Navigation – Plan du site

Varia

Les propriétés quantitatives du corps dans le Traité des formes (pars posterior) de Gautier Burley

Alice Lamy
p. 511-535

Résumés

Jusqu’au Moyen Âge, le corps occupe une place ambivalente. D’un côté, il est  objet pulsionnel associé à la matière empêchant la spiritualité de l’âme humaine. De l’autre, il constitue un genre indispensable de l’être au côté de la substance, pour penser et définir les êtres étendus. Gautier Burley marqué par la querelle des universaux de son temps, diffusée depuis Porphyre, Aristote, puis Avicenne et Averroès, approfondit dans son Traité des formes les différentes fonctions du corps, tant dans le domaine de la métaphysique et de la logique qu’en philosophie naturelle. Il met en avant la richesse de ses propriétés quantitatives (essence de corporéité, divisibilité, extension) et espère ainsi lutter contre les réductions ontologiques de son adversaire Guillaume d’Ockham selon lequel les corps étendus et divisibles s’identifient seulement à des substances et des qualités dans la nature sans que l’ajout de l’extension et de la divisibilité soit nécessaire.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Dès les premiers moments de sa création vers 1150, l’Université de Paris se dote d’un enseignement (...)
  • 2  A. Maier, Studien zur Naturphilosophie des Spätsscholastik, I, Die Vorläufer Galileis im xive Ja (...)
  • 3  La première définition de la quantité chez Aristote figure dans son traité des Catégories, (Catég (...)

1Au XIe siècle, la première controverse théologique entre Lanfranc du Bec et Béranger de Tours concernant la réelle présence du Christ sur l’autel puis l’essor du genre sententiaire à l’Université de Paris1, où les savoirs aristotéliciens sont approfondis et discutés, ouvrent sur le développement théologique de véritables doctrines eucharistiques. Toutes s’efforcent d’expliquer la présence du corps du Christ sur l’Autel sous les apparences du pain et du vin2. La catégorie3 de quantité est généralement désignée comme sujet des accidents eucharistiques qui garantissent l’apparence du pain et du vin et lui accordent ainsi un statut ontologique particulier.

  • 4  Gautier Burley est un philosophe et théologien reconnu et respecté dans ses enseignements sur la p (...)
  • 5  Entré tôt dans l’ordre des Franciscains, Guillaume d’Ockham est une figure exceptionnelle de la ph (...)
  • 6  Gautier Burley, Traité des formes,éd. F. Scot, Gautier Burley’s treatise De formis, München, Ve (...)
  • 7  O. Larre, « Walter Burley. Las primeras reacciones contre Ockham desde el realismo », Estudios fra (...)
  • 8  Guillaume D’Ockham, Summa logicae, éds. P. Boehner, G. Gal et S. Brown, St. Bonaventure, New York, (...)

2Au XIVe siècle, Gautier Burley4 consacre une polémique célèbre aux positions théologiques de Guillaume d’Ockham5 dans la seconde partie du Traité des formes6, laquelle remet en cause sa conception logique et physique de la catégorie aristotélicienne de quantité. Burley, conformément à la conception traditionnelle réaliste7, conçoit les dix catégories aristotéliciennes en divisions de l’être, dont la substance est le genre supérieur. Il privilégie et préserve la portée concrète hors de notre esprit (extra mentem) des catégories dans le réel. Au contraire, Ockham, qui appartient au courant nominaliste, retient principalement des catégories la division des sens dans lesquels l’être se dit et considère cette division comme une distinction de modes de signification exercée par notre intelligence (in mente) pour comprendre le monde. De la sorte, la quantité ne contribue pas à définir l’être de la chose, elle ne fait que signifier une valeur particulière des termes substantiels et qualitatifs : la division et la position de leurs parties. Ainsi, d’un point de vue ontologique, Ockham8 considère que la substance est en elle-même dotée de parties. En cela, la quantité est intégrée à la substance sans distinction nécessaire. En effet, la quantité ne confère aucune capacité de divisibilité ou de partibilité à la substance in re même si, in mente,elle souligne pour notre esprit le sens de cette capacité comme une disposition accidentelle de la substance. Burley construit sa polémique contre Ockham sur le fait que les quantités existent bel et bien hors de l’esprit aux côtés des substances et des qualités.

3Au cours de ce débat, le statut de la quantité est mobilisé dans des discussions qui se déplacent des considérations théologiques et de la logique traditionnelle aristotélicienne vers des questions centrales de philosophie naturelle. Dans le Traité des formes, les trois discussions polémiques sur la quantité s’attachent surtout à déterminerla composition et la nature du corps et de la substance, dans le domaine de la logique, de la métaphysique et de la philosophie naturelle.

4Nous voudrions montrer comment la première discussion en particulier aboutit à une définition des propriétés quantitatives du corps en analysant les oppositions entre Burley et Ockham. Pour le premier, le corps, grâce à ses propriétés quantitatives, produit la substance étendue naturelle. Selon le Venerabilis Inceptor, le corps, la substance et la qualité n’ont pas besoin de la quantité pour être étendus. Nous exposerons tout d’abord l’origine du débat entre les deux adversaires et les contextes doctrinaux dans lesquels s’inscrit la structure linéaire des trois discussions sur la quantité. Nous soulignerons alors les usages originaux de la métaphysique avicennienne et de la physique et de la logique aristotéliciennes dans les quatre principaux arguments de la première discussion conduite par Burley.

Présentation du debat dans le traite des formes (pars posterior)

La structure du traité (seconde partie)

  • 9  Gautier Burley, Traité des formes, (p. 49-57).
  • 10  Le corps métaphysique renvoie aux principes premiers de ses fondations, qui conditionnent et prépa (...)
  • 11  Le corps naturel est le corps accompli et réalisé que l’on peut percevoir à travers toutes les cré (...)
  • 12  A. Maier, « Das Problem der Quantität oder der raümlichen Ausdehnung 1. Die Auffassung des Problem (...)

5Le contexte polémique du traité donne lieu à trois discussions indépendantes sur la quantité, qui n’apparaissent pas dans la Physique. La première discussion9, la plus longue, analyse les propriétés quantitatives du corps métaphysique10 et naturel11 et aboutit à la preuve de l’impénétrabilité des corps, conformément à la tradition aristotélicienne. Ce problème est en lien direct avec la première génération du débat qui opposa Richard de Mediavilla, Pierre Auriole contre Pierre de Jean Olivi, dont la pensée influence fortement celle d’Ockham : dans le courant du XIIIe siècle, les premiers soutiennent que la quantité est une chose réelle aux côtés de la substance et de la qualité ; seule, elle peut leur conférer leur extension en trois dimensions12.

  • 13  Gautier Burley, Traité des formes, (p. 58-65).
  • 14  H. Hugonnard-Roche, « Analyse sémantique et analyse secundum imaginationem dans la physique parisi (...)
  • 15  S. Donati, « “Utrum accidens possit existere sine subjecto” », Aristotelische Metaphysik und chris (...)
  • 16  Les principaux arguments théologiques du Traité du corps du Christ et du Traité de la quantité (...)

6La seconde discussion13 sur la distinction entre substance et quantité présente plusieurs arguments théologiques14. Le XIVe siècle est l’âge d’or des raisonnements selon l’imagination (secundum imaginationem) où les maîtres-ès-arts, à la faculté des arts de Paris, en appellent à la puissance divine pour soutenir et pousser aux limites de l’entendement la force de leurs spéculations sur des notions mathématiques et abstraites qui dépassent les capacités de représentation humaines, comme l’infini par exemple. Dieu peut séparer, pour un temps suspendu et miraculeux, ce que la nature ne peut dissocier : les créatures et leur forme substantielle, le sujet et son essence. De la sorte, une nouvelle physique se développe et s’émancipe des contenus traditionnels aristotéliciens à partir d’hypothèses fausses selon la nature mais rendues réalisables et analysables grâce à la puissance divine. À partir de la condamnation de 1277 par Étienne Tempier15, les arguments de potentia divina utilisés par les théologiens dans les doctrines eucharistiques connaissent un nouvel essor ; Dieu peut réaliser tout ce qui n’entraîne pas contradiction, et réaliser toute sorte de séparation, par exemple entre la matière et la forme, entre le sujet et l’accident. Gautier Burley et Guillaume d’Ockham ont fait les premiers un usage original de ces arguments théologiques au XIVe siècle dans la question de la distinction entre substance et quantité et leur ont donné une extension en philosophie naturelle. Pour Ockham, si Dieu peut séparer la quantité de la substance, la substance demeure étendue par elle-même comme avant la séparation, puisque la quantité ne se distingue pas de la substance. Pour Burley, si Dieu peut séparer la quantité de la substance, la substance va demeurer sans extension, ni parties quantitatives, car la quantité est distincte de la substance16.

  • 17  Jusqu’en 1328 à Oxford, date de parution du traité sur le continu de Thomas Bradwardine, puis à Pa (...)
  • 18  Gautier Burley, Traité des formes, (p. 65-69).

7Le troisième et dernier argumentaire porte sur la structure du continu et l’ontologie des indivisibles17 et vient clore le traité de façon assez abrupte, après un long développement isolé sur l’extension de la qualité dans le corps sur ses trois dimensions et sur la latitude des formes18. Chez Henri de Gand comme chez Jean Duns Scot puis leurs successeurs à Paris et à Oxford, la structure du continu provoque un vif intérêt d’ordre théologique (pour le mouvement des anges par exemple) mais nécessitent aussi des définitions philosophiques approfondies parce que les quantités continues divisibles à l’infini sont centrales dans les conceptions du temps, du mouvement et du changement. De nombreuses discussions marquent le XIVe siècle sur le continu et les indivisibles, autour de philosophes adoptant une position indivisibiliste.

L’enracinement du débat dans le domaine de la logique : la conception réaliste de Burley face à la position nominaliste d’Ockham sur la catégorie de quantité

8Cette première dispute, chez Burley et Ockham comme chez leurs prédécesseurs, s’enracine dans la conception opposée des réalistes et des nominalistes concernant les catégories aristotéliciennes. Aristote a maintenu une certaine ambiguïté, d’une part sur la façon dont les catégories se répartissent, et sur l’importance que les unes pourraient avoir sur les autres, après la substance ; d’autre part sur la nature de ces catégories. Sont-elles avant tout des contenus ontologiques renvoyant à des choses singulières et secondairement des termes et des concepts ou l’inverse ? Les catégories font l’objet d’interrogations particulières sur le triangle sémantique du mot, de la chose et du concept.

  • 19  A. Conti, « Ontology in Walter Burley’s last commentary on the Ars vetus », Franciscan studies, 50 (...)
  • 20  La première version (avant 1319), intitulée Ancienne exposition sur le livre des catégories (« Wa (...)
  • 21  Les commentaires sur les Catégories d’Aristote de Boèce (480-525) ont servi de modèle à tous les (...)

9Concernant l’interprétation des catégories proprement dites, Burley appartient de façon nuancée au courant réaliste19 des catégories considérées comme des choses20. Selon ce courant, auquel se rattachent aussi Thomas Sutton ou encore Jean Duns Scot, Boèce21 comprend les catégories comme dix sortes de choses qui correspondent à des modes d’êtres ou des modes de prédication, et selon lequel la substance, la qualité et la quantité sont les genres suprêmes du champ catégorial parce qu’ils ont un mode d’être absolu. La substance n’est dans rien d’autre qu’elle-même, et tout ce qui est prédiqué d’elle, c’est-à-dire toutes les particularités accidentelles qui peuvent lui être attribuées dans le discours, concerne ses parties constitutives. Les catégories de quantité et de qualité, quant à elles, sont prédiquées (attribuées à la substance dans le discours) comme des choses inhérentes au sujet de façon directe et absolue (elles sont présentes au cœur du sujet de façon indissociable de lui). Ces catégories représentent des aspects réels de choses absolues. Burley, comme ses prédécesseurs, concède donc une hiérarchie entre les catégories qui mettent au rang des ontologies supérieures, la substance, la quantité et la qualité. Les autres catégories ont le mode d’être le plus faible et sont caractérisées par le fait d’être en relation avec quelque chose d’autre. Ce qui est prédiqué à partir de ces catégories est complètement extérieur au sujet lui-même.

10Pour les réalistes par conséquent, le genre de la substance est le seul genre suprême présidant aux neuf catégories. Ainsi, la catégorie de quantité a un mode d’être réel distinct de la substance et inhérent à elle de façon intrinsèque par la raison de la matière. Elle joue ainsi un rôle de première importance dans le domaine de la physique et constitue les capacités de partibilité, de division et de mesure de toutes les créatures. Le genre de la quantité coexiste ainsi aux côtés de celui de la substance, sans être prédiqué de la substance comme une espèce.

  • 22  C. Panaccio, Les mots, les concepts et les choses. La sémantique de Guillaume d’Occam et le nomina (...)

11Au contraire, pour les nominalistes22 et pour Ockham en particulier, comme il l’expose dans la Somme de logique, chapitre quarante-quatre, la quantité n’est pas attribuée en propre à la substance car la quantité ne fait pas partie de la définition de la substance. Dans l’idée d’harmoniser les apports d’Aristote et ses propres opinions, Ockham essaie de montrer que la substance est réellement quantifiée, mais par accident, et que par accident, la substance est la quantité. En effet, la quantité connote les parties distinctes de la substance, mais la substance ne connote rien de tel et ne renvoie qu’à elle-même. Prenons la proposition : « La substance est quantifiée ». Cette proposition ne peut être vraie que si cette proposition est « par accident » car le sujet « substance » et le prédicat « quantifiée » ne connotent pas la même chose. Le sujet substance existe sans quantité. Si l’on soutenait que cette proposition est « par soi », on aboutirait à une contradiction : la proposition serait fausse parce que le sujet et le prédicat ne connotent pas la même chose et pourtant, la proposition indiquerait l’existence du sujet, c’est-à-dire de la substance.

12Si la quantité est un genre, c’est avant tout pour signifier un mode grammatical, comme l’explique le Venerabilis Inceptor pour faire comprendre ce qu’Aristote a vraiment voulu dire à propos des catégories :

  • 23  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. III, p. 67, l. 10-15 : [...] Philosophus non inte (...)

Le Philosophe n’entend pas distinguer des choses qui naturellement sont vouées à être absolues, et qui sont réellement distinctes les unes des autres, mais il entend distinguer des catégories destinées à indiquer des choses, certainement pas des choses distinctes, mais les mêmes choses, bien que sous des modes différents. Ces modes sont uniquement des modes grammaticaux ou logiques. De plus, pour cette raison, bien que cette catégorie de quantité soit distincte en réalité des autres catégories, si elle est une chose existant dans l’esprit, elle n’indique pourtant pas une chose distincte en elle-même unique, à moins que cette chose soit la substance ou la qualité.23

13Selon ses procédés habituels, Ockham, après avoir exposé sur les cinquante-sept premières lignes, tout ce qui, sur la réfutation de l’être parménidien, s’oriente favorablement vers la distinction de la substance et de la quantité, développe pendant près de cent-trente-cinq lignes, toute sa théorie des catégories, grâce à sa technique d’analyse des propositions de la philosophie d’Aristote, qui finalement, en tout point sur la quantité, se retrouve similaire à la sienne. Cette dernière partie du raisonnement réunit l’ensemble des arguments qui soutiennent l’indistinction réelle entre substance et quantité.

  • 24  Guillaume D’Ockham, Exposition sur la Physique d’Aristote, l. VI, t. 49 (236 b 1-8), ch. 9, § 5, (...)

Deuxièmement, il faut savoir que notre philosophe dit que l’homme est divisible par soi, et pourtant l’homme est substance, donc « être divisible par soi » relève de la substance. Et par conséquent, puisque rien n’est divisible par soi, si ce n’est par la quantité, selon l’intention du Philosophe, il s’ensuit, à la vérité, que l’homme est la quantité, de même à la vérité que l’homme est quantifié […].24

La structure et le contexte théologique de la première discussion

La doctrine eucharistique ockhamiste

14Dans l’œuvre d’Ockham, les contenus sur les discussions eucharistiques proprement dites sont beaucoup plus longs que ceux figurant dans les œuvres conservées de Burley. Deux points doctrinaux eucharistiques sont principalement traités chez Ockham en réaction à la position thomiste : la présence eucharistique et la subsistance des accidents eucharistiques. Concernant la première question, la transsubstantiation consiste d’abord en une conversion d’une substance à une autre :

  • 25  Guillaume D’Ockham, Questions sur le livre des Sentences, Quaestiones in librum quartum Sententiar (...)

J’affirme en vérité que la substance du pain est annihilée, et qu’alors se produit la conversion du pain dans le corps du Christ, parce qu’après le pain, c’est le corps du Christ qui est présent, de même que le jour succède à la nuit et l’après-midi au matin.25

  • 26  Guillaume D’Ockham, Traité sur le corps du Christ,ch. 31, p. 172, l. 8-19. 
  • 27  Pour une étude exhaustive de la doctrine eucharistique ockhamiste, R. Imbach, « Philosophie und Eu (...)

15Dans son Traité du corps du Christ, et à la vingt-sixième question de son quatrième Quodlibet, Ockham rapporte l’opinion de ses opposants et en particulier de Thomas d’Aquin, selon lequel la conception de la quantité est distincte de la substance26.Traditionnellement, le corps du Christ est présent dans le sacrement diffinitive. Contrairement à la localisation circonscriptive (l’ensemble du corps est étendu dans l’ensemble du lieu, tandis que chaque partie de ce corps occupe respectivement une partie de ce lieu), cette localisation propre aux indivisibles comme les anges et les âmes, fait que le corps du Christ est tout entier à la fois dans l’intégralité du lieu et tout entier dans chacune de ses parties. Le Venerabilis Inceptor modifie la définition de cette localisation et se distingue de ses prédécesseurs : il n’y a pas d’inconvénients à ce que cette localisation soit appliquée à des corps divisibles. La condensation subie par un corps naturel le contraint à réduire ses parties qui étaient sur plusieurs lieux, à un seul et même lieu. Il en va de même pour le corps du Christ. Celui-ci n’est pas étendu dans l’hostie, ses parties ne coïncident pas avec un lieu, bien que les organes du corps conservent leur distinction. La présence eucharistique s’explique donc par les différentes modalités de la substance seule du corps du Christ, c’est-à-dire par la distance ou le rapprochement de ses parties27.

  • 28  Pour une présentation des arguments essentiels d’Olivi sur la quantité et pour une présentation de (...)
  • 29  P. J. J. M. Bakker expose en détails le développement ockhamiste de la subsistance de la qualité s (...)

16Concernant la subsistance des accidents eucharistiques, Ockham s’oppose complètement à la position dominante de Thomas d’Aquin selon laquelle la quantité du pain, au moment de la consécration, subsiste sans sujet tandis que les autres accidents du pain et du vin c’est-à-dire les qualités, inhérent à la quantité comme à leur sujet. Il reprend les critiques de son prédécesseur Pierre de Jean Olivi28. Selon le Venerabilis Inceptor29,les qualités du pain demeurent après la consécration en existant indépendamment, sans être inhérentes à un sujet. Comme la quantité ne se distingue pas fondamentalement de la substance et de la qualité, la quantité est en quelque sorte comprise dans la qualité subsistante du pain consacré. Par conséquent, la seule qualité du pain subsiste sans sujet. La conduite de sa démonstration connaît deux étapes principales. Premièrement, Ockham met en évidence la subsistance de la qualité et de la quantité. Il reconnaît selon la tradition, qu’après la consécration, il subsiste la quantité du pain, c’est-à-dire une quantité autre que celle du corps du Christ, en vertu de laquelle les accidents du pain sont quantifiés. Il subsiste cependant aussi les qualités du pain en vertu desquelles le pain malgré la disparition de sa substance, demeure visible et tangible. Deuxièmement, il s’efforce d’éliminer la subsistance de la quantité au profit de celle de la qualité. Il commence par dissocier les liens réciproques de sujet à accidents que la qualité et la quantité pourraient entretenir entre elles. Les qualités ne sont pas le sujet de la quantité pas plus que l’inverse. La subsistance de la qualité prend donc en quelque sorte le dessus sur la subsistance de la quantité.

17Les principaux aspects généraux de cette doctrine sont dénoncés par Burley dans le Traité des formes.

Les contestations de Burley

18La seconde partie du Traité des formes est le seul ouvrage où la polémique de Burley contre Ockham s’ouvre explicitement sur le contexte eucharistique. Conformément à la position thomasienne, Burley soutient que la catégorie de quantité subsiste aussi dans le pain consacré alors que la substance est détruite. Burley rappelle contre son adversaire, que, lors de la transsubstantiation, la substance et la quantité sont nécessairement distinctes, puisque la quantité demeure après la consécration :

  • 30  Gautier Burley, Traité des formes, p. 52 : [...] ad id dicunt quod in Sacramento Altaris non mane (...)

[...] contre cette position, « ils » disent que dans le Sacrement de l’Autel, la substance du pain ne demeure pas, pas plus que la quantité qui a été inhérente à la substance du pain ; pourtant la quantité qui est la qualité demeure.30

  • 31  Gautier Burley, Traité des formes, deuxième partie, (p. 51-52) : Et si dicatur quod in Sacrament (...)

De plus, si l’on dit que dans le Sacrement de l’autel la quantité demeure et non la substance du pain, alors la quantité est une chose différente de la substance.31

19Dès lors, la capacité corporelle de la quantité à préserver les apparences du pain et du vin souligne, aux yeux de Burley, le rôle ontologique de cette catégorie. Seule la quantité peut garantir dans la nature la capacité des substances à s’étendre et à se diviser. Conformément à la tradition aristotélicienne sur la théorie de l’être, elle correspond au seul accident conférant à son sujet cette extension et cette partibilité. Dans la nature, un tronc d’arbre peut être mesuré, découpé grâce à ses propriétés quantitatives. Toutefois, pour connaître l’essence d’un être naturel comme le tronc d’arbre, il faut admettre que sa cause première renvoie seulement à sa substance, qui le rend unique et distinct. La quantité dont il est doté ne lui revient que dans un second temps et n’est qu’un attribut accidentel qui n’est pas inhérent à sa définition la plus simple.

Structure de la première discussion en faveur de la distinction entre substance et quantité

  • 32  Le contexte eucharistique implique non seulement la distinction entre substance et quantité mais a (...)
  • 33  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49, 50, 51.
  • 34 Ibid., p. 51-52.
  • 35 Ibid., p. 53-54.
  • 36 Ibid., p. 54-55.
  • 37  Ibid., p. 56-57.

20Burley développe alors quatre arguments sur la distinction de la quantité, de la substance et de la qualité32. Premièrement, la quantité est distincte de la substance et de la qualité parce qu’elle confère aussi à la qualité son extension33. Deuxièmement, seul le genre de la quantité peut conférer aux corps du genre de la substance et de la qualité l’extension et des parties distinctes34. Troisièmement, il n’est pas possible que la substance et la qualité soient étendues et douées de parties distinctes car elles seraient deux corps qui ne pourraient demeurer dans le même lieu35. Quatrièmement, il n’est pas possible que la substance et la qualité qui coexistent et se superposent dans un même lieu soient des quantités corporelles36. Burley conclut37 que la quantité, la substance et la qualité sont trois choses profondes qui se superposent et qui n’ont qu’une profondeur, celle du corps du genre de la quantité :

  • 38  Ibid., p. 57 : Nec est verum quod sic opinantes dicunt quod omne profundum est per se corpus et pe (...)

Il n’est pas vrai comme ils l’affirment, que tout ce qui est profond est par soi un corps, et par soi une chose quantifiée, parce que si tel était le cas, la matière première de la pierre serait un corps, et la forme substantielle étendue selon l’extension de la matière serait un corps, et sa couleur serait un corps, sa sècheresse serait un autre corps, sa densité aussi serait un autre corps et ainsi de suite. Or cela n’est pas vrai, car alors l’agrégat de toutes ces qualités, serait augmenté par l’une d’entre elles. [...] Le corps avec la blancheur n’est pas plus grand que le corps sans blancheur, parce qu’il occupe un lieu de la même taille, qu’il ait la blancheur ou non. Donc le blanc, la douceur et toutes les qualités de ce genre, ne sont pas des corps par soi, car elles ne font pas croître ce à quoi elles adviennent.38

  • 39  Le principe de divisibilité de la substance est une question très étudiée chez Burley avant 1320, (...)

21Rien en dehors de la quantité n’augmente la substance de la pierre. Le blanc, la douceur, la sécheresse ne sont pas des corps parce qu’ils n’augmentent pas la substance à laquelle ils adviennent. La substance corporelle, le blanc qui est étendu, le corps en lui-même peuvent être désignés comme trois choses profondes, mais en réalité seule la quantité a par soi cette profondeur. Le blanc n’est étendu que par accident, la quantité conférant seule les parties distinctes et la divisibilité39.

  • 40 Gautier Burley, Traité des formes,p. 57 : [...] substantia corporea et corpus quod est quantitas e (...)

La substance corporelle, et le corps qui est la quantité, et le blanc étendu dans tout le corps, sont trois choses profondes et pourtant, ils n’ont qu’une seule profondeur, celle qui appartient au genre de la quantité.40

22Cette remarque annonce l’importance du corps dans les argumentaires du traité. Afin de comprendre les développements de Burley relatifs aux propriétés quantitatives du corps, rappelons tout d’abord les conceptions tardo-antiques, avicennienne et médiévales de la corporéité.

Un usage singulier de la métaphysique avicennienne dans les deux premiers arguments de Burley contre Ockham

Les conceptions logiques de la corporéité de Porphyre et d’ Avicenne : le corps est un genre de l’être

  • 41  A. de Libera, L’art des généralités, théories de l’abstraction, Paris, Aubier, 1999, (p. 2 (...)

23Dans la psychologie dualiste de Porphyre, le corps, en comparaison de l’âme, constitue le critère distinctif qui fait de l’homme une créature passionnelle ou au contraire un être conforme à l’image de Dieu. Ainsi, la nature incorporelle de l’âme humaine et de l’intellect, détachée du corps, rapproche l’homme de son origine divine tandis que sa partie irrationnelle l’en éloigne, aveugle et encore prisonnière des pulsions du corps. L’ontologie41 de Porphyre traduit ce dualisme en attribuant au corps un statut générique de premier plan placé juste en-dessous du genre suprême de la substance, dans l’arborescence hiérarchique des êtres proposée par le philosophe. En effet, ce dernier tente de savoir si les catégories d’Aristote, les genres et les espèces des êtres sont des choses réelles ou des conceptions de l’esprit. Ces premières interrogations fondamentales sur la nature commune de choses singulières, réelle ou simplement intelligible, (tel homme Socrate et l’humanité, tel cercle et la circularité) sont l’expression de la profonde opposition entre Platon et Aristote et donnent lieu chez les maîtres de la scolastique à de célèbres débats logiques durant toute la période médiévale entre nominalistes et réalistes appelés « querelle des universaux ». Dans son arbre célèbre, Porphyre ajoute l’espèce au classement aristotélicien des quatre concepts traditionnels du genre, de la différence, du propre et de l’accident. Le genre supérieur de la substance au faîte de l’arbre se divise en deux différences (représentées sous la forme de branches), pensantes ou étendues, qui donnent lieu au genre du corps divisé à son tour en deux différences, animées ou inanimées. Ainsi, depuis la Catégorie suprême s’étagent, le long d’un tronc, les genres du corps, de l’animal, de l’homme et de l’individu, avec leurs divisions. La notion de corps est donc associée, dès la tradition logique néo-platonicienne, à un genre central de l’être au sein du langage et de la représentation mentale, avant d’être un objet physique observable dans la nature.

  • 42  G. Finianos, De l’existence à la nécessaire existence chez Avicenne, Pessac, Presses Universit (...)
  • 43  Avicenne, Livre de la philosophie première ou de la science divine, II, ch. 2, (p. 71-73) et V, c (...)

24Dans la métaphysique d’Avicenne42 redécouverte par les scolastiques, où sont étudiés les principes de composition des êtres qui adviendront au monde et où le philosophe s’interroge lui aussi sur le caractère commun des réalités rencontrées, la nature générique du corps et sa place centrale dans le classement des êtres sont amplement reprises. La substance-matière et la substance-forme constituent les deux principaux aspects de la substance mais elles ne peuvent finaliser l’existant et composer la substance sensible sans être dotées de la forme corporelle. Ainsi, l’essence est conditionnée par le genre du corps qui représente aussi l’élément matériel de la substance sensible. Le corps43 peut donc, ou bien désigner le genre de l’homme et il représente à la fois la matière et la forme de l’homme, ou bien la partie matérielle du composé substantiel de l’homme. Dans le premier cas, ce type de corps peut être prédiqué du composé de l’homme en entier, il appartient au genre de la substance, il est apte à recevoir les trois dimensions en vertu de la forme substantielle ; le deuxième type de corps qui est une partie de l’homme ne peut en aucun cas être prédiqué du sujet homme dans son intégralité mais est apte à recevoir les trois dimensions. Une troisième approche définit le corps mathématique, purement abstrait et dessiné selon les contours géométriques, à la fois conçu par l’âme et imprimé dans la matière. Il représente le principe de continuité et un accident applicable au corps naturel. Ce corps mathématique est l’aptitude à recevoir les trois dimensions de longueur, de largeur et de profondeur, c’est-à-dire l’essence de la corporéité.

25Cette théorie avicennienne décrit ainsi, sous trois aspects complémentaires, l’ensemble des principes qui définissent le rôle et la composition du corps (c’est-à-dire son statut métaphysique) avant sa perception dans toutes les créatures observables de la nature. Tout corps naturel est une substance dotée de l’essence de corporéité, apte à recevoir une certaine longueur, largeur et profondeur.

L’influence avicennienne dans les conceptions médiévales de la corporéité de Thomas d’Aquin, Gilles de Rome et Gautier Burley

  • 44  G. Emery, « L’unité de l’homme, âme et corps, chez Saint Thomas d’Aquin, Nova et vetera, 75/2, 200 (...)
  • 45  Avec l’intérêt accru pour les doctrines eucharistiques, pour la question de la présence du corps d (...)

26Thomas d’Aquin comme Gilles de Rome sont marqués par les conceptions avicenniennes de la corporéité et ouvrent la voie à une conception plus unitaire de l’homme, où l’âme et le corps occupent des fonctions spécifiques et subordonnées l’une à l’autre. L’existence d’une âme séparée, assurant l’unité de l’homme n’empêche pas Thomas d’Aquin44 d’approfondir la condition corporelle des êtres. Tous deux distinguent à leur tour un corps qui est le genre de tout animal et un corps, dit « corps-partie », qui n’est qu’une partie essentielle de cet animal et relève de la matière45 ; comme chez Avicenne, tous deux affirment que le premier est prédicable du sujet animal, le deuxième, non.

27Burley, influencé par cette conception avicennienne, la mentionne explicitement une fois, dans un passage inédit d’une ancienne version des Catégories.

  • 46  Gautier Burley, Livre des Catégories, MS 448/409 (Oxford, Gonville and Caius College), fol. 9ra-r (...)

Avicenne qui pose pourtant une différence entre le corps qui est le genre et le corps qui est la partie, le présente ainsi. Le corps substance est composé différemment. En un sens, il est ce qui a la longueur, la largeur et la profondeur en acte, ainsi la matière est dite la partie. En un autre sens, la substance est constituée en tant qu’elle est dans la puissance réceptive de longueur, de largeur etc. Et ainsi ce corps est genre et partie issue de toute substance matérielle.46

28La substance constitue la catégorie suprême mais le corps substance s’inscrit en premier dans le genre suprême de l’être, en tant qu’il s’apprête à se doter de l’essence de la corporéité ou principe de l’extension tridimensionnelle. Dans ce même passage, Burley justifie la distinction de la substance et de la quantité. La substance et la quantité sont présentés comme deux genres aristotéliciens supérieurs subordonnés l’un à l’autre. Le corps ne renvoie plus seulement à un genre à la façon d’Avicenne mais aussi à une espèce particulière et supérieure, qui s’applique autant à la substance qu’à la quantité.

  • 47  Gautier Burley, Livre des Catégories, MS 448/409 (Oxford, Gonville and Caius College), fol. 9ra-r (...)

La substance et la quantité sont des genres différents qui ne se superposent pas et qui pourtant ont la même espèce c’est-à-dire le corps [...]. Premièrement, on dit que le corps est rattaché au corps substance et au corps quantité. Et jusqu’ici, le corps substance est rattaché au corps car en un sens il est le genre, en un autre sens, il est une partie du composé distinct [...] ; le corps dans le genre de la substance est la substance dans laquelle peuvent être posées trois dimensions. Le corps quantité est composé de dimensions. De là, le corps qui est dans le genre de la substance est proprement le sujet du corps dans le genre de la quantité [...]. Il faut aussi savoir que le corps substance, selon lequel ce corps est un genre, est commun avec la substance matérielle [...].47

29Dès lors, l’originalité doctrinale de Burley se caractérise par les néologismes corpus substantia et corpus quantitas qui soulignent l’extension des fonctions ontologiques du corps. Le corps substance ou corps « dans le genre de la substance » conditionne l’être étendu de la substance matérielle tandis que le corps quantité ou corps « dans le genre de la quantité » constitue l’essence de la corporéité elle-même.

30En tant que genre, le corps seul constitue l’essence corporelle et la matérialité de la substance. En tant qu’espèce, il s’applique à la substance comme genre premier et à la quantité comme genre second. Le corps justifie l’antériorité du genre de la substance sur le genre de la quantité dans la classification des êtres et l’inhérence de la quantité dans la substance. Cette antériorité est un trait traditionnel de la logique aristotélicienne mais la nouveauté vient de la nature commune partagée entre la substance et la quantité pour aboutir aux fondements de la créature : le corps.

Les corps genre de la substance et de la quantité dans la polémique contre Ockham (Traité des formes)

  • 48  Les écrits, comme la version inédite des Catégories citée, où le débat anti-ockhamiste n’est pas (...)

31Dans le Traité des formes, l’originalité de Burley tient en particulier au déplacement de cette théorie avicennienne de corps au cœur de sa polémique contre Ockham48. Pour approfondir les rôles ontologiques distincts de la substance et de la quantité, Burley les réunit paradoxalement en leur appliquant conjointement le corps. Attribué au genre de la quantité, le corps lui confère une fonction unique d’extension tridimensionnelle. Un autre néologisme apparaît plus loin dans la discussion, le « corps du genre de la qualité ». Seul le corps du genre de la quantité possède par soi les trois dimensions. Seul le corps du genre de la substance bénéficie de ces trois dimensions. La qualité n’en bénéficie qu’après la substance, et à ce titre seulement, sans que cela soit bien d’usage traditionnellement, dit Burley, elle pourrait être appelée corps du genre de la qualité.

  • 49  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49 : Notandum est circa corpus de genere quantitatis quod c (...)

À propos du corps du genre de la quantité, il faut noter que le corps du genre de la quantité est ce qui a par soi la profondeur, ou plutôt, ce qui est plus vrai encore, ce corps est la profondeur elle-même, il a une largeur qui est la surface lui servant de limite, la surface a une longueur c’est-à-dire une ligne qui lui sert de limite, et la ligne a un point indivisible qui limite la ligne elle-même.49

  • 50  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49 : […] circa corpus de genere quantitatis est sciendum qu (...)

[…] A propos du genre de la quantité, il faut savoir qu’il est de lui-même profond et que rien d’autre n’est profond formellement sans la raison du corps du genre de la quantité, de même que rien n’est formellement blanc sans la raison du blanc.50

32Appliqué au genre de la substance, le corps lui confère une essence première prête à recevoir les trois dimensions.

33Pour Burley, c’est l’occasion de prouver que la substance corporelle n’est pas quantifiée par soi, mais se trouve quantifiée par la quantité qui lui confère la profondeur et des limites indivisibles. Seule la quantité est la raison de la profondeur, l’extension en trois dimensions et la partibilité.

  • 51  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49 : Corpus vero de genere substantie est subjectum adequat (...)

En vérité, le corps du genre de la substance est le sujet adéquat du corps du genre de la quantité. Par exemple : la substance de la pierre a une profondeur et, par la raison de cette profondeur, la pierre est dite profonde, de même que par la raison de la blancheur, on dit qu’elle est blanche. Pour cette raison, de même que la substance de la pierre est une chose différente du blanc, de même le corps du genre de la substance est une chose différente du corps du genre de la quantité, et le corps du genre de la substance est le sujet propre du corps du genre de la quantité.51

34Bien plus, Burley précise l’antériorité partagée des deux corps genre (de la substance et de la quantité). Le corps genre de la substance est premier dans le classement des êtres, mais le corps genre de la quantité est premier dans le classement des êtres étendus :

  • 52  Gautier Burley, Traité des formes,p. 50 : […] corpus de genere substantiae […] est primo et immed (...)

le corps du genre de la substance est premier et immédiatement après lui, il y a le corps du genre de la quantité, étendu selon la longueur, la largeur et la profondeur. De là, le corps du genre de la quantité est d’abord étendu par lui-même selon les trois dimensions mentionnées et immédiatement après le corps du genre de la quantité, il y a le sujet étendu de la quantité, c’est-à-dire, le corps du genre de la substance, et ensuite la qualité et les autres accidents sont étendus selon l’extension du corps de la substance, bien que principalement et en premier lieu, ils soient étendus selon l’extension de la quantité.52

35L’usage singulier de la corporéité avicennienne par le Doctor planus et perspicuus permet de mettre en valeur la nature commune de la substance et de la quantité. Par l’inhérence du corps en chacun de ces deux genres, les fonctions uniques de ces deux catégories sont approfondies. Si leur lien de subordination reste incontournable, le lien classique d’antériorité du sujet sur l’accident s’applique aussi à celui du corps quantité sur le corps substance, dès lors que la créature dotée d’une extension vient au monde.

Un usage singulier de la physique et de la logique aristoteliciennes dans les deux derniers arguments de Burley contre Ockham

Le corps selon Ockham et Burley en  philosophie naturelle

  • 53  Pour une description précise de cette évolution, A. Lamy, « Le lexique de la quantité chez Walter (...)
  • 54  La loi aristotélicienne de l’impénétrabilité, due à l’extension tridimensionnelle des corps est fr (...)

36La fin de l’argumentaire souligne l’évolution de la polémique du Doctor planus et perspicuus contre Ockham. En effet, la distinction entre substance et quantité, si elle est enracinée dans les débats logiques de l’époque, se prolonge pour Burley dans le domaine de la philosophie naturelle et sur la discussion des indivisibles53, qui font du corps une entité continue, finie et impénétrable54. Dans sa Physique (l. I et VI), Burley, contre Ockham, oriente pleinement la notion de quantité vers la corporéité conférant au corps mathématique et naturel sa situation spatiale, son extension tridimensionnelle et ses limites. Ses extrémités, le point, la ligne et la surface, Burley les défend comme existant hors de l’esprit, puisqu’elles sont des espèces de la quantité.

37Pour le Venerabilis Inceptor au contraire,les indivisibles (le point, la ligne et la surface) ne doivent pas être distingués des corps dont ils sont les termes. Le point, pas plus que la ligne, ne se distinguent de ce qu’ils sont censés limiter :

  • 55  Guillaume D’Ockham, Somme de logique, op.cit.,ch. 44, p. 140, trad. de J. Biard.

À partir de là, je montre que le point n’est pas une chose autre que la ligne, ni la ligne une chose autre que la surface, ni la surface une chose autre que le corps.55

  • 56  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. II, p. 45, l. 11-15 : punctus non distinguitur re (...)

Le point ne se distingue pas réellement de la ligne, [...] ni la ligne de la surface, ni la surface du corps. Par conséquent, la ligne et la surface ne se distinguent pas entre elles, ni du corps.56

38Aucune chose ne nécessite d’être limitée par un terme différent d’elle. La quantité n’est donc pas un corps, c’est un signe qui suppose pour un corps ou substance et qui connote la disposition extérieure des parties. La substance et la qualité en revanche, qui sont des termes absolus signifient ce pour quoi ils supposent et donnent lieu à un engagement ontologique. Elles peuvent donc être appréhendées extra mentem dans leur singularité comme des corps naturels dotés de telle ou telle disposition.

39Dans le Traité des formes, Burley poursuit ses contestations sur la réduction ontologique ockhamiste du corps en utilisant l’impénétrabilité comme argument physique pour distinguer les corps relevant des catégories de substance et de quantité.

Les principaux arguments de la position d’Ockham sur l’impénétrabilité

40Pour le Venerabilis Inceptor, deux corps peuvent coexister dans un même lieu du fait qu’ils ont été générés ensemble à la même place.

41Avant d’en arriver à cette position définitive, Ockham rappelle, dans son Traité du corps du Christ, la position de Thomas d’Aquin, reprise par Burley et déjà évoquée par Olivi : si la substance et la qualité possèdent leur propre quantité en même temps, alors la quantité de la substance et la quantité de la qualité, qui deviennent deux quantités corporelles, sont susceptibles de se superposer dans un même lieu, ce qui est contraire à la loi physique de l’impénétrabilité.

  • 57  P. de J. Olivi, dans son Traité de la quantité avait dressé dix-sept antinomies à sa conception (...)
  • 58  Guillaume D’Ockham, Traité du corps du Christ, ch. 31, p. 174, l. 54-64 : Item, impossibile est n (...)

Olivi
Cinquièmement, il s’ensuit que plusieurs quantités ayant la tri-dimensionnalité se trouvent en même temps et les unes avec les autres, parce que la quantité de la subs­tance et les quantités de ses accidents seront nécessairement en­semble. Or cela semble contraire aux principes philosophiques et ma­thématiques.57

Ockham
De plus, il est impossible par nature qu’un seul corps, qui est la quantité, soit en même temps avec un autre corps qui est la quantité, parce que les dimensions se chassent mutuellement ; mais la qualité se trouve en même temps que la substance ; si par conséquent, une quantité était indistincte réellement de la qualité et si une quantité était réellement indistincte de la substance, deux quantités seraient naturellement en même temps, et ainsi deux solides, ou profondeurs, et deux longueurs et deux largeurs seraient ensemble. [...] Ainsi, il semble donc que, d’après les propos tenus précédemment et d’autres encore, il faut poser que la quantité diffère de la substance et de la qualité.58


42Pour dépasser cette impossibilité, Ockham met en évidence une sorte d’infériorité ontologique de certains corps ou certaines dimensions sur d’autres. Certaines dimensions donnent forme à d’autres dimensions et entretiennent avec ces dernières un rapport de sujet à accident ou de matière à forme qui permet la coexistence de ces deux corps.

  • 59  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. III, (p. 77-78), l. 311-327 : Ad ultimum illius D (...)

Contre le dernier argument de ce Docteur, je dis que, en parlant de corps de différentes natures, dont l’un est apte à être la forme de l’autre ou dont l’un et l’autre sont aptes à être la forme d’un troisième, il n’y a pas d’inconvénients à ce que deux corps se trouvent naturellement dans le même lieu. C’est le cas pour la matière et la forme ; c’est aussi le cas pour l’accident et son sujet ; c’est encore le cas pour les différents accidents qui sont nés pour informer le même sujet, comme par exemple la blancheur et la douceur dans le lait. Et pour cette raison, par l’analyse du sens du discours, on doit concéder que plusieurs corps peuvent être ensemble, c’est-à-dire que plusieurs choses qui s’étendent intégralement sur l’ensemble du lieu et qui toutes ont des parties distinctes qui chacune sont disposées dans une partie singulière du lieu, sont ensemble.59

  • 60  Guillaume D’Ockham, Traité du corps du Christ, ch. 41, p. 222, l. 23-30 et 223, l. 33-43 : Aliter (...)

On comprend aussi le corps comme ce qui, par les parties intrinsèques à lui-même, est long, large et profond. C’est une acception du corps qui n’est quasiment jamais utilisée. Pourtant, si l’on prend en compte une telle acception, il n’est pas impossible que deux corps ainsi disposés, dont l’un est né pour être la forme de l’autre, se trouvent en même temps. Et pour cette raison, il n’est pas impossible que plusieurs longueurs données et plusieurs solides se trouvent ensemble.60

43Dans ce raisonnement, les principes logiques de sujet et d’accident, les principes hylémorphiques de matière et de forme sont considérés comme des signes supposant pour des corps et indiquant la valeur de leur extension et de la disposition de leurs parties, toutes superposées les unes aux autres dans les mêmes lieux.

44Si ce rapport de matière à forme ou de sujet à accident n’est pas en vigueur entre les corps et ne permet pas de les rendre compatibles ou si les corps ne sont pas de même nature, dans ce cas, ils ne peuvent coexister dans un même lieu :

  • 61  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. III, p. 77-78, l. 311-327 : tamen quod duo corpor (...)

Pourtant, c’est un problème que soient ensemble deux corps de la même raison, dont l’un et l’autre sont complètement dans le genre ou dans une espèce de la substance, ou que soient ensemble deux corps de différentes raisons, dont ni l’un ni l’autre n’ont été créés pour être la forme de l’autre, ou dont l’un et l’autre n’ont pas été créés pour être la forme d’un troisième. Aristote et d’autres auteurs parlent de tels corps, quand ils disent que deux corps ne peuvent être ensemble.61

  • 62  Guillaume D’Ockham, Traité du corps du Christ, ch. 41, p. 222, l. 23-30 et 223, l. 33-43 : Quod t (...)

Pourtant, il est impossible par nature que puissent être ensemble plusieurs solides qui peuvent exister naturellement, bien que les parties de l’un ne soient pas dans les autres comme dans un sujet [...]. Si l’on dit que deux corps ne peuvent être ensemble, c’est-à-dire à cause de la répulsion de leurs dimensions, alors aucune de leurs dimensions ne peuvent être ensemble. Il faut dire que ce ne sont pas n’importe quelles dimensions qui répugnent à être ensemble, mais les dimensions qui peuvent naturellement subsister par soi [...].62

45Ockham n’admet finalement l’impénétrabilité des corps que parce qu’elle est observable dans la nature et que l’on peut en faire l’expérience. Les dimensions qui ne peuvent subsister ensemble sont assimilées aux corps naturels eux-mêmes.

La position de Burley : une adversité paradoxalement moins marquée face à Ockham

46Pour Burley, un corps étendu, identifié à une substance naturelle divisible et réelle ne peut subsister en même temps qu’un autre. Dans le contexte de sa polémique, le Doctor planus et perspicuus dénonce l’absurdité d’une réduction ontologique de la quantité à la substance comme à la qualité. En effet, la quantité en propre rend les êtres corporels, par conséquent, la substance comme la qualité deviendraient des corps impénétrables.

  • 63  Gautier Burley, Traité des formes, p. 53 : [...] oportet quod dicant quod utrumque, scilicet, tam (...)
  • 64  Gautier Burley, Traité des formes, p. 54 : [...] si qualitas sit corpus, et etiam substantia sit (...)

Selon eux, il est convenable de dire que l’une et l’autre, c’est-à-dire la substance comme la qualité, sont quantifiées et dimensionnées en même temps. Il faudra alors qu’ils reconnaissent d’eux-mêmes que deux corps quantifiés par eux-mêmes se trouvent en même temps dans un même lieu.63
Si la qualité était un corps et si la substance était aussi un corps, la substance et la qualité ne pourraient être en même temps dans le même lieu.64

47En recourant à la loi physique de l’impénétrabilité, Burley tente de défendre une nouvelle fois les fonctions respectives de la substance et de la quantité. En ce sens, il s’oppose clairement à Ockham.

48Pourtant, comme il applique les fonctions centrales du corps à la fois à la substance et à la quantité, il admet comme son adversaire la coexistence possible de corps dont les différentes acceptions relèvent de domaines différents de la connaissance de l’être.

  • 65  Gautier Burley, Traité des formes, p. 50 : Ad aliud argumentum, cum dicitur quod duo corpora sunt (...)

Pour avancer un autre argument, puisque l’on dit que deux corps sont ensemble dans le même lieu adéquat, c’est-à-dire le corps substance et le corps qui est la quantité, il faut dire qu’il n’y a pas d’inconvénients à ce que deux corps soient ensemble dans le même lieu, si l’un d’eux est la substance et l’autre est la quantité. Le problème de leur coexistence dans un même lieu se pose seulement s’il s’agit de deux corps du genre de la quantité. En effet, la seule dimension fait la distance selon le Philosophe, au livre IV de sa Physique. De plus, un corps ne peut rencontrer un autre corps sans le pénétrer, c’est-à-dire seulement par la raison de ses dimensions.65

49Le corps-genre de la substance et le corps-genre de la quantité peuvent coexister et se superposent même, parce que le premier garantit la teneur de sujet à la catégorie de la substance tandis que le second circonscrit la catégorie de quantité à son rôle d’accident inhérent à son sujet et venant à l’être dans un deuxième temps ontologique. Le corps genre de la substance va se doter de son extension tridimensionnelle grâce à son principe quantitatif, l’essence corporelle du corps genre de la quantité. Bien plus, Burley soutient que deux corps-genre de la quantité, qui sont les principes per se des dimensions ne peuvent coexister. En ce sens, il n’est pas loin de partager l’opinion d’Ockham qui admet la même impossibilité pour les « dimensions qui peuvent naturellement subsister par soi ». Ainsi, le Doctor planus et perspicuus mobilise une loi de philosophie naturelle qu’il applique à des corps genre, de nature logique et métaphysique et dont il partage les principes avec son adversaire.

50A la fin de cet argumentaire contre Ockham, Burley conclut que si la quantité n’est pas distinguée de la substance et de la qualité, trois écueils apparaissent : premièrement, la qualité comme le blanc, ou la douceur du miel pourraient constituer à eux seuls des corps véritables, ou quantités corporelles appelées corps du genre de la qualité ; deuxièmement, la substance en tant que corps du genre de la substance, étendue selon l’extension du corps du genre de la quantité, constituerait un corps véritable se trouvant dans le même lieu que le corps du genre de la quantité, ce qui est impossible en vertu de la loi physique de l’impénétrabilité ; troisièmement, le corps du genre de la qualité s’étendrait sur l’extension du corps du genre de la quantité de la même façon et en même temps que le corps du genre de la substance. Autrement dit, le troisième écueil consiste à penser que la quantité est conférée, au même moment ontologique, au corps du genre de la substance et au corps du genre de la qualité.

Conclusion

  • 66  G. Sondag, Duns Scot : La métaphysique de la singularité, Paris, Vrin, 2005.

51Depuis Porphyre et Avicenne jusqu’au Moyen Âge avec Burley, le corps ne cesse de tenir une place de choix auprès de la substance. Le genre du corps seul conditionne l’essence étendue des êtres à venir et permet leur partibilité et leur divisibilité. Penser la substance nécessite d’envisager le corps comme la garantie d’une extension matérielle. Avec Thomas d’Aquin et Gilles de Rome, le corps est surtout considéré dans ses rapports avec l’âme et impliqué dans les réflexions sur les conditions de l’unité humaine. Dans le domaine psychologique, se rapprocher du corps induit la proximité de la confusion et de l’irrationnel et empêche l’âme de se rapprocher du Créateur. Dans le domaine de l’ontologie, penser la substance suppose d’associer l’extension conférée par le corps à la représentation des êtres advenant au monde. Les principes essentiels de la corporéité se déploient donc en tension entre la nécessité de se représenter la substance dans la nature et la tentation de se défier de la matière dans l’équilibre psychologique humain, indéfinissable et approchant dangereusement le non-être. Dans les débats doctrinaux eucharistiques sur les conditions d’extension du corps du Christ lors de la transsubstantiation, la matière ne peut être connue sans que l’on s’interroge sur son essence première et sa quantification. Ainsi s’entrecroisent depuis la logique et l’ontologie vers la théologie puis la philosophie naturelle deux triades qui partagent en leur cœur le corps et ses dimensions : la substance, le corps, la matière (pour penser l’être intelligible face à l’être étendu) ; le corps, la quantité et la matière (pour penser le corps contenu dans l’hostie). Les philosophies de Guillaume d’Ockham et avant lui de Jean Duns Scot66 ont finalement abouti à un certain réalisme gnoséologique où le primat du singulier conduit à identifier comme des natures communes la matière, le corps et l’individu.  

52Face à ses prédécesseurs et ses contemporains, l’originalité de Burley tient aux modalités des entrelacs qu’il a tissés entre ces différents domaines où évolue le concept de la corporéité et son utilisation au cœur du débat sur la distinction entre substance et quantité. Plus que tout autre maître de la scolastique, il a donné un nouvel éclairage aux relations doctrinales complexes entre la substance, la quantité, le corps et la matière. La reprise du corps selon Avicenne, les néologismes créés et les déplacements opérés surtout à l’occasion de la polémique engagée contre Ockham, nul philosophe ne l’a fait avant lui. La richesse du débat conduit par Burley contre Ockham sur la distinction entre la substance et la quantité est ainsi une occasion inespérée pour le Doctor planus et perspicuus d’expliciter le rôle du corps dans sa classification des êtres et les fonctions centrales de ses propriétés quantitatives. L’avènement de la quantité est due à la puissance ontologique de la corporéité mais le corps doit à la quantité un règne perpétuel sur les êtres, aux côtés de la substance. Ainsi, Burley établit des relations fécondes entre ces universaux dans la nature et dans le langage tout au long de son Traité des formes.

53Dès lors, les principes logiques régissant les genres de l’être et de la quantité entretiennent une étroite cohérence avec les fondements hylémorphiques des substances matérielles et tridimensionnelles. Le corps du genre de la substance et le corps du genre de la quantité se superposent aux frontières de la métaphysique et de la philosophie naturelle, sans enfreindre la loi de l’impénétrabilité. Le corps consolide la fonction logique et ontologique de la substance et de la quantité comme sujet et accident. Il orchestre aussi l’antériorité et la postériorité ontologique des êtres. Ainsi, pour renforcer la distinction entre les deux catégories, Burley les a paradoxalement réunies sous une nature commune incontournable : le corps, à la fois essence de corporéité et substance matérielle.

54Finalement, l’itinéraire du corps aux propriétés quantitatives fondatrices des substances physiques donne à voir entre Burley et Ockham un désaccord moins prononcé qu’au premier abord. D’un côté, la réalité du corps est suspendue aux liens complexes des courants réalistes et nominalistes et à toutes les techniques du langage médiéval, où tout ce qui se voit, tout ce qui se pense se donnent à connaître sans expérimentation, où Dieu repousse les limites des représentations humaines. A ne jamais distinguer substance et quantité dans le corps, Ockham les associe finalement constamment. Il circonscrit la quantité à un rôle sémantique mais réifie volontiers ce dans quoi elle est comprise, la substance, le corps, la matière. Burley, de son côté, distingue consciencieusement quantité et substance, au point d’associer en chacune d’elles ce qui manque à l’autre. Ainsi, le réalisme gnoséologique d’Ockham souligne étrangement le réalisme ontologique de Burley dans le principe même de la profondeur.

Notes

1  Dès les premiers moments de sa création vers 1150, l’Université de Paris se dote d’un enseignement philosophique et théologique exigeant et prestigieux. Tous les futurs diplômés de la faculté des arts produisent dans leur carrière au moins deux commentaires aristotéliciens sur la physique et la logique d’Aristote, étayés des apports nouveaux issus de la philosophie d’Averroès. Parfois, ils commentent aussi le Traité sur le ciel et le Traité sur la génération et la corruption. Ces commentaires écrits répondent à une structure souvent stéréotypée, et correspondent à des activités d’enseignement et de discussions sur ces contenus. O. Weijers,« La structure des commentaires philosophiques à la faculté des arts : quelques observations », Il commento filosofico nell’occidente latino (Secoli XIII-XV). The Philosophical Commentary in the Latin West (13-15th) Centuries. Actes du colloque Florence-Pise, Octobre 2000, (« Rencontres de philosophie médiévale », 10), éds. G. Fioravanti, C. Leonardi et S. Perfetti,Turnhout, Brepols, 2002, (p. 17-41). Pierre Lombard est probablement reconnu comme l’un des premiers maîtres de l’Université. En 1152, celui-ci rédige une œuvre majeure à l’intention des futurs enseignants et des étudiants qui se destinent à des études ultérieures en théologie, le Livre des Sentences. Cet ouvrage constitue une référence fondamentale à propos d’un ensemble de positions sur Dieu, les créatures, le Christ et les sacrements. À partir d’une batterie de questions traditionnelles, chaque maître de la scolastique développe une exégèse brillante avant de livrer sa pensée propre. Très souvent, c’est l’occasion pour chacun d’ouvrir certains chapitres, fruits d’une interprétation forte et personnelle, qui marquent les premiers fondements de la production intellectuelle future. Ces études ont donné lieu au genre sententiaire daté de la première moitié du xiie siècle.

2  A. Maier, Studien zur Naturphilosophie des Spätsscholastik, I, Die Vorläufer Galileis im xive Jahrhundert, Rome, Seconda ristampa anastatica, ed. di Storia e letteratura, 1949, (p. 26-52), E. Stump, « Theology and Physics in De sacramento Altaris : Ockham’s theory of Indivisibles », Infinity and Continuity in Ancient and Medieval Thought, éd. N. Kretzmann, Ithaca, London, Cornell University Press, 1982, (p. 207-230). P. J. J. M. Bakker, La raison et le miracle, les doctrines eucharistiques (c. 1250-c.1400), Contribution à l’étude des rapports entre philosophie et théologie, deux vol., thèse inédite de doctorat, Nijmegen, 1999.

3  La première définition de la quantité chez Aristote figure dans son traité des Catégories, (Catégories, trad. de J. Tricot, Paris, Vrin, 1994), où la quantité est présentée comme un genre décliné sous sept espèces : la ligne, le surface, le corps, le nombre, le temps, le lieu et le discours. Au chapitre six, Aristote précise que la ligne, la surface, le corps et le lieu appartiennent à la quantité continue parce que leurs parties ont une disposition les unes par rapport aux autres, c’est-à-dire une zone de contact et une limite commune. Les autres passages principaux définissant la quantité se trouvent dans la Métaphysique (Métaphysique, trad. de J. Tricot, Paris, Vrin, 1991). Voir en V, 1, pour une étude générale, en X, 1, pour les modes quantitatifs de l’Un, en XIV, 1 pour l’Un en tant qu’unité de mesure première de la quantité à partir de laquelle l’Un s’applique à toutes les autres catégories. Dans la Physique, (Physique, trad. de L. Couloubaritsis, Paris, Vrin, 1999),Aristote utilise la quantité au livre III pour définir la nature du mouvement susceptible de se rattacher à la catégorie de quantité et pour la nature de l’infini. En IV, 1-5, il étudie le lieu dans sa différence ontologique avec le corps qu’il doit envelopper ; en V, 3 et VI, 1-2, Aristote développe la question du continu et de la divisibilité des parties du corps à l’infini. J. -F. Courtine, Les catégories de l’être, études de philosophie ancienne et médiévale, Paris, puf,2003.

4  Gautier Burley est un philosophe et théologien reconnu et respecté dans ses enseignements sur la philosophie d’Aristote et d’Averroès prodigués tant à Oxford (1305-1315) qu’à Paris (1316-1340). Pour la précision conceptuelle de ses œuvres de logique et l’exhaustivité de ses commentaires sur la Physique d’Aristote, R. Wood et J. Ottman, « Gautier Burley: his life and works », Vivarium, 37, 1999, (p. 1-23). Presque trente ans après ses premiers commentaires aristotéliciens, le débat contre Ockham le conduit à une réécriture d’un certain nombre de passages de ses œuvres physiques et logiques. Gautier Burley, Exposition et questions sur la Physique d’Aristote. Gualteri Burlei in physicam Aristotelis; expositio et questiones ac etiam quaestio de primo et ultimo instanti denuo revisa ac mendis purgata et accuratissima quantum ars perficere potest impressa, Venezia, 1501, dubia 13, 14 et 15, l. I, qu. 13, Utrum quantitas sit genus infiniti, fol. 13rb-va, l. I, qu. 14, Utrum punctus, linea, superficies distinguuntur a corpore, fol. 13va-14vb, l. I, qu. 15, Utrum substantia et quantitas realiter distinguantur, fol. 14vb-15vb. Exposition sur les catégories d’Aristote, Gualterii Burlei super Artem veterem Porphyrii et Aristotelis expositio. Venetiis, 1493, fol. 25ra-28ra (chapitre de la quantité). Exposition sur les catégories d’Aristote, Gualterii Burlei super Artem veterem Porphyrii et Aristotelis expositio. Venetiis, 1493, fol. 25ra-28ra (chapitre sur la quantité).

5  Entré tôt dans l’ordre des Franciscains, Guillaume d’Ockham est une figure exceptionnelle de la philosophie médiévale. Devenu sous-diacre en 1306, il commence ses études de théologie en 1309. En 1324, Ockham a pratiquement rédigé l’ensemble d’une œuvre considérable et novatrice, tant du point de vue théologique (il doit répondre à un certain nombre d’accusations, auprès du pape Jean XXII) que dans le domaine de la logique où il défend les positions nominalistes et dans le domaine de la philosophie naturelle. Il a ainsi développé une véritable théorie de la connaissance, qui part du jugement et d’une démarche analytique pour reconstruire ensuite, dans une démarche synthétique, la genèse des concepts par observation de la nature. J. Biard, Guillaume d’Ockham, logique et philosophie, Paris, puf, 1997, (p. 55-83). J. Biard, « Conception sémiologique de la science et statut ontologique de la quantité dans le nominalisme parisien du XIVe siècle », Filosofia, scienza e astrologia nel Trecento europeo : Biagio Palacani Parmense, éds. G. Federici Vescovini et F. Barocelli, (« Percorsi della scienza, storia, testi, problemi, 2 »), Padova, Il poligrafo, 1992, (p. 135-154). A. Goddu, The Physics of William Ockham, Leiden-Köln, E. J. Brill, 1984.

6  Gautier Burley, Traité des formes,éd. F. Scot, Gautier Burley’s treatise De formis, München, Verlag der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 1970, (p. 7-69). Dans son introduction, F. Scot présente la structure des deux parties du traité (Pars prior (p.7-48), Pars posterior, (p. 49-69)) dont les propos sont de nature si différente que l’éditeur doute beaucoup de leur unité doctrinale.

7  O. Larre, « Walter Burley. Las primeras reacciones contre Ockham desde el realismo », Estudios franciscanos, 98, 1997, (p. 11-28). F. Amerini, « What is real. A reply to Ockham’s ontological program », Vivarium,43/1, 2005, (p. 187-212).

8  Guillaume D’Ockham, Summa logicae, éds. P. Boehner, G. Gal et S. Brown, St. Bonaventure, New York, The Franciscan Institute (« Opera philosophica »I), 1974, Somme de logique, C. Grellard, K. Sang Ong-Van-Cung, Editions t.e.r, Mauvezin, 1988-2008, Tractatus de corpore Christi, éd. C. Grassi, St. Bonaventure, New York, (« Opera theologica » X), 1986, ch. 36 et 41, Tractatus de quantitate, éd. C. Grassi, St. Bonaventure, New York (« Opera theologica » X), 1986, qu. 1, (p. 4-45), « Si le point est une chose absolue, distincte réellement de la quantité » (Utrum punctus sit res absoluta, distincta realiter a quantitate), qu. 2, (p. 45-51), « Si la ligne et la surface se distinguent réellement entre elles et du corps » (Utrum linea et superficies realiter distinguantur inter se et a corpore), qu. 3, (p. 51-85), « Si le corps qui est la quantité est une chose absolue, distincte réellement de la substance », (Utrum corpus quod est quantitas sit res absoluta, distincta realiter a substantia), Expositio in libros Physicorum Aristotelis, éds. V. Richter et G. Leibold, St. Bonaventure, New York, (« Opera philosophica » IV), 1985, ch. 44 et 48.

9  Gautier Burley, Traité des formes, (p. 49-57).

10  Le corps métaphysique renvoie aux principes premiers de ses fondations, qui conditionnent et préparent sa composition. Nous concevons ces caractéristiques abstraites dans notre esprit et dans l’intelligible avant que ce corps n’advienne concrètement au monde dans les créatures. Le corps est composé de matière première et d’un certain nombre de formes : la plus importance est celle qui lui permet de présenter une identité singulière, une unité et une intégralité (la forme substantielle), les autres lui confèrent toutes ses données accidentelles dont les propriétés quantitatives font partie (un corps étendu, petit, grand, froid, coloré, doux etc…).

11  Le corps naturel est le corps accompli et réalisé que l’on peut percevoir à travers toutes les créatures observées par l’expérience de notre réception, dans la nature concrète elle-même.

12  A. Maier, « Das Problem der Quantität oder der raümlichen Ausdehnung 1. Die Auffassung des Problems vor Ockham 2. Wilhelm Ockhams Deutung der Quantität 3. Die Kritik der Naturphilosophen an Ockhams Lehre », Metaphysische Hintergründe der Spätscholastischen Naturphilosophie, (« Storia et letteratura »52), Rome, Seconda ristampa anastatica, ed. di Storia e letteratura, 1955, (p. 26-52).

13  Gautier Burley, Traité des formes, (p. 58-65).

14  H. Hugonnard-Roche, « Analyse sémantique et analyse secundum imaginationem dans la physique parisienne au xive siècle », Studies in Medieval Natural Philosophy, éd. S. Caroti, (« Biblioteca di Nuncius. Studi e Testi », 1), Florence, L.S. Olschki, 1989, (p. 133-153), J. Biard, Guillaume d’Ockham, logique et philosophie, Paris, puf, 1997, p. 65, A Lamy, « Les arguments de potentia divina sur la structure du continu dans l’œuvre de Walter Burley », Antonianum, lxxxv/1, 2010, (p. 81-96).

15  S. Donati, « “Utrum accidens possit existere sine subjecto” », Aristotelische Metaphysik und christliche Theologie in einigen ungedruckten Physikkomentaren des ausgehenden 13. Jahrhunderts, After the Condemnations of 1277. The University of Paris in the last quarter of the thirteenth Century, éds. J. Aertsen, K. Emeryet A. Speer, Miscellanea Mediaevalia  28, Berlin , G. de Gruyter, 2001, (p. 577-617).

16  Les principaux arguments théologiques du Traité du corps du Christ et du Traité de la quantité sont réfutés par Burley dans cette discussion.

17  Jusqu’en 1328 à Oxford, date de parution du traité sur le continu de Thomas Bradwardine, puis à Paris entre 1326 et 1330, Henri de Harclay, Gautier Chatton, Gérard d’Odon ou Nicolas Bonet défendent l’existence des indivisibles. J. Biardet J. Celeyrette(éds.), De la théologie aux mathématiques, l’infini au XIVe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2005. J. Biard, « Nicolas d’Autrécourt et Gautier Burley », Nicolas d’Autrécourt et la faculté des Arts de Paris (1317-1340), éds. S. Caroti et Ch. Grellard, Césène, Stilgraf, 2006, (p. 299-318), J. Celeyrette, « L’indivisibilisme de N. D’Autrécourt dans le contexte parisien des années 1330 », Nicolas d’Autrécourt et la faculté des Arts de Paris (1317-1340), éds. S. Caroti et Ch. Grellard, Césène, Stilgraf, 2006, (p. 195-218). Pour une étude des indivisibles dans l’histoire des sciences, D.W. Zimmerman, « Indivisible Parts and Extended Objects: Some Philosophical Episodes from Topology’s Prehistory », Monist, 79, 1996, (p. 148-180). Pour un recensement exhaustif des affrontements doctrinaux entre Burley et Ockham dans la dernière version du commentaire burléien de la Physique et en particulier sur les indivisibles, E. Sylla, « Walter Burley’s practice as a Commentator », Medioevo, XXVII, 2002, (p. 301-371).

18  Gautier Burley, Traité des formes, (p. 65-69).

19  A. Conti, « Ontology in Walter Burley’s last commentary on the Ars vetus », Franciscan studies, 50, 1992, (p. 121-176), « Realism in the later Middle Ages: an Introduction », Vivarium, 43/1, 2005, (p. 1-5). E. Karger, « Mental sentences according to Burley and to early Ockham », Vivarium, 34/2, 1996, (p. 192-230), « Walter Burley’s realism », Vivarium,37/1 1999, (p. 24-40). L. Cesalli, « Le réalisme propositionel de Walter Burley », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 68, 2001, (p. 155-221).

20  La première version (avant 1319), intitulée Ancienne exposition sur le livre des catégories (« Walter Burley’s Expositio vetus super librum praedicamentorum », éd. M.Von Perger, Franciscan studies,61, 2003, (p. 55-96) et la dernière version (autour de 1337), dénommée Exposition sur les catégories d’Aristote relèvent respectivement d’une influence modérée de Henri de Gand d’abord, puis d’Albert le Grand ensuite.

21  Les commentaires sur les Catégories d’Aristote de Boèce (480-525) ont servi de modèle à tous les philosophes de la période médiévale. A. de Libera, L’art des généralités, théories de l’abstraction, Paris, Aubier, 1999, (p. 202-249).

22  C. Panaccio, Les mots, les concepts et les choses. La sémantique de Guillaume d’Occam et le nominalisme aujourd’hui, Montréal-Paris, Presses Universitaires de Montréal, Vrin, 1992,« La philosophie du langage de Guillaume d’Ockham », Sprachtheorien in Spätantike und Mittelalter, éd. S. Ebbesen, Tübingen, G. Narr, 1995, (p. 184-206).

23  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. III, p. 67, l. 10-15 : [...] Philosophus non intendit distinguere inter ista ita videlicet quod ista sint res absolutae, distinctae realiter inter se, se intendit distinguere inter ista praedicamenta quae important res, non quidem distinctas res, sed easdem, quamvis modis diversis ; qui modi non sunt nisi modi grammaticales vel logicales. Et ideo, quamvis hoc praedicamentum quantitas sit distinctum realiter – si sit res in anima – ab aliis praedicamentis [...] non tamen importat aliam rem per se unam, nisi illa res sit substantia vel qualitas. Sur le fait que les catégories de substance et de qualité renvoient directement à des choses réelles extra mentem, voir aussi Quodlibet VI, qu. 16. Voir aussi Guillaume D’Ockham, Exposition sur la Physique d’Aristote, livre I, t. 15 (185 a 32 b 5), ch. 4, § 5, p. 59, l. 176-185.

24  Guillaume D’Ockham, Exposition sur la Physique d’Aristote, l. VI, t. 49 (236 b 1-8), ch. 9, § 5, (p. 527-528), l. 9-24 et l. 25-27 : secundo sciendum quod Philosophus hic dicit quod homo est divisibilis per se, et tamen homo est substantia, ergo “esse divisibile per se” competit substantiae. Et per consequens, cum nihil sit per se divisibile nisi quantitas, secundum intentionem Philosophi, sequitur quod vere homo est quantitas […]. Voir aussi Guillaume D’Ockham, Somme de logique, ch. 44, (p. 148-149), trad. de J. Biard. Au chapitre suivant, Ockham livre sa conclusion : « J’affirme donc que la pensée d’Aristote et de beaucoup d’autres fut qu’aucune quantité n’est une chose totalement distincte de la substance et de la qualité ».

25  Guillaume D’Ockham, Questions sur le livre des Sentences, Quaestiones in librum quartum Sententiarum (Reportatio), éds. R. Wood et G. Gal, « Opera theologica » VII, St. Bonaventure, New York, 1984,IV, qu. 8, p. 149 : Ideo dico quod vere substantia panis adnihilatur, et est tunc hic conversio panis in corpus Christi, quia post panem fit hic corpus Christi, sicut ex nocte fit dies et ex mane meridies.

26  Guillaume D’Ockham, Traité sur le corps du Christ,ch. 31, p. 172, l. 8-19. 

27  Pour une étude exhaustive de la doctrine eucharistique ockhamiste, R. Imbach, « Philosophie und Eucharistie bei Wilhelm von Ockham », Ockham and Ockhamists, éds. E.P. Bos et H.A Krop, acts of the symposium organized by the Dutch society for medieval philosophy, Medium aevum, on the occasion of its 10th anniversary, « Artistarium Supplementa » 4, Ingenium Publishers, Nijmegen, 1987, (p. 43-57), P.J.J.M. Bakker, La raison et le miracle, les doctrines eucharistiques (c.1250-c.1400), Contribution à l’étude des rapports entre philosophie et théologie, 2 vol., thèse de doctorat, Nijmegen, 1999, (p. 248-250).

28  Pour une présentation des arguments essentiels d’Olivi sur la quantité et pour une présentation de ses œuvres, voir P. J. J. M. Bakker, Les doctrines eucharistiques., (p. 342-352).

29  P. J. J. M. Bakker expose en détails le développement ockhamiste de la subsistance de la qualité sur l’Autel à partir des ch. 21 à 23 du Traité du corps du Christ d’Ockham, Les doctrines eucharistiques, 1999,(p. 396-398).

30  Gautier Burley, Traité des formes, p. 52 : [...] ad id dicunt quod in Sacramento Altaris non manet substantia panis nec manet illa quantitas quae fuit substantie panis, manet tamen quantitas quae est qualitas.

31  Gautier Burley, Traité des formes, deuxième partie, (p. 51-52) : Et si dicatur quod in Sacramento Altaris manet quantitas et non manet substantia panis, ergo quantitas est alia res a substantia.

32  Le contexte eucharistique implique non seulement la distinction entre substance et quantité mais aussi entre substance, quantité et qualité, comme la position d’Ockham l’indique.

33  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49, 50, 51.

34 Ibid., p. 51-52.

35 Ibid., p. 53-54.

36 Ibid., p. 54-55.

37  Ibid., p. 56-57.

38  Ibid., p. 57 : Nec est verum quod sic opinantes dicunt quod omne profundum est per se corpus et per se quantum, quia, si sic esset, materia prima lapidis esset corpus et forma substantialis extensa ad extensionem materiae esset corpus et color suus esset corpus et siccitas esset aliud corpus et etiam densitas esset aliud corpus et sic de multis aliis quod non est verum, quia sic aggregatum ex omnibus illis esset majus unoquoque illorum [...] corpus enim cum albedine non est majus quam corpus sine albedine, quia equale locum occupat sive habeat albedinem sive non. Ergo albedo, dulcedo, et hujusmodi non sunt per se corpora, cum non faciant majus cum illo cui adveniant.

39  Le principe de divisibilité de la substance est une question très étudiée chez Burley avant 1320, qui devient centrale dans le débat contre Ockham après 1320. Gautier Burley, Exposition avec questions, MS 448/409, Gonville and Caius College, Oxford, fol. 195b-196a, MS 512/543, Bibliothèque universitaire, Cambridge, fol. 117va, 120vb. Exposition sur la Physique d’Aristote, l. I, qu. 15, 16, 17, fol. 15rb et 18ra-vb, l. III, qu. 18, fol. 83va, 84ra. Exposition sur les catégories d’Aristote, fol. 26ra-rb-28ra, Traité des formes, p. 59.

40 Gautier Burley, Traité des formes,p. 57 : [...] substantia corporea et corpus quod est quantitas et albedo extensa in toto corpore sunt tria profunda et tamen non habent nisi unam profunditatem scilicet, profunditatem de genere quantitatis.

41  A. de Libera, L’art des généralités, théories de l’abstraction, Paris, Aubier, 1999, (p. 209-215).

42  G. Finianos, De l’existence à la nécessaire existence chez Avicenne, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007, (p. 91-96). A. de Libera, L’art des généralités, théories de l’abstraction, Paris, Aubier, 1999, (p. 559-590).

43  Avicenne, Livre de la philosophie première ou de la science divine, II, ch. 2, (p. 71-73) et V, ch. 3, (p. 247-248), éd. S. Van Riet, (« Avicenna latinus »), Louvain, Leiden, 1977.

44  G. Emery, « L’unité de l’homme, âme et corps, chez Saint Thomas d’Aquin, Nova et vetera, 75/2, 2000, (p. 53-76). K. Nolan, The Immortality of the soul and the resurrection of the body according to Giles of Rome : a historical study of a 13th century theological problem, Rome, Studium theologicum Augustinianum, 1967.

45  Avec l’intérêt accru pour les doctrines eucharistiques, pour la question de la présence du corps du Christ sur l’autel et la subsistance des accidents eucharistiques, les conceptions médiévales évoluent aussi vers une conception de la corporéité étroitement associée à l’ontologie de la matière. C. König-Pralong, « Corps, cadavre, matière. Autour de Gilles de Rome, Henri de Gand et Dietrich de Freiberg », Quaestio,7, 2007, (p. 339-359). Ces discussions ravivent l’importance des principes naturels de la corporéité et de la matière. La quantité désignée comme étendue prend une signification nouvelle. Les commentaires sur la Physique de Philopon datant de 517 à propos de la corporéité sont reconsidérés ainsi que les diverses interprétations de la doctrine averroïste des dimensions indéterminées d’Averroès. Autour de 1025, Avicenne soutient que la matière trouve son extension dans une forme de corporéité inséparable d’elle, éternelle, relevant de la catégorie de substance(Liber de philosophia prima sive scientia divina, éd. S. Van Riet, Peeters, E. J. Brill, Louvain-Leiden, 1977-1980, Pars ii, (p. 96-100)). Un siècle plus tard, avec Averroès, la matière devient au contraire inséparable d’accidents premiers de nature quantitative qui lui confère son extension et sa capacité à recevoir différentes formes (Averroes’ ‘De substantia orbis’, éd. A. Hyman, Medieval academy books, Cambridge, 1986, l. I, ch. 2). S. Donati, « Materie und raümliche Ausdehnung », Raum und Raumvorstellung im Mittelalter, éds. J. A. Aertsen et A. Speer, (« Miscellanea Mediaevalia », 25), Berlin-New-York, G. de Gruyter, 1998, (p. 17-51), S. Donati, « The Doctrine of dimensiones indeterminatae in the Commentary Tradition of the Physics in the XIIIth and in the Early XIVth Century », The Dynamics of Aristotelian Natural Philosophy, éds. C. H. Leijnhorst, C. H. Lüthy et J. M. M. H. Thijssen, Leiden, Boston, Köln, E. J. Brill, 2002, (p. 188-223), « Il dibattito sulle dimensioni indeterminate tra XIIIe e XIVe secolo : Thomas Wylton e Gautier Burley », Medioevo, 29, 2004, (p. 177-231), S. Donati, « Materia e dimensioni tra XIII e XIV secolo: la dottrina delle dimensiones indeterminatae », Quaestio,7, 2007, (p. 1-31), « Gautier Burley: dimensioni indeterminate ed extensio materiae », (p. 384-390).

46  Gautier Burley, Livre des Catégories, MS 448/409 (Oxford, Gonville and Caius College), fol. 9ra-rb: Avicenna tamen ponens differentiam inter corpus quod est genus et corpus quod est pars dicit sic. Corpus substantia differenter constituitur. Uno modo ut est habens longitudinem, latitudinem et profunditatem in actu et sic materia dicitur pars. Alio modo constituitur substantia, ut est in potentia receptiva, longitudinem et latitudinem etc. et sic est genus et pars de omni substantia composita.

47  Gautier Burley, Livre des Catégories, MS 448/409 (Oxford, Gonville and Caius College), fol. 9ra-rb: substantia et quantitas sunt diversa genera non subalternatim posita et tamen habent eamdem speciem scilicet corpus [...]. Ad primum eorum, dicitur quod corpus est relatum ad corpus substantiam et ad corpus quantitatem. Et adhuc corpus substantia est relatum, quia uno modo est genus et alio modo est altera pars compositi distincti [...] corpus in genere substantiae est substantia in qua possunt poni tres dimensiones. Corpus quantitas est compositum ex dimensionibus. Unde corpus est in genere substantiae, est proprie subjectum corporis in genere quantitatis [...]. Sciendum etiam, quod corpus substantia secundum quod est genus, est commune cum substantia materiali [...].

48  Les écrits, comme la version inédite des Catégories citée, où le débat anti-ockhamiste n’est pas explicitement présent, doit être datée d’avant les années 1320, période durant laquelle « Burley n’a pas conscience qu’Ockham est un ennemi » (R. Wood, « Walter Burley: his life and works », Vivarium, 37, 1999, (p. 1-23). A. Lamy, « L’évolution stylistique de la dispute dans les commentaires de Burley sur le statut de la quantité », Romania, t. 127, 2009, (p. 446-459). Le Traité des formes en revanche date d’après 1320.

49  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49 : Notandum est circa corpus de genere quantitatis quod corpus de genere quantitatis est illud quod de se habet profunditatem, immo quod verius est, est ipsa profunditas et habet latitudinem, quae est superficies terminans ipsum, et superficies habet longitudinem, scilicet lineam terminantem ipsam et linea habet punctum indivisibilem terminantem ipsam lineam.

50  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49 : […] circa corpus de genere quantitatis est sciendum quod ipsum est secundum se profundum et nihil aliud est profundum formaliter nisi ratione corporis de genere quantitatis, sicut nihil formaliter est album nisi ratione albedinis.

51  Gautier Burley, Traité des formes, p. 49 : Corpus vero de genere substantie est subjectum adequatum corporis de genere quantitatis. Verbi gratia : substantia lapidis habet profunditatem et ratione illius profunditatis dicitur profunda, sicut ratione albedinis dicitur alba. Et ideo, sicut substantia lapidis est alia res ab albedine, cum sit subjectum albedinis, ita corpus de genere substantie est alia res a corpore de genere quantitatis et corpus de genere substantie est proprium subjectum corporis de genere quantitatis.

52  Gautier Burley, Traité des formes,p. 50 : […] corpus de genere substantiae […] est primo et immediate post corpus de genere quantitatis sic extensum secundum longum latum et profundum. Unde corpus de genere quantitatis primo et ex se, est extensum secundum dictas tres dimensiones et immediate post corpus de genere quantitatis est subjectum quantitatis sic extensum, scilicet, corpus de genere substantiae et postea qualitas et alia accidentia sunt extensa ad extensionem corporis substantiae, quamvis principaliter et primo sint extensa ad extensionem quantitatis.

53  Pour une description précise de cette évolution, A. Lamy, « Le lexique de la quantité chez Walter Burley. Un glossaire de philosophie naturelle (1310-1340) », Bulletin du Cange,alma, 2011, 69, (p. 81-107).

54  La loi aristotélicienne de l’impénétrabilité, due à l’extension tridimensionnelle des corps est fréquemment mobilisée dans les commentaires médiévaux sur le mouvement (l. III), sur la différence entre le lieu et la matière et la définition du lieu (l. IV), sur la structure de l’infini (l. vi).

55  Guillaume D’Ockham, Somme de logique, op.cit.,ch. 44, p. 140, trad. de J. Biard.

56  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. II, p. 45, l. 11-15 : punctus non distinguitur realiter a linea [...] nec linea a superficie nec superficies a corpore. Et per consequens linea et superficies non distinguuntur inter se nec a corpore. Voir aussi Somme de logique partie I, ch. 45-48, (p. 132-153), Quodlibet I, qu. 9, Exposition sur le livre des catégories d’Aristote,ch. 10 § 4 oph. II, (p. 205-224), Exposition sur la Physique d’Aristote,livre III, t. 35, (204 a 8-14), ch. 9, livre III, t. 65-66 (207 a 18-28), ch. 14, § 5, p. 514.

57  P. de J. Olivi, dans son Traité de la quantité avait dressé dix-sept antinomies à sa conception de la quantité. C’est la cinquième antinomie qui semble avoir été reprise par Ockham dans ses traités théologiques et par Burley. P. De Jean Olivi, Traité de la quantité, fol. 50ra: Quinto sequetur quod plures quantitates trinam dimensionem habentes sint simul et inter se invicem, quia quantitas substantie et quantitates accidentium suorum erunt necessario simul ; hoc autem videtur esse contra principia philosophica et mathematica.

58  Guillaume D’Ockham, Traité du corps du Christ, ch. 31, p. 174, l. 54-64 : Item, impossibile est naturaliter unum corpus quod est quantitas esse simul cum alio corpore quod est quantitas, quia dimensiones mutuo se expellunt ; sed qualitas simul est cum substantia ; si igitur aliqua quantitas esset indistincta realiter a qualitate et aliqua esset indistincta realiter a substantia, duae quantitates essent naturaliter simul, et ita duae soliditates seu profunditates et duae longitudines et duae latitudines essent simul [...] [l. 69-71]. Sic igitur videtur quod propter praedicta et alia oportet ponere quantitatem differentem a substantia et qualitate.

59  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. III, (p. 77-78), l. 311-327 : Ad ultimum illius Doctoris dico quod loquendo de corporibus diversarum rationum, quorum unum natum est esse forma alterius vel quorum utrumque natum est esse forma tertii, non est inconveniens duo corpora naturaliter esse simul in eodem loco. Et sic se habent materia et forma ; sic etiam se habent accidens et suum subjectum ; sic etiam se habent diversa accidentia quae nata sunt informare idem subjectum, sicut se habent albedo et dulcedo in lacte. Et ideo de virtute sermonis debet concedi quod plura corpora possunt esse simul.

60  Guillaume D’Ockham, Traité du corps du Christ, ch. 41, p. 222, l. 23-30 et 223, l. 33-43 : Aliter autem accipitur corpus pro omni illo quod per partes intrinsecas sibi est longum, latum et profundum, et sic raro vel numquam accipitur corpus. Si tamen sic accipiatur, non est impossibile talia duo corpora, quorum unum natum est esse forma alterius, esse simul. Nec est impossibile aliqua multa quae nata sunt informare unum subjectum esse simul. Et ideo plures longitudines tales et plures soliditates esse simul non est impossibile.

61  Guillaume D’Ockham, Traité de la quantité, qu. III, p. 77-78, l. 311-327 : tamen quod duo corpora ejusdem rationis, quorum utrumque sit complete in genere vel in aliqua specie substantiae, vel duo corpora diversarum rationum, quorum neutrum natum est esse forma alterius nec utrumque tertii, sint simul, est inconveniens. Et de talibus corporibus loquitur Aristoteles et alii auctores, quando dicunt quod duo corpora non possunt esse simul.

62  Guillaume D’Ockham, Traité du corps du Christ, ch. 41, p. 222, l. 23-30 et 223, l. 33-43 : Quod tamen plures soliditates, quae naturaliter possunt exsistere quamvis non sint partes alicujus nec in aliis tamquam in subjectis, esse simul est impossibile per naturam [...]. Si dicas quod duo corpora non possunt esse simul, hoc est propter repugnantiam illarum dimensionum, igitur nullae dimensiones possunt esse simul, dicendum est quod non quaecumque dimensiones repugnant esse simul, sed dimensiones quae possunt naturaliter per se subsistere [...].

63  Gautier Burley, Traité des formes, p. 53 : [...] oportet quod dicant quod utrumque, scilicet, tam substantia quam qualitas, est eque primo quantum et dimensionatum et sic oportebit ipsos concedere quod duo ex se quanta sunt simul in eodem loco.

64  Gautier Burley, Traité des formes, p. 54 : [...] si qualitas sit corpus, et etiam substantia sit corpus, non possunt substantia et qualitas esse simul in eodem loco.

65  Gautier Burley, Traité des formes, p. 50 : Ad aliud argumentum, cum dicitur quod duo corpora sunt simul in eodem loco adequato, scilicet, corpus substantia et corpus quod est quantitas, dicendum quod non est inconveniens duo corpora esse simul in eodem loco adequato, scilicet, corpus substantia et corpus quod est quantitas, dicendum quod non est inconveniens duo corpora esse simul in eodem loco quorum unum est substantia et aliud est quantitas sed solum de duobus corporibus de genere quantitatis est inconveniens quod illa sint in eodem loco quia sola dimensio facit distare secundum philosophum quarto Phisicorum [livre IV, 209 a 5-6] et quod unum corpus non potest ingredi aliud nisi penetraret ipsum, hoc est solum ratione dimensionum.

66  G. Sondag, Duns Scot : La métaphysique de la singularité, Paris, Vrin, 2005.

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Lamy, « Les propriétés quantitatives du corps dans le Traité des formes (pars posterior) de Gautier Burley », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 511-535.

Référence électronique

Alice Lamy, « Les propriétés quantitatives du corps dans le Traité des formes (pars posterior) de Gautier Burley », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12630 ; DOI : 10.4000/crm.12630

Auteur

Alice Lamy

Académie de Paris

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes