Navigation – Plan du site

Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu

Luigi-Alberto Sanchi
Référence(s) :

Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu, Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque de la Renaissance » 4), 2011, 1172p.

ISBN 978-2-8124-0261-6

Texte intégral

1Issu d’une thèse magistrale et articulé en quatre grandes parties, ce volume est, il faut l’affirmer d’emblée, une somme du savoir littéraire appliqué à un ensemble de domaines séparés et différents, cependant liés par un sujet unique : la destinée de Rome et sa réception littéraire et idéologique dans l’Europe moderne. Servie par un style élégant, l’ambitieuse problématique que propose l’auteur fait converger à la fois l’histoire, les lettres, les arts et la pensée philosophique, juridique et religieuse. Si le sujet n’est pas à proprement parler nouveau, le présent ouvrage le rend sensible à un public cultivé réunissant spécialistes de la littérature française ou comparée et non spécialistes s’intéressant à ce thème grandiose. C’est aussi l’occasion de souligner combien la littérature comparée peut être féconde lorsqu’elle se fonde sur une solide érudition et qu’elle choisit d’étudier des objets historiques profonds et pertinents.

2Remarquons d’abord le mot retenu pour le sous-titre, « formule », terme préféré à topos, car plus approprié que ce dernier, et aussi à la notion de « genre », moins fluide, donc moins pertinente pour débusquer les multiples applications que la formule cornélienne du titre, « Rome n’est plus dans Rome » (Sertorius, datant de 1662), a pu suggérer – ou le complexe substrat dont elle émane. Au lieu d’aboutir à une dissertation uniquement fondée sur l’idée du pouvoir ou de l’empire et de ses représentations, le choix d’analyser une « formule » permet d’enraciner le propos de façon concrète dans les textes et dans leur contexte historique et philologique : ainsi Christophe Imbert part de mots précis pour aborder ensuite les questions liées à la textualité et à l’intertextualité.

3Mais ce lien est aussi un lieu, ou pour mieux le dire un triple lieu : d’abord Rome, ville physique, concrète, saisie dans sa richissime stratigraphie historique par les grands auteurs ou les écrivains plus modestes, voire les pèlerins et autres auteurs de récits de voyage à des moments marquants, de la crise de Sertorius à la Rome reconquise en 1870 en passant par celle, modeste, du Moyen Âge, celle du Sac de 1527, celle, fastueuse et corrompue, de la Contre-Réforme… Ensuite les « autres » Rome, villes qui ont pu à un moment ou à un autre aspirer à remplacer la grande capitale déchue livrée au sac des Goths en 410 : de la Rome céleste d’Augustin, à la nouvelle Rome chrétienne fondée par l’empereur Constantin, à celle « rétablie » par les papes de la Renaissance ; jusqu’à Moscou, « Troisième Rome » à la suite de la prise de Constantinople par les Ottomans, sans oublier les capitales européennes modernes qui ont eu l’ambition de renouveler la gloire de la capitale des Césars, bien évidemment Paris en premier lieu. Entre ces deux pôles, celui de Rome et celui des Rome, moteur de leur dynamisme et « troisième lieu » de cette énumération, vit et s’agite une Rome symbolique et théâtralisée, rêvée, imaginée, reconstituée ou projetée. Elle a façonné de manière variée les idéologies qui se sont succédé dans l’histoire et que l’examen de la « formule magique » a permis de mettre au jour.

4Encadrées par l’Introduction générale et la Conclusion générale, les grandes sections de Rome n’est plus dans Rome mettent en œuvre ces différents aspects en les reliant par le fil conducteur généreux d’une réflexion sur la « poétique », forme ultime de la création en tous domaines, de la politique à l’art cinématographique. La première partie (p. 21-356) aborde « Les deux Rome » en tant que « formule de l’histoire », retraçant les parcours textuels et proposant leur interprétation à la lumière d’une problématique historique fondée au cours de l’Antiquité ; la deuxième partie (p. 357-642) cerne au plus près les mécanismes proprement littéraires qui se sont déployés dans la longue vie de notre formule : sorte d’histoire littéraire de la formule, elle concerne notamment sa destinée à la Renaissance. La troisième partie (« Comment lire la formule. Mécanismes rhétoriques et langage de Rome », p. 643-817) analyse, y compris du point de vue de la théorie littéraire, un vaste corpus européen d’œuvres littéraires en identifiant plusieurs invariants stylistiques majeurs. Enfin, la dernière partie (p. 819-1059) pose la question fondamentale de savoir à quel besoin répond l’enracinement idéologique et littéraire de ce « centre perdu », cité-poussière devenue le sanctuaire de la Modernité et la forme européenne du Temps. C’est dire la passion qu’arrive à communiquer Christophe Imbert grâce à sa patiente recherche et à son questionnement pertinent et profond.

5Le lecteur trouvera aussi dans ce volume un utile dossier iconographique, la bibliographie et deux index, des noms et des notions.

Pour citer cet article

Référence électronique

Luigi-Alberto Sanchi, « Christophe Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12715

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org