Navigation – Plan du site

L’imprévu (XVe-XVIe siècle)

L’imprévu dans les Nouvelles Récréations et Joyeux Devis de Bonaventure des Périers

Bénédicte Boudou
p. 307-321

Résumés

Les Nouvelles Récréations de Bonaventure des Périers sont fondées sur une esthétique de l’imprévu. D’abord par le jeu sur le contraste entre les précautions prises et l’issue imprévue qui les rend inutiles. À cause aussi de l’antiphrase qui dit le contraire de ce qu’elle fait entendre. Sur le plan de l’énonciation, le narrateur déconcerte encore les attentes du lecteur en changeant de sujet ou de rythme. Enfin, à la hantise du temps, Des Périers oppose l’improvisation, seule capable de s’ajuster par ses inventions à l’imprévisibilité du réel.

Texte intégral

  • 1  Boccace, Décaméron, Livre de Poche, 1994, éd. et trad. de C. Bec, p. 57 : « Il arrive parfois, e (...)
  • 2  N. Ordine, Le Rendez-vous des savoirs, Paris, Klincksieck, 1999, p. 119-131.
  • 3  Voir à ce sujet le Livre du Courtisan, de B. Castiglione, trad. G. Chappuis, revue par Alain Pons, (...)
  • 4  B. des Périers, Nouvelles Récréations et Joyeux Devis, éd K. Kasprzyk, Paris, STFM, Champion, 19 (...)

1Depuis le Décaméron de Boccace, le genre de la nouvelle met particulièrement en valeur le jeu des personnages avec la « fortune », ce concept dont l’acception est plus étendue que celle du « hasard ». Les desseins de la Providence étant insondables (comme l’explique Panfilo dans la première nouvelle1), c’est principalement l’action de deux forces qui compte : la nature et la fortune, auxquelles l’individu peut opposer son intelligence et son savoir pratique. Fondée sur une surprise qui prend la forme d’un bon mot (motto) ou d’un bon tour (beffa), la nouvelle facétieuse montre la façon dont tel ou tel personnage réagit à une attaque ou se tire d’un embarras, quel qu’il soit. De ce point de vue, l’imprévu est constitutif du genre et l’étonnement est la cause principale du rire2 : le lecteur se trouve face à des gestes ou à des actions inattendus qui impliquent nécessairement la novità, l’inhabituel ou l’insolite. Il n’est donc pas surprenant que dans le recueil de Bonaventure des Périers, les Nouvelles Récréations et Joyeux Devis, une place de choix soit réservée aux personnages capables d’affronter allègrement les accidents de la fortune ou de saisir les occasions. Mais la surprise si nécessaire à l’esthétique de la nouvelle3 ne surgit pas où l’on pourrait l’attendre, chez Des Périers, surtout désireux de traduire la vision particulière des choses qui est celle de ses personnages. Lorsqu’il met en scène un cordelier qui met toujours sur sa table un verre d’eau sans jamais y toucher, il lui fait ainsi expliquer : « […] l’eau me sert pour me deffendre du vin s’il m’assailloit […], mais voyant qu’il ne fait point de mal, je ne lui en fay point aussi4 ». La personnification du vin vient ici traduire entre le buveur et sa drogue un rapport intime qui fait image.

  • 5  Ibid., p. 2.

2Au-delà de cet aspect générique, chez le narrateur des Nouvelles Récréations, l’imprévu s’insère dans une réflexion plus globale sur le temps, qui confère à cet imprévu une signification particulière, quasi philosophique. Le « Temps glouton dévorateur de l’humaine excellence » que mentionne le Salut de l’imprimeur au lecteur suscite une inquiétude qu’on retrouve dans le sonnet liminaire5, et la première nouvelle « en forme de préambule » évoque encore le temps comme une menace et comme une hantise : une menace qui explique que l’auteur publie ses Nouvelles récréations plutôt que d’attendre « à quand la paix seroit faicte » (p. 13) afin de fournir à ses lecteurs « moyen de tromper le temps », et une hantise qui peut aussi s’appeler impatience, insatisfaction devant le présent ou volonté de prévoir l’avenir pour éviter d’être trompé, pris au dépourvu ou « sans provision ». À la lecture du recueil apparaît une forme d’équivalence entre l’esprit chagrin défini par le sonnet liminaire et le désir de maîtriser le temps, auquel le conteur propose pour remède la diversion, ou la facétie. Si ses récits raillent volontiers les impatients, les colériques ou les esprits chagrins, ils proposent également, et à l’inverse, des personnages qui ne se soucient pas du lendemain, refusent de prendre les choses au tragique, comme le Plaisantin de la nouvelle 1, et qui savent accueillir l’imprévu parce qu’ils savent attendre l’occasion, ou parce qu’ils gardent une disponibilité qui leur permet de saisir l’opportunité, de rendre fécond le hasard. Sont ainsi salués, dans Les Nouvelles Récréations, les improvisateurs, parmi lesquels se rangent le narrateur et par voie de conséquence le lecteur.

3Avant de s’interroger sur la façon dont l’imprévu est lié au temps, on s’intéressera donc à l’esthétique de la surprise sur laquelle est fondé le recueil de Bonaventure des Périers, et sur l’attitude de l’improvisation qui sait se mettre au diapason de l’imprévu, des accidents ou occasions divers.

Une esthétique de la surprise

  • 6  Ibid., nouvelle 2, p. 22.
  • 7  Voir l’analyse de Robert Aulotte, « Fous et farceurs dans les Nouvelles Récréations de Bonaventu (...)

4Dans les facéties de choses, le rire est provoqué par une perspective originale sur un réel communément accepté, qu’il s’agisse des apparences du monde extérieur, des pratiques sociales ou du système de valeurs. La surprise constitue une des composantes essentielles de l’invention. Lorsque le fou Polite s’étonne de trouver quatre pieds en découvrant son abbé « couché avec une belle garse toute vive » (nouvelle 2)6, c’est une vision des choses insolite qui nous est présentée. Autre point de vue surprenant, celui de Maître Berthaud7 qui accepte, quant à lui, de se croire mort, pourvu qu’on l’appelle « maître » (nouvelle 68).

  • 8  Voir le vers 5 du sonnet initial : « Laissez à part vostre chagrin, vostre ire », p. 2.
  • 9  C’est ce qu’expliquaient Sénèque (De Ira, II, xxii, 4 : nos non aduocabimus patientiam !) et Plut (...)
  • 10  Ce nom évoque la rage.
  • 11  N. R., nouvelle 45, p. 188 :« Il grinsoit les dentz, il ronfloit, il petilloit, il juroit à toutes (...)
  • 12  Ibid., nouvelle 46, p. 189.

5La facétie peut confronter le lecteur à des gestes ou à des actions inattendus et imprévisibles. C’est ce qui se passe dans la nouvelle 9 où une jeune femme enceinte, ignorant tout de la conception d’un enfant, croit devoir faire « achever l’enfant » que son mari n’aurait pas terminé. Le lecteur est ébahi par ces niaiseries inattendues, qu’il juge aberrantes. Un degré supplémentaire est franchi, dans l’esthétique narrative de l’imprévu, quand un farceur sait exploiter la bêtise ahurissante d’un personnage. Dans la nouvelle 25, un conseiller est incapable de reconnaître sa propre mule dans la monture que lui revend son palefrenier. Rien, jusque-là, de très nouveau par rapport à la tradition de la nouvelle. En revanche, Bonaventure des Périers se montre original en présentant aux esprits chagrins qu’il cherche à guérir par le rire8, des personnages prisonniers de leurs humeurs. Tantôt, il suggère que différer la colère est souvent le meilleur moyen de l’atténuer9, et après avoir fait rêver de vengeance le mari trompé de la nouvelle 9, il se plaît à montrer le résultat imprévu de ses fantasmes, puisqu’il se tient finalement quitte avec le don d’une courtepointe de Catalogne. Tantôt, en revanche, la colère, bien que retardée, ne s’émousse pas. C’est le cas dans l’histoire de Raschault le bien nommé10. Il est bègue et, comme tel, incapable de s’exprimer intelligiblement à moins de chanter. Or le narrateur le met au supplice : tandis qu’en l’absence de sa femme il cherche à boire à la cave, il lui faut, une fois son tonneau ouvert, en boucher l’ouverture de son doigt pour éviter de perdre son vin. L’imprévu savoureux de cette nouvelle est que Raschault ne peut obtenir le secours de sa femme sans lui expliquer la situation dans laquelle il se trouve. Il a beau enrager et « pétiller » de colère, il lui faut raconter son aventure en chantant11 ! Ici, la colère est différée par l’imprévu de la situation : « Mais pensez qu’en chaude cole, monsieur de Raschault luy [à sa femme] donna des adoz pour son desjeuner »12.

6La surprise et l’imprévu concluent la nouvelle 62 consacrée à Toinette. Jeune homme déguisé en fille, Toinette s’est introduit(e) dans un couvent de religieuses où il s’en donne à cœur-joie. Mais tout le couvent doit subir l’inspection de la mère abbesse. Il déploie alors maints efforts pour dissimuler son « ventre cornu », en vain, car son érection à la vue de toutes les jeunes nonnes déshabillées révèle sa véritable identité. La réaction du corps déjoue les précautions déployées et crée une surprise en suscitant le rire. Dans un registre très différent, l’histoire 6 est construite sur l’opposition entre une série de causes et un effet ou une réaction inattendus. Un juge picard que sa femme trompe connaît son malheur et, sur les instances de sa famille, il trouve un moyen de faire cesser les commérages en offrant à son épouse une maison pourvue de plusieurs issues dont profiteront ses amants à condition qu’ils trouvent « manière de départir leur temps » (p. 42). On est ici en face de deux formes d’imprévu. D’abord, la réaction du mari offensé est inattendue, puisqu’au lieu de se venger de sa femme, comme s’y attendrait un lecteur habitué à la réaction presque stéréotypée des maris trompés, il lui propose un aménagement qui assure la discrétion à ses infidélités. Que cet arrangement fasse cesser les infidélités constitue le second « imprévu » aux yeux du seul lecteur, puisqu’il était probablement une subtilité pour conduire l’épouse au repentir. Le problème initial que posait la fiction narrative se trouve ainsi résolu, dans cette nouvelle qui crée de l’imprévu en se plaisant à décevoir les attentes trop convenues du public. On retrouve ce jeu dans la nouvelle 41 qui, après avoir posé en préambule une réflexion sur les humeurs, présente deux hommes de conditions très différentes, un charretier « peu gracieux » et un gentilhomme parfaitement poli, contraints à passer la nuit dans le même endroit. Expert en volerie, le gentilhomme rêve bruyamment de ses oiseaux. Le charretier, colérique, le fouette comme il ferait de ses chevaux :

  • 13  Ibid., nouvelle 41, p. 176.

Mais le charretier fouettoit tousjours, jusques à tant que le povre gentilhomme fut contraint de se jetter soubz la table sans dire plus mot, en attendant que le charretier eust passé sa fureur […]13.

  • 14  Ibid., p. 177.

7La surprise vient ici de ce que le « malade » n’est pas celui qu’on attendait. Ce rude traitement guérit le gentilhomme qui, de plus, en sait gré au colérique charretier : « Jamais homme ne fut plus tenu à aultre que le gentilhomme au charretier, de l’avoir ainsi guery d’un tel mal comme celuy là »14. La disconvenance entre les causes et les effets est ainsi maximale.

  • 15  Au sens que Gérard Genette donne à ces deux termes, Figures II, Le Seuil, 1969, p. 61-69.
  • 16  Les Contes de Bonaventure des Périers. Contribution à l’étude de la nouvelle française de la Renai (...)
  • 17  N. R., nouvelle 9, p. 54. On a encore le cas lorsque Blondeau « va prendre gentiment [le pot conte (...)
  • 18  Ibid., nouvelle 36, p. 162.
  • 19  Lionello Sozzi l’appelle le comique du contraire, op. cit., p. 342.
  • 20  Ibid., p. 349.
  • 21  N. R., nouvelle 46, p. 190.
  • 22  Ibid., nouvelle 66, p. 247.

8À ces imprévus du récit fictif15 s’ajoutent les effets de surprise fondés sur un emploi particulier du langage. Lionello Sozzi16 montre que Des Périers développe volontiers « sa narration sur deux plans : celui des événements qui racontent et celui des choses qu’il laisse deviner, celui des apparences et celui des jugements sous-entendus ». En employant ironiquement l’adverbe « gentiment », le narrateur souligne l’expertise du trompeur en matière amoureuse, dans l’histoire déjà évoquée de l’enfant inachevé : « Conclusion, elle se fist achever cest enfant : dont le sire André s’acquitta gentiment, non pas seullement pour ceste foys là, mais y retourna assez souvent depuis »17. Une autre fois, ce sont les finasseries du curé de Brou, protagoniste de trois nouvelles successives, qui sont qualifiées d’« actes vertueux »18, alors qu’elles contreviennent à quasiment toutes les règles morales. La surprise surgit dans la qualification inappropriée qui prend ici la forme de l’antiphrase. Une autre forme d’ironie19 consiste à énoncer sous le voile de l’évidence la plus plate les illogismes, les contresens ou les hypothèses paradoxales. Le personnage de la nouvelle 68, Berthaud, est prêt à tout par vanité, y compris à se reconnaître mort pourvu qu’on l’appelle « maître » : « ‘[…] si j’estois vif aussi bien comme je suis mort, je te tueroys tout à ceste heure’ » (nouvelle 68, p. 252). L’énonciation formule ici comme une hypothèse ce qui est pourtant une réalité, et dément cela même qu’elle énonce : puisque Berthaud parle, c’est qu’il n’est pas mort. L’épanorthose et la fausse correction20 permettent au conteur d’insister sur un trait qu’il prétend effacer : « non pas que je veuille dire que les tailleurs soyent larrons, Car ils ne prennent que cela qu’on leur baille : non plus que les monniers [= meuniers] […] »21. Tout en feignant de limiter la portée de leur faute, le narrateur en amplifie plaisamment la gravité et l’étendue. La fausse correction peut aller jusqu’à anéantir le sens, lorsqu’il nous est dit que le juge d’Aigues-Mortes « sçavoit toute la Bible par cueur, fors le commencement, le milieu : et la fin »22.

  • 23  Ibid., nouvelle 1, p. 15.
  • 24  Ibid., nouvelle 55, p. 211.
  • 25  L. Sozzi, op. cit., p. 257.
  • 26  N. R., nouvelle 86, p. 298 : « Car on dit que […]. Mais je croy que ce dernier est faulx. ».
  • 27  Ibid.
  • 28  Ibid.

9Sur le plan de l’énonciation, le jeu du narrateur consiste à désarçonner le lecteur de plusieurs façons. On ne s’arrêtera pas sur l’ordre dans lequel se succèdent les nouvelles, puisqu’il n’est pas imputable à Des Périers. Mais au vers 5 du sonnet de clôture, le narrateur assume le caractère délibérément hétéroclite de la composition, propre au genre facétieux : « J’ay jeune et vieux pesle et mesle entassez » (p. 313). Le vers fait écho à la première nouvelle, qui vantait le désordre et la diversité des récits et invitait le lecteur à modeler sa lecture sur cet éclectisme : « Car quel ordre fault il garder quand il est question de rire ? Ouvrez le livre : si ung compte ne vous plait, hay à l’aultre »23. À l’intérieur du conte, le narrateur lui-même fait largement place à l’imprévu, en donnant à la nouvelle le caractère d’une conversation à bâtons rompus entre le conteur et un lecteur souvent interpellé. Ainsi, dans la nouvelle 55, alors qu’il a presque fait mourir Vaudrey, il interrompt la fiction : « Entre toutes ses folies, il y en eut encores une qui merite bien d’estre racomptée »24. La nouvelle 86 mêle en toute liberté le récit et le devis, et elle fait assister le lecteur « à un feu roulant de divagations plaisantes, d’anecdotes grivoises et d’adages licencieux »25. D’un gourmand « qui sçavoit que c’estoit de vivre friandement », la dame a appris qu’il faut garder les petits coqs loin des poules sans les châtrer (p. 296). S’invitant alors à la conversation, le narrateur répond au « friand personnage » : « Car sans point de faulte celuy parloit bien en homme experimenté, qui disoit, que qui le moins en fait, trompe son compagnon ». Puis il revient aux coqs : « A propos de noz cochetz ». Ceux-ci sont libérés par le grand seigneur qui rend visite à la dame ; mais alors, le récit bifurque. La dame qui donnait son titre à la nouvelle (« D’une dame qui faisoit garder les coqs sans congnoissance de poulles ») est délaissée d’abord au profit de la basse-cour, puis des prouesses sexuelles d’une autre dame, dont l’« appétit » est préféré à la gourmandise de l’héroïne évincée. Le conteur s’entretient avec la voix publique26 (ou avec le gentilhomme secourable dont il approuve l’initiative), puis, in extremis, il s’adresse aux lecteurs : « Mais qu’est ce que je vous compte ? pardonnez moy, mes dames : ce ont esté les cochetz qui m’ont faict cheoir en ces termes »27. Son plaidoyer pour la liberté sexuelle devient une défense de la liberté narrative : « c’est une si douce chose, qu’on ne se peult tenir d’en parler à tous propos. Aussi n’ay je pas entrepris au commencement de mon livre de vous parler de rencherir le pain »28. Dans ce jeu de l’énonciateur qui se plaît à brouiller les pistes, l’imprévu consiste à décevoir les attentes du lecteur, constamment questionné ou apostrophé pour que se crée un suspens qui se trouve déconstruit.

  • 29  G. Demerson, « Bonaventure des Périers : la nouvelle, art de patience », Prose et prosateurs de la (...)
  • 30  Voir l’analyse qu’en donne N. Lombart, « L’éloge de l’habileté mercurienne dans les Nouvelles Récr (...)

10Le traitement du rythme narratif peut également avoir une fonction déceptive, et le conteur, qui abandonne volontiers la ligne droite du récit pour une digression, joue des différences de rythme qui surprennent le lecteur. Cela a conduit Guy Demerson29 à analyser les Nouvelles Récréations comme un « art de patience ». Dans la nouvelle 7930, des voleurs s’attaquent à la bourse d’un curé, et le récit de l’action est brusquement ralenti par une parenthèse que le narrateur ouvre à seule fin d’impatienter le lecteur : « lesquelz deniers il mit en une gibeciere qu’il portoit à son costé (vous pouvez bien penser qu’il ne la portoit pas sus sa teste) » (p. 281). La nouvelle 11, six fois plus longue que la facétie 129 du Pogge dont elle est issue, connaît elle aussi des ralentissements qui surprennent ou contrarient la curiosité du lecteur. Guy Demerson y voit une stratégie du conteur comparable à l’attitude du Poitevin qui, dans la nouvelle 69, fait attendre le renseignement demandé. Il s’agit de déconcerter les attentes trop conventionnelles pour gagner l’attention d’un public intelligent.

11Le théologien de la nouvelle 38, qui condamne la danse en face d’une femme d’esprit qui la défend, use d’une tactique qui ressemble à celle du conteur, dont pourtant il n’est pas le porte-parole – ce rôle incombant plutôt à son interlocutrice, qui prend la défense du plaisir. Il manie en expert l’art de la diversion :

Le docteur, l’ayant ouye laissa un peu reposer les termes de la danse, entretenant neantmoins tousjours ceste dame d’aultres propos, qui estoyent divers : mais non pas tant eslongnez, qu’il n’y peust bien retomber quand il voudroit. Au bout de quelque espace, qu’il luy sembla estre bien à poinct, il va demander à la baillive,

  • 31  N. R., nouvelle 38, p. 165-166.

« Si vous estiez dit il, à une fenestre […] une douzaine de personnes, qui s’entretinssent par la main, et qui saultassent, […] ne vous sembleroyent ilz pas folz31 ? »

  • 32  Voir sur ce point L. Sozzi, op. cit., p. 340.
  • 33  N. R., nouvelle 19, p. 96.
  • 34  Voir sur ce point L. Sozzi, « La satire du monde intellectuel dans les contes de Des Périers », Re (...)
  • 35  N. R., nouvelle 90, p. 309.

12Cette tactique de la diversion consiste à feindre de changer de propos afin de désarçonner l’interlocutrice et de la surprendre ensuite par un retour au sujet auquel elle ne s’est pas préparée et sur lequel elle a cessé de faire porter sa réflexion. Par goût de la diversion en même temps que du divertissement, Des Périers insère dans la prose du récit quelques vers ou un fragment de chanson qu’on n’y attendait pas32. Dans la nouvelle 19 (mettant en scène Blondeau), la localisation géographique l’entraîne par exemple dans un refrain de chanson : « A Paris sus Seine trois batteaux y ha »33. Le motif chantant crée une interruption inattendue et bienvenue puisqu’elle retarde l’issue du récit. Même dans la dernière nouvelle, centrée sur la jalousie d’un mari, la prose musarde alors que Des Périers raille la conception néoplatonicienne de l’amour34 qui croit à un rapprochement des seuls esprits « sans approcher les corps si pres l’un de l’aultre. Car / le berger et la bergere / sont en l’ombre d’un buisson, / et sont si pres l’un de l’autre / qu’à grand’peine les void on »35. L’irruption du motif poétique détourne l’intérêt du lecteur de l’énoncé pour lui faire préférer l’énonciation.

  • 36  J.-C. Arnould estime que l’énonciation « fond en une instance unique les fonctions de narration et (...)
  • 37  L. Gaudin, « La Fonction structurale des adresses au lecteur dans Les Nouvelles Récréations et joy (...)
  • 38  N. R., nouvelle 20, p. 101.
  • 39  Voir aussi sur cette nouvelle l’analyse d’O. Deroint-Allaire, « Le dialogue dans les Nouvelles Réc (...)
  • 40  I. Mac Farlane, « Le personnage du narrateur dans les Nouvelles Récréations », La nouvelle franç (...)
  • 41  N. R., nouvelle 14, p. 76.
  • 42  Ibid., nouvelle 63, p. 233.

13Cette insistance sur l’énonciation36 se manifeste de plusieurs façons dans les Nouvelles Récréations. D’abord, et alors que le lecteur s’attend au déroulement linéaire du récit, le narrateur en abandonne les cadres traditionnels pour affirmer sa liberté, et il s’adonne à des interventions impromptues qui perturbent « l’organisation minimale du conte en introduction-présentation-péripétie-conclusion »37. À la fin de la nouvelle 20, trois frères échappent de peu à une accusation que leur a valu un mauvais latin employé hors de propos, et qui les aurait menés au gibet. Ils finissent par « dire qui ilz estoyent ». Le prévôt les libère alors, « et fit la poursuite des volleurs qui avoyent faict le meurdre. Mais les trouva il ? Et qu’en sçay je mon ami ? je n’y estois pas »38. Autrement dit, ce qui jusqu’alors a fait l’intérêt du récit est brusquement abandonné39 et le narrateur signale de façon abrupte que l’épilogue de l’histoire – l’arrestation des vrais voleurs – lui importe peu. Dans le même temps, il affiche un refus de l’omniscience40 surprenant pour un lecteur accoutumé aux règles du vraisemblable. Il y a là imprévu au sens où rien n’a préparé à cette forme d’abandon le lecteur laissé en plan au beau milieu de l’action. De façon comparable, lorsque le conteur ajoute une dernière anecdote à la série de celles qui sont survenues à l’avocat La Roche Thomas, il affiche son indifférence aux codes narratifs : « De là à quelques jours, la Roche Thomas estant encor allé disner chez un sien voisin, ne sçay si c’estoit le mesme de l’aultre jour »41. Bien plus que la fiction, c’est l’énonciation que privilégie le narrateur, et il lui importe de le rappeler au lecteur, fût-ce par des effets de régie. Cela apparaît clairement dans la nouvelle 63, où il prétend n’avoir pas assisté à toute la dispute qui oppose une harengère et un « docteur » : « Je m’en vins. Car j’avois affaire ailleurs : mais j’ay bien ouy dire à ceulx qui en sçavoyent quelque chose, que les deux personnes combatirent vaillamment »42.

La réflexion sur le temps

  • 43  Ibid., nouvelle 69, p. 254. G. Demerson, dans « Bonaventure des Périers et les langages privés », (...)
  • 44  Ibid., p. 106-107 : « L’expérience de ces longueurs de la communication retardée oppose deux psych (...)

14Si l’imprévu est un procédé d’énonciation narrative, il vient encore contrarier et conclure certaines conduites mises en scène. Il est en particulier une façon de répondre à l’impatience et à un certain nombre de comportements qui traduisent une inquiétude à l’égard du temps. Cette impatience est particulièrement lisible dans le triptyque que constituent les nouvelles 69, 70 et 71. Pressés par des citadins curieux de savoir quelle route prendre, des Poitevins diffèrent leur réponse et refusent de se laisser gagner par leur précipitation : « Telles adventures sont bonnes à ces jeunes gens pour leur faire rasseoir un peu leur colere »43. L’inattendu réside ici dans le décalage, le délai, la béance séparant les interrogations, qui attendent des réponses simples et directes, et les tergiversations qu’elles suscitent. Guy Demerson y découvre le plan du conteur parce qu’il établit un parallèle entre la nouvelle 69 et la première, qui louait « l’art de patience » en disant : « Laissez passer les plus chargez » (p. 14)44.

  • 45  N. R., nouvelle 53, p. 207.

15Mais, au-delà d’une surprise constitutive de la nouvelle, au-delà du jeu de l’énonciateur avec le lecteur, Des Périers donne une valeur particulière à l’imprévu parce qu’il lui importe de railler ou de dénoncer les comportements anxieux que suscite la hantise du temps. Au nombre de ces comportements, on compte l’avarice, qui accumule par peur de manquer ; le besoin avide de prédictions, qui vise à se prémunir des malheurs à venir ; et la précaution excessive, que Des Périers s’amuse à ridiculiser. Dans la tendance à l’épargne, voire à la lésine, ce que redoute le cupide ou l’avare, c’est la dépense imprévue. Lorsque La Roche Thomas entend prévoir que son pâté lui fasse un nouveau repas, il donne l’ordre à sa servante « qu’il ne soit point famulé » (p. 73-74). Mais sa prévision a omis de compter sur l’incompréhension de la « pedisseque ». Lorsqu’elle n’est pas vouée à l’échec parce qu’elle oublie de faire leur place aux impondérables, l’obsession cupide est clairement dénoncée. Soucieux de son avenir matériel, l’avare qui cherche à s’enrichir y subordonne la finalité de ses actions. La nouvelle 53 (« La manière de devenir riche ») n’est pas une « nouvelle » ; à la surprise se substitue une économe série de constats que le narrateur conclut par une condamnation : « Que pour devenir riche, il ne falloit que tourner le dos à Dieu »45.

  • 46  Ibid., nouvelle 87, p. 299-300.
  • 47  Ibid., p. 300 : « Or pourvoyez vous, si vous voulez ».
  • 48  Ibid., nouvelle 12, p. 64.
  • 49  Ibid., nouvelle 7, p. 47.
  • 50  Nous ne nous rallions pas au point de vue de M. J. Baker, pour qui Des Périers présente des person (...)

16Toute prévoyance qui cherche à juguler l’inquiétude inspirée par l’avenir est vouée à l’échec parce qu’en oubliant le présent, elle ne tient pas compte d’une foule d’impondérables. La nouvelle « De la pie, et de ses piaux »46 l’indique : à force d’envisager toutes les menaces qui les guettent hors du nid, dont ils redoutent de quitter le confort, les piaux sont abandonnés par leur mère47. Les récits sont nombreux où Des Périers raille la prévision. En consacrant deux nouvelles aux alchimistes, il signale sa méfiance à l’égard de ceux qui veulent connaître « des secretz de nature que tous les hommes ensemble ne sçavent pas […] »48. La bonne femme qui va au marché vendre sa potée et prétend assurer son avenir ne sait pas vivre dans le présent, et la série de conditionnels qu’elle enchaîne rendent irréel le temps rêvé (nouvelle 12). Quant aux projections dans l’avenir des alchimistes, elles se trouvent anéanties par la puissance du hasard. Tel est encore un des sens de la nouvelle 7. Elle relate l’histoire d’un Normand qui, pour devenir prêtre à moindre coût, apprend trois mots de latin. Son professeur a voulu prévoir les questions du pape et lui a enseigné seulement les réponses à ces questions, sans en imaginer d’autres. Mais il a mal escompté, si bien que les réponses du Normand, en complet décalage avec les interrogations du pontife, produisent la surprise et l’effet comique : « ‛Ego non sum mater Christi.’ Le Normand luy respond, ‛De Normania.’ »49. L’histoire révèle à la fois le caractère imprévisible des hommes50, l’importance du temps dans l’apprentissage, et les surprises de la mémoire, qui oublie facétieusement ce que précisément, elle devrait retenir.

  • 51  N. R., nouvelle 16, p. 86.
  • 52  Ibid., p. 88 : « Ils advisèrent des moyens uns et aultres : mais quand ce venoit à les faire bons, (...)
  • 53  Ibid., p. 89 : « Voilà un tour de finesse qui n’estoit point encor en mon papier ».
  • 54  Des Périers parle d’« agueter ses commoditez » (p. 48).
  • 55  N. R., nouvelle 26, p. 125.

17Autre fantasme : celui qui consiste à se prémunir contre la tromperie. Le schéma de la précaution inutile est particulièrement fécond dans les Nouvelles Récréations. Tel est le sujet de la nouvelle 16. Digne frère de Panurge, un « enfant de Paris » souhaite se marier pour avoir des héritiers mais craint le cocuage comme la peste. C’est dire qu’il est mû moins par le désir de la société conjugale que par celui de s’approprier son avenir grâce à la procréation. Se croyant informé de toutes les ruses des femmes trompeuses, il épouse une jeune fille qu’il fait surveiller pour lui éviter tout écart de conduite. Mais ses plans se trouvent déjoués par la rhétorique du Beaufort qui presse la femme de propos séduisants : « mieux vault que de bonne heure vous recevez le service de celuy qui vous ayme comme sa propre vie, que d’attendre plus longuement […] »51. À quoi tient ici l’imprévu ? Pas aux ruses : « le mary les sçavoit toutes » (p. 88) ; ni à la nonchalance des personnages : Beaufort et la femme infidèle ont élaboré et vu échouer plus d’un plan52. Si, à première vue, l’imprévu vient d’une combinaison entre l’ingéniosité de Beaufort53 et une défaillance du chaperon, il apparaît plus profondément comme une donnée essentielle de la psyché humaine : il est ce goût du plaisir et de la liberté que Beaufort a flatté chez la jeune femme dont le mari n’a pas su se faire aimer. L’époux trompé le reconnaît : « Il ne fault qu’une meschante heure pour faire un homme cocu » (p. 89), et son tort est d’avoir fait prévaloir la prudence sur l’amour. Une autre nouvelle, bâtie sur une intrigue comparable, nous permet de prolonger la réflexion. L’histoire 8 relate la précaution inutile d’un procureur : il cherche une jeune fille niaise pour l’épouser. Mais avant même les noces, son clerc se charge de déniaiser sa future femme et ruine ainsi les précautions du procureur. Là où celui-ci prétend investir à long terme, le clerc profite du temps présent et recherche le plaisir immédiat. Mais avant leur décision de se marier, le procureur de la nouvelle 8 comme l’enfant de Paris de l’histoire 16 ont passé leur temps à courtiser les femmes des autres pour obtenir leurs faveurs54. Au schéma de la précaution inutile se superpose celui de l’arroseur arrosé, et pour parler comme Des Périers, « les gaudisseries retournent quelques foys sur les gaudisseurs »55.

18L’imprévu vient ainsi des surprises qu’apporte le temps vécu et dont l’obsession ne tient aucun compte. Savoir l’admettre est une forme de sagesse : en face du temps, toujours imprévisible, la seule attitude juste est celle qui consiste en l’improvisation, toujours mise en valeur chez Des Périers.

Éloge de l’improvisation

19La patience, qui est contrôle de soi et prise de distance par rapport à l’événement fâcheux, est aussi la vertu des ingénieux capables de vivre dans l’imprévu parce qu’ils savent improviser des solutions.

20Le premier degré de l’improvisation consiste à savoir jouer des aléas grâce à de la souplesse et à une grande ingéniosité. C’est le cas du renard de la nouvelle 29 qui « trouvoit tousjours nouvelles finesses » et contournait les obstacles mis sur son chemin pour l’empêcher de manger les poules :

  • 56  Ibid., nouvelle 29, p. 135.

Or mon here, quand il vouloit aller quester, entroit tantost par le souspirail de la cave, tantost par une fenestre basse, tantost par une lucarne, tantost il attendoit que lon vint ouvrir la porte sans chandelle56.

  • 57  Ibid., nouvelle 23, p. 110 : « Ce fut qu’ayant faulte de botes de cuir, il imagina une invention d (...)

21La répétition de l’adverbe « tantost » souligne la souplesse avec laquelle, loin d’être prisonnier d’habitudes, le renard sait s’adapter à chaque situation nouvelle sans se laisser prendre de court par l’événement imprévu : quand il lui fallait vivre avec les chiens, il se mettait au parler « cagnesque », par exemple. Si, finalement, il se fait capturer, c’est que la mélancolie l’a gagné. Progressivement, les hommes cessent de lui faire confiance ; la tristesse, l’inquiétude et l’irritabilité le font douter de tout, et il perd cette patience qui lui assurait agilité et capacité d’invention. Autre héros de l’improvisation, Pierre Faifeu, dans la nouvelle 23, ne fait provision de rien ; il se caractérise par l’art d’inventer des solutions aux problèmes qui se posent à lui : il se montre ainsi capable de se pourvoir très vite de bottes et d’un cheval, comme si l’urgence le conduisait à l’invention57.

  • 58  Ibid., nouvelle 59, p. 217.

22Au second degré de l’improvisation se rencontrent les personnages qui savent saisir les occasions et profiter de la bonne fortune. Maître André, le voisin complaisant de la nouvelle 9, qui va « achever l’enfant » qu’attend la jeune femme enceinte, ne prémédite pas son aventure. Lorsqu’il s’entretient avec elle, c’est « sans toutesfois penser grandement en mal », souligne le conteur (p. 53). Sans doute a-t-il épié le départ du mari puisqu’il vient s’entretenir avec la jeune femme dès que celle-ci est seule. Mais son stratagème de séduction lui vient comme à l’improviste. À l’autre extrémité du recueil, la nouvelle 88 met en scène un Italien qui promet à un abbé de faire parler son singe. Il lui suffit d’entendre l’abbé parler avec beaucoup d’affection de son singe pour qu’il lui vienne une idée « par cas de fortune » (p. 302). Cette aptitude à jouer avec le hasard est particulièrement bien incarnée par l’écolier légiste (nouvelle 59), que sa rencontre avec un apothicaire fait juger médecin parce qu’il lui « échappe quelques motz qui appartenoyent à la medecine »58. Sans dessein précis, il saisit les occasions, voire les provoque :

  • 59  Ibid., p. 217-218.

Il fault essayer la fortune : et si cest homme icy fera ce qu’il dit, Aussi bien en ay je bon mestier. Voicy un pays escarté, Il n’y ha homme qui me congnoisse, voyons que ce pourra estre59.

  • 60  Ibid., p. 221-222 : « Et peut estre que oncques puis il ne fut si bon medecin […] car quelquesfois (...)
  • 61  Ibid., p. 221.

23Encouragé par l’apothicaire, il accepte de tenter sa chance en s’improvisant médecin. Le jeu réussit particulièrement à cet ancêtre de Knock, parce qu’il y met une insouciance qui le fait apprécier de ses patients, là où un médecin diplômé aurait manifesté une anxiété préjudiciable à la guérison60. Cette mobilité et cette propension à inventer supposent une faculté d’adaptation au temps et aux circonstances, souvent absente du savoir qui s’accompagne de doute. L’adverbe « incontinent », qui scande la nouvelle, lui donne son rythme rapide et suggère l’aisance de cet abandon à l’imprévu. N’en déduisons pas qu’il y a là pure passivité ; la conclusion de la nouvelle l’indique clairement en reprenant le proverbe : « la fortune ayde plus aux adventureux »61.

24D’autres maîtres de l’imprévu sont ceux qui, refusant de prévoir, font confiance à la nature (ou à la Providence). Maître Arnaud, qui « emprunte » à un Italien sa monture l’espace de neuf mois, incarne ce type d’improvisation :

  • 62  Ibid., nouvelle 24, p. 114.

Et par ce qu’il ne se tenoit jamais garny de rien s’asseurant en ses inventions, on pensoit qu’il se mocquast. Quand il avoit un manteau, on luy demandoit ou il prendroit des botes. S’il avoit des botes, on luy demandoit ou il prendroit un chapeau. Et puis de l’argent, qui estoit la clef du mestier. Mais ce pendant il trouvoit de tout […]62.

  • 63  Même si, dans la langue du XVIe siècle, le mot « fortune » désigne d’abord le sort, puis le malheu (...)
  • 64  N. R., nouvelle 5, p. 33.

25Il allie ainsi la confiance dans le hasard avec une surveillance de tous les instants, qui lui fait « espi[er] sa proye » (p. 116). Sa patience en face de l’occasion est disponibilité à l’imprévu et, comme s’il y avait dans la prévoyance des hommes une forme d’imposture, il se fie « à la Providence » et sait « que Dieu ne l’oublier[a] au besoin » (p. 114). Dans cette imprévoyance naturelle à l’homme pécheur, il y a une forme de sagesse qui s’en remet à la Providence. C’est celle même du père chargé de trois filles enceintes à marier d’urgence, dans la nouvelle 5. Il accepte d’abord sans se chagriner les coups du sort (ou les surprises) que représentent les grossesses de ses filles, comme en témoigne son vocabulaire particulièrement riche pour désigner l’embarras dans lequel l’ont mis ses filles : il y voit « fortune », « surprise », et considère comme « bonne aventure » ce que Dieu donne. Non seulement il refuse d’appeler « mauvaise » la fortune qui lui vient63, mais dans tout accident qui advient, dans tout imprévu, il choisit de voir la main de Dieu qui « nous doint bonne aventure, et nous garde de plus grande fortune »64, c’est-à-dire d’un plus grand malheur. Au lieu de se chagriner des coups du sort, il se montre « patient » :

  • 65  Ibid., p. 32.

il estoit de ceste bonne paste de gens qui ne prennent point trop les matieres à cueur. Et à dire vray, de quoy sert il de se tourmenter d’une chose quand elle est faicte, sinon de l’empirer65 ?

  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid, p. 36.
  • 68 Ibid, p. 36-37.

26Et c’est cette patience même qui lui permet d’improviser. Quittant son pays pour aller chercher des gendres, il réussit dans son entreprise : « comme les hommes de joyeuse nature et de bonne chere à grand peine jamais finissent ilz mal : il ne faillit pas à rencontrer ce qu’il luy faisoit besoin […] »66. Cette attitude est aussi celle de ses filles, qu’il somme de trouver un bon mot pour apaiser le désappointement de leurs maris au moment de leur nuit de noces. Mais elles ne s’y préparent pas, « esperant que le bon Dieu leur donneroit sus l’heure ce qu’elles auroyent à dire »67. Mises au défi de trouver « le meilleur savouret » pour justifier leur vie antérieure au moment de leur nuit de noces, les trois filles « y penserent bien », mais choisirent finalement d’attendre l’inspiration du bon Dieu et l’assaut de leur époux. C’est l’expression de son étonnement qui stimule alors leur repartie : « ‛O ho, dit-il, les oyseaux s’en sont allez.’ La demoiselle luy respond tout contant, ‛Tenez vous au nid.’ »68

  • 69  Sur ce point, voir les analyses judicieuses de J.-C. Arnould, « La part sombre des Nouvelles Récré (...)
  • 70  N. R.,nouvelle 69, p. 254.
  • 71  Ibid., p. 256.
  • 72  Ibid, p. 257. K. Kasprzyk y voit une conclusion du narrateur, tandis que P. Jourda interprète cela (...)
  • 73  N. R., nouvelle 5, p. 37.
  • 74  Ibid, p. 38.
  • 75  Ibid., nouvelle 90, p. 312.
  • 76  Baldassar Castiglione, Livre du Courtisan, trad. G. Chappuis, revue par Alain Pons, Garnier-Flamma (...)
  • 77  N. R., nouvelle 90, p. 310 : « la femme qui est de nature doulce, de cueur pitoyable, de parolle a (...)
  • 78  Ibid.

27Si bien des personnages mis en scène sont confrontés à la nécessité de trouver des solutions aux situations imprévues qui se présentent à eux, l’improvisation est également imposée au lecteur par le narrateur. On a déjà vu le jeu avec le rythme narratif et l’abandon des codes rhétoriques propres à la nouvelle, tel le contrat de véracité. Plus subtilement, le narrateur qui, dans le sonnet liminaire et la première nouvelle, propose le récit facétieux comme une thérapeutique69 susceptible de soigner les chagrins, exige, par le devis et l’adresse au discours direct, que le lecteur fasse un choix. La nouvelle 69 offre une figure de lecteur dans l’interlocuteur du Poitevin, puisque le narrateur passe du mot « jeunes gens » (« Telles adventures sont bonnes à ces jeunes gens pour leur faire rasseoir un peu leur colere »70) au pronom « vous » qui peut légitimement englober le lecteur : « vous estes en colere ». À ce lecteur, il est dit : « C’est à vous à adviser si vous deviendrez fol ou sage »71, tandis que la nouvelle s’achève dans l’ambiguïté : « Voyla vostre marché : Prenez ou laissez »72, une ambiguïté qui révèle la superposition des plans du récit et du discours. La difficulté de ce double jeu confronte le lecteur à l’imprévu de l’interprétation. Aucun sens stable ne lui est en effet livré, car le narrateur se refuse à toute prétention didactique comme à toute conclusion moralisatrice, contraignant ainsi le lecteur à inventer et à réfléchir. Cette prise de distance est bien perceptible dans la nouvelle 5. Après avoir posé plaisamment le problème : « lequel vous aymeriez mieulx estre cocu en herbe, ou en gerbe »73, le conteur s’abstient de porter un jugement et referme son histoire sur un refus de prendre position : « Mais je ne veulx pas en debatre les raisons d’une part et d’aultre. Je vous en laisse le pensement à vostre loisir »74. L’épilogue de la nouvelle 90 est encore plus déstabilisant, alors même qu’il conclut le recueil. Lorsque, sous couvert de défendre son personnage (le mari trompé), le narrateur commente sa vengeance, il use d’une légèreté qui mérite l’examen : « Voyla une maniere de se venger d’une femme qui est un peu cruelle. Mais que voulez-vous ? Il fasche à un mary d’estre cocu en sa propre personne »75. La première phrase, qui frôle la condamnation, est remise en cause par la question de la phrase suivante. Or le récit avait d’abord fait entendre un plaidoyer pour les femmes délibérément paradoxal. Le narrateur prend ensuite le contre-pied de Baldassar Castiglione qui avait consacré les chapitres 41 à 51 du livre III du Courtisan76 à affirmer leur continence et leur vertu, pour rejeter toute la responsabilité de l’adultère sur les incitations des amants. Des Périers, lui, fait de la faiblesse77 des femmes l’explication de leur légèreté, si bien que « la femme est heureuse plus ou moins selon le mari qu’elle a »78. C’est donc au lecteur de construire la signification de ce récit, en pesant les diverses responsabilités et en évaluant le poids de la chance.

  • 79  Ibid., nouvelle 6, p. 43.
  • 80  Daniel Ménager juge l’éloge du roi « tout à fait singulier » : « Car enfin, la patience du juge ne (...)

28On retrouve une ambiguïté comparable à la fin de la nouvelle 6, la seule nouvelle encadrée des Nouvelles Récréations. Elle reçoit en effet deux commentaires et met ainsi en scène le caractère imprévu de l’interprétation dans son processus même. Après le commentaire du roi (« ‘Foy de gentilhomme, dit le roi, voilà l’un des plus froids et plus patiens hommes de mon Royaume’ »79), l’histoire est commentée par le narrateur (« Quant est de moy ») qui, après avoir loué le juge de Soissons : « car il a esté vrai martir en ce monde » (p. 43), laisse filtrer de l’ironie : « un prestre ne vaut rien sans clerc », c’est-à-dire que ce juge n’a pas fait école80. Une béance se trouve ouverte, qui livre le lecteur à l’improvisation du sens, à la surprise et à la perplexité.

  • 81  Voir La Renaissance et le rire, de Daniel Ménager, Paris, PUF, 1995, p. 38-40.

29Les nouvelles de Bonaventure des Périers semblent relever à plus d’un égard d’une esthétique de l’imprévu. D’abord génériquement, parce que la nouvelle se fonde sur la surprise de l’astuce et de la repartie, et parce que le conteur lie étroitement le rire à l’étonnement que suscitent le fait singulier ou les comportements hors du commun81. Mais aussi parce qu’il estime vain tout effort pour maîtriser le temps, qu’il s’agisse de prédiction, d’avarice ou de précaution. À l’imprévisibilité du réel ne peut répondre que l’aptitude à transformer les occasions. Cette disponibilité, qui est faculté d’improviser, de se sortir d’embarras par une invention impromptue, exige une longue patience capable de s’accommoder de ce qu’on ne peut changer. À cette mise en valeur de l’improvisation s’ajoute, sur le plan de l’énonciation, une sollicitation des capacités d’improvisation du lecteur. En conférant à son récit une grande liberté d’allure, Des Périers lui-même ouvre largement à l’imprévu son énonciation, qu’il affranchit encore des règles en vigueur par la digression poétique. Le ton de la conversation à bâtons rompus et le refus de toute prétention à la vraisemblance de la fiction, ou à sa justification par l’édification, convient le lecteur à participer à cette liberté d’interprétation qui fait l’un des régals de ses « joyeux devis ».

Notes

1  Boccace, Décaméron, Livre de Poche, 1994, éd. et trad. de C. Bec, p. 57 : « Il arrive parfois, en effet, que l’acuité de notre regard étant insuffisante à percer les desseins de Dieu […] ».

2  N. Ordine, Le Rendez-vous des savoirs, Paris, Klincksieck, 1999, p. 119-131.

3  Voir à ce sujet le Livre du Courtisan, de B. Castiglione, trad. G. Chappuis, revue par Alain Pons, Garnier-Flammarion, 1991, II, 48-58, p. 169-181.

4  B. des Périers, Nouvelles Récréations et Joyeux Devis, éd K. Kasprzyk, Paris, STFM, Champion, 1980 (toutes nos références renvoient à cette édition, désormais N. R.), nouvelle 85, p. 296.

5  Ibid., p. 2.

6  Ibid., nouvelle 2, p. 22.

7  Voir l’analyse de Robert Aulotte, « Fous et farceurs dans les Nouvelles Récréations de Bonaventure des Périers », Le Génie de la forme, Mélanges de langue et littérature offerts à Jean Mourot, Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 97-106.

8  Voir le vers 5 du sonnet initial : « Laissez à part vostre chagrin, vostre ire », p. 2.

9  C’est ce qu’expliquaient Sénèque (De Ira, II, xxii, 4 : nos non aduocabimus patientiam !) et Plutarque, Comment il faut réfréner la colère, XI, 459F.

10  Ce nom évoque la rage.

11  N. R., nouvelle 45, p. 188 :« Il grinsoit les dentz, il ronfloit, il petilloit, il juroit à toutes restes, il maugroit […] ».

12  Ibid., nouvelle 46, p. 189.

13  Ibid., nouvelle 41, p. 176.

14  Ibid., p. 177.

15  Au sens que Gérard Genette donne à ces deux termes, Figures II, Le Seuil, 1969, p. 61-69.

16  Les Contes de Bonaventure des Périers. Contribution à l’étude de la nouvelle française de la Renaissance (Turin, G. Giappichelli, 1965), Genève, Slatkine rep. 1998, p. 352-353.

17  N. R., nouvelle 9, p. 54. On a encore le cas lorsque Blondeau « va prendre gentiment [le pot contenant les pièces d’argent, qui lui cause du tourment] et le gette en la riviere » (nouvelle 19, p. 97).

18  Ibid., nouvelle 36, p. 162.

19  Lionello Sozzi l’appelle le comique du contraire, op. cit., p. 342.

20  Ibid., p. 349.

21  N. R., nouvelle 46, p. 190.

22  Ibid., nouvelle 66, p. 247.

23  Ibid., nouvelle 1, p. 15.

24  Ibid., nouvelle 55, p. 211.

25  L. Sozzi, op. cit., p. 257.

26  N. R., nouvelle 86, p. 298 : « Car on dit que […]. Mais je croy que ce dernier est faulx. ».

27  Ibid.

28  Ibid.

29  G. Demerson, « Bonaventure des Périers : la nouvelle, art de patience », Prose et prosateurs de la Renaissance, Mélanges offerts au Pr Robert Aulotte, SEDES, 1988, p. 65-76.

30  Voir l’analyse qu’en donne N. Lombart, « L’éloge de l’habileté mercurienne dans les Nouvelles Récréations et joyeux devis : Bonaventure Des Périers face aux ‘coupeurs de bourses’ (nouvelles 79, 80, 81) », Lire Les Nouvelles Récréations et joyeux devis de feu Bonaventure des Périers, D. Bertrand et B. Boudou, dir., Presses de l’Université Blaise Pascal, 2009, p. 89-117.

31  N. R., nouvelle 38, p. 165-166.

32  Voir sur ce point L. Sozzi, op. cit., p. 340.

33  N. R., nouvelle 19, p. 96.

34  Voir sur ce point L. Sozzi, « La satire du monde intellectuel dans les contes de Des Périers », Regards sur la Renaissance, 1, éd. du Cygne, Amboise, 1993 (p. 56-76).

35  N. R., nouvelle 90, p. 309.

36  J.-C. Arnould estime que l’énonciation « fond en une instance unique les fonctions de narration et de commentaire », « Le joyeux devis des Nouvelles Récréations », Lire les Nouvelles Récréations, op. cit. (p. 23-37), ici p. 33.

37  L. Gaudin, « La Fonction structurale des adresses au lecteur dans Les Nouvelles Récréations et joyeux devis de B. des Périers », Nouvelle Revue du XVIe Siècle, 13/2, 1995 (p. 179-198), p. 196.

38  N. R., nouvelle 20, p. 101.

39  Voir aussi sur cette nouvelle l’analyse d’O. Deroint-Allaire, « Le dialogue dans les Nouvelles Récréations et Joyeux Devis de Bonaventure des Périers », Réforme Humanisme Renaissance, n° 54, Juin 2002 (p. 31-51), p. 46.

40  I. Mac Farlane, « Le personnage du narrateur dans les Nouvelles Récréations », La nouvelle française à la Renaissance,éd. L. Sozzi, Genève, Slatkine, 1981(p. 307-318), p. 315.

41  N. R., nouvelle 14, p. 76.

42  Ibid., nouvelle 63, p. 233.

43  Ibid., nouvelle 69, p. 254. G. Demerson, dans « Bonaventure des Périers et les langages privés », La Littérature de la Renaissance. Mélanges Henri Weber, Paris, Slatkine, 1984 (p. 101-113), p. 106, analyse l’opposition entre le citadin pressé et méprisant, pour qui « le dialogue est inutile », et « le campagnard [qui] propose un échange », en déduit que « l’art d’écouter un ‘joyeux devis’ est lui aussi de l’ordre de la patience, de l’intelligence, c’est une ouverture sympathique à des propos futiles. Or le lecteur est ce citadin pressé à qui est suggérée une leçon de patience : ‘c’est à vous à adviser si vous deviendrez fol ou sage’ ».

44  Ibid., p. 106-107 : « L’expérience de ces longueurs de la communication retardée oppose deux psychologies, deux mondes culturels : celui des bien parlants, impérieux et impérialistes qui considèrent la personne rencontrée au bord du chemin comme un poteau indicateur, et en face le monde des bavards qui cherchent dans le dialogue non seulement un moyen de tromper le temps, mais un moyen de ne pas se tromper sur le sens du dialogue ».

45  N. R., nouvelle 53, p. 207.

46  Ibid., nouvelle 87, p. 299-300.

47  Ibid., p. 300 : « Or pourvoyez vous, si vous voulez ».

48  Ibid., nouvelle 12, p. 64.

49  Ibid., nouvelle 7, p. 47.

50  Nous ne nous rallions pas au point de vue de M. J. Baker, pour qui Des Périers présente des personnages prévisibles, « The récit itératif in the Nouvelles Récréations et Joyeux Devis », Symposium, vol. XLI, Fall 1987 (p. 243-256), p. 252-253.

51  N. R., nouvelle 16, p. 86.

52  Ibid., p. 88 : « Ils advisèrent des moyens uns et aultres : mais quand ce venoit à les faire bons, dame Pernette gastoit tout. Car elle avoit deux yeulx qui valloyent bien tous ceulx du gardien de la fille d’Inache ».

53  Ibid., p. 89 : « Voilà un tour de finesse qui n’estoit point encor en mon papier ».

54  Des Périers parle d’« agueter ses commoditez » (p. 48).

55  N. R., nouvelle 26, p. 125.

56  Ibid., nouvelle 29, p. 135.

57  Ibid., nouvelle 23, p. 110 : « Ce fut qu’ayant faulte de botes de cuir, il imagina une invention de se faire boter par les cordouanniers à leurs despens ».

58  Ibid., nouvelle 59, p. 217.

59  Ibid., p. 217-218.

60  Ibid., p. 221-222 : « Et peut estre que oncques puis il ne fut si bon medecin […] car quelquesfois la fortune ayde plus aux advantureux, que non pas aux trop discretz. Car l’homme sçavant est de trop grand discours. Il pense aux circonstances, il s’engendre une crainte, et une doubte, par laquelle on donne aux hommes une deffiance de soy », commente le narrateur.

61  Ibid., p. 221.

62  Ibid., nouvelle 24, p. 114.

63  Même si, dans la langue du XVIe siècle, le mot « fortune » désigne d’abord le sort, puis le malheur, l’incident malheureux, le hasard, et enfin seulement la bonne fortune ; voir A.-J. Greimas et M. Keane, Dictionnaire du Moyen Français, Paris, Larousse, 1992.

64  N. R., nouvelle 5, p. 33.

65  Ibid., p. 32.

66 Ibid.

67 Ibid, p. 36.

68 Ibid, p. 36-37.

69  Sur ce point, voir les analyses judicieuses de J.-C. Arnould, « La part sombre des Nouvelles Récréations », in Bonaventure des Périers, conteur facétieux, V. Montagne et M.-C. Bichard-Thomine, dir., PUF, 2008 (p. 62-72), ici p. 66 et 71 : « la facétie est soulagement des douleurs psychologiques et morales du sujet ».

70  N. R.,nouvelle 69, p. 254.

71  Ibid., p. 256.

72  Ibid, p. 257. K. Kasprzyk y voit une conclusion du narrateur, tandis que P. Jourda interprète cela comme les deux dernières répliques de l’échange entre le client et le marchand, Conteurs français du XVIe siècle, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1956, p. 508.

73  N. R., nouvelle 5, p. 37.

74  Ibid, p. 38.

75  Ibid., nouvelle 90, p. 312.

76  Baldassar Castiglione, Livre du Courtisan, trad. G. Chappuis, revue par Alain Pons, Garnier-Flammarion, 1991, III, p. 277-292.

77  N. R., nouvelle 90, p. 310 : « la femme qui est de nature doulce, de cueur pitoyable, de parolle affable, de complexion delicate, de puissance foible ».

78  Ibid.

79  Ibid., nouvelle 6, p. 43.

80  Daniel Ménager juge l’éloge du roi « tout à fait singulier » : « Car enfin, la patience du juge ne prouve rien quant à ses capacités professionnelles. On peut être un époux longanime et un juge irascible », « La sixième nouvelle des Joyeux Devis », in D. Bertrand et B. Boudou, dir., Lire les Nouvelles Récréations et Joyeux Devis de feu Bonaventure des Périers, éd. cit. (p. 182-194), en particulier p. 192-193.

81  Voir La Renaissance et le rire, de Daniel Ménager, Paris, PUF, 1995, p. 38-40.

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Boudou, « L’imprévu dans les Nouvelles Récréations et Joyeux Devis de Bonaventure des Périers », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 22 | 2011, 307-321.

Référence électronique

Bénédicte Boudou, « L’imprévu dans les Nouvelles Récréations et Joyeux Devis de Bonaventure des Périers », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/12550 ; DOI : 10.4000/crm.12550

Auteur

Bénédicte Boudou

TRAME – Université de Picardie-Jules Vernes

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes