Navigation – Plan du site

Vannina Marchi van Cauwelaert, La Corse génoise. Saint-Georges, vainqueur des « tyrans » (milieu XVe-début XVIe siècle)

Juliette Dumasy
Référence(s) :

Vannina Marchi van Cauwelaert, La Corse génoise. Saint-Georges, vainqueur des « tyrans » (milieu XVe-début XVIe siècle), Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque d’histoire médiévale »), 2011, 507p.

ISBN 978-2-8124-0299-9

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Corse en 2007, et qui a reçu le prix de thèse 2010 du département de Haute-Corse, traite d’une histoire assez méconnue : l’instauration de la domination génoise sur la Corse à la fin du Moyen Âge. Sujet passionnant à bien des égards et tout particulièrement pour l’histoire du fait colonial – l’exemple corse étant remarquable par sa précocité. Car l’auteur le dit d’emblée : c’est bien une forme de colonisation que les Génois ont mise en place en Corse au cours du XVe siècle, à l’aube des grandes découvertes et de l’ère de l’expansion coloniale européenne. Cela ne s’est pas fait sans difficulté, et l’autre versant de cette histoire est celui de la résistance et de la « longue agonie de la seigneurie corse » indépendante, pour reprendre l’expression de l’auteur. Cette victoire progressive de Gênes sur la Corse des Seigneurs, et plus largement les relations entre Gênes, puissance coloniale, et la Corse, espace sous influence, sont envisagées sous l’angle le plus large possible, puisque l’étude porte sur les évolutions institutionnelles et les transformations socio-économiques que connaît la Corse sous l’effet de la conquête génoise, mais aussi sur les représentations et les stratégies que mobilisent les uns et les autres dans cette épreuve de force.

2La colonisation génoise s’est faite à petit pas face à des seigneurs qui n’étaient pas très anciennement implantés. C’est seulement au milieu du XIIIe siècle qu’ils émergent dans les sources (il est vrai très lacunaires, et donc peut-être trompeuses), après deux siècles d’une domination pisane de plus en plus contestée par Gênes. Giudicce di Cinarca, le fondateur de la seigneurie corse, profite alors de la rivalité entre les deux grandes villes italiennes pour s’imposer les armes à la main à l’ensemble de l’île, avec le soutien de Pise contre Gênes. À sa mort, son pouvoir et ses biens sont divisés en cinq maisons cinarchese rivales qui s’affaiblissent au rythme de leurs affrontements, jusqu’à ce qu’en 1358, un soulèvement populaire donne naissance à une commune de Corse placée sous la protection de Gênes. La ville tient sa revanche sur les Cinarchesi, mais de manière incomplète : les années suivantes, les seigneurs parviennent à reprendre le pouvoir au sud de la ligne de crête du massif corse. L’île se trouve alors divisée entre la « terra di Signori » indépendante et la « terra di u Cumunu » sous influence génoise. Mais la domination génoise, si elle est bien implantée au nord, n’est pas paisible, car les Cinarchesi ne cessent de guerroyer pour reprendre leur avantage. Effrayés par la lourdeur des coûts engendrés par leur politique corse, les Génois cherchent à se débarrasser du fardeau sur des sociétés privées : une première fois au profit de la Maona, à la fin du XIVe siècle, sans succès ; puis au profit de l’Office de Saint-Georges, en 1453, et cette fois de façon durable.

3L’Office de Saint-Georges est le fruit de l’ingéniosité financière et politique des Génois. Il s’agit d’une société privée qui comprend l’ensemble des actionnaires ayant consenti un prêt à Gênes en échange de la privatisation d’une taxe. Elle réunit donc ceux qui détiennent à la fois la dette publique et la fiscalité indirecte de la ville. Or ces personnes, comme le montre Vannina Marchi van Cauwelaert, sont aussi celles qui font partie du gouvernement de la ville (p. 38). Autrement dit, l’Office de Saint-Georges, tout en étant une institution privée, est l’émanation du gouvernement génois ; il lui permet d’agir sans menacer les finances de la ville de manière directe. Cet attelage prudent s’avère gagnant puisque, après soixante ans d’efforts subtils, les Génois viennent à bout de la seigneurie corse, qui disparaît définitivement du sud de l’île (le Delà des Monts en adoptant le point de vue génois) en 1511.

4C’est sur une société rurale en pleine mutation que la ville de Gênes s’efforce d’étendre son emprise. VMVC insiste justement sur la différence essentielle qui existe entre ces deux entités et qui aurait pu constituer un obstacle insurmontable : tandis que Gênes est une société urbaine, commerçante, tournée vers la mer et ouverte au monde, la Corse du Delà des Monts abrite un peuple montagnard, paysan, peu prospère, qui tourne le dos à un littoral perçu comme dangereux et se trouve fractionné en de multiples pieve (circonscriptions religieuses qui correspondent aux vallées). Les châteaux seigneuriaux (casteddu), qui se présentent comme des forteresses situées sur des pitons rocheux, ne jouent pas de rôle structurant pour le peuplement (p. 108). L’habitat traditionnel est dispersé et assez fruste, marqué par une faible démographie et un semi-nomadisme lié aux pratiques pastorales (p. 56). VMVC observe un étagement des cultures typique des sociétés montagnardes (p. 58) et des structures communautaires fortes au niveau des pieve, comme le montrent l’exploitation de champs collectifs par les habitants (presa comune, p. 51) et l’existence d’une assemblée des chefs de feux dans chaque pieve – l’aringo, attesté avant le milieu du XIVe siècle – qui gère les affaires communes et juge en première instance (p. 197).

5Les choses changent au cours des XVe-XVIe siècles. La naissance du village, l’essor de la paroisse face à la pieve, l’accroissement démographique, la destruction des casteddu par les Génois et l’apparition, dans les villages, des maisons tours construites par les nouveaux notables façonnent un paysage bâti entièrement renouvelé (p. 54 et ss.). L’organisation des terroirs évolue, avec le développement d’une ceinture de cultures autour du village, la multiplication des enclos privés, le passage du système piévan au système villageois (p. 105) et la concurrence nouvelle entre pastoralisme et agriculture (p. 457). L’essor des villes (Bastia, Ajaccio) a pour conséquences le transfert de la propriété foncière vers la bourgeoisie citadine et la privatisation des terres communes des alentours (p. 99).

6Les Génois, dont le modèle de société est si différent de la tradition corse, ont joué un rôle – difficile à mesurer – dans ces évolutions. Guidés par leur méfiance envers la montagne, vue comme un lieu de résistance incontrôlable, ils ont mené une politique d’urbanisation des littoraux (fondation de Bastia en 1479, puis d’Ajaccio en 1492) et de dépeuplement de la montagne (disabitazioni) à l’occasion de la guerre contre les Cinarchesi pendant la seconde moitié du XVe siècle (p. 136). Si le dépeuplement est finalement un échec et ne vide pas la montagne de sa population, ces initiatives ont contribué à faire progresser le modèle de société génois, dont les mots clés sont ville, littoral, appropriation privée et agriculture, contre le modèle corse que l’on peut opposer terme à terme (p. 100). Selon VMVC, c’est donc un conflit entre deux modèles culturels et de société qui se joue, en même temps qu’une politique coloniale (p. 32).

7Précisément, quels sont les buts, la nature et les moyens de celle-ci ? L’objectif des Génois est de construire un État territorial constitué de la Ligurie et de la Corse. Cette finalité est politique plus qu’économique ; contrairement à une légende postérieure qui dénonce l’exploitation de la Corse par ses « Protecteurs », l’île n’apportait aucun profit à ces derniers, qui sont juste parvenus à ne pas subir de pertes (p. 63). L’« État territorial », selon l’expression de Giorgio Chittolini repris par l’historiographie italienne et par VMVC, caractérise la nouvelle forme que prend l’autorité communale sur le contado à partir du XIVe siècle en Italie. S’opposant à l’État moderne centralisé, il forme « une structure qui est fondée sur le dialogue constant avec les institutions locales », institutions qui sont volontairement intégrées à sa machine de gouvernement et qui renégocient en permanence leurs relations avec lui (p. 219).

8L’autorité de cet État territorial est incarnée par des officiers génois dépêchés sur place, qui correspondent de manière suivie avec l’Office (c’est d’ailleurs cette documentation qui a servi de source principale à VMVC) et qui peuvent être critiqués par leurs administrés grâce aux procès de sindacamento (p. 332). Elle passe par la voie judiciaire (instauration d’un appel génois, arbitrage des très nombreux conflits locaux) et fiscale (p. 253-270), ainsi que par la négociation régulière avec les instances de représentation locale, via la procédure de la veduta generale. Celle-ci est une vieille institution corse, attestée dès le XIVe siècle, à l’époque de la Seigneurie. Réunissant les chefs de l’île et les représentants des communautés paysannes, elle servait alors à désigner les comtes corses (p. 170). Les Génois prennent soin de ménager cette institution : en 1453, c’est lors de la veduta generale qu’est passé le contrat entre Saint-Georges et l’île, mis en forme dans les Capitula Corsorum (décrits p. 219) ; les années suivantes, l’assemblée est convoquée chaque année, lors de l’entrée en fonction du gouverneur (p. 359).

9Au-delà de ces aspects institutionnels, l’Office de Saint-Georges mène une politique habile envers le peuple corse. Sur le plan de la communication symbolique, il développe un discours bienveillant, qui le présente comme « protecteur » et paternel, sachant manier le pardon, par opposition à des « tyrans » seigneuriaux dont Gênes développe la légende noire (p. 318-335). Sur le plan social, les Génois excellent à jouer des divisions et rivalités internes à la Corse (entre seigneurs, entre factions, entre petits et grands) et s’appuient sur de nouveaux groupes de notables : les capurali (chefs de village) dans le Deça des Monts, les principali dans le Delà. Les principali, dont l’ascension commence après l’arrivée de l’Office de Saint-Georges, s’imposent définitivement à la chute du système seigneurial en 1511 en tant que chefs des communautés villageoises. Souvent clercs ou notaires, ils sont peut-être les cadets déshérités des familles cinarchese. Ensemble, ils forment la « nouvelle aristocratie corso-génoise » et partagent leur suprématie sur les populari et capipopuli avec les officiers génois (p. 447-453).

10Finalement, la clé du succès des Génois se trouve sans doute dans la modération de leurs ambitions et la prudence de leur politique, ainsi qu’au rôle d’arbitre qu’ils s’attribuent face à une société marquée par la « culture de guerre » des seigneurs et la violence des luttes entre factions (p. 430-436). À long terme, la politique génoise transforme en profondeur les rapports de pouvoir locaux : aux alliances familiales d’antan, se substitue un rapport hiérarchique entre communautés paysannes, principali et officiers génois (p. 463).

11Tout ceci forme la trame d’un ouvrage d’une très grande densité et d’une très grande qualité, et remarquable à plus d’un titre. Au-delà de l’éclairage qu’il offre sur un pan encore mal connu de l’histoire corse, il porte une démonstration puissante sur les caractéristiques de la domination génoise, ses moyens, ses buts et ses stratégies, et plus généralement sur la société coloniale corso-génoise, qui devrait intéresser tout historien de la colonisation. Ce travail est d’autant plus convaincant qu’il s’appuie sur une analyse fine de la société corse, menée avec une grande diversité d’approches : structures économiques, agraires et de peuplement, formes de l’habitat, groupes et rapports sociaux, institutions politiques et judiciaires, relations entre Corses et Génois, représentations et discours symboliques, rien n’échappe à l’enquête et tout prend sens dans la reconstitution minutieuse de cette société si particulière. L’écriture est claire et agréable, et l’on regrette seulement quelques défauts d’édition (notamment l’absence de plusieurs niveaux de titre dans la table des matières, la qualité moyenne des cartes, la brièveté de l’index thématique ou quelques coquilles), ainsi que certaines répétitions dues à un plan qui, s’il a l’apparence d’un découpage clair (temps et espaces / les pouvoirs / les hommes), n’évite pas une certaine dispersion du propos. Mais ces faiblesses mineures n’enlèvent rien à l’excellence de l’ouvrage, qui est complet, passionnant, convaincant, qui apporte une pierre de taille à l’historiographie méditerranéenne, coloniale et sociale, et qu’on ne peut que recommander à tous les bons historiens et les amoureux de la Méditerranée.

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dumasy, « Vannina Marchi van Cauwelaert, La Corse génoise. Saint-Georges, vainqueur des « tyrans » (milieu XVe-début XVIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12724

Haut de page

Auteur

Juliette Dumasy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org