Navigation – Plan du site

Karin Ueltschi, Le pied qui cloche ou le lignage des boiteux

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Karin Ueltschi, Le pied qui cloche ou le lignage des boiteux, Paris, Champion (« Essais sur le Moyen Âge » 53), 2011, 323p.

ISBN 978-2-7453-2294-4

Texte intégral

1Le présent essai s’inscrit dans la suite du précédent ouvrage de l’auteur, La main coupée : « une nouvelle fois, [K. Ueltschi s’attache] à étudier un ‘motif’, notion qu[elle] conç[oit] comme un agglomérat de sèmes ou plutôt de mythèmes » (p. 20). Elle y poursuit son observation des extrémités, en s’intéressant au pied, qu’elle considère comme « métonymie de l’homme » (p. 11), aussi bien dans les traditions populaires que savantes.

2Le premier chapitre concerne les « mots, thèmes, motifs ». L’auteur étudie les champs lexicologiques et sémantiques autour du pied, mais également de la chaussure ou de toutes les réalités qui ont à voir avec le motif, avant de spécifier l’enquête autour du pied qui cloche. On observe, dès ce premier chapitre, des convergences subodorées, mais jamais aussi nettement démontrées. Ainsi, le cheval, le pèlerin, le malade, le mendiant, le nain ou le fou se rapprochent par le fait qu’ils sont les sujets les plus fréquents du verbe clochier ; la cécité, la rousseur sont souvent associées à la boiterie ; on rencontre des Claude ou autres Claudin ou Clopinel, par exemple. Le réseau de motifs qui se constellent autour de la boiterie sont analysés dans le cas significatif du Conte du Graal. « Qu’en conclure à cette étape ? Le pied, manifestement, est au cœur d’un complexe, d’une cohérence, d’un sen qui établit  une parenté entre le boiteux et le forgeron, entre chaussures et béquilles, entre métal, fer et eau. Le pied se trouve au cœur d’une interrogation sur la notion de frontière et de trépas. Enfin, notre investigation préliminaire montre que toute histoire de boiterie est une histoire de lignage et d’atavisme » (p. 75).

3Le chapitre II évoque « dynasties et jeux de miroir ». Le lecteur y comprend les liens qui unissent Œdipe et Judas, deux enfants mal aimés, dont la boiterie est un signe de péché. Il comprend également la place des lignages de forgerons et/ou de nains (les nains-forgerons comme Reginn ou Mime, tout particulièrement), voire de l’identité juive, dans le réseau signifiant de la boiterie, en raison notamment de la « foncière ambiguïté de [cette] infirmité : faute ou marque particulière d’élection » (p. 118). Il dessine de véritables lignées d’éclopés, autour de la « logique salvatrice de guérison de l’âme à travers les soins du pied » (p. 118), à partir de l’imaginaire biblique, jusqu’à l’évocation de véritables « monstres sacrés » dont l’infirmité est une marque d’élection divine. K. Ueltschi retrouve par la suite les autres stigmates ambivalents évoqués d’abord au plan langagier : rousseur, mais aussi lèpre.

4La méthode et la sensibilité de K. Ueltschi sont particulièrement claires dans le chapitre III, « Realia, Mirabilia », qui débute par une observation avec laquelle on ne peut que s’accorder et qui donne un résumé de la démarche d’ensemble de l’ouvrage : « Les volutes de l’imaginaire s’enracinent dans l’épaisseur du réel : celle de la nature, des éléments, de la matière, mais aussi des objets et des métiers. Par déplacement métonymique, les problématiques autour du pied qui cloche et du boiteux se reportent sur les objets qui y touchent : les chaussures se trouvent par là même investies à leur tour de ces senefiances et contribuent efficacement à les représenter et à les figurer. En même temps, le réseau analogique s’enrichit grâce à l’apport de ces nouveaux éléments, en l’occurrence non seulement tout ce qui a trait au soulier, mais aussi aux matières dont il est fait, et à l’artisan qui le fabrique » (p. 143). La chercheuse limite le risque d’extension incontrôlable de l’analogie par l’exigence de « redondance sémique » (p. 144) entre différentes convergences analogiques. Après l’observation des chaussures, souliers, cordonniers ou savetiers, il est question de passages, de transports, par le moyen de bottes faés, par exemple, ou de métamorphoses. L’auteur met en lumière les liens entre l’imaginaire de la chaussure et les questions des cycles de fertilité ou des liens entre vivants et morts. On découvre, par exemple, un étonnant arbre à chaussures, emprunté à la Vision de Godescalc. Ce type de « rencontre » n’est pas surprenant dans cet ouvrage qui est marqué par la grande érudition et la curiosité sans bornes de l’auteur. On rejoint d’ailleurs ensuite le cheval et particulièrement la question du cheval boiteux, après le parcours d’îles ou de volcans, notamment en raison de son caractère psychopompe.

5Le chapitre IV est consacré aux « seuils », comme ceux qui séparent les mondes ou les vivants des morts. On y rencontre également des unijambistes ou des hybrides, voire des êtres diaboliques. K. Ueltschi aborde les questions du saut et de la danse, de la taille du pied (entre Cendrillon et Berthe) ou de la royauté mehaigniee. On le perçoit, le cheminement peut sembler surprenant. En réalité, il est complexe, mais très efficace et cohérent à la lecture. Le volume se lit aisément et avec plaisir. On est sans cesse entre découverte d’associations imprévues et confirmations d’intuitions de lecture. C’est une véritable intelligence – au sens fort – au travail.

6Comme pour le précédent volume de l’auteur, il faut saluer la richesse du corpus d’étude, la bibliographie riche et diversifiée, ainsi que la multitude de pistes de réflexion qu’il propose. Sa lecture est donc des plus stimulantes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Karin Ueltschi, Le pied qui cloche ou le lignage des boiteux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12673

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org