Navigation – Plan du site

Réjane Gay-Canton, Entre dévotion et théologie scolastique. Réceptions de la controverse médiévale autour de l’Immaculée Conception en pays germaniques

Servane Michel
Référence(s) :

Réjane Gay-Canton, Entre dévotion et théologie scolastique. Réceptions de la controverse médiévale autour de l’Immaculée Conception en pays germaniques, Turnhout, Brepols  (« Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge » 11), 2011, 465p.

ISBN 978-2-503-54241-6

Texte intégral

1L’ouvrage tient sans aucun doute les promesses de son titre : il est un modèle de rigueur méthodologique appliquée à un domaine particulièrement délicat, celui du dogme probablement le plus subtil de l’histoire de la théologie. L’auteur montre admirablement comment la dévotion populaire – autant que monastique – constitue un enjeu fondamental de la théologie médiévale : elle décrit les effets réciproques de l’avancée de la spéculation et des pratiques de dévotion, qui se jouent dans une interaction subtile dont elle démêle patiemment les fils. Le commentaire littéraire ou iconographique, lorsqu’il est requis, ne le cède en rien à l’analyse des problèmes théologiques ; l’ensemble du travail repose sur des bases philologiques et historiques solidement établies, mine d’or pour la recherche à venir à qui il procure des bases fiables, en même temps que des pistes pour les problèmes encore à résoudre.

2Ce travail se place dans la perspective des recherches sur la transmission de concepts, idées et argumentations (telle qu’elle est faite au GAHOM, à l’EHESS de Paris), et non dans une perspective d’anthropologie ou d’histoire sociale. Il ne se veut pas non plus une histoire du dogme de l’Immaculée Conception, mais s’attache à élucider les moyens et enjeux de la transmission du savoir religieux entre litterati et illitterati. Sur le dogme de l’Immaculée Conception, dont l’auteur rend compte de toutes les subtilités avec une rigueur et une clarté exemplaires, il manquait une étude des textes vernaculaires ; le travail fourni par R. Gay-Canton est décisif pour situer les controverses théologiques dans leurs contextes vécus : celui des couvents et monastères comme celui du culte de toute l’Église ; celui de la formation catéchétique aussi bien que celui de la dévotion privée ou publique.

  • 1  L’auteur a cette belle formule : « Proclamé au concile divisé de Bâle, le dogme invalide de l’Imma (...)
  • 2  Selon Augustin, l’acte de la conception impliquant la concupiscence, la chair de l’embryon en est (...)
  • 3  Ce sera seulement le concile de Trente qui rejettera la théorie augustinienne de la tradux peccati(...)

3Une première partie présente l’histoire de la controverse, jusqu’au concile de Bâle (1439), qui définit, mais sans finalement le valider, le dogme de l’Immaculée Conception1. L’auteur fait le point sur les récits apocryphes, analysant leur statut dans la littérature religieuse et théologique, leur perception et leur utilisation (autant que le commentaire de leur utilisation). Ceux-ci ne sont pas, comme pourrait le croire une opinion un peu rapide, les fruits de la piété populaire, mais une forme de « théologie narrative » (p. 43). Sont en cause pour ce dogme le Protévangile de Jacques, le Liber de Ortu Beatae Mariae et Infantia Salvatoris ou Pseudo-Matthieu et le Libellus de Nativitate Mariae. Suit un exposé sur la question de la transmission du péché originel selon saint Augustin2, décisive pour tout le Moyen Âge ; l’auteur en date le déclin à partir de l’interprétation de saint Anselme, déclin accentué avec la diffusion de celle de Duns Scot3.

4La controverse a pour point de départ la question de la célébration liturgique de la Conception de Marie, dont les premières traces remontent au Ve s. Répandue tout au long du Moyen Âge, elle n’a jamais été condamnée par le Pape, autorisant de facto la dévotion à la conception de Marie. Ce sont les pratiques divergentes des diocèses ainsi que la diffusion des révélations privées qui mirent en marche la controverse. L’exposé des positions des grands théologiens des XIIe-XIIIe s. fait ressortir le fait que les milieux universitaires parisiens se sont montrés hostiles à la préservation de Marie du péché originel, à la différence des théologiens anglais.

5Le chapitre sur les XIVe-XVe s. est essentiel pour comprendre la réception de la controverse. Il offre un éclairage sur les mouvements de fond qui ont aboutit à la prise de position dogmatique de l’Église : la piété populaire et monastique, les débats universitaires et ceux qui animent ou divisent les ordres religieux. Il met en lumière le rôle et la signification des célébrations liturgiques, leur lien – ou absence de lien – avec les énoncés dogmatiques. Les XIVe et XVe s. voient en effet s’accentuer les débats et se dessiner de plus en plus nettement l’opposition entre franciscains et dominicains. La perspective adoptée par Réjane Gay-Canton lui permet de mettre en évidence la confusion grandissante qui accompagne, dans le domaine des célébrations liturgiques, ces prises de position théologiques. La fête de la Conception se célèbre à des titres divers selon les lieux de culte, en fonction de la position adoptée par l’évêque ou de la présence majoritaire de l’un ou l’autre des ordres mendiants. De la sorte l’objet propre de la fête n’est jamais défini – sauf chez les dominicains qui célèbrent la sanctification de Marie. Le concile de Bâle, s’il a été rendu caduque par des circonstances  défavorables – il n’était pas œcuménique –, n’en a pas moins joué un rôle important dans la diffusion de l’idée du dogme, par l’ample réception qui lui a été faite. On voit ainsi que les avancées de la théologie elle-même ne suffisent pas à déterminer les étapes de constitution d’un dogme. Ce chapitre donne donc l’occasion de clarifier les enjeux théologiques des débats théoriques comme de la pratique liturgique, dont le rôle est essentiel dans la diffusion et la réception du dogme. Sont en cause le rapport à la Tradition, à l’Écriture et à l’autorité ecclésiastique.

6L’un des apports de cet ouvrage, et non le moindre, est de donner accès à des textes qui pour la plupart ne sont pas édités. Assortis de commentaires précis et éclairants, ils donnent un panorama des évolutions de l’opinion cléricale comme laïque sur le dogme. L’auteur, sans céder à la facilité d’une classification sommaire, met en relief les subtilités de chaque prise de position et celles inhérentes à chaque genre littéraire. Ainsi, parmi les Vies de Marie de la fin du XIIe s. à la première moitié du XIVe s. (IIe partie, ch. 1), certains récits, tributaires de l’apocryphe du Pseudo-Matthieu, n’en reflètent pas moins précisément les opinions théologiques contemporaines (c’est le cas de Priest Werner) ; d’autres restent vagues, à cause d’une priorité donnée à l’édification sur l’enseignement. « Narratif par excellence, le genre littéraire des Vies de Marie n’est pas un lieu de production de la doctrine », conclut R. Gay-Canton (p. 151). Dans les textes citant les apocryphes comme source (c’est le cas de la Vita Rhythmica, au début du XIIIe s.), R. Gay-Canton souligne une prise de conscience grandissante du problème que représente l’utilisation de textes non canoniques. L’argumentation que les auteurs déploient pour s’en justifier « suggère une réflexion sur le rapport des textes extra-canoniques aux textes canoniques, ce justement à une époque où les études bibliques se renouvellent ». R. Gay-Canton montre « que l’usage des apocryphes au sein des textes vernaculaires traitant de la conception de Marie [évolue] au fil du Moyen Âge et [finit] par aller de soi, à tel point que les auteurs ne jugeront plus nécessaire de le thématiser » (p. 157).

7Le panorama dressé de la question au XIVe s. permet de montrer la diversité des opinions qui subsistent encore. Les auteurs se situent différemment par rapport à la position augustinienne (l’infectio carnis), à la théologie scolastique, aux pratiques cultuelles et à la position – elle-même floue – de l’Église. C’est le XIVe s. qui « vit la controverse sortir du cadre des débats scolastiques pour devenir un sujet de prédication non seulement ad clerum mais également ad populum ». Le XVe s. prend acte de cette évolution, que manifeste le « succès phénoménal » de Der Heiligen Leben. L’étude de cette œuvre à travers sa tradition manuscrite met au jour la persistance de la position dominicaine (sanctificatio in utero). C’est seulement avec l’École de Vienne que la transmission des savoir théologiques se fait vraiment aux illitterati.

8R. Gay-Canton analyse la tradition manuscrite de manière à élucider les problèmes de réception des textes apocryphes, ceux de leur appropriation, de leur transmission et de leur correction. L’étude des prologues, notamment, permet d’éclairer non seulement les positions prises par les auteurs (traducteurs ou remanieurs), mais également le public visé, laïques, femmes, voire au-delà, avec la conscience d’écrire pour la postérité. La controverse s’y fait jour de manière plus subtile, dans la mesure où les textes vernaculaires supposent un public non ou peu lettré, pour qui il faut simplifier les arguments et qu’il faut avant tout édifier. On distingue des partis-pris proprement didactiques, qui entendent enseigner la vérité théologique, des buts de louange revendiqués par certains auteurs – buts cachant souvent une prise de position dissimulée. R. Gay-Canton analyse ainsi les formes et genres littéraires susceptibles d’une plus grande diffusion, ainsi que les modifications opérées d’un genre ou d’une langue à l’autre.

9La comparaison entre textes latins et textes vernaculaires rejoint ces conclusions : elle met en évidence que, auprès des illitterati, l’enjeu est resté la vénération à Marie, de sorte que les subtilités de l’argumentation théologique ont souvent trouvé refuge dans le recours au mystère. Celui-ci, en effet, favorise la vénération et renouvelle les honneurs dus à la Vierge. Comme le montre la réception de l’œuvre d’un Otto von Passau (XIVe s.), par exemple, l’attente du public semble être, « à côté de l’aspect catéchétique, […] une invitation à la louange par une méditation plus contemplative que spéculative » (p. 277-278). De la sorte, dans les textes destinés aux illitterati (traités destinés à la préparation des sermons, notamment), les arguments donnés recourent plutôt à l’autorité des Écritures, de saint Paul ou des Pères (Augustin, Bernard), qu’à la tradition franciscaine, bien étayée certes, mais toute récente et plus compliquée.

10R. Gay-Canton rappelle en passant les données d’une question souvent mal interprétée, celle de la conception de Marie par un baiser d’Anne et Joachim. Elle remet en place les éléments des différentes traditions littéraires et iconographiques (la Rencontre à la Porte Dorée), tout en mettant en perspective cette question avec ses implications philosophiques et théologiques – le rapport à la théorie augustinienne de l’infectio, qui nécessite pour Marie une conception non entachée de concupiscence. Elle souligne que la théorie du baiser fécondant était défendue par les textes vernaculaires, qui étaient destinés aux illitterati, alors que les litterati combattaient cette idée.

11Malgré quelques longueurs, peut-être, dans le commentaire de certains textes, l’ensemble est d’une grande efficacité. De telles qualités de clarté et de précision sont appréciables pour un sujet de cette complexité.

Notes

1  L’auteur a cette belle formule : « Proclamé au concile divisé de Bâle, le dogme invalide de l’Immaculée Conception n’aura pas l’effet d’apaisement tant attendu » (p. 315).

2  Selon Augustin, l’acte de la conception impliquant la concupiscence, la chair de l’embryon en est automatiquement souillée ; cette chair à son tour souille l’âme par contact, de sorte que celle-ci se trouve entachée par la concupiscence, dès l’animation de l’embryon. Le moment de l’animation et celui de la souillure sont au centre d’un grand nombre de controverses.

3  Ce sera seulement le concile de Trente qui rejettera la théorie augustinienne de la tradux peccati.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Servane Michel, « Réjane Gay-Canton, Entre dévotion et théologie scolastique. Réceptions de la controverse médiévale autour de l’Immaculée Conception en pays germaniques », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12712

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org