Navigation – Plan du site

Jacques-Charles Lemaire (éd.), Le Roman de Gliglois. Récit arthurien du XIIIe siècle

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Le Roman de Gliglois. Récit arthurien du XIIIe siècle, éd. et trad. par Jacques Charles Lemaire, Liège, Éditions de l’Université de Liège, 2005, 231 p.

Texte intégral

1C’est un phénomène qui n’est pas exceptionnel dans le domaine des études médiévales : un texte autrefois édité, puis resté longtemps inaccessible, est soudain l’objet de deux parutions presque conjointes. Aurait-on épuisé la réserve d’œuvres médiévales à éditer ou à traduire ? Les éditeurs, sur un marché déjà réduit, aiment-ils à se faire inutilement concurrence ? Les philologues souffriraient-ils d’un manque de communication ? Mystère. Reste que Le Roman de Gliglois, curieux et court roman arthurien (2942 vers, dépourvus du moindre surnaturel) daté du début du XIIIe siècle, après avoir été l’objet d’une nouvelle édition en 2003 (la précédente et première remontant à 1932), procurée par les soins de M.-L. Chênerie aux CFMA, se trouve à nouveau édité par J. Lemaire en 2005, mais également traduit en français moderne, sans oublier une rapide introduction (sans analyse littéraire) et de nombreuses notes, essentiellement linguistiques. Heureusement, son travail n’était que « quasiment sous presse » lors de la parution de l’édition de MLC, ce qui permet à JL non seulement d’en tenir compte, mais même d’en proposer un compte rendu détaillé (p. 11-14), d’où il ressort que l’ouvrage de MLC, en dépit de ses « indéniables qualités », « sur le plan proprement ecdotique, […] révèle un certain nombre de défauts et s’avère insuffisant » : ainsi JL reproche à l’éditrice son attitude trop « interventionniste », relève « fautes de lecture et fautes d’édition » qui « abondent » et critique vigoureusement la ponctuation. Au vu des erreurs ainsi recensées (où se rencontrent un certain nombre de coquilles), on est quand même tenté de se demander si l’édition de MLC méritait tant d’acrimonie – sans compter qu’il s’agit d’un exercice philologique de toute manière assez particulier, effectué à partir des transcriptions modernes de W. Foerster et de G. Müller, l’unique ms. conservant le roman étant inutilisable depuis l’incendie de la bibliothèque de Turin en 1905.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Jacques-Charles Lemaire (éd.), Le Roman de Gliglois. Récit arthurien du XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/127

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org