Navigation – Plan du site

Noëlle-Laetitia Perret, Les traductions françaises du « De regimine principum » de Gilles de Rome. Parcours matériel, culturel et intellectuel d’un discours sur l’éducation

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Noëlle-Laetitia Perret, Les traductions françaises du « De regimine principum » de Gilles de Rome. Parcours matériel, culturel et intellectuel d’un discours sur l’éducation, Leiden, Brill, 2011, 465p.

ISBN 978-90-04-20619-9

Texte intégral

  • 1  Li Livres du gouvernement des rois, éd. S. P. Molenaer, New York, Columbia University Press, 1899 (...)

1Ce n’est certes pas d’aujourd’hui que la critique s’intéresse à la diffusion en langue française du De regimine principum de Gilles de Rome, probablement le plus fameux des « miroirs aux princes » médiévaux, qui fut composé vers 1279 à l’intention de Philippe le Bel : dès 1899 en effet, S. P. Molenaer1 a procuré une édition (à partir d’un seul manuscrit) de la première traduction française de ce texte, datée de 1282, par Henri de Gauchi, qui reste à ce jour la seule existante ; beaucoup plus récemment, O. Merisalo a consacré plusieurs articles, signalés dans la bibliographie du présent ouvrage, à ce sujet. Néanmoins, c’est à Noëlle-Laetitia Perret que revient l’incontestable mérite d’avoir repris, à nouveaux frais, l’ensemble du dossier et d’avoir soumis à un examen approfondi les quarante-deux manuscrits – dont huit étaient jusqu’à présent inconnus – contenant une version française du De regimine, mettant ainsi en évidence, du XIIIe au XVe siècle, l’existence de sept traductions françaises différentes, dont la dernière, c’est-à-dire probablement la plus tardive, n’avait pas encore été repérée.

  • 2  Je tire ce nombre, qui n’est pas donné dans le corps du texte, de la note 1 p. 33.

2Après une introduction surtout consacrée à situer le De regimine de Gilles de Rome dans son contexte, ce qui est notamment l’occasion de dire le rôle qu’a pu jouer ce traité, influencé par Thomas d’Aquin, dans la diffusion de la pensée éthique, économique et politique d’Aristote (ces trois domaines correspondant aux trois livres dont est constitué l’ouvrage), puis un premier chapitre, lui aussi introductif, rappelant le succès exceptionnel qu’a rencontré le De regimine aussi bien en latin (plus de 280 manuscrits recensés2 et onze éditions jusqu’au début du XVIIe siècle) que dans la plupart des langues vernaculaires de l’Europe, on en vient au cœur de l’étude, c’est-à-dire à l’examen des différentes traductions françaises et de leur diffusion manuscrite. Ces sept traductions françaises du De regimine, dont les principales caractéristiques sont d’abord présentées dans le Chapitre II, puis utilement synthétisées en conclusion (ou Chapitre XIV), peuvent être réparties en deux groupes : d’un côté la traduction d’Henri de Gauchi, qui se distingue des autres à la fois parce que c’est la première (la date de 1282 se trouve dans le ms. de Dole), l’une des plus autorisées, si l’on peut dire, puisqu’elle a été faite – comme le traité original en latin – pour Philippe le Bel, et de loin la plus diffusée, étant conservée dans trente-six manuscrits, et en même temps parce qu’elle offre une version nettement abrégée et simplifiée du De regimine, et par là plus accessible à un public laïc ; de l’autre, une série de six unica conservant chacun une traduction différente du De regimine, mais qui peuvent globalement se caractériser par leur plus grande fidélité au texte source, selon des modalités diverses qui vont de la traduction très littérale de Gilles Deschamps (1420) à celle de Jean Wauquelin (1452), qui se donne explicitement pour objet de renouveler une « translation […] ja eviellé » (cf. p. 83), en passant par la traduction non seulement intégrale mais glosée qu’un certain Guillaume destinait en 1330 à Guillaume de Beles Voies, qui selon O. Merisalo était lieutenant du bailli d’Orléans à la même époque. Après cette première étape, le Chapitre III propose un examen d’ensemble du contexte manuscrit de ces différentes versions françaises du De regimine, où l’on trouve notamment d’intéressantes remarques concernant les autres textes auxquelles la traduction – qui toutefois apparaît seule dans vingt-cinq manuscrits – peut se trouver associée (en particulier le Trésor de Brunetto Latini, les deux textes en venant même à se mélanger dans le BNF, fr. 566), mais où l’on pourra regretter que la question iconographique soit expédiée en une seule page, NLP prenant pourtant le soin de noter que « 35 des 42 manuscrits recensés possèdent des miniatures et sont, la plupart du temps, richement ornés » (p. 104). Ces manuscrits, comme le montre le Chapitre IV (« Les possesseurs et lecteurs du Livre du gouvernement des rois et des princes »), étaient à quelques rares exceptions près – ce n’est pas une surprise – destinés à la plus haute noblesse et se trouvaient dans la plupart des bibliothèques royales ou princières du temps, parfois en plusieurs exemplaires, ainsi dans les bibliothèques de Charles V ou de Philippe le Bon ; de là NLP peut conclure à bon droit à la « renommée internationale » (titre du Chapitre V, qui est aussi la conclusion de la première partie de l’étude) du De regimine, sans toutefois qu’il soit possible de savoir si tous ces « possesseurs » faisaient autant de « lecteurs », puisque « seuls 3 manuscrits, sur les 42 recensés, portent des marques de lecture et donc la preuve d’un intérêt direct de leurs possesseurs » (p. 118).

3Je passe plus rapidement sur la deuxième partie de l’étude, qui se propose de comparer le texte latin de Gilles de Rome – également mis en perspective par le recours à d’autres « miroirs aux princes » contemporains – avec celui de ses traductions françaises, en se concentrant sur la partie du traité (deuxième partie du deuxième livre) réservée à l’éducation. Sont ainsi successivement abordés, après un développement (Chapitre VI) sur les sources mises à contribution par Gilles de Rome sur ce sujet, différents points, concernant la conception de l’éducation et de l’homme comme être sociable (Chapitre VII), les périodes de l’enfance (Chapitre VIII), l’éducation des filles (Chapitre IX), l’apprentissage des règles de maintien de soi et de vie en société (Chapitre X), enfin les qualités qui font un bon maître (Chapitre XI). Même s’il ne s’agissait pas, étant donné l’ampleur de la tâche, de mener une telle comparaison entre texte source et textes cibles pour l’intégralité du De regimine, et que NLP a bien dû faire un choix, d’ailleurs justifié p. 28-29, on peut regretter que la dimension politique du traité de Gilles de Rome, évidemment essentielle, se trouve ainsi escamotée au profit de questions éducatives qui ne sont certes pas sans intérêt, mais ne constituent pas le centre d’intérêt majeur de l’ouvrage, ni de notre point de vue, ni – on peut le supposer, à défaut de pouvoir le démontrer – du point de vue de ses lecteurs médiévaux. Enfin, une troisième partie est réservée à l’établissement d’un catalogue raisonné des quarante-deux manuscrits comportant une traduction française du De regimine (Chapitre XIII), ainsi qu’à la conclusion d’ensemble (Chapitre XIV).

4En somme, NLP nous livre ici une étude d’un grand intérêt, à laquelle je ne vois guère qu’un reproche à adresser : si on laisse de côté un certain manque de finition (de rares erreurs ou contradictions, par ex. p. 45 à propos de Guillaume Durand ; des références bibliographiques souvent redondantes, qui alourdissent inutilement les notes), ce qui m’a le plus gêné à la lecture concerne les transcriptions, trop souvent fautives ou incohérentes, à cause notamment d’un usage plus ou moins anarchique – ou d’une absence d’usage – des signes de ponctuation, des principaux signes diacritiques et de la distinction i / j et u / v, d’où par exemple un improbable télé pour tele, note 18 p. 128, ou le non moins improbable substantif ingement, que suit de peu le verbe inger, p. 383, et bien d’autres surprises encore. De telles erreurs seraient vraiment problématiques si elles devaient amener à douter de la connaissance qu’a NLP du moyen français ; on n’en est pas encore tout à fait là, mais un peu plus de rigueur sur ce point n’eût certes pas nui à la qualité du propos.

Notes

1  Li Livres du gouvernement des rois, éd. S. P. Molenaer, New York, Columbia University Press, 1899 (reprint New York, AMS Press, 1966); édition d’après le ms. de la Pierpont Morgan Library.

2  Je tire ce nombre, qui n’est pas donné dans le corps du texte, de la note 1 p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Noëlle-Laetitia Perret, Les traductions françaises du « De regimine principum » de Gilles de Rome. Parcours matériel, culturel et intellectuel d’un discours sur l’éducation », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12686

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org