Navigation – Plan du site

Claire Soussen, « Judei nostri ». Juifs et chrétiens dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge

Juliette Sibon
Référence(s) :

Claire Soussen, « Judei nostri ». Juifs et chrétiens dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Toulouse, Méridiennes, 2011, 256p.

ISBN 978-2-912025-74-6

Texte intégral

1L’ouvrage est issu de la thèse de doctorat de Claire Soussen, consacrée aux rapports entre le pouvoir royal, les communautés juives et la société chrétienne majoritaire dans la Couronne d’Aragon, du concile de Latran IV (1215) à la Peste noire (1348). Le contexte est celui d’un double parachèvement : avec la Reconquista, celui, politique, de l’État ; avec l’apostolat des Ordres mendiants, celui, religieux, de la société chrétienne.

2Le croisement systématique des sources normatives et de la pratique – latines et hébraïques –, et des œuvres des théologiens, commentateurs et prédicateurs de l’espace aragonais, permet de confronter les constructions du discours sur la présence des juifs en monde chrétien, ainsi que l’élaboration de la norme juridique relative aux juifs, appliquée ou non. Parmi le fonds riche et cohérent rassemblé par l’auteur, les documents de nature économique ont été volontairement laissés de côté.

3Les diverses autorités qui légifèrent sur le statut des juifs sont laïques, à l’instar des législations royales et des textes coutumiers, et ecclésiastiques. Les principaux commentaires analysés sont ceux du Franciscain Pierre de Jean Olivi (mort en 1298), très populaire en Catalogne, ou encore ceux du Carme Gui Terré (mort en 1342). Trois polémistes retiennent particulièrement l’attention : le Dominicain Raymond Martin (fin XIIIe), dont les ouvrages se distinguent par leur érudition et leur maîtrise des textes sacrés du judaïsme, Raymond Lulle (début XIVe) et Bernard Olivier (première moitié du XIVe siècle). Les recueils de sermons anonymes de l’abbaye de Ripoll (Catalogne) complètent le fonds des discours des chrétiens sur les juifs.

4Quant aux sources juives, elles sont nettement moins étoffées. Aux responsa rabbiniques – ceux du célèbre et prolifique rabbin de Barcelone Salomon ben Adret notamment (deuxième moitié du XIIIe siècle) – s’ajoutent les traités de polémique et les commentaires bibliques de David Kimhi (v. 1160-1235) et de Nahmanide (1190-1270).

5La thèse vise à souligner que la distinction religieuse entre juifs et chrétiens est de plus en plus visible dans les sources et qu’elle se manifeste concrètement dans les relations sociales.

6Le plan se déroule en trois temps. La première partie, intitulée « Les juifs dans la Couronne d’Aragon : la définition d’une identité » (58 p.), se consacre à l’examen du statut juridique des juifs, de leurs institutions communautaires et de leur espace, tant vécu que symbolique. La seconde partie, intitulée « Les juifs dans la Couronne d’Aragon, une entité intégrée » (64 p.), analyse les modalités de la convivencia – expression que l’on doit à l’historien espagnol Americo Castro et que l’on peut traduire au mieux par « le vivre ensemble » ou modus vivendi –, à travers les questions de la fiscalité et du service auprès des chrétiens. La troisième partie, enfin, intitulée « Les juifs dans la Couronne d’Aragon, une entité menacée » (81 p.), s’attache à l’étude de la radicalisation de la polémique religieuse et de la prédication, ainsi que de la stigmatisation croissante des juifs et des violences populaires dont ils sont de plus en plus victimes.

7Les conditions d’existence favorables dont les juifs de l’espace aragonais ont bénéficié est l’une des premières spécificités soulignées par l’auteur. Finalement, rares sont les événements qui peuvent être interprétés comme exclusivement défavorables aux juifs et il n’est pas si évident que le milieu du XIVe siècle soit le moment d’un retournement de la politique des rois à l’égard des juifs (p. 89).

8La Couronne d’Aragon englobe de fortes minorités non-chrétiennes ; en outre, son territoire est à géométrie variable. Dans cet espace comme ailleurs en diaspora, les juifs reconnaissent et acceptent la loi de l’État, en vertu du principe talmudique Dina de malkhouta Dina – littéralement « la loi du royaume est la loi ».

9Le cadre normatif de référence qui définit les règles de coexistence entre chrétiens et juifs est d’origine ecclésiastique. Les bulles Sicut Iudeis – dont la première est celle de Calixte II (1119-1124) –, les canons de Latran IV (1215) et les bulles Turbato Corde – à partir de 1267 – sont repris par les conciles provinciaux et les législations princières avec plus ou moins d’inertie, si bien que le pape intervient régulièrement, soit qu’il propose des aménagements, soit qu’il rappelle le droit. Ainsi, en 1240, le pape rappelle à l’ordre le roi d’Aragon, qui attribue des positions officielles à des juifs, en contradiction totale avec le Décret (p. 23). L’État se signale, en effet, par son pragmatisme. Par exemple, les fueros de Jacques Ier, outils de gestion globale et symboles de l’expansion de la monarchie aragonaise, érigent plus de 330 règles dont 18 sur les juifs (p. 28).

10Dans l’espace aragonais, les juifs s’épanouissent dans le cadre de l’aljama, comme à Barcelone, Barbastro, Valence, Saragosse ou encore Gérone, dont les modalités sont définies par ordonnances royales. Instance représentative, l’aljama est aussi la structure d’organisation de la vie juive et une instance de décision. Le principe Dina de malkhouta Dina n’exclut pas, en effet, la production de taqanot ou règlements communautaires que les juifs sont d’ailleurs sommés de respecter par le roi d’Aragon ! Ce dernier va même jusqu’à légitimer la sanction de l’excommunication – herem – à plusieurs reprises. Il reste juge suprême de toutes les affaires. Il peut même intervenir dans l’espace privé des juifs. Ainsi, en 1319, il autorise le juif de Gérone Salomon Bonafe à prendre une seconde épouse alors qu’il vit encore avec la première (p. 52).

11La dualité de la loi pour les juifs donne lieu à de nombreux débats. Par exemple, la question du recours à la justice de la société majoritaire est régulièrement discutée, bien que la loi juive le prohibe formellement et le considère même comme sacrilège. Ainsi Salomon ben Adret est extrêmement sévère sur ce point et proclame que « la loi du Beth Din – tribunal rabbinique – est vérité » (p. 45). L’appel à diverses juridictions peut aussi poser des problèmes concrets en matière de preuve. Si les juifs de la Couronne d’Aragon s’expriment quotidiennement en catalan ou en castillan, voire en arabe dans le royaume de Valence, ils écrivent sinon en hébreu, du moins en caractères hébraïques. Afin de pouvoir arbitrer, le roi fait appel à des truchements juifs et « se défait de l’un de ses attributs régaliens au profit de professionnels » (p. 58). Le privilège de rédiger des documents en hébreu n’est jamais remis en question et le roi finit par se doter d’un scribe juif officiel.

12Surtout, en matière de justice, les délits de malchinout – crimes de délation ou de fausse accusation, considérés par les rabbins comme plus graves que le meurtre – semblent se multiplier au XIIIe siècle. Parce qu’ils remettent en cause l’ordre social dans son entier, ils préoccupent constamment les autorités chrétiennes et juives (p. 49-52). Parmi d’autres, la traque des malchinim est un exemple de convergence d’intérêts entre le roi et les communautés juives.

13Enfin, l’espace vécu des juifs dans le cadre de l’aljama est le quartier juif, appelé judaria ou call. Il rassemble quelques maisons à Borja ou à Valls, et s’étend sur plusieurs rues à Tarragone et à Sarragosse. Dans l’espace aragonais comme ailleurs en chrétienté médiévale, il ne constitue jamais un ghetto. CS le définit comme un espace polarisateur qui englobe des lieux symboliques de la particularité juive, comme les lieux de culte, ou encore la boucherie, le four et la boulangerie. La Cacherout ou ensemble des prescriptions alimentaires qui s’imposent aux juifs n’exclut pas toujours les contacts avec les chrétiens. La viande et le vin sont deux produits qui revêtent des enjeux idéologiques et économiques et qui sont particulièrement contrôlés par les autorités juives comme chrétiennes (p. 61-65).

14En conséquence, les juifs apparaissent constituer une entité intégrée. Le concept d’« intégration » donne lieu, par ailleurs, à une abondante littérature et il mériterait sans doute d’être discuté dans le contexte médiéval. L’auteur évoque « des échanges fluides et naturels » (p.79) entre juifs et chrétiens.

15CS envisage « l’ancrage » du groupe juif tout entier par le biais de la fiscalité. Outre les contributions qui touchent les juifs au même titre que les chrétiens – les tailles qui deviennent régulières, les différents questes, peytes, exactions ou tributs, les contributions directes extraordinaires levées dans l’urgence –, les juifs sont soumis à des impôts spécifiques. La viande cachère est un produit fiscal important, à la fois rémunérateur et participant de la magnificence royale (p. 87). Enfin, les juifs contribuent à l’accueil des troupes royales en déplacement ou en campagne. La prise en compte de la particularité juive peut aussi donner lieu à des exemptions fiscales. Les notables juifs en jouissent parfois à titre individuel. Le temps de la négociation est aussi consécutif à des épisodes dramatiques, telle la Croisade des Pastoureaux (1320). Par exemple, la communauté de Montclus est massacrée à l’été 1320 et le roi accorde diverses rémissions fiscales. Quoi qu’il en soit, l’auteur estime que la contribution fiscale des juifs au trésor royal est « très importante » et que « les exactions » sont « extrêmement lourdes et parfois insupportables » (p. 95).

16En second lieu, « l’ancrage » s’opère à l’échelle individuelle par le biais de prestations de services. Au premier chef, les « hommes du roi », choisis et rémunérés par le monarque, sont amenés à exercer une autorité sur des chrétiens en dépit des interdits ecclésiastiques formels en la matière. Gui Terré le condamne expressément, de même que le recours des chrétiens à un médecin juif. Par exemple, Jacques Ier emploie Isaac Benveniste. Les juifs sont aussi des agents administratifs et judiciaires, des traducteurs au service de la Couronne. En outre, le roi nomme les rabbins, tel Jacques Ier en 1270, qui désigne le juif de Lérida Yoci Azday comme « rabbin des juifs de cette ville » (p. 104).

17Les services sont l’occasion de contacts entre juifs et chrétiens. L’Église s’en préoccupe constamment et tente de limiter les emplois de médecins, de nourrices et de domestiques juifs par les chrétiens. Le service de prostitution est aussi pointé. Les membres de l’aljama de Daroca se plaignent auprès d’Alphonse IV que lorsque les juifs se rendent à la rivière, ils croisent des prostituées chrétiennes ; ils demandent à ce qu’elles s’installent ailleurs (p. 109) ! La création de chaires d’hébreu dans les studia mendiants, destinés à renforcer les compétences des polémistes, implique en amont l’emploi d’enseignants juifs, généralement convertis au christianisme, sauf exception.

18Les prestations de service soulèvent toute l’ambiguïté de la convivencia, totalement prohibée par les autorités juives et chrétiennes. Dans les faits, pourtant, les contacts sont quotidiens et parfois étroits, pouvant conduire à la conversion spontanée, du christianisme au judaïsme bien sûr, mais aussi du judaïsme vers le christianisme. L’ambiguïté est aussi celle du roi vis-à-vis de la violence rituelle dans sa forme mineure – tels des jets de pierres sur les maisons des juifs lors de la Semaine Sainte. Aucun texte n’officialise cette violence, mais le roi prend tout de même des mesures sur cette question : d’un côté, il demande aux juifs ne pas sortir de chez eux en période critique ; de l’autre, il sanctionne les passages à l’acte des chrétiens.

19L’hypothèse du durcissement des conditions d’existence des juifs dans l’espace aragonais dans le premier tiers du XIVe siècle peut enfin être examinée à la lumière des aspects mis au jour dans les deux premières parties.

20Tout d’abord, le discours religieux se renouvelle, sur le plan thématique comme sur le plan technique, avec la Questio de Gui Terré, qui livre un modèle efficace à Raymond Lulle notamment. Le « Miroir aux moines » (XIIIe siècle), ouvrage d’édification et d’enseignement destiné aux moines, prend la forme d’un traité de polémique savant et offre un exemple atypique.

21Comment se produit le passage de la théorie livresque à la pratique de la rencontre religieuse ? La dispute de Barcelone (1263) donne le signal à l’offensive des missionnaires chrétiens contre les juifs dans l’espace aragonais. D’autres controverses se produisent ensuite, telle la dispute d’Inghetto Contardo (1286), du nom d’un marchand génois installé à Majorque, qui n’est ni un clerc ni un juif converti (p. 170-171). Les juifs réagissent et contre-attaquent, et produisent même des réflexions anti-chrétiennes spontanées, à l’instar de David Kimhi. L’auteur conclut néanmoins que la polémique est imposée aux juifs par les chrétiens.

22Surtout, à la croisée des chemins entre théorie et pratique, les prédicateurs se trouvent en première ligne, à l’instar de Raymond Martin, grand savant qui maîtrise l’hébreu et le Talmud, et qui fait siennes les méthodes du raisonnement dialectique en vigueur au XIIIe siècle. Les Franciscains et les Dominicains se rendent dans les synagogues. Trois vagues d’offensives missionnaires se succèdent, dans les années 1260, 1270 puis 1290. Le principal objectif de la nouvelle polémique – celle renouvelée sur le plan méthodologique – est la conversion de l’adversaire. Mais sur ce dernier point, les avis des théologiens et commentateurs chrétiens divergent (p. 193-196). Enfin, les inquisiteurs réussissent à accuser d’hérésie les apostats et les convertis au judaïsme. L’affaire de Calatayud, des années 1320 aux années 1340, n’aboutit cependant pas à la conversion des juifs au christianisme et Jacques II d’Aragon remet une partie des peines prononcées contre de l’argent.

23Le discours de l’Église qui stigmatise la situation des juifs dans la Couronne d’Aragon comme un écart par rapport à la norme a-t-il une portée confirmée auprès des populations ? La visibilité marquée des juifs, par le port d’un signe ou d’un vêtement spécifiques par exemple, et l’apostolat des prédicateurs, sont à l’origine de violences populaires et de vagues de conversions forcées. Les massacres sont toutefois exceptionnels. L’enjeu est le pouvoir du roi, qui réaffirme sa protection sur les juifs.

24Finalement, à l’issue de ce bel exposé, riche et tout en nuances, de la situation des juifs dans la Couronne d’Aragon, l’auteur confirme l’approche et la chronologie traditionnellement mises au jour de la dégradation de leur condition. Deux points de départ semblent clairs : la dispute de Barcelone, en 1263, qui renouvelle l’offensive du clergé ; les événements de 1320 qui initient une nouvelle forme d’action des populations.

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Sibon, « Claire Soussen, « Judei nostri ». Juifs et chrétiens dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12730

Haut de page

Auteur

Juliette Sibon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org