Navigation – Plan du site

Le Discours du livre. Mise en scène du texte et fabrique de l’œuvre sous l’Ancien Régime, études réunies par Anna Arzoumanov, Anne Réach-Ngô et Trung Tran

Alain Cullière
Référence(s) :

Le Discours du livre. Mise en scène du texte et fabrique de l’œuvre sous l’Ancien Régime, études réunies par Anna Arzoumanov, Anne Réach-Ngô et Trung Tran, Paris, Classiques Garnier (« Études et essais sur la Renaissance » 93), 2011, 330p.

ISBN 978-2-8124-0309-5

Texte intégral

1Ce volume regroupe les travaux de deux journées d’étude consacrées à la matérialité du livre et aux politiques de réédition sous l’Ancien Régime. L’essentiel porte sur la période de la Renaissance. C’est en effet en partant des débuts de l’imprimerie et du statut du manuscrit à la fin du Moyen Âge qu’on comprend le mieux le fait éditorial. Parler de « discours du livre » revient à l’envisager dans toutes ses dimensions, c’est-à-dire à tenir compte de la visée de l’auteur, du rôle de l’éditeur et de l’attente des lecteurs. Les douze articles ici réunis se répartissent sous trois entrées.

2La première partie montre comment le livre pouvait être mis « en représentation ». À partir de quelques exemples pris dans la seconde moitié du XVIe siècle, Chantal Liaroutzos souligne le rôle essentiel des pièces liminaires. Il s’agit généralement de poèmes encomiastiques qui constituent un espace visuel et ornemental au seuil de l’œuvre. Par le moyen d’une rhétorique propre à l’éloge, celle-ci est parfois assimilée à une peinture, comme pour mieux capter le lecteur et le disposer au plaisir du texte. Dans l’étude suivante, qui porte sur les premiers temps de l’imprimerie, Philippe Maupeu et Pascale Chiron s’interrogent sur la place et la signification des bois gravés. Comme les éditeurs disposaient de fonds d’images largement réemployés, on peut penser que l’illustration était plutôt arbitraire. Mais elle était aussi suggestive et productrice de sens, au-delà même des intentions de l’auteur, car texte et image s’enrichissent toujours mutuellement. À l’inverse, certaines œuvres bénéficient à la même époque d’une illustration originale qu’on voit évoluer en fonction des dates et lieux de réédition. C’est ce que montre Cynthia J. Brown en comparant plusieurs éditions illustrées du Chasteau de Labour, une des premières œuvres morales de Pierre Gringore, parue d’abord en 1499, mais elle-même inspirée d’un texte médiéval enluminé. En changeant de nature ou d’emplacement, les images peuvent modifier la « mise en scène » d’un texte, tout autant que la figure de son auteur. Mais plus encore que l’illustration intérieure et les pièces d’escorte, c’est le frontispice qui consacre l’œuvre et en visualise l’accès. Il tend à se généraliser à la Renaissance. Sabine Chaouche examine plus particulièrement celui qui figure dans les éditions des grandes œuvres théâtrales de l’Âge classique. Relevant longtemps d’un art symbolique un peu figé, il se métamorphose alors au point de devenir un lieu d’expression privilégié des artistes qui cherchent à communiquer l’esprit même des pièces et à toucher l’âme des lecteurs. Par ailleurs, les éditions de prestige comportent de plus en plus de gravures intérieures, à pleine page, qui saisissent les moments les plus dramatiques et au bas desquelles sont souvent reproduits les vers correspondants. Les chefs-d’œuvre – mais cela n’est pas propre au théâtre – font l’objet de tous les soins des éditeurs.

3La deuxième partie comporte également quatre études qui prouvent à quel point les œuvres évoluent et même se transforment de réédition en réédition. Échappant à leurs auteurs ou ayants droit, elles peuvent être réorganisées selon de nouveaux projets éditoriaux, soumises à de nouvelles codifications, ce qui implique aussi, dans bien des cas, une lecture nouvelle. Pour commencer, Pascale Chiron scrute les vers funèbres que Marot a consacrés à une certaine Jane Bonté dans son Adolescence Clémentine : il s’agit d’une complainte qui est censée faire entendre les regrets d’une parente, suivie d’une très brève épitaphe. Il était légitime, dans la tradition des Rhétoriqueurs, d’associer complainte et épitaphe. On constate cependant que dans les éditions posthumes les deux pièces ont été séparées et que l’épitaphe a été regroupée avec les épigrammes dont elle devient un type particulier. Ce déplacement, qui s’explique par des considérations de genre, modifie un peu la perception des vers, mais on ne saurait dire que l’intention de l’auteur ait été véritablement trahie, car Marot a donné à la plupart de ses épitaphes un ton résolument épigrammatique, à la fois badin et subversif. Dans la seconde étude, Alexandre Piffault entreprend l’inventaire des éditions de Du Bellay au cours des années 1560-1570. Il montre comment les pièces dispersées ont été mises en recueil, comment l’œuvre dans son ensemble a été réaménagée, tant par les « plus affectionnés amis de l’auteur » que par les éditeurs successifs, en fonction surtout de critères génériques. Si leur intention était d’en donner une vision plus uniforme et peut-être plus cohérente, on devine toutefois dans l’entreprise la part des enjeux commerciaux. Le troisième cas, traité par Nicolas Cremona, concerne les Histoires tragiques de François de Rosset, qui ont connu jusqu’au milieu du XVIIIe siècle de très nombreuses rééditions, y compris en province. Les recueils se sont épaissis. Aux histoires sanglantes et baroques de Rosset sont venus s’ajouter d’autres récits, le plus souvent anonymes, plus classiques, moins démonstratifs, s’adaptant constamment aux nouveaux publics. Ce qui pouvait apparaître au départ comme une forme narrative originale n’a cessé en fait d’évoluer à force de réécriture. L’ensemble de ces recueils sert moins aujourd’hui à établir l’histoire d’un genre qu’à fournir un aperçu de l’évolution des goûts romanesques en général. Notons au passage que l’auteur de cette étude n’a pas su remonter aux sources des Histoires tragiques de Rosset. Il est dommage qu’il parle encore d’une soi-disant édition princeps de 1614 qui serait perdue, alors que les actuels moteurs de recherche, particulièrement performants, ont révélé que cette princeps était celle de Paris, François Huby, 1613 (voir par exemple à ce sujet la revue RHR, n° 73, p. 143). Enfin, Florence d’Artois recense les recueils de comédies à la façon de Lope de Vega, qui ont été publiés en Espagne pendant la première moitié du XVIIe siècle. Ce sont le plus souvent des pièces qui avaient été jouées avec succès et qui, offertes cette fois à la lecture, ont connu une seconde carrière. Ces éditions ont contribué à la codification d’un style théâtral qui était à l’origine très irrégulier. Comme pour Rosset, le nom de Lope de Vega, affiché en couverture de recueils dont il n’était pas le seul auteur, a souvent servi de caution commerciale. À travers tous ces exemples, on mesure mieux le rôle essentiel des éditeurs et l’importance du marché du livre dans l’évolution des œuvres sur le long terme et dans la mutation des genres.

4La troisième partie est spécialement consacrée aux livres religieux et scolaires, destinés plus que les autres à des pratiques de lecture renouvelées et susceptibles de se transformer en fonction des usages et des milieux. Là encore, quatre cas sont présentés. Claire Fourquet-Gracieux envisage les rééditions du Psautier de Port-Royal, revues ou corrigées, s’adaptant simultanément à divers lectorats. Geneviève Gross étudie les destinées du Livre des marchans d’Antoine Marcourt, best-seller de la littérature de polémique religieuse dans la sphère francophone et qui est resté tout au long du siècle, même si le contexte de 1533 qui lui avait donné naissance s’est peu à peu modifié, un instrument de reconnaissance identitaire en même temps qu’un modèle de rhétorique réformée. Ruxandra Vulcan poursuit une démarche analogue en montrant comment Pierre Viret, adepte du dialogue dogmatique, a méthodiquement réadapté ses propres textes au cours des années 1545-1564. Pour finir, Olivier Pédeflous décrit le parcours suivi tout au long des siècles d’Ancien Régime par l’Officina et les Epitheta de Ravisius Textor, deux manuels d’écriture poétique qui étaient offerts aux écoles de la première Renaissance.

5En fin de compte, ce recueil d’études bien écrit et soigné, savamment agencé et d’une grande unité, complète – et d’une certaine manière pourrait avantageusement remplacer – le volume sur l’Acte éditorial, publié l’année précédente dans la même collection.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cullière, « Le Discours du livre. Mise en scène du texte et fabrique de l’œuvre sous l’Ancien Régime, études réunies par Anna Arzoumanov, Anne Réach-Ngô et Trung Tran », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12694

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org