Navigation – Plan du site

Théâtre et pédagogie au XVIe siècle : les jeux scolaires de Barthélemy Aneau

Pédagogie de l’énigme

Le Lyon Marchant de Barthélemy Aneau (1541)
Estelle Doudet
p. 395-411

Résumé

Lyon Marchant, performed by the students of Trinity College in Lyons (1541) under B. Aneau’s supervision, appears exceptional in the French-speaking drama of the 16th century. In this paper, we aim to demonstrate that, as a topical drama, the play proposes to young players to learn and master public expression, through the satirical interpretation of contemporary events. We also question the ways the language can express reality, encoding and decoding judgments by verbal puns or visual enigmas. Learning politics on stage means to learn the complexity of dramatic langage. Lyon Marchant, « french satire », is also entitled by Aneau « enigma ». The play calls players, spectators and readers to reflect and interpret, a process complexified by the marginal notes of the printed edition in 1542. Aneau, translator of Alciat’s Emblemata and familiar of Rabelais’s novels, uses the dramatic stage as a pedagogical experiment about the problematic relations between language, reality and signification, a crucial debate for the 16th century.

Le Lyon Marchant, joué par les élèves du collège de la Trinité à Lyon en 1541 sous la direction de B. Aneau, apparaît comme un hapax dans la tradition dramatique en langue française au XVIe siècle. Nous essaierons de montrer que, pièce d’actualité, elle offre aux jeunes gens qui la jouent un moyen d’acquérir une maîtrise de la parole publique, passant par la lecture satirique des faits d’actualité. Elle interroge la façon dont le langage peut dire le réel, cryptant et décryptant les jugements par le moyen d’équivoques rimées ou d’énigmes figurées. La pédagogie du politique est une pédagogie du discours dramatique et de sa complexité. Lyon Marchant, satyre françoise est également intitulée par Aneau « enigme ». La pièce tend en effet à provoquer chez les joueurs, les spectateurs et les lecteurs un processus de réflexion et d’interprétation, enrichi par les gloses de l’imprimé de 1542. Aneau, traducteur des Emblemata d’Alciat et lecteur de Rabelais, trouve ainsi dans la scène dramatique un lieu d’expérimentation pédagogique éclairant les débats de son époque sur les relations entre langage, réel et sens.

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2014.

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Doudet, « Pédagogie de l’énigme », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 395-411.

Référence électronique

Estelle Doudet, « Pédagogie de l’énigme », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 août 2014. URL : http://crm.revues.org/12558 ; DOI : 10.4000/crm.12558

Auteur

Estelle Doudet

Université Lille 3–Charles-de-Gaulle

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes