Navigation – Plan du site

Annliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Annliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (« Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », 346), 2011, 830p.

ISBN 978-2-7283-0889-7

Texte intégral

1625 pages de texte abondamment annotées, 106 d’annexes de nature diverse (iconographique, tabulaire, lexicographique, onomastique), 57 consacrées aux Sources et bibliographie, 13 à quatre Index, 5 aux abréviations, sans compter, intégrés au texte, sept figures (en fait des cartes et des plans) et dix-huit tableaux : l’ouvrage sous examen a l’épaisseur et le sérieux d’une thèse. Plus précisément : il est « la version profondément remaniée d’une thèse de doctorat soutenue en 2001 » (p. 9). Rappeler le titre de ce travail précédent, L’élément islamique dans la Sicile normande : identités culturelles et construction d’une nouvelle royauté (XIe-XIIe siècles), permet de noter le changement de problématique que l’auteur a opéré au cours de ces dix dernières années, tout en continuant à tracer son sillon dans les terres normando-siciliennes. Ses vingt et une publications, recensées dans la bibliographie (les deux plus anciennes remontent à 1996), soulignent la constance de ses préoccupations et l’approfondissement de ses hypothèses de travail – sans oublier trois autres qu’elle a co-signées, classées à l’entrée des cosignataires (Allaoua Amara, Lucia Arcifa et Henri Bresc), ni sa traduction de la partie occidentale de la géographie d’al-Idrīsī.

  • 1  Le volume comporte un lot raisonnable d’erreurs typographiques. Je m’en retiens qu’une, que je n’a (...)

2L’ouvrage se distribue en quatre parties, regroupées en « deux volets complémentaires » (p. 14) dont la thématique est empruntée au « Il faut défendre la société » de Michel Foucault (les guillemets font partie du titre du livre) : la souveraineté et la domination. Le premier volet se limite à la première partie, « La conception œcuménique de la royauté normande de Sicile : mythes et réalités », tandis que le second, s’étend aux trois autres : « État, administration et service du roi dans la Sicile des XIe-XIIe siècles », « Les fondements de la domination : organisation du territoire et structuration des élites en Sicile (XIe et XIIe siècles) » et « La population arabo-musulmane dans la Sicile du XIIe siècle . Statuts juridiques et conditions sociales ». Ces quatre parties sont précédées par une Introduction générale et un Préambule, « La conquête de l’espace insulaire par les Hauteville : les faits et la geste », et sont suivies par un Épilogue, « Un précipité du XIIe siècle sicilien : l’évolution intérieure et l’horizon du dār al-islām », et par une Conclusion générale. L’ensemble forme une somme impressionnante où rien d’essentiel de ce qui touche à la Sicile, de 1061 (prise de Messine par Robert Guiscard et son frère Roger) à 1194 (mort de Tancrède), n’est oublié et où tout est abordé à partir d’un double éclairage : l’état de la question et l’analyse critique des sources. Dans chacun de ces deux aspects, Annliese Nef excelle et c’est un vrai plaisir de la suivre dans ses élucidations, quand ce n’est pas dans ses démystifications. Je me contenterai de noter ici ce qui me paraît être une lacune, à la vérité mineure, et de faire quelques remarques d’ordre théorique1.

3L’apport de la Sicile normande à la grande aventure des traductions arabo- et gréco-latines du XIIe siècle est évidemment rappelé (p. 222-229). On peut regretter l’absence dans ce passage d’un des plus précoces traducteurs de l’époque, Adélard de Bath (v. 1080-v. 1150). Son De eodem et diverso est dédié à Guillaume, évêque de Syracuse, et une de ses Questiones naturales (Q. 14) indique qu’il a vu l’Etna. On peut présumer qu’au début des années 1110, Adélard a séjourné au moins dans la partie orientale de l’île. Sans doute n’a-t-il commencé son œuvre de traducteur qu’à partir de son passage, plus tardif, à Antioche et ne s’est-il consacré pleinement aux traductions arabo-latines qu’après son retour en Angleterre, à partir du milieu des années 1120. Il reste que l’environnement culturel de l’île n’a pas pu ne pas le marquer. Cet épisode méridional n’est pas sans en rappeler un autre, mutatis mutandis : le séjour que Gerbert d’Aurillac a fait en Catalogne, quelques cent cinquante ans plus tôt. Le tropisme méditerranéen de certains clercs est une constante de ces siècles.

  • 2  Cl. Lévi-Strauss, édit., L’identité, Paris, Quadrige / PUF, 1983, p. 11 et 332 (1e éd. : 1977).

4Le substrat théorique de l’ouvrage est plus délicat à aborder. J’ai noté plus haut l’utilisation des concepts foucaldiens de souveraineté et de domination : ils sont censés commander l’organisation du livre. Une pareille inspiration est rappelée plus avant (p. 68, n. 8 ; p. 93-94 ; p. 238, n. 3). Or aucun écrit du philosophe n’est mentionné dans la bibliographie. « Il faut défendre la société », qui, on l’a vu, évoque ce couple conceptuel, n’est cité que dans une note (p. 14, n. 42). Annliese Nef, si attentive aux sources siciliennes, donne ici l’impression de connaître ce livre à partir de l’article de Christian Jouhaud, « Pouvoir, souveraineté, domination » (Critique, 660, 2002, p. 368-380), cité lui aussi dans cette même note et repris de surcroît dans la bibliographie (où, à l’inverse, n’apparaît pas une autre contribution de Jouhaud citée p. 68, n. 8 se rapportant au même thème). Curieusement, dans l’article paru dans Critique, Jouhaud relève, d’une part, que ces deux faces du pouvoir sont traitées marginalement par Foucault et que, d’autre part, il prend sur lui d’en montrer l’importance dans la pensée du même Foucault. Le lecteur qui n’est pas un spécialiste du philosophe est quelque peu perplexe. S’agit-il bien d’une distinction dont l’inspirateur a montré toute la validité ? Ou d’une distinction développée et portée en quelque sorte à maturité par Jouhaud, à partir d’un texte elliptique de Foucault ? Mais il y a plus fâcheux, à mon sens : tout se passe comme si ce Foucault à la présence incertaine était le seul auteur à avoir réfléchi à la nature et à l’exercice du pouvoir. Quelques pages récapitulant les principales théories sur ce thème auraient été bienvenues, dans la mesure où il ambitionne d’organiser le livre. D’autre part, et toujours dans son Introduction générale, Annliese Nef évoque le concept d’identité, « si tant est que celle-ci soit jamais connaissable » (p. 11, n. 35). Elle cite aussitôt le volume paru sous la direction de Claude Lévi-Strauss, L’identité, comme si les analyses de l’anthropologue conduisaient à mettre en doute l’usage d’un tel concept dans les sciences humaines. Le changement de titre qui accompagne le remaniement de son opus magnum montre qu’elle en est venue à le rejeter aux lisières de sa réflexion. Que l’identité ait été pervertie ces dernières années, en France, par le débat politique est une chose. Qu’elle soit un concept inopérant ou quasiment inapplicable dans le cas sicilien, et plus généralement en histoire, en est une autre. Je ne crois pas inutile de rappeler le traitement que Lévi-Strauss lui réserve : il est plutôt sophistiqué. L’anthropologue récuse le concept d’identité quand celle-ci est considérée comme « substantielle » à une société. Pour lui, les sociétés « la [= l’identité] morcellent en une multitude d’éléments dont, pour chaque culture, bien qu’en termes différents, la synthèse pose un problème ». « Pose un problème » : n’est-ce pas en examinant les problèmes posés que la recherche progresse ? Lévi-Strauss ne se contente pas de ce constat ; il oriente in fine son lecteur vers la solution : « L’identité est une sorte de foyer virtuel auquel il est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu’il ait jamais d’existence réelle »2. Appliqué avec toutes les précautions requises au labyrinthe normando-sicilien, le concept d’identité pourrait servir de fil d’Ariane ; en termes plus savants : d’opérateur conceptuel. Annliese Nef ne se fait pas faute de présenter les jeux d’alliance et de compétition entre les groupes en présence, même si, là encore, elle manie le concept de groupe avec circonspection (p. 1, n. 2). Un peu plus loin, elle emploie « le mot tradition », en précisant qu’elle le dépouille de « tout essentialisme » ; elle ajoute : « La tradition est une invention perpétuellement renouvelée » (p. 15, n. 43). Que l’historien doive ôter toute connotation essentialiste à la tradition est une évidence, sauf à considérer l’histoire comme un jeu de marionnettes. Mais n’est-ce pas quelque peu abusif de prétendre qu’elle « est une invention perpétuellement renouvelée » ? Plus modestement, la tradition demande, pour persévérer, l’adhésion de la population concernée – adhésion plus ou moins consciente et plus ou moins éclairée, selon les circonstances et les individus ; elle est donc elle-même plus ou moins marquée par l’histoire. Bref, il manque à ce grand livre d’histoire une réflexion plus poussée en anthropologie et en sociologie.

Notes

1  Le volume comporte un lot raisonnable d’erreurs typographiques. Je m’en retiens qu’une, que je n’avais jusqu’ici jamais rencontrée : l’absence totale d’apostrophe sur toute une page (p. 513).

2  Cl. Lévi-Strauss, édit., L’identité, Paris, Quadrige / PUF, 1983, p. 11 et 332 (1e éd. : 1977).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Annliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12719

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org