Navigation – Plan du site

L’imprévu (XVe-XVIe siècle)

Montaigne : la mission et l’imprévu

Daniel Ménager
p. 323-333

Résumés

Dans le livre I des Essais, toutes sortes d’anecdotes ont pour but de nous faire réfléchir sur les vertus et les inconvénients de l’imprévu. Finalement, les premières l’emportent largement sur les seconds. Car l’imprévu possède le grand avantage de nous stimuler et de relancer une pensée souvent paresseuse. Toute la question est de savoir quelle place il peut occuper dans l’écriture des Essais. Car la grande affaire de Montaigne, c’est l’heuristique.

Texte intégral

  • 1  M. Butor, Essais sur les Essais, Paris, Gallimard, 1968, p. 72sq.
  • 2  Voir notamment celles de D. Martin, L’Architecture des Essais de Montaigne, Paris, Nizet, 1992.
  • 3  P. Desan, Montaigne dans tous ses états, Schena editore, 2001, p. 37sq.

1La question de l’architecture des Essais, et, en particulier, de celle du livre I, a fait couler beaucoup d’encre. Un temps, grâce à Michel Butor1, on a cru avoir trouvé la clé. Le livre s’organisait primitivement autour du chapitre XXIX et du Discours de la Servitude volontaire de La Boétie. Si cette construction avait échappé aux critiques, c’est que le Discours en question avait été finalement supprimé à la suite de sa publication, sous un autre titre, par les protestants. Le Livre I devenait ainsi un hommage à l’ami disparu, qui en occupait le centre. Depuis, on a déchanté. Les constructions arithmétiques les plus sophistiquées2 n’ont pas résisté à l’examen des éditions originales où se multiplient les erreurs de numéro si bien que l’importance que Montaigne aurait accordée à la disposition de ses chapitres devient, de ce fait, tout à fait aléatoire. Il n’y a rien à ajouter, sur ce sujet, à la belle démonstration de Philippe Desan3.

  • 4  Montaigne, Essais, I, éd. d’E. Naya, D. Reguig et A. Tarrête, Paris, Gallimard, Folio classique, 2 (...)
  • 5  Cette idée, qui remonte au XIXe siècle, apparaît notamment dans les articles de Jean Balsamo dans (...)

2Pourquoi faudrait-il, au reste, que le livre I ait un centre, et même une disposition soigneusement concertée ? Ses plus récents éditeurs se gardent bien de se lancer dans cette recherche hasardeuse, préférant rappeler, dans leur préface, que le livre offert au public en 1580 est assez proche « par son foisonnement et sa liberté, des recueils de leçons érudites que publiaient les grands humanistes […] un recueil d’ébauches, d’exercices, de rêveries sur une foule de sujets »4. Si l’on veut à tout prix trouver une unité au livre I, on peut dire qu’il présente au public un certain nombre de discours politiques et militaires5. Mais à peine énoncée, cette proposition elle-même paraît caduque. Pourquoi s’en étonner puisque Montaigne lui-même installe l’imprévu au centre de sa pensée et de son écriture ?

  • 6  Voir le chapitre « De trois commerces » (III, 3) in Montaigne, Essais, Paris, Gallimard (« La Pléi (...)
  • 7  Montaigne, Essais, « De trois commerces » (III, 3), éd. cit., p. 870.
  • 8  M. Magnien et C. Magnien-Simonin, notule du chapitre III, 3, in Montaigne, Essais, éd. cit., p. 13 (...)
  • 9  M. Screech, Montaigne et la mélancolie, tr. fr., Paris, PUF, 1992, p. 86.
  • 10 Montaigne, Essais, I, 8, éd. cit., p. 55.
  • 11 M. Screech, op. cit., p. 87.
  • 12 Il n’est peut-être pas utile de citer les livres innombrables qui, depuis celui de Panofsky (Dürers (...)
  • 13 Voir G. Mathieu-Castellani, Montaigne ou la vérité du mensonge, Genève, Droz, 2000, p. 65-69.

3Quant il commence à écrire les Essais, Montaigne est le plus libre des hommes. Madame de Montaigne occupe ses appartements, l’écrivain est seul avec ses livres, dans sa librairie. Le secrétaire qui l’a sans doute assisté et qu’on entrevoit parfois dans les Essais6 n’est pas pour lui, semble-t-il, une source de gêne. Cette librairie, il a voulu qu’elle fût à lui et à lui seul, comme le rappelle la fameuse inscription qui s’y trouve et le chapitre « De trois commerces ». « C’est là mon siège »7, là qu’il peut savourer, en principe, les bienfaits de la tranquillitas animi, chère à tous les humanistes. Toutefois, ce rêve de maîtrise est rapidement confronté aux hasards de la vie intellectuelle, et c’est Montaigne lui-même qui l’avoue dans le chapitre VIII, « De l’oysiveté », possible « relief d’une préface primitive » des deux premiers livres8. Au lieu de « l’étude paisible, menée à l’allure qu’il souhaitait »9, voici que son esprit, « faisant le cheval échappé », lui a enfanté tant de monstres et de chimères, qu’il a décidé de les écrire pour mieux en contempler « l’ineptie et l’étrangeté »10. M. Sreech, que nous venons de citer, veut que ses « monstres et chimères » soient les effets d’un tempérament mélancolique11. Il se peut, mais là n’est pas l’essentiel. Ce que découvre Montaigne, c’est que l’on n’est pas plus maître de son âme que des événements extérieurs. Ici comme là, il y a de l’imprévu, de l’inattendu. Cette découverte, si elle a bien eu lieu, ruine la distinction stoïcienne entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. Et il se pourrait bien que le livre I agite cette question à travers des anecdotes diverses et variées. Ce qui sera créateur, ce n’est ni la mélancolie, comme le pensent les ficiniens12, ni, ce que l’on a aussi écrit, l’oisiveté elle-même13. Le défi sera de convertir l’imprévu en stimulation. Ce faisant, l’écriture sera une action. Et l’écrivain ne sera pas tellement différent des grands hommes qui le passionnent et qui, chaque jour, font face à l’imprévu.

  • 14 M. Magnien et C. Magnien-Simonin, notule in Montaigne, Essais, éd. cit., p. 1352.
  • 15 Voir D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, PUF, 2001 ; A. Hugon, Au servic (...)
  • 16 Voir D. Ménager, op. cit., p. 164.
  • 17 Montaigne, Essais, I, 16, éd. cit., p. 75.
  • 18 Ibid., p. 76. L’édition de « La Pléiade », ne distinguant pas les couches du texte, ne permet pas d (...)
  • 19 Voir D. Ménager, « Improvisation et mémoire dans les Essais », Rhétorique de Montaigne, Paris, Cha (...)

4Beaucoup d’anecdotes historiques du livre I pivotent autour des idées de mission et d’imprévu. Commençons par les embarras des ambassadeurs, objets de deux chapitres (I, 10 et 16), lus souvent d’une façon quelque peu distraite. À tort. Rectifiant le tir, l’édition de « La Pléiade » parle, à propos du second (« Un traict de quelques ambassadeurs »), d’un chapitre « très écrit »14, même s’il se compose, pour l’essentiel, de deux anecdotes. La première concerne la mission de deux ambassadeurs français auprès du pape ; l’autre, plus brève, la désobéissance d’un ingénieur de Crassus. Seule la première, envisagée stricto sensu, se rapporte à la théorie et à la pratique de l’ambassade. À la Renaissance, on a beaucoup écrit sur l’une et sur l’autre15. La question délicate était de déterminer la marge de liberté dont disposait un ambassadeur dans l’accomplissement de sa mission. À cet effet, on distinguait soigneusement « deux types de mandats : les uns sont definita, les autres libera ou absoluta »16. Seuls les seconds permettent à l’ambassadeur de prendre des initiatives. Dans l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de savoir de quel type étaient ceux des ambassadeurs du roi de France auprès du pape en 1536. Toujours est-il qu’ils n’osèrent pas rapporter verbatim les propos furieux tenus contre François Ier, en plein consistoire, par Charles Quint. Montaigne, dans un premier temps, semble opter pour une conception très stricte du mandat diplomatique : les ambassadeurs de France ont eu tort de cacher au roi les paroles injurieuses prononcées en public par l’empereur. « J’ay trouvé bien estrange, qu’il fust en la puissance d’un Ambassadeur de dispenser sur les advertissemens qu’il doit faire à son maistre, mesme de telle consequence, venant de telle personne, et dits en si grand’ assemblée »17. L’ingénieur de Crassus, quant à lui, devait simplement obéir. Il a cru bon d’interpréter l’ordre de son maître. Ici encore, Montaigne condamne. Mais la rédaction de l’Exemplaire de Bordeaux nuance fortement cette condamnation dans une longue addition : « On pourroit aussi considerer, que cette obeïssance si contreinte n’appartient qu’aux commandements precis et prefix. Les ambassadeurs ont une charge plus libre »18. En d’autres termes, longuement médités dans les traités ad hoc, ils doivent faire face à de l’imprévu, ce qui arrive aussi aux orateurs officiels, dont il est question dans le chapitre I, 10. La mésaventure de « Monsieur Poyet » illustre les embarras d’un homme qui ne sait pas improviser19, et s’en tient à son « rolet », comme dit la farce médiévale du « Cuvier ». L’art oratoire exige l’improvisation car l’orateur politique doit affronter lui aussi de l’imprévu, comme on le verra plus loin.

  • 20 G. Nakam, Montaigne et son temps. Les événements et les « Essais », Paris, Gallimard (« Tel »), (...)

5Que deviennent les impulsions quand disparaissent les sollicitations du dehors ? Le plus souvent, on pense que les Essais obéissent aux suggestions venues des lectures de l’auteur ; ou de l’histoire, comme Géralde Nakam l’a bien démontré20. Il est des impulsions plus discrètes, comme le prouvent trois chapitres : I, 25, I, 54 et I, 21.

  • 21 Montaigne, Essais, I, 25, éd. cit., p. 153.

6Il faut regarder ensemble le chapitre sur le pédantisme (I, 24) et celui sur l’institution des enfants (I, 25). Montaigne nous dit en effet, d’une façon tout à fait claire, que le second est né du premier. Par un engendrement de l’écriture ? Pas exactement. « Quelcun doncq’ ayant veu l’article precedant, me disoit chez moy l’autre jour, que je me devoys estre un petit estendu sur le discours de l’institution des enfans »21. Un homme cultivé a donc lu le chapitre « Du Pédantisme » (appelé ici article) avant même sa publication et a estimé, lors d’une conversation amicale et privée avec l’auteur, que le sujet de l’institution méritait un plus ample développement. Nous avons ici la preuve, assez rare, d’une relation féconde entre la conversation et l’écriture des Essais. Le visiteur de Montaigne ne lui a donné aucune mission, bien entendu, mais sa suggestion a été retenue. On peut même aller plus loin : pourquoi les deux hommes n’auraient-ils pas échangé, sur cette question de l’éducation des enfants, des idées dont Montaigne aurait fait son miel en écrivant le chapitre de l’« Institution » ? La conversation se prolongeant dans l’écriture : voilà une idée à la fois séduisante et vraie.

  • 22 Ibid., I, 54, p. 330.
  • 23 Ibid.
  • 24 B. Pascal, Œuvres complètes, II, édition Michel le Guern, Paris, Gallimard (« La Pléiade »), 2000 (...)
  • 25 Ibid., p. 194sq.
  • 26 Montaigne, Essais, I, 20, éd. cit., p. 106.
  • 27 Employé quatre fois dans les Essais, selon Leake : I, 21, 103 ; 1, 42, 262 ; II, 12, 546 ; et III, (...)

7Elle trouverait une belle illustration dans deux autres chapitres. D’abord, celui « Des vaines subtilitéz » (I, 54), où Montaigne écrit : « Nous venons presentement de nous jouer chez moy, à qui pourroit trouver plus de choses qui se tinsent par les deux bouts extremes »22. Jeu de société, comme la Renaissance les aime ; jeu exigeant des esprits vifs, capables de remarquer, par exemple, que l’on dit « Sire » au roi de France mais aussi au « vulgaire, comme aux marchans »23. Si Montaigne avait estimé que ce jeu était insignifiant, il ne lui aurait pas donné une suite dans son livre ; il ne l’aurait pas notablement étoffé avec une addition finale dont Pascal s’inspirera dans les Pensées24 et ses Discours sur la condition des Grands25. Parfois enfin, c’est une banale conversation qui met en branle la réflexion de l’auteur. Ainsi de celle dont il se souvient dans le chapitre « De la force de l’imagination » : « Et tout ce caprice m’est tombé presentement en main, sur le conte que me faisoit un domestique apothiquaire de feu mon pere, homme simple et Souysse, nation peu vaine et mensongiere »26. Dans ce conte, il est question d’un marchand de Toulouse qui se disposait à recevoir des clystères et qui se contentait des préparatifs de ceux-ci car il se sentait déjà beaucoup mieux. Sans doute, la question de la véracité est-elle posée, mais l’essentiel est que les Essais s’enrichissent de ce qui est rapporté par un homme simple et qui ne se doute pas de son honneur posthume. Notons bien que l’imagination est ici beaucoup plus que le sujet du discours. Montaigne lui-même doit beaucoup à la « folle du logis », comme le prouve l’emploi du mot « caprice »27. Finalement, on fait de la philosophie à partir de n’importe quoi, ce qui était déjà l’opinion de Socrate.

  • 28 Montaigne, Essais, I, 10, éd. cit., p. 62.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., p. 61.
  • 31 Voir Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, Genève, Droz, 1980.

8On imagine parfois que l’écriture et la conversation sont des activités séparées, et que la seconde ne nourrit la première que par accident ou par convention. Le chapitre « Des vaines subtilités », l’un des plus brillants de tout le livre, démontre amplement le contraire. Encore faut-il se demander ce que la conversation a de si précieux dans l’invention des idées. Montaigne nous donne la réponse dans le chapitre « Du parler prompt ou tardif » (I, 10) : « L’occasion, la compaignie, le branle mesme de ma voix, tire plus de mon esprit, que je n’y trouve lors que je le sonde et employe à part moy »28. Autrement dit, et pour parler très scolairement, Montaigne est meilleur à l’oral qu’à l’écrit ; meilleur parce que plus vif, plus original, plus imprévu. L’idée se complique (heureusement !) avec l’ultime addition de l’exemplaire de Bordeaux. Cette fois, les « subtilités » dont il parle en I, 54 se rencontrent, aussi, sous la plume de l’écrivain. Cruelle infortune : il ne les comprend plus lorsqu’il se relit : « J’auray eslancé quelque subtilité en escrivant. […] Je l’ay si bien perdue que je ne sçay ce que j’ai voulu dire : et l’a l’estranger descouverte par fois avant moy »29. L’étranger, c’est, sans doute, la nouvelle figure du visiteur auquel Montaigne montre ses brouillons et qui comprend mieux que Montaigne ce que ce dernier a voulu dire, ce qui peut faire songer à la relation entre l’analyste et son patient. Puisque cette phrase appartient au texte de Bordeaux, cela peut être aussi quelqu’un qui lui fait part, oralement ou par écrit, de ses impressions de lecteur. Tout cela pour dire que l’écriture est un exercice difficile, parce que languissant et privé d’imprévu. La tradition rhétorique fournit à Montaigne toutes sortes d’anecdotes étayant son propos et illustrant la chance paradoxale des orateurs. Par exemple celle de l’orateur Severus Cassius, qui « disoit mieux sans y avoir pensé » et qui « devoit plus à la fortune qu’à sa diligence »30. À tel point qu’on craignait de le contredire car ses répliques étaient foudroyantes. De cette chance, l’écrivain est privé, mais aussi toute cette éloquence d’apparat qui, à la même époque, en régime monarchique, ignore les combats oratoires du forum31.

  • 32 Montaigne, Essais, « Du parler prompt ou tardif » (I, 10), éd. cit., p. 62.
  • 33 Pour la bibliographie de ce chapitre, voir la notule de l’édition de « La Pléiade », p. 1440-1441.
  • 34 Montaigne, Essais, III, 3, éd. cit., p. 870 : « Mes pensées dorment si je les assis ».

9Il ne faudrait pas quitter le chapitre 10 du livre I sans s’attarder un peu sur une des plus belles phrases de Montaigne : son âme, dit-il, exige des sollicitations, « elle demande à estre non pas esbranlée et picquée par ces passions fortes, comme la colere de Cassius, […] elle veut estre eschauffée et resveillée par les occasions estrangeres, presentes, et fortuites. Si elle va toute seule, elle ne fait que trainer et languir : l’agitation est sa vie et sa grace »32. De cette phrase magnifique, ne retenons que trois ou quatre aspects. D’abord le fait que, selon Montaigne, l’âme peut sombrer dans le sommeil. Moins celui des dogmes étouffant la pensée que celui de l’habitude et de l’inertie. Ce que Montaigne craint par-dessus tout, c’est une pensée habituée à elle-même, et qui devient une pensée morne. À cet égard, la solitude peut être dangereuse, et pour des raisons qui s’ajoutent à celles qui sont analysées par Montaigne en I, 38. C’est un beau rêve, en effet, que celui de s’appartenir33. Mais rapidement, l’appartenance de soi à soi se transforme en entropie mortelle. Voilà ce qui fait le prix des occasions, des imprévus, de la conversation. Le mot « agitation » ne possède ici aucune connotation péjorative. Montaigne a installé sa retraite pour avoir la possibilité de se promener, de se donner du mouvement car autrement ses pensées dorment34. De là vient aussi son goût du voyage (III, 5), quelque peu choquant pour les amateurs de stabilité. Quant à la « grâce », n’oublions pas que pour les contemporains de Montaigne, notamment Ronsard, elle est associée au mouvement. Gracieux est celui qui sait entrer dans un salon et danser comme il faut. Gracieuse est la ligne dans les peintures de Raphaël. Faut-il aller plus loin, et trouver dans cette phrase une manière bien peu religieuse d’envisager la vie de l’esprit ? Rien ne l’interdit. Le mot « grâce » semble avoir été choisi à dessein. Elle ne vient pas d’en haut mais de ce qui est le plus contingent : les déambulations d’un écrivain dans sa « librairie ».

10Toute la question sera de savoir si on peut ramener de l’imprévu dans celle-ci.

  • 35 Ibid., I, 50, éd. cit., p. 321. Voir M. K. Benouis, Le Dialogue philosophique dans la littérature f (...)
  • 36 Montaigne, Essais, « Apologie de Raimond de Sebonde » (II, 12), p. 870, éd. cit., p. 536-537. Comme (...)

11Montaigne n’a pas écrit de dialogues, alors même que la Renaissance a vu le développement de ce genre littéraire35, alors même qu’il avait lu Platon et qu’il admirait Socrate. Peut-être a-t-il pensé que ce genre restait trop artificiel, trop convenu, trop impersonnel. Il convient de citer quand même une phrase de l’« Apologie de Raymond Sebond », qui dit bien ce qu’il admirait chez Platon et dans les dialogues philosophiques où Socrate apparaît : « Le conducteur de ses dialogismes, Socrates, va tousjours demandant et esmouvant la dispute, jamais l’arrestant, jamais satisfaisant [= donnant une réponse décisive] et dit n’avoir autre science, que la science de s’opposer »36. L’idéal, pour Montaigne, serait d’installer dans ses Essais un personnage purement littéraire chargé de le contredire et d’introduire de l’imprévu dans le chapitre. En l’absence de procédés de ce genre, il le fait surgir par un certain nombre de stratégies.

  • 37 Montaigne, Essais, « De Democritus et Heraclitus » (I, 50), éd. cit., p. 321.
  • 38 Ce parallèle est relativement classique dans la littérature humaniste. Il est né dans l’entourage d (...)
  • 39 Montaigne, Essais, I, 50, éd. cit., p. 321. Voir la note des éditeurs de « La Pléiade » (p. 1481) s (...)
  • 40 Machiavel a écrit un capitolo sur l’Occasion (Œuvres complètes, éd. E. Barincou, Paris, Gallimard (...)

12Cela commence par le choix des sujets. Il ne faut pas oublier ce que dit Montaigne en I, 50 : « Je prends de la fortune le premier argument »37. Le développement de ce chapitre illustre cette manière de faire et distingue bien entre deux types de sujets. Il y a ceux qui sont « noble[s] et tracassé[s] », comme la tristesse (I, 2), le mensonge (I, 9, mais Montaigne le fait glisser vers « les menteurs », ce qui n’est pas tout à fait la même chose), ou encore les pronostications (I, 11), « la constance » (I, 12). On pourrait allonger la liste. Ils sont prisés des philosophes et des amateurs d’idées et, encore plus, des doxographes. Montaigne n’ignore rien des traditions philosophiques qui s’en sont emparées. À cet égard, un chapitre mérite une attention particulière : celui qui est consacré à la « Solitude » (I, 38). D’un geste brusque, Montaigne commence par récuser le parallèle classique entre « vie solitaire » et « vie active ». Il estime sans doute qu’il est rebattu. « Laissons à part ». De ce sujet devenu banal, il va tirer une réflexion originale sur la difficulté de la solitude. Et puis il y a un type de sujet, « vain et de neant », que Montaigne retient cependant pour voir s’il sera capable de lui donner du « corps », de « l’appuyer et l’estançonner ». Voilà des mots qui font rêver : donner corps au néant, cela rappelle singulièrement le privilège de Dieu lors de la création du monde. Méfions-nous de l’humilité de Montaigne… et passons. Le parallèle entre Démocrite et Héraclite appartient sans aucun doute à ce deuxième type de sujet38, un peu mince au départ, tout comme le chapitre sur « les vaines subtilités ». Montaigne s’explique : il estime que « le jugement est un util à tous subjects, et se mesle par tout. À cette cause, aux Essais que j’en fay ici, j’y employe toute sorte d’occasion »39. Deux mots sont importants. Celui de jugement, qui correspond à l’un des grands thèmes du chapitre sur l’ « Institution des enfants » (I, 25) : cela est bien connu. Mais aussi, celui d’occasion, moins commenté. Elle peut être fournie par une lecture, mais aussi par une conversation, dont la trace s’est perdue. Le rôle donné à l’occasion dans l’acte d’écriture ne surprendra que ceux qui ignorent, par ailleurs, la place qu’elle occupe dans la philosophie de l’action de l’auteur des Essais. L’écrivain doit saisir les occasions qui se présentent, comme l’homme politique ou le grand capitaine40. L’occasion n’est pas une intruse, ou ce qui fait dévier le cours de la pensée : au contraire, elle est la bienvenue. Voilà pourquoi Montaigne « prend de la fortune le premier argument ».

  • 41 Voir G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Larousse, « Le Livre de poche », 1992, s. v.
  • 42 Voir M. Bakhtine, La Poétique de Dostoievski, Paris, Éditions du Seuil, 1970.
  • 43 Montaigne, Essais, I, 38, éd. cit., p. 241.
  • 44 En particulier de Sénèque, Lettres à Lucilius, VII, 3 (référence donnée par les éditeurs de la Plé (...)

13Il ne se contente pas de ce qui vient d’ailleurs. À bien des reprises, il lui faut quelqu’un avec qui discuter. Homme des dialogismes41, il a besoin d’un interlocuteur virtuel ou d’un lecteur qui intervient et dont il devance les questions (occupatio). Ces figures sont nombreuses dans les Essais, ce qui garantit la pluralité des points de vue, mais aussi la vivacité du discours, comme dans la polémique cachée42. Grâce à elle, Montaigne renouvelle le regard, ce qui est d’autant plus nécessaire que la pensée est encombrée de lieux communs. Dans le chapitre « De la solitude » (I, 38), déjà cité, Montaigne ne se contente pas de récuser un vieux parallèle, cher à la philosophie morale. Il répond43 à l’idée selon laquelle nous sommes nés pour le service des autres. Et il a fort à faire pour la récuser car elle vient du stoïcisme44 aussi bien que du christianisme et de toutes les philosophies du dévouement. Elle a guidé la vie de son propre père, comme il l’explique lui-même dans un autre passage des Essais. Récuser purement et simplement cette idée, ce serait cultiver un paradoxe inutile. Montaigne préfère instiller le doute et penser « au rebours ». S’ils acceptaient de livrer le fond de leur pensée, explique-t-il, ceux qui occupent les états et les charges avoueraient qu’ils sont menés par l’ambition. Dans cette attaque rhétorique, il entre une brusquerie qui est bien dans sa manière.

  • 45 Voir A. Tournon, La Glose et l’essai, Presses Universitaires de Lyon, 1983, ch. V.

14De cette façon de dialoguer et de polémiquer au goût du paradoxe, il n’y a qu’un pas, que Montaigne franchit parfois : André Tournon l’a montré d’une façon exemplaire45. Mais le paradoxe, si l’on y songe un peu, risque de s’enfermer dans une logique alternative, qui, au bout du compte, n’est pas toujours créatrice. On soutiendra que la folie vaut mieux que la raison, ce qui peut encore s’admettre, ou que l’état de parasite est tout à fait enviable, ce qui est quand même contestable. Érasme savait très bien, en composant son Éloge de la Folie, que la veine paradoxale s’épuise assez vite. D’où, peut-être, le petit nombre de vrais paradoxes dans les Essais.

  • 46 B. Périgot, Dialectique et littérature : les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Renaissance(...)
  • 47 Montaigne, Essais, I, 47, éd. cit., p. 301. Montaigne traduit ici un vers d’Homère (Iliade, XX, 249 (...)
  • 48 M. Magnien et C. Magnien-Simonin, notule du ch. I, 47, in Montaigne, Essais, éd. cit., p. 1470.
  • 49 Montaigne, Essais, I, 47, éd. cit., p. 302. Selon la Concordance de Leake, « au contraire » se renc (...)
  • 50 Montaigne, Essais, III, 8, éd. cit., p. 968.

15Ce qui compte, c’est d’être en mesure de se porter à soi-même la contradiction. Tel était le sens de la disputatio médiévale, où l’on argumentait pro et contra. Certains humanistes l’ont décriée, en la considérant comme un héritage gothique. Bien à tort, comme on peut le constater en lisant Béatrice Périgot46. Il est difficile de savoir si Montaigne a pratiqué au collège l’art de la dispute. Quoi qu’il en soit, nous trouvons cette manière de réfléchir dans plusieurs chapitres du livre I. Celui qui a pour titre « De l’incertitude de nostre jugement » commence ainsi : « il y a prou de loy de parler par tout, et pour et contre »47. Le plus souvent, cette phrase sert à illustrer, parmi d’autres, le pyrrhonisme de Montaigne. Pour notre part, nous y voyons aussi une allusion à la dispute médiévale. Comme le notent les éditeurs de la Pléiade, « ce chapitre expose six dilemmes qui tous peuvent se poser à des chefs de guerre »48. C’est aussi, toujours selon les mêmes éditeurs, le seul chapitre des Essais où se trouvent des paragraphes, et cela dès 1580. On sait que ceux des autres chapitres ont été introduits beaucoup plus tard. Ce qui intéresse Montaigne dans ce genre d’exercice, c’est l’art d’engendrer la contradiction. Dans l’univers trop bien réglé des questions morales, on peut souvent, pour ne pas dire toujours, soutenir le pour et le contre. Il y aura toujours quelqu’un qui se séparera de l’opinion majoritaire : « Mais pourquoy ne dira-on aussi au contraire ? »49. Faut-il qu’on s’en désole ? Oui, à coup sûr, si l’on est dogmatique. Mais Montaigne ne l’est pas. Ce qui l’intéresse, c’est le moyen de trouver autre chose, en somme : l’heuristique. C’est pourquoi, l’art de conférer (III, 8), qu’il faut bien distinguer de la simple conversation (III, 3), déjà fort précieuse, revêt pour lui tant d’importance : « Quand on me contrarie [= contredit], on esveille mon attention, non pas ma cholere »50. Les Essais n’enseigneraient-ils pas, tout simplement, l’art d’être éveillé ?

  • 51 Ibid., I, 10, p. 62.
  • 52 Ibid., I, 23, p. 131-132.
  • 53 Ibid., p. 132.
  • 54 Rappelons cependant que le XVIe siècle reconnaît à une certaine prose la capacité d’être poétique : (...)
  • 55 Montaigne, Essais, I, 23, éd. cit., p. 132.

16L’autre invité des Essais est le hasard. Ennemi des stratèges dont il dérange les plans bien agencés, peu prisé des philosophes et de leurs belles constructions, il a pour Montaigne l’immense avantage de relancer les pensées qui s’endorment. Encore faut-il le remarquer. « Cecy m’advient aussi, que je ne me trouve pas où je me cherche : et me trouve plus par rencontre que par l’inquisition de mon jugement »51. Quelles sont donc les rencontres dont parle Montaigne ? Autrement dit, existe-t-il des hasards bénéfiques dans l’acte de connaissance et dans l’écriture ? En I, 23 (« Divers evenemens de mesme Conseil »), Montaigne semble l’admettre. « Je dy que non en la medecine seulement, mais en plusieurs arts plus certaines, la fortune y a bonne part »52. C’est le cas notamment de la poésie et de l’inspiration poétique, qui passionnent l’auteur des Essais. On ne peut expliquer « les saillies poëtiques »53 qui emportent un auteur au-delà de lui-même. Contrairement à ce qui se passe dans le néoplatonisme, celles-ci ne donnent pas accès à une connaissance. Elles donnent des mots, des phrases, des métaphores surgissant à l’improviste dans le discours ou sous la plume. C’est bien pourquoi, au rebours de tout un courant54, Montaigne rapproche la poésie de l’éloquence : « les orateurs ne disent avoir en [leur puissance] ces mouvemens et agitations extraordinaires qui les poussent au-delà de leur dessein »55. Bienheureux mouvements (remarquons le vocabulaire dynamique) car ils dépassent les ressources de l’art. De nouveau, l’oralité pointe le bout de son nez : parce qu’elle est plus corporelle que l’écriture.

  • 56 Ibid., III, 5, p. 920.
  • 57 Ibid., p. 919. 
  • 58 Dédicace à Thomas More, in Érasme, Œuvres choisies, édition Jacques Chomarat, Paris, Le Livre de p (...)
  • 59 Voir H. Cazes, « Des voyages à cheval et de l’immortalité : le testament français d’Henri Estienne  (...)
  • 60 Comme cela sera parfois le cas, plus tard, dans le surréalisme.
  • 61 M. Jeanneret, Des mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Corti, 19 (...)

17Pour abonder dans le sens de Montaigne, il faut entrer dans une certaine philosophie de la dépossession qui n’a d’ailleurs rien de mystique. D’autre part, l’imprévu ne visite que celui qui attend, pas le paresseux. Exemplaire, pour cette raison, la manière (encore dans le livre III) dont Montaigne essaie de retrouver ce qui est l’imprévu par excellence : ses rêves. Chacun connaît cette phrase extraordinaire du chapitre « Sur des vers de Virgile » : « Il m’en advient comme de mes songes : en songeant, je les recommande à ma memoire, (car je songe volontiers que je songe) mais le lendemain, je me represente bien leur couleur, comme elle estoit, ou gaye, ou triste, ou estrange, mais quels ils estoient au reste, plus j’ahane à le trouver, plus je l’enfonce en l’oubliance »56. Il y a de donc de l’imprévu dans la vie psychique. Tout le problème est de s’en saisir. Et l’imprévu ne se manifeste pas seulement dans les rêves. Le passage qui vient d’être cité se trouve dans un « paragraphe », tout à fait extraordinaire, où Montaigne explique que son âme « produit ordinairement ses plus profondes resveries, plus folles, et qui [lui] plaisent le mieux, à l’improuveu, et lors qu’[il] les cherche moins », notamment lorsqu’il est à cheval, mais que ces rêveries s’évanouissent « soudain, n’ayant sur le champ où les attacher »57. Érasme lui aussi trouvait à cheval ses idées les plus séduisantes, comme il l’explique dans la dédicace de L’Éloge de la Folie58. Et Henri Estienne fera de même59. Plus qu’aucun écrivain de son époque, Montaigne a exploré l’immense domaine de l’imprévu. Dans cette exploration, rien de métaphysique : ce n’est pas Dieu ou une instance supérieure qui se manifeste en ces occasions60, mais l’imagination dont le flux est aussi continu que souterrain. Une écriture incapable de retrouver ce flux n’a aucun intérêt. Notons enfin que l’un des lieux où Montaigne produit ses plus « profondes rêveries » est la « table » : allusion aux conversations avec les amis, avec une lointaine référence à la tradition antique des banquets. Ou, comme dirait Michel Jeanneret : des mets et des mots61.

  • 62 Voir en particulier J. Derrida, De la Grammatologie, Paris, Éditions de Minuit, 1967. Telle que la (...)

18En renonçant à sa fonction de parlementaire, Montaigne a voulu être libre. L’a-t-il été autant qu’il le souhaitait ? Quitter le Parlement de Bordeaux, très bien, mais est-on vraiment sûr de ce qui va suivre ? Ici, deux paradoxes apparaissent. L’homme de la tour et de la solitude adore la compagnie, la conversation, la conférence. Il lui faut des impulsions extérieures pour mieux penser et donc, mieux écrire. Les conversations lui offrent des « rencontres », au sens classique du terme : mots d’esprit, plaisantes subtilités et bien d’autres choses encore, qui ne trouvent pas de place dans les Dialogues en bonne et due forme de la Renaissance, parce que les Idées ne s’y voient pas distinctement. Et l’homme de l’écrit est aussi l’homme de la voix. Ne parlons pas trop vite, à ce sujet, de logocentrisme, comme nous y inciterait la réflexion de Derrida62. Car la voix en question n’est pas cette pure transparence célébrée par les amoureux du logos. Elle est saisie aussi dans sa réalité matérielle, dans son mouvement, dans son « grain ». C’est bien pourquoi, au rebours de son temps, Montaigne envie les orateurs et les batailles où ils s’engagent parce qu’elles les portent au-dessus d’eux-mêmes. Est-il isolé dans cet amour de l’imprévu ? Beaucoup moins qu’on ne serait tenté de le croire. Tout un pan de l’éthique de la Renaissance est ouvert à la surprise et au hasard. Mais ceci est une autre histoire.

Notes

1  M. Butor, Essais sur les Essais, Paris, Gallimard, 1968, p. 72sq.

2  Voir notamment celles de D. Martin, L’Architecture des Essais de Montaigne, Paris, Nizet, 1992.

3  P. Desan, Montaigne dans tous ses états, Schena editore, 2001, p. 37sq.

4  Montaigne, Essais, I, éd. d’E. Naya, D. Reguig et A. Tarrête, Paris, Gallimard, Folio classique, 2009.

5  Cette idée, qui remonte au XIXe siècle, apparaît notamment dans les articles de Jean Balsamo dans le Dictionnaire Michel de Montaigne, dir. P. Desan, Paris, Champion, 2004 (art. « grands hommes », « héros » et « discours militaires ») et dans son article « ‘Ma fortune ne m’en a fait voir nul’ : Montaigne et les grands hommes de son temps », in Travaux de littérature, XVIII, 2005, (p. 139-156), p. 144.

6  Voir le chapitre « De trois commerces » (III, 3) in Montaigne, Essais, Paris, Gallimard (« La Pléiade »),  2007, p. 869 et n. 4. Toutes nos références renverront à cette édition. Sur la présence d’un secrétaire dans la librairie, les avis sont partagés. Voir G. Hoffmann et A. Legros, art. « secrétaire(s) » in P. Desan, dir., Dictionnaire de Michel de Montaigne, éd. cit., p. 901-904.

7  Montaigne, Essais, « De trois commerces » (III, 3), éd. cit., p. 870.

8  M. Magnien et C. Magnien-Simonin, notule du chapitre III, 3, in Montaigne, Essais, éd. cit., p. 1342. Voir aussi A. Eckhardt, BHR, 1947, p. 160-163.

9  M. Screech, Montaigne et la mélancolie, tr. fr., Paris, PUF, 1992, p. 86.

10 Montaigne, Essais, I, 8, éd. cit., p. 55.

11 M. Screech, op. cit., p. 87.

12 Il n’est peut-être pas utile de citer les livres innombrables qui, depuis celui de Panofsky (Dürers Melencolia I, Leipzig, Teubner, 1923) sont consacrés à la question.

13 Voir G. Mathieu-Castellani, Montaigne ou la vérité du mensonge, Genève, Droz, 2000, p. 65-69.

14 M. Magnien et C. Magnien-Simonin, notule in Montaigne, Essais, éd. cit., p. 1352.

15 Voir D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, PUF, 2001 ; A. Hugon, Au service du roi catholique, honorables ambassadeurs et divins espions, représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, Casa de Velázquez, 2004 ; et J.-M. Ribera, Les ambassadeurs du roi de France auprès de Philippe II, Paris, Champion, 2007.

16 Voir D. Ménager, op. cit., p. 164.

17 Montaigne, Essais, I, 16, éd. cit., p. 75.

18 Ibid., p. 76. L’édition de « La Pléiade », ne distinguant pas les couches du texte, ne permet pas de comprendre qu’il s’agit là d’une phrase appartenant à l’Exemplaire de Bordeaux : voir l’édition Villey-Saulnier, Paris, PUF, 1965, p. 74. La manière dont Montaigne reprend sa réflexion (d’une part, d’autre part) est typique de son sens de la disputatio : voir infra, n. 46.

19 Voir D. Ménager, « Improvisation et mémoire dans les Essais », Rhétorique de Montaigne, Paris, Champion, 1985, p. 101-110.

20 G. Nakam, Montaigne et son temps. Les événements et les « Essais », Paris, Gallimard (« Tel »), 1993.

21 Montaigne, Essais, I, 25, éd. cit., p. 153.

22 Ibid., I, 54, p. 330.

23 Ibid.

24 B. Pascal, Œuvres complètes, II, édition Michel le Guern, Paris, Gallimard (« La Pléiade »), 2000, n° 17 et 83.

25 Ibid., p. 194sq.

26 Montaigne, Essais, I, 20, éd. cit., p. 106.

27 Employé quatre fois dans les Essais, selon Leake : I, 21, 103 ; 1, 42, 262 ; II, 12, 546 ; et III, 13, 1082 (références qui renvoient à l’édition Villey-Saulnier).

28 Montaigne, Essais, I, 10, éd. cit., p. 62.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 61.

31 Voir Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, Genève, Droz, 1980.

32 Montaigne, Essais, « Du parler prompt ou tardif » (I, 10), éd. cit., p. 62.

33 Pour la bibliographie de ce chapitre, voir la notule de l’édition de « La Pléiade », p. 1440-1441.

34 Montaigne, Essais, III, 3, éd. cit., p. 870 : « Mes pensées dorment si je les assis ».

35 Ibid., I, 50, éd. cit., p. 321. Voir M. K. Benouis, Le Dialogue philosophique dans la littérature française du XVIe siècle, La Haye-Paris, Mouton, 1976.

36 Montaigne, Essais, « Apologie de Raimond de Sebonde » (II, 12), p. 870, éd. cit., p. 536-537. Comme le remarquent les éditeurs, Montaigne s’inspire ici de Plutarque, Œuvres morales, 1000e (traduction Amyot, Les Questions platoniques, III, f° 540BC). Ce portrait philosophique de Socrate est à cent lieues de celui que propose Marsile Ficin.

37 Montaigne, Essais, « De Democritus et Heraclitus » (I, 50), éd. cit., p. 321.

38 Ce parallèle est relativement classique dans la littérature humaniste. Il est né dans l’entourage de Ménippe (IVe-IIIe siècle avant J.-C.). Il avait retenu l’attention de Sénèque (De Ira, II, 10) et de Juvénal (Satires, X, 18-36) mais c’est Lucien qui l’a popularisé dans Les Sectes à l’encan. Au XVIe siècle, M.-A. Fregoso et E. Forcadel lui consacrent des opuscules.

39 Montaigne, Essais, I, 50, éd. cit., p. 321. Voir la note des éditeurs de « La Pléiade » (p. 1481) sur l’infléchissement apporté par Mademoiselle de Gournay au sens primitif de ce mot. Initialement, il était plus vaste et plus vague.

40 Machiavel a écrit un capitolo sur l’Occasion (Œuvres complètes, éd. E. Barincou, Paris, Gallimard (« La Pléiade »), 1952, p. 81), et, à la Renaissance, l’Occasion inspire souvent les auteurs d’Emblèmes. Pour l’antiquité, voir M. Tredé, Kairos : l’à-propos et l’occasion, d’Homère à la fin du IVe siècle avant J.-C., Paris, Klincksieck, 1992 ; et pour la Renaissance, voir R. Aulotte, « Montaigne et la notion de kairos », Montaigne et la Grèce,actes du colloque de Calamata et de Messène, 23-26 septembre 1988, présentés par K. Christodoulou, Paris, Aux Amateurs de livres, 1990, p. 153-163.

41 Voir G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Larousse, « Le Livre de poche », 1992, s. v.

42 Voir M. Bakhtine, La Poétique de Dostoievski, Paris, Éditions du Seuil, 1970.

43 Montaigne, Essais, I, 38, éd. cit., p. 241.

44 En particulier de Sénèque, Lettres à Lucilius, VII, 3 (référence donnée par les éditeurs de la Pléiade).

45 Voir A. Tournon, La Glose et l’essai, Presses Universitaires de Lyon, 1983, ch. V.

46 B. Périgot, Dialectique et littérature : les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Renaissance, Paris, Champion, 2005.

47 Montaigne, Essais, I, 47, éd. cit., p. 301. Montaigne traduit ici un vers d’Homère (Iliade, XX, 249). Sur le goût de Montaigne pour le pro et contra, on lira avec profit l’article d’A. Legros, « Deux épitaphes pour un tombeau », in Montaigne et sa région, BSAM, 2e semestre 2008. Voir aussi M.-L. Demonet et A. Legros, dir., L’Écriture du scepticisme chez Montaigne, Genève, Droz, 2004, p. 39-62.

48 M. Magnien et C. Magnien-Simonin, notule du ch. I, 47, in Montaigne, Essais, éd. cit., p. 1470.

49 Montaigne, Essais, I, 47, éd. cit., p. 302. Selon la Concordance de Leake, « au contraire » se rencontre 32 fois. Quant à l’expression « au rebours », on la trouve plus de 90 fois.

50 Montaigne, Essais, III, 8, éd. cit., p. 968.

51 Ibid., I, 10, p. 62.

52 Ibid., I, 23, p. 131-132.

53 Ibid., p. 132.

54 Rappelons cependant que le XVIe siècle reconnaît à une certaine prose la capacité d’être poétique : voir J. Lecointe, L’Idéal et la différence, Genève, Droz, 1993.

55 Montaigne, Essais, I, 23, éd. cit., p. 132.

56 Ibid., III, 5, p. 920.

57 Ibid., p. 919. 

58 Dédicace à Thomas More, in Érasme, Œuvres choisies, édition Jacques Chomarat, Paris, Le Livre de poche, 1991, p. 107.

59 Voir H. Cazes, « Des voyages à cheval et de l’immortalité : le testament français d’Henri Estienne », Cité des hommes, cité de Dieu, [Mélanges Daniel Ménager], Genève, Droz, 2003, p. 431-442.

60 Comme cela sera parfois le cas, plus tard, dans le surréalisme.

61 M. Jeanneret, Des mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Corti, 1987.

62 Voir en particulier J. Derrida, De la Grammatologie, Paris, Éditions de Minuit, 1967. Telle que la voit G. Defaux, la poésie de Marot incarnerait assez bien ce culte de la voix. Les auteurs de l’article cité note 6 ont raison de mettre en garde contre une opposition trop dure entre la culture médiévale, réputée orale, et l’humanisme, qui ne s’intéresserait qu’à l’écrit.

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Ménager, « Montaigne : la mission et l’imprévu », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 323-333.

Référence électronique

Daniel Ménager, « Montaigne : la mission et l’imprévu », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12551 ; DOI : 10.4000/crm.12551

Auteur

Daniel Ménager

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes