Navigation – Plan du site

A Companion to Marie de France, éd. Logan E. Whalen

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

A Companion to Marie de France, éd. Logan E. Whalen, Leiden, Brill (« Brill’s Companions to the Christian Tradition »), 2011, 335p.

ISBN 978-90-04-20217-7

Texte intégral

1Il s’agit d’un volume collectif constitué de onze chapitres, précédés d’une introduction de Logan E. Whalen : chap. 1, « The Prologues and the Epilogues of Marie de France » (Logan E. Whalen) ; chap. 2, « Marie de France and the Learned Tradition » (Emanuel J. Mickel, Jr) ; chap. 3, « The Wound, the Knot, and the Book : Marie de France and Literary Traditions of Love in the Lais » (Roberta L. Krueger) ; chap. 4, « Literary and Socio-Cultural Aspects of the Lais of Marie de France » (Judith Rice Rothschild) ; chap. 5, « Marie de France and the Anonymous Lays » (Glyn S. Burgess) ; chap. 6, « Speaking Through Animals in Marie de France’s Lais and Fables » (Matilda Tomaryn Bruckner) ; chap. 7, « Marie de France and the Fable Tradition » (Charles Bruckner) ; chap. 8, « The Fables of Marie de France and the Mirror of Princes » (Charles Bruckner) ; chap. 9, « Gendered Sanctity in Marie de France’s L’Espurgatoire seint Patriz and La Vie seinte Audree » (June Hall McCash) ; chap. 10, « Marie de France Translatrix II : La Vie seinte Audree » (Rupert T. Pickens) ; et chap. 11, « The Manuscripts of Marie de France » (Keith Busby).

2On le comprend, le volume s’intéresse non seulement à toute l’œuvre de Marie de France, mais aussi la replace dans un contexte littéraire plus vaste. Chaque chapitre est pris en charge par un spécialiste qui fait le point de la critique et propose, le cas échéant, les dernières avancées. On trouve dans le volume tout ce qu’il est indispensable de savoir sur l’auteur ainsi que quelques points moins évidents, dont je me bornerai à relever un certain nombre qui paraissent particulièrement bien analysés. Ainsi, le premier chapitre évoque de façon très intéressante la poétique de la « mouvance » ou la définition du lai comme genre, par exemple. Il montre aussi la position originale de Marie de France concernant la question de la mémoire. Le deuxième chapitre met intelligemment en avant les sources antiques de certains motifs des lais. Le quatrième chapitre fait clairement le point sur les différentes théories de l’amour en les articulant avec d’autres questions transversales dans l’œuvre de Marie de France : la récurrence de la jalousie, la difficulté du choix, l’importance du triangle amoureux, l’interrogation sur la vérité, l’imaginaire chevaleresque… On trouve dans ce même chapitre des considérations très pertinentes sur les stratégies littéraires de Marie, notamment concernant la structuration de ses œuvres : l’entrelacement à la fois comme thème et comme technique, la recherche de la remambrance, le regroupement de récits consécutifs autour d’un objet commun (le lit, par exemple), les jeux de mots… Le cinquième chapitre montre non seulement les points communs entre les lais de Marie et les lais anonymes (que l’auteur raconte pour le lecteur), mais en souligne aussi les différences profondes, notamment par l’étude des prologues et épilogues (la mise en relation entre lai et aventure, par exemple), des personnages par sexe, de l’image de la chevalerie ou de l’amour, de la merveille ou des objets ainsi que de leur charge symbolique. On apprend par exemple que les chevaliers des lais anonymes souffrent bien plus à cause de leurs bien-aimées que ceux de Marie (p. 141). Dans ce chapitre, toutefois, on comprend assez mal la nuance proposée entre folklore et merveilleux, qui n’est pas expliquée et surtout pas opératoire dans la suite du discours (p. 142). Le sixième chapitre met en relation le rôle des animaux et la prise en compte de la dualité de la nature humaine (p. 161). J’ai eu plus de difficultés à comprendre ce que cherche à démontrer le septième chapitre qui juxtapose différentes choses dont je n’ai pas perçu la conclusion, peut-être en raison d’un plan qui m’a paru difficile à suivre. Le huitième chapitre évoque par exemple avec efficacité l’humanisation, la dramatisation ou l’insertion d’éléments miraculeux dans les Fables. Le neuvième chapitre redonne voix à June Hall McCash qui est à l’origine de l’hypothèse d’attribution à Marie de la Vie seinte Audree : c’est une occasion pour la critique de réaffirmer son point de vue en ajoutant de nouveaux éléments et en répondant à certains doutes. Elle rappelle les points communs de la Vie seinte Audree avec L’Espurgatoire seint Patriz, sur le fond d’une comparaison avec d’autres textes où l’on attendrait les mêmes caractéristiques, mais où elles ne figurent pas, comme la Vie de sainte Catherine de Clemence de Barking, par exemple.

3Le volume comporte une bibliographie des ouvrages les plus souvent cités et un index. Il est très bien structuré, clair, d’une lecture aisée et malgré la multiplicité des auteurs, il ne comporte pas de redites. Il est destiné en priorité aux lecteurs qui connaissent peu Marie de France puisqu’il présente peu de nouveautés mais raconte beaucoup avant de commenter. La majorité des grands critiques sur le sujet sont convoqués et évoqués de manière précise et synthétique ; toutefois, on regrettera en contrepartie l’absence d’un discours plus personnel ou novateur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « A Companion to Marie de France, éd. Logan E. Whalen », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12758

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org