Navigation – Plan du site

Théâtre et pédagogie au XVIe siècle : les jeux scolaires de Barthélemy Aneau

Introduction : Théâtre et pédagogie au XVIe siècle, les jeux scolaires de Barthélemy Aneau

Estelle Doudet, Mathieu Ferrand et Katell Lavéant
p. 359-361

Texte intégral

  • 1  V.-L. Saulnier, Maurice Scève, Paris, Klincksieck, 1948-1949.
  • 2  P. Servet, « Une figure lyonnaise de l’éducation humaniste : B. Aneau », L’Éducation au XVIe si (...)
  • 3  K. Meerhoff, Rhétorique et poétique au XVIe siècle en France. Du Bellay, Ramus et les autres,Le (...)

1La fin du XXe siècle a été favorable à Barthélemy Aneau. Au milieu du siècle, V.-L. Saulnier avait résumé ses activités pédagogiques dans le « rabat de régent » d’un esprit pédant et sans originalité1, et une quarantaine d’années plus tard, P. Servet voyait encore en lui « un écrivain mûr pour la réhabilitation2 ». Mais, après la fine lecture donnée du Quintil Horacien par K. Meerhoff, révélant en Aneau l’adversaire retors de Du Bellay, les travaux de M. M. Fontaine ont mis en lumière l’imagination foisonnante du romancier dans Alector. La monographie de B. Biot a restitué au polygraphe son importance3.

  • 4  B. Aneau, Chant natal contenant sept noelz, un chant pastoural, et ung chant royal, avec ung myste (...)
  • 5  Id., Lyon Marchant, Satyre Françoyse, Lyon, P. de Tours, 1542. Aneau a composé et publié un autr (...)
  • 6  F. Rabelais, Gargantua, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard (Bibl. de la Pléiade), p. 93.
  • 7  B. Biot, « Un projet innovant pour un collège humaniste : Le Formulaire et Institution du collège (...)

2Ces récentes relectures incitent à poursuivre l’étude de sa production, notamment de ses textes dramatiques et des contextes qui leur donnaient sens. Barthélemy Aneau fut en effet, à l’instar de nombre de ses contemporains, un homme de la scène. Comme certains d’entre eux, il en a exploré les possibilités dans le cadre de sa profession, celle d’un professeur puis d’un régent de collège. En 1539, Aneau, qui enseigne depuis peu au collège de la Trinité à Lyon, publie le Chant Natal4. Le recueil réunit plusieurs pièces d’inspiration religieuse, monologiques ou dialogiques, noëls chantés sans doute par les classes des petites écoles, le collège offrant un enseignement élémentaire. En 1542, il livre à l’impression le Lyon Marchant, dont le titre indique qu’il a été « joué au collège de la Trinité à Lyon [en] 15415 ». L’œuvre est plus ambitieuse ; sa complexité d’écriture et de mise en scène, fondée sur l’hybridité virtuose caractéristique d’Aneau, laisse supposer une représentation par des élèves plus âgés, déjà engagés peut-être dans l’étude du trivium. Les deux ensembles témoignent de l’importance pédagogique du jeu dramatique. Réciter en public, assumer un rôle permettent la domestication des voix et des gestes, l’acquisition de compétences oratoires et rhétoriques adaptées à l’âge des élèves, l’apprentissage d’une réflexion sur les pouvoirs de la parole. « Gestes tant propres, pronunciation tant distincte, voix tant eloquente et languaige tant orné » : la formation par la scène n’offre-t-elle pas ce qui distingue Eudémon, « jeune homme du temps present », du jeune géant hébété, dans le célèbre chapitre XV de Gargantua6 ? En rédigeant le Formulaire et Institution du collège de la Trinité7lorsqu’il en devient le régent, Aneau dessine un cadre théorique qui s’écarte sur plusieurs points du modèle érasmien qu’il prend pour source d’inspiration. L’apprentissage des élèves ne se fait pas seulement à ses yeux à travers les récitations en « bon latin », mais aussi dans cette langue française chantée, au sens propre et figuré, par le Chant Natal et le Lyon Marchant.

  • 8  Les principales contributions à l’étude de ces pièces sont les suivantes : V.-L. Saulnier, « Le th (...)

3On peut se demander dans ces conditions pourquoi les textes dramatiques d’Aneau sont demeurés inédits jusqu’à nos jours et pourquoi leur étude est encore relativement délaissée8. L’univers des écoles n’a pas toujours été perçu comme le terrain propice à un véritable travail d’écriture et de réflexion. Il nous semble urgent, à travers l’exemple de Barthélemy Aneau, de mieux comprendre l’œuvre de ceux qui furent à la fois dramaturges et pédagogues, en envisageant les relations entre théâtre et école autrement que sous le signe d’une dévaluation mutuelle. De plus, ces pièces, élaborées au tournant des années 1540, ont longtemps semblé trop « humanistes » pour les spécialistes du Moyen Âge, trop « médiévales » pour les spécialistes de la Renaissance. Loin de les marginaliser, cette position nous a semblé d’un profond intérêt. Notre commune hypothèse est que la démarche d’Aneau illustre la confluence des univers culturels et éducatifs que les fictions rabelaisiennes et les injonctions érasmiennes ont longtemps conduit à opposer caricaturalement. On sait aujourd’hui que l’acquisition des compétences rhétoriques par la scène était proposée très précocement dans le cursus scolaire hérité du système médiéval et que la propagation de la pédagogie théâtrale dans les collèges humanistes puis chez les Jésuites s’est développée à partir de cet héritage, bien avant le milieu du XVIe siècle. Pour autant, l’art dramatique qu’Aneau offre à ses élèves, s’il s’enracine dans la culture du moyen français, l’enrichit aussi de décalages signifiants, indices de son attention aux idées les plus récentes auxquelles l’univers lyonnais des années 1530-1540 lui donne largement accès.

  • 9  Voir également de M. Ferrand, « Le théâtre des collèges, la formation des étudiants et la transmis (...)
  • 10  Voir également de K. Lavéant « L’apprentissage par le théâtre : quatre pièces scolaires pour l’Ave (...)
  • 11  L’édition critique du Lyon Marchant est en préparation par E. Doudet, Recueil de moralités,Paris, (...)

4Le dossier suivant propose les résultats d’un travail collectif ayant pour champ d’étude commun le théâtre de la période 1450-1550. Nous avons souhaité aborder l’œuvre dramatique d’Aneau, du Formulaire aux textes du Chant Natal et du Lyon Marchant,dans sa cohérence. Nous tentons d’en saisir les contours à travers les études croisées de ses divers contextes. Elle offre un important témoignage sur les capacités oratoires et rhétoriques que les enseignants souhaitaient voir acquérir à leurs élèves en français, ce qui permet de jeter un éclairage nouveau sur le milieu des collèges humanistes (M. Ferrand)9. Elle démontre la forte permanence de la culture éducative médiévale et le renouveau de ses formes les plus efficaces, comme les noëls chantés pour les petites classes (K. Lavéant)10. Elle permet de comprendre comment le jeu dramatique, entre plaisir de l’énigme et didactique de l’interprétation, était un apprentissage de la parole publique et du jugement politique pour les « jouvencaux de France » (E. Doudet)11. Dans tous ces cas se pose enfin la question des stratégies de publication d’Aneau et du passage concerté qu’il ménage entre jeux scolaires et recueils imprimés.

Notes

1  V.-L. Saulnier, Maurice Scève, Paris, Klincksieck, 1948-1949.

2  P. Servet, « Une figure lyonnaise de l’éducation humaniste : B. Aneau », L’Éducation au XVIe siècle, Puy-en-Velay, 1994, p. 25-35.

3  K. Meerhoff, Rhétorique et poétique au XVIe siècle en France. Du Bellay, Ramus et les autres,Leiden, Brill, 1986, p. 135-164 ; Alector, éd. M. M. Fontaine, Genève, Droz, 1996, p. 857-934 en ce qui concerne les textes de théâtre ; B. Biot, Barthélemy Aneau, régent de la Renaissance lyonnaise,Paris, Champion, 1996.

4  B. Aneau, Chant natal contenant sept noelz, un chant pastoural, et ung chant royal, avec ung mystere de la Nativité par personnages, Lyon, S. Gryphe, 1539.

5  Id., Lyon Marchant, Satyre Françoyse, Lyon, P. de Tours, 1542. Aneau a composé et publié un autre texte, proche à bien des égards du Chant Natal, le Genethliac. Noël musical et historial de la Conception et Nativité de nostre Seigneur Jesus Christ par vers et chants divers, Lyon, G. Beringen, 1559. Nous avons choisi de ne pas en parler ici dans la mesure où rien n’indique, dans l’état actuel de la recherche, que cette œuvre ait fait l’objet d’une mise en scène scolaire. De même serait à considérer la traduction par Aneau d’un dialogue érasmien parue à Paris en 1541 sous le titre Comédie ou dialogue matrimonial exemplaire de paix en mariage, mais nous ignorons s’il fut représenté (éd. L. Zilli, La Comédie à l’époque d’Henri II et de Charles IX, Florence, L. Olschki, 1994, 1e série, VI).

6  F. Rabelais, Gargantua, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard (Bibl. de la Pléiade), p. 93.

7  B. Biot, « Un projet innovant pour un collège humaniste : Le Formulaire et Institution du collège de la Trinité », dans BHR, LVI (1994), p. 445-464, et en particulier les p. 454-455.

8  Les principales contributions à l’étude de ces pièces sont les suivantes : V.-L. Saulnier, « Le théâtre de B. Aneau », Mélanges Cohen, Paris, 1950, p. 147-158 ; C. Chapman, « French Renaissance Dram. Soc. [sic] : The plays of B. Aneau », En marge du classicisme, Essays on French Theater from Renaissance to Enlightment, Liverpool University Press, 1987, p. 5-26 ; B. Biot, Barthélemy Aneau, op. cit.,p. 187-223. On trouvera d’autres références ponctuelles dans le dossier suivant.

9  Voir également de M. Ferrand, « Le théâtre des collèges, la formation des étudiants et la transmission des savoirs aux XVe et XVIe siècles », Camenulae, n°3 (2009), www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Mathieu_2.pdf ; « Le théâtre des collèges au début du XVIe siècle : Les Dialogi (1530) de Johannes Ravisius Textor », BHR, t. LXXII, n°2 (2010), p. 337-368 ; « Les exercices de composition et de déclamation poétiques dans les collèges parisiens au début du XVIe siècle », La poésie néo-latine à haute-voix, éd. L. Isebaert et A. Smesters, Turnhout, Brepols, à paraître. Ces travaux s’inscrivent dans un travail doctoral « Le théâtre des collèges parisiens dans la première moitié du XVIe siècle. Textes et pratiques dramatiques », sous la dir. de P. Galand (E.P.H.E.) et M. Huchon (Paris-Sorbonne).

10  Voir également de K. Lavéant « L’apprentissage par le théâtre : quatre pièces scolaires pour l’Avent de François Briand (Le Mans, 1512) », Vers une poétique du discours dramatique au Moyen Âge, éd. X. Leroux, Paris, Champion (« Babeliana », 14), 2011, p. 243-264 ; « Le rôle de la pratique dramatique dans la formation scolaire et périscolaire au XVIe siècle », Pratiques professionnelles de la parole (XIIIe-XVIIe siècles), éd. M. Bouhaïk-Gironès, Revue de synthèse, à paraître.

11  L’édition critique du Lyon Marchant est en préparation par E. Doudet, Recueil de moralités,Paris, Éd. Classiques Garnier.

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Doudet, Mathieu Ferrand et Katell Lavéant, « Introduction : Théâtre et pédagogie au XVIe siècle, les jeux scolaires de Barthélemy Aneau », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 359-361.

Référence électronique

Estelle Doudet, Mathieu Ferrand et Katell Lavéant, « Introduction : Théâtre et pédagogie au XVIe siècle, les jeux scolaires de Barthélemy Aneau », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12553

Auteurs

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Mathieu Ferrand

Articles du même auteur

Katell Lavéant

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes