Navigation – Plan du site

Gilles de Rome, Théorèmes sur l’être et l’essence, introduction, traduction et notes de Stéphane Mercier

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Gilles de Rome, Théorèmes sur l’être et l’essence, introduction, traduction et notes de Stéphane Mercier, Paris, Les Belles Lettres (« Sagesses médiévales »), 2011, 268p.

ISBN 978-2-251-18112-7

Texte intégral

  • 1  Edgar Hocedez, Aegidii Romani Theoremata de esse et essentia, Louvain, Museum Lessianum, 1930 et G (...)

1Stéphane Mercier fait précéder sa traduction annotée du traité de Gilles de Rome (p. 109‑240) d’un bref avant-propos (p. XI‑XII) et d’une longue introduction (p. 1‑108). Il la fait suivre d’un appendice (p. 241‑246 : « Les différences entre composition de matière-forme et d’essence-être chez Cajetan », où il traduit et annote le chapitre 5 du Commentarius in De ente et essentiae sancti Thomaedu maître dominicain, étant entendu que ce texte éclaire le théorème 6 de Gilles) ainsi que d’une bibliographie en deux parties (p. 247‑250 : « Œuvres de Gilles » ; p. 250‑263 : « Études et articles : bibliographie sélective »). Au final, le traité Théorèmes sur l’être et sur l’essence lui-même s’étend seulement sur la moitié du volume ; et sans doute occuperait-il moins de place, si on en extrayait les quelque 200 notes, certaines copieuses, insérées au bas des pages de la traduction, pour les réunir dans un même ensemble. C’est dire le soin avec lequel le traducteur s’est acquitté de sa tâche, en réalisant cette première version française intégrale d’un texte dont l’édition critique remonte à 1930 et la version anglaise à 19521.

2L’introduction, « Gilles de Rome et la métaphysique de l’être », est divisée en trois parties, dont les titres parlent d’eux-mêmes : « Vie et principales œuvres de Gilles de Rome » (né probablement à Rome vers 1243/7 et mort en Avignon en 1316) ; « Gilles de Rome et Henri de Gand » et « Le statut de l’esse égidien ». Cette centaine de pages permet au lecteur d’accéder aux informations indispensables pour lire en connaissance de cause ces Théorèmes écrits entre 1281 et 1285, et, plus largement, pour avoir quelques aperçus bio- et bibliographiques sur leur auteur. Frère du récent Ordre des ermites de saint Augustin – créé en 1256 à l’instigation du pape Alexandre IV, que préoccupait la lutte contre l’hérésie –, Gilles s’avère être un des maîtres de premier plan pendant ces quarante ans qui vont de 1276 à 1316. Un tel élargissement de la documentation est opportun : pour dense et rigoureuse qu’elle soit, l’argumentation développée tout au long des vingt-deux théorèmes égidiens cherche à se faire entendre dans un environnement conflictuel, même si elle est elle-même très discrète sur ce point et qu’il faut recourir à des informations annexes pour documenter cette hostilité ambiante. А la fin du mois de mars 1277, Gilles préfère interrompre son cursus universitaire parisien plutôt qu’être forcé de désavouer 51 thèses qui avaient été extraites de son commentaire des Sentences par une commission d’experts réunie à l’initiative de l’évêque de Paris, Étienne Tempier. Pendant sa retraite forcée, et tout en se dévouant à son Ordre, il rédige ces Théorèmes, qui « représentent une étape essentielle, mais non pas unique du traitement par Gilles de Rome de la difficile question touchant les rapports entre l’essence et l’existence des substances créées » (p. 41). Par la suite, à la faveur d’un changement à Rome de pape et à Paris d’évêque, Gilles réintègre l’université et mène ses études à leur terme en obtenant, sans doute en autonome 1286, la maîtrise en théologie. Il soutient entre 1285 et 1291 six Quodlibeta. Il y reprend et y affine le thème de ses Théorèmes, en débattant pour l’essentiel avec le membre le plus éminent de la commission d’experts de 1277, le plus réservé aussi sur les mesures disciplinaires, le séculier Henri de Gand, son aîné, « que l’on peut à bon droit regarder comme son interlocuteur privilégié » (p. 41 ; voir le tableau de la p. 43). Toutefois, le désaccord entre les deux maîtres s’était déjа exprimé avant la célèbre condamnation du 7 mars 1277, qui a précédé de quelques jours la propre mise en accusation de Gilles (voir le tableau de la p. 16).

3« La source principale du différend entre Gilles et Henri » (p. 45), « le point de départ » (p. 62), « le point névralgique de la controverse » (p. 63), « le cœur de la dispute » (p. 63), c’est le sens à donner au verbe participare dès lors qu’il s’applique aux rapports de l’être et de l’essence. Pris au sens de partem capere, ce verbe implique la distinction réelle de l’être et de l’essence ; c’est lа la thèse soutenue par Gilles de Rome, qui est très logiquement présentée et développée dès le premier des Théorèmes. Mais pris dans un autre sens, participaren’implique qu’une « distinction intentionnelle, intermédiaire entre la distinction réelle et la distinction de raison. (…) La distinction intentionnelle renvoie à des contenus mentaux distincts, mais manquant d’une telle consistance en dehors de l’intellect » (p. 51) ; c’est cette fois la thèse défendue par Henri de Gand. Au-delа de ces prises de position antinomiques en ontologie, se profile un enjeu qui est fondamental pour des consciences chrétiennes : rendre la problématique des rapports de l’être et de l’essence compatible avec une vision créationniste du monde. Gilles en fait explicitement l’aveu : « L’unique motif pour lequel nous cherchons à établir que l’être est une chose différente de l’essence est de pouvoir soutenir que les choses créées sont composées, susceptibles d’être créées, et de pouvoir être et ne pas être » (Théorèmes, 19, p. 217). De son côté, Henri de Gand estime que Gilles « dote l’essence possible d’une consistance inadmissible et, en tout état de cause, incompatible avec l’idée d’une véritable création » (p. 72). C’est donc au nom d’une même foi que les deux maîtres développent des ontologies incompatibles entre elles.

4La traduction de Stéphane Mercier est attentive aux nuances du texte égidien, dont elle rend avec bonheur le cheminement complexe. Elle se démarque à plusieurs reprises, et à bon escient, de celle Michael V. Murray. On peut regretter que la bibliographie ne témoigne pas toujours du même soin. Un article de Pierre Hadot est mentionné dans l’introduction (p. 65, n. 78 et 79 et p. 67-68, n. 87), selon la convention adoptée dans l’ouvrage, par les seules mentions du nom de l’auteur et de l’année de parution, étant entendu que l’ensemble des références se trouve dans la bibliographie finale. Or celle-ci ne contient pas d’entrée Hadot, l’article restant donc sans référence ; en fait : « La distinction de l’être et de l’étant dans le De hebdomadibus de Boèce », dans P. Wilpert et W. Eckert (éd.), Die Metaphysik im Mittelalter, Berlin / New York, W. de Gruyter, 1963, p. 147-153. La même anomalie se reproduit avec Doig, 1972 (p. 10, n. 15), Egenter (p. 91 n. 55 et 96, sans mention cette fois de l’année), Rivière, 1926 (p. 35, n. 80). А l’inverse, Josef Gredt, Elemanta philosophiae aristotelico-thomistacae, Fribourg, Herder, 1926 est donné dans le texte, p. 112, n. 6, mais est omis dans la bibliographie. On peut s’étonner que, sur un événement qui a joué un si grand rôle dans la vie de Gilles, la condamnation du 7 mars 1277 et ses suites immédiates, les seuls livres retenus soient ceux de Roland Hissette de 1977 et de Johannes M. M. Hans Thijssen de 1998. Que deviennent ceux de Kurt Flasch, Aufklärung im Mittelalter ? Die Verurteilung von 1277. Das Dokument des Bischofs von Paris übersetzt und erklärt, Mainz, Dieterich, 1989 et de David Piché, La condamnation parisienne de 1277. Nouvelle édition du texte latin, traduction, introduction et commentaire, Paris, Vrin, 1999 ? Ils apportent sur l’événement en question des éclairages qui méritent, me semble-t-il, d’être au moins discutés. Curieusement, Alain Boureau, « La censure dans les universités médiévales », Annales. Histoire, Sciences sociales, 55, 2 (2000), p. 313-323 est cité p. 10, n. 16 et retenu dans la bibliographie ; mais sont absents de cette dernière les deux articles parus deux ans plus tard dans la même revue sous le titre général de « La censure au Moyen Âge » avec, d’une part, Luca Bianchi, « Un Moyen Âge sans censure ? Réponse à Alain Boureau », p. 733-743 et, de l’autre, Alain Boureau, « Dialogue avec Luca Bianchi », p. 745-749 : le débat qui, à l’occasion du premier article de Boureau, s’est instauré entre les deux médiévistes est donc ignoré. On regrette enfin que la date de parution de son ouvrage n’ait pas permis à Stéphane Mercier de tirer parti de Sylvain Piron, « Le plan de l’évêque. Pour une critique interne de la condamnation du 7 mars 1277 », Recherches de théologie et philosophie médiévale, 78, 2 (2011), p. 383-415 : cette étude jette un regard neuf sur cette fameuse crise de mars 1277. Sa lecture conduit à s’interroger sur le bien-fondé de la remarque : « Ce n’est pas que la droiture des intentions de l’évêque Tempier soit en cause ici, mais on doit reconnaître qu’il n’a pas voulu procéder en pleine conformité avec les règles en vigueur » (p. 23 ).

  • 2  Signalons un apport récent à la bibliographie de Gilles : Noëlle-Laetitia Perret, Les traductions (...)

5Ces quelques remarques critiques ne sauraient faire oublier l’intérêt du volume pour le public francophone et, plus généralement, pour l’histoire de la philosophie médiévale2.

Notes

1  Edgar Hocedez, Aegidii Romani Theoremata de esse et essentia, Louvain, Museum Lessianum, 1930 et Giles of Rome, Theorems on Existence and Essence, trad. Michael V. Murray,Milwaukee (WI), Marquette University Press, 1952 et 19732.

2  Signalons un apport récent à la bibliographie de Gilles : Noëlle-Laetitia Perret, Les traductions françaises du De regimine principum de Gilles de Rome. Parcours matériel, culturel et intellectuel d’un discours sur l’éducation, Leyde, Brill, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Gilles de Rome, Théorèmes sur l’être et l’essence, introduction, traduction et notes de Stéphane Mercier », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12683

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org