Navigation – Plan du site

Le « Conte de la Charrette » dans le « Lancelot » en prose : une version divergente de la « Vulgate », éd. Annie Combes

Gabriella Parussa
Référence(s) :

Le « Conte de la Charrette » dans le « Lancelot » en prose : une version divergente de la « Vulgate », éd. Annie Combes, Paris, Champion 2009 (« CFMA » 158), 785p.

ISBN 978-2-74531-710-0

Texte intégral

1Annie Combes propose dans ce volume une édition de la partie du Lancelot en prose qui correspond au récit de La Charette et peut donc s’appréhender comme une mise en prose du roman de Chrétien de Troyes qui porte le même titre. Etant donné la complexité de la tradition textuelle de La Charette en prose et des textes qui lui sont corrélés, A.C. offre au lecteur, en guise d’introduction, un important dossier codicologique, philologique et littéraire visant à expliquer les rapports entre ce texte et l’ensemble connu sous le titre de Vulgate.

2A l’heure où l’on s’intéresse de plus en plus aux mises en prose, il était sans doute nécessaire de faire connaître cette version particulière de La Charrette en prose, qui diffère de celle connue par les précédentes éditions du Lancelot en prose (Sommer, Micha, Kennedy). Cette version, à qui on a attribué le sigle γ, nous est parvenue dans trois manuscrits, tous postérieurs à 1345, mais elle date certainement d’une époque plus ancienne. Elle offre la particularité de constituer une mise en prose très fidèle du roman de Chrétien de Troyes, beaucoup plus fidèle que les versions précédemment éditées ; de plus, elle présente des passages dont on ne connaît pas la source et des insertions qui sont des réécritures de la Vulgate. Il s’agit donc d’un vrai travail de réécriture qui correspond à un projet ambitieux de la part de l’auteur demeuré anonyme, projet que A.C. veut mettre en lumière, en donnant accès à cette version inconnue de l’épisode pourtant célèbre de la vie de Lancelot.

3Malgré les efforts de clarté et de précision accomplis par A.C., la partie de l’introduction qui présente la tradition manuscrite de ce texte et les rapports de celui-ci avec la tradition manuscrite de la Vulgate reste complexe et demeurera obscure pour tout lecteur non familiarisé avec ce type de problématique. On ne peut pas en tenir rigueur à l’éditrice, car les informations fournies – garantie d’un travail philologique sérieux – sont nécessaires aux spécialistes pour comprendre et éventuellement remettre en cause les choix éditoriaux, mais il aurait peut-être été possible d’en simplifier certains aspects pour faciliter l’accès au texte et aux problèmes soulevés par ce type d’édition.

4Nous retiendrons que l’édition se fonde sur un manuscrit de base, Paris, BnF fr. 117-120, et en particulier sur la partie contenue dans le volume fr. 119 (Aa), pour les § 1 à 220, ensuite sur le manuscrit Paris, BnF fr. 122 (Ab), qui a été composé à Tournai en 1345, pour les § 221-233. Cette version de La Charette en prose se trouve aussi dans un troisième manuscrit parisien : Arsenal 3480 (Ac), datant du tout début du XVe siècle. La mise en prose devrait dater, d’après les hypothèses formulées par A.C., « du début du XIVe s. » (p. 145), étant plus récente que les premiers dérimages du XIIIe siècle, mais beaucoup plus ancienne que les nombreuses mises en prose du XVe siècle.

5La tâche de l’éditeur est compliquée par la coexistence de versions différentes, et par la présence de remaniements, élagages et ajouts que l’on ne sait pas dater et que l’on ne peut pas attribuer à un remanieur ou à un scribe en particulier. Si la possibilité de reconstituer un original d’auteur se révèle souvent une chimère, l’idée même d’auteur premier et d’Urtext semble devenir de plus en plus une illusion d’optique. Dans une tradition textuelle aussi complexe, face à la foisonnante variété des leçons et au nombre des passages qui ne se retrouvent que dans un seul des manuscrits ou qui sont totalement différents dans chaque copie, l’éditeur est obligé de se montrer prudent.

6Il suffit de lire attentivement l’introduction pour relever les nombreuses précautions prises par A.C. et les perplexités que la collation des copies génère inévitablement. Si l’on retient le constat que la rédaction initiale de la Vulgate pourrait être plurielle (p. 10-11), que les deux versions non identifiées par Micha sont impossibles à dater l’une par rapport à l’autre (p. 12), qu’il faudrait reconsidérer la tradition manuscrite de l’épisode dans son ensemble (p. 70-71) et, pour finir, que chaque partie du Lancelot semble obéir à une tradition manuscrite qui lui est propre (p. 84), on comprend mieux les difficultés qu’A.C. a rencontrées au moment où elle a voulu, comme elle le rappelle, « séparer le bon grain de l’ivraie » (p. 11). Or, il nous semble qu’avec une configuration comme celle-ci, l’idée même de bonne ou mauvaise version, d’original d’auteur et de remaniement tardif est à éviter et n’est certainement d’aucun secours. Il faut admettre, comme A.C. le fait d’ailleurs à plusieurs reprises, que cette forme d’écriture est fondée sur l’expansion, la métamorphose, qu’elle accueille d’autres textes et, par conséquent, retranche ce qui est devenu inutile ou redondant. A.C. semble penser que cette forme est propre à la prose narrative de sujet arthurien, mais on peut certainement faire les mêmes affirmations à propos de l’écriture des fabliaux ou du théâtre médiéval. N’est-ce pas là le propre de la genèse de certains écrits médiévaux qui se renouvellent presque à chaque ‘performance’ (lecture à voix haute, représentation) en s’adaptant à de nouvelles conditions socio-culturelles (lectorats, destinataires, etc.) ?

7Quoi qu’il en soit, les raisons qui ont déterminé le choix de cette version γ et du manuscrit cité sont clairement exposées et emportent la conviction. Toutefois, les hypothèses sur l’existence d’un ou de plusieurs remanieurs de cette mise en prose, en réponse aux considérations faites par D. Hult à ce sujet (voir section E, « Un remaniement unique »), ne me semblent pas toujours justifiées. S’il est vrai que l’existence d’une mise en prose très précoce nous paraît peu probable, parce que nous n’en connaissons qu’un seul autre exemple ou parce que le type de tradition textuelle ne peut pas appuyer une telle hypothèse, les preuves de type syntaxique et stylistique nous paraissent moins sûres : autrement dit, ce n’est pas parce que l’auteur du Conte de la Charette n’utilise pas les mêmes procédés mis en œuvre par le dérimeur du texte de Robert de Boron que l’on peut supposer que cette mise en prose est forcément plus tardive. S’il est difficile d’imaginer l’intervention d’un seul et unique auteur pour ce type de texte, pourquoi serait-il impossible de voir dans ce qui nous reste de la tradition manuscrite le résultat du travail de plusieurs remaniements successifs ? L’idée, exprimée par A.C., selon laquelle il ne faut pas imaginer trop de témoins disparus lors de l’établissement de nos arbres généalogiques (stemma codicum), ne prouve pas forcément que ces témoins n’ont pas existé : bien au contraire, nous savons aujourd’hui qu’il ne nous reste qu’une portion extrêmement petite de l’ensemble des manuscrits qui ont circulé à l’époque médiévale. En revanche, on peut être d’accord avec A.C. quand elle signale que la diversité des opérations de mise en prose ne signifie pas forcément qu’il y a eu plusieurs intervenants (p. 144). Le problème est complexe et nous ne pouvons faire autre chose, vu l’état des nos connaissances actuelles, que de choisir un texte cohérent, fruit d’un travail conscient d’écriture ou de réécriture, et en fournir une édition fondée sur des bases scientifiques sérieuses. C’est là l’apport essentiel de ce travail qui nous donne accès à cette version particulière du récit de La Charette en prose.

8Pour ce qui est de l’étude codicologique, les lecteurs trouveront tous les renseignements nécessaires sur l’histoire de chacun des manuscrits qui contiennent ce texte. Comme il s’agit de manuscrits qui ont déjà fait l’objet d’éditions scientifiques ou de descriptions de la part des historiens de l’art, l’histoire de leur composition est déjà bien connue et A.C. donne tous les renvois bibliographiques nécessaires pour approfondir l’étude de ces témoins. A ce propos, nous signalons simplement que l’idée (exprimée par une historienne de l’art qu’A.C. cite) selon laquelle les deux manuscrits (Paris, BnF fr. 119 et Arsenal 3480), dits de « demi-luxe » (p. 53), aient pu être confectionnés sans avoir un destinataire est une pure projection rétrospective : l’économie médiévale est une économie de pénurie et les facteurs de rationalisation marchande à l’œuvre dans la production du livre, jusqu’à l’avènement de l’imprimerie, ne permettent pas de produire des exemplaires qui ne sont pas déjà le résultat d’une transaction. De plus, dans le cas qui nous occupe, il ne s’agit pas de témoins sur du papier, sans décoration, mais bel et bien de manuscrits décorés et suffisamment luxueux pour qu’un bibliophile averti comme Jean de Berry puisse s’en porter acquéreur. Que ces livres aient été composés pour la lecture ou pour la contemplation en tant qu’objet d’art ne change rien à l’affaire : aucun libraire ou atelier de copie du XVe siècle n’aurait investi ou immobilisé les sommes (ici considérables) et les hommes nécessaires à leur réalisation sans savoir à qui ils étaient destinés.

9A.C. a aussi fait l’effort de décrire le système de ponctuation utilisé par les différents scribes, mais les remarques sont d’ordre général et n’apportent pas grand-chose à la connaissance du fonctionnement des systèmes de ponctuation au Moyen Age ; on voudrait en savoir un peu plus, même s’il va de soi que l’éditeur moderne ne peut pas suivre un système qui n’est pas uniquement syntaxique (p. 298). De même, on aurait voulu avoir plus de renseignements sur les systèmes graphiques et, plus précisément, sur la fidélité du copiste de Aa aux graphies du manuscrit Ac (qu’il transcrit), fidélité à peine évoquée p. 52 (là où sont évoqués, en même temps, des changements, rares, dans l’ordre des mots). Ces éléments seraient, on s’en doute, très intéressants pour la diachronie du français écrit. Cependant, les renseignements sur les graphies qu’offre l’introduction linguistique sont d’une grande richesse et d’une grande précision, et les linguistes sauront gré à A.C. d’avoir si bien rassemblé et commenté les phénomènes intéressants.

10Le travail d’édition est très soigneusement mené, le texte clair, le sens toujours évident et les notes soulèvent les problèmes majeurs que pose ce texte, en essayant de les résoudre. Les variantes comme les corrections au manuscrit de base sont signalées dans le texte par un appel de note, ce qui rend les variantes ‘visibles’ au lecteur, en attirant son attention sur une divergence dans la tradition textuelle que l’éditeur estime intéressante. C’est un procédé rare aujourd’hui, mais qu’il faudrait étendre si l’on veut que l’immense travail de l’éditeur soit utile et que le lecteur consulte ces variantes. En contrepartie, l’utilisation de l’appel de note pour des renvois en bas de page empêche l’éditeur d’utiliser ce système pour les notes, reléguées en fin de volume, ce qui rend ces mêmes notes moins immédiatement utilisables ; mais il est difficile de trouver un système parfait pour ces différents renvois.

11L’étude linguistique est très importante et passe en revue toutes les parties de la grammaire, selon l’ordre habituel. Le manuscrit de base semble présenter une scripta composite aussi bien du point de vue diatopique que diachronique. A.C. semble formuler l’hypothèse que la présence de formes de l’ancien français dans un texte copié aux alentours de 1400 est due à la présence sous-jacente du texte source (XIIIe s.) ; à ce propos, une petite mise en garde paraît nécessaire : il y a une hésitation constante et compréhensible, de la part de l’éditrice, pour situer chronologiquement les formes de ce manuscrit entre ancien français et moyen français, et il faudrait peut-être éviter une telle alternance de dénominations pour ne pas dérouter le lecteur.

12Des remarques intéressantes concernent la syntaxe : le fait, par exemple, que le remanieur a souvent conservé l’ordre des mots du texte versifié, et parfois même les rimes, ce qui enrichit la prose de sonorités particulières (p. 104-105) ; ou encore les modifications opérées sur les modalités d’énonciation.

13Nous souhaitons pour notre part apporter quelques petites précisions pour améliorer la présentation de certains phénomènes. Pour la phonétique, dans l’alternance i / ie, il faut distinguer les formes qui se trouvent derrière palatale des autres, comme iré / iriés ; tout comme pour les formes de participe passé féminin en –ie, il faut distinguer celles qui contiennent un phonème palatal des autres (p. 197). De même, on ne peut pas parler de fermeture de a en précession de palatale pour la forme unique saiges, qui peut être une simple variante graphique de sage (p. 199), car seule une forme sege permettrait d’imaginer une prononciation [e] ouvert, ce que l’éditrice reconnaît quelques lignes plus haut pour les hésitations entre les graphies glaive et gleve. Les échanges graphiques entre ay et oy (tournay / tournoy) sont localisables et bien étudiés par Christiane Marchello-Nizia, La langue française au XIVe et XVe siècles, Paris, p. 78-77. Une analyse très intéressante et qui approfondit notre connaissance de la syntaxe et de la ponctuation médiévale est proposée ici (p. 243-244) sur les emplois de et fonctionnant comme marqueur de début de phrase, presque comme un signe de ponctuation, mais aussi comme adverbe de phrase ; à cela il faudrait peut-être ajouter tous les emplois de et pléonastique (voir les ajouts que nous proposons à la bibliographie). Il faudrait aussi revoir les cas de si pour se et vice-versa, en particulier dans l’exemple cité p. 281 (228, 22), qui ne peut être qu’un adverbe de phrase, étant donné la présence du subjonctif, avec le phénomène inverse au § 76, 2, qui par la position du verbe (se talent en ot),ne devrait pas être un adverbe de phrase. Pour la forme esbaÿs, citée p. 222, il ne s’agit pas d’un -s final analogique, mais du radical (< suffixe -isco).

14Dans les conclusions de l’étude linguistique, il manque une véritable synthèse sur les traits linguistiques saillants, mais surtout il me semble que l’exemple de la comparaison d’un extrait de deux manuscrits éloignés chronologiquement n’est nullement probante. Comment affirmer, en effet, que « l’on pourrait croire que le temps ne s’est presque pas écoulé entre la première copie et la seconde, alors que cent cinquante années les séparent », alors que si l’on regarde de près, les graphies ont changé, les sujets pronominaux sont exprimés dans le deuxième extrait, alors qu’ils étaient absents dans le premier, ou sont conjoints au verbe conjugué ? On remarque aussi des changements sur les formes de certains mots (beau remplace bel) et sur l’ordre des mots. Si on veut prouver l’inertie des scribes (p. 257), il faut trouver un autre exemple.

15A.C. explicite de manière claire les principes d’édition et les modalités de transcription (p. 287-302) ; nous nous permettons simplement de signaler que, parfois, les modalités de séparation des éléments agglutinés ne sont pas cohérentes. Il ne faut pas, par exemple, conserver la forme asavoir (forme unique dans le manuscrit : « desirez tu moult asavoir », 23, 10) et enlever cette entrée du glossaire. De même, on se demande pourquoi conserver decoste dans « lors se lieve decoste la royne » (159, 18), alors que coste (sans préposition) apparaît au glossaire.

16Le glossaire est d’une grande qualité à tous points de vue : il est bien fourni, les mots ont été choisis avec discernement, les définitions sont précises et justes, et les renvois (d’après un contrôle sommaire) tout à fait fiables. Il aurait gagné à être un peu plus étoffé, à la fois pour aider le lecteur à identifier des formes comme a plonc ou succent, dont les graphies sont difficiles, ou bien de nombreuses locutions ou constructions plus ou moins figées qui sont peut-être claires, mais gagneraient à être signalées pour enrichir de références les dictionnaires, ainsi plain poing (51, 7), perdre a + inf. (8, 6), d’aage (58, 6), etc.

17Quelques compléments bibliographiques : pour les démonstratifs (p. 215), il faut citer les études récentes de Christiane Marchello-Nizia, L’évolution du français. Ordre des mots, démonstratifs, accent tonique (Paris, 1995) et Le français en diachronie : douze siècles d’évolution (Gap / Paris, 1999) ; sur et en tête de phrase, voir, en particulier, les emplois intéressants de et pléonastique cités par Gérard Antoine, La coordination en français,Paris, 1958-1961; il manque aussi les études sur la ponctuation (cf. en particulier E. Llamas-Pombo, A. Lavrentiev, le recueil dirigé par B. Mortara Garavelli, mais aussi, bien qu’elle ne porte pas spécifiquement sur le Moyen Age, le livre de référence de Malcom B. Parkes, Pause and Effect. An Introduction to the History of Punctuation in the West,Aldershot, 1992), des études qui auraient pu éventuellement fournir des moyens de compréhension de la ponctuation des deux manuscrits édités et étudiés. Pour tout ce qui est de l’ecdotique et des problèmes soulevés par ce type de tradition textuelle, on ne peut absolument pas se contenter des deux ou trois références citées p. 48 et 57. La réflexion sur ce sujet a beaucoup avancé ces derniers temps, et il faut renvoyer à ceux qui se sont interrogés sur la manière d’éditer des textes médiévaux aujourd’hui (cf. surtout les contributions de M. Glessgen, F. Duval, K. Busby, etc.). Il faudrait enfin ajouter la référence exacte au DMF, avec l’adresse électronique et la date de la version consultée, en note comme en bibliographie.

18Pour conclure, Annie Combes propose une excellente édition de cette mise en prose ; le texte est lisible et fiable, grâce aussi à un apparat de notes qui aident à la compréhension du texte et fournissent des éclaircissement sur les interventions de l’éditeur. Le glossaire est riche et les mots sont glosés correctement et avec précision. Les quelques remarques que nous avons faites n’enlèvent rien à la qualité de ce travail et ont pour but unique de faire avancer notre connaissance de la langue ancienne et de fournir tous les instruments nécessaires au lecteur de ce texte.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriella Parussa, « Le « Conte de la Charrette » dans le « Lancelot » en prose : une version divergente de la « Vulgate », éd. Annie Combes », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/12635

Haut de page

Auteur

Gabriella Parussa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org