Navigation – Plan du site

Rafal Krazek, Montaigne et la philosophie du plaisir. Pour une lecture épicurienne des Essais

Bénédicte Boudou
Référence(s) :

Rafal Krazek, Montaigne et la philosophie du plaisir. Pour une lecture épicurienne des Essais, Paris, Classiques Garnier (« Essais philosophiques sur Montaigne et sur son temps »), 2011, 279p.

ISBN 978-6-2681-2460-3

Texte intégral

1Le livre que R. Krazek a tiré de sa thèse comporte six chapitres qui, de l’épicurisme à la Renaissance, passent aux sources épicuriennes de Montaigne, à sa religion, à son naturalisme, avant de s’intéresser à la philosophie comme médecine de l’âme et à l’usage des plaisirs tel que l’entend l’auteur des Essais.

2La thèse est claire : C’est « la semence du Jardin qui a engendré les Essais » (p. 263), par le biais de l’édition de Lucrèce qu’a donnée Denis Lambin en 1563. Constamment désigné par la périphrase « le Socrate périgourdin », Montaigne pratique un « athéisme négatif » et les Essais sont « une œuvre consciemment laïque » (p. 67). Krazek établit ainsi une liste de propos anti-chrétiens dans les Essais (p. 104-112) avant de déclarer que même si « Montaigne ne se déclare ni matérialiste ni épicurien, il abandonne de facto dans son for intérieur la morale catholique, qu’il n’a probablement même jamais épousée » (p. 113). À l’idée (défendue par des auteurs tels que Lucien Febvre, Michael Screech et Claude Blum) de l’orthodoxie catholique de l’auteur des Essais, l’auteur oppose « celle du père Gierczynski » (p. 97) pour qui Montaigne est un rationaliste, et que ses propos fidéistes relèvent de la langue de bois.

3À dire vrai, le livre de Krazek donne plus volontiers la parole à quelques auteurs contemporains sur l’épicurisme (comme Frédéric Lenoir, Jean Salem ou Witold Gombrowicz), et la lecture des Exercices spirituels de Pierre Hadot lui offre une grille de lecture qui aurait pu se révéler fructueuse. Mais l’équilibre, auquel l’auteur consacre une note abondante et très riche p. 223-224, est mal respecté entre la profession d’une thèse et sa démonstration par une analyse du texte. Certes, Krazek a raison de dire que les Essais sont un « exercice continu du jugement » (p. 137), qu’ils pourraient même être envisagés « comme un enchaînement d’exercices spirituels » (p. 176). Il propose une hypothèse intéressante, p. 256 : « Dans sa recherche de la vérité, Montaigne provoque le choc de divers atomes/idées, mouvement d’où surgit la vérité individuelle ». Pourtant il fait trop souvent l’économie de l’analyse. Ainsi, les plaisirs sexuels sont évoqués (p. 234), mais les citations de Montaigne sont plutôt paraphrasées qu’analysées. Lorsque R. Krazek déclare sans ambages que « la philosophie naturaliste de Montaigne ne s’élève jamais vers Dieu », on aimerait le voir expliquer la fin de « l’Apologie de R. Sebond » (II, 12) : « Il s’élèvera si Dieu lui prête extraordinairement la main : Il s’élèvera abandonnant et renonçant à ses propres moyens, et se laissant hausser et soulever par les moyens purement célestes. C’est à notre foi Chrétienne, non à sa vertu Stoïque, de prétendre à cette divine et miraculeuse métamorphose ». On regrette que ne soient pas recensées de façon systématique toutes les occurrences des Essais qui se réfèrent à la philosophie d’Épicure, à ses contradictions (évoquées dans le chapitre « De la gloire », II, 16), à l’opposition que Montaigne décèle entre ses « dogmes […] irréligieux » et sa vie, et à la proximité qu’il a probablement ressentie avec un homme capable de ne pas s’abandonner à la douleur physique grâce au souvenir du bonheur et à l’amitié.

4On déplore aussi qu’aucune place ne soit laissée à certaines études éclairantes pour des notions abordées ici de façon trop superficielle. Rien par exemple sur l’analyse que Daniel Ménager a donnée du détachement (La Renaissance et le détachement, Paris, Classiques Garnier, 2011), thème abordé p. 137. Une interprétation expéditive des prières, malgré la finesse et la profondeur des travaux d’Alain Legros sur le sujet. Une restriction de l’homosexualité (p. 242-243) à une relation « basée (sic) sur le seul intérêt financier ». Sans compter une analyse du suicide qui ne s’appuie que sur la lecture de Patrick Henry (« The Dialectic of Suicide in Montaigne’s ‘Coustume de l’isle de Céa’ »), et néglige celle de Fausta Garavini (« Montaigne et le suicide », Travaux de littérature, Klincksieck, 1988, p. 69-82) et la mienne (« Deux regards sur le suicide dans la seconde moitié du XVIe siècle : Henri Estienne et Montaigne », Littérales, 38, 2007, p. 9-40). Lorsque Krazek explique ainsi que « la culture de l’automutilation corporelle, qui relève du désir illimité et maladif d’un au-delà imaginaire, est totalement étrangère à la sensibilité épicurienne de Montaigne » (p. 133), il fait bon marché de l’admiration qu’éprouve l’auteur des Essais pour les suicides collectifs, pour le plaisir orgueilleux qu’il prête à Caton ou à la femme de Céa au moment de leur geste spectaculaire.

5Enfin, on reste surpris que cette thèse soutenue en 2007 s’appuie sur une ancienne édition des Essais (celle de 1962), alors que nous disposons de plusieurs éditions plus sûres, celle de Villey-Saulnier (1965), celle de la Pochotèque (2001) et celle de La Pléiade (2007).

6La question de l’épicurisme dans les Essais est une question majeure pour une critique sensible – et à bon droit – à la liberté de pensée de Montaigne. Il eût cependant fallu, pour la traiter, conduire une analyse plus méthodique du texte des Essais, user de discernement dans son interprétation, et éliminer les trop nombreuses coquilles dans l’écriture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Boudou, « Rafal Krazek, Montaigne et la philosophie du plaisir. Pour une lecture épicurienne des Essais », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12726

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org