Navigation – Plan du site

Varia

De Charlemagne à Amadis

Les héros littéraires modèles des élites « chevaleresques » françaises du XVIe siècle
Dietmar Rieger
p. 587-600

Résumé

L’auteur se propose ici de répondre à la question de savoir quels étaient, aux alentours de 1500 et dans le cadre de la continuité multiséculaire du savoir littéraire et culturel, les personnages modèles dont disposaient l’aristocratie et le pouvoir royal pour définir leurs orientations culturelles en matière de politique intérieure et extérieure. Il sera d’abord question de César et d’Alexandre le Grand, deux figures de proue de l’Antiquité et déjà remises à l’honneur au Moyen Âge mais présentant chacune des aspects problématiques. Ensuite sera abordé Charlemagne, qui fut érigé en mythe, surtout dans les chansons de geste, mais dont le modèle ne fut pour la royauté française au XVIe siècle que sporadiquement utile, par exemple lorsqu’on voulut appuyer la candidature de François Ier à la couronne impériale en 1519. C’est pour de tout autres raisons (y compris intralittéraires) qu’étaient vraisemblablement ‘disqualifiés’ les héros des romans arthuriens : Arthur, Perceval et surtout Lancelot. La « découverte » d’un nouveau héros, Amadis de Gaule, importé mais considérablement modifié, permit cependant de purifier les personnages chevaleresques autochtones de leurs tares, en considération des considérables changements militaires et mutations dans les structures de pouvoir ; il devenait nécessaire de les soustraire à leur passé qui se terminait en une sorte de crépuscule de la chevalerie. Amadis peut être considéré comme la somme de tous les « superhéros » littéraires du Moyen Âge courtois, débarrassés de leurs zones d’ombre. Ce chevalier modèle entre en scène pour combattre le mal et pour aider les faibles et les vertueux dans d’innombrables épreuves, en l’honneur de sa bien-aimée et avec le soutien de la fée Urganda. L’immense succès d’Amadis au XVIe siècle atteste à quel point il correspondait aux besoins et aux attentes de l’élite « chevaleresque » de cette époque dans sa quête d’un modèle à propager et à suivre.

Focussing on the time around 1500, this article attempts to answer the question what, within centuries of continued literary and cultural knowledge, was available in the way of reputable secular models and idols upon which to base an aristocratic and regal self-image with respect to culture and foreign and domestic policy. Attention is first paid to the heroes of ancient times – Caesar and Alexander the Great – who were both already greatly respected in the Middle Ages but whose veneration was not unproblematic. Then attention is focused on Charlemagne, who was turned into a mythical figure in the chansons de geste and with whom the French monarchs of the 16th century tried to identify – with varying degrees of success – for example in 1519, when an attempt was made to strengthen Francis I’s claim to the imperial crown. The great heroes of the Arthurian novels – Arthur, Percival and especially Lancelot – may be ‘disqualified’ in a different way and for other (literary) reasons. By ‘discovering’ and considerably modifying a new, imported heroic figure, Amadis de Gaula, it became possible to purge the handed-down, autochthonous knightly figures of their flaws, reflecting the immense changes that had taken place in military and political conditions and discharging the old models from their story ending into a kind of literary knightly twilight. Amadis can be regarded as the sum of all the great purified heroes of the courtly and literary Middle Ages. This knight appeared on behalf of his lady’s honor and was protected by the good fairy Urganda to fight evil in the world in countless knightly trials and to help the virtuous and weak. The great success of ‘Amadis’ in the sixteenth century shows that he was practically a perfect fit in the search for members of a ‘knightly’ elite at this time.

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2014.

Pour citer cet article

Référence papier

Dietmar Rieger, « De Charlemagne à Amadis », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 587-600.

Référence électronique

Dietmar Rieger, « De Charlemagne à Amadis », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://crm.revues.org/12634 ; DOI : 10.4000/crm.12634

Auteur

Dietmar Rieger

Institut für Romanistik, Universität Giessen

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes