Navigation – Plan du site

Jean-Marie Fritz, La Cloche et la lyre. Pour une poétique médiévale du paysage sonore

Alain Corbellari
Référence(s) :

Jean-Marie Fritz, La Cloche et la lyre. Pour une poétique médiévale du paysage sonore,Genève, Droz (« PRF » 254), 2011, 472p.

ISBN 978-2-600-01474-8

Texte intégral

1Jean-Marie Fritz avait fait une entrée remarquée sur la scène des études médiévales en 1992 avec son Discours du fou au Moyen Âge, livre à la fois savant, original et impeccablement écrit à travers lequel il renouvelait l’étude de la littérature médiévale en cernant un objet dépourvu « de lieu propre » (Le Discours du fou, p. 15) par l’étude croisée des discours savants (médical, juridique et théologique) qui le définissaient. Ce goût de l’interdisciplinarité et d’une saisie plurielle de l’objet littéraire se retrouve dans la grande somme en deux volets qu’il a consacrée aux « paysages sonores du Moyen Âge ». Ce fut d’abord, sous ce titre même, et sous-titré « le versant épistémologique », un livre publié chez Champion en 2000, ouvrage austère et impressionnant d’érudition qui interrogeait les discours théoriques tenus par le Moyen Âge sur tout ce qui avait trait au sens de l’ouïe. C’est aujourd’hui le second volume, annoncé dans le précédent et impatiemment attendu, qui paraît, consacré au « versant esthétique » de la question. Trois ouvrages en vingt ans : voilà qui peut sembler modeste, d’autant plus que Jean-Marie Fritz ne court pas inconsidérément les colloques ; mais il n’est pas donné à tout le monde de développer une pensée aussi ample et aussi personnelle dans l’ambiance de productivité exacerbée dont l’université d’aujourd’hui est malade. De fait, Jean-Marie Fritz peut d’ores et déjà se vanter d’être l’auteur de trois livres qui resteront et marqueront durablement nos études.

2Pour quiconque connaît l’auteur, profondément musicien, cette passion pour la dimension auditive des textes ne saurait étonner. Ce qui ne nous empêche pas d’être surpris qu’une telle entreprise n’ait encore jamais été tentée. Il est vrai, comme le rappelle l’auteur en quatrième de couverture, que « dans l’approche des textes littéraires, la critique a toujours eu tendance à privilégier l’imaginaire visuel ». C’est donc bien d’une revanche qu’il s’agit ici, et Jean-Marie Fritz ne se cache de faire œuvre de pionnier.

3Le livre s’ouvre sur une aussi inattendue que brève et frappante comparaison entre Joyce et Proust, le premier bruyant – voire criard – et coloré, illustrant une esthétique sonore « expressionniste », tandis que le second, plus feutré et suggestif, serait plus « impressionniste » (p. 8). La largeur des horizons, la finesse et l’humour de Jean-Marie Fritz sont ainsi d’emblée mis en évidence, et l’on ne cessera durant tout le livre de naviguer, de manière parfois presque trop étourdissante, d’un texte à l’autre au gré des objets sonores évoqués sous presque tous les angles possibles. On notera en passant le large usage que fait l’auteur de termes cinématographiques qui rendent ses analyses plus palpables et plus familières, participant, à l’instar de la notion de « paysage sonore », d’une saisie résolument synesthésique de son objet : ainsi parle-t-il de « bande sonore » (par ex. p. 137), de « voix off » (par ex. p. 275) et même de « montage audio-visuel » (p. 280). Pour Jean-Marie Fritz, il ne fait aucun doute que dans la littérature médiévale, « l’auditeur est avant tout spectateur ; la musique est spectacle » (p. 11).

4La construction elle-même de l’ouvrage est musicale, du moins au sens médiéval du terme, puisqu’elle s’organise géométriquement, en trois parties de trois chapitres chacune, la première consacrée aux « écarts (stylistique) », la seconde aux « lieux (topique) » et la troisième aux « figures (poétique) », dessinant ainsi une courbe allant en quelque sorte du simple au complexe, selon ce que l’auteur, jamais avare de métaphores, nommerait un « crescendo ».

5Notons aussi que Jean-Marie Fritz n’hésite pas à dépasser le strict cadre de la littérature française : outre que le premier volet de son enquête nous avait déjà familiarisés avec les textes latins, il évoque incidemment les littératures anglaise (Chaucer), italienne (Dante, Boccace), allemande (Wolfram von Eschenbach, Gottfried de Strasbourg), ibérique (Demanda del santo Gral) et naturellement provençale au travers de belles analyses de l’univers sonores des troubadours, volontiers considérés individuellement. L’une des conclusions les plus passionnantes de l’ouvrage de Jean-Marie Fritz est en effet que la question du paysage sonore relance à nouveaux frais la question de la personnalité des auteurs médiévaux. Ainsi Marcabru et Bertran de Born, qui font tous deux une large place au monde des sons, et se distinguent par là de la plupart de leurs confrères troubadours et même trouvères, sont-ils sur ce plan presque exactement opposés : « Marcabru exacerbe la dissonance, Bertran la transfigure » (p. 128). Chez les trouvères, Colin Muset se distingue également : il partage avec Marcabru son « refus de l’épique » et avec Bertran son « rapport essentiellement euphorique à l’environnement sonore » (p. 133). Plus étonnant encore, les deux chansons de geste en apparence extrêmement proches (puisqu’elles racontent en gros la même histoire) que sont La Chanson de Guillaume et Aliscans se situent aux deux extrêmes du spectre examiné par l’auteur : la première, comme Raoul de Cambrai, « suggèr[e] l’intensité et la violence du conflit par des gestes et des paroles plus que par des cris et des décibels » (p. 407), tandis que la seconde « est d’une richesse sonore prodigieuse » (p. 137).

6La dernière analyse de l’ouvrage, qui en acquiert une dimension particulièrement exemplaire, est consacrée aux fatrasies : constatant l’importance et la cohérence de la dimension sonore dans le recueil anonyme d’Arras et son extrême discrétion, au contraire, dans celui de Philippe de Beaumanoir, Jean-Marie Fritz suggère l’idée que le recueil d’Arras est sans doute moins le produit d’une construction anthologique arbitraire que l’œuvre concertée d’un auteur unique. On voit tout l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre sur la lancée de cette étude pour la refondation d’une véritable stylistique de la littérature vernaculaire médiévale.

7L’éventail des objets sonores et de leurs usages est extrêmement complet : bruits de la nature, des animaux, des instruments, des outils, onomatopées, modalités et modulations diverses de la voix humaine, et même du corps humain, rien n’a été négligé par l’auteur qui, certes, n’évite pas toujours de donner à son exposé un aspect d’inventaire, mais sait aussi envisager plus largement, surtout dans ses derniers chapitres, des fonctionnements textuels plus amples. Sans qu’on puisse distinguer à proprement parler des explications de texte dans son ouvrage, on y trouve néanmoins des clés interprétatives et des hypothèses fortes dont de futures études pourront tirer un grand profit. Affirmant dès l’introduction qu’« une des formes privilégiée du sonore dans la littérature est la noise » (p. 16), Jean-Marie Fritz constate en fin de parcours que « ce qui frappe le lecteur moderne dans cette palette est la place de la violence » (p. 408). A la constatation souvent faite que le Moyen Âge a une nette prédilection pour les couleurs criardes et violentes, l’analyse de ses « paysages sonores » apporte donc une forme de confirmation synesthésique.

8Des regrets ? Il y en a forcément, car même dans un ouvrage faisant état de lectures aussi vastes et variées, il n’était pas possible de parler de tout. On peut cependant trouver dommage que Jean-Marie Fritz ne commente pas ce passage étonnant du Moniage Guillaume (rédaction longue, laisse XXIII) où le héros chante à tue-tête pour attirer l’attention des brigands, dans un bois qui semble soudain dépeuplé d’oiseaux. Plus grave, car la comparaison est suggérée dans la conclusion (p. 407), l’absence d’éléments tirés des chroniques de Clari et de Villehardouin nous prive d’un beau parallèle entre les deux grands historiens d’une croisade qui a fait couler presque autant d’encre que de sang. On se souvient en particulier de la magnifique scène du départ de Venise chez Robert de Clari (Conquête de Constantinople, § XIII), où les scintillations de la mer, l’or des vaisseaux, l’enthousiasme des hommes et les nombreux instruments de musique qui retentissent à cette occasion forment l’un des « sons et lumières » les plus somptueux que nous ait offert la littérature médiévale. De manière générale, la rareté des allusions à la littérature historiographique laisse espérer une future étude qui comblera cette lacune ; il est vrai que l’auteur reste focalisé sur l’ancien plutôt que sur le moyen français et que sans négliger totalement la fin du Moyen Âge (il en traite en particulier p. 95-109 et les allusions à Villon et à Charles d’Orléans sont nombreuses), il recule visiblement devant une extension de sa matière qui ne pourrait sans doute trouver sa cohérence que dans une évocation de la littérature de la Renaissance qui dépasse évidemment par trop l’objet qu’il s’est fixé.

9On se permettra aussi deux remarques sur la difficile question des onomatopées, traitée dans l’ensemble avec toute la prudence requise : la datation basse (XVe siècle) de la première occurrence certaine d’une onomatopée désignant le chant du coq n’empêche pas forcément le « quiqueliquique » de La Bataille des Sept arts d’Henri d’Andeli d’en être déjà une approximation, tout en désignant aussi « une parole creuse » (p. 308) ; quant au « fameux Tproupt » (p. 305), le fait qu’il semble souvent une expression de mépris n’interdit peut-être pas qu’il puisse prendre d’autres valeurs, celles par exemple, dans Le Jeu de saint Nicolas, de « glou, glou ».

10En conclusion, un ouvrage dont on ne peut que souhaiter qu’il fera du bruit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Corbellari, « Jean-Marie Fritz, La Cloche et la lyre. Pour une poétique médiévale du paysage sonore  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12700

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org