Navigation – Plan du site

Alain Corbellari, Guillaume d’Orange ou la naissance du héros médiéval

Sonia Marteau
Référence(s) :

Alain Corbellari, Guillaume d’Orange ou la naissance du héros médiéval, Paris, Klincksieck (« Les grandes figures du Moyen Âge » 4), 2011, 262p.

ISBN 978-2-252-03796-6

Texte intégral

1Dans un premier chapitre, Alain Corbellari résume les différents postulats des chercheurs concernant la genèse et la place de chaque chanson dans le cycle de Guillaume d’Orange et propose, lorsque la critique n’a pas été convaincante dans ses hypothèses, des arguments fort éloquents permettant de faire le point de façon assez nette sur ces problématiques.

2Le deuxième chapitre aborde les points qui ont relié – ou dont on a longtemps voulu qu’ils relient – la chanson de geste et l’Histoire. Après une longue série de critiques s’étant penchés sur l’historicité du personnage de Guillaume, Alain Corbellari reprend et éclaircit les différents prototypes que l’on a assignés au comte d’Orange. Ce faisant, il offre au lecteur une connaissance rapide de la bibliographie critique sur ce point. Là encore, ses hypothèses quant aux précautions qu’il faut prendre concernant ce qui a été à la source de nos textes offrent à la fois une perspective documentée, intéressante et innovante de la question. Il prend ainsi le parti d’une position certes peu révolutionnaire, mais très riche, car nuancée : acceptant de voir une relative influence des relations entre le comte de Toulouse – de loin le prototype de notre Guillaume reconnu le plus unanimement – et Louis le Pieux sur celles de nos personnages de chanson de geste, et estimant dans le même temps qu’un Louis VII accélérant le processus de centralisation du pouvoir à la fin du XIIe siècle ne pouvait guère avoir influencé un Louis épique si faible, il voit dans l’Histoire une force qui n’a probablement pas infléchi la légende de façon directe, même s’il admet sa présence latente. Au terme d’une étude similaire au sujet des héritiers de Guillaume, des différents Guillaume de Provence et de quelques autres personnages de la geste, l’auteur finit par opter pour un rejaillissement de la chanson sur l’Histoire – et non l’inverse –, « laquelle reçoit, après coup, la consécration insigne de s’intégrer à la légende. »

3Après avoir tenté d’identifier la part d’influence de l’Histoire sur les chansons considérées, Alain Corbellari propose un troisième chapitre mesurant cette fois à quel point les mythes indo-européens ont pu contribuer à leur écriture. Là encore, on est obligé d’admettre que le trajet exact nous est encore inconnu et qu’il le restera probablement toujours.

4Dans le chapitre IV, Guillaume nous est montré sous ses traits physiques, moraux et comportementaux les plus caractéristiques. Ici encore, de façon habile et argumentée, l’auteur démontre que le personnage de Guillaume – tout comme le cycle qui retrace les exploits de sa geste – doit être considéré avec bienveillance dans toutes ses différences avec ce qui nous semble être la norme, c’est-à-dire, le plus souvent, avec Roland et sa chanson. En effet, déviant à bien des égards de ce que la critique a posé comme modèle de l’épopée, le comte d’Orange et son nez déformé, ses poings surdimensionnés, ses habitudes de travestissement ou encore sa capacité à changer assez indifféremment de monture, font de lui un héros indépendant et tout à fait unique, sans qu’il y ait là, nous semble-t-il, la moindre contradiction interne.

5À travers l’étude menée au cinquième chapitre, l’auteur fait un tour d’horizon rapide des différents types de personnages rencontrés par Guillaume. Là encore, l’ouvrage a le mérite d’être à la fois assez complet et pertinent dans sa démonstration : que l’autre soit de noble ou de basse condition, il est toujours l’occasion, pour notre héros, d’avancer dans la connaissance de son identité propre et surtout, dirons-nous, du monde qui l’entoure. Du fait d’une vraisemblance qui ne peut exister que par la complexité et une dimension profondément humaine du personnage, Alain Corbellari défend l’idée que ce comte d’Orange serait parmi les plus touchants des héros de chanson de geste.

6Enfin, le dernier chapitre termine l’étude sur un parcours des différentes adaptations qu’a inspirées notre héros depuis le XIIIe siècle. Sans grande surprise pour le lecteur coutumier des chansons de geste du cycle de Guillaume, Alain Corbellari déplore que la richesse, la complexité et la beauté du personnage n’aient jamais été retrouvées depuis sa création médiévale.

7La conclusion générale est dans le droit fil du reste du travail : les réflexions, arrivées à leur terme, nous montrent un Guillaume d’Orange fortement humain précisément du fait des contradictions que bon nombre de critiques modernes lui ont reprochées. Elle invite donc davantage le lecteur à s’interroger sur ses grilles de lecture et les étiquettes qu’il assigne souvent trop vite aux personnages et aux genres littéraires, plutôt qu’à remettre en cause la beauté et la profondeur de ce héros dont le principe existentiel n’est pas la perfection mais bien une quête tendant vers un absolu.

8Un très bel ouvrage donc, faisant le point sur les différentes thèses qui ont entouré ce cycle, et formulant des hypothèses scientifiques stimulantes présentées de façon argumentée et très convaincante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Marteau, « Alain Corbellari, Guillaume d’Orange ou la naissance du héros médiéval », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12702

Haut de page

Auteur

Sonia Marteau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org