Navigation – Plan du site

Didier Bondue, De « Servus » à « Sclavus ». La fin de l’esclavage antique (371-918)

Bruno Varennes
Référence(s) :

Didier Bondue, De « Servus » à « Sclavus ». La fin de l’esclavage antique (371-918), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales » 53), 2011, 528p.

ISBN 978-2-84050-778-9 

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage que nous offre Didier Bondue, préfacé par Michel Rouche, est ambitieux et prometteur. Centré sur la thématique de l’asservissement dans le monde occidental, l’auteur se propose d’en suivre l’évolution sur la période longue, depuis les derniers siècles de l’époque romaine jusqu’au haut Moyen Âge. Face à la polysémie des termes et à la diversité des formes, il a choisi de traiter de la globalité de la condition servile au travers de ses axes clefs : l’entrée en servitude, les tenants et aboutissants de l’asservissement, son cadre juridique, l’affranchissement et la situation des affranchis. L’évolution de la position de l’Église, devant un phénomène qu’elle ne peut intrinsèquement que rejeter sur la base du discours de saint Paul (« il n’y a plus ni esclave ni hommes libres », Ga 3/28), permet d’introduire la thématique matrimoniale qui va se révéler, avec l’affranchissement, un médium de mutation.

2Le principal intérêt de l’étude consiste en son temps long, devant répondre aux questionnements d’historiens issus de plusieurs horizons. Elle s’articule selon un découpage en deux périodes couvrant la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge. La première partie, « Maintien de l’idéal romain et apports nouveaux » (p. 37-345), s’interroge sur le passage de l’Antiquité au Moyen Âge (371-754). Elle présente un bilan de la situation des IVe et Ve siècles, avant d’amorcer les bouleversements que développe la seconde partie, relative au haut Moyen Âge (« Les Temps carolingiens : les bases de la transformation vers le servage (754-918) », p. 346-490). Le choix du temps long permet une analyse plus approfondie du phénomène, révélant les ruptures et les continuités par-delà la césure retenue par l’historiographie traditionnelle. Les sources concernant l’asservissement étant rarement directes, Didier Bondue utilise un large corpus documentaire. Si les pièces antiques d’origine juridique dominent dans un premier temps, le panel est plus ouvert au haut Moyen Âge, que ce soit par la production législative amalgamant droit romain et droit barbare, comme par l’apport des théologiens et de la curie impériale. Par-delà l’analyse de ces pièces, l’auteur s’efforce de faire la synthèse des études antérieures faisant autorité, essentiellement Charles Verlinden et Marc Bloch, sans négliger pour autant les travaux ultérieurs de Georges Duby ou de Dominique Barthélemy, comme celles, régionales et plus récentes, offrant des éclairages sur la constitution du servage à la veille de l’an mille.

3Dans une Europe occidentale marquée par un contexte rarement pacifique, Didier Bondue montre comment se produit un lent glissement dont il met au jour les étapes clefs. Il rappelle l’importance de l’évolution économique, depuis la fixation au sol des colons en 378 par l’empereur Valentinien, alors qu’existent les servi, pour aboutir au IXe siècle à la constitution d’une paysannerie vivant de son travail, mais se plaçant sous la dépendance d’hommes libres dont elle exploite la terre. Il met en exergue la considérable capacité d’adaptation de l’Église, ainsi que son influence grandissante sur une société qu’elle cherche à modeler. Cette influence s’exerce au travers de l’affranchissement, acte à l’origine juridique qui devient peu à peu possible « au coin de l’autel », mais surtout de l’institution du mariage qui, en se sacralisant, en vient à concerner l’ensemble des populations. Enfin, l’auteur rappelle que l’évolution du vocabulaire en fin de période – le terme sclavus est attesté dans l’Empire dès 918 – dévoile un nouveau rapport au phénomène d’asservissement dans un monde christianisé. L’esclavage est renvoyé aux marges (frontières impériales, espace méditerranéen), alors que la société se structure plus généralement autour d’une dichotomie entre des nobles et des libres, et des asservis.

4La conclusion générale (p. 491-494) fait le bilan de l’étude en ouvrant sur la « formation des classes rurales ». En s’interrogeant rapidement sur quelques espaces délaissés du monde occidental (Byzance, les terres celtiques), elle justifie tardivement leur absence, alors que la permanence de l’esclavage sur le pourtour méditerranéen est oubliée. Il est dommage que ce chapitre conclusif n’offre aucune piste de réflexion relative à l’importance même du servage au cœur du Moyen Âge, puis au renouvellement du phénomène au travers du « nouveau servage » – ce dernier relevant d’un courant historiographique actuel, marqué par un colloque franc-comtois de 2007 (« Nouveaux servages » et société en Europe – XIIIe-XXe siècles) dont les actes ont été publiés sous les auspices de Nicolas Carrier, et par la thèse de Vincent Corriol sur Les serfs de Saint-Claude (2011).

5On regrettera un style haché et les nombreuses coupes dans le texte originel de la thèse, alors que la démultiplication des sous-parties comme des tableaux nuit à la lisibilité d’ensemble. L’abondance des notes, renvoyées en bas de pages, menace de noyer le propos : elles couvrent parfois entièrement les feuillets, ainsi p. 322-325. Ce développement laisse espérer des compléments ou des justificatifs malheureusement déficients : l’annotation est dominée par la citation complète des sources en latin, dont on se demande si certaines n’auraient pas bénéficié d’une meilleure lisibilité en étant renvoyées en fin de volume. Il en va ainsi du très intéressant testament de saint Rémi, dont les deux versions, latine et traduite, sont données p. 275, n. 74.

6La méthode employée, qui consiste souvent en une étude pièce par pièce, rarement croisée, permet certes de dresser des tableaux de situation en fonction de lieux et de périodes, mais génère des répétitions : ainsi en ce qui concerne la causa liberalis (p. 73 et 136), ou la notion romaine de colon (p. 57 et 141). Elle met en retrait les dynamiques générales, plus difficiles à déceler. Le nécessaire point introductif relatif à la bibliographie et au vocabulaire spécifique (« Introduction. De Servus à Sclavus : polysémie de la servitude », p. 27-33) méritait assurément un développement plus approfondi, tel que l’offrent certaines publications récentes sur des thématiques proches (ainsi celle de Vincent Corriol).

7L’absence de représentations cartographiques (hormis celle, unique et tardive, schématisant « Les routes de la traite en Occident au Xe siècle depuis Raffelstatten », p. 485) est considérable pour une analyse de phénomènes développés à l’échelle du monde occidental. Si le droit romain paraît concerner l’ensemble de l’ancien Empire d’Occident, il est difficile d’appréhender le champ d’application géographique des règlements juridiques romano-barbares exposés dans le second chapitre, tels les codes hispaniques de Recceswinthe (v. 654) et d’Ervige (681) – (1ère partie, ch. 2, « Du jus romanorum aux leges barbarorum », p. 107-253). Dans la même optique, de nombreux points méritaient une mise en contexte qui aurait donné plus de sens et offert une mise en perspective qui reste difficile à percevoir. Ainsi, la période et le contexte d’écriture de certains théologiens de la fin du haut Moyen Âge, tels Agobard de Lyon (v. 769-840) ou Smaragde († v. 826), font défaut (2e partie, ch. 2, « La position des asservis dans la société carolingienne », p. 395-429).

8Bien qu’il soit nécessaire de savoir raison garder face à des sources disparates offrant souvent une démultiplication de cas particuliers, il est regrettable que plusieurs questionnements pertinents soient repris ou ouverts sans que l’auteur prenne position. Il en va ainsi lorsqu’il s’agit de savoir si la servitude volontaire, omniprésente quasiment jusque dans les derniers siècles étudiés « était un moyen de promotion sociale » (p. 51), comme d’une manière plus générale à propos des considérations récurrentes sur la notion de liberté. En outre, l’étude s’arrêtant avec l’apparition d’une nouvelle forme d’asservissement, les comparaisons attendues entre les deux phénomènes d’esclavage et de servage sont réduites.

9En définitive, l’ouvrage de Didier Bondue offre à gros traits une analyse des pièces couvrant l’ensemble de la période. Il donne une lecture transversale permettant d’appréhender les transformations de la condition servile, dont il met en exergue les principaux axes, mais il laisse sur sa faim l’historien à la recherche de réponses précises.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Varennes, « Didier Bondue, De « Servus » à « Sclavus ». La fin de l’esclavage antique (371-918) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12709

Haut de page

Auteur

Bruno Varennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org