition entre Moyen Âge et Renaissance est bien menée dans cet article, et soutenue par des considérations codicologiques et rhétoriques.

710. L’article de Monika Otter ouvre pertinemment la dernière partie du volume sur « Les exemplarités d’Alexandre » par une réflexion sur la définition et le fonctionnement rhétorique de l’exemplum. C’est l’article le plus théorique du volume. Dans un premier temps, elle présente le rôle de l’anecdote dans le corpus alexandrin : faire du héros une figure dialectique. Dans un second temps, elle démonte le fonctionnement tout particulier des « exempla de rencontre » (Alexandre et Diogène, Alexandre et le pirate...), exempla qui empêchent une claire identification du lecteur à l’une des parties et interdisent donc de tirer une morale univoque. Monika Otter suggère que ces anecdotes sont appropriées pour des personnages de la sphère royale, proches des autorités et susceptibles de s’y opposer, puissants mais devant être capables d’accueillir la critique. 11. Catherine Gaullier-Bougassas rebondit sur la question de l’exemplum en reprenant la distinction de J. Berlioz entre « exemple homilétique » et « exemple rhétorique ». Dans cet article, qui est le plus long du volume, C. Gaullier-Bougassas compare quatre textes historiographiques, deux pauvres en moralisations, la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes et le Miroir Historial, et deux qui font l’objet de longs commentaires : l’Histoire ancienne jusqu’à César et la Bouquechardière. Après avoir étudié les sources, elle montre bien quels étaient les objectifs de ces œuvres, les premières se consacrant à une pensée globale de l’histoire et les secondes faisant l’objet d’une moralisation chrétienne qui s’approche, dans le cas du dernier ouvrage, de la prédication – dont l’auteur analyse avec précision la rhétorique. Cet article a l’avantage de nous faire mieux connaître des sources qui ne sont pas encore éditées, ce qui permet à l’auteur d’approfondir de façon convaincante l’interprétation d’Alexandre en figure christique.12. Suite à ces deux contributions sur l’exemplarité, Helena de Carlos étudie un recueil de textes historiques, prophétiques et théologiques rédigé en Espagne au Xe-XIe siècle qui contient un fragment de texte du Pseudo-Méthode. Ce texte, adapté à la péninsule ibérique, a été modifié en fonction du contexte historique de domination musulmane. Alexandre y représente le roi Alphonse III qui se bat contre les Sarrasins. H. de Carlos étudie la postérité de ces idées. Elle termine sur le rôle qu’a joué, en Espagne, le parallèle entre Alexandre et Hercule, héros de la péninsule. On peut déplorer que les enjeux de l’étude ne soient pas exposés explicitement au début et/ou à la fin de l’article et que les citations (d’un critique contemporain) soient trop longues. 13. Georg Jostkleigrewe commence joliment son propos par une référence à la carte d’Ebstorf, témoignage iconographique de l’influence des légendes alexandrines sur la pensée géographique médiévale. Il retrace ensuite avec précision l’historiographie allemande d’Alexandre en montrant la façon dont elle oscille entre le romanesque et l’historiographique. Il démontre par la suite la façon dont la figure d’Alexandre a pu être intégrée à un argumentaire en faveur de l’Empire Romain Germanique, d’abord en faisant des Saxons les descendants du Macédonien, ensuite en faisant d’Alexandre l’archétype du monarque universel. Pourtant, ce n’est pas toujours un rôle positif que tient le jeune conquérant dans l’historiographie allemande. L’auteur termine en soulignant que le didactisme ne doit pas être pensé comme séparé du divertissement, comme on le voit dans les différentes anecdotes dont le Macédonien fait l’objet.14. Santiago López Martínez-Morás s’intéresse à la postérité de la pensée historiographique d’Alonso de Cartagena, traducteur prônant la valeur exemplaire de l’histoire, chez deux auteurs castillans du XVe siècle, à une époque où la noblesse castillane cherche une nouvelle historiographie. Fernán Pérez de Guzmán propose une œuvre de chevalerie et de politique, un miroir du prince, tandis que Diego Rodríguez de Almela complète ses sources par deux moyens : les Ecritures et l’histoire des souverains d’Espagne. Moins didactique, l’ouvrage serait plus exemplaire, et au service du renouveau idéologique dans le genre de la biographie chevaleresque. On peut regretter que l’auteur ait fait figurer dans ses citations toutes les résolutions d’abréviations, accompagnées de nombreux signes diacritiques, ce qui rend les citations peu lisibles. 15. H. de Carlos, G. Jostkleigrewe et S. López Martínez-Morás ont tous trois montré que l’histoire était passée au filtre de l’histoire contemporaine, en Espagne comme en Allemagne. C’est ce que fait à son tour Hélène Bellon-Méguelle pour le domaine bourguignon. Après avoir rappelé très clairement la différence qui oppose l’ouvrage de Vasque de Lucène à celui de son proche prédécesseur, Jean Wauquelin, plus attiré par les sources merveilleuses, H. Bellon-Méguelle nous propose une excellente démonstration de réappropriation contemporaine. Vasque de Lucène réécrit et compile ses sources pour reprocher, de façon aussi discrète qu’efficace, au jeune Charles le Téméraire les exactions de sa jeunesse (destruction de Dinan) et pour l’inciter à la prudence. La référence est subtile, et l’argumentaire convaincant.

8Soulignons pour finir que tous les contributeurs du volume ont proposé un bilan très sérieux des sources de leurs auteurs et de la tradition livresque consacrée à Alexandre dans leurs aires géographiques respectives. L’ouvrage en acquiert une grande valeur documentaire.

9À la lecture de L’Historiographie médiévale d’Alexandre le Grand, des questions croisées surgissent, qu’elles soient théoriques, comme les frontières entre roman et histoire au Moyen Âge, ou thématiques, comme l’entrée d’Alexandre à Jérusalem, très problématique pour les auteurs médiévaux et réinterprétée de multiples façons.

101  Michele Campopiano, « Gentes, monstra, fere : l’Histoire d’Alexandre dans une encyclopédie du XIIe siècle », Conter de Troie et d’Alexandre, études réunies par L. Harf-Lancner, L. Mathey-Maille et M. Szkilnik, Paris, PSN, 2006, p. 233-252.

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Pérez-Simon, « L’Historiographie médiévale d’Alexandre le Grand, éd. Catherine Gaullier-Bougassas », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12759

Haut de page

Auteur

Maud Pérez-Simon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org