Navigation – Plan du site

L’imprévu (XVe-XVIe siècle)

« Le malheur du temps qui court »

Les accidents politiques à Rennes en 1589
Philippe Hamon
p. 335-356

Résumés

La conjoncture politique française de l’année 1589 est marquée par toute une série d’accidents, qui vont des conséquences de l’exécution des Guises à l’avènement d’un roi protestant. Observée depuis Rennes, cette période permet de mesurer comment une importante ville de province est conduite, dans la crise même, à choisir son camp et à entrer dans une guerre civile. Ainsi les accidents, qu’ils soient d’ampleur nationale ou qu’ils se déroulent à Rennes même, provoquent-ils des ruptures significatives. Ceux qui sont étudiés ici donnent également l’occasion de mettre en évidence une politisation accrue des Rennais, née elle aussi de la crise. Dans ce contexte, l’article souligne la complexité du jeu des autorités rennaises. Elles utilisent toute une gamme de pratiques et de medias pour tenter de maîtriser la situation, qu’il s’agisse de réguler la circulation de l’information ou d’assurer concrètement la défense militaire de la ville. Elles font de leur mieux aussi pour réfréner les tensions et les peurs qu’une telle conjoncture suscite nécessairement. Elles s’essaient enfin à donner sens à ce tourbillon, si nécessaire en réinterprétant les accidents précédents.

Texte intégral

  • 1  M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti, dir., Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures (...)
  • 2  M. Cassan, La grande peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Seyssel, Champ Va (...)
  • 3  N. Le Roux, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat de Henri III, 1er août 1589, Les journées (...)

1L’intérêt pour l’analyse de l’événement s’exprime nettement aujourd’hui dans les sciences sociales, particulièrement pour la coupure qu’assurent ceux d’entre eux qui désorganisent le quotidien, et dont les caractéristiques fondamentales sont la soudaineté, l’imprévisibilité et l’incertitude1. Ce type d’événement est un précieux outil heuristique pour l’historien, qu’il considère ces moments de rupture comme des déclencheurs ou comme des révélateurs. Les accidents majeurs que sont les assassinats royaux et les situations de crise qui y sont associées, constituent d’exceptionnels terrains d’observation de la gestion de l’imprévu politique par les autorités et l’ensemble des acteurs sociaux. Une enquête de ce type vient d’être conduite par Michel Cassan au sujet de la mort d’Henri IV2. Il étudie cet événement considérable pour rendre compte de ses logiques propres, sans se contenter d’y voir le révélateur de réalités historiques plus profondes. Un parallèle évident peut être fait avec l’assassinat d’Henri III, vingt-et-un ans plus tôt3. Ici, à la différence de 1610, le régicide ne s’inscrit pas dans une séquence de crise courte, mais prend place dans un cycle accéléré d’accidents successifs.

  • 4  Sur l’ensemble de la période, voir la synthèse récente d’H. Le Goff, La Ligue en Bretagne. Guerre (...)
  • 5  Sur cette notion : B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubie (...)
  • 6  Ph. Hamon, « Quelle(s) capitale(s) pour la Bretagne (XVe-XVIIe siècles) ? », Les capitales de la R (...)

2Quand ce cycle commence-t-il ? On pourrait remonter loin en arrière, mais il est clair que l’exécution du duc et du cardinal de Guise les 23 et 24 décembre 1588, de par son caractère de traumatisme fort, peut constituer un point de départ signifiant. D’autant plus qu’en Bretagne, et à Rennes singulièrement, les guerres de religion ont été largement tenues à distance jusqu’en 1589, même si de graves événements, anciens comme la Saint-Barthélemy, ou récents comme les Barricades parisiennes et la fuite du roi, ont dû préoccuper les Rennais. Mais pour eux, la mort des Guises change la donne en ce qu’elle ouvre une série d’accidents politiques au cours desquels Rennes est entraînée à son tour dans la tourmente4. Avec ses quelque 20 000 habitants, Rennes est alors une « bonne ville » de premier rang5. Elle est en passe de s’imposer comme la capitale administrative et politique de la Bretagne, même si, face à Nantes, les jeux ne sont pas encore complètement faits6. Elle bénéficie en particulier de la présence du parlement, stabilisé dans la ville depuis 1561.

  • 7  Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (désormais ADIV), séries 1Bb et 1Bf et fonds La Bourdon (...)
  • 8  Pour Nantes, voir G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, (...)
  • 9  Pour ces correspondances, voir en particulier Archives municipales de Rennes (désormais AMR), AA 7 (...)
  • 10  Ce document a fait l’objet d’une publication intégrale : F. Joüon des Longrais, « Information du s (...)
  • 11  Ce document n’est connu que par des copies incomplètes. Une première publication remonte au XVIIIe(...)
  • 12  Voir en particulier Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. par H. Waq (...)
  • 13  En particulier La delivrance admirable de la ville de Rennes en Bretagne d’entre les mains des Pol (...)

3C’est cette cour souveraine en plein essor qui fournit beaucoup des sources disponibles pour étudier la situation rennaise entre le tout début de 1589 et l’automne suivant, au lendemain de l’avènement d’Henri IV. Outre les registres secrets et les audiences et arrêts civils de la Grand’Chambre, on utilisera avec profit un procès d’août 1589, celui du sénéchal de Fougères Jean Meneust, conservé aujourd’hui dans un fonds de famille7. Les sources municipales sont également abondantes, d’autant que le rôle socio-politique de la communauté de ville est alors, à l’image de celui de Nantes, en phase d’accroissement8. Si les délibérations ne sont conservées que pour une partie de l’année 1589, il est vrai la plus cruciale (février-avril), on peut y joindre des informations fournies par les comptes des miseurs (trésoriers) de la ville, ainsi que par des registres de correspondances9. Ces derniers, comme les sources parlementaires, conservent en particulier la trace des lettres adressées aux Rennais et plus largement aux Bretons par Henri III, Henri IV et le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne. Les archives de la cour royale de Rennes (sénéchaussée et présidial) ont en revanche disparu pour cette époque. Mais par chance, un document de premier plan a été conservé grâce à son passage dans la Bibliothèque du roi, sans doute dans le cadre d’un fonds acquis par Colbert. Il s’agit d’une très copieuse information du sénéchal de Rennes contre les ligueurs, qui regroupe 167 témoignages recueillis entre le 24 avril et le 12 août 158910. Les sources narratives rennaises ne sont en revanche pas très riches. La plus utile, et de loin, est constituée par le journal d’un notaire rennais, Jean Pichart11. Les autres textes disponibles apportent cependant quelques éléments ponctuels ou généraux12. À côté de ces textes demeurés confidentiels à l’époque des faits ou rédigés ultérieurement, des occasionnels, à forte dimension polémique, sont diffusés au cours de l’année 1589 ; certains concernent directement la situation rennaise13.

4À travers ces sources, apparaissent d’autres autorités rennaises (le lieutenant-général René de Tournemine, baron de La Hunaudaye, le capitaine de la ville René Marec de Montbarot...) ainsi que bien d’autres acteurs sociaux d’horizons diversifiés Beaucoup ne sont d’ailleurs connus qu’à travers des mises en cause judiciaires, en lien avec leurs engagements politiques, d’où une nécessaire prudence dans l’interprétation des documents qui les concernent. Si les sources narratives offrent parfois un peu plus de recul, et également des modes d’approche plus variés des divers accidents de la période, elles n’en portent pas moins la marque des choix et des préjugés de leurs auteurs. Il est vrai cependant, comme on le verra, que ces auteurs, à l’image des autres acteurs rennais, prennent position dans le feu de l’action, en faisant face, ne serait-ce que par l’écriture, aux multiples imprévus politiques de ces mois chargés. Si chaque source fournit une contribution pour saisir, même de façon biaisée, les événements et les réactions qu’ils engendrent, son impact propre dans le cycle « accidentel » rennais est évidemment très inégal : nul ou presque quand il s’agit d’une mention dans le journal privé de Pichart, essentiel pour la lettre où Henri III annonce la destitution du gouverneur Mercœur...

5Les luttes idéologiques et politiques s’expriment dans les sources mêmes. Face aux accidents, produire du discours contribue à leur donner sens et aussi, en générant de la compréhension et de la norme, à les combattre, les prévenir ou s’en servir. Aussi est-ce avant tout par souci de clarté qu’on présentera dans un premier temps les accidents de la période vus depuis Rennes et à travers le regard porté sur eux par les Rennais, en analysant les mots et les expressions auxquels ils ont recours pour les évoquer, et donc déjà, au moins en partie, pour les expliquer. Ensuite, il sera temps d’observer comment les autorités rennaises agissent pour faire face aux imprévus successifs, à cette véritable dynamique des accidents. On s’attachera en particulier à comprendre comment elles s’y prennent pour tenter de circonscrire les peurs que ceux-ci suscitent.

Une cascade d’imprévus

La mort des Guises

  • 14  BnF, ms fr. 3422, fol. 61.
  • 15  Voir à ce sujet les remarques de Y.-M. Bercé, « Les échos du drame de Blois », Le mécénat et l’inf (...)
  • 16  Juste au sud de la ville, selon Gabriel de Goulaine en mars 1589, l’exercice de ses justices seign (...)
  • 17  ADIV, 1Bb 69, fol. 54 et 70, fol. 3-4.
  • 18  Ibid., 1Bb 69, fol. 55r.
  • 19  Cité par S. Ropartz, « La journée des barricades et la Ligue à Rennes, mars-avril 1589 », Bulletin (...)

6Dans une lettre au duc de Nevers du 8 janvier 1589, Mercœur se fait l’écho de l’impact des meurtres de Blois. À l’en croire, « l’accident dernierement arrivé à Blois a tellement desdegné et refroidy la noblesse [bretonne] qu’il est fort difficile de la faire monter à cheval », pour renforcer l’armée de Nevers, qui combat les huguenots à la frontière du Poitou14. La réaction à cet « accident » extérieur, là comme ailleurs en province, est quelque chose de progressif, et ne donne pas lieu immédiatement à une violente prise de parti15. Dans bien des endroits, le drame exacerbe d’importantes tensions antérieures, comme à Nantes qui se trouve sous la menace constante des huguenots poitevins16. À Rennes en revanche, la menace est nettement plus lointaine et diffuse. Le parlement enregistre le 14 janvier des lettres d’Henri III du 31 décembre 1588 évoquant « ce qui est advenu en la ville de Bloys », lettres qui sont proclamées publiquement le 4 février, lors de l’ouverture de la séance de la cour17. Pas d’émotion particulière perceptible dans ces démarches : c’est l’annonce de la mort de la reine mère Catherine de Médicis qui – par compensation ? – donne lieu à des remarques de cet ordre : le 21 janvier, le président Carpentier déclare que « ladite court portoict grand dueil et plaignoit bien fort le deceix d’une sy vertueuse dame, mere de noz roys »18. Durant toutes ces semaines, les autorités rennaises ne sont pas très explicites sur « le malheur du temps qui court », formule employée le 23 février par le lieutenant-général La Hunaudaye devant le conseil de la ville19.

  • 20  Information..., p. 29 et 190.
  • 21  Ibid., p. 38-39.
  • 22  Suivant les propos de Thomas Dambourdin, rapportés dans l’Information…, « le Roy estoit ung roy (...)
  • 23  Sur ce thème, W. Paravicini, « Peurs, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocrati (...)

7Les extraits conservés du Journal de Pichart ne commencent qu’en mars et on manque donc d’éléments précis pour mesurer les réactions de la population rennaise au cours des deux premiers mois de 1589. Si Pichart qualifie simplement la « mort inopinée » des Guises d’« exécution », d’autres sont bien plus critiques. D’après un témoignage cité dans l’Information du sénéchal de Rennes, le chanoine Salomon de Herbamez dénonce « le meschant acte qu’il disoit que le Roy avoit commis, d’avoir faict mourir les sieur de Guyse et cardinal son frère », roi qualifié de « meschant homme » pour cette raison par le curé de la paroisse de Toussaint20. Son geste sera une véritable malédiction pour le pays, qu’elle soit conçue suivant une logique d’engrenage terrestre, ou comme la conséquence d’une punition divine. Pour Guillaume Le Maczon, un habitant de Châteaugiron, petite ville proche de Rennes, qui n’hésite pas à qualifier le roi d’hérétique, « les enfans qui estoient encore à naistre s’en resentiroient »21. Le Maczon a-t-il en tête, quand il tient ces propos, ceux du Christ sur son chemin de croix, annonçant le châtiment qui retombera sur les enfants de Jérusalem (Luc 23, 28-30) ? Si la référence biblique reste ici incertaine, elle est claire cependant, là comme dans tout le royaume, pour le qualificatif d’Hérode appliqué à Henri III22. La mémoire historique d’un tel geste, au vu des témoignages disponibles, n’est pas mobilisée. Aucune allusion, par exemple, aux exécutions de Grands accomplies par le passé, particulièrement au temps, déjà lointain il est vrai, de Louis XI23.

Les troubles rennais

  • 24  Voir la liste des suspects produite par les autorités municipales le 1er mars : AMR, GG 343.
  • 25 Information..., p. 15.
  • 26 Ibid, p. 165.
  • 27  Rolland, op. cit., p. 5-6. Sur son rôle, voir E. Buron et B. Meniel (dir.), Le duc de Mercœur. Les (...)

8L’ébullition dans le royaume se répercute au niveau local : on observe ici un changement d’échelle pour des « accidents » qui se produisent désormais à Rennes même. Le lien avec la mort des Guises est fait de façon explicite par les chroniqueurs locaux, qu’il s’agisse de Pichart ou du quimpérois Jean Moreau. La tension se cristallise, au plus tard à la fin de février, autour d’une menace huguenote supposée. Cela peut paraître surprenant, dans la mesure où le calvinisme ne s’est guère implanté en Bretagne. De plus, depuis les décisions radicales de l’édit de Nemours de juillet 1585, il devrait être totalement éradiqué. Mais plusieurs familles nobles de la région sont toujours « de la Religion », y compris les Rohan et les Laval, le foyer calviniste vitréen est proche et des suspects résident dans la ville, parmi lesquels on fait même figurer un lieutenant du capitaine Montbarot24. Le danger est d’autant plus grand que les autorités seraient complices : « Le sieur du Bordaige et aultres huguenots amassoient chascun jour des trouppes ; lesquelz huguenots les sieurs de la Hunaudaye et de Monbarot [...] soustenoient et leur ouvriroint la porte tant de jour que de nuict »25. De tels propos sont tenus lors de réunions nocturnes, vers le 10-12 mars, par des hommes qui veulent organiser la résistance, et qui tentent en particulier de convaincre les cadres de la milice rennaise. Si l’on en croit les témoignages à charge recueillis ultérieurement, ils font signer à ceux qui s’engagent « le registre de la Ligue » que détient le président du présidial26. La tension est encore accrue par l’enlèvement, le 2 mars, du premier président au parlement, Claude Faucon de Ris, qui rentrait de Blois en Bretagne. Il se produit à l’initiative du duc de Mercœur, même si celui-ci s’en défend auprès des Rennais dans un premier temps27.

  • 28  Information..., p. 30, 87-88 ; c’est une réalité car, comme à Paris en mai 1588, on peut voir ce (...)
  • 29  Ibid., p. 24.
  • 30  La delivrance admirable..., op. cit., cité dans Ropartz, op. cit., p. 175.
  • 31  Avec récit détaillé dans Rolland, op. cit., p. 7-11.
  • 32  Information..., p. 40.
  • 33  L’un d’entre eux rapporte ainsi les propos de Busnel : « Monsieur, qu’est ce que cecy ? il ne faul (...)

9Les autorités rennaises tentent de rassurer au mieux les habitants, tout en évitant de faire appel à l’extérieur, mais elles ne peuvent empêcher que se produise le 13 mars le premier « accident » local : une « journée des barricades ». Cette dénomination est immédiatement donnée à l’événement28. Aux yeux de ceux qui mobilisent la population, il s’agit d’éviter une prise de la ville par les calvinistes et leurs complices : plusieurs tours de Rennes seraient menacées ce jour-là et comme le déclare un témoin, « estant en la rue Sainct Germain où [il] demeure, il ouyd dire que les Huguenotz voulloient surprendre la ville et que ung chascun se fust armé »29. C’est donc un véritable processus de libération qui est en marche, et qui débouche le lendemain sur l’entrée de Mercœur dans Rennes. Ce dernier est censé garder la ville de toute menace et ce, suivant une plaquette publiée peu après les faits, « pour le grand contentement de tous les gens de bien, qui sont maistres de toute la ville. [...] Nous espérons qu’il reprimera l’audace des politiques et hérétiques qui empeschoient sa venue, et donnera bon ordre pour l’union des catholiques »30. Selon Pichart, la menace huguenote n’a été qu’un prétexte des chefs ligueurs pour réussir à soulever le peuple, et placer Rennes sous le contrôle de Mercœur31. Le sens de l’accident est ainsi déplacé, du terrain religieux – la défense contre un péril huguenot imaginaire – au terrain politique. Aux yeux de leurs adversaires, tout cela ne fait que créer inutilement du trouble, alors que le désordre social est toujours un véritable danger pour les élites. Charles Busnel, conseiller au présidial de Rennes, habite près de la demeure du président au parlement Louis Dodieu, sieur de Velly, qui incite le 13 mars les habitants à se mettre sous les armes. Busnel lui aurait rétorqué : « Comment, Monsieur, que voullez vous faire ? Nous n’avons besoin de sedition ny guerre en ceste ville, vous ferez bien de vous retirer »32. S’il faut rester prudent devant la fermeté de Busnel, elle n’en reste pas moins fiable, d’autant que la scène a de nombreux témoins33. Une caractéristique essentielle de cette journée des barricades est d’ailleurs son très faible degré de violence : aucun mort, peut-être même pas un seul blessé : on comprend mieux que des dialogues comme celui qui vient d’être évoqué aient pu être effectivement tenus.

  • 34  Montmartin, op. cit., p. cclxxviii. Récit dans Rolland, op. cit., p. 13-15.

10La domination de Mercœur sur Rennes est peu durable. Dès le 5 avril, alors que le duc est à Fougères, dont il vient de prendre le contrôle, les fidèles d’Henri III, forts d’explicites consignes royales reçues la veille, organisent à leur tour une « émotion » et évincent aisément les quelques hommes de Mercœur demeurés dans la ville : « L’on crie vive le Roy, cette voix sembloit venir du ciel aux gens de bien qui se jettent aussi tost en la rue »34. L’inversion concernant le comportement attribué aux « gens de bien » par rapport au 13 mars est significative. De nouveau, des barricades sont dressées, mais comme le 13 mars, le niveau de violence reste très bas. Dans les deux cas, l’absence de réduit de défense fiable du camp bousculé par l’émotion l’empêche de résister efficacement et donc de combattre. On en sait cependant beaucoup moins sur le déroulement des faits du 5 avril que pour le 13 mars, dans la mesure où les témoignages de l’Information ne concernent que les comportements susceptibles de poursuites, donc accomplis par les Ligueurs supposés de la journée des barricades. Encore cette désignation a posteriori est-elle discutable : bien des Rennais qui se sont mobilisés le 13 mars l’ont fait en pensant agir pour assurer la sécurité de leur ville, sans songer à rompre avec leur roi, et pour eux l’arrivée à Rennes du gouverneur de la province, non encore démis par Henri III, paraît devoir assurer l’ordre, tant social que politique et religieux. En revanche, après que le roi a retiré à Mercœur son gouvernement, et délié les Bretons de toute obéissance à son égard, l’accident du 5 avril prend un autre sens : il devient une étape décisive dans l’assignation progressive de Rennes dans le camp « royal », par opposition à un camp « ligueur » qui se dessine parallèlement.

  • 35  Ce rapprochement n’était pas du tout souhaité par le roi après la mort des Guises : Le Roux, op. c (...)
  • 36  À la suite de lettres du roi du 26 avril : pour des exemples bretons de personnes demandant à béné (...)
  • 37  ADIV, C 3740
  • 38  Pijon, op. cit., p. 298.
  • 39  Morice et Taillandier, Preuves, op. cit., t. III, col. 1496 (19-4-1589).

11Pour autant, le problème huguenot n’a pas disparu, comme le souligne le nouvel imprévu que constitue la réconciliation entre Henri III et Henri de Navarre en avril35. L’accord entraîne la mainlevée des biens confisqués aux huguenots dans le cadre de l’édit de Nemours de juillet 158536. Il est probable que ces faveurs nouvelles aux hérétiques gênent les autorités rennaises. De façon significative, l’édit pour la trêve avec le roi de Navarre, parle de la mainlevée de biens saisis sur « ceux de son party », non de sa religion. Contrairement à l’habitude, le parlement de Rennes n’ordonne pas le cri public du texte37. De son côté, Mercœur considère que les Rennais, en cessant de lui être fidèles, se sont mis en danger sur le plan religieux. Dans une lettre du 11 avril, il les prévient : « Si n’y prenez promptement garde, vous en allez priver de l’exercice de la religion catholicque en vostre ville, pleine d’hérésie et de ses faulteurs »38. À ses partisans, il dénonce d’ailleurs « les desseins des Huguenots et ceux qui les favorisent, qui ont fait révolter et s’élever en armes ceux de Rennes pour tant mieux y parvenir »39.

Guerre civile et régicide

  • 40  Sur ce dossier, Ph. Hamon, « ‘Vitray, qui s’en alloit perdu...’ (Brantôme). Le siège de Vitré et l (...)
  • 41  ADIV, 1Bb 867, n° 55, 58 et 59 (21, 28 et 29 mars).
  • 42  Information..., p. 113 et 242.
  • 43  Morice et Taillandier, Preuves, op. cit., t. III, col. 1498-1499.

12À partir de la mi-avril, le niveau de violence s’élève nettement dans les environs de Rennes, même si la ville elle-même est largement épargnée : meurtres, pillage de manoirs et de villages et plus encore, effets du siège de Vitré entrepris par les Ligueurs et Mercœur40. Ces affrontements armés multiplient les risques d’accidents individuels pour les Rennais. Si la situation s’est sérieusement aggravée avec les représailles organisées par Mercœur, elle était inquiétante dès le dernier tiers de mars41. S’y ajoutent les phénomènes croisés des emprisonnements, des expulsions et des réfugiés, même si aucun massacre ne se produit, il faut y insister. À Rennes, où persiste toujours la crainte d’une « surprise », les autorités royalistes attendent l’aide extérieure promise par Henri III pour soulager leur isolement, dans une Haute-Bretagne qui s’est largement donnée à Mercœur. C’est l’objet des conversations dans la ville : « parlant de la venue du sieur comte de Soissons », un témoin déclare « qu’on l’auroit bien tost en ce païs », ce dont se réjouit un autre, car « Soissons venoit avecques du secours »42. Henri III a en effet désigné en avril Charles de Bourbon, comte de Soissons, un prince du sang catholique, comme « lieutenant général en l’armée et duché de Bretagne ». Celui-ci prend fin mai la route de la province avec des troupes. L’heure est donc à la reprise en main, d’autant que le roi a convoqué les États de Bretagne à Rennes pour le 1er juin43.

  • 44  Montmartin, op. cit., p. cclxxx. Sur les préparatifs rennais pour l’accueil de Soissons, voir plus (...)
  • 45  Rolland, op. cit., p. 16 ; Montmartin, op. cit, p. cclxxxi.
  • 46  Rolland, op. cit., p. 18.
  • 47  Même si des marges d’incertitude subsistent toujours, comme en témoigne une étonnante lettre de Me (...)

13Ce jour-là, Soissons est parvenu à proximité de Rennes et s’est arrêté à Châteaugiron. Une imposante délégation rennaise est partie à sa rencontre : « environ cinq ou six cens de la jeunesse estoient jà sortis bien armez »44. Malheureusement, au même moment, Mercœur et ses troupes se jettent sur Soissons et ses hommes au repos dans Châteaugiron : les royaux sont balayés et Soissons est fait prisonnier. La capture de ce prince du sang aux portes de Rennes fait se conjoindre ici plan local et plan national, en un accident supplémentaire. À Rennes, on parle de trahison, alors que Mercœur fait de la capture, « un si grand trophée, lequel il fit publier et sonner de tous costez et s’achemina [à] Nantes ou il entra en triomphe »45. L’évasion de Soissons du château de Nantes, le 21 juin, donne cependant l’occasion aux Rennais de se livrer à leur tour à des réjouissances avec procession générale et feux de joie46. On assiste, comme après le 1er juin dans l’autre camp, à la fabrication, festive et idéologique à la fois, d’un événement officialisé à partir d’un accident. Mais si ce traitement peut conforter les convictions des Rennais, leur sort concret n’en est pas amélioré pour autant. Henri III a désigné dès le 7 juin un autre Bourbon, Henri, prince de Dombes, pour remplacer Soissons. Il ne parvient à entrer à Rennes avec ses troupes que le 13 août. Le lendemain, Mercœur lève le siège de Vitré. La menace militaire s’éloigne un peu de Rennes, mais pas beaucoup car Mercœur et les Ligueurs sont maîtres de Dinan, Dol, Fougères et Redon. Dans une Haute-Bretagne où, accident après accident, les camps se dessinent de plus en plus47, une catastrophe plus grave que toutes les précédentes vient cependant modifier encore la donne.

  • 48  Voir Le Roux, op. cit.
  • 49  Voir Ph. Hamon, « Chronique d’une mort annoncée. L’affaire Jean Meneust et les débuts de la Ligue (...)
  • 50  ADIV, 1Bb 71, fol. 19 (11-9-1589).
  • 51  Rolland, op. cit., p. 21 et 24.
  • 52  Moreau, op. cit., p. 27-28 et 37-38.

14Ce n’est pas le lieu de revenir longuement sur les événements de Saint-Cloud des 1er et 2 août48. Le meurtre d’un roi de France est un accident sans précédent sous les Capétiens, tout comme l’avènement d’un souverain hérétique aux yeux des catholiques. Les circonstances de l’arrivée de cette nouvelle à Rennes – sur lesquelles on reviendra plus loin – expriment pleinement le désarroi qui s’empare des autorités : le parlement en vient même à prononcer sa seule sentence de mort de l’année, pour raisons politiques49. Le problème huguenot, qui n’a jamais disparu, prend désormais un caractère suraigu. Bien sûr, l’inconcevable peut toujours s’interpréter comme une punition ou une épreuve que Dieu fait subir à ses fidèles. Mais la question demeure alors de savoir s’il faut seulement supporter l’épreuve ou bien lutter contre le mal. Or Rennes assume et affirme hautement son catholicisme : après avoir reçu officiellement les premières lettres d’Henri IV, le parlement de Bretagne appelle le roi à la conversion et confirme l’interdiction de tout exercice religieux non-catholique dans la province50. Mais si dans de nombreux endroits, du Léon, à la pointe de la Bretagne, à la ville de Grenoble, à l’autre bout du royaume, l’avènement du « Béarnais » entraîne un basculement ligueur, il n’en va pas de même à Rennes. Le passage de relais d’un souverain à l’autre ne s’y assume cependant que progressivement. Pichart l’appelle encore roi de Navarre le 11 septembre, puis « le Roy » le 19 novembre et enfin Sa Majesté quelques jours plus tard51. Rennes a définitivement choisi son camp dans la guerre civile. Comme le constate le chanoine Moreau, peu après la mort des Guises, les partis émergeaient ; après celle de Henri III, « de tous côtés il s’en fit deux partis »52.

Faire face à l’imprévu : le comportement des autorités rennaises

Le contrôle de l’information

  • 53  Bercé, op. cit., p. 597.
  • 54  Pour une mise au point sur les conditions de l’information dans une province au temps de la Ligue  (...)
  • 55  ADIV, 1Bb 70, fol. 8v.
  • 56  Un exemplaire conservé dans ADIV, C 3740.
  • 57  ADIV, 23 J 248, interrogatoire de Jean Chesnot.

15Encadrer la diffusion des nouvelles, alors que les accidents se succèdent en rafale, est un objectif prioritaire pour les autorités, à Rennes comme ailleurs, de façon à pouvoir se préparer, et à orienter la réaction des populations devant l’imprévu. Cela n’a rien d’évident : si en 1610 les autorités seront partout prévenues en premier de l’assassinat d’Henri IV, fin 1588, les Ligueurs reçoivent souvent avant les fidèles d’Henri III la nouvelle de la mort des Guises53. À Rennes cependant, la pauvreté des sources pour cette période ne permet pas de trancher. Les informations circulent plus qu’on ne l’a longtemps supposé, en ville comme dans les campagnes, et par de nombreux canaux54. En février, le capitaine Montbarot fait emprisonner Jan Buhot, un marchand de vin de Rennes, natif de Normandie, parce que Buhot, « estant en ceste ville en une compagnée de personnes notables avoict dict et asseuré que le Roy estoit assiegé à Blois et en sy grande necessité qu’il n’en pouvoit eschapper ». Interrogé au parlement, Buhot déclare qu’« estant ces jours allé au pays d’Anjou pour achapter des vins, il ouyt dire sur les chemins que le Roy estoict assiegé »55. Il reste aux autorités à sermonner Buhot, et sans doute à démentir. Le 9 mai, c’est une lettre du roi à La Hunaudaye qui remplit cette fonction après une surprise contre Tours où il réside, attaque qui a finalement échoué. Dans son courrier, le roi vise à rétablir la vérité, afin que si les Ligueurs « vouloient publier artificieusement aucuns faux bruits comme ils ont accoustumé qui fussent contre [s]on service, [La Hunaudaye fasse] entendre à tous [s]es serviteurs et subjects la verité de ce qui s’est passé ». Cette lettre est ensuite imprimée et diffusée56. Les tensions mêmes accroissent la demande de nouvelles. Le sénéchal de Fougères Jean Meneust arrive à Rennes le mardi 8 août au soir, après être passé par Vitré. Un marchand rennais, qui dépose deux jours plus tard au procès intenté à Meneust, déclare être venu le voir pour l’interroger sur la situation. Meneust lui aurait répondu « que les nouvelles estoient à Fougeres que le roy estoit mort et qu’il en estoit venu deux couriers audict duc de Mercur qui l’avoit mandé audict Fougeres et que le bruict couroit que la ville de Vittré se voulloit randre »57. La circulation de l’information est activée, comme on le voit, par l’existence de pouvoirs et donc de réseaux concurrents.

  • 58  ADIV, 1Bb 70, fol. 8v.
  • 59 Ibid., fol. 68v.

16Le problème du contrôle se pose donc avec acuité. Cependant les autorités ne peuvent agir selon leur bon vouloir et le capitaine Montbarot doit ainsi se justifier en février devant le parlement car « aulcuns se scandallisoient qu’il avoict le matin de ce jour faict ouverture des pacquetz de lettres qui ont esté aportez en ceste ville à ce dernier voiage par le mesaiger de Paris, mais qu’il n’avoit faict chose qu’il ne deust pour le service du Roy et de sa charge et n’avoit touché aux pacquetz particulliers »58. À la diffusion de faux bruits et de nouvelles gênantes, s’ajoute la question des fuites : fin juin, La Hunaudaye vient ainsi déclarer au parlement que les habitants de la ville lui demandent d’en chasser le président au parlement Pierre Brulon, qu’ils accusent, entre autres, de prévenir Mercœur de ce qui se passe au conseil que tiennent à Rennes les chefs du camp royal59.

  • 60  Rolland, op. cit., p. 9-10.
  • 61  ADIV, 1Bb 71, fol. 13v.

17Les autorités de leur côté assurent au mieux la diffusion de leurs propres informations et de celles qu’elles relaient, par la proclamation aux carrefours, la lecture en assemblée de ville, l’affichage, l’impression, les prônes du clergé... On a peu d’indices sur la réception des proclamations officielles. Celle du parlement, le 13 mars, demandant de mettre les armes bas, bien qu’elle soit « publié[e] à son de trompe par les caroils », ne vient pas à bout de l’émotion60. Le relais ecclésial, quand il fonctionne, facilite les choses : après un (modeste) succès du prince de Dombes, le parlement ordonne que « les drapeaulx [...] par luy pris sur les ennemys du roy aux forbourgs de Foulgeres seront mis en l’eglise [cathédrale] de Sainct Pierre de ceste ville et que les gens du clergé seront advertiz de faire prieres publicques pour rendre graces à Dieu »61.

Le contrôle des prises de position

  • 62  ADIV, 1Bb 70, fol. 8v.
  • 63  Information..., p. 113.
  • 64  Sur cette notion, L. Bourquin et Ph. Hamon, dir., La politisation. Conflits et construction du pol (...)

18Mais se pose à chaque fois le problème de la fiabilité que l’on accorde aux informations disponibles : comment se situer par rapport à elles, y compris quand on en est le diffuseur ? L’intention qui préside à cette opération est essentielle. On a commencé à voir ce qu’il en adviendra pour Jean Meneust annonçant à Rennes la mort d’Henri III. Plus modestement, le marchand de vin Buhot, mis en cause en février, affirme, en rapportant ce qu’il a entendu dire, qu’il a parlé sans « mauvaise intention et sans y penser aulcun mal », d’autant qu’il est « bon catholique et tresobeissant serviteur du roy pour lequel il prie dieu tous les jours »62. À l’inverse, les deux camps passent leur temps à s’accuser de mauvaises intentions, appuyées sur de fausses nouvelles, qu’on verrait à l’œuvre aussi bien le 13 mars (prétexte huguenot exploité par les Ligueurs) que le 5 avril (fausse lettre d’Henri III servant à écarter Mercœur). La situation est propice aux disputes : on garde trace de certaines d’entre elles, en particulier grâce à l’Information du sénéchal. Ainsi rompt-on des lances en mai autour de la religion du comte de Soissons : Jean Bardoul vient témoigner que le procureur Jan Malescot a dit « qu’il estoit filz du sieur prince de Condé huguenot et s’en scandaliza fort led. Malescot, tellement que led. tesmoing fut contrainct de dire aud. Malescot que cela se ressentoit de la Ligue et qu’il falloit s’il doubtoit de la relligion dud. Conte de Soissons que il l’eust faict interroger de sa foy »63. Les événements exceptionnels qui se succèdent sont occasion de dérèglement du consensus politique d’ensemble qui règne ordinairement, et ce en raison même de la division des autorités. Ils provoquent ainsi une extension de la prise de parole politique, sous des formes plus ou moins antagonistes, au sein de la population. Cette participation accrue puise sa légitimation dans la crise même, qui apparaît donc comme un facteur incontestable de politisation pour les Rennais64.

  • 65 Information..., p. 17 et 28.
  • 66  Ropartz, op. cit., p. 202-203.

19Ces débats se produisent parfois pendant les assemblées de ville. Ordinairement, les comptes-rendus des sessions ne laissent rien transparaître des désaccords qui peuvent s’y exprimer. C’est d’abord par les témoignages de l’Information qu’on découvre qu’on a échangé des injures fin mars, à l’occasion du débat suscité par la demande par Mercœur de l’envoi de l’artillerie de Rennes au siège de Vitré65. Mais un indice est également fourni par les délibérations du conseil de ville qui, constatant que « quelques particuliers de ceste ville troublent le repos d’icelle et veulent entrer au dict Consail pour nourrir la division en ceste dicte ville », demandent qu’une garde soit établie à la porte de la salle où le conseil siège « pour empescher qu’il ne se fasse aulcun desordre »66. Ici évidemment, le blâme toujours attaché au fait de « nourrir la division » est accru par le caractère public des actes commis.

  • 67  AMR, GG 343, 1-3-1589.

20Les prises de position individuelles s’abritent parfois derrière des valeurs générales. On retrouve aussi aux moments de tension un phénomène de montée en généralité de la part des autorités, pour ce qui relève de leurs décisions. La chose est bien perceptible, pour la municipalité. Le conseil de ville de Rennes délibère le 1er mars en présence de La Hunaudaye et de Montbarot. Dans une première version du document, l’enjeu porte sur « des affaires concernans la conservation de leur ville ». Mais la délibération est surchargée et les affaires concernent désormais « l’honneur de dieu et conservation du repos public »67. Il s’agit donc de prendre rang pour assumer soi-même l’intérêt général, en transcendant la dimension ordinaire de l’activité civique : autre forme de politisation liée au conflit que cette montée en généralité, qui peut s’exprimer évidemment dans les deux camps.

  • 68  Montmartin, op. cit., p. cclxxix ; Morice et Taillandier, Preuves, op. cit., t. III, col. 1496 (le (...)
  • 69  Sur 1294 textes polémiques et édits repérés en France cette année-là, 1035 peuvent être qualifiés (...)
  • 70  Celles que l’on repère sont au service du camp royal et se limitent à la diffusion de textes offic (...)

21L’expression de positions concurrentes du message royal rencontre un large écho à Rennes, ce qui souligne bien les insuffisances du contrôle évoqué plus haut : des versions antagonistes des accidents successifs sont disponibles sur place. Mercœur ne délivre pas de proclamations générales qui feraient directement contrepoint aux lettres envoyées par les souverains, mais il sait diffuser ses justifications. Selon le royaliste Montmartin, « le sieur de Mercœur publioit par-tout que c’estoit le seul zèle de la religion catholique qui lui faisoit entreprendre cette révolte », et le duc distille ce discours dans les lettres qu’il adresse à des particuliers ou à des communautés locales pour les inciter à s’engager à ses côtés68. Les positions ligueuses sont aussi véhiculées par des occasionnels, parmi lesquels elles occupent une position écrasante en 158969. Tous les textes repérés qui concernent alors Rennes et la Bretagne sont effectivement ligueurs. Mais ce ne sont pas forcément ceux-là qui sont diffusés et lus sur place. Il est même possible, en raison de la forme qu’ils prennent, que ceux qui évoquent des événements précis obtiennent une efficacité accrue hors de leur sphère de validation empirique. Quoi qu’il en soit, rien dans cette production ne sort des imprimeries rennaises70.

  • 71  Wilkinson, op. cit., p. 140.
  • 72  Sur leurs prises de position dans l’ouest de la France : R. Harding, « Revolution and Reform in th (...)
  • 73  Sur lui, voir Information..., p. 30, 241 et 290-292 ; Rolland, op. cit., p. 12-13 et 15.
  • 74  En février : Ropartz, op. cit., p. 151 (10-02) et ADIV 1Bb 70, fol. 11r (23-02 : ordre de faire pr (...)
  • 75  Information..., p. 241.

22L’articulation de la production écrite avec les formes orales d’expression est courante71. Le relais idéologique peut être assuré par les prédicateurs72. Odon Pigenat, le jésuite qui prêche le Carême à la cathédrale de Rennes, est particulièrement accusé d’avoir incité à la révolte73. Il est fréquent d’affirmer que la période du Carême est particulièrement propice à une telle expression. Cependant, c’est en permanence, au cours de la période, que les autorités de Rennes, parlement en tête, essaient de réguler l’intervention des prédicateurs et plus largement du clergé74. Selon les royaux, la population se scandalise des prises de position de certains clercs. Discutant pendant la Semaine sainte avec Lorans Blanchart, recteur de Rougé « de la predication que avoit faicte à Rennes le jésuiste qui preschoit à Rennes », Charles Le Chartier, secrétaire du roi en la chancellerie de Bretagne, la déclare « par trop scandaleuse et seditieuse contre le Roy » 75. De tels propos constituent une autre forme de politisation.

  • 76  ADIV, 1Bb 69, fol. 53v.
  • 77  Information..., p. 30. Remarque précieuse, même si on ignore de quel texte il s’agit : Drouot, op. (...)
  • 78  Ibid., p. 30 (un chanoine), p. 190 (un curé rennais), p. 241 (le recteur de Rougé). A contrario, s (...)

23Du point de vue des autorités, la multiplication de ces échanges, débats et disputes est condamnable. Le plus souvent, leur intervention vise non pas à fournir un argumentaire apte à convaincre les habitants, et singulièrement les opposants, de leurs erreurs, mais bien à interdire l’expression de façon générale et à affirmer un principe d’obéissance. Dès janvier, le parlement veut informer contre ceux « qu’il [sic] parleront mal du Roy et porteront livres et libelles »76. Malgré cela, les relais de ces prises de position sont évidents. Sur l’usage des occasionnels, une confrontation est éclairante : le Samedi saint, Jean Avril, concierge du parlement, rétorque au marchand Claude Georges, qui s’oppose à lui, « que le Roy estoit heretique et excommunyé et qu’il avoit ung livre chez luy par lequel il le luy justifieroit »77. Avril et Blanchart évoqué plus haut, sont tous deux accusés d’adhérer pleinement aux propos du jésuite Pigenat. Blanchart ajoute même que celui-ci « n’en disoit pas la moictyé de ce qu’il en failloit dire ». Notons au passage la grande importance attachée dans de nombreux témoignages au meurtre du cardinal de Guise, particulièrement mis en avant par des membres du clergé78. C’est ce crime qui fait juger à plusieurs qu’Henri III est excommunié.

  • 79  Ibid., p. 13.
  • 80  Ibid., p. 241.

24Cette opposition farouche débouche parfois sur des propos d’une extrême violence, qui en font des crimes de lèse-majesté explicites. Le premier témoignage de l’Information, celui de Jullien Le Clerc, qui dénonce des propos de Guillaume Le Maczon tenus vers la fin de février, en fournit un très bel exemple : « Led. tesmoing demanda aud. Le Maczon comment le Roy avoit usurpé la couronne de France ? Luy dist celluy Le Maczon que le Roy estoit fils de p... Avons adverty le tesmoing de ne charger led. Le Maczon par inimictyé et que ce qu’il vient de dire, ce ne sont propos de peu d’effaict. Nous a assuré par son serment sur ce repeté que led. Le Maczon luy dist lesd. propos »79. Le recteur Blanchart va plus loin encore, déclarant que le roi « meritoit d’estre bruslé vif, et aultres propos que lesd. tesmoing n’ose proferer ». Et c’est sur injonction du sénéchal de Rennes que Charles Le Chartier « dict que led. Blanchart luy dist telz motz : ‘le Roy n’a plus rien que le v... et la c... à s’esmoucher’ et que bien tost le duc du Mayne seroit roy »80. On trouve ici, dans ces allusions graveleuses, des exemples, exceptionnels dans les sources rennaises, d’une forme de dérision envers le monarque. Cette dévalorisation est systématiquement rapportée aux meurtres de Blois, ce qui peut laisser penser, même si la preuve est ténue, que le travail de sape antérieur concernant la remise en cause du souverain était resté à un niveau superficiel dans les profondeurs du royaume, et que ce sont vraiment ces deux morts qui font rupture en ce domaine.

La loi du silence

  • 81  C’est ainsi qu’on dispose d’une déclaration imprimée d’Henri de Navarre, le 21 avril 1589, quand i (...)

25En face, la faiblesse du discours politique tenu pour justifier la mort des Guises est patente : on se demande même quelle a été la diffusion des justifications royales, d’ailleurs souvent alambiquées ou sibyllines. Obstinément, le parlement s’acharne à faire prier pour Henri III, du lendemain des meurtres de Blois aux semaines qui suivent la mort même du dernier des Valois. Mais les autorités locales n’entendent pas émettre de leur propre chef des déclarations concernant les accidents survenus à l’échelle du royaume, de la fin des Guises à la succession monarchique en passant par la réconciliation avec le roi de Navarre. Sur ce plan s’affirme un premier niveau de silence : l’expression publique paraît ici réservée aux monarques81.

  • 82  ADIV, 23 J 248, interrogatoire de Jean Meneust, 12-08-89.
  • 83  « Extrait d’un Journal de Messire Jérôme d’Aradon, Seigneur de Quenipili, Gouverneur de Hennebont  (...)
  • 84  ADIV, 23 J 248, arrêt de condamnation de Jean Meneust, 12-08-89.

26La pratique du secret tient une place importante dans l’exercice de l’autorité : elle permet d’espérer contenir l’information, encadrer les prises de position et donc restreindre la politisation. Dans les circonstances dramatiques du mois d’août, le phénomène prend à Rennes des proportions étonnantes. La mort d’Henri III, telle qu’elle est annoncée par exemple par le sénéchal Jean Meneust, fait l’objet de dénégations, en particulier de la part du lieutenant général La Hunaudaye82. Ici, rien de surprenant au premier abord. Le risque d’une rumeur infondée est réellement élevé. Ainsi le gentilhomme ligueur breton Jérôme d’Aradon affirme-t-il dans son Journal, le 5 août, savoir « de certain » que le roi de Navarre est mort dans une bataille où le roi et lui ont affronté le duc de Mayenne. Cela ne peut que fragiliser l’annonce, une semaine plus tard, de la mort d’Henri III83. D’autant que Mercœur, l’informateur de Meneust et des Fougerais, a tout intérêt à semer de telles (fausses) nouvelles pour déstabiliser ses adversaires. C’est cet objectif, qui peut sembler crédible, que retient en premier lieu le parlement pour condamner Meneust à la pendaison : « accussé d’avoir voullu proditoirement et soubz coulleur du bruict de la mort du roy faire revolter ceste ville de l’obeissance dudit seigneur Roy84 ». Le même jour, on demande au clergé de dénoncer ce faux bruit. Mais on est alors le 12 août, date à laquelle la nouvelle de l’attentat de Clément et de la mort d’Henri III est le plus souvent établie et confirmée, dans la plupart des villes du royaume...

  • 85  ADIV, 1Bb 71, fol. 15 et 19.
  • 86  AMR, AA 7 ou BB 686.

27Or ce phénomène de dénégation se prolonge, sur le plan interne, dans les sources propres aux autorités rennaises. Ainsi les registres secrets du parlement, qui n’ont pourtant pas vocation à être rendus publics, ne comprennent pendant de longues semaines aucune allusion à la nouvelle situation du pays. Il faut attendre le 30 août pour y noter une allusion, au détour d’une phrase, au « feu roy que dieu absolve ». Quant à la première trace d’Henri IV, elle ne figure que le 11 septembre85. Et ce n’est que le 12 octobre que la cour lui prête serment. La municipalité semble également faire preuve de réticences : les lettres d’Henri III du 1er août sont lues en assemblée dès le 17, alors que celles d’Henri IV, du 2 août, ne le sont que le 12 septembre, juste après que le parlement a fait mention du nouveau roi dans ses propres registres86.

  • 87  Moreau, op. cit., p. 37, n. 5.
  • 88  Aucune allusion à la mort d’Henri III et à la succession, pas plus d’ailleurs qu’au procès Meneust (...)
  • 89  Moreau, op. cit., p. 32. Sur l’enthousiasme des ligueurs parisiens et le malaise d’autres ligueurs (...)

28Quelle est donc la signification de ce silence, qui ne peut être si durablement un secret ? On peut difficilement se contenter de l’hypothèse selon laquelle l’avis officiel de changement de roi ayant été intercepté par des gens de guerre, le parlement continue pour cette raison à considérer Henri III comme le souverain87. Plus probablement, c’est l’indice que cet accident gravissime provoque une vraie déstabilisation des autorités rennaises, qui sont farouchement anti-protestantes, en particulier au sein du parlement. On peut y ajouter une possible dimension culturelle et anthropologique dans laquelle dire, c’est faire et faire advenir : ne pas dire (ou du moins ne pas écrire) permet de tenir à distance l’événement. Cette phase de dénégation relèverait ainsi à la fois d’un effet d’institution, de précaution et d’une forme de « superstition ». Aussi quand la fiction de la survie documentaire d’Henri III ne peut plus persister, c’est le refuge dans le silence, pendant quelques semaines, qui permet de franchir le cap. Cela est d’autant plus aisé que la situation concrète de Rennes n’appelle pas de précautions spécifiques en lien avec cette succession délicate : la mise en défense de la ville est déjà une réalité, et l’étau autour d’elle se desserre même un peu avec l’arrivée de Dombes et la levée du siège de Vitré (13-14 août). Le silence parallèle du chroniqueur Pichart tend à donner du poids à cette interprétation88. Mais ici l’argument est un peu fragilisé par le fait que le texte n’est pas complet. Il est techniquement possible que les copies connues, qui datent au plus tôt de la fin du XVIIe siècle, n’aient pas retenu certains passages délicats. Mais on n’en voit pourtant guère la raison. Aussi l’hypothèse du silence initial conserve-t-elle une certaine fiabilité. D’autant que, même chez certains ligueurs, la nouvelle de l’assassinat d’Henri III a suscité un malaise : en Bretagne le chanoine Moreau, qui n’est pas tendre pour le dernier roi Valois, n’en qualifie pas moins le geste de Jacques Clément d’« horrible assassinat »89. À Rennes, l’arrêt des témoignages de l’Information (les derniers sont du 12 août et n’évoquent pas de faits très récents) nous prive peut-être de certaines réactions. On peut d’ailleurs se demander si cette interruption ne s’explique pas aussi par la prise de conscience, malgré les dénégations, de ce que la procédure lancée sur ordre d’un Henri III défunt n’a plus de légitimité, tant que son successeur ne l’aura pas renouvelée. L’exécution du sénéchal Meneust, ce même 12 août, a sans doute aussi pour effet de faire taire ceux qui voudraient s’exprimer au sujet de la succession. Indice probable du trouble des hommes de pouvoir, cette pendaison renvoie plus largement au climat de peur que suscitent ou du moins renforcent à Rennes, alors même que la situation locale s’améliore un peu, les désastres monarchiques de l’heure.

Vaincre la peur ?

29Toute crise importante combine diverses peurs, plus ou moins articulées entre elles : en 1524-1525, la peur du vide politique après Pavie, celle de l’invasion étrangère et du retour en force du connétable de Bourbon, les tensions religieuses, la menace des boutefeux à la suite de l’incendie de Troyes, la crainte d’un déluge universel et les problèmes liés à des difficultés alimentaires, se conjuguent suivant des modalités variables selon les acteurs sociaux. En 1589 à Rennes, l’entrée en guerre civile articule peurs locales et peurs globales. L’effet cumulé des accidents nourrit un sentiment d’insécurité réel. Cependant, il faut souligner que cette crise politico-religieuse se produit dans un contexte qui, pour l’heure, en relativise doublement l’impact. À Rennes, le niveau très faible des tensions au cours des Guerres de religion précédentes, limite le risque d’exacerbation d’un cycle de vengeances et explique sans doute en partie le très faible niveau de violence interne, au cours de ces mois difficiles : le seul exécuté n’est d’ailleurs pas un Rennais. Par ailleurs, la bonne santé économique de la province, bien exprimée par la prospérité du commerce des toiles, et l’absence de crise frumentaire ou épidémique en 1589, après des années difficiles de 1583 à 1587, réduisent probablement le niveau des peurs. Si l’événement tel que défini au début de ce texte, est avant tout désorganisation du quotidien, pour beaucoup, celui-ci reste encore supportable dans ce contexte, même si l’irruption de la guerre civile vient progressivement nourrir de ses perturbations, il est vrai inégalement réparties, le climat de peur.

Se prémunir contre l’imprévu local

  • 90  Cité dans Bessin, Bidart et Grossetti, op. cit., p. 39.
  • 91  Information..., p. 22.
  • 92  La ville demande le 1er mars que certaines d’entre elles soient murées, mesure classique de temps (...)
  • 93  Information..., p. 14, 18, 23, 90...
  • 94  Rolland, op. cit., p. 18. Un témoin de l’Information...,p. 243-244, déclare pour sa part avoir ent (...)
  • 95  Ropartz, op. cit., p. 197. Comme le souligne Harding, op. cit., p. 413, l’appel au peuple des préd (...)

30En histoire, pour reprendre une formule de l’historien Pierre Laborie, « le plus prévisible reste l’imprévisibilité »90. Mais dans le contexte rennais de 1589, le niveau d’imprévisibilité politique, et plus largement humain, s’accroît de façon considérable. Le sentiment d’insécurité, lié d’abord aux huguenots, fait « qu’il failloit s’en prendre garde, d’aultant que ne sçauroit l’heure qu’ils viendroient leur coupper la gorge en leur lict »91. D’où l’enjeu concret que représente le contrôle des tours, comme celui des portes92. Les manœuvres nocturnes des uns et des autres sont dénoncées, qu’il s’agisse de celles qui sont prêtées aux huguenots, ou de celles dont on accuse les Ligueurs93. Tout le monde appréhende une « surprise » de la ville, autre type d’accident qui combinerait une intervention externe et une participation interne. Cette crainte est récurrente tout au long de la période. Ainsi quand, le 3 juillet, Mercœur fait attaquer le faubourg Saint-Hélier, les autorités rennaises ne veulent pas laisser sortir les habitants pour contre-attaquer, « de crainte de trahison et a la verité, il y avoit de l’apparence qu’il n’y eust de la trahison et intelligence avec les ligueurs de la ville »94. De nouvelles alertes se produisent encore à Rennes au début d’août, en octobre, en novembre... et la surprise semble bien plus menaçante pour la ville qu’un siège en règle, que Mercœur n’a guère les moyens militaires et financiers de mener. Une forme particulière de surprise pourrait naître d’une émeute populaire, telle que celle qu’on accuse le prédicateur Pigenat de vouloir provoquer95. En août, ce sont les quartiers populaires de la basse ville que le sénéchal Meneust agiterait au service de Mercœur. Il s’agit là encore pour les royaux, comme au 13 mars, d’associer ligue et désordre social, pour faire apparaître le caractère illusoire, ou dangereux, de leur motivation religieuse, et pour rallier les « gens de bien ».

  • 96  ADIV, 1Bf 57 ; version imprimée en C 3740.
  • 97  Wilkinson, op. cit., p. 130 ; Le Roux, op. cit., p. 155-156 ; Drouot, op. cit., p. 215 et note.
  • 98  Moreau, op. cit., p. 27 ; F. Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur d’après des documents inédits (...)

31Quel que soit le camp, le modèle explicatif central des accidents politiques rennais est celui du complot, et donc de la trahison, au sein de la communauté : c’est ainsi qu’a posteriori les royaux interprètent le 13 mars, et Mercœur, le 5 avril. En août, c’est parce qu’il est censé comploter pour provoquer une nouvelle surprise que Meneust est exécuté. Le parlement interdit les réunions secrètes et défend, par exemple dans un arrêt du 7 avril, de « faire aulcunes ligues, pratiques et associations »96. La lecture par le complot vaut tout autant à l’échelon supérieur, où ceux-ci s’enchaîneraient les uns aux autres. C’est un complot des Guises contre le roi qui explique leur exécution, elle-même interprétée comme un complot par le camp ligueur97. À la charnière du général et du local, on suppose un complot royal pour éliminer aussi Mercœur, lequel aurait été alors averti par sa demi-sœur (épouse d’Henri III) de ne pas venir à Blois. Par ailleurs, les démarches d’Henri III en Bretagne et auprès de Mercœur, au début de 1589, sont interprétées par ce dernier comme un complot pour saper son autorité98.

« Rassurer et protéger » : une mobilisation régulée

  • 99  Ropartz, op. cit., p. 211.
  • 100  ADIV, 1Bb 71, fol. 18 (7-9-1589).

32Pour faire face de leur côté à la menace de déstabilisation, les autorités rennaises cherchent tout d’abord à activer la cohésion et les solidarités mises à mal par la peur que suscite une altérité menaçante, crainte qui nourrit sans doute une intelligence nouvelle de l’environnement. Ici encore, on retrouve une politique du silence, mais sous une forme active, positive. À partir du 5 avril, il importe de ne pas s’injurier ou s’accuser d’être d’un parti : le jour même, le sénéchal de Rennes réunissant une assemblée de ville exhorte les Rennais à « estre tous unis pour le service du Roy, [et à] oublier touttes les injures et querelles »99. C’est un trait commun aux paix de religion du temps, où amnistie et amnésie se combinent en vue du retour au calme. Le sénéchal se charge également d’exfiltrer discrètement de la ville le jésuite Pigenat, si violemment engagé contre le roi, pour éviter une arrestation, pourtant demandée par le parlement. En août, l’enquête sur les Ligueurs rennais et bretons est interrompue, d’autant que, comme le constate le sénéchal lui-même, « par lesd. informations il se treuve plusieurs, tant que la noblesse que aultres chargez, qu’il voit a present les premiers appelez » dans le camp royal100. L’action du sénéchal manifeste une claire volonté de renforcer, par de telles mesures, la cohésion de la communauté assimilée au camp royal. Pour créer de l’adhésion, le recours au serment est fréquent, même si son rôle chez les royaux prend des formes moins spectaculaires que ce que l’on trouve chez les Ligueurs. Enfin, il s’agit d’assurer la sécurité collective, en mobilisant, autour des autorités civiles et militaires rennaises, à la fois les membres de la communauté civique et des recours extérieurs, après accord du monarque. Mais l’appel aux forces du ban et de l’arrière-ban et à celles que peuvent fournir les paroisses rurales se retrouve également du côté de Mercœur.

  • 101  Drouot, op. cit., p. 132.

33Au delà des proclamations intéressées et des relectures ultérieures, se dessinent finalement les valeurs au nom desquelles se mobilisent les Rennais lors des deux grands accidents internes du 13 mars et du 5 avril. Pour le 13 mars, c’est la préservation de la sécurité locale, et donc de l’ordre dans la ville, qui paraît être au premier rang : l’imaginaire d’un accident possible – celui d’un coup de force huguenot – provoque ici un accident réel. Même si la part de manipulation par certains est vraisemblable, pour la grande majorité des Rennais, l’épisode permet encore de concilier toutes les fidélités : à la foi catholique, au roi, au gouverneur et aux autorités locales. Le 5 avril, en revanche, oblige à faire des choix. On ne peut plus se contenter de s’abriter derrière un générique et fort plastique « service du roi », comme le font tant de Ligueurs eux-mêmes101. C’est envers la personne, pourtant si controversée, d’Henri III, qu’il faut se déclarer fidèle. Pour beaucoup, sans doute, la loyauté monarchique traditionnelle pèse lourd. Mais à cela s’ajoute aussi, aux yeux des Rennais, le fait que la menace huguenote se révèle finalement peu consistante et que l’action de Mercœur est incapable de garantir l’ordre dans la région rennaise. Le roi, fermement soutenu par une large partie des autorités locales, peut donc faire figure de recours. Il faut cependant que ceux qui le suivent rompent avec Mercœur et ses partisans, et s’inscrivent donc dans un des camps de la guerre civile naissante.

  • 102  Ropartz, op. cit., p. 158.
  • 103  Voir leur description dans La delivrance admirable..., op. cit., dans Ropartz, op. cit., p. 173-17 (...)
  • 104  ADIV, 1Bb 70, fol. 14.
  • 105  Ropartz, op. cit., p. 153.

34Dans un tel contexte, la régulation assurée dans la ville même par le parlement, le lieutenant général, le capitaine, le sénéchal ou la municipalité n’est pas évidente, car les autorités font l’objet de vives pressions, et ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. Plusieurs épisodes de compromis, au début du mois de mars, sont ici révélateurs. Une procession officielle se déroule le 1er mars « pour la santé et prospérité du Roy, heureux succès de ses affaires, manutention de son estat, tranquillité du publicq et extirpation des hérésies »102. Pourtant, dans les jours qui suivent le processus s’emballe, et d’autres processions, exprimant une dévotion plus spectaculaire (habit de pénitence, marche pieds nus, port de cierges) semblent nourrir les tensions dans la ville103. Le lieutenant général La Hunaudaye prend part lui-même à celle du 3 mars, lui donnant ainsi une caution officielle104. Sa présence exprime sans doute à la fois ses fortes convictions catholiques – il a déclaré quelques jours plus tôt être prêt à suivre Mercœur contre les huguenots en lui amenant 500 cavaliers105 –, mais aussi une volonté de contrôle, qui manifeste la place que se reconnaissent les autorités les plus élevées dans le mouvement.

  • 106  AMR, GG 343.
  • 107  ADIV, 1Bf 57 (11-3-1589). En outre, le caractère effectif de ces expulsions reste à prouver.

35La question des suspects offre une autre occasion de régulation au même moment. L’assemblée de ville présente au parlement une liste d’individus « soupsonnés de la religion pretendue refformée et qui leur adherent, portent faveur et suport, que lesd. bourgeoys desirent estre advertiz et retirez et mips hors de leur ville »106. L’incrimination est un peu floue, mais la cible est évidente et unique : la menace vient des calvinistes et de leurs soutiens. À cette même date, les autorités rennaises s’en inquiètent elles aussi, mais sans pour autant négliger les risques que pourraient faire courir les menées ligueuses et l’attitude du gouverneur. Aussi, à l’heure de donner suite aux exigences municipales d’expulsion, le parlement, par un arrêt du 11 mars, choisit-il une voie de compromis et n’autorise-t-il l’expulsion que des deux-tiers des personnes concernées. Pour les autres, il demande une nouvelle délibération « en la maison commune de lad. ville »107.

  • 108  Rolland, op. cit., p. 17-18 ; ADIV, 1Bb 70, fol. 67-69.
  • 109  ADIV, 23 J 248, 12-8-1589.

36En juin, la question de l’expulsion se repose à propos du président au parlement Pierre Brulon, accusé d’attiser les dissensions au sein des chefs du camp royal, de soutenir en secret les ligueurs de Rennes, d’espionner pour le compte de Mercœur, et donc de trahir son camp. Brulon se défend et le débat fait rage à Rennes, fournissant une nouvelle illustration du processus de politisation que suscite un contexte de fortes tensions internes108. La position de Brulon, peut-être originale (un catholique royal critique envers les responsables de son camp et cherchant à ne pas couper les ponts avec Mercœur ?) mériterait des recherches supplémentaires. Elle montre bien que les autorités sont amenées à faire face, parfois même en leur sein, à des prises de position problématiques dont elles doivent assumer au mieux les conséquences. Comment ne pas songer aussi au comportement du sénéchal Jean Meneust ? Il applique dans sa juridiction de Fougères les mesures des ligueurs, il est en contact avec Mercœur à Vitré, et ne craint pas pour autant de venir à Rennes, en pleine guerre civile, pour ses propres affaires : il est vrai qu’il y compte des amis et des parents (il est même cousin du sénéchal de Rennes). Mais il est finalement happé dans l’engrenage, pour lui mortel, des camps, victime d’une conjoncture exceptionnellement critique. On notera cependant, toujours au titre du compromis, que La Hunaudaye essaie, mais en vain, de l’arracher au parlement et de plaider l’indulgence en sa faveur, en faisant état en particulier de sa parenté avec le sénéchal de Rennes et en soutenant « que en ceste consideration et des bons services dud. senechal de Rennes, on ne debvoit tirer les chosses a rigueur » contre lui109.

37Lors des accidents, discours et attitudes doivent donc être analysés au présent, en tenant compte au mieux de l’état d’ignorance de l’avenir des acteurs (imprévisibilité) mais aussi de leurs attentes (perspectives espérées ou craintes). Dans ce qui précède, l’accent a été mis sur l’accident comme contrainte plutôt que sur son rôle éventuel d’opportunité. Dans un contexte lourd et instable, les autorités rennaises essayent de prendre en charge au mieux des accidents généraux sur lesquels elles n’ont guère de prise et de contrôler autant que faire se peut les accidents locaux. Elles utilisent les armes de la fermeté, mais aussi du silence et du compromis et tentent également, quand cela est possible, de les neutraliser au mieux, ainsi en assurant une entrée pacifique de Mercœur le 14 mars, ou en sacrifiant un faubourg à la sûreté de la ville entière le 3 juillet. Assurer cette régulation n’est donc pas facile, d’autant que la dichotomie ordinaire de l’obéissance et de la désobéissance est totalement perturbée par les clivages entre les instances de pouvoir. Cette situation a des effets évidents en terme d’élargissement de la politisation, puisqu’il faut bien souvent se résoudre à prendre parti, et en rendre compte.

  • 110  Harding, op. cit., p. 416.
  • 111  Thèse en cours de Mathieu Pichard (Rennes 2).
  • 112  Besin, Bidart et Grossetti, dir., op. cit., p. 12.

38Robert Harding souligne la place importante de l’évolution à moyen terme, au moins depuis 1585, dans l’écho reçu en 1589 par les appels des prédicateurs à la réforme, voire à la révolution politique110. Or ce que l’on peut percevoir de la situation de Rennes et des propos qui s’y tiennent, donne une place centrale au caractère déclencheur des meurtres de Blois. Rupture sanglante de l’alliance catholique de l’Union, ils marquent la fin de ce qui était, selon les points de vue, un espoir, une ambiguïté ou une illusion. Bien sûr, les choix rennais ne se limitent pas à répercuter localement une prise de position par rapport à l’exécution des Guises. Pour mieux les comprendre, il faut faire la part d’autres facteurs, comme la rivalité avec Nantes, et il faudrait mieux connaître la société rennaise et en particulier la « société politique » de la ville111. L’événement, quoi qu’il en soit, produit de la rupture et aide l’historien à la penser, qu’il s’agisse de la recherche active d’un changement ou de l’acceptation passive de bouleversements imposés de l’extérieur112. Ici ce sont bien les accidents successifs qui contribuent à faire émerger à Rennes une mutation de l’adversaire principal, qui glisse du huguenot au Ligueur, ainsi qu’à structurer une identité à la fois évidente, imprévue et complexe : celle d’une ville « royaliste » pleinement catholique tout en étant fidèle au meurtrier Henri III puis à l’hérétique Henri IV, et dont les autorités tentent de maintenir la cohésion à travers l’inscription dans un camp. Ainsi les accidents ont-ils infléchi, transformé, redéfini, pour les autres puis pour soi-même, la position de la communauté rennaise et des individus qui s’y reconnaissent. Dans ce cadre, les événements sont sans cesse relus : ainsi les barricades du 13 mars, motivées sans doute, le jour même, essentiellement par le souci de la sécurité locale, sont-elles un mois plus tard devenues le fruit d’un pur complot ligueur...

  • 113  Pour des inquiétudes équivalentes, sur une période plus longue encore, dans une autre grande ville (...)
  • 114  Sur cet aspect voir Ph. Hamon, « Rennes au temps de la Ligue : pouvoir municipal et pouvoirs dans (...)
  • 115  Récit détaillé du notaire Pichart dans Rolland, op. cit., p. 133-137.

39Le caractère cumulatif des accidents de ce cycle est-il évident pour tous les Rennais de 1589 ? Il est difficile de le savoir. Plus encore : ont-ils le sentiment d’entrer dans une crise durable, à la fois pour le royaume et pour leur ville ? En effet les espoirs placés à la fin de 1589 dans une rapide reprise en main de la Bretagne par Henri IV à la tête de son armée, vont rapidement s’effondrer. Rennes s’installe donc dans « l’anormal » pour près d’une décennie, à la suite des graves accidents de 1589. Le sentiment obsidional y est durable, tout comme la crainte d’une surprise qui lui serait fatale113. Cette situation nourrit une active mobilisation des pouvoirs dans la ville, depuis la municipalité jusqu’aux successifs lieutenants généraux de la province114, en attendant le retour général à l’ordre et à la paix en mai 1598, qui se réalise alors qu’Henri IV vient enfin honorer Rennes de sa présence115. Quand un nouvel accident, fatal à ce même roi, fera craindre de nouveaux désordres, il est probable qu’à Rennes comme ailleurs, le souvenir cuisant des événements de l’année 1589 ne sera pas pour rien dans la volonté générale de tout faire pour éviter leur retour.

Notes

1  M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti, dir., Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2010.

2  M. Cassan, La grande peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Seyssel, Champ Vallon, 2010.

3  N. Le Roux, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat de Henri III, 1er août 1589, Les journées qui ont fait la France, Paris, Gallimard, 2006.

4  Sur l’ensemble de la période, voir la synthèse récente d’H. Le Goff, La Ligue en Bretagne. Guerre civile et conflit international (1588-1598), Rennes, PUR, 2010.

5  Sur cette notion : B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.

6  Ph. Hamon, « Quelle(s) capitale(s) pour la Bretagne (XVe-XVIIe siècles) ? », Les capitales de la Renaissance, dir. J.-M. Le Gall, Rennes, PUR, 2011, p. 71-84.

7  Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (désormais ADIV), séries 1Bb et 1Bf et fonds La Bourdonnaye-Montluc, 23 J 248.

8  Pour Nantes, voir G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996 et E. Tingle, Authority and society in Nantes during the French wars of religion, 1559-98, Manchester, Manchester University Press, 2006.

9  Pour ces correspondances, voir en particulier Archives municipales de Rennes (désormais AMR), AA 7 et BB 686. Une partie des pièces ont été publiées par Pijon, « Lettres inédites du duc de Mercœur et des rois Henri III et Henri IV aux habitants de Rennes en 1589 et 1590 », Bulletins et mémoires de la société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. II, 1862 (1863), p. 296-305.

10  Ce document a fait l’objet d’une publication intégrale : F. Joüon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs », Bulletins et mémoires de la société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. XLI, 1911, p. 5-190, et 1912, p. 190-318 (désormais Information...).

11  Ce document n’est connu que par des copies incomplètes. Une première publication remonte au XVIIIe siècle : dom H. Morice et dom C. Taillandier, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, C. Osmont, 1746, t. III, colonnes 1695 à 1758. On trouvera la version la plus complète à ce jour dans A. Rolland, Le journal de Jean Pichart, notaire royal et procureur au parlement de Rennes 1589-1598, mémoire de master 2 sous la direction de Philippe Hamon, Rennes 2, juin 2010, 197 p.

12  Voir en particulier Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. par H. Waquet, Quimper, Archives départementales, 1960, et Jean du Matz de Montmartin, « Mémoires... ou Relation des troubles arrivés en Bretagne depuis l’an 1589 jusqu’en 1598 », Supplément aux preuves de l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, éd. par dom C. Taillandier, p. cclxxvii-cccxvi, publié à la suite du t. II de l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne.

13  En particulier La delivrance admirable de la ville de Rennes en Bretagne d’entre les mains des Politiques et Heretiques, selon les lettres missives de ce dernier voyage, du 14 mars [1589], à Paris, chez Guillaume Chaudière, rue Saint-Jacques, 1589 ; Discours veritable de la prise du comte de Soissons, avec la deffaicte de ses troupes et celles de Lavardin par Monseigneur le duc de Mercueur, à Paris, chez Nicolas Nivelle, 1589.

14  BnF, ms fr. 3422, fol. 61.

15  Voir à ce sujet les remarques de Y.-M. Bercé, « Les échos du drame de Blois », Le mécénat et l’influence des Guises, dir.Y. Bellenger, Paris, Champion, 1997, p. 607.

16  Juste au sud de la ville, selon Gabriel de Goulaine en mars 1589, l’exercice de ses justices seigneuriales « a été discontinué puis les deux a troys ans derniers en raison des guerres et [...] des courses ordinaires qui ont depuis ledit temps esté et sont encorres a présent audit pays » : ADIV, 1Bf 56, 28-3-1589.

17  ADIV, 1Bb 69, fol. 54 et 70, fol. 3-4.

18  Ibid., 1Bb 69, fol. 55r.

19  Cité par S. Ropartz, « La journée des barricades et la Ligue à Rennes, mars-avril 1589 », Bulletins et mémoires de la société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine,t. XI, 1877, p. 153.

20  Information..., p. 29 et 190.

21  Ibid., p. 38-39.

22  Suivant les propos de Thomas Dambourdin, rapportés dans l’Information…, « le Roy estoit ung roy tiran et roy Herodes » : ibid., p. 89.

23  Sur ce thème, W. Paravicini, « Peurs, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI d’après les interrogatoires du connétable de Saint-Pol », La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, dir. B. Chevalier et Ph. Contamine, Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 183-196.

24  Voir la liste des suspects produite par les autorités municipales le 1er mars : AMR, GG 343.

25 Information..., p. 15.

26 Ibid, p. 165.

27  Rolland, op. cit., p. 5-6. Sur son rôle, voir E. Buron et B. Meniel (dir.), Le duc de Mercœur. Les armes et les lettres (1558-1602), Rennes, PUR, 2009.

28  Information..., p. 30, 87-88 ; c’est une réalité car, comme à Paris en mai 1588, on peut voir ce jour-là à Rennes « les barricades et chesnes tendues par les rues » (ibid., p. 158).

29  Ibid., p. 24.

30  La delivrance admirable..., op. cit., cité dans Ropartz, op. cit., p. 175.

31  Avec récit détaillé dans Rolland, op. cit., p. 7-11.

32  Information..., p. 40.

33  L’un d’entre eux rapporte ainsi les propos de Busnel : « Monsieur, qu’est ce que cecy ? il ne fault poinct faire emotion en ceste ville » (ibid., p. 32).

34  Montmartin, op. cit., p. cclxxviii. Récit dans Rolland, op. cit., p. 13-15.

35  Ce rapprochement n’était pas du tout souhaité par le roi après la mort des Guises : Le Roux, op. cit., p. 145 ; Bercé, op. cit., p. 607. Henri III s’appuyait alors sur l’édit d’Union de juillet 1588, qui confirmait la mise hors la loi du calvinisme, pour justifier l’exécution des deux frères : Ropartz, op. cit, p. 151.

36  À la suite de lettres du roi du 26 avril : pour des exemples bretons de personnes demandant à bénéficier de cette mainlevée : ADIV, 1Bf 57 (12 et 16 mai), 58 (15 juin et 22 août).

37  ADIV, C 3740

38  Pijon, op. cit., p. 298.

39  Morice et Taillandier, Preuves, op. cit., t. III, col. 1496 (19-4-1589).

40  Sur ce dossier, Ph. Hamon, « ‘Vitray, qui s’en alloit perdu...’ (Brantôme). Le siège de Vitré et les engagements militaires en Haute-Bretagne au début des guerres de la Ligue (mars-août 1589) », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXXVII, 2009, p. 111-151.

41  ADIV, 1Bb 867, n° 55, 58 et 59 (21, 28 et 29 mars).

42  Information..., p. 113 et 242.

43  Morice et Taillandier, Preuves, op. cit., t. III, col. 1498-1499.

44  Montmartin, op. cit., p. cclxxx. Sur les préparatifs rennais pour l’accueil de Soissons, voir plusieurs pièces du 4 juin 1589 dans AMR 1090 (liasse non classée).

45  Rolland, op. cit., p. 16 ; Montmartin, op. cit, p. cclxxxi.

46  Rolland, op. cit., p. 18.

47  Même si des marges d’incertitude subsistent toujours, comme en témoigne une étonnante lettre de Mercœur à Henri III, datée du 1er août, dans laquelle le gouverneur destitué lui demande... des secours, pour continuer la lutte contre les protestants : analyse dans Humanisme et Renaissance, t. II, 1935, p. 471 (catalogue d’une collection d’autographes).

48  Voir Le Roux, op. cit.

49  Voir Ph. Hamon, « Chronique d’une mort annoncée. L’affaire Jean Meneust et les débuts de la Ligue en Haute-Bretagne », Les Ligues catholiques et leurs alliés dans la France des guerres de religion, dir. S. Brunet et J. J. Ruiz Ibanez, à paraître.

50  ADIV, 1Bb 71, fol. 19 (11-9-1589).

51  Rolland, op. cit., p. 21 et 24.

52  Moreau, op. cit., p. 27-28 et 37-38.

53  Bercé, op. cit., p. 597.

54  Pour une mise au point sur les conditions de l’information dans une province au temps de la Ligue : H. Drouot, Mayenne et la Bourgogne 1587-1596. Contribution à l’histoire des provinces françaises pendant la Ligue, Paris, Picard, 1937, t. I, p. 139-147.

55  ADIV, 1Bb 70, fol. 8v.

56  Un exemplaire conservé dans ADIV, C 3740.

57  ADIV, 23 J 248, interrogatoire de Jean Chesnot.

58  ADIV, 1Bb 70, fol. 8v.

59 Ibid., fol. 68v.

60  Rolland, op. cit., p. 9-10.

61  ADIV, 1Bb 71, fol. 13v.

62  ADIV, 1Bb 70, fol. 8v.

63  Information..., p. 113.

64  Sur cette notion, L. Bourquin et Ph. Hamon, dir., La politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010.

65 Information..., p. 17 et 28.

66  Ropartz, op. cit., p. 202-203.

67  AMR, GG 343, 1-3-1589.

68  Montmartin, op. cit., p. cclxxix ; Morice et Taillandier, Preuves, op. cit., t. III, col. 1496 (lettre au sieur de la Chaise, 19-4-1589).

69  Sur 1294 textes polémiques et édits repérés en France cette année-là, 1035 peuvent être qualifiés de Ligueurs, 129 de royalistes et 18 de protestants : A. Wilkinson, « ‘Homicides royaux’ : the assassination of the duc and cardinal de Guise and the radicalization of french public opinion », French History, vol. XVIII, n° 2, 2004, p. 135-136.

70  Celles que l’on repère sont au service du camp royal et se limitent à la diffusion de textes officiels et aux « travaux de ville ». Voir ADIV, C 3740 pour Blaise Petrail et 1Bf 57 (28-4) et 58 (20-6, 16-8 et 11-9-1589) pour Michel Logeroys.

71  Wilkinson, op. cit., p. 140.

72  Sur leurs prises de position dans l’ouest de la France : R. Harding, « Revolution and Reform in the Holy League : Angers, Rennes, Nantes », The Journal of Modern History, t. LIII, n° 4, sept. 1981, p. 397sq.

73  Sur lui, voir Information..., p. 30, 241 et 290-292 ; Rolland, op. cit., p. 12-13 et 15.

74  En février : Ropartz, op. cit., p. 151 (10-02) et ADIV 1Bb 70, fol. 11r (23-02 : ordre de faire prières pour le roi, et interdiction d’« inciter le peuple directement ou indirectement à sedition »). Admonestation aux Mendiants en juin, entre autres pour « faire entendre [au peuple] que ceux qui ont pris les armes contre [le roi] l’ont fait sous un faux pretexte, et qu’il n’est point question de la religion mais de defendre l’Etat et l’Autorité dudit seigneur » (ADIV, 1Bb 70, fol. 63v). Le 12 août, le clergé doit démentir l’« imposture et suposition du faulx bruict de la mort du roy faicte par ses ennemys et rebelles » (ibid., 1Bb 71, fol. 9r).

75  Information..., p. 241.

76  ADIV, 1Bb 69, fol. 53v.

77  Information..., p. 30. Remarque précieuse, même si on ignore de quel texte il s’agit : Drouot, op. cit., p. 258, n. 2, souligne la rareté des allusions disponibles dans la France du temps concernant la diffusion effective et la lecture de ces textes ligueurs.

78  Ibid., p. 30 (un chanoine), p. 190 (un curé rennais), p. 241 (le recteur de Rougé). A contrario, sur la place secondaire du cardinal dans la littérature ligueuse : Wilkinson, op. cit., p. 143.

79  Ibid., p. 13.

80  Ibid., p. 241.

81  C’est ainsi qu’on dispose d’une déclaration imprimée d’Henri de Navarre, le 21 avril 1589, quand il passe la Loire « pour le service de sa majesté » (ADIV, C 3740).

82  ADIV, 23 J 248, interrogatoire de Jean Meneust, 12-08-89.

83  « Extrait d’un Journal de Messire Jérôme d’Aradon, Seigneur de Quenipili, Gouverneur de Hennebont », Supplément aux preuves..., op. cit., p. cclix.

84  ADIV, 23 J 248, arrêt de condamnation de Jean Meneust, 12-08-89.

85  ADIV, 1Bb 71, fol. 15 et 19.

86  AMR, AA 7 ou BB 686.

87  Moreau, op. cit., p. 37, n. 5.

88  Aucune allusion à la mort d’Henri III et à la succession, pas plus d’ailleurs qu’au procès Meneust ; première mention d’Henri IV le 11 septembre : Rolland, op. cit., p. 21.

89  Moreau, op. cit., p. 32. Sur l’enthousiasme des ligueurs parisiens et le malaise d’autres ligueurs : Le Roux, op. cit., p. 303-304.

90  Cité dans Bessin, Bidart et Grossetti, op. cit., p. 39.

91  Information..., p. 22.

92  La ville demande le 1er mars que certaines d’entre elles soient murées, mesure classique de temps de guerre ou de troubles (AMR, GG 343).

93  Information..., p. 14, 18, 23, 90...

94  Rolland, op. cit., p. 18. Un témoin de l’Information...,p. 243-244, déclare pour sa part avoir entendu dire que « si on eust sorty de ceste ville, la ville eust esté prinse par les liguez ; et qu’il avoit ouy dire qu’ilz avoient faict une assemblée aux Carmes ».

95  Ropartz, op. cit., p. 197. Comme le souligne Harding, op. cit., p. 413, l’appel au peuple des prédicateurs ne vise par à lui donner le pouvoir, mais à le mobiliser au service d’un projet porté par des membres de l’élite sociale.

96  ADIV, 1Bf 57 ; version imprimée en C 3740.

97  Wilkinson, op. cit., p. 130 ; Le Roux, op. cit., p. 155-156 ; Drouot, op. cit., p. 215 et note.

98  Moreau, op. cit., p. 27 ; F. Joüon des Longrais, « Le duc de Mercœur d’après des documents inédits », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, t. XIII, 1895, p. 233 et 243.

99  Ropartz, op. cit., p. 211.

100  ADIV, 1Bb 71, fol. 18 (7-9-1589).

101  Drouot, op. cit., p. 132.

102  Ropartz, op. cit., p. 158.

103  Voir leur description dans La delivrance admirable..., op. cit., dans Ropartz, op. cit., p. 173-174.

104  ADIV, 1Bb 70, fol. 14.

105  Ropartz, op. cit., p. 153.

106  AMR, GG 343.

107  ADIV, 1Bf 57 (11-3-1589). En outre, le caractère effectif de ces expulsions reste à prouver.

108  Rolland, op. cit., p. 17-18 ; ADIV, 1Bb 70, fol. 67-69.

109  ADIV, 23 J 248, 12-8-1589.

110  Harding, op. cit., p. 416.

111  Thèse en cours de Mathieu Pichard (Rennes 2).

112  Besin, Bidart et Grossetti, dir., op. cit., p. 12.

113  Pour des inquiétudes équivalentes, sur une période plus longue encore, dans une autre grande ville du temps : Toulouse, voir P.-J. Souriac, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008.

114  Sur cet aspect voir Ph. Hamon, « Rennes au temps de la Ligue : pouvoir municipal et pouvoirs dans la ville », L’exercice du pouvoir municipal de la fin du Moyen Âge à 1789, Ph. Hamon et C. Laurent, dir., Rennes, PUR, à paraître.

115  Récit détaillé du notaire Pichart dans Rolland, op. cit., p. 133-137.

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamon, « « Le malheur du temps qui court » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 335-356.

Référence électronique

Philippe Hamon, « « Le malheur du temps qui court » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12552 ; DOI : 10.4000/crm.12552

Auteur

Philippe Hamon

Université Rennes 2 – Cerhio (CNRS, UMR 6258)

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes