Navigation – Plan du site

La moisson des lettres : l’invention littéraire autour de 1300, éd. Hélène Bellon-Méguelle, Olivier Collet, Yasmina Foehr-Janssens et Ludivine Jaquiéry

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

La moisson des lettres : l’invention littéraire autour de 1300, éd. Hélène Bellon-Méguelle, Olivier Collet, Yasmina Foehr-Janssens et Ludivine Jaquiéry, Turnhout, Brepols (« TCC » 12), 2011, 399p.

ISBN 978-2-503-53592-0

Texte intégral

  • 1  P.-Y. Badel, Le « Roman de la Rose » au XIVe siècle. Etude de la réception de l’œuvre, Genève, Dro (...)
  • 2  Une nouvelle édition des œuvres de Watriquet de Couvin est toutefois annoncée, sous la responsabil (...)
  • 3  En ce qui concerne Jean de Le Mote, j’espère moi-même pouvoir, en quelque manière, contribuer à un (...)
  • 4  Cf. H. Bellon-Méguelle, Du Temple de Mars à la Chambre de Vénus. Le beau jeu courtois dans les « V (...)
  • 5  Cf. surtout Guillaume de Digulleville. Les Pèlerinages allégoriques, éd. F. Duval et F. Pomel, Ren (...)
  • 6  Voir la thèse d’E. Goudeau soutenue en 2009, sous la direction de C. Roussel, à l’Université de Cl (...)
  • 7  Je me permets de signaler, puisque j’en ai été l’un des organisateurs, le récent colloque « Specul (...)

1C’est à n’en pas douter une excellente idée que de consacrer un volume d’études, à la fois dense et cohérent, aux œuvres littéraires françaises situées à la charnière du XIIIe et du XIVe siècle (c’est-à-dire, plus largement, de 1270 à 1340), qui plus est en le dotant d’un titre qui permet d’emblée – et à juste titre, précisément – de récuser le cliché d’une littérature déjà exsangue, condamnée au ressassement faute d’« invention ». Le XIVe siècle a beau ne plus être le parent pauvre, qu’il a longtemps été, de la littérature médiévale, en particulier grâce aux travaux fondateurs de P.-Y. Badel ou de J. Cerquiglini-Toulet1, trop nombreux sont les auteurs et les œuvres, surtout dans la première moitié de ce siècle, qui restent encore largement négligés – ainsi Watriquet de Couvin2, Jean de Condé ou Jean de Le Mote3 – ou bien qui n’ont commencé que fort récemment à bénéficier d’un regain d’intérêt, tels les Vœux du paon de Jacques de Longuyon4, Guillaume de Digulleville5, Gilles le Muisit6 ou encore Renart le Contrefait7. Contre l’impression trompeuse que « rien n’aurait été écrit entre la rédaction de la continuation du Roman de la Rose par Jean de Meun et les premières œuvres de Guillaume de Machaut, soit entre 1270 et 1340 environ » (p. 17), il importe donc, comme y insiste avec raison H. Bellon-Méguelle dans son introduction, de rappeler de quelle vitalité et de quelles capacités de renouvellement a su faire preuve « une littérature parvenue à maturité, non encore affectée par l’idée mélancolique de déclin qui frappera certains auteurs de la seconde moitié du Moyen Age » (p. 10).  

2Le cadre de cette saine entreprise de « réhabilitation » (p. 13) une fois posé, le lecteur se voit offrir un ensemble de vingt contributions qui, en dépit d’inévitables manques inhérents à une publication de cette nature, où il ne peut être question de viser l’exhaustivité, n’en parvient pas moins à donner la mesure de la richesse et de la variété de la production littéraire à cette époque. Sans entreprendre de rendre à chacune de ces contributions son dû, ce que l’introduction d’H. Bellon-Méguelle se charge déjà de faire, je me contenterai ici d’en indiquer rapidement la teneur, tout en redisant la grande qualité de l’ensemble. Quatre d’entre elles s’intéressent plus particulièrement au contexte de production et de diffusion des œuvres, ainsi qu’à leur contexte manuscrit : celle de S. Lusignan, qui fait l’inventaire des œuvres produites dans l’entourage de Philippe le Bel et de son épouse Jeanne de Navarre, où le français occupe somme toute une faible place face au latin, et plus encore la « fiction poétique » (cf. p. 42) ; celle de M.-H. Tesnière, qui explore le fonds ancien de la Librairie du Louvre, en s’intéressant plus particulièrement aux « encyclopédies, manuels d’instructions religieuses, romans et dits » (p. 51), en l’occurrence ceux de Watriquet de Couvin, dont la bibliothèque de Charles V contenait un plus grand nombre de recueils que ceux qui sont actuellement connus ; celle d’A. Stones, sur deux manuscrits de la Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer ; enfin celle de S. Messerli, sur les multiples interpolations dont le premier copiste du ms. Bodmer 147 bourre sa copie de l’Estoire del Saint Graal, de Merlin et de sa Suite. Quant à la diversité des auteurs et des œuvres, ce sont les autres contributions ici rassemblées qui en donnent la mesure, consacrées les unes à Jacques de Longuyon et à ses Vœux du paon (H. Bellon-Méguelle ; J. van der Meulen, qui s’intéresse plus précisément à l’invention du motif des Neuf Preux), les autres à Baudouin (Y. Foehr-Janssens) ou Jean de Condé (C. van Coolput-Storms), à la Chronique métrique comme « lieu d’élucidation » (p. 158) du fameux ms. BNF, fr. 146 (Ph. Frieden), à la Clef d’amour et autres textes témoignant des particularités de la réception d’Ovide en français autour de 1300 (J.-Y. Tilliette), à Jean de Vignay, qui dans son Miroir historial fait selon M. Cavagna du « calque syntaxique et lexical […] un choix d’ordre stylistique et formel » (p. 193), à la Somme le roi de frère Laurent et à sa diffusion manuscrite (A.-F. Leurquin-Labie), à Guillaume de Digulleville (F. Duval, qui veut « remettre au cœur de l’interprétation le message de Guillaume », p. 241 ; F. Pomel, qui s’intéresse aux « modèles de la fiction allégorique dans les songes-cadres »), au Roman du châtelain de Couci, au Roman du comte d’Anjou et à leur propension à glisser vers le dit (F. Mora), à Renart le Contrefait (l’article de L. Brun dissimulant derrière un titre passe-partout une intéressante découverte sur l’origine de la partie en prose de la seconde rédaction), à La Panthère d’amour de Nicole de Margival (J. Cerquiglini-Toulet). En hommage à la virtuosité dont sait faire preuve cette « littérature parvenue à maturité », le volume se referme sur trois contributions qui mettent à l’honneur les jeux de langage, « dérapages verbaux » du Jeu de la feuillée d’Adam de la Halle (J.-C. Mühlethaler), non-sens revendiqué des sottes chansons (P. Uhl) et des Fatrasies d’Arras (G. Angeli).

Notes

1  P.-Y. Badel, Le « Roman de la Rose » au XIVe siècle. Etude de la réception de l’œuvre, Genève, Droz, 1980 ; J. Cerquiglini-Toulet, La couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au XIVe siècle, Paris, Hatier, 1993.

2  Une nouvelle édition des œuvres de Watriquet de Couvin est toutefois annoncée, sous la responsabilité de T. Van Hemelryck.

3  En ce qui concerne Jean de Le Mote, j’espère moi-même pouvoir, en quelque manière, contribuer à une meilleure appréciation de son œuvre en lui consacrant mon travail d’habilitation à diriger les recherches.

4  Cf. H. Bellon-Méguelle, Du Temple de Mars à la Chambre de Vénus. Le beau jeu courtois dans les « Vœux du paon », Paris, Champion, 2008 ; Les « Vœux du paon » de Jacques de Longuyon : originalité et rayonnement, éd. C. Gaullier-Bougassas, Paris, Klincksieck, 2011.

5  Cf. surtout Guillaume de Digulleville. Les Pèlerinages allégoriques, éd. F. Duval et F. Pomel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

6  Voir la thèse d’E. Goudeau soutenue en 2009, sous la direction de C. Roussel, à l’Université de Clermont-Ferrand II, qui propose une nouvelle édition (partielle) des œuvres de Gilles le Muisit.

7  Je me permets de signaler, puisque j’en ai été l’un des organisateurs, le récent colloque « Speculum vulpis. Pour une redécouverte de Renart le Contrefait » qui a eu lieu à Bruxelles en mai 2011 et dont les actes doivent paraître aux Presses Universitaires de Bruxelles. Une nouvelle édition de la première rédaction de Renart le Contrefait, sous la direction de C. Füg-Pierreville, est par ailleurs annoncée.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « La moisson des lettres : l’invention littéraire autour de 1300, éd. Hélène Bellon-Méguelle, Olivier Collet, Yasmina Foehr-Janssens et Ludivine Jaquiéry », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12689

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org