Navigation – Plan du site

Jean-Antoine de Baïf, Œuvres complètes, II, Euvres en rimes, éd. critique de Jean Vignes, avec la collaboration de Véronique Denizot, André Gendre et Pierre Bonniffet

Bruno Méniel
Référence(s) :

Jean-Antoine de Baïf, Œuvres complètes, II, Euvres en rimes, éd. critique de Jean Vignes, avec la collaboration de Véronique Denizot, André Gendre et Pierre Bonniffet, Paris, Champion (« Textes littéraires de la Renaissance » 1), 2010, 1273p. en 2 vol.

ISBN 978-2-7453-1984-5

Texte intégral

1Après avoir publié la première partie des Euvres en rime de Baïf en 2002, Jean Vignes nous offre la deuxième, en deux volumes, pour laquelle il s’est associé à Véronique Denizot, André Gendre et Pierre Bonniffet. Cette partie comprend les Amours de 1572, qui regroupaient l’édition remaniée des Amours de 1552, dédiées à Meline, celle des Quatre Livres de l’Amour de Francine de 1555 et l’édition originale des trois livres des Diverses Amours.

2L’introduction aux Amours de Meline, due à Jean Vignes, soulève la question de l’inspiratrice de Baïf pour ce premier recueil. Le poète a lui-même présenté celle-ci comme fictive mais, si son inspiration est essentiellement livresque, certains détails concrets permettent de ne pas exclure qu’il ait songé à une maîtresse bien réelle. Le nom de Meline évoque la douceur du miel, le butinage qu’est l’imitation de nombreux poètes, le chant poétique des grecs, melos, ou encore le poète Mellin de Saint-Gelais, dont Baïf a sans doute cherché à attirer l’attention. Les Amours de Meline comprend deux livres : le premier, qui se compose surtout de sonnets, est d’inspiration pétraquiste, alors que le second, constitué pour l’essentiel de chansons, est d’un érotisme enjoué, sans paillardise, même s’il frôle parfois l’impudeur. Leurs sources sont les vers néo-latins de Michel Marulle, de Pontano et surtout de Jean Second, qui exerce sur Baïf une véritable fascination. Lorsque le poète cherche des modèles chez les poètes de langue italienne, il s’inspire moins de Pétrarque que de sonnettistes mineurs, imitateurs de Bembo, publiés par Gabriel Giolito à Venise en 1545 et 1547. Il innove en introduisant dans la poésie française le style mignard, caractérisé par l’emploi de suffixes diminutifs et de répétitions, qui évoquent une sensualité ludique et tentent d’offrir au lecteur l’« équivalent verbal et musical du plaisir et des jeux amoureux » (p. 34). Baïf, se détournant quelque peu du style hautain de Ronsard pour renouer avec la familiarité enjouée de Clément Marot et de Mellin de Saint-Gelais, revendique pour modèle Anacréon.

3L’introduction à l’Amour de Francine et aux Diverses Amours est due à André Gendre. L’Amour de Francine, paru en 1555, comporte deux livres de sonnets et deux de chansons. C’est un canzoniere, qui développe le thème de l’amante cruelle en jouant sur les mots : Françoise de Gennes est une gêne − c’est-à-dire un supplice − pour son amoureux. Le poète a confiance dans les vertus de l’effort. Les Amours de Francine déploient un riche discours méta-poétique : le poète oscille entre l’humilité, qui l’amène à se cantonner dans un petit genre, et l’orgueil, qui le rend sûr d’une gloire immortelle ; il dépasse cette opposition en revendiquant avec fierté le style bas. Les deux livres de sonnets n’offrent pas de continuité narrative et obéissent plutôt à une recherche de variété. Les deux livres de chansons se caractérisent par l’extension des poèmes et la diversité des mètres. Baïf s’inspire des poètes bucoliques grecs et des anacréontiques, des élégiaques latins.

4Les Diverses Amours, qui ont une vigueur propre et un imaginaire particulier, offrent de véritables réussites. Dans cet ensemble où les chansons prennent plus d’importance, Baïf propose de nombreux poèmes en rimes uniquement féminines, et donne la pleine mesure de sa virtuosité, au point qu’il semble s’affranchir de certaines contraintes ronsardiennes.

5D’une manière générale, l’ample introduction − rédigée, semble-t-il, à plusieurs mains − rend justice à la créativité de Baïf en matière syntaxique, à l’audace qui l’amène à expérimenter des combinaisons recherchées de mètres, de rimes, de strophes. Elle ne se borne pas à décrire ces innovations formelles, elle en précise les effets de sens, à partir de l’étude de poèmes entiers. Ce travail d’analyse d’une finesse rare montre dans toute leur richesse l’invention métrique de Baïf et ses recherches sur les sonorités.

6À la fin du second volume figure un très utile glossaire qui comprend non seulement les mots sortis de l’usage, mais aussi les faux amis. Comme il signale les références des occurrences du mot dont le sens est indiqué, il fonctionne également comme un index thématique.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Jean-Antoine de Baïf, Œuvres complètes, II, Euvres en rimes, éd. critique de Jean Vignes, avec la collaboration de Véronique Denizot, André Gendre et Pierre Bonniffet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12748

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org