Navigation – Plan du site

Alberto Varvaro, La Tragédie de l’Histoire. La dernière œuvre de Froissart

Patricia Victorin
Référence(s) :

Alberto Varvaro, La Tragédie de l’Histoire. La dernière œuvre de Froissart, Paris, Classiques Garnier (« Recherches littéraires médiévales » 8), 2011, 202p.

ISBN 978-2-8124-0326-2

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui vise à accompagner l’édition du livre IV des Chroniques par A. Varvaro (à paraître à Bruxelles, Académie Royale de Belgique), se propose d’éclairer la dernière œuvre de Froissart, couvrant la période allant de 1389 à 1400. Œuvre de l’extrême vieillesse du chroniqueur, ce « chef-d’œuvre » laissé inachevé et encore méconnu méritait l’examen approfondi, érudit et très attentif auquel se livre un des éminents spécialistes et éditeurs des Chroniques de Froissart. La première partie de l’ouvrage est consacrée aux questions de datation du livre IV, en examinant notamment la relation temporelle entre la dernière rédaction (dite de Rome) du livre I et la version d’après le ms. B 67 du livre IV.

2L’auteur argumente point par point pour montrer que le livre IV est postérieur à la rédaction de Rome, contrairement à l’hypothèse formulée par G. T. Diller. A. Varvaro observe notamment que Froissart n’a pas procédé à l’insertion d’« incidences », dont il est coutumier, car il a laissé inachevée cette seconde phase de son travail.

3Il revient aussi sur la séduisante hypothèse de Michel Zink, selon qui Froissart aurait élaboré un lien symbolique et sémantique entre la mort tragique d’Edouard II à l’ouverture du livre I et celle de son successeur Richard II, à la clôture du livre IV. Il n’en demeure pas moins que ces deux rédactions s’avèrent très proches dans le temps.

4Ainsi, Froissart serait mort en 1402, peu après le décès de Catherine de Roët, et c’est un « arrangeur », proche de lui (A. Varvaro suggère les noms d’un membre de la famille de Saint-Pol ou de celle de Croy, p. 32), qui aurait recomposé et reconstitué l’archétype en insérant les fiches dont aurait disposé Froissart ; ce serait aussi à cet « arrangeur » que l’on devrait la rédaction des rubriques et la division en chapitres.

5Cette première partie s’achève sur des observations concernant les premiers possesseurs des manuscrits du livre IV à mettre en regard avec l’annexe 1, portant sur la tradition manuscrite de ce même livre.

6Le second chapitre, intitulé « L’Historien et les événements », traite des modalités de l’écriture de l’histoire en examinant en premier lieu les sources. Ce livre témoigne du souci constant chez Froissart de rencontrer les acteurs et témoins les mieux informés.

7Le savant développement qui passe en revue les erreurs historiques s’avère assez difficile à suivre pour qui n’est pas familier du livre IV ; s’il est nécessaire dans le cadre d’un débat sur la véracité des faits dans la chronique, il prépare aussi le chapitre suivant, très intéressant et novateur, consacré au fonctionnement de la mémoire froissartienne. Enfin, cette partie se clôt, trop brièvement sans doute, sur le « jugement moderne  sur Froissart », qui nous rappelle le succès sans éclipse des Chroniques du XVIe au début du XIXe siècle, avant que l’historiographie positiviste n’en ternisse l’éclat. De gloses en gloses, on retrouve le même reproche de futilité à l’encontre du « pittoresque » chroniqueur et les mêmes poncifs en ce début de XIXe siècle.

8La troisième partie, intitulée sobrement « Les structures du récit », est sans doute la plus stimulante, explorant les catégories spatio-temporelles et montrant  finement que si Froissart ne respecte guère la datation absolue, son œuvre témoigne en revanche d’un souci constant du respect de la succession chronologique relative. On lira notamment avec beaucoup d’intérêt le chapitre consacré au non-dit, autour de la déposition et de la mort de Richard II, dans lequel A. Varvaro souligne combien Froissart maîtrise parfaitement l’art du sous-entendu, de l’implicite et du non-dit.

9Autres spécificités du récit froissartien : le goût du concret, du détail et la place accordée au discours direct, témoignant d’un moment de « conceptualisation majeure » du récit historique. L’anecdote sur le lévrier Mach de Richard II, qui conte comment l’animal se choisit finalement et prophétiquement pour maître le successeur de Richard, Henri, est à cet égard éclairante, revisitant le thème antique du chien d’Ulysse (ou son avatar médiéval du chien de Tristan), autre aspect qui témoigne encore du processus de mythification que Froissart fait subir à son matériau.

10La dernière partie, qui aurait peut-être mérité un autre titre, en écho au beau titre de l’ouvrage, traite de la manière dont Froissart appréhende les concepts de prouesse et de chevalerie, bien loin des clichés qui font du chroniqueur un nostalgique passéiste des fastes d’antan. Au contraire, A. Varvaro nous fait découvrir un chroniqueur parfaitement conscient que les principes chevaleresques sont devenus sources du tragique de l’histoire et qui n’hésite pas à jouer des transpositions mythiques de la réalité. On retiendra ici quelques exemples singuliers. Ainsi, l’enquête à laquelle Varvaro se livre sur le concours de vitesse entre le roi Charles VI et son frère Louis en 1390 ; la  « fête textuelle » – l’expression est de B. Ribémont – autour de l’entrée d’Isabelle de Bavière à Paris ; le duel chevaleresque à travers les joutes de Saint-Inglevert, notamment, ou bien encore le rôle politique et symbolique joué par la cité de Londres.

11Pour conclure, cet ouvrage bref (202 p.) s’avère d’une lecture très précieuse pour qui veut comprendre le livre IV des Chroniques et en mesurer la complexité et l’ambiguïté.

12Signalons enfin que la traduction de l’italien par Amélie Hanus est élégante et perspicace. On ne compte que fort peu de coquilles, parmi lesquelles deux reliquats de l’italien, p. 11, note 3 ; p. 24 Comte di Salisbury ; ou encore p. 21 Philippe l’Hardi.

13L’étude comporte en outre d’utiles annexes sur la tradition manuscrite du livre IV ; les principaux événements y sont retracés ; deux index (des personnes et des lieux), outre une bibliographie bien informée, viennent compléter l’apparat textuel.

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « Alberto Varvaro, La Tragédie de l’Histoire. La dernière œuvre de Froissart », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12692

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org