Navigation – Plan du site

Bruno Roy, Pathelin, l’hypothèse Triboulet

Estelle Doudet
Référence(s) :

Bruno Roy, Pathelin, l’hypothèse Triboulet, Orléans, Paradigme (« Medievalia » 71), 2009, 170p.

ISBN 978-2-86878-281-6

Texte intégral

1Le présent ouvrage témoigne, comme le souligne  son auteur, d’un « voyage en Pathelinie » de trois décennies. Érigée en « modèle du genre », la Farce de Maistre Pathelin échappe pourtant, comme on le sait, au format de ces pièces – étant trois fois plus longue que les 500 vers habituels des farces. Elle oppose une résistance têtue aux tentatives de localisation – sa langue, parisienne, est nuancée de traits angevins. Elle foisonne enfin de mystères lexicaux et d’obscurités référentielles. Elle appelle donc, de la part du critique, à un cheminement requérant modestie, patience et astuce. Ces trois qualités sont présentes dans ce livre, où le savant quinzièmiste a rassemblé une dizaine d’études déjà publiées. L’organisation des onze brefs chapitres adoptant un rythme à sauts et à gambades, nous résumerons ici par commodité les perspectives étudiées en trois groupes : l’ancrage de la pièce dans le milieu de la cour angevine ; les références à des personnalités contemporaines ; la continuation de ce jeu de masques dans le Veterator, adaptation latine de la pièce.

2La recherche de l’auteur de Pathelin a fait couler beaucoup d’encre depuis le XIXe siècle, bien que la question ne soit peut-être pas essentielle. Les récentes études lexicographiques de Y. Greub (Les mots régionaux dans les farces françaises, Strasbourg, 2003) semblent soutenir l’hypothèse de l’origine angevine, argumentée par B. Roy quelques années auparavant (chapitre 9). Cet ancrage légitimait en quelque sorte une enquête dans les milieux de la cour angevine, autour de René d’Anjou. Telle est la source de l’hypothèse Triboulet, développée dans les chapitres 1, 4 et 8. B. Roy y montre que l’activité dramatique dans l’entourage de René d’Anjou trouvait l’un de ses animateurs dans le fou du prince, Triboulet. Sa fonction, richement rétribuée, de « préludeur » demeure encore assez imprécise : de quels divertissements le fou était-il en charge et à quelles occasions ? En tout cas, la présence d’une troupe autour de cet homme de spectacle, et peut-être d’un répertoire, est plausible. Pathelin en faisait-il partie ? À cette question, comme on le sait, B. Roy répond par l’affirmative, tout en restant assez prudent sur la désignation de Triboulet comme « auteur » du jeu. Creusant cette piste, le critique a retracé l’histoire de la famille provençale des Triboulet, jusqu’à découvrir une affaire judiciaire où le comportement d’un témoin refusant de répondre autre chose que « buff ! » aux enquêteurs semble offrir un écho anticipé à la réplique de Thibault l’Aignelet. Est-ce là la préhistoire du « bée » ? (chapitre 4).

3Voyant en Pathelin une possible « revue de la cour angevine dans les années 1450 », B. Roy a mené une enquête méticuleuse sur les jeux de scène et les personnages de la pièce. Le chapitre 8 souligne l’importance du commerce du textile, les personnages ne cessant d’échanger du drap. Certes cette realia peut également être lue comme un motif littéraire, assez habituel dans les nouvelles et les farces de la même époque. Plusieurs autres chapitres proposent d’identifier certaines personnalités contemporaines que le jeu croquerait, comme Martin Galant ou Thibault Belin, employés de la famille d’Anjou (chapitre 3). Plus stimulante peut-être nous paraît la piste de Guillaume Josseaume. Que le drapier porte le nom d’un prédicateur célèbre et scandaleux n’est certainement pas un hasard et la relecture proposée par B. Roy, décelant sous l’habit du commerçant celui du franciscain (chapitres 2, 5 et 10), est fine et convaincante. La découverte d’un autre Josseaume, cette fois victime d’une spoliation (chapitre 7), est évidemment intéressante, mais on peut se demander si ce surcroît de sens ne brouille pas davantage le cryptage qu’elle ne le rend efficace. Que le lecteur adhère ou non à ces éclairages, ils prouvent du moins que l’incroyable richesse herméneutique de Pathelin.  

4Deux autres articles abordent des points de détail. Le chapitre 6 propose une lecture d’une réplique obscure de guillemette (« sans le mien ! »). Le chapitre 11 questionne le Veterator, autre pièce énigmatique, qui pourrait être dû à la plume de Nicolas Barthélémy, humaniste du début du XVIe siècle, auteur de Momiae pour les collèges. Les intuitions de B. Roy ont le mérite d’attirer l’attention sur la circulation des textes dramatiques à travers divers univers socieux contemporains : mondes des cours, des villes, des écoles ; culture festive du XVe siècle, culture humaniste du XVIe siècle. La circulation que le témoignage de Rabelais a, depuis longtemps, rendu familier aux chercheurs est d’évidence aussi à l’œuvre dans Pathelin. Que le lecteur soit ou non, parfois ou toujours convaincu, le recueil de B. Roy offre le stimulant exemple d’un travail à la fois minutieux et hardi.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Bruno Roy, Pathelin, l’hypothèse Triboulet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12638

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org